AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 01 - Pour une bouchée de pain.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1787
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 01 - Pour une bouchée de pain.   Mer 10 Oct - 0:27

Apparemment, Andy avait bel et bien gaffé et Koah n'en était que plus vexé. Il ne put s'empêcher de penser que le garçon avait raison, il prenait la mouche pour un rien. Pour le Maître Intendant, il y avait de la sympathie tout de même... s'il n'était pas son meilleur ami il le considérait avec un peu plus d'estime que des relations professionnelles ne l'auraient mérité. Le gaillard lui plaisait, il était sympa, drôle... mais son attitude l'irritait un peu. A vrai dire, Andrew ne comprenait pas cet entêtement du jeune homme et sa façon calamiteuse de mentir. Il aurait été plus simple de demander à un Qwel de déserter Lydée au moment d'une bataille... Il n'était pas vraiment d'humeur en plus à avoir ce genre de cas psychologique changeant... sa journée avait été tout autant difficile que celle du glaneur. Il souffla légèrement d'agacement et dit d'un voix redevenue neutre presque légèrement compréhensive :

« Tu mens très mal... mais si tu dis que tu n'as rien, alors soit... J'ignore la raison pour laquelle tu t'es vexé mais je suis assez âgé pour savoir que j'ai sans doute dit une connerie et qu'elle t'a fait ravaler ton enthousiasme... Si je l'ai fait, ce n'était pas dans le but de te dénigrer... c'est dommage, j'aurais bien aimé savoir quels mots j'ai pu dire pour te faire réagir comme ça... » Il marqua une pause en regardant Koah. Il était sincère mais n'avait pas plus envie de continuer à comprendre que de polémiquer. Alors il fit un signe de la main à Déjanire et continua : « Bien... allons au pavillon de tri... »

Le trajet se fit en silence. C'était bizarre cette sensation qui envahissait Andrew... Il se sentait presque coupable, ce qui lui arrivait rarement, jamais même quand il plaisantait ou parlait normalement. Si encore il avait beuglé... mais là très franchement il restait surpris. Tout ça avait pourtant si bien continué... Enfin, pas grave... tant pis...

Ils arrivèrent au cente de tri et Andy entra à l'intérieur où se trouvaient Irys et Kloé. Cette dernière avait un beau tatouage tribal sur son ventre exposé à la vue de tous et elle ne cachait pas ses atouts d'ailleurs. Blonde, légèrement élancée, elle avait une allure fière et attirante qui faisait frémir de nombreux hommes. Dès qu'elle entendit Andrew rentrer elle se retourna et lança aussitôt avec un ton aguicheur :

« Humm !!! Mais regarde-moi qui voilà, c'est le beau Chef Intendant qui vient nous exposer ses muscles admirablement sculptés... Enfin un vrai mâle ! On commençait à s'ennuyer toutes les deux... » Et alors qu'elle s'approchait d'Andy en remuant son corps Koah entra et elle le déshabilla (doux euphémisme vu sa tenue vestimentaire...) à plusieurs reprises du regard, avant de poursuivre de sa voix envoutante : « Mais il nous amène un jeune Dieu ! Sympa le patron quand il veut... »

A cet instant là, Andy leva les yeux au ciel et Irys pouffa de rire. Il connaissait les deux jeunes femmes pour leur 'in an other world attitude". Elle étaient très gentilles une fois leur apparence d'allumeuses tombée. Toutes deux étaient célibataires et en quête d'un homme. Et Kloé, s'approcha de Koah avec un regard brûlant comme la braise. Elle parla d'une voix douce en faisant glisser le bout de ses doigts sur son torse :

« Il a un corps digne de Pëlos... Et regarde ces muscles saillants... ses yeux terriblement attirants... Andy, dis donc... tu nous gâtes vraiment trop... »

« Arrêtes Kloé, n'en viens pas à des conclusions hâtives... je viens vous changer de poste pour la semaine... vous irez avec Hurt au vidage des poissons... »

« Ah !!! Non ! Pas Hurt !!! Andy, tu n'es vraiment pas sympa avec les déesses que nous sommes ! Tu nous coltines avec ce... type... c'est injuste... Moi je dis que rien ne vaut la vigueur et la fougue d'un beau gosse charmant comme ton copain... »

Et elle promena à nouveau ses doigts sur ses abdos. Andy ne put réprimer un sourire. Lui était habitué à ce genre de frasques mais Koah devait en être totalement déboussolé. Le Maître Intendant les avait assignées là car l'atelier était moins fatigant pour des demoiselles.. Irys était la plus sage des deux... D'ailleurs elle n'avait toujours pas parlé, et se contentait juste d'un regard envieux vers le glaneur. Quant à Kloé elle était arrivée à l'âge de six ans sur l'Île et elle avait été recueillie par les parents d'Irys qui depuis était devenue sa meilleure amie, une amitié qui parfois prenait un dimension plus charnelle comme souvent à Lydée... Son attitude était si peu ordinaire qu'elle pouvait choquer parfois. Elle sentit l’intérieur de son cou et souffla dessus de l'air chaud... Andrew que la situation amusait grandement ne put s'empêcher d'ordonner sur un ton faussement sérieux et vexé :

« Je vois ! Il n'y en a plus que pour le beau Pëlos réincarné ! Moi je suis bon à mettre dans la cave à vin de Kobol... Filez d'ici ! Avant que je ne me mette en colère contre vous et que je vous fasse payer cet affront ! »

« Et si tu nous montrais un peu comment tu nous mets dehors... beau blond... »

Andrew fit mine d'avancer vers Kloé qui bonne enfant se détacha de Koah et sortit en riant. Irys la suivit alors et juste avant de quitter le pavillon, elle plongea ses yeux d'un vert émeraude dans ceux du jeune homme. Puis, dans un dernier clin d’œil les deux amies se retrouvèrent à l'extérieur et rirent aux éclats avant de se rendre à leur nouvel atelier temporaire. Andy pendant ce temps avait saisi un linge qu'il roula en boule et lança sur un Koah rêveur. Et il avait un sourire amusé au coin des lèvres :

« Allez, monsieur "je suis aux anges" !!! Tu vas leur être redevable... tu les envoies bosser avec Hurt... Moi j'aimerais pas être à ta place... quoique... Enfin, bienvenue au modeste Pavillon de tri. J'espère que ça te plaira... bon c'est sûr que sans les deux occupantes ça va faire vide... mais si j'en avais laissé une, mon petit doigt me dit que nous aurions eu quelques retards... »

¤

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.


Dernière édition par Andrew Kant le Sam 7 Déc - 13:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1917
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 01 - Pour une bouchée de pain.   Mer 10 Oct - 1:30

Ne le cachons pas et énonçons le clairement, si Koah n’avait pas un semblant de volonté, et surtout, s’il n’était pas en mode « je boude grave » à l’instant où la jeune Kloé l’émoustilla de ses courbes avantageuses et de ses tendres caresses sulfureuses, Koah aurait eu une trique d’enfer à faire redresser son pagne.

Pantois, la bouche entrouverte par l’envie de gouter ces délicieuses créatures entreprenantes, le jeune Lydéen avait bien du mal à ne pas baver d’envie. Cela faisait un petit moment qu’il n’avait pas pris le temps de s’amuser avec la chair d’une femme… trop longtemps pour ne pas vouloir saisir une telle occasion qui se présentait à lui. Tout de même très désarçonné et déboussolé par un tel déballage de vulgarité pour un simple accueil, Koah mit un temps fou avant de redescendre sur terre lorsque Kant se tourna vers lui avec amusement.

En un instant, toute la scène repassa dans sa tête comme un film, et tout ce qu’il avait zappé au premier abord, lui vint à l’esprit. Eh bien, Kant semblait les apprécier ces midinettes en jupes courtes ! Ça semblait bien marcher pour lui de ce côté-là. S’il avait eu l’esprit perverti par Crya, Koah jurerait que ce pavillon de tri sentait le sexe à plein nez.

Tout en roulant les yeux avec facétie, Koah se dirigea vers un étal de travail où étaient dispersées de nombreuses pommes rouges attendant d’être triées. « Ah ouais… c’est comme ça en fait que ça marche, Andy» Commença-t-il par dire d’un ton détaché mais un brin accusateur en insistant bien avec moquerie sur le diminutif du prénom qu’avait employé plus d’une fois les demoiselles.

« Vous êtes donc de la tempe de Zarg le Maître Responsable des bâtisseurs… Celui qui baise à tour de bras ses subalternes... Ça a beaucoup d’avantages d’être Maître Intendant en fait. On a son propre harem à culbuter aux heures de travail. Et dire que Jewel est coincée dans les potagers… quand je vais lui apprendre qu’il suffit de se la jouer chienne de Crya pour avoir un poste moins contraignant avec vous. Elle va tellement péter un câble que Torsha passera pour une vierge de Cheera à côté d’elle. »

Jewel Päsh, son premier amour mais actuelle meilleure amie depuis dix ans maintenant était une brave fille d’une beauté plutôt envoutante qui travaillait dans les potagers à la sortie de Lydée. Souvent, Koah l’entendait se plaindre du travail éreintant qui la fatiguait plus que de raison, mais elle était dotée d’une telle volonté et d’un tel tempérament orgueilleux, qu’elle se refusait d’aller s’en plaindre à un quelconque responsable. Souffrir du dos pour le bien de la communauté ! Tel était sa stupide devise. Elle était persuadée qu’un jour, elle gravirait les échelons tout naturellement et de ce fait, qu’elle ne serait plus contrainte de trimer à genou au milieu des concombres et des aubergines.

Stupide jeune femme que voilà ! Koah ne put s’empêcher de rire aux éclats en pensant à elle. C’était évident ! Les postes les plus prisés de tout Lydée n’étaient tenus que par celles et ceux qui savaient courber l’échine, et bien entendu, avaient les cuisses facilement exploitables. Après, on ne pouvait pas blâmer la nature humaine, et Kant était un homme comme les autres, et non un Avatar de Pëlos, surgit du Puits des Sages.

Étrangement, d'un côté ça le faisait chier un peu qu'il soit ainsi et ce pour une raison que lui-même ignorait, mais de l'autre, ce n'était pas vraiment une grande surprise. Kant n'était pas franchement le genre Prêtre de Cheera complètement sain de corps et d'esprit. Il avait comme tout le monde ses vices et ses défauts, et ce, peu importe le piédestal sur lequel Koah l'avait posé.

Tout en s’appuyant contre le plan de travail de vieux bois, Koah se calma et s’arrêta de rire en redevenant sérieux. « Bon, j’imagine qu’il y a des choses que j’ai à savoir avant de me mettre au travail, Maître Intendant. » Dit-il d'un ton neutre.

¤

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1787
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 01 - Pour une bouchée de pain.   Mer 10 Oct - 15:02

Sauf qu'en fait Koah avait faux sur toute la ligne. Irys et Kloé étaient certes allumeuses mais il n'avait jamais goûté à leur chair, pour deux raisons. D'abord, parce qu'il tenait encore beaucoup trop à sa femme pour rompre les liens de son mariage même si Laureen était morte depuis un moment. Et ensuite, parce que les jeunes femmes n'étaient pas sérieuses. Elles jouaient avec les envies de mâles du village comme avec un bon toutou. Bien sûr, elles avaient déjà eu droit à des insultes, des paroles blessantes et affligeantes... elles étaient bien souvent comparées à des filles de Crya, alors qu'en fait, elles s'amusaient. Certes, il s'agissait là d'un drôle de jeu et au début Kant avait manqué de nombreuses fois les faire exclure du village. Et puis, il avait noué des liens d'amitié, un peu comme avec Koah, enfin juste avant qu'il lui balance son truc hyper vexant en pleine figure et que le glaneur nese mette à bouder.

Andrew écouta Koah parler et son sourire disparut légèrement. Il ne savait pas si le jeune homme plaisantait ou pas. Peut être était-il encore amer pour cette X raison et lui balançait-il des propos réprobateurs. Mais de toute façon, le Maître Intendant voulait clarifier les choses... C'est vrai qu'il passait pour Zarg... franchement alors qu'en fait il en était le total opposé. Rendez-vous compte ! Son dernier rapport datait de la mort de Laureen... il y avait un an déjà. Il reprit d'une voix légèrement teintée de tristesse :

« Ah si seulement tu pouvais avoir raison... si ça pouvait être si simple... Mais tu sais, n'en veux pas à Irys et Kloé, c'est leur caractère, elles ne sont pas méchantes, juste un peu différentes. Je les connais depuis suffisamment de temps pour te dire qu'il ne s'est jamais rien passé entre nous ni avec personne d'ailleurs. Elles attisent mais ne profitent jamais. Pour ce qui est de Zarg, j'espère sincèrement que tu ne m'assimiles pas au genre de personne qu'il est... et si c'est le cas, tu te formalises... ». Il marqua une pause et porta son regard sur le sol. Il n'avait plus son sourire mais n'était pas en colère contre le jeune homme, loin de là. Non, des souvenirs lui revenaient, pas forcément heureux, et il continua : « Peut-être que tu comprendras un jour, ou que tu découvriras ce que j'ai vécu... Je te souhaite au moins d'en vivre les meilleurs moments. Je n'ai pas pu changer le passé mais j'ai pris la décision de ne pas l'effacer... jamais... »

Il entendait par là que rien ne pourrait jamais lui faire oublier la femme qu'il avait épousé et la mère de Logan. Simple histoire de volonté, mais il considérait que son mariage était éternel et qu'avoir une autre liaison serait faire offense à Cheera et à la mémoire de Laureen. Il détacha son regard du sol et tourna le dos à Koah. Il attendit un court instant, de remballer cette affreuse journée qu'il avait vécu. Puis il continua sur un ton un peu plus motivé :

« Bien, passons aux choses sérieuses ! Tu as devant toi plusieurs postes... En fait, les cargaisons arrivent chaque fin de matinée et chaque soir. Tu as deux côtés ici ce sont les fruits et là bas vers le fond les légumes. Tu as plusieurs tables pour trier chaque sorte de légumes ou de fruits. Tiens par exemple ces pommes, elles arrivent là et sont mis dans cette caisse que tu vois ici. Toutes celles qui sont pourries ou abîmées vont dans ce bac que tu vois dessous la table. En fait, elle vont servir à faire de l'engrais pour les champs mais ça ce n'est pas nous qui nous en occupons. Toi, ce qui va t'intéresser c'est cette caisse là, sur la table. Tous les fruits ou légumes qui sont beaux, tu les mets dedans. En général, selon le temps, tu risques d'avoir des journées plus ou moins remplies. Dès que la caisse est pleine, tu dois l'amener au grenier pour que son contenu y soit rangé. Généralement, Irys et Kloé apportent ce qu'elles ont trié par voyage léger mais comme tu sembles un peu plus fort qu'elles tu peux aussi décider d'amener deux caisses à la fois. C'est toi qui vois comment ça t'arrange le mieux. Pour les céréales et les légumes, il te faut bien vérifier qu'il n'y ai pas d'insectes... je pense au blé, des fois il y a des petites bestioles et quand on y prête pas garde et qu'on apporte le tout au grenier, elles se font un véritable festin. C'est ici également que l'on nettoie, tu as un grande cuve là. Tu prends un seau d'eau et toute chose qui te parait sale, avec un peu de terre ou autre, tu nettoies dedans. Quant à l'eau du seau, tu la bois. »

Il avait dit ça si sérieusement qu'on aurait pu le croire. En fait, c'était surtout pour détendre l'ambiance, apprendre n'était pas toujours très facile et de temps à autre une petite boutade ou une connerie rendait les choses plus intéressantes. Il poursuivit avec un sourire amusé :

« Non, en fait tu la jettes dans la cuve vide, située devant le pavillon. Il y a un système qui permet à l'eau de descendre vers le sol. C'est un naufragé qui nous l'avait montré il y a quelques années. Je pense avoir tout dit... si tu as des questions, n'hésite pas... ah tant que j'y suis, si tu as faim, tu peux manger quelque chose, Irys et Kloé ne se sont jamais gênées pour prendre une pomme ou autre. Seulement, évite de nous bouffer toute la cargaison et d'ingurgiter les trucs pourris ou abîmés... j'en ai déjà assez avec Hurt sans que toi aussi tu fasses un tour à l'infirmerie. Et il va sans dire que tu ne dois pas en informer les prêtres... sinon je vais me faire houspiller comme jamais... »

¤

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.


Dernière édition par Andrew Kant le Sam 7 Déc - 14:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1917
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 01 - Pour une bouchée de pain.   Mer 10 Oct - 19:04

L’étrange frein qui ralentit la conversation sauta à la face de Koah Lang comme un fantôme. L’amertume qui dégoulinait du Maître Intendant était des plus déroutantes au premier abord, et surtout des plus palpables. Soudain, Koah se rendit compte de ce qu’il se passait réellement, et il s’en sentit un peu coupable. Il avait été trop loin en le comparant à Zarg. Il en avait conscience. La mémoire de Laureen hantait toujours le grand homme. Sa mort pesait toujours autant sur les épaules du Maître Intendant.

Koah n’aurait jamais imaginé qu’après plus d’un an, Kant serait toujours en deuil. Après tout, c’était peut-être normal. L’amour de ce couple était presque légendaire à Lydée. Femme exceptionnelle, Laureen avait toujours eu ce quelque chose de fabuleux que tous les Lydéens, y compris lui, reconnaissaient. Lorsqu’elle décéda, même les Grands Sages de Pëlos adressèrent au Dieu des prières toutes particulières afin de garantir le passage de l’âme de la Lydéenne vers l’Âme Unique de l’Île, là où réside pour l’éternité des Temps les âmes les plus limpides qui soit.

Même si Koah éprouvait un lourd sentiment de honte, il ne se justifia pas. Il n’avait pas envie de revenir à la charge sur ce sujet douloureux et de s’étendre en excuses pénibles pour l’un et pour l’autre. Passer cela au silence pour l’instant, était la meilleure des choses à faire. Un jour peut-être, il trouverait une occasion de s’excuser d’avoir réveillé du fond de l’âme de Kant, ce genre d’amertume.

Tout ce que Koah trouva à dire, ce fut un simple : « je me le souhaite également. » en réponse aux conseils et autres souhaits prodigués par Kant au sujet des moments agréables et heureux à vivre. Ceux-ci n’étaient pas passés dans l’oreille d’un sourd. Même si Koah avait eu quelques charmantes aventures, et cultivait toujours aujourd’hui une relation plutôt ambiguë aux reflets d’amour sincère avec Gurkan Miras, le jeune Lydéen commençait parfois à souffrir d’un manque d’affection plutôt important. Mais aussitôt, une voix dans sa tête lui certifiait – et il la croyait – qu’il n’était pas le genre de gars fait pour l’amour… qu’il était de la trempe de ceux de passage dans une vie, et dans un lit.

Puis vint le moment où la page se tourna et où les esprits mirent de côtés leurs nombreux démons respectifs. Koah, redevenu un brin normal, écouta et suivit du regard chaque geste explicatif que Kant faisait. Le jeune Lydéen ne put s’empêcher de sourire bêtement lorsqu’il lui dit de boire l’eau du seau. Kant n’avait pas idée à quel point ce jeûne le déshydratait. Il ne fallait pas lui dire deux fois ! Koah serait capable de boire quelques gorgées de ce tonneau s’il n’y avait pas la cuve d’eau claire à côté qui le tentait plus.

Une fois que Kant eût terminé son discours, Koah hocha la tête entendu en appuyant ses deux mains jointes sur le plan de travail devant lui. D’un ton reconnaissant et clair, il lui dit alors :

« Et bien merci Maître Intendant. J’avais tort, j’aurais dû venir vous voir bien plutôt pour vous parler du problème que j’avais avec les poissons. Ne vous inquiétez pas, je pense que je pourrais assurer de mes dix doigts ce genre de tâches qui ne requièrent pas de grandes compétences. » Koah regarda les fruits avec volonté. « Et je pense même que je suis reparti dans une optique d’obéir à la punition divine imposée par les Grands Prêtres d’Okan… juste histoire qu’Okan ne se retourne pas contre vous qui m’autorisez à grailler en douce. »

Koah s’approcha de la cuve d’eau douce et y plongea la main en coupe pour en puiser de l’eau et en boire une longue gorgée. « La dernière, pour sceller le contrat. » Dit-il avec un large sourire.

Et, avec attention, Koah entreprit d’examiner chacune des pommes. Les fruits, il s’y connaissait en tant que glaneur, ça n’allait pas trop poser de problème, mais pour ce qui était des légumes, c’était une autre histoire qu’il verrait en temps voulu. Car qu’est-ce qui lui disait qu’une telle ou telle protubérance était normal et l’autre pas ?

¤

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1787
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 01 - Pour une bouchée de pain.   Jeu 11 Oct - 2:55

Finalement, peut-être que l'atmosphère s'était détendue par ce dur souvenir qui lui était revenu. Koah semblait plus enclin à lui parler, et moins vexé. Andy l'écouta parler, ses résolutions, toutes fraîches étaient vraiment louables et même si lui en tant que Maître Intendant éprouvait des réticences à l'égard du jeûne, il hocha la tête d'un signe d'encouragement. Il aurait presque parié que Koah avait retenu ses questions mais il en était profondément reconnaissant. Parce que du décès de Laureen il en parlait très difficilement même après cette longue année qui avait passé. Il avait du mal à se le pardonner, s'il avait fait plus attention elle ne serait pas morte... Le glaneur avait sans doute compris que le chasseur souhaitait passer à autre chose. En même temps, s'il l'avait accepté c'est qu'il avait du comprendre son amertume. Kant ne lui en voulait pas, après tout, il n'avait fait que parler. Andrew répondit d'un ton conciliant, presque complice :

« Je suis certain que tu y arriveras. Mais prends garde tout de même... boire est plus important que manger. Ne l'oublie pas, je n'ai pas envie de te retrouver desséché dans le Pavillon au milieu des fruits et des légumes. Et puis, si c'est pour t'éviter d'avoir d'autres ennuis à cause de la faim, je suis prêt à subir les foudres d'Okan, le Dieu sait combien je le porte dans mon cœur et il sera indulgent, je l'espère... Adresse lui une prière à ma pensée, vu que tu en es plus proche que moi. Enfin, si tu n'as pas d'interrogations, je vais te laisser travailler. » Il lui adressa une tape sur l'épaule et poursuivit : « J'ai rarement vu un prêtre aussi prometteur. Tu as une volonté qui pourrait soulever le Temple de Pëlos. Tu as trouvé ta voie et je ne peux que t'encourager à continuer tes efforts. Si un jour tu as besoin d'aide, n'hésite pas à venir me voir... ma hutte n'est pas inconnue ici... Finalement, ma matinée n'aura pas été si gâchée que ça. »

Il avait été sincère, si Koah voulait quelque chose, il l'aurait. S'il rêvait d'être prêtre d'Okan, alors il le serait. Et puis, même s'il avait un peu de maladresse dans le sang, l'Intendant était persuadé qu'il réussirait. En tout cas il en prenait le chemin direct. Il s'éloigna un peu et sortit du Pavillon. Sacré garçon tout de même... lui en plus jeune... avec peut-être ce sale caractère en moins... Impossible qu'il ait été aussi casse-cou et aussi entêté que ça... Si ? Non, impossible... Et puis un large sourire passa sur ses lèvres, il l'avait été aussi. Peut-être était-ce pour ça qu'il se sentait aussi à l'aise avec lui, malgré ses vexations, parce qu'il lui avait donné une bouffée d'air frais... un second souffle de jeunesse.

Il resta un moment accoudé à une rambarde et admira Lydée. Le village ne cesserait jamais de l'émerveiller. Il en était vraiment très épris. Il songea à nouveau aux mots que Koah lui avait dit, quelques heures plus tôt... « Je sais que je ne suis pas parfait, que je n’entre pas dans le moule de ce que vous attendez tous ici de moi, mais je n’y peux rien, je ne suis pas comme vous ! Je ne suis pas sectaire et totalitaire. Je ne peux plus me contenter de ça. Cette vie ne me convient plus. » Et en y réfléchissant cela cachait vraiment un mal-être. Peut-être que Guerel avait eu raison tout à l'heure. Les gens de Lydée avaient des idées préconçues et des jugements hâtifs... parfois même ils rejetaient les leurs, différents... comme Irys ou Kloé... ou encore comme Koah. Finalement, Lydée lui parut soudain moins belle... la communauté laissait-elle ses enfants sur le côté, tous ceux qui n'avaient pas le comportement adéquat, à savoir de marcher droit ?

Non, Kant se rendit compte que de cette vie là, il n'en voulait pas... Il ne souhaitait pas que Lydée devienne une communauté sélective... élitiste Qu'elle fasse des malheureux, des perdus... Il espéra alors avoir donné un peu plus l'envie de rester à Koah. Mais une idée venait noircir le tableau... d'autres personnes se trouvaient probablement dans la même situation que le jeune homme... des marginaux qui subissaient le courroux et la crainte des autres... Et il comprit alors pourquoi la journée s'était déroulait ainsi. Il adressa une prière à Pëlos : « Grand Pëlos, ta sagesse est si infinie que j'ai failli ne pas la distinguer à travers ce qu'il est advenu. Maintenant, je perçois ton message... Je l'accepte et je te promets de faire tout mon possible pour pallier à ce grand fléau qui hante Lydée. »

Oui, il allait se battre pour éviter que d'autres soient écartés. En réalité, son travail était à la limite du surréaliste mais il l'ignorait. Il se détacha de cette magnifique vue. Et puis, il se remit en route vers sa hutte. en passant par le Grenier il vit Déjanire qui croisa les bras avec un regard farouche. Mais il n'était pas là pour embêter qui que ce soit. Il entra dans l'atelier de Letor qu'il trouva assis à la fenêtre le regard perdu vers l'extérieur. En voyant l'intendant, le boulanger ne fit rien, il ne prononça pas un mot. Mais de toute façon il n'avait pas à le faire le premier :

« Letor, je suis sincèrement désolé pour ma conduite et je t'adresse mes plus plates excuses en toute humilité. Libre à toi de les accepter ou de me faire valser dehors avec... »

« Kant, tu es un crétin ! Mais tes mots me font plaisir. Au moins, ils marquent un peu de lucidité de ta part. Je n'expliquerais pas mes actes mais j'imagine qu'ils n'ont pas été très nobles non plus... »

« Tu sais Koah n'est pas si... »

« Encore ce gringalet ? Il m'a volé ! Et ce n'est pas la première fois qu'il me joue les quatre-cents coups. C'est un irresponsable ! Il m'a toujours détesté et moi aussi. »

« Peut-être devrais-tu essayer de changer ce sentiment, d'en faire abstraction. J'ignore ce qu'il s'est passé mais il y a des choses plus importantes que de faire la gueule à quelqu'un pendant des années pour une broutille, car je suis sûr que c'est de là que tout est parti. »

« Tu as sans doute raison... peut-être que je devrais t'écouter. Mais lui n'en fera rien. »

« Tente le coup et tu verras bien, il n'est pas si mauvais garçon, tu sais... »

« Puisse Cheera t'entendre et te donner raison, maintenant fous-moi la paix et va t'occuper de ton fils, il a besoin de son père. »

« Comme tu voudras. A bientôt Letor. »

En toute réponse il eut un grognement semblable à celui des sangliers lors de la période des amours... Il sortit de l’entrepôt du boulanger et repassa devant Déjanire, qui ne le quittait pas des yeux. Il lui adressa un petit sourire. Il avait le cœur plus léger. Puis il se mit en route vers sa hutte. Lorsqu'il y parvint, il trouva Logan allongé sur sa couche, les yeux embués de larmes. Andy s'assit à côté de lui et lui caressa la joue :

« Je sais qu'elle te manque... à moi aussi... mais promets-moi de ne plus insulter les autres. Pense à elle, dis-toi qu'elle serait fière de voir quel garçon tu es là, au fond de toi... Ne lui donne pas une mauvaise image. »

C'est sur ces mots que Logan trouva en quelque sorte une paix intérieure. Il s'endormit, épuisé par tout ce qu'il avait vécu. Andrew l'embrassa et se rendit dans ce qu'on l'on pourrait appeler son salon. Il regarda vers l'extérieur par sa fenêtre et eut un petit sourire. Si Laureen les voyait, elle aurait surement ri de la façon dont Koah s'y était pris pour arranger la table. En y réfléchissant cela n'aurait fait que le vexer purement et simplement. Un peu comme Andy avec un tabouret... en son temps...

¤¤¤

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 01 - Pour une bouchée de pain.   

Revenir en haut Aller en bas
 
01 - Pour une bouchée de pain.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Pain au chocolat Vs Chocolatine !
» Metal Gear Solid V : The Phantom Pain
» Abonnement Xbox Live : 13 mois pour 30 €
» Quelle PSP choisir... pour Monster Hunter bien sûr!!
» Fin de l'association UDE/Ankama pour Wakfu TCG

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Exilés du Monde :: LES EXILES DU MONDE : L'HISTOIRE :: TOME I : LA MARCHE DES IDRAZITS-
Sauter vers: