AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 02 - Pour la Gloire des Grams.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1917
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: 02 - Pour la Gloire des Grams.   Jeu 11 Oct - 17:13

7e journée après la dernière Lune Rouge.

Un léger ronflement s’élevait du pavillon de tri alors que tout était calme en ce début de nuit. A travers l’obscurité, la silhouette de Koah Lang se dessinait. Affalé sur la table de tri, le jeune homme dormait profondément la bouche entrouverte. Cela faisait à peine trois jours qu’il était assigné à ce poste, et très vite, il avait découvert que c’était terriblement ennuyant de passer ses journées seul dans cet entrepôt, sans personne avec qui parler. Au moins, Kloé et Irys avaient la compagnie l’une de l’autre. Lui, il n’avait que sa maudite conscience pour compagnie. La faim et l’ennui aidant, Koah n’avait pas su résister aux bras de Chotäl, Déesse mineure des Songes et du Sommeil.

Alors que tout était calme et reposant, la porte du pavillon s’ouvrit, amenant la lueur d’une lanterne. Jewel Päsh, toute entièrement vêtue d’une longue robe de lin jaune et les épaules recouvertes d’un châle bleu, s’approcha de son ami endormi. La jeune femme de 25 ans était plutôt petite à côté de Koah et avait de longs cheveux lisses châtains foncés lui descendant jusqu’à mi-épaules. Plutôt jolie, son regard clair pétillait de sincérité et ses lèvres pulpeuses étaient souvent sources de beaucoup de fantasmes chez les Lydéens travaillant avec elle dans les potagers. Avec douceur, Jewel lui caressa les cheveux et puis la nuque jusqu’à ce que doucement enfin, Koah sorte de son nébuleux sommeil.

« Eh bien, ça bosse vraiment dur on dirait. Ce poste a l’air de te convenir à merveille. »

Comme à son habitude, les idées peu claires, il fallut un temps à Koah avant de réaliser qu’il s’était assoupi et que Jewel se tenait là. « Ne m’en parle pas, c’est l’ennui mortel ici. » Dit-il en s’étirant. « La seule rare compagnie que j’ai par moments, c’est lorsque les coursiers m’amènent les caisses des nacelles. Et tu sais combien les coursiers n’ont aucune conversation. D’ailleurs c’est pour cela qu’ils sont coursiers… parce qu’ils n’ont rien dans la tête mais tout dans les bras… et certains dans la culotte. »

Jewel lui lança d’un ton taquin : « Tu ferais un très bon coursier. »

« Et toi une très bonne Sœur de Cheera. » Rétorqua-t-il sur le même ton railleur.

« Oh que c’est bas. » La jeune femme leva la lanterne vers le visage de son ami. « Bon trêve de plaisanteries, tu viens ? »

« Où ? »

Jewel soupira des narines un brin exaspérée. « Nous avions convenu depuis bien avant la Lune Rouge que nous sortirions à la taverne ce soir, histoire de s’amuser un peu légalement pour une fois. Et par une coïncidente extraordinaire, à la taverne se déroule en ce moment des festivités en l’honneur de Lokan Grams. Il a tué seul une des T-Rex du harem du gros Roy. Celle qui s’en prenait aux voyageurs sur la route de Lydée près de la rivière. Ça ne va pas révolutionner ma vie moi qui ne passe jamais par là, mais, c’est l’occasion de se payer l’alsinine un jeton moins cher. »

Koah se donna une tape sur le front. Il avait complètement zappé cette soirée.  Lorsqu’il regarda autour de lui, il fit la grimace en réalisant qu’il restait quatre cageots de fruits et deux de légumes à trier. D’un côté, il ne pouvait pas quitter son poste sans avoir terminé ce qu’il était sensé faire, mais de l’autre, Jewel allait certainement s’énerver s’il ne l’accompagnait pas comme promis. Bien trop de fois, Koah et ses frasques avaient gâché les seuls moments où ils pouvaient être ensemble. Soit, à Kobol les réprimandes de Kant s’il lui tombait dessus, Koah activerait la cadence demain matin.

« Je presserais la cadence demain matin, alors. En espérant que Kant ou un de ses nombreux sbires ne passent pas par ici avant mon retour. »

Tout deux sortirent du pavillon de tri pour rejoindre la taverne qui se trouvait à une dizaine de minutes de marche à travers Lydée.  De celle-ci rire et acclamations se faisaient entendre à des centaines de mètres à la ronde. Koah sentit son ventre se réveiller en des gargouillis lorsque l’arôme mielleux des biscuits aux noix sucrées parvînt à ses narines. Heureusement, le jeûne se terminait bientôt.

Pour une raison qu’il ignorait, l’incident du grenier et du pain volé à Letor n’était pas parvenu aux Prêtres d’Okan, ni même à son père. Koah s’était attendu à ce que le gros et gras Letor soit le premier à le dénoncer, mais apparemment, il n’en avait rien été. La marave qu’il s’était ramassé de Kant avait dû le refroidir, et le dissuader de s’en prendre au protégé du Maître Intendant. Par contre, en ce qui concernait sa mère, il ne voyait pas la raison d’un tel silence, surtout que le Grand Prêtre d’Okan de Lydée n’était autre que son époux. Quoiqu’il en soit, grâce à la non-divulgation de son larcin, le jeûne de Koah n’avait pas été reporté de plusieurs jours et se finissait donc ce soir à minuit.

Dans la taverne, de nombreux Lydéens chantaient, dansaient ou buvaient l’alcool de feuilles d’alsine. L’air épais était brassé par des feuilles de palmes tournant au-dessus des têtes, ce qui faisait valser avec une agréable harmonie les fumées blanchâtres des nombreux fumeurs de tabac Lydéen assis aux tables ou accoudés au bar. Le brouhaha endiablé que jouaient des musiciens sur l’estrade au fond de la salle, se trouvait être la musique traditionnelle de Lydée. Celle-ci avait le don de réunir la populace dans de grands élans enflammés par le simple désir de s’amuser ensemble.

Tout en marchant à travers la foule à la recherche d’une place libre où se déposer et s’acheter deux chopines de bière épicée, Koah tenait Jewel par la main. Hélas pour lui, la jeune femme semblait plus attirée par la piste de danse où quelques amies à elle se déhanchaient, que par le bar et ses boissons déjà préparées à l’avance. Elle tirait d’un côté et lui de l’autre, et finalement, d’un commun accord, elle partit vers la piste et lui vers le comptoir, se promettant d’un regard entendu de se rejoindre très vite plus tard.

Après avoir récupéré une bière épicée qu’il luttait pour ne pas boire car minuit n’avait pas encore sonné, Koah vagabonda tant bien que mal à travers la foule de Lydéens surexcités par l’ambiance sensationnelle de la taverne. Une serveuse boulotte lui tendit même au passage quelques biscuits aux noix sucrées qu’il ne se priva pas d’accepter avec une joie non dissimulée. Au gré de ses pas, Koah arriva après quelques minutes au pied des marches menant à une impressionnante mezzanine de bois. Là haut, des rires gras et épais se faisaient entendre et Koah pouvait apercevoir, d’où il se trouvait, quelques miliciens.

Lentement, le jeune Lydéen monta les escaliers et s’approcha de la table des miliciens où Boric Grams, le chef du village écoutait avec un large sourire aux lèvres le récit héroïque de son fils unique ; Lokan, l’un des guerriers les plus en vue du village. Autour de la table ronde, Maîtres Intendants, Prêtres de Davik et autres lydéens buvaient les paroles du grand blond comme si celui-ci apportait la bonne parole de Pëlos. Gurkan était également assis à la gauche de Boric qui avait sa grosse paluche déposée sur son épaule. Aussitôt Koah en vue, le grand guerrier métissé aux dreadlocks lui lança un regard complice, heureux de simplement le voir ici.

Fier de lui, Lokan mimait les gestes de ses exploits en parlant vite et fort. « … et c’est là qu’elle a surgi de la jungle. Desmond a alors hurler un « attention ! » à en faire trembler Kobol lorsqu’elle s’est jetée dans notre direction. Autant vous dire mes amis que lorsqu’une femelle du gros Roy charge, vous ne restez pas de marbre… J’ai alors pointé mon javelot vers elle, et avec toute la force dont Davik m’a fait don, je l’ai lancée ! Elle a parcouru les airs aussi vite que l’éclair et a transpercé l’œil gauche de cette femelle enragée. Le cri qu’elle a poussé mes amis ferait déserter un Qwel de son poste lors d’une attaque de Lydée. Têtue comme Sedna, elle s’est remise à charger dans notre direction. C’est alors que Gurkan a entrepris de lui entraver les pattes dans les coteaux de lierre gris en contre bas du chemin. L’idiote créature a aussitôt dégringolé la pente. A peine avait-elle touchée le sol une dernière fois que me voilà déjà sur son dos écailleux en train de lui planter profondément mon glaive… »

Koah secoua la tête en roulant les yeux, et même si sa raison – ainsi que le regard lourd de Gurkan – lui ordonnèrent de ne pas l’ouvrir, sa bouche prononça ces mots teintés d’une certaine ironie : « C’est Gurkan qu’on devrait fêter ce soir alors, pas toi Lokan… C’est lui qui l’a entravée dans les lierres gris, c’est donc grâce sa chute que… » Le jeune homme la boucla aussitôt, sentant les nombreux yeux hostiles de la populace se poser lourdement sur lui. Rapidement, Koah leva sa choppe et s’écria avec joie et allégresse : « Félicitations ! A la santé du glorieux Lokan ! »

Toute la taverne suivit le mouvement et les acclamations fusèrent de toute part. Gurkan profita de cette effervescence soudaine pour se lever et s’approcher de Koah qu’il agrippa par le bras pour l’amener à l’écart. Une fois certain que personne ne pourrait les entendre, il lui dit d’un ton limite irrité : « Tu ne pouvais pas t’empêcher de la ramener n’est-ce pas ? Dès que je t’ai vu débarquer, j’ai su que tu allais l’ouvrir. C’est plus fort que toi, hein ? Il faut toujours que tu rabaisses les Lydéens d'importance. »

« Tu laisses ce couard  te voler la vedette ! »

« C’est le fils du chef de Lydée. »

« J’oubliais que tu n’étais le fils que d’un pêcheur de moules, qui lui s'est battu contre une dizaine d'Hankiens sans personne pour lui mâcher le travail. »

Gurkan lui lança un regard noir. « Tu tiens vraiment à ce qu’on se tire la gueule toute la soirée ? »

« Non. » Fit-il en soupirant fortement. « Tiens ! C'est moi qui offre ! » Il lui tendit sa chopine de bière épicée. « Il n’est pas minuit, je n’ai pas encore le droit d’en boire. »

« Ça se termine ce soir, ton jeûne ? »

« Oui, et j’compte même peut-être pour fêter ça, manger un bœuf. »

Gurkan rit aux éclats un instant avant de dire d’un air goguenard : « Tant que tu ne les monte pas, je crois que c’est tout ce que Lydée attend de toi. » Il lui caressa l’épaule. « Ecoute, j’ai encore quelque histoires de bravoure à raconter à Boric et après on se retrouve avec Jewel pour faire la fête, d’accord ? » Un regard complice. « Je sais que tu n’aimes pas trop les dirigeants de Lydée, et que tu crains qu’ils puissent corrompre mon esprit, mais moi je pense sincèrement que la seule personne dans tout Lydée qui puisse me corrompre, c’est toi tête de pioche ! »

Sans un mot de plus, Gurkan reprit sa place auprès de Boric et des guerriers de Lydée. D’un pas lourd, Koah redescendit les marches de la mezzanine pour s’aventurer dans le fond de la taverne où il y trouva une table plutôt vide occupée que par quelques vagabonds de passages à Lydée.

Assis sur son banc, Koah s’appuya sur la table, le visage enfoui dans ses mains jointes. La petite fille de l’un des vagabonds lui demanda si elle pouvait lui prendre un biscuit qu’il avait déposé devant lui, et Koah les lui donna tous sans un mot. L’envie de se goinfrer s’était envolée tout comme sa bonne humeur qui avait laissé place à une mine maussade.

Comment faisaient Jewel et Gurkan pour se satisfaire de cette vie ? Jewel était aimée, courtisée et s’amusait de peu, quant à Gurkan, il semblait marcher sur les traces des plus grands guerriers de Lydée, ceux que Boric appréciait et n’abandonnait jamais. Ses deux amis n’avaient aucune raison de vouloir un jour quitter le village. Qu'en était-il de lui ? Rien de bon ici ne se profilait à l’horizon. Aussi loin que pouvait voir Koah, le Lydéen ne s'imaginait pas vivre et mourir à Lydée. Ce village, à mesure que les années passaient devenait de plus en plus petit, de plus en plus étroit et surtout de plus en plus hostile.

¤

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »


Dernière édition par le Dim 3 Fév - 17:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1787
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 02 - Pour la Gloire des Grams.   Mar 30 Oct - 1:43

La fête battait son plein ce soir. Guerel était peut-être l’un des seuls à travailler tard encore… Il finissait une chope qu'il comptait offrir au chef du village, en reconnaissance des exploits de son fils. Il avait gravé dessus et incrusté quelques pierres. Les illustrations représentaient Lokan abattant ce monstre grossier qu’était le T-Rex. En second plan, pour ne pas créer de polémique, se trouvaient Gurkan et Desmond car le potier accordait toujours une valeur importante à l’Histoire. Être à plusieurs pour vaincre une telle force de muscles était obligatoire, et puis la gloire en restait la même sauf qu’elle évitait les jalousies. Les guerriers nourrissaient parfois un égo surdimensionné, plus ils apportaient des victoires, plus leurs chevilles enflaient. Partager les honneurs avec quelqu’un était une chose bénéfique, en tout cas l’Artisan en était convaincu. Il était concentré sur son œuvre depuis la veille. Dès qu’il avait appris qu’une fête serait donnée, tout son art créatif s’était éveillé. Inspiré, il avait imaginé l’ensemble des décorations et malgré quelques douleurs dans les jambes et le bas du dos, ses mains ne tremblaient pas et apportaient à l’objet de merveilleux ornements.

Sa femme était partie depuis un bon moment chez une amie à elle, à l’autre bout du village. Il faut dire qu’elle s’occupait comme elle le pouvait, étant donné qu’elle n’aimait pas vraiment faire la fête. Et oui, sa femme était casanière. Tout était silencieux, seuls les petits bruits mécaniques résonnaient. Lorsqu’il eut terminé, il admira son cadeau et l’examina dans tous les sens pour vérifier qu’il ne comporte aucun défaut. Ce n’était pas pour le plaisir de crier que sa chope était irréprochable devant tout le monde mais plus par culte pour la perfection. Quelle serait sa réputation s’il laissait une fine rayure de quelques millimètres ou une simple bosse à peine visible ? Il entendit des pas légers s’approcher de son atelier et sans lever les yeux il sut immédiatement de qui il s’agissait : Logan. Le petit garçon d’Andrew venait lui rendre visite comme à son habitude. Hors, sa présence ici l’étonna, d’abord parce qu’il était tard, la nuit était tombée et ensuite parce que l’enfant aurait du se trouver avec son père à la fête… Guerel haussa un sourcil et demanda :

- Bonsoir Logan, que fais-tu ici à cette heure ? Tu ne devrais pas être avec ton père à la table des Maîtres Intendants ?

- Si… mais je n’ai pas envie… Et papa n’est pas rentré de sa chasse… depuis deux jours… je m’ennuie tout seul, je peux venir avec toi ? Et c’est quoi ?

La voix était fluette, un peu blasée pour tout dire. Logan s’approcha de la chope et la regarda sans oser la toucher. Guerel ne faisait pas attention, il était inquiet par cette étrange nouvelle… Andy n’était toujours pas revenu après deux jours de chasse, étrange… lui qui ne loupait pas une soirée avec son fils. Et puis, s’il avait eu l’intention de quitter le village pour plusieurs jours il serait venu lui confier son fils comme il faisait à chaque fois. Lui serait-il arrivé malheur ? À en juger la sérénité du garçon, tout semblait normal. Guerel tâcha donc d’en apprendre davantage :

- Deux jours dis-tu ? A-t-il précisé où il se rendait ?

- Non, il m’a juste dit qu’il revenait le soir mais il n’est pas rentré… je n’en sais pas plus… Alors je peux venir avec toi ?

- Euh… oui, bien sûr… mais tu ne t’éloignes pas trop, j’ai passé l’âge de te courir après. D’accord ?

- Oui, alors, c’est quoi, c’est pour qui ?

- C’est une chope, je l’ai faite pour le chef du village, c’est un hommage à son fils, à Desmond et à Gurkan aussi. J’espère que ton père va bien tout de même… j’allais justement me mettre en route pour la taverne, alors allons-y.

Et ils se mirent en route. Durant le trajet, le potier posa quelques questions bateaux du genre « Comment s’est passé ta journée ? » auxquelles il n’écoutait pas les réponses aussi rigoureusement qu’il l’aurait voulu. Cette nouvelle semait le trouble dans son esprit… Pourvu qu’aucun mal ne soit arrivé à son ami ! Logan racontait ce qu’il avait fait ces derniers jours, vu qu’il avait été mis un peu à l’écart pour avoir semé le trouble dans son groupe d’apprentissage. Il admirait Guerel pour ses beaux objets. Ce dernier, attendri et finalement généreux lui avait donné une belle assiette ornée à son nom. Il n’avait jamais vu un gosse d’aussi gentil et désireux d’apprendre. Parfois il entendait Letor pousser un grognement, exaspéré par les questions incessantes que débitait le jeune garçon. Lui ça ne le gênait pas. Il était plutôt touché par cette attention. Et puis, lui qui n’avait jamais pu avoir d’enfant avec son épouse, un bol de jeunesse de temps à autre ne faisait pas de mal. Ils arrivèrent bientôt à la taverne là où se tenait la fête. La foule était répartie en trois groupes, toujours distincts : les danseurs, les buveurs et les autres… à savoir les personnes mises à l’honneur. C’est vers elles que le duo se dirigea.

- Tiens Guerel ! Enfin tu désires te montrer !

- Bonsoir Boric, pardonne mon retard mais j’ai préparé ceci pour te le remettre et apporter un hommage à la gloire de ton fils et du combat qui a eu lieu.

Il tendit la chope à Boric qui siffla d’admiration et la prit avec délicatesse. Il la regarda sous tous les angles et la posa précautionneusement sur la table. L’assemblée était toute attentive et jetait un œil envieux à ce présent. Lokan lui-même se rapprocha pour voir la poterie finement ouvragée à sa gloire et à celle de Gurkan vu qu’il était représenté dessus… Derrière certes mais il y était, cela amoindrit son sourire mais il n’en montra rien. Seul le potier remarqua qu’il était gêné par le fait de ne pas se voir seul sur l’illustration.

- Il ne fallait vraiment pas Guerel ! Ton travail est remarquable, je ne sais comment te remercier pour ta gentillesse… Si je le sais !

Il leva son verre et hurla, reprit par l’assemblée ;

- A Guerel !

Mais bientôt son attention fut attirée par la demi-portion qui accompagnait le vieil homme. Logan… le fils de son Maître Intendant odieux ! Le seul qui avait osé de ne pas assister aux réjouissances. Sur un ton amer, il demanda au jeune garçon :

- Tiens mais qu’avons-nous là, le fils Kant… Pourrais-je savoir où se trouve ton père ?

- A vrai dire Boric, j’espérais qu’il serait ici à manger avec vous…

- Que veux-tu dire ?

- Et bien, Logan m’a dit que son père était parti à la chasse mais qu’il n’était pas rentré depuis deux jours… ça ne ressemble pas à Andy…

- Penses-tu donc ! C’est rare qu’un chasseur ne soit pas préoccupé par son gibier plusieurs journées. Il n’y a là rien d’anormal, crois-moi. Si demain au soir il n’est pas encore rentré, j’enverrais des éclaireurs pour le retrouver…

- Soit… mais ne tardons pas trop à lui envoyer de l'aide même s’il n’en a pas besoin, n’oublie pas ce qui est arrivé à Réan…

- Non je n’oublie pas mais je ne peux pas me permettre d’envoyer des équipes à tout va sous prétexte qu’un chasseur disparait pendants deux journées… J’aviserais en temps voulu ! Bien mes amis, reprenons là où nous en étions !

Et ainsi reprirent les récits épiques pour la plupart embellis au possible. Guerel intima à Logan de se retirer et tout deux s’éloignèrent. Logan reprit la parole sur un ton si lucide et si ressemblant à son père que le potier crut un instant l’avoir près de lui :

- Glouton fanfaron… Il ne pense qu’à s’en mettre dans la panse et peu importe ses hommes… Qui est Réan ?

- Oh, n’en veux pas à Boric, il a d’autres soucis… Réan était un glaneur de fruits…

- Qu’est-ce qu’il lui est arrivé ?

- Oh… ce n’est pas une belle histoire mais, si tu veux vraiment la connaitre… Un jour, Réan est parti comme d’habitude, avec un sourire rayonnant travailler en forêt… Il n’est jamais revenu… Pendant une longue semaine, personne n’est partie à sa recherche et puis finalement ton père et moi y sommes allés… Nous avons retrouvés Réan mort… quelques heures plus tôt car son corps était encore chaud…

- Comment est-il mort ?

- Et bien, il semblerait qu’il se soit cassé la jambe en tombant d’un arbre. Si nous étions arrivés plus tôt, cela aurait sans doute pu lui sauver la vie… Mais pendant une semaine, il ne pouvait avancer qu’en rampant. Et comme les prédateurs sont nombreux, je suppose qu’il a du se terrer quelque part… nous l’avons trouvé près d’une grotte…

- Et papa aurait fait pareil, tu crois ?

- Non… ton père a sans doute pisté un cerf ou un sanglier et il va nous le ramener. Je l’espère…

Il était tout sauf tranquille. Boric n’apprenait que rarement de ses erreurs et si Andrew était en danger le temps comptait beaucoup. Alors qu’ils se faufilaient entre la foule, Guerel arriva au bar de fortune et chercha des yeux une table. Elles étaient toutes prises sauf une où il restait 4 places. La cinquième étant occupé par quelqu’un que le potier connaissait bien et lorsqu’il le reconnut, il arbora un sourire.

- Pourquoi tu souris ?

- Oh, pour pas grand-chose, je viens de reconnaître un ami. Un gaillard bien sympathique quoiqu’un peu maladroit… Il est aussi doué que ton père pour ce qui est du bricolage… ça te dirait de le rencontrer ?

- Oui !

Alors ils s'approchèrent vers la table. Guerel avançait tranquillement et lorsqu’il fut suffisamment proche il dit :

- Salut le "dé"monteur de table ! Je vois que tu t’occupes à des tâches dignes d’un jeune, c’est bien ! Je te présente Logan Kant, le fils d’Andrew. Logan voici Koah Lang, un glaneur de hauts fruits lui aussi. Je vous laisse faire connaissance, je reviens, je vais chercher à boire et à manger aussi…

Logan regarda ce tas de muscles et de chair qu’il avait en face. A coté de lui il semblait être une plume prête à s’envoler d’un coup de souffle. Il s’assit et posa ses coudes sur la table en regardant ce drôle d’individu qui pour lui semblait aussi fort que son père, moins forcément, la fierté aidant… Et puis ce fut le déluge habituel de questions :

- Tu as l’air fort pour un glaneur ! Tu vas souvent récupérer les fruits dans les arbres toi aussi, comme Réan ? Tu l’as connu ? Il était gentil ? Comment tu as connu Guerel, tu l’as aidé à faire des poteries toi aussi ? Tu sais que j’ai une assiette à mon nom ? C’est Guerel qui me l'a faite, exprès pour moi. Et il a offert une chope superbe à Boric… même s’il ne pensait qu’à manger et à boire à l’honneur de son fils… Tu fais quoi ici ? Tu es tout seul ?

¤

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.


Dernière édition par Andrew Kant le Sam 7 Déc - 21:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1917
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 02 - Pour la Gloire des Grams.   Mar 30 Oct - 13:41

Alors que l’esprit de Koah Lang était perdu dans ses pensées maussades, la voix de Guerel perça le voile de musique de la taverne et le ramena aussitôt sur terre. Loin s’envola pour l’instant son amertume d’une soirée qui s’annonçait plus que morose. Le jeune homme s’apprêta à répondre au potier qu’il était heureux de le croiser par ici, mais il n’eut le temps que de lui adresser un léger signe de main avant que le vieux Guerel ne s’éclipse aussi vite qu’il était arrivé, en laissant derrière lui le mioche de son Maître Intendant.

Rapidement, Logan prit place à ses côtés et comme une tornade de curiosité qui ne connaissait pas la gêne d’une première rencontre, il déballa ce que Koah qualifiait de torrent incessant et indécent de questions.

- Tu as l’air fort pour un glaneur ! Tu vas souvent récupérer les fruits dans les arbres toi aussi, comme Réan ? Tu l’as connu ? Il était gentil ? Comment tu as connu Guerel, tu l’as aidé à faire des poteries toi aussi ? Tu sais que j’ai une assiette à mon nom ? C’est Guerel qui me l'a faite, exprès pour moi. Et il a offert une chope superbe à Boric… même s’il ne pensait qu’à manger et à boire à l’honneur de son fils… Tu fais quoi ici ? Tu es tout seul ?

Bouche bée, le jeune Lang resta un instant les yeux ronds, fauché sur place. Who who who ! Son cerveau - lent en cette soirée - n’avait perçu que quelques unes de ce qu’il semblait être des centaines de milliers de questions qui s’étaient abattues sur lui en une minute à peine. Eh bien, le fils de son Maître Intendant s’en posait des questions ! On aurait dit lui à son âge, certes bien plus petit, mais cette pensée le fit légèrement sourire.

Appuyé sur un coude, Koah se pencha un peu vers l’enfant avant amusement. « Alors, c’est donc toi le futur agitateur, voleur et menteur si on en croit les médisances de Letor ? Tu ne me semble pas très dangereux à première vue. Quoique potentiellement curieux et bavard, mais cela n’a jamais tué personne… enfin je crois. »

Koah lui donna une petite tape sur l’épaule. « Hélas Trois Pommes, je n’ai retenu qu’un millième de ce que tu m’as déballé. Tu m’as pris de court. Excuse-moi, mais j’ai une mémoire de poisson rouge par moments… surtout au sortir de mes pensées. Pour te répondre brièvement de ce que je me souviens, oui je vais souvent récupérer des fruits dans les arbres, mais ces derniers temps, je suis assigné à une autre tâche moins acrobatique et beaucoup plus emmerdante. Oui, j’ai connu Réan, mal, mais je l’ai connu. Il était plutôt sympa, du moins, il ne me tapait pas sur la gueule lorsqu’il me voyait. Pour ce qui est de Guerel, je le connais depuis l’enfance sans jamais avoir été très proche de lui. Ma mère travaille au grenier près de son atelier. J’ai aidé le bon ami de ton père il y a quelques jours à transporter des caisses dans son atelier. Un bien joli endroit d’ailleurs. En passant, si tu aimes les jolies choses que fabrique Guerel, il faudra lui demander qu’il te montre une urne magnifique que j’ai vue là-bas. Je n’ai jamais rien vu d’aussi beau. C’est une merveille pour les yeux. Pëlos en sera vraiment ravi ! »

Lorsque son esprit se remémora la dernière question de Logan, Koah releva les yeux vers ses deux amis. Jewel dansait plus loin sur la piste en compagnie d’un charmant bâtisseur du nom de Maxime Quinn, tandis que Gurkan riait de bon cœur en buvant des flots d’alcool d’Alsine en compagnie de Boric et d’autres guerriers tous à l’égo démesuré sur la mezzanine.

« Pour être franc, je commence à me demander ce que je fais ici, Trois Pommes. » Avoua Koah en se fardant d’un faux sourire amusé, histoire de faire passer cela comme un aveu non douloureux. « J’étais venu avec ma meilleure amie rejoindre mon meilleur ami, mais ceux-ci semblent avoir d’autres projets que de passer leur soirée en ma compagnie. L’une préfère séduire, et l’autre, glorifier d’éloges guerrières un usurpateur. » Il claqua des mains, passant son amertume au silence. Il n’allait quand même pas se confier à un gamin même pas assez âgé pour avoir du poil au menton quand même ! Et surtout, au gamin de son Maître Intendant qui pourrait par mégarde cafter toute cette discussion à son père.

« Et toi… Trois Pommes ? J’imagine que tu es venu t’amuser comme un petit fou ? A ton âge, j’adorais ce genre de fêtes. Les grands sont tellement ivres qu’ils ne font presque plus attention aux bêtises que l’on peut faire… bien que, si j’étais toi, je vérifierais quand même l’état d’ébriété de mon père avant d’oser ne serait-ce qu’imaginer m’aventurer sur les sentiers obscurs des sacripants. Ton paternel est assez terrorisant lorsqu’il gueule. » Fini-t-il avant d’éclater d’un léger rire.

¤

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1787
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 02 - Pour la Gloire des Grams.   Mar 30 Oct - 22:59

Logan écouta avec une grande attention Koah et se tut jusqu’à ce qu’il ait terminé. Il y avait été fort sur les questions et à voir la façon dont le glaneur le regardait, il eut l’impression de l’avoir encore plus endormi qu’autre chose. Il regarda la foule pour tenter de repérer les « amis » de Koah, en vain. Autour d’eux les gens se pressaient et bougeaient comme des fourmis. Les gobelets s’entrechoquaient et les danseurs faisaient le tour de l’espace qui leur était réservé. On entendait au loin dans un bruit de fond Boric trinquer encore et toujours, pour son fils. Logan resta silencieux un moment, un peu comme un orage avant la Tempête puis il dit à nouveau :

- Papa ne m’a jamais crié dessus… Il m’aime trop ! Et puis de toute façon, il n’est pas là ce soir… Boric dit qu’il chasse un gros gibier mais Guerel dit qu’il s’est peut-être cassé les jambes comme Réan… ou alors qu’il fait ce qu’a dit Monsieur Glouton… Moi, je ne sais pas… on m’a dit qu’il reviendrait vite, mais personne ne dit jamais pareil ici… Mon papa t’a déjà crié dessus ? Pourtant, il ne crie que sur les vilains… ou les fainéants… T’as pas l’air d’un méchant garçon pourtant.

Bien sûr c’était dit sur un ton de gosse, innocent… Guerel ne tarda pas revenir trois verres à la main. Il posa le tout sur la table et clama d’un ton joyeux :

- Voilà de quoi passer le temps ! Logan c’est du sirop de fruits dans celui là… L’alsine, c’est pour les grands…

- De toute façon, j’en ai déjà goûté dans la bouteille que papa garde à la maison et ce n’est pas bon, ça donne mal à la gorge ! Et à la tête aussi… je préfère mon sirop à votre poison !

- Et bien, dis donc… on en apprend tous les jours ! Et il ne le sait pas n’est-ce pas ?

- Non… je peux avoir des gâteaux ?

- Euh oui… je vais te chercher ça…

Guerel posa les verres et retourna chercher un plat de gâteaux sortant juste de la cuisson. Pendant ce temps, Logan reprit la parole… et quelle tirade !

- J’ai promis à Guerel d’être sage… et puis, de toute façon, les autres sont casse-pieds… ils jouent à des jeux de fille, à se cacher ou à se battre pour savoir qui est le plus fort... Une fois j’ai voulu grimper sur le toit de la salle du Conseil mais Ylang est allé rapporter à un Maître Intendant… Déjanire… elle m’a crié fort dessus… ça c’est une femme qui gueule ! Et en plus, elle fait peur ! Tu l’as déjà rencontrée toi ? C’est fou comme elle peut m’effrayer avec ses yeux… j’ai toujours l’impression qu’elle va me gronder… Je l’évite autant que je peux. Et puis, je ne fais pas pire que les autres moi. Duke et sa bande, ils vont voler Letor pendant son absence. J’ai essayé de le lui dire mais il ne m’aime pas… il me dit que je lui brise les tympans à geindre comme un bébé… il ne veut même pas me répondre… pourtant ce qu’il fait est très bon. T’as déjà gouté ses petits pains ? Ils sont succulents… Tu sais avec des petits morceaux de fruits dedans… papa dit que les fruits ça donne « du plomb dans la cervelle »… peut-être que Lokan, Duke et Ylang devraient en manger plus souvent…

- Voilà tes biscuits !

Guerel était revenu et franchement, cela avait de quoi soulager Koah. Le fils était décidément aussi bavard que le père était grande-bouche. Il s’assit face à Koah et but une gorgée d’alsine. Logan lui, ne parlait plus… trop occupé à manger les gâteaux.

- Alors ? Que fais-tu tout seul, Jewel n’est pas avec toi ? J’ai vu Gurkan en haut, il était en pleine discussion avec Lokan et Boric… c’est bien ce qu’il lui arrive. Tout ça me change de cet éternel repas où l’on félicite le chef, pour une fois, les honneurs sont partagés. Toi qui le connais bien tu dois savoir qu’il est vraiment humble de prendre avec autant de sérénité l’attitude hautaine de Lokan…

- Tu connais Gurkan ? Il est grand ! Presque autant que papa… C’est ton ami alors ! C’est bien, il a l’air très gentil pour un guerrier, c’est lui qui m’a attrapé une fois en train de jouer dans l’entrepôt de tri… Je lançais des pépins sur Irys. Il m’a vu et il n’a rien dit à personne contre quelques graines aussi... Il avait l’air d’aimer mon jeu. Vous êtes copains depuis longtemps ?

- Logan… tu es en train de nous l'assommer là ! Tu vas finir par le mettre KO… notre Koah…

- Et toi tu le connais, Gurkan ? Et c’est qui Jewel ?

- Encore heureux que je connaisse Gurkan ! Il m’a assez fait de misères comme ça… Je craignais qu’il mette un pied dans mon échoppe… Imagine donc ! Avec sa carcasse et sa délicatesse… Sans compter qu’il jette souvent des hommes…

- Ahhh ??? Vraiment ??? Comme ça par dessus son épaule ? Il doit être costaud, plus fort que papa ! Je l'ai jamais vu jeter des hommes... Comment ça se fait que ce soit Lokan qui ait tué le T-Rex ? Il est plutôt gonflette lui… et puis il a pas l’air doué…

Guerel ne put se retenir de rire. La façon dont Logan parlait était si proche de celle de son père que ça en était troublant. Logan fit passer le plateau à Koah pour qu’il mange des biscuits et attendit la réponse avec avidité.

- Ce n’est pas si simple… Lokan est peut être plus adroit et plus agile… qui sait…

- Bof… je le trouve pas plus puissant que ça… Et puis, il n’est pas sympa, tu as vu la façon dont il se pavanait ? Papa dit toujours qu’il faut rester humble… parce que sinon on a la tête qui s’alourdit et qui tombe sur le sol. Ça doit faire mal…

- Mal à leur égo surement… Ceci dit je doute sincèrement qu’ils en aient conscience, que ce soit Boric ou Lokan… Leur orgueil les aveugle… Heureusement que des gars bien et humbles sauvent la mise… Enfin… cela ne répond pas à ma question, que fais-tu seul dans ton coin ? C’est soir de fête, pourquoi ne passes-tu pas de temps avec tes amis ? Ne me dis pas que tu es encore puni… ou que tu boudes… Ce serait le comble de la soirée !

- Puni ? On ne peut pas punir un adulte, si ?

- Et bien, à vrai dire, on peut punir quelqu’un s’il a fait une grosse bêtise… ou si le Conseil le décide. Mais laisse donc notre ami répondre, je suis sûr que notre joute doit légèrement l’énerver.

Guerel adressa un sourire complice à Koah. C’était surtout les questions incessantes de Logan qui fusaient depuis tout à l’heure et à chaque fois elles empêchaient le glaneur de parler…

¤

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.


Dernière édition par Andrew Kant le Sam 7 Déc - 21:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1917
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 02 - Pour la Gloire des Grams.   Mer 31 Oct - 11:36

- Papa ne m’a jamais crié dessus… Il m’aime trop ! Et puis de toute façon, il n’est pas là ce soir… Boric dit qu’il chasse un gros gibier mais Guerel dit qu’il s’est peut-être cassé les jambes comme Réan… ou alors qu’il fait ce qu’a dit Monsieur Glouton… Moi, je ne sais pas… on m’a dit qu’il reviendrait vite, mais personne ne dit jamais pareil ici… Mon papa t’a déjà crié dessus ? Pourtant, il ne crie que sur les vilains… ou les fainéants… T’as pas l’air d’un méchant garçon pourtant.

Koah Lang laissa échapper un nouveau sourire amusé. Il était difficile pour le jeune Lydéen de s’imaginer que ce petit gars pas plus haut que trois pommes était le fils de son Maître Intendant. Logan semblait à des années lumières du caractère ronchon, sec et autoritaire de son père. Il devait avoir – pensa un bref instant Koah – hérité de toute la fraicheur de Laureen. Hum, le beau futur tombeur qui se profilait à l’horizon.

« Détrompes-toi bonhomme. Je suis de la mauvaise graine de Lydée. Celle qui fait hausser le ton à ton papa par exemple. Et en parlant de lui, s’il y a bien un homme avec les jambes brisés qui reviendrait à Lydée coûte que coûte, c’est bien ce cher Maître Intendant. Tu ne devrais pas t’inquiéter davantage pour lui. »

Ce fut tout ce que Koah put dire avant le retour de Guerel et de ses trois chopines. Logan était certes un garçon mignon et charmant à qui on donnerait les bonnes grâces de Cheera sans confession, mais hélas il était aussi incroyablement bavard, et surtout, encombrant. Pas moyen d’en placer une. C’en était presque énervant. Lorsque Logan lui parla de sa crainte de Déjanire, Koah étouffa un ricanement. Il aurait bien ajouté une couche et enfoncé sa très chère maman en racontant qu’elle était par exemple certainement fille de Gorgone transformée en Lydéenne par la Bonté de Pëlos, mais encore une fois, Logan enchaînait son bavardage sans s’étouffer.

Ainsi, le fils Kant monopolisa la conversation un long instant. Koah ne répondit que de hochements de tête aux nombreuses questions concernant Gurkan. C’était amusant de voir combien les enfants Lydéens admiraient les guerriers. Hélas, ceux-ci admiraient également les usurpateurs comme Lokan. Koah ne cacha que difficilement son aversion pour ce dernier lorsqu’il fut mentionné dans la conversation.

- … Mais laisse donc notre ami répondre, je suis sûr que notre joute doit légèrement l’énerver.

Le jeune Lang roula les yeux. Pourquoi n’était-il pas avec ses amis ? Peut-être parce que ceux-ci avaient d’autres priorités, non ? Peu enclin à cacher son amertume ce soir, Koah répondit d’un ton sec et blasé.

« Voyons, monsieur Guerel, cela ne se voit pas ? » Il écarta les bras et se montra lui-même. « Je passe une agréable soirée avec mes deux meilleurs amis. Une agréable soirée attendue depuis des lustres par le trio que nous formons depuis près d’une décennie. Trio qui semble s’effriter à mesure que le temps passe. Kor et Torsha doivent en être heureux d’ailleurs. »

Par énervement, Koah brisa entre ses doigts un biscuit sec. Puis, il montra Jewel d’un balancement de la tête. Celle-ci dansait toujours langoureusement en compagnie du même homme que tout à l’heure, homme que Koah savait plaire à son amie.

« J’irais bien la rejoindre, mais ce soir, on dirait bien qu’elle est encore une fois en chasse d’un mari. Mademoiselle Päsh en a assez d’être la seule mademoiselle de son groupe d’agricultrice. Selon elle, il est temps qu’elle trouve homme à épouser et qu’elle fonde une famille. C’est bien une mentalité de Lydéenne ça ! Comme si nous n’étions pas assez de Lydéens perchés au-dessus des arbres. »

D’un geste d’humeur, il passa une main dans ses cheveux pour tenter de calmer son aigreur. Il n’était pas jaloux, non. Il était juste agacé par Jewel et son envie de vie tout à fait commune et rangée… vie conditionnée par les stéréotypes Lydéens qu’on lui avait imposé depuis sa naissance. Il était plus qu’évident pour Koah que Jewel ne quitterait jamais Lydée, qu’elle resterait ici, à jamais prisonnière, et que de ce fait, il ne pouvait pas compter sur son soutien afin de l’aider à fuir Lydée.

Le rire gras de Boric suivit de celui de Gurkan firent lever le regard assassin de Koah vers la mezzanine. « Quant à Gurkan… eh bien comme vous pouvez le constater, Gurkan flatte l’égo démesuré des Grams en minimisant ses exploits d’aujourd’hui. Et entre nous, ça m’horripile énormément. Alors, autant ne pas m’approcher davantage de cette table… je risquerais de finir la nuit attaché au pilori. » Sa mauvaise humeur le submergea et le poussa à décauser Lokan. « Savez-vous combien de fois il a sauvé la vie de cet imbécile ? Sans que cet idiot de Lokan ne l’en remercie en le couvrant à son tour d’éloges comme il le fait en cet instant ? Des dizaines de fois ! Si pas plus ! »

Encore une fois, la mezzanine résonna de cris et d’acclamations guerrières. Koah fit la grimace en ronchonnant dans son menton. « Sommes-nous donc les seuls à ne pas apprécier courber l’échine devant leur égo démesuré ? Et regardez-moi ça comme ça se congratule. Et gnagnagna… Et une petite tape sur le bide… et gnagnagna, et vas y que j’te tapote la croupe comme on flatterait le flan d’un cerf. »

Soudain, il se ressaisit, réalisant qu’il n’était pas de bon ton ici de dire tout haut ce que l’on pensait des dirigeants de Lydée. Il valait mieux se taire. Il avait déjà suffisamment d’ennuis comme cela pour en rajouter une couche. En plus, bavard comme l'était Logan, cela ne ferait aucun doute qu'il irait tout cafter à son père... père qui était Maître Intendant et qui siégeait au côté de Boric au Conseil de Lydée ! Tiens, raison de plus pour la boucler.

« Pardonnez ma mauvaise compagnie, mais je suis d’humeur maussade à la base ce soir. Le travail au pavillon de tri m’ennuie à un point, vous n'avez pas idée ! » Koah se força à un sourire chaleureux en passant du coq à l'âne. « Et vous, monsieur Guerel ? Vous jouez à la nounou pendant que mon Maître Intendant préfère ramper à travers la jungle en trainant ses deux jambes cassées derrière lui ? Avons-nous lieu de nous inquiéter ? »

¤

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1787
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 02 - Pour la Gloire des Grams.   Mer 31 Oct - 15:22

Logan était passionné par ce que racontait Koah. Il l’écoutait avec une telle attention qu’il en oublia de parler. Lui non plus n’aimait pas Lokan et la plupart des guerriers n’étaient pas gentils. Ils gonflaient le torse dès qu’un jeune homme ou une jeune femme passait pour montrer leur musculature, c’était à la fois amusant et d’un terrible ennui. Une fois, lui-même avait tenté de faire pareil mais comme le disait bien Koah, il n’était grand que comme trois pommes… et puis, il avait hérité de la stature plutôt fine de sa mère. Alors, il avait mimé le pas de ses guerriers en pleine démonstration de leur égo surdimensionné. Inutile de dire que tout ça n’avait pas plu ! Surtout à Lokan qui se targuait de son arrogance par une démarche à la fois élégante et superbement lourde… en gros on aurait dit un paon empaillé à la graisse de T-Rex sur un des pilotis de Hanka… si vous voyez le tableau… Et que Gurkan s’écrase face à cette face de rongmol, cela l’horripilait et il lâcha sur un ton désolé, avec un peu de colère nuancée dans sa voix avant de se lever :

- Pff… Gurkan est bien bête de lécher les pieds de Lokan… Il manquerait plus qu’il devienne son esclave attitré… Je suis certain que d’une bonne droite il doit lui briser la mâchoire et lui faire ravaler son air hautain ! Je reviens, Guerel, je viens d’apercevoir Nicky… elle a l’air triste…

- Oui, bien sûr mais ne fais pas de bêtises, hein, tu sais que j’ai passé l’âge de te courir derrière…

Aussi bavard que rapide, Logan avait déjà disparu dans la foule et s’était approché de la jeune fille dont les larmes coulaient. Alors qu’ils parlaient tous les deux, Guerel regarda Koah avec un sourire plutôt conciliant. Lui, n’en pensait pas moins que le jeune homme mais il ne le disait pas. A quoi cela aurait-il servi de toute façon ? Les gens d’ici vénéraient plus leurs chefs que leurs Dieux. Lui, il appréciait le courage de certains à dire ce qu’ils pensaient, c’est pour ça qu’il était tant ami avec Andrew et qu’il appréciait le glaneur. Bien que plus vieux qu’eux, il arborait aussi un air un peu rebelle endormi. En son temps, il avait eu sa période contestataire envers le fameux conseil du village.

- Tu sais, Jewel n’a peut-être pas autant le désir de liberté que toi… C’est une jeune femme plutôt sympathique qui malgré son caractère un peu enjoué garde la tète sur les épaules. Je ne dis pas qu’elle aurait raison de se marier mais si c’est son souhait le plus cher, en tant qu’ami tu dois l’accepter. Ce serait dommage que tu lui en veuilles parce qu’elle accomplit son rêve… Quant à Gurkan, je suis entièrement d’accord avec toi… Nous sommes peu à penser ainsi crois-moi… Mais avec ma femme, nous sommes d’accord, il n’y a pas vraiment de place à Lydée pour le partage de l’honneur… Ce sont toujours les plus importants qui se voient attribuer les lauriers, et les autres s’écrasent… Pour ton ami, je suppose que de se savoir à la table de Grams, avec une citation hasardeuse dans le récit de Lokan doit lui suffire car il est reconnu et il croit se forger des amis… C’est le point commun à tous les guerriers trop gentils, ils veulent avoir une partie de gloire, même minime. J’avais un cousin comme Lokan et crois-moi, ce n’est que difficilement supportable. Tu dois lui laisser le temps de se rendre compte qu’il se formalise et peut-être que cela viendra vite… ou pas… En fait, je me demande s’il n’y a pas moyen de le lui faire comprendre… si toi, son meilleur ami tu n’y es pas parvenu, le seul qui puisse l’aider est notre Maître Temps…

Guerel resta silencieux. Il jeta un œil en arrière pour voir ce que faisait Logan. Le jeune garçon était assis sur un banc à côté de Nicky. Il la tenait par la main et semblait absorbé par une discussion aussi sérieuse qu’animée. Le potier sourit et il regarda à nouveau Koah avait un air plutôt amusé qu’autre chose :

- Tu n’as pas grand-chose à craindre de lui tu sais. Il n’est malheureusement pas aussi bavard avec son père qu’avec les autres. Et puis, il pose toujours des questions, depuis qu’il sait parler. Si tu savais le nombre de mots qu’il peut arriver à sortir en une journée il y aurait de quoi en assommer le gros Roy… Après il n’est pas méchant, en tout cas pas avec moi, même si j’ai entendu dire qu’il enviait certains enfants. J’ai connu Andrew jeune et quand je vois son fils, je me dis que c’est bien un Kant ! Il y a peu de choses sur lesquelles ils ne se ressemblent pas. Sauf peut-être son physique qu’il a hérité de Laureen.

Il but son verre d’alsine et finalement il prit la décision d’en demander une chope. Au moins cela lui évitait de se lever. Le tavernier qui répondait au nom de Turion posa la chope et donna une tape sur l’épaule de Guerel. Il lui dit d’un ton un peu fort, habitué sans doute à devoir lever la voix pour s’exprimer :

- Attention Guerel ! Avec ta carcasse ça va t’monter au crâne. J’vais encore devoir t’ramasser et t’étendre sur un banc.

- Non, tu oublies que j’avais bu plus que de raison ce soir là, j’en étais à ma troisième chope d’alsine. Et en prime, c’était pour la bonne cause, cinquante balais ça se tient dans un placard et ça se fête ! Si j’en vis le double je triple mon record de verres et je saoule ma bonne femme !

- Oh !!! Pari tenu ! Que le jeune Lang en soit témoin ! Mais sans la forcer alors, tu devras la convaincre.

- Qu’est-ce que tu sous-entends que je ne suis pas capable de demander quelque chose à mon épouse ?

- C’est à peu près ça oui…

- Nous verrons bien !

Et une fois que les deux mains eurent claqué et que le tavernier repartit à ses occupations, Guerel ne cacha pas son sourire en coin. Peut-être que pour Koah tout cela était étonnant, c’est vrai dans le village, on voyait le potier comme un gars assez calme, presque un saint… en fait, il était comme les autres… tout simplement. Mais après cet interlude un peu plaisant, il décida de répondre à Koah, sur le sujet qu’il avait émis en dernier : Andrew…

- Ton poste est très ennuyeux mais Andrew n’a pas du te trouver mieux… Irys et Kloé discutent c’est vrai, elles ne s’ennuient pas. Être seul dans cet entrepôt, c’est lassant. Mais, bon, sur ce point là, je ne parle pas en expert… je ne m’y suis jamais rendu. Si tu as pris du retard, je veux bien t’aider, s’il n’y a pas trop de poids à soulever. Pour répondre à ton interrogation, je suis partagé. Jamais Andrew ne s’est lancé sur la piste d’un gibier pendant plusieurs jours sans prévenir. En général il vient me confier Logan et m’en informe… Là le fait qu’il ne l’ait pas fait m’inquiète… C’est rare qu’il laisse son fils seul, sans adulte pour veiller sur lui, je le connais assez bien pour savoir que ce n’est pas normal. J’en ai parlé à Boric, et ce dernier préfère attendre… avant d’envoyer des renforts. L’ennui c’est qu’il a déjà commis la même erreur d’attendre avec Réan… J’espère qu’il ne lui est rien arrivé de grave… même si je commence sérieusement à douter.

¤

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.


Dernière édition par Andrew Kant le Sam 7 Déc - 23:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1917
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 02 - Pour la Gloire des Grams.   Mer 31 Oct - 19:02

Tout en écoutant Guerel, Koah pensa à Gurkan et à sa façon de s’écraser devant les dirigeants de Lydée. Non, Gurkan n’était pas un lâche, ni un filou près à la moindre bassesse pour être dans les bonnes grâces des hauts Lydéens. Il était juste quelqu’un d’un peu trop conciliant à son goût. Le guerrier savait où était simplement sa place, et elle n’était pas là où Koah le voyait. De toute façon, Koah avait conscience qu’il n’était pas homme à aimer être dans la lumière. Gurkan n’appréciait que trop peu être le centre de l’attention. Homme effacé, pour lui, seul le résultat comptait, et peu importe qui en récolterait les lauriers de la gloire. Tant qu’il avait accompli son devoir dignement, que pouvait-il bien demander de plus ? Cela ne servait à rien de jouer au coq et de tirer la couverture de son côté plus que nécessaire. Gurkan affirmait souvent que Lydée l’estimait suffisamment comme cela pour en demander davantage.

Mais pour Koah, tout n’était question que de principe. Quelqu’un n’avait pas à récolter toutes les gloires du dur labeur d’un autre. Bon sang, comment Gurkan faisait-il pour se contenir ? Il semblait se contrefoutre que toute la taverne n’ait à la bouche que le prénom de Lokan. C’était comme si tout ce déballage lui passait royalement au-dessus de la tête.

Il fallut le temps de l’intervention de Turion pour que Koah calme ses aigreurs. Le jeune homme, après une gorgée d’Alsine, garda un instant le silence. C’est vrai qu’en y réfléchissant bien, la disparition d’Andrew devenait de plus en plus inquiétante. Surtout qu’elle ne semblait pas justifiée. Koah avait conscience comme tout Lydée de l’amour que portait le Maître Intendant à son fils. Alors, savoir Logan abandonné à son sort sans raison apparente avait de quoi alarmer n’importe qui ayant un peu de bon sens et n’appartenant dès lors pas à la clique Grams.

« Maintenant que vous soulevez vos inquiétudes, je trouve également cela préoccupant. D’autant plus que tout Lydée sait combien il tient à son fils. Vous ne pensez quand même pas sérieusement qu’il lui soit arrivé malheur ? Des marchands d’esclaves peut-être ? Après la Lune Rouge, c’est courant sur l’île… mais ils n’oseraient quand même pas s’aventurer au-delà la rivière de Lydée, si ? J’écarte d’office une attaque d’animaux sauvages qui a mal tournée… Okan veille sur ses plus grands chasseurs. Peut-être une mauvaise chute à la Réan ? Déjà monte-t-il aux arbres notre bon Maître Intendant ? A moins qu’il ne se soit assoupit après une rencontre inopportune avec Sarga ? » Il laissa échapper un sourire carnassier. « En faites, si cela se trouve, le gros Letor le séquestre peut-être ! »

Le jeune homme écarta sa chopine, regardant un moment Logan assis plus loin. « Quoiqu’il en soit, et plus sérieusement, il semble bien évident qu’un événement d’importance le retienne éloigné de Lydée. Vous voulez que j’en touche deux mots à Gurkan ? Il pourrait sans doute envoyer quelques-uns de ses hommes à sa rech… »

Aussitôt, Koah se tut lorsqu’il vit à travers la foule, plusieurs soldats Lydéens en compagnie d’un homme dont le visage pâle, le corps amaigri et la démarche chancelante dégagèrent dans l’air un épais sentiment troublant et inquiétant. Il n’était pas Lydéen, cela ne faisait aucun doute à cela. Koah n’y aurait pas prêté une grande attention si les soldats qui l’accompagnaient ne bousculaient pas toutes personnes se trouvant sur leur passage. Rapidement, les soldats portèrent plus qu’ils n’accompagnèrent l’homme visiblement épuisé, à la table de Boric.

S’ensuivit une conversation à mi-voix, ponctuée de grands gestes de la part de Boric qui se caressait la barbe d’un air songeur. Koah et la plupart des Lydéens regardèrent, troublés, la scène, du bas de la mezzanine. La musique de la taverne couvrait leur conversation, et il était impossible pour quiconque ne se trouvant pas là-haut d’en prendre connaissance.

« Que se passe-t-il ? » Se demanda à voix haute Koah.

« On dirait un éclaireur du village de Kabeth. En tout cas, il en porte les couleurs. » Intervînt Jewel avec étonnement, alors qu'elle s'était rapprochée de Koah. « Il a l’air épuisé le pauvre… comme s’il avait fait tout ce chemin en courant… »

Koah fit une place à Jewel près de lui. Son regard voyageait de l’éclaireur Kabethien à Gurkan devenu très sérieux. Le grand guerrier métissé écoutait l'étranger les bras croisés et la mine sombre. Cela ne présageait rien de bon apparemment. Que faisait cet homme ici et surtout, que pouvait-il bien leur raconter pour que tous, là-haut, aient l’air si préoccupés tout à coup ? Loin semblait s’être envolée, pour les guerriers, leur bonne humeur festive. Cara Benson - Intendante de la guilde de l'Aménagement et de l'Harmonie de Lydée porta même une main devant la bouche, visiblement horrifiée.

« Il a l’air surtout complètement déphasé oui. » Rétorqua Koah d’un ton incrédule. « Qu’est-ce qui peut bien pousser un gueux de son espèce à s’aventurer jusqu’à Lydée et s’accaparer ainsi l’attention de Boric ? Le Mont Kobol crache sa lave jusqu’aux portes de leur petite bourgade nauséabonde ? »

Kabeth, village en amont sur la rivière de Lydée se trouvait à la frontière entre la jungle Lydéenne, et les terres fumantes du Mont Kobol. Le village ne jouissait pas d’une agréable réputation. Les Kabethiens étaient considérés par les Lydéens comme des ivrognes poisseux qui se complaisaient à nager dans leurs fientes. Après, que pouvait-on bien attendre d’autre de gens vivants si près des terres rocheuses sentant le souffre et la mort ? Rien.

¤

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1787
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 02 - Pour la Gloire des Grams.   Jeu 1 Nov - 12:42

Le glaneur et son amie n’avait pas totalement tort quant aux villageois. Guerel qui était le plus ancien n’en avait vu que par deux fois, ici à Lydée… Il était donc troublant d’en trouver un là… dans un tel état alors qu’habituellement les seules choses qui pouvaient les faire sortir de chez eux étaient les colères divines et encore… Le potier ne quitta pas la mezzanine des yeux et son visage fut soudain plus réfléchi, il se leva et lança un rapide coup d’œil à Logan. Le garçon discutait toujours avec Nicky mais visiblement les deux étaient passionnés par le nouveau venu. Il balaya la foule et se tourna rapidement vers Koah, en lui disant :

- Je reviens vite…

Et il s’éclipsa vers son atelier… Logan voyant que Guerel avait disparu lui aussi, s’approcha de Koah, laissant Nicky prévenir ses amis de cet événement. Le jeune garçon avança tranquillement, il n’était pas inquiet, Lydée était grande mais ses habitants ne se perdaient pas souvent dedans… Si le potier avait disparu temporairement c’était pour une raison… Mais à vrai dire, cet homme qui venait d’arriver lui faisait un peu peur. Son visage ressemblait tant à celui d’un mort… Il se rassit à la table à côté de Koah et c’est là qu’il vit Jewel. Alors il s’exclama, visiblement satisfait :

- Hey ! Mais c’est toi alors Jewel ? Tu es la meilleure amie de Koah ? Moi c’est Logan, je suis ici avec Guerel normalement mais lui aussi s’est carapaté…

Il prit un autre gâteau et mordit dedans. Lui ne comprenait pas grand-chose à ce qui se passait. Son père n’était pas là, pour des raisons qui lui échappaient Guerel aussi s’était éclipsé… et un étrange type à faire peur était apparu… Tout ça était trop compliqué pour lui et même s’il se doutait que la gravité de la chose était plutôt élevée, il ne sut guère à quel point. Quelques minutes s’écoulèrent et Guerel revînt essoufflé, un livre abîmé sous le bras. Il posa le journal vétuste sur la table et dit en soufflant :

- Je savais bien que cela me rappelait quelque chose…

Il ouvrit le dit document et chercha avidement en tournant les pages… une gravure sur laquelle il tomba. Il pointa le doigt dessus et tourna le livre pour que Jewel et Koah puisse le voir. Bien sûr c’était dessiné, une reproduction exacte de la stèle sculptée de longues années auparavant… Le dessin représentait un Kabethien au prémices de l’épuisement marcher vers le Conseil de Lydée. Guerel s’expliqua :

- J’avais ça chez moi… j’ai acheté ce journal à un ermite, un bon gars qui lorsque je parcourais les sentiers vers Oderne m’a demandé de partager un repas avec moi. Il était affamé et disait être suivi de près par le mauvais sort de Kor. Je l’ai nourri et en remerciement il m’a donné ce livre. Il m’a dit qu’il avait longtemps parcouru les vestiges de l’île pour découvrir de nombreuses ruines, des peintures sur les parois rocheuses. Jugeant que sa vie arrivait à terme, il m’a transmis ça en me disant qu’il me serait utile un jour. Regardez… sur les pages précédentes, on trouve la nuit de la Lune Rouge… La dernière qui ait eu lieue… Comme je suppose que tout ça n’est pas une coïncidence, il serait peut-être bon d'y jeter un œil de plus près…

- C’est quoi ce tatouage qu’il a sur lui ? On dirait un volcan ?

- Les kabéthiens vouent un culte particulier à Kobol qui a dit-on élu domicile sur le volcan. Ils craignent chaque secousse de la Terre, en conséquence... C’est une légende bien sûr mais je me demande pourquoi un membre de leur village se montre à Lydée… La dernière fois que c’est arrivé, ce n’était guère une bonne nouvelle qu’il était venu annoncer… J’étais jeune et croyez-moi, ces gens là, sont des messagers de mauvaise augure… A moins, qu’il n’y ait un lien avait la disparition d’Andy…

- Tu crois que ces gens auraient capturé papa ?

- Non… ils sont pacifistes bien qu'étranges... mais peut-être savent-ils où il est et ce qu’il lui est arrivé… ou peut-être pas. Je crains que nous ne devions attendre le récit de Gurkan pour cela… Il va falloir patienter…

Le potier se rassit, regardant le livre qu’il avait rapporté. Il n’avait fait que le feuilleter durant son voyage et un peu le soir avant de dormir, du moins c'est ce qu'il avait dit à son entourage... qu'il ignorait tout de ce qui y était représenté dedans. Logan se leva de sa place et retourna à côté de Guerel pour laisser la place à Gurkan lorsqu’il reviendrait vers eux. Il brisa le silence en disant :

- C’est bizarre… si on regarde le tatouage à l’envers, il représente le symbole de Kobol, non ? Tu sais celui que papa m’a montré sur les armes Trayaregs entreposées dans une pièce adjacente à la salle du Conseil…

¤

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.


Dernière édition par Andrew Kant le Sam 7 Déc - 23:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1917
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 02 - Pour la Gloire des Grams.   Jeu 1 Nov - 14:58

Alors que Koah expliquait à Jewel qu’Andrew Kant avait disparu depuis deux jours, là-bas sur la mezzanine, Boric tapa avec hargne sur la table si fort que celle-ci chancela et manqua de se rompre. Aussitôt, le chef de Lydée et ses hommes se levèrent et descendirent d’un pas pressé les escaliers. Sans un mot et la mine grave, Boric, Lokan, les nombreux guerriers et le voyageur Kabethien quittèrent la taverne, laissant derrière eux des Lydéens médusés qui n’avaient plus visiblement le cœur à la danse malgré tous les efforts des musiciens.

Gurkan, contrairement à ses pairs, se dirigea de sa démarche féline décontractée vers la table de Koah, et une fois arrivé à hauteur de son meilleur ami, il lui décrocha un sourire franc, amical et sécurisant. « Eh bien, on dirait que vous avez vu un mort les amis. » Dit-il d’un ton joyeux. « Que se passe-t-il ? »

« C’est plutôt à nous de te poser une telle question, Gurkan. » Intervînt Jewel. « Qu’est-ce que voulait cet homme ? »

Le grand et imposant guerrier métissé prit place à côté de Koah, et après avoir veillé à que personne ne les écoutât, il dit d’une voix à peine perceptible à travers le flot de musique : « Mavican a réveillé les cinq géants Idrazits. Et ces monstres de laves ont marché sur Kabeth il y a trois jours. Ils se dirigeraient selon Pobël - le Kabethien - vers Lydée en longeant la rivière. »

La mâchoire de Koah tomba d’incrédulité. « Je pensais que Mavican était mort. » Murmura-t-il.

« Être condamné à l’exil ne veut pas dire forcément que l’on va mourir, Koah. Ce maudit sorcier a la rancune tenace ! »

Effectivement ! Pour avoir la rancune tenace, il l’avait profondément tenace. Cette querelle qui opposait Mavican et tout Lydée durait depuis plus d’une centaine d’années. Grâce au nectar d’ambroisie offert par Kobol lui-même en échange de son âme, Mavican pouvait toucher des doigts l’immortalité. Cet homme méprisable était un sorcier qui avait par le passer tenter d’assassiner Francis Grams, le père de Boric, et de s’accaparer plus d’une fois la merveilleuse Elorie, la Grande Prêtresse de Cheera, mère du chef du village.

« Qu’allez-vous faire ? » S’inquiéta Jewel qui tortillait le bout de ses cheveux entre ses doigts.

« Boric va envoyer des éclaireurs voir de leurs propres yeux les Idrazits. Il ne fait pas confiance à la parole d’un Kabethien… et je le comprends. Le conseil de guerre va se réunir au Grand Pavillon dans quelques minutes… je ne vous ai rien dit les amis… et n’ébruitez pas l’affaire, ça risquerait de soulever un vent de panique inutile. » Gurkan se redressa de moitié, prêt à s’en aller rejoindre les siens pour le conseil de guerre. « Au fait mon bon Guerel, très jolie œuvre d’art ! Quoique, je trouve que vous ne m’avez pas fait assez musclé à mon goût. » Un clin d’œil amusé suivit d’un rire gargantuesque surjoué histoire – selon Koah – de faire croire aux incrédules Lydéens que tout allait bien dans le meilleur des mondes.

Avant de quitter la table, Gurkan déposa une main sur l’épaule de Koah et rapprocha ses lèvres de son oreille. « Si effectivement les Idrazits longent la rivière, j’irais chercher ton père et les prêtres d’Okan au cloître moi-même. Ne t’inquiète pas pour eux. Tout ira bien. » Et après un baiser sur le crâne et une tape sur l’épaule, Gurkan quitta la taverne en direction du Grand Pavillon.

« Incroyable. » S’indigna Jewel en regardant droit dans les yeux Guerel comme si sa génération était responsable de tout ceci. « Vous ne lâchez vraiment pas facilement l’affaire vous les vieux ! Je ne pouvais pas imaginer qu’une goutte d’ambroisie pouvait lui procurer autant de pouvoirs. Vous auriez dû le condamner à mort et non à l’exil ce vieux fou de pourceau ! »

En silence, Koah regardait Logan. Le jeune homme se demandait s’il était possible qu’Andrew Kant soit bloqué dans la jungle de Lydée par la marche des Idrazits. Si c’était le cas, il espérait de tout cœur que son Maître Intendant n’ai pas la stupide idée de tenter de leur jouer un sale tour. Koah, comme la plupart des Lydéens, avait, à l’école, étudié les légendes du Mont Kobol, et les Idrazits, géants de pierre et de lave figuraient dans le palmarès des monstres les plus redoutables de l’Île, avec l’Oxar de Sedna.

Alors qu’il pensait à cela, Koah se fit une étrange réflexion. Comment Mavican avait-il pu prendre possession des Idrazits de Kobol ? Avec l’aide de quelle étrange magie qu’on ne lui connaissait jusqu’alors pas, ce sorcier pouvait-il manipuler à sa guise les Idrazits et les forcer ainsi à abandonner le Mont Kobol qu’ils avaient à jamais jurer de protéger ? Tout ceci était franchement inquiétant… Koah en avait conscience. Incapable de masquer son inquiétude, celle-ci se lisait à travers ses grands yeux marron-vert qu’il avait posé sur Guerel et son livre.

¤

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1787
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 02 - Pour la Gloire des Grams.   Jeu 1 Nov - 19:06

La nouvelle en coupa le souffle à Guerel. Mavican ? Avait-il seulement bien entendu ou son verre d’alsine lui montait déjà à la tête ? Il avait bien sûr entendu parler de ce sorcier maléfique, dont l’âme appartenait à l’ignoble Kobol. Il représentait tout l’opposé de l’esprit de Lydée. Le village était un grand espace où la vie chantait… Le mont du dieu suprême n’était que désolation, désordre… Qu’un lydéen puisse vendre son essence à cet Immortel avait de quoi révulser bon nombre de gens censés… Le potier faisait partie de ceux qui malheureusement n’avaient pas un grand mot à dire dans le village… Boric ne tenait guère compte de ses suggestions et il en avait toujours été ainsi. Aussi, il avait compris que pour obtenir quelque chose du Conseil, il devait d’abord en faire part à Déjanire. Et lorsque Jewel le prit à parti avec tant de vivacité, il en resta bouche bée. Mais alors qu’il allait lui répondre, Logan fit quelque chose d’inattendu. Il jeta le gâteau qu’il tenait en pleine figure de la jeune fille et s’exclama, avec un regard farouche, le même que celui de son père :

- Hé ! T’as pas le droit de parler comme ça à Guerel, il a rien fait ! Et c’est pas un vieux ! C’est pas sa faute s’IL est revenu ! Compris ?

La voix claqua comme un coup de fouet et eut le bénéfice de réveiller tout le monde. Au moins, on savait que Laureen avait bel et bien fait cet enfant avec Andrew… Guerel posa sa main sur le front de Logan et lui dit tranquillement :

- Du calme… Jewel ne voulait pas m’accuser de quoi que ce soit. Et puis, rien ne sert de s’énerver…

- Elle t’a traité de vieux ! Et elle a dit que c’était ta faute ! Alors qu’on lui a pas demandé son avis !

Logan tapa des poings sur la table, ses yeux bleus plongés dans ceux de Jewel… Oh, elle ne s’en irait pas au paradis sans avoir fait des excuses, il y veillerait… C’est qu’avec tout ce qui s’était passé ces derniers temps, les nerfs du jeune garçon étaient soumis à rude épreuve… Il ne possédait rien d’autre ce soir que Guerel et d’entendre dire des choses pas très gentilles sur lui, ça le mettait en colère. Le potier se contenta de lui caresser les cheveux et de continuer, sur un ton bas de sorte que personne n’entende :

- Si Gurkan dit vrai… cela veut dire que nous sommes dans un drôle de pétrin… Mavican n’a jamais aimé Lydée… il fera tout pour la détruire ou s’en emparer… Pour te répondre Jewel, jamais de ma vie, aussi courte eut-elle été les dirigeants de Lydée ont condamné quelqu’un à mort… C’est inhumain de tuer quelqu’un même si c’est la pire des crapules… Cheera ne pardonnerait pas que ses enfants aient du sang sur les mains… L’exil est donc la sentence la plus grande que je connaisse… Crois-moi, peu de gens y survivent… Abandonner ses racines son cœur c’est pire que la mort. A part notre village je doute qu’il y en ait d’autres où un homme puisse être heureux… à part Oderne et encore… trop de secrets et de sombres phénomènes s’y cachent. Le conseil ne décide jamais d’exiler quelqu’un sans raison valable… et lorsqu’il le fait, c’est toujours à l’unanimité… Mon père était bien jeune lorsque tout ça est arrivé… ça remonte à pas mal de temps… Et c’est Hélène, la mère de Laureen alors Maître Intendant qui a été la dernière à donner son vote. Elle s’est exprimée après une mûre réflexion et l’exil a été prononcé…

Mais à l’évocation du nom de sa mère, Logan quitta brusquement la table pour s’en aller plus loin. Évoquer ce souvenir lui rappelait trop de choses pour qu’il puisse affronter le regard des adultes. Et comme sa mère auparavant, lorsqu’elle avait envie de pleurer, il préférait s’isoler… Guerel ne fit rien pour le rattraper, car il savait ce qui avait provoqué une telle réaction. Il se contenta juste de réfléchir. Avec les géants de Kobol dans les parages, la vie d’Andrew était quelque peu en danger… Il fallait maintenant savoir si le chasseur était parti vers le nord, dans la vallée ou vers la rivière. Le potier espéra de tout cœur que son ami ait opté pour la première option. Il prit le livre et regarda à l’intérieur comme s’il cherchait une page précise. Il tomba sur une autre représentation, celle d’un Idrazit… Le géant était immense comparé à l’arbre qui brûlait à côté de lui. Guerel reprit toujours à voix basse :

- Je crains que la situation ne soit plus compliquée que ne l’estime Boric… Ces créatures monstrueuses sont capables de répandre le feu partout où elles passent… Jusqu’à présent, il n’y avait jamais eu lieu de s’en inquiéter outre mesure… car le mont Kobol est leur seule raison de vivre. Jamais ils n’en sont descendus… pas à ma connaissance… et ils sont plus entêtés qu’Am-h’Pyton… donc, si Mavican est parvenu à les faire bouger de leur montagne, c’est qu’il leur a volé quelque chose de précieux, de sacré… Il les fait marcher obligatoirement… Le sorcier a beau être puissant, il est tout de même un humain et ces géants ne lui obéiraient jamais sans un chantage quelconque derrière… Il faudrait tâcher d’en savoir plus à ce sujet car Boric perd du temps en envoyant une reconnaissance… Ils sont là pour le village… pour le détruire… et perdre du temps est une initiative dénuée de sagesse…

¤

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.


Dernière édition par Andrew Kant le Sam 7 Déc - 23:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1917
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 02 - Pour la Gloire des Grams.   Jeu 1 Nov - 22:04

Koah Lang effaça un bref sourire lorsque Jewel reçut un morceau de gâteau en pleine poire de la part de Logan. Fils de Maître Intendant ou pas, il pouvait bien bénir Cheera de l’éloignement de Jewel à cet instant précis. Ne se trouvant pas à portée de main de la jeune femme, il évita donc une sacrée rouste qu’elle ne se serait pas privée de lui envoyer. Jewel se contenta dès lors de lui renvoyer avec indignation son morceau de biscuit qu’il reçut sur le haut du crâne.

Malgré ce petit incident, les deux amis furent très attentifs à ce que pouvait bien raconter Guerel. Pour Koah, le vieil homme avait un raisonnement des plus subtils. Il était évident que Mavican devait posséder un pouvoir extérieur à sa magie archaïque pour pouvoir s’approprier ainsi les Gardiens de Feu du Mont Kobol. Doucement, Koah hocha la tête, signifiant ainsi son accord avec le discours du potier, mais à ses côtés, Jewel ne semblait pas très convaincue.

« Peut-être que nous nous alarmons pour rien. Les Kabethiens sont d’une nature dérangée. Si cela se trouve, ce type se paye notre tête. Et ce ne serait pas la première fois que ces fanatiques du désordre viennent semer le trouble dans Lydée. » Dit-elle d’un ton gluant de conviction. « Ce sale type s’amuse à nous faire peur en ressortant des tiroirs nos vieilles histoires de Lydéens qui ont déjà fait maintes fois le tour de l’île. » Elle regarda tour à tour Guerel, puis Koah très sérieusement. « Si vous voulez mon avis, Boric a raison. Il est plus sage d’envoyer d’abord des éclaireurs vérifier les dires de ce gueux avant de commencer à paniquer pour rien. »

Le jeune Lang laissa échapper un soupir avant de s’appuyer sur les coudes et de regarder avec dédain son amie qu’il trouvait encore une fois bien trop catégorique. « Mais si c’est effectivement le cas, si les Idrazits marchent vers Lydée, je ne donne pas cher de notre peau. Heureusement, les Idrazits sont connus pour être des êtres à mobilité très réduite et qui ne marchent que la nuit. Lydée a un peu de temps devant elle avant d’essuyer leur assaut dévastateur. » Il se tourna vers le potier et sourit. « Je suis comme vous Guerel, je me demande comment cela se fait-il que les esclaves les plus dévoués à Kobol servent cette crapule de Mavican. Que peuvent bien vouloir retrouver les Idrazits pour s’aventurer au-delà les Terres fumantes des Rocheuses de Kobol ? »

Jewel empêcha le vieil homme de répondre. Elle secoua vivement la tête, prenant dans sa main l’un des poings de Koah afin d’avoir toute son attention. « Vous vous en faites pour rien. Je suis persuadée qu’ils vont soulever ce point au Conseil. Vous prenez tous les deux vraiment Boric pour un incapable ? Il est parfois peut-être un peu trop présomptueux, mais il tient à Lydée tout autant que… » Elle regarda Gueurel subitement. « que… Guerel. Alors ne pensez pas qu’il ne fera rien pour arrêter les Idrazits. »

« Bien sûr qu’il fera quelque chose. Il enverra des centaines de nos soldats et des centaines de Qwels au combat, qui mourront parce qu’il ne se sera pas demandé une seule seconde pourquoi les Idrazits faisaient cela. C’est en tant que religieux que je te parle là, Jewel. J’ai étudié bon nombres d’écrits ancestraux. Même si nous vainquons ces Idrazits là, d’autres naîtront du cratère du Volcan du Mont Kobol, et ceux-ci se remettront également en chemin afin de terminer la quête inachevée de leurs frères vaincus. »

La jeune femme secoua sa longue chevelure et haussa les épaules. «  Soit ! Si vous estimez que se sont des incapables, alors levez-vous et allez donc le dire à Boric. Qu’est-ce que vous attendez tous les deux ? »

Koah se tût, gardant le silence en regardant Guerel. Mouais, il n’était pas dans les bonnes grâces des dirigeants de Lydée ces derniers temps. La seule personne qui l’écouterait, c’était Gurkan, et encore… son cher et tendre ami obéirait aux ordres, peu importe si ceux-ci étaient stupides ou contradictoire. Au pire, il restait Andrew Kant, mais comme par hasard, celui-ci avait disparu… Cette conclusion le fit lâcher un soupir de dépit.

¤

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1787
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 02 - Pour la Gloire des Grams.   Ven 2 Nov - 11:46

C’est sûr qu’il aurait été mieux de se lever, d’aller interpeller Boric et de lui dire entre quatre yeux qu’il se plantait, qu’il était incapable de voir plus loin que le bout de son nez et qu’il fallait chercher une cause autre à la situation… Le chef du village avait un fils guerrier et il avait été lui-même un fier combattant dans sa jeunesse… Aussi, il n’était pas étonnant qu’il préfère envisager une riposte militaire… ne serait-ce que pour s’attribuer les honneurs d’un fils ayant abattu un poignée de géants tous aussi fous et dangereux les uns que les autres. De toute façon, Guerel avait toujours accordé plus d’importance à la diplomatie qu’au combat. Un exemple simple et concis, lorsqu’il commerçait avec Oderne, ses relations étaient toujours acceptables, il était apprécié… ce qui était loin d’être le cas de Letor, entre autres, qui menaçait sans cesse quiconque s’approchait de son étal. D’ailleurs le boulanger avait toujours son rouleau à pâtisserie ou ses poings prêts à servir.

Pacifiste notre potier ? Oui, mais pas pour autant stupide… ni superstitieux… quoique… Bref, il savait faire la différence entre un événement grave et une simple supercherie. Jewel semblait soutenir de tout son poids, léger, le chef du village. Eux aussi en fin de compte, vu qu’ils y étaient obligés… ils ne contestaient pas le fait que Boric agisse mais plutôt qu’il le fasse sans prendre le temps de délibérer. Ah !!! S’il y avait eu Andrew… il aurait probablement eu l’idée de soumettre leur action à un vote immédiat… Même si une seule personne suffisait à maintenir l’ordre, le Conseil prenait toujours les décisions importantes. Et Kant n’y aurait pas manqué de faire jouer tout son pouvoir… Mais voilà le Maître Intendant avait disparu, comme dans un malheureux concours de circonstances… Guerel expliqua alors à Jewel :

- Crois-tu que nous ne l’aurions pas fait, si nous avions eu ne serait-ce qu’une chance de le faire changer d’avis… Nous ne constituons pas le pouvoir ici, Boric nous écoutera mais ne tiendra pas compte de nos dires… comme il l’a fait avec moi tout à l’heure avec la disparition d’Andy… Ne préfèrerais-tu pas user de plus de prudence en ne gâchant pas quelques précieux jours ? Le temps que les éclaireurs reviennent et que le Conseil décide, il leur faudra au moins trois bonnes journées… voire même quatre… Sais-tu combien de temps il faudrait à ces géants pour arriver jusqu’ici ? Même en voyageant de nuit ? Six jours… que peut-on faire pour les arrêter avant ? Rien… à part chercher la cause de leur marche. Jamais, tu ne pourras convaincre un Idrazit de quitter le Mont Kobol pas plus que tu ne pourrais obliger un Qwel à lever sa ligne de défense lorsqu’ils fondront sur nous… Koah a raison… ce serait un vrai carnage…

Il s’arrêta en entendant des jurons à peine voilés. Il se tourna et vit Logan aux prises avec Ylang. Les deux gosses en étaient venus aux mains et Guerel se leva non sans soupirer. Il les sépara mais Logan ne voulait pas lâcher prise. Il voulait lui « démolir le portrait à ce lâche, ce traître, ce fils de Hankien »… Guerel fit de son mieux pour le retenir mais Ylang, en voyant qu’il était en position de force cracha sur le fils Kant. Pris d’une force plutôt impressionnante, ce dernier sauta à la gorge de son adversaire… le potier déséquilibré tomba à terre, légèrement surpris… Les deux enfants se jetaient des coups de pieds et des coups de poings en roulant sur le sol… quand une main puissante les sépara. C’était Déjanire qui leur asséna à tous deux une gifle si puissante que son claquement stoppa les musiciens. De nombreuses personnes les regardaient avec effarement, Guerel le premier… La vieille femme se contenta ensuite d’indiquer deux directions différentes avec un regard sévère et les deux garçons ne se firent pas prier pour la suivre. Logan retourna, ses larmes à peine retenues vers le potier toujours les fesses au sol et n’osa rien dire à part un « pardon ». Guerel se releva tant bien que mal, car son dos faisait des siennes et il tira Logan par le bras avant de lui dire sèchement :

- Mais enfin qu’est-ce qui t’a pris ? Tu m’avais promis d’être tranquille, va t’asseoir et tu ne bouges plus jusqu’à ce que nous partions ! Vraiment… je te jure…

- C’est lui qui a commencé… il est venu me dire que je pleurais comme un bébé…

- Je n’en ai que faire, tu sais très bien que je n’aime pas te voir agresser qui que ce soit ! Et peu m’importe ton prétexte, je ne parle pas aux grosses brutes, retourne t’asseoir, j’en discuterais avec ton père à son retour.

Tête basse et silencieux, Logan reprit place à la table sans un seul regard, ni vers Koah, parce qu’il ne voulait pas que le glaneur le regarde ni vers Jewel envers qui il nourrissait un ressentiment certain. Le potier s’assit à nouveau et soupira en se tenant le dos… Il n’aimait pas corriger le garçon mais là, Logan était allé trop loin pour qu’il le réconforte. Dans sa chute, ses os avaient rappelé à leur propriétaire qu’il avait dépassé la cinquantaine et que les longues heures passées à soulever les caisses pour frimer devant les filles étaient bel et bien révolues… après un petit moment de silence où quelques sanglots étouffés du fils d’Andrew venaient teinter le fond, il reprit :

- J’ai peine à croire qu’un kabethien parcoure toute la distance nous séparant en courant juste pour un mensonge… surtout quand on sait qu’ils sont plutôt repliés sur eux-mêmes… Je serais d’avis de mener des recherches sur le pourquoi de son contrôle… Lydée devrait faire un peu plus confiance aux autres villes et ne pas se buter à son excellence…

¤

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.


Dernière édition par Andrew Kant le Sam 7 Déc - 23:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1917
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 02 - Pour la Gloire des Grams.   Ven 2 Nov - 15:49

Tout en écoutant Guerel, Koah regardait le pauvre Logan qui peinait à ne pas fondre en larmes. Lentement, le jeune Lydéen se pencha vers lui et lui ébouriffa les cheveux en disant d’un ton qui se voulait joyeux et dédramatisant : « Bienvenue au Club des Enfants battus par l’affreuse Déjanire Rowell-Lang, bonhomme. » Il lui accorda un léger sourire désolé. « Ma mère a toujours eu la torgnole facile dans ce genre de situation. On survit très bien avec ces pénibles souvenirs, mais maintenant tu garderas toujours en mémoire qu’il vaut mieux attendre qu’elle ait le dos tourné pour se la jouer chenapan. »

Loin de se soucier de l’état d’âme du délinquant Kant, Jewel semblait se contenir pour ne pas éclater de rire sous les propos qu’elle qualifiait d’absurdes du vieux potier. « Et que comptez vous faire alors ? Sortir en douce de Lydée, remonter la rivière le plus vite possible et chercher au pied du Mont Kobol après Mavican ? Quand vous l’aurez trouvé barbotant dans ses fientes, vous lui sommerez de rendre à ses roches sans cervelle leur précieux trésor dérobé ? » Elle poussa un rire moqueur. « Vous tenez à peine sur vos guiboles mon bon Guerel ! C’est d’un absurde ! »

Koah lui donna un coup de coude renfrogné. « Déjà, essayons d’en savoir plus sur les Idrazits. »

« Nous avons appris à l’école tout ce que nous avons à savoir dessus. Ce sont des monstres de pierre et de lave qui n’obéissent qu’au bon vouloir de Kobol et qui sur les Terres Fumantes des Rocheuses de Kobol possèdent d’effroyables pouvoirs dévastateurs. Ils empêchent les indigents que nous sommes de déranger le Dieu Destructeur qui – selon la légende – vivrait l’Eternité des Temps en haut du volcan. » Dit-elle d’un ton supérieur.

« Donc, il nous faudrait déjà découvrir ce qui pourrait bien pousser les Idrazits à obéir à Mavican. Ils ne quitteraient jamais d’eux-mêmes les Rocheuses de Kobol. »

Encore moins convaincue, Jewel roula les yeux. « Et une fois que vous l’aurez découvert ? »

« Nous le dirons à Boric par l’intermédiaire de Kant. Kant siège au Conseil, sa voix est très importante pour l’équilibre de Lydée. »

Koah était intimement convaincu que son Maître Intendant prendrait au sérieux les questions que le potier tout du moins se posait. Même s’ils découvraient tout deux ce que trafiquait Mavican, seul Kant pouvait porter devant le conseil ces informations sans risquer d’être traité de fabulateur gâteux ou de sale petit emmerdeur briseur de tour de guet. C’était pourquoi, le jeune homme décida qu’il allait agir, qu’il n’allait pas cette fois-ci laisser la destinée décider pour eux.

« Encore faudrait-il qu’il soit de retour à Lydée. »

Très sérieusement, Koah regarda tour à tour Guerel, Logan, puis Jewel. « Je vais aller le chercher. » Il ignora le rire moqueur que venait de pousser sa meilleure amie. « Vous, vous vous occupez de trouver ce qui pousse les Idrazits à marcher vers nous pendant que je cherche des traces d’Andrew Kant. Il doit certainement y avoir quelques écrits là-dessus dans les Archives du village. »

« C’est de la folie beau blond. Tu n’es ni un pisteur, ni un chasseur, ni même autorisé à quitter Lydée. »

Rageur et terriblement exaspéré par Jewsel qui ne cessait de démonter toutes les idées lancées une à une, Koah tapa du poing sur la table avant de se redresser. Deux chopes se renversèrent sous le choc et vidèrent le reste de leur alsine.  « Et pourtant, je vais le faire, Lydéenne bornée ! » Grogna-t-il. « Je vais retrouver son père pour que lui nous écoute et apporte notre voix à Boric. Peu importe ce que tous ici vous pouvez penser de moi. Même si je ne cache pas que j’espère un jour pouvoir me barrer de ce trou à la con, je n’éprouve aucune envie de voir réduit à néant le village où je suis né. S’il faut que j’arrête seul ces Idrazits, je le ferais ma vieille. »

Sans un mot de plus, Koah s’éloigna à travers la foule bien décidé à retrouver Andrew Kant coûte que coûte. C’était peut-être inutile, mais il sentait qu’il devait le faire. Au moins, il aurait essayé. Koah n’était pas homme à ignorer ses pulsions. Celles-ci lui hurlaient qu’il devait agir, que Lydée était en danger, que Boric – même s’il ne savait pas à l’heure actuelle exactement la décision prise au Conseil de Guerre – ne prendrait tout de même que la mauvaise décision.

Abasourdie, Jewel fusilla des yeux son meilleur ami jusqu’à ce qu’il sorte de la taverne. Rapidement, elle reporta son attention vers Guerel avec un air si froid qu’il était possible au potier de deviner qu’elle le prenait pour responsable de tout ceci. « Vous allez le laisser faire ? » Elle secoua sa longue chevelure avec indignation. « Je sais qu’il ne craint rien dans la nature sauvage de son bien-aimé Okan, mais soyons sérieux deux minutes Guerel. Votre Andrew Kant prend certainement du bon temps à Hanka avec quelques prostituées et c’est tout. N’en faisons pas un drame, il reviendra de lui-même juste à temps pour écouter vos élucubrations absurdes sur Mavican et ces Idrazits de malheur.. »

Au-dehors de la taverne, Koah marchait sur les pontons à peine éclairés par quelques lanternes. Le jeune homme était décidé à agir comme il l’entendait. Les Lydéens et leurs mentalités de toujours tout savoir mieux que les autres commençaient à l’irriter énormément. Même s’il ne savait pas ce qui se tramait derrière les cloisons du Grand Pavillon, Koah était persuadé que Boric emmenait Lydée sur un mauvais chemin. Le pire, c’était de penser que même si Gurkan en avait conscience, il ne remettrait pas en cause la décision du chef du village.

« Stupides guerriers… » Grogna-t-il d’une mine maussade en se dirigeant vers la hutte de sa mère où il logeait le temps de son assignation à Lydée.

¤

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1787
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 02 - Pour la Gloire des Grams.   Dim 4 Nov - 13:57

- Dis-moi, personne ne t’a donc pas appris à respecter tes aînés ? Tu as de la chance de ne pas avoir dit ça à Andrew en face… remarque, tu te comportes comme la majorité des gens d’ici. Si Andy avait capté l’insulte que tu viens de lui faire, tu aurais surement passé un bon bout de temps à vider les poissons comme Koah au début. Et contrairement à moi, lui t’aurait giflé. Il n’a pas la même réputation que moi pour ce qui est de l’emportement. Maintenant, si tu veux continuer à mettre en œuvre ton ironie et tes sarcasmes, je te conseille d’aller un peu plus loin, ce soir j’ai d’autres choses à faire qu’à écouter des attaques dignes d’une gosse…

Le ton était calme, posé. Il n’avait pas de raison de le lui dire méchamment, juste de lui faire comprendre qu’il n’avait aucune envie de la materner… Logan esquissa un léger sourire narquois dans sa barbe… Quelque chose était sûr, il allait jubiler à chaque remise en place… Et au fond de lui, il souhaitait que Jewel parle ainsi à son père, rien que pour voir la claque cinglante qu’elle recevrait. Et oui, dans notre jargon local, ça s’appelle bouder… Guerel choisit de réfléchir encore un peu. L’initiative de Koah était bien entendu prise sur un coup de tête et il aurait donné très cher pour le suivre. Mais en y réfléchissant, il devait d’abord se renseigner sur l’éventuel moyen utilisé par Mavican. Le potier le laissa donc partir, à faire quelque chose autant rechercher le seul qui pourrait défendre leur thèse, car lui et le jeune glaneur étaient d’accord. Logan avait quant à lui écouté très attentivement toute la discussion. Il pleurait encore des gouttes amères mais pourtant, lorsque Koah se leva avec pour résolution de retrouver son père, le jeune Kant en avait le regard brillant d’admiration. Il s’était attendu à ce que ce soit Gurkan qui se propose ou alors un autre guerrier car il pensait qu’eux-seuls pouvaient ramener son paternel. Dès qu’il fut parti et que Jewel se soit faite légèrement remettre en place, Logan prit une résolution. Il dit à Guerel, l’air maussade :

- Maître potier, je vais retourner me coucher… j’ai sommeil et puis je ne veux pas causer d’autres ennuis.

- Soit, bonne nuit Logan, je viendrais te voir à l’aube s’il y a du nouveau.

- D’accord. Bonne nuit Guerel.

Il n’adressa aucun mot à Jewel. Entre eux venait de commencer une relation basée sur un sentiment réciproque de froideur et d’apathie… Il ne l’aimait pas et avait bien dans l’intention de le lui montrer. Déjà parce qu’elle avait été méchante envers le potier et puis parce qu’elle cassait Koah sans arrêt ! « Tu parles d’une amie ! », marmonna-t-il entre ses dents avant de se fondre dans la foule, en direction de sa hutte. Guerel, qui n’avait pas tellement relevé l’attitude butée de celui dont il avait la garde, jeta un œil sage à la jeune femme. Il n’était pas rancunier sauf si l’affront qui lui était fait atteignait des limites. Par conséquent, il se dit que la jeune femme devait simplement être agacée par toute la situation… Mais en bon joueur, il lui adressa un sourire discret et lui dit :

- Je ne me lance pas à sa suite pour la même raison que toi… Il est le fils de Déjanire et donc, il tient de sa mère pour ce qui est de l’entêtement. Mais si tu penses avoir plus de chances que moi de le retenir, vas-y… J’ajouterai juste que nous perdrons du temps. Je pense que nous devrions profiter de ce remue-ménage pour nous rendre aux Archives… A deux nous irions bien plus vite dans nos recherches. Et puis, j’ai besoin de quelqu’un d’agile avec moi. Si tu ne le fais pas par conviction fais-le au moins par prudence. Ton amitié compte beaucoup pour Koah, si tu l’aides, je pense que cela lui fera énormément plaisir même s’il sait que tu ne crois pas à cette entreprise. Et s’il s’avère que nous avons tort, alors nous en subirons les conséquences. Tu pourras clamer haut et fort notre projet fou et célébrer ta victoire. Marché conclu ? Oh, et tu n’as pas à t’en faire si nous sommes surpris… j’ai le droit d’aller consulter les archives, je dirais juste que tu m’assistes dans mon nouveau projet de poterie quelconque, et que je recherche des illustrations dignes de ce nom pour offrir à Pelös… Puisse-t-il me pardonner de mentir aussi vertement !

***

- Puisse-t-il me pardonner de lui avoir mentir aussi ouvertement…

La voix était celle de Logan qui arpentait les pontons à la suite de Koah. Il était bien entendu hors de question pour lui d’aller se coucher, il y avait trop de questions et trop d’admiration dans ses yeux pour qu’ils puissent les fermer. Après s’être assuré que Guerel et Jewel ne le regardaient pas, il bifurqua dans l’ombre, à pas de loup pour suivre ce glaneur à la fois amical et pourtant plus déterminé que n’importe quel guerrier de Lydée. Avant que les deux adultes ne s’aperçoivent de sa disparition il serait déjà lancé sur les chemins avec Koah à la recherche de son père. Bientôt il aperçut ce dernier plus proche de lui et sans prendre d’autres précautions, il courut en sa direction. Son poids léger n’avait fait aucun bruit particulier et lorsqu’il parla le glaneur sursauta :

- Tu vas à la recherche de papa ? Comment tu peux être sûr de le trouver sans savoir où chercher ? La forêt est grande… Et… tu penses vraiment que ce village est un trou à la con ? C’est pourtant bien, ici, non ? Et Déjanire est ta mère ? Pourquoi Jewel est si peste ?

C’est bien ce que je disais… Beaucoup de questions le travaillaient et il fallait qu’il les pose. Il était pourtant légèrement essoufflé par sa petite course mais cela n’avait pas altéré son débit de parole. Il regarda Koah, l’air plutôt admiratif. La rouste cuisante que lui avait adressée sa mère était loin derrière. Seule la marque rouge sur son visage en rappelait le souvenir…

¤

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.


Dernière édition par Andrew Kant le Sam 7 Déc - 23:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1917
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 02 - Pour la Gloire des Grams.   Dim 4 Nov - 17:10

Dans le lointain s’éleva le grondement sourd du tonnerre lorsque Koah Lang bifurqua à un embranchement des passerelles. La nuit se refroidissait doucement, et le glaneur était pratiquement certain qu’il pleuvrait avant le lever du jour. D’un pas rapide, il s’approcha de la hutte familiale qui faisait deux étages de haut et en imposait à côté de la rangée des sept autres huttes plus modestes.

Alors qu’il s’apprêtait à tourner la poignée, Koah fut arrêté dans son élan par la voix de Logan. Se retournant l’air incrédule, le flot de questions qui sortit avec précipitation de la gorge du jeune enfant le désarçonna un instant. Et ce fut d’une voix qui ne cacha pas son étonnement qu’il lui dit :

« Bonhomme ? Mais qu’est-ce que tu fais ici ? Tu ne devrais pas être avec Guerel ? » Koah regarda de gauche à droite au bout des deux allées de la passerelle, visiblement à la recherche du Maître Potier. « Où est-il d’ailleurs ? Il sait que tu es ici ? » Le glaneur compris vite que Logan venait de s’éclipser en douce et qu’il était inutile de s’attendre à voir Guerel ou Jewel débarquer pour récupérer ce fuyard.

Doucement, Koah s’approcha de l’enfant et fléchit les genoux devant lui pour être quasiment à la hauteur de son visage. « Oui je vais chercher ton père. Et je suis quasiment certain que les signes d’Okan m’aideront à le retrouver. Je ne suis pas simplement glaneur, tu sais. Je suis également disciple du Dieu qui règne sur cette jungle. Lorsque j’avais ton âge, j’avais perdu dans la jungle un jouet qui m’était très précieux. C’était un cerf en bois qui, quand on lui tirait la queue, ouvrait la bouche en un puissant cri. C’était peut-être la seule chose que Gurkan m’enviait d’ailleurs à l'époque. Okan m'a montré la voie pour le retrouver à l’époque. Il fera de même pour que je puisse aider ton père. »

Une conviction puissante baignait le regard quasi-tendre de Koah. Le jeune homme avait la foi, une foi profonde et indéfectible en Okan pour qui il donnerait sa vie s’il la lui réclamait. Koah était persuadé que le Dieu l’aiderait dans la tâche qu’il s’était fixée. Jamais il n’avait été abandonné de son Dieu, même malgré ses péripéties quelques peu honteuses de ces dernières semaines.

Quelques gouttelettes tombèrent sur la peau nue des épaules de Koah qui fixa le ciel nuageux à travers les branchages des arbres. Il devait se presser avant que le déluge annoncé par quelques grondements lointains du tonnerre ne s’abatte sur Lydée. Koah avait dans la tête de récupérer son sac en bandoulière et ses deux bâtons de défense avant de reconduire Logan chez lui, et de partir à la recherche de Kant en suivant son instinct.

« Rentrons un instant… » Fit le jeune Lydéen en prenant la main de l’enfant et en l’accompagnant à l’intérieur de la hutte familiale. Celle-ci était immense et vraiment joliment décorée de nombreuses créations artistiques de Déjanire qui à ses heures perdues aimait peindre les portraits des siens. Deux escaliers en colimaçon faits en bois montaient vers les étages aux deux extrémités d’un grand et large living-room aux nombreux sièges défoncés. Une cuisine ouverte donnait sur une salle à manger en désordre où les jouets des enfants de Carline – la sœur ainée de Koah – jonchaient le sol. La pièce était baignée d’une agréable lueur orangée provenant d’un feu en veille dans la cheminée. Enfin, au coin d’un meuble récupéré sur une épave et remis en état par Borias Lang, se trouvait le sac et les bâtons de défense du glaneur qu’il récupéra aussitôt.

« Tu sais bonhomme… ma mère n’est pas méchante dans le fond. » Dit-il en vérifiant le contenu de sa besace. « Elle peut même être très tendre dans ses bons jours. Si elle te parait odieuse, ce n'est pas le cas. Elle a juste un sens très aigu de l’honneur, de la droiture et du respect. Et elle se fait un devoir, presque une religion, de remettre sur le droit chemin, quiconque s’en détournant ne serait-ce que d’un iota. Et pour ce qui est de Jewel… » Il haussa les épaules dans un sourire. « C’est Jewel. Il ne faut pas chercher à comprendre. »

Koah claqua dans ses mains une fois assuré qu’il avait tout ce dont il avait besoin. « Eh bien bonhomme, je te raccompagne jusqu’à ta hutte, et puis j'irais chercher ton père. » Dit-il finalement en laissant échapper un sourire rassurant.

¤

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1787
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 02 - Pour la Gloire des Grams.   Lun 5 Nov - 19:05

Evidemment qu’il s’était taillé en douce… Si Guerel avait su ce qu’il avait l’intention de faire, il se serait sans doute retrouvé attaché au potier par des chaînes en airain et un boulet en acier… Et puis, Logan avait la fâcheuse habitude d’être très changeant dans ses décisions et ses humeurs, un peu comme son père à la différence près que chez lui c’était encore plus visible… et qu’il avait le poing facile. Il repensa d’ailleurs à Ylang en voyant la belle hutte de Koah. Très bien agencée et grande ! Presque autant que celle du jeune garçon avec qui quelques instants plus tôt il avait échangé bien plus que des mots… Entre eux c’était la guerre ouverte ! Ylang se contentait de faire des coups bas, mesquins, juste parce que son père était lui aussi Maître Intendant, mais plus proche de Boric que ne l’était Andy. De toute façon, le fils Kant aurait sa vengeance ! Il se le promettait… Ils entrèrent dans cette belle demeure que possédaient les Lang. En fait, Logan connaissait plutôt bien la famille, enfin, en théorie. Il savait que l’honorable père du glaneur était le Grand Prêtre d’Okan et lui-même vouait un respect considérable au Dieu qui chaque jour protégeait son père. Mais de là à penser que l’Immortel aiderait à retrouver son géniteur, c’était un peu trop demander pour lui. « Comment veut-il qu’Okan lui montre la voie sans se tromper ? », pensa-t-il. En fait, il n’imaginait pas le pouvoir des Dieux de l’Île, surement parce qu’il était trop jeune.

Pendant que le glaneur cherchait il ne savait quoi dans sa besace personnelle, Logan ramassa un cheval de bois sculpté, avec curiosité… Son père, quelques jours plus tôt, avait rapporté un animal comme celui là, vivant et vingt fois plus gros… Il était vraiment impressionnant et son père ne l’avait fait approcher que de loin, à quelques mètres. Il lui avait expliqué qu’il pouvait être monté mais qu’il ne savait pas comment. En disant cela, il avait éveillé chez son fils une curiosité, encore une… Logan s’était promis de monter dessus pour voir ce qu’il adviendrait. En plus, de là haut, il serait très grand, il pourrait regarder tout le monde de haut ! Pour changer un peu, tiens… Il posa précautionneusement le jouet sur une table joliment sculptée et continua à jeter un œil alentour. Il manqua s’étouffer lorsque Koah lui dit que sa mère était agréable… Sans doute oui… elle devait l’être mais pas avec lui toujours… A chaque fois qu’il l’avait rencontrée elle lui avait paru énormément sévère et sèche… Combien de fois il l’avait traitée de vieille souche défraîchie, sympathisante de rongmols, dans sa barbe ? Des milliers, à coup sûr… Il n’irait pas dire qu’il le regrettait maintenant mais bon, il s’en voulait un peu pour Koah. Le jeune homme était très gentil, valeureux et c’était le seul qui l’avait un minimum soutenu après la claque… Il n’en était pas au stade d’avoir les yeux en forme de cœur en hurlant « OH !!! Mon Héros !!! »… tout de même. Il admirait juste le caractère du personnage ! Qui eut cru qu’un jour, Koah serait pris pour modèle par le fils de Kant ? Pas grand monde, encore moins le chasseur…

- Tu as de la chance de l’avoir vu tendre, Déjanire… parce qu’à moi, elle ne m’a jamais fait de cadeau ! Le seul point positif dans toute cette histoire c’est qu’Ylang a pris une bonne raclée lui aussi ! C’est rien encore, en comparaison de ce que je vais lui mettre quand je vais le croiser…

Il fronça les sourcils, comme pour se donner un air plus fort. Pour Jewel, il considérait toujours la jeune femme avec mépris et son ressentiment n’avait pas fait un seul pas, même infime vers la sortie… Il regarda Koah, songeur et lui dit, non sans une pointe d’étonnement :

- Tu pars plutôt armé pour quelqu’un qui doit suivre les signes d’Okan… Si le Dieu veut t’aider, il doit normalement te faciliter la voie, non ? C’est toi sur cette peinture ???

Il montra soudain un des œuvres de Déjanire. Un jeune garçon était représenté avec son père. Il tenait dans la main le cerf de bois. La question était inutile en fait mais bon, il voulait s’en assurer. Il reprit :

- Et tu ne m’as pas dit pourquoi tu trouvais que Lydée était un trou à la con… tu n’aimes pas vivre au Village ? Pourtant, on perdrait quelque chose… tu es le seul qui se soit proposé pour aller chercher mon père… enfin Guerel aurait bien voulu venir… s’il avait été plus jeune. Je ne peux pas t’accompagner, dis ?

¤

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.


Dernière édition par Andrew Kant le Dim 8 Déc - 0:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1917
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 02 - Pour la Gloire des Grams.   Lun 5 Nov - 21:15

Après avoir hoché positivement la tête devant la toile qui le représentait bien en compagnie de son père devant l’entrée du cloître d’Okan, Koah tomba dans un lourd silence pesant qui n’était rompu que par les crépitements des buches dans le foyer. Le jeune homme essayait de trouver les bons mots pour faire comprendre à Logan qu’il était impensable qu’il l’accompagne. Comment expliquer à cet enfant entêté qu’il ne viendrait pas, et ce sans réveiller en lui un sentiment d’injustice ? Comment lui dire qu’il n’était pas question qu’il parcoure à ses côtés les chemins dangereux en cette nuit froide ? Même si Okan veillait sur Koah, le Dieu n’avait pas de pouvoir sur toute l’étendue des dangers qui rôdait dans la jungle, et donc, même le jeune homme n’avait pas l’absolue certitude que tout se passerait bien.

Lorsque le Lydéen se retourna vers l’enfant, il eut l’impression désagréable qu’il avait compris en un seul regard qu’il s’apprêtait à refuser sa requête. D’un air désolé, le jeune homme secoua sa tête blonde de gauche à droite tout en prononçant d’une voix qu’il s’efforçait d’être mielleuse :

« Ecoute, même si je connais la jungle très bien, elle reste dangereuse même pour moi. Et elle l’est encore plus pour un enfant de ton âge. Si j’emporte mes bâtons, c’est simplement pour me défendre. »

Koah sentait que Logan ne prendrait pas ses arguments au sérieux. A son âge, il n’en faisait également qu’à sa tête, et lorsqu’il avait une idée derrière la tête, il ne l’avait pas ailleurs. Si Logan était effectivement comme lui, il ferait tout et n’importe quoi pour atteindre son but. D’un pas lent, Koah alla s’installer sur le bord de la table du living-room, les bras croisés et l’air toujours aussi désolé.

« Ton père n’aurait jamais accepté que tu quittes Lydée la nuit pour le retrouver. Il voudrait, et ne me dis pas le contraire, que tu restes ici en sécurité dans ton village. Alors, ce n’est même pas la peine d’insister bonhomme, je ne t’emmènerais pas avec moi. Ne crois pas que je n’ai pas confiance en tes capacités, c’est juste que tu n’es pas mon fils, s’il t’arrivait quelque chose… » Il se tut, ne voulant même pas y penser. « Le sujet est clos Logan. Tu ne viens pas. »

Alors que Koah se relevait et tendait la main à Logan pour le raccompagner chez lui, prêt à ignorer toutes ses protestations, et surtout, prêt à essayer de trouver le moyen de l'enfermer là où il ne pourrait pas le suivre, la porte de la hutte s’ouvrit avec fracas et Déjanire y entra, le visage encore une fois rouge de colère. Derrière elle, une jolie jeune femme aux longs cheveux tressés blonds tentait tant bien que mal de soutenir de ses épaules délicates son jumeau ; un robuste gaillard tout aussi blond, à la poitrine abondamment velue, et visiblement totalement ivre.

« Ah Koah… » S’écria Déjanire aussitôt qu’elle l’aperçut. « Bénie soit Cheera ! Tu vas pouvoir aider ta sœur. Kuck à un peu trop forcé sur l’alcool d’alsine à la taverne. »

« Cet idiot a défié la grosse panse à alsine de Laurent O’Bryan, et comme toujours, il a perdu. Je ne sais pas ce qu'est être irlandais, mais Laurent n'arrêtait pas de beugler qu'il ne ferait jamais rouler sous la table un irlandais. Bien sûr, ça agaçait Kuck et voilà le résultat. » Expliqua Florelle en couvrant les paroles incompréhensibles de l'ivrogne lorsque Koah vint à son secours pour soutenir la masse imposante de son frère.

« Que fais le fils Kant ici ? » S’étonna soudainement Déjanire, son regard impérieux posé sur le petit garçon.

Tout en fronçant les sourcils sous les vapeurs d’alcool qui s’échappaient de la bouche à l’imposante mâchoire carrée de son frère, Koah tentait de maintenir debout la masse de muscle pendant que Florelle débarrassait de quelques babioles le canapé défoncé le plus proche. « Son père n’est pas rentré depuis deux jours... une affaire urgente... tu connais les Maîtres Intendants... toujours à en faire des tonnes. » Lança Koah, le regard plongé sur la petite tête brune de Logan.

Soudain, Koah eut une idée qui lui traversa rapidement l’esprit. Il savait que s’il raccompagnait Logan chez lui, le jeune garçon chercherait un moyen de retrouver seul son père, c’était une évidence. Logan avait perdu sa mère, il n’allait pas rester là sans agir alors que son père avait peut-être besoin d’aide. Mais même si c’était une attitude que Koah pouvait comprendre, il n’était hélas pourtant - pour sa propre sécurité - pas question qu’il agisse de la sorte.

En même temps que Koah lâcha son frère qui s’écroula lourdement sur le sofa dont quelques barrettes de bambous grincèrent dangereusement sous le choc, il dit d’une voix claire et sans équivoque : « Logan va dormir ici, je lui prête ma chambre jusqu’à ce que son père revienne. J’occuperais celle de Kowen. »

Déjanire hocha aussitôt la tête avec conviction en s’approchant de l’enfant qu’elle avait giflée plus tôt dans la soirée. « C’est une très bonne chose de l'avoir amené, Koah. » Fit-elle. « A-t-on idée de laisser seul un enfant de son âge ?… Que Lydée ne s'étonne pas s'il devient de la mauvaise graine ! J'en toucherais deux mots à Andrew lorsqu'il reviendra. » Elle le prit par les épaules et le bouscula gentiment pour qu’il s’éloigne vers les escaliers en colimaçon plus loin. « Monte donc te rafraichir un peu avant d’aller rejoindre Chötal. Je vais t’apporter un bol de lait au miel dans un instant. »

Personne ici, et surtout pas Koah ne semblait se demander si oui ou non Logan avait envie de rester coincé ici. Après, on ne lui demandait pas son avis. Il n’y avait personne dans sa hutte pour veiller sur lui, et Déjanire n’était pas femme à laisser à l’abandon qui que ce soit dans le besoin. Koah évitait consciencieusement le regard de Logan, ne voulant pas subir ses foudres de l’avoir ainsi obligé à rester pour la nuit prisonnier de Déjanire, la femme qu’il avait dit ouvertement ne pas aimer. Pourtant, le jeune Lydéen n’éprouvait aucun regret.

Koah faisait mine de s'occuper de Kuck, mais il attendait surtout que Logan monte à l'étage pour s'éclipser en douce de la hutte, et également du village.

¤

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1787
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 02 - Pour la Gloire des Grams.   Mer 7 Nov - 0:52

- Pourquoi ? Je pourrais t’être utile ! Je sais me débrouiller et je sais faire attention à moi ! J’aimerais beaucoup venir avec toi pour retrouver mon père… Seulement, tu fais comme les autres, tu me mets à l’écart… Même si j’étais ton fils tu trouverais une excuse ! C’est pas juste… c’est mon papa, et on me laisse même pas l’aider… Je ferais très attention et je pourrais même me faufiler là où toi tu ne pourrais pas… On est un peu comme des amis non ? Enfin je pense parce que tu es le seul avec Guerel et moi, qui semble se soucier de sa disparition…

Mais déjà un bruit sonore retentissait. La porte s’ouvrit sur… HORREUR ! Déjanire ! Logan s’écarta du passage, il se mit légèrement en retrait… Qu’avait-il encore fait ? Si elle allait encore le frapper, il n’allait pas se laisser faire ! Il la mordrait même si devait y mettre toute sa force pour percer sa carne… Jamais il ne laisserait cette mégère le gifler pour rien… Après tout, il n’avait encore rien fait de mal, il avait juste suivi Koah… Mais heureusement, elle n’était pas là pour lui, elle apportait avec elle une espèce de type malodorant… Apparemment c’était le frère du glaneur et Logan s’étonna de le voir dans cet état… Il allait déjà poser une foule de questions lorsque Déjanire demanda la cause de sa présence ici… Il ne répondit rien, de peur de dire une sottise et à vrai dire son nouvel ami venait de lui sauver la mise. Et puis il les regarda allonger ce Kuck… C’est marrant mais à cet instant, Logan était plutôt content. Le frère de Koah lui rappelait la bouille du vieux John, l’ivrogne du village qui zigzaguait pratiquement toute la journée, une chope d’alsine sous la main. Tout semblait allait pour le mieux, bientôt, il rentrerait chez lui, raccompagné par le glaneur… il ferait semblant de se coucher sagement bien entendu… c’était convenu d’avance… il le suivrait en douce… MAIS…

Avant même qu’il ne puisse comprendre la manœuvre, Logan était pris au piège ! Koah l’avait vendu à sa mère, cette espèce de folle tyrannique ! En plus il lui avait fait clairement comprendre qu’il serait bon à rien s’il venait. Il était furieux ! Koah évitait soigneusement de le regarder mais il valait mieux pour lui car Logan lui adressait un regard profondément noir, inquiétant pour un garçon de son âge. Il savait inutile de faire un caprice avec la vieille folle qui voulait l’empoisonner de son miel au lait… allez savoir ce qu’elle glisserait dedans… Non ! Sa joue lui faisait encore mal, il ne passerait pas la nuit avec elle ! C’était clair et net ! S’il avait pu il aurait foncé sur le glaneur pour lui donner des coups de poings et des coups de pied… Mais cela n’en valait pas la peine, surtout que Déjanire ne le raterait pas et qu’il serait le seul à prendre une branlée mémorable… Il mourait d’envie de se déchainer sur le jeune homme… comment avait-il pu lui faire ça à lui ? Il croyait pourtant qu’ils étaient devenus des sortes d’amis… Il afficha bientôt une mine boudeuse… et dit, à l’attention de Koah, avec un ton dur :

- Traître !

Et il monta à l’étage… En fait, il ne fit que s’asseoir tout en haut des marches pour marmonner entre ses dents des propos à la fois disproportionnés et menaçants, du genre « Je vais lui faire bouffer les tripes de Kobol la prochaine fois que je le croise… » ou alors « Adulte débile, tous les mêmes avec leurs cerveau de rongmols » mais aussi « Il va déguster ! » et encore « L’autre folle va encore me donner tort alors que je n’ai rien fait… tous les mêmes… J’espère qu’Okan va lui faire se tordre les deux chevilles ! ». Et alors qu’il ronchonnait, il entendit des bruits étranges à l’étage, comme si le frère de Koah vidait des seaux d’eau… Sauf qu’à l’odeur qui remontait, c’était loin d’être le cas. Le jeune garçon entra dans la chambre de Koah et regarda la pièce. Elle était bien aménagée, elle aussi. Bien rangée… une chambre d’adulte quoi… Il y avait des parchemins, sur Okan… et un tableau représentant le glaneur et son père se trouvait juste au dessus du lit. Logan donna un coup de pied au lit, rageur. Il était coincé ici… à cause d’un traître !

Il s’assit sur le matelas de paille et resta songeur… Et puis, dans un accès de vengeance juvénile, il prit une petite fiole, contenant un étrange liquide, sans doute de l’alcool pour les lampes… et le déversa sur la couche ! Une odeur forte se répandit mais déjà il ouvrait la fenêtre pour la faire sortir. Et puis c’est là qu’il vit le vide… la seule issue était par là ! Koah devait avoir profité du fait qu’il soit monté pour filer… Alors Logan jeta un œil vers le bas de l’escalier où il entendait les femmes s’affairer à ramasser les nouvelles œuvres de Kuck… Logan mit le parchemin dans l’alcool pour qu’il s’imprègne du liquide et avec une dernière grimace peu sympathique adressée au tableau, il enjamba la fenêtre… La hutte avait un mur plat… avec une seule prise… Une poutre qui suivait le bâtiment. Logan par sa souplesse et son agilité parvint à s’y mettre dessus sur la pointe des pieds… Plusieurs mètres le séparaient du sol… il descendit encore un peu, se pendant par les mains à environ deux mètres et lâcha prise. Juste à l’ instant où il toucha le bois de la passerelle il entendit Kuck hurler un tas de paroles incompréhensibles, ce qui couvrit le bruit… Heureusement pour lui ! Il se cacha derrière une hutte plus loin et attendit un peu… S’il voulait suivre Koah, il fallait le laisser partir la tête tranquille… Et puis, dès qu’il en aurait l’occasion, il lui ferait payer cher sa trahison !

Il avança très discrètement vers les nacelles… Déjanire n’avait pas encore remarqué sa disparition… Elle était trop occupée à tenter de remettre Kuck sur le canapé, ce dernier ayant glissé en voulant se lever. « Tu vas avoir mal Koah Lang ! Je le promets sur la tête de Pelös ! », se dit-il à lui-même. Et au lieu de continuer vers la sortie de Lydée, il mit le cap vers la hutte familiale. Il voulait récupérer quelques chose avant de se lancer à l’aventure. Le glaneur avait récupéré ses bâtons, pour se défendre soi-disant… alors lui il s’armerait pour une chasse à l’homme d’Okan ! Une chasse au traître ! Toujours silencieusement, il entra vite dans la hutte de son père et fonça à sa chambre. Il déplaça une petite table de nuit et récupéra un lance pierre caché derrière, collé avec du sparadrap, un truc qu’avait apporté les naufragés et qui servait à panser les blessures. Il l’avait chapardé à l’infirmerie… au passage. Il fourra la fronde sur le côté de son pagne et y attacha un sac de velours, rempli de pierres. Il récupéra un bâton qu’il avait caché sous son matelas de fortune et sortit.

Le trajet vers l’extérieur s’avéra plus difficile que prévu. Des gardes patrouillaient et quelques habitants rentraient chez eux… La fête était visiblement finie… ce qui n’arrangeait pas ses affaires. Il dut avancer avec une infinie précaution pour ne pas se faire voir ni entendre. Tout ça lui fit perdre du temps ! Et il jura dans sa barbe : « Je t’aurais ! Et tu seras obligé de m’avoir avec toi ! Même si ces crétins veulent m’en empêcher ! ». Mais bientôt il arriva à une liane qui descendait vers la forêt… Il regarda bien que personne ne puisse le voir et descendit. Tandis qu’il rejoignait la terre ferme, il ne put s’empêcher de penser à son père… Allez savoir ce qu’il était advenu de lui… Et même s’il nourrissait contre le glaneur de hauts fruits une colère noire et profonde, il savait qu’il était sa seule chance de pouvoir tenter de le retrouver…

¤¤¤

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 02 - Pour la Gloire des Grams.   

Revenir en haut Aller en bas
 
02 - Pour la Gloire des Grams.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Oui-oui, un nouveau, pour la gloire du Rat Cornu!
» Pour la gloire de l'Empereur, Archeon se lève!
» pour la gloire du chaos !!!
» Titres pour la Gloire (Le Retour)!
» Pour la gloire d ' AHURA MAZDA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Exilés du Monde :: LES EXILES DU MONDE : L'HISTOIRE :: TOME I : LA MARCHE DES IDRAZITS-
Sauter vers: