AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Loin des faiblesses, plus près des hurlements [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Malak Rochaël

avatar

Masculin Nombre de messages : 88
Âge du héros : 35 ans
Né à : Oui
Fonction : Chef des Egorgeurs Sombres

MessageSujet: Re: Loin des faiblesses, plus près des hurlements [Libre]   Mar 6 Nov - 1:16

Dans sa hardiesse et sa nouvelle aspiration, Malak s’était aventuré jusqu’ici, auprès d’elle, dans un endroit fait pour le recueillement ou le tourment selon la raison de sa présence ici. Lui qui était venu en quête d’assouvissement de désirs charnels, de passion démesurée pour la grandeur, de fascination sans précédent et sans bon sens, n’était plus qu’un impuissant parmi tant d’autres, totalement incapable de savoir ce qu’il voulait maintenant, incapable de savoir où il allait à présent. Non, elle l’avait perdu en chemin, cette femme avait pris possession de ses sens, de ses sentiments et de son corps. Malak avait en lui la plus grand faiblesse que l’homme ait su nourrir au fil du temps, et le plus terrible pour lui était bien de savoir qu’il soumettait presque de bon gré.
Sa seule crainte était encore qu’elle ne sache en jouer, et malheureusement, il osait croire en la sincérité de ce qu’il avait découvert d’elle. Et après ? Cela l’empêchait-elle de redevenir de marbre et de glace ? De fondre son cœur et son corps dans un océan glacial qui sonnerait le glas de Malak et de sa tentation ? Personne n’atteignait de quelques façons Malak Rochaël, personne. Quand on y regardait de plus près, un instant de plus, plus précisément, l’on discernait la brèche qui faisait son état, cette infime faille en lui qui n’était en d’autres lieux qu’en son cœur. Oh, Diane avait su percer sa curiosité, puis son désir presque animal, mais des suites de cette conversation enrichissante, Malak avait eu la sottise propre à l’homme de voir plus loin et plus profondément. Une erreur ? Evidemment, elle n’était pas encore réveillée, au grand jour, néanmoins il la sentait se révéler lentement, encore terrée mais pour peu de temps désormais. Les alternatives étaient simples : soit Diane l’achevait elle-même de bon gré, soit il n’aurait plus qu’à vivre avec ses regrets et oublier. Dans les deux cas, il déplorait les perspectives qu’il s’était lui-même créé. Il combattait avec fermeté ses sentiments, seulement tout homme sait avec pertinence que s’il est quelque chose qu’on peut combattre mais que l’on ne peut vaincre, il s’agit sans détour des sentiments.
Leurs discours s’étaient considérablement amenuis d’un côté comme de l’autre. Malak savait qu’il avait peur de prononcer le mot de trop, et il pensait Diane dans une indécision. Mais quelle indécision ? Plus de questions qui ne faisaient qu’en animer d’autres, dans un cercle vicieux qui consumait le feu de l’âme de l’Egorgeur. Son tourment n’avait de cesse de croître, tant les secondes défilaient sans qu’il n’en prenne vraiment conscience. Il fallait un arrêt à cette situation, et même si la réponse de Diane lui tira une certitude comme une certaine satisfaction, il reconnaissait n’être guère plus avancé qu’auparavant. Un peu d’audace et moins de délicatesse était sans doute de rigueur, et Malak s’y résolut brièvement :
"Et maintenant, reprit-il. Qu’attends-tu de moi ?"
Il n’aurait su répondre à cette question. Après tout, il était partagé quant à elle. D’un côté, il savait toujours le désir complété qu’il avait pour elle, mais il se sentait pris au risque de ressentir quelque chose de plus profond encore et de tellement plus douloureux. Tout était bien nouveau, car il semblait avoir trouvé quelqu’un qui lui ressemble, quelqu’un qui vaille la peine qu’il s’y reprenne à deux fois avant de passer son chemin. Ce terrain inconnu l’effrayait réellement. Il s’agissait de Diane, tout était trop compliqué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diane Sanchez

avatar

Féminin Nombre de messages : 415
Âge du héros : 33 ans
Né à : New-York
Fonction : Maitresse des Briseurs d'âmes/Membre du Conseil Noir

MessageSujet: Re: Loin des faiblesses, plus près des hurlements [Libre]   Mar 6 Nov - 1:35

Quel terrain horriblement glissant, et quelle scène risible pour une personne extérieur. Et c'était à elle de prendre une décision à cet instant? C'était plutôt complexe et il lui fallait peser le pour et le contre, puisque ce genre de choses ne se décident pas à la légère, surtout quand rien ne présage de savoir. En résumé, c'était soit continuer à avancer vers l'inconnu en admettant l'idée qu'un jour il découvre ce secret rongeant les murs de sa demeure, soit faire face tout de suite et ne pas se laisser aller à quoique ce soit. Mais voilà le soucis, l'attrait de la nouveauté ne peut se dissiper facilement.

Encore un pas à faire, et la parole à prendre, laisser les mots s'échapper pour une fois sans rien peser puisque la question si directe l'avait plutôt bousculée pour la rendre plus embarrassée et plus concentrée que jamais sur le pourquoi, sur les possibilités diverses et variées qui s'offriraient à eux, puisqu'elle ne pouvait sincèrement pas penser que les choses tourneraient d'une façon pour l'un et pas de la même pour l'autre, elle était tout de même assez lucide pour le saisir. On peut bien ignorer des choses mais pas à ce point!

"Je dirai que je n'ai pas spécialement envie de couper court à tout cela, quoique... je n'en ai même pas du tout envie."

Au moins, elle avait le mérite d'être sincère et d'écouter son envie, mais il n'en était pas moins difficile de répondre à sa question, ce qu'elle attendait de lui... A celle qui n'avait jamais rien attendu des hommes, c'était là une question bien étrange. Elle avait cette sensation d'avoir recu cette question par crainte qu'elle ne la pose, une sorte de cercle vicieux qui prenait toujours ce genre d'instant, du moins, à ce qu'elle en avait vu dans ses films, mais là, les choses étaient différentes et les réponses les mêmes, il est plutôt rare de voir une histoire à l'eau de rose basée sur les deux "méchants" de l'histoire à vrai dire!
Comme quoi, elle n'avait pas imaginer ce dénouement! Et Irwin alors? Imaginait-il là que sa soeur l'abandonnait? Voilà que le remord risquait doucement de s'insinuer en elle, alors autant ne pas trop réfléchir, arrêter de perpétuellement "penser" et chercher trop de réponses.


"Peut-être de me laisser continuer à découvrir ce qui est si nouveau pour moi, c'est bien la seule réponse que je possède, comprends-moi c'est un peu...étrange.
Mais je pourrais bien te retourner la question?"


Et voilà que le piège s'était tourné dans l'autre sens pour les englober tous les deux, on se protège bien dans des silences mais cette fois, il était absolument impossible de se taire. Ha si les choses avaient été plus simples, mais forcément, ce n'est jamais le cas. Pour une fois elle espérait pouvoir se reposer un peu sur ses épaules, sur les épaules de quelqu'un pour une fois dans sa vie, pour voir la suite arriver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malak Rochaël

avatar

Masculin Nombre de messages : 88
Âge du héros : 35 ans
Né à : Oui
Fonction : Chef des Egorgeurs Sombres

MessageSujet: Re: Loin des faiblesses, plus près des hurlements [Libre]   Mar 6 Nov - 12:11

Pour le moment, Malak voyait deux grands problèmes se poser devant lui, avec force et résignation : le tout premier commençait doucement à s’éclaircir et à lui procurer un goût amer. Il avait toutes les peines du monde à résoudre son cœur et son esprit à une telle faiblesse, et pourtant, il se savait déjà cruellement atteint. Le principe du chef des Egorgeurs Sombres reposait avant tout sur une indépendance totale quant à tout. Il ne devait en aucun cas se rattacher à quoi que ce soit, faute de quoi, il se mettait lui-même et « l’autre » en question dans une sorte de danger. Certes, Diane n’était pas n’importe qui, mais elle-même était un point de pression désormais, au moins pour un temps, et il détestait cette idée qui demeurait néanmoins irréfutable. Le second résidait dans leur position respective : Oui, il existait quelque chose entre eux, rien d’exceptionnel, certes, mais présent tout de même. Et alors ? Où tout cela allait bien les conduire ? Malheureusement, Malak savait ce qu’il attendait d’elle, bienheureusement, il ignorait la réciproque. Elle-même le savait-elle ? Trop de questions inutiles. Rien ne saurait exister et prospérer entre deux grands d’Hanka. La logique voulait que tout s’arrête dès maintenant, avant qu’il ou elle, ou même ils, ne commette l’irréparable. Malak sentait néanmoins qu’il avait déjà été trop loin pour renoncer.
"Etrange, oui, souffla-t-il."
Voilà qu’elle lui retournait la question, et il fallait reconnaître qu’il s’y était attendu. Dans la légitimité des choses, il était parfaitement normal qu’il s’y voie à un moment ou à un autre confronter. L’ennui était bien qu’il n’avait aucune réponse capable de sortir de bon gré. Il pouvait dire ce qu’il voulait soit que son désir n’avait guère changé du premier, ce qui serait mensonge, ou alors il pouvait se trahir lui-même, reconnaître sa faiblesse, l’accepter, la vivre jusqu’au bout, aux risques de le payer cher, et de le regretter amèrement pour un temps indéterminé, voir interminable. En un sens, le pirate qu’il était n’avait que quelques mots presque sarcastiques à dire, mais Diane l’avait repoussé vers des retranchements nettement plus complexes, et en un sens, bien plus attrayant. Fasciné par l’inconnu, mais terrifié par l’hostilité qui allait de paire, Malak demeura un bon moment parfaitement muré au silence. Il essayait presque de trouver une réponse dans le regard de Diane, qui reflétait un néant imperturbable mais tellement prenant. Que valait-il, lui, dans ce regard ? Ce n’était pas que vis-à-vis d’elle qu’il se voyait méfiant, tout ce que son père avait su bâtir en lui par le passé submergeait sa passion comme sa raison.
"Qu’adviendra-t-il de cet instant une fois que nos chemins se seront séparés ? Demanda-t-il après un instant. J’ai la sottise d’honnêteté de t’avouer que ce moment me sera cher, néanmoins, je me sens prisonnier de bien des incertitudes. Où allons-nous au juste ? Qu’ignore-tu que je sache ?"
Plus d’interrogations qu’il ne devait en souffler, sans aucun doute. Tout était plus fort que lui. Il avait ce besoin de toujours extérioriser ses pensées, même quand elle se voyait intime. Quelque part, tout serait bien plus simple s’il pouvait lui révéler tous les songes qu’il nourrissait avec ardeur depuis un moment maintenant, mais c’était radicalement impossible. Il était loin de pouvoir se permettre d’être à sa merci, et encore une fois, sa fierté faisait une bonne partie du travail à sa place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diane Sanchez

avatar

Féminin Nombre de messages : 415
Âge du héros : 33 ans
Né à : New-York
Fonction : Maitresse des Briseurs d'âmes/Membre du Conseil Noir

MessageSujet: Re: Loin des faiblesses, plus près des hurlements [Libre]   Mar 6 Nov - 13:41

Il trouvait donc cela étrange? A dire vrai elle aussi, elle avait du mal a concilier ces sensations à son statut, comment tout cela risquait donc de se passer une fois confrontés l'un et l'autre dans Hanka? Que feraient-ils des conséquences de leurs actes? Encore trop de questions, inutiles puisqu'elles faisaient certainement parties de ces choses que l'on garde jusqu'à advenir au moment propice de l'affrontement avec la réalité. Il y avait bien une solution: fuir d'Hanka mais ni l'un ni l'autre ne devait en avoir l'envie! C'était bien trop nouveau, trop pour y comprendre quoique ce soit, mais ce qu'elle savait bien c'était ce feu brulant qui ne la lachait plus le moins du monde.Etait-ce donc un genre de drogue? Le genre de choses qu'elle n'avait jamais désiré, où l'on devient vite dépendant des sensations offertes, oui, c'était certainement le cas.
Chaque parcelle de son corps réclamait de cesser de réfléchir et d'agir encore, mais pour l'instant, elle était bien plus apte à écouter sa raison et ses milliers de questions. Comment faire? Un secret de plus parmi les siens, ce n'était pas grand chose après tout, elle commençait à s'habituer, mais si tout se voyait révélé? C'était le risque de tout perdre en une fraction de seconde: son rang, sa notoriété, sa place ici.
Est-ce que tout cela valait bien le coup de prendre ce genre de risques?

Elle le sentait, ses questions étaient certainement tout aussi similaires que les siennes, étrange pour elle puisqu'elle le pensait expérimenté dans ce domaine, celui qui se targuait d'être roi du vice était-il donc atteint là d'un autre mal que celui de la chair? Pour Diane, il était difficile de cerner si il n'y avait guère pour elle que cela, ce n'était pas l'attrait de la nouveauté, à vrai dire, elle avait connu la chair bien avant et en était dégoutée, mais il y avait là un autre chose. De là à le nommer, elle attendait plutôt que ce soit lui qui pose un nom sur cette inconnue. En tout les cas, le vent commençait à devenir plus puissant, les vagues atteignaient déjà les rives de cette île, il était clair qu'il ne fallait plus tarder, mais pour aller où? Pour retourner sur Hanka sans réponse ou s'aventurer sur le "continent" pour continuer à réfléchir à ces choses?
Il fallait bien trouver une solution mais surtout ne pas rester ici, vu le bruit des vagues sur les bungalows pourtant lointain, la nuit n'allait pas être de tout repos.


"J'ai tout autant d'incertitudes que toi, crois moi, pourtant il nous faut choisir maintenant si nous rentrons tout de suite ou si nous prenons le risque d'aller sur le continent, les vagues sont de plus en plus fortes et j'ai peur qu'elles submergent l'ile."

En effet, fort heureusement, c'était un temple en ruine bien avant la lune rouge, le cas échéant il aurait certainement été broyé par les vagues, c'était encore une autre décision à prendre et dans l'urgence cette fois, un genre d'ultimatum posé par les flots.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malak Rochaël

avatar

Masculin Nombre de messages : 88
Âge du héros : 35 ans
Né à : Oui
Fonction : Chef des Egorgeurs Sombres

MessageSujet: Re: Loin des faiblesses, plus près des hurlements [Libre]   Mar 6 Nov - 14:04

Dans la quasi naturelle découverte qu’il venait de faire face à Diane, Malak n’avait pas vraiment réfléchi au plus improbable de la situation : il avait tout de même découvert une partie de ce que cette surface glaciale dissimulait, ce qui n’était pas rien ! Il avait observé et vécu ce moment avec une légitimité impressionnante, néanmoins, il prenait doucement conscience de la problématique de cette situation. En seulement quelques temps, il en avait appris plus sur elle que bien d’autres en des années, et réciproquement. En quelques sortes, confronter à Hanka, que resterait-il donc de ces mises à nu ? Malak était ainsi encore plus sceptique qu’auparavant. Cet instant s’effacerait-il donc une fois leur route séparer ? Chacun rejoindrait son clan respectif, les choses rentreraient dans l’ordre, le cours dit « normal » des choses reprendrait ses droits. Cette idée déchirait réellement le cœur de l’Egorgeur et pourtant, une infime partie de lui jurait qu’il s’agissait là du plus sage et logique des choix. Pourtant, tout le reste le sommait, en revanche, de n’écouter que sa passion, son cœur, et la folie de son esprit, de tenter quelque chose, quoi que cela puisse être. Une fureur irraisonnée combattait ardemment la providentielle sagesse qui émanait de son pouvoir. Les Egorgeurs Sombres et les Briseurs d’Âmes n’avaient rien à faire ensemble. Mais, car il en existait toujours dans son esprit complexe, Diane et lui n’étaient pas que cela. Et après ? Trop d’interrogations pour son pathétique esprit simpliste !
Lui qui était pris entre sa fascination et son incertitude reconduite par l’indécision n’avait guère guetter l’arrivée des déferlantes. Cela avait été profondément sot de sa part, néanmoins, il ne le regrettait qu’à moitié. Oui, il avait fait la découverte la plus fascinante de toute sa vie, mais, il y avait bien un moment où des problèmes devaient s’y insinuer. Pour une fois, il aurait aimé que sa vie devienne d’une grande facilité, comme lorsqu’il n’avait rien à dirigé, que tout lui était dicté. Cette idée n’effleura son esprit qu’une demi seconde, car son amertume pris rapidement le pas sur un désir qui n’était toujours pas le sien. Les vestiges du passé avaient tendances à revenir quand il le voulait le moins. Il eut un regard pour l’horizon, puis pour les vagues qui semblaient déjà assaillir avec violence le pitoyable îlot vulnérable. Quelles foudres avaient donc engendré Sedna ? Il revint poser les yeux sur Diane.
"Si cruelle soit ma décision, je suis prêt à te suivre jusque dans les pires hostilités du continent. Je ne peux plus résoudre à te laisser seule ... A mon grand damne, je te l'accorde."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diane Sanchez

avatar

Féminin Nombre de messages : 415
Âge du héros : 33 ans
Né à : New-York
Fonction : Maitresse des Briseurs d'âmes/Membre du Conseil Noir

MessageSujet: Re: Loin des faiblesses, plus près des hurlements [Libre]   Mar 6 Nov - 14:55

Inutile de trop réfléchir, il avait donc choisit le continent pour partir et tenter d'éviter les vagues, et il était certainement bien plus doué qu'elle pour ce genre de choses. Elle connaissait la navigation bien sur mais n'avait rien pour la mener au large, alors que lui avait conservé une espèce de barque très certainement. Autant ne pas trop réfléchir, ne plus penser à tout cela, du moins essayer puisqu'après tout, ce n'était pas possible. En tout cas, un coup d'oeil rapide sur ses armes toujours présente avant de tenter de trouver le moyen de partir et vite.
Il le fallait bien, c'était une façon comme une autre de se dire qu' en vue de sa décision, il y avait là quelque chose de possible, c'était déjà prendre un chemin différent de celui de se voir chacun de son côté.
Et puis, ils évitaient déjà de se retrouver à Hanka pret à être jugés par tous à la moindre erreur, c'était un peu rassurant.


"Alors allons-y veux-tu? Je n'ai malheureusement aucune embarcation, et j'ignore parfaitement ce qu'il nous arrivera sur le continent." souffla-t-elle à son tour, le regard passant tour à tour sur lui puis sur le large, vers les lumières d'Hanka et le continent si sombre.

Pour une fois, elle ne voulait pas le moins du monde penser qu'ils pouvaient être fautifs sur les vagues actuelles, non, après tout, c'était habituel depuis la lune rouge, ils n'y étaient pour rien, les dieux ne les maudiraient pas pour si peu!
Elle aimait à le croire, et à se dire que tout se passerait au mieux, pour l'instant, elle faisait simplement confiance à Malak pour les mener vite sur le continent. Lui faire confiance, c'était bien étrange de se retrouver à penser une chose pareille, elle qui ne faisait alors confiance à personne l'offrait à cet homme. Il fallait être lucide, les choses devenaient de plus en plus étranges!
Et voilà qu'elle repartait dans ses pensées, à se demander ce qu'il adviendrait là-bas, et surtout, le moment où ils devraient rentrer, la réaction de chacun, non, autant ne pas y penser maintenant, le regard posé encore sur lui puis sur le large, sur les vagues immenses à la colère débordante, elle espérait bien vite arriver sur ce continent, comme une nouveauté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malak Rochaël

avatar

Masculin Nombre de messages : 88
Âge du héros : 35 ans
Né à : Oui
Fonction : Chef des Egorgeurs Sombres

MessageSujet: Re: Loin des faiblesses, plus près des hurlements [Libre]   Mar 6 Nov - 15:21

Etant depuis toujours homme à prétendre défier les vagues avec victoire, Malak n’en était pas pour autant inconnu du continent en lui-même. Il ne cessait de faire des allers-retours entre Hanka et la terre ferme pour une multitude de petits commerces, à commencer par l’opium. Depuis toujours, l’île accueillait bien des hommes qui n’étaient pas natifs, et ceux qui l’étaient avaient bien dû se plier aux nouvelles alternatives offertes par ces arrivages. Ce genre de trafics avait considérablement été multiplié grâce à Malak, qui avait étendu son pouvoir avant tout par ce biais. Prendre la tête des Egorgeurs Sombres n’était pas seulement l’œuvre d’une tuerie entre prétendants, il lui avait fallu auparavant étendre une confiance, un pouvoir, et une puissance économique. Une fois sa fortune personne alourdie de plusieurs milliers de jetons, la tâche s’était montrée plus aisée. Tout cela pour dire qu’il allait de la terre ferme à Hanka presque tous les jours, ayant l’une des plus grandes flottes de toute l’île.
Pour arriver à l’île de la Muerta, il s’était adjoint d’une pirogue, qui ne lui appartenait pas, quand il y repensait. Est-ce que le crétin qui l’avait accompagné jusqu’alors l’attendait toujours ? Malak jura que si tel n’était pas le cas, il ne reverrait jamais le soleil se lever sur ses jours. Il allait ainsi mettre dans leur petit confidence un tiers, et malheureusement, ce n’était pas le plus muet de ses serviteurs. Un problème de plus ou de moins, il voyait cela comme un détail négligeable, néanmoins, il se sentit dans le devoir de divulguer l’information à Diane.
"Je peux t’en révéler un peu, répliqua-t-il simplement. J’ai un homme disposé un peu plus loin, il nous conduira sans peine jusqu’à la terre. Sa laideur n’a d’égale que sa stupidité, mais il sait naviguer et tuer."
De toute façon, Malak s’était toujours efforcé de voir un minimum de qualité en chaque personne. Pas les qualités comme l’entendait la majeure partie des gens, mais bien un intérêt qui pourrait le pousser un seul instant à garder une telle erreur de la nature près de lui. Le chef des Egorgeurs était toujours un homme intéressé, et ne cherchait jamais que le profit qu’il pouvait tirer de telle ou telle personne, tout du moins, c’est ce qu’il croyait. Sentant toutes ses interrogations revenir d’autant plus vite qu’il les avait occulté, il s’efforça de reprendre pieds dans la réalité, s’y ancrant du mieux qu’il le peut.
"Allons-y."
Il ne la pressa pas vraiment, d’autant qu’il passa devant elle. Il eut l’ardent réflexe de passer le bout de ses doigts sur la garde de son couteau. Il semblait avoir repris un peu de conscience quant à sa situation, et pressentait aisément la perspective hostile qui s’offrait à eux, il se préférait plus méfiant que jamais. Voilà qu’il jurait par « eux » et non plus par « lui ». Ses incertitudes demeuraient, et s’accroissaient à chaque pas qu’il faisait un peu plus en avant. Ils arriveraient sans peine sous quelques secondes au rivage, où leur « ticket » de sortie de l’île de la Muerta pour celui d’entrée sur le continent les attendait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diane Sanchez

avatar

Féminin Nombre de messages : 415
Âge du héros : 33 ans
Né à : New-York
Fonction : Maitresse des Briseurs d'âmes/Membre du Conseil Noir

MessageSujet: Re: Loin des faiblesses, plus près des hurlements [Libre]   Mar 6 Nov - 15:46

Voilà que de toute évidence il avait bien prévu quelque chose, un léger sourire vint vite se poser sur les lèvres de Diane, il l'avait bien suivit dans ce cas, mais voilà le soucis, un homme de plus serait dans la confidence, c'était plutôt une perspective désagréable, mais il n'y avait pas vraiment d'autre choix.
Sans un mot, elle l'observa bien vite partir devant et le suivit le pas léger et discret, alors qu'il n'y avait là aucune raison de se cacher, se cacher de quoi? Des cadavres? Peut-être parleraient-ils dans l'au delà mais certainement pas maintenant, sur cette terre, et encore moins aux Hankiens. Elle espérait juste qu'il y avait de quoi faire confiance à cet homme qui allait les mener jusqu'au continent, le cas échéant, elle savait bien comment agir, que cela plaise ou non au chef de ce dernier. Quand il le faut, il n'y a pas réellement d'autre alternative.

"J'espère simplement qu'il saura se taire" souffla-t-elle avant de quitter définitivement les ruines du temple de Kor.

Selon elle, ils n'étaient plus sous le regard de Kor à cet instant mais plutôt sous celui de Sedna, que ferait-elle? Elle espérait bien que cette dernière les laisserait en paix, mais autant taire ce genre de croyances qui ne feraient qu'attirer les foudres de son "compagnon", du moins de celui à qui elle ne savait plus donner de titre. Qu'était-il donc pour elle? Difficile de trouver la moindre réponse, et autant ne pas en chercher, c'était inutile, tout se poserait en temps voulu, les mots viendraient seuls comme viennent parfois les songes et leurs réponses.
Mais Irwin... Ce qu'elle espérait qu'à son retour il n'ai fait aucune crise, qu'il soit loin de sa paranoïa et qu'elle n'ai pas encore à maitriser ses faits et gestes, et surtout allait-elle devoir révéler aussi ce lourd secret de plus? C'était bien ce qui la taraudait le plus à l'instant avant de se retrouver face à la pirogue.

Il était aisé d'observer le regard lubrique et le sourire en coin de l'homme qui se trouvait face à eux, instantanément, son regard à elle prit une dimension glaciale, et le menton relevé, elle fit bien vite comprendre qu'il était dans son intérêt de ne pas prétendre avoir observé quoique ce soit, le cas échéant, elle lui trancherait la gorge, c'était ce que sa main stipulait en frolant son nouveau petit bijoux, cette dague qu'elle avait obtenu quelques heures auparavant.
Non, elle pouvait faire "confiance" à Malak par intuition mais pas à cet homme qui était bien, comme il l'avait dit, extrêmement laid et terriblement sale, son seul regard suffisait à se sentir un instant souillé, du moins au gout de Diane qui n'appréciait pas vraiment ce genre de sensation mais qui n'en exprimait rien.


"J'espère qu'il saura vraiment nous mener au continent."


Elle ne désirait pas s'adresser à cet homme, après tout, il n'était absolument rien pour elle et le resterait, elle patienta donc avant de grimper dans la pirogue, murmurant un "que Sedna nous protège" inaudible. C'était une façon d'attendre de voir si il s'en sentait capable, et si elle pouvait monter sans risque, sans réaction digne d'un "pirate".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malak Rochaël

avatar

Masculin Nombre de messages : 88
Âge du héros : 35 ans
Né à : Oui
Fonction : Chef des Egorgeurs Sombres

MessageSujet: Re: Loin des faiblesses, plus près des hurlements [Libre]   Mar 6 Nov - 16:15

Sans avoir besoin de le dire, Malak l’espérait aussi. Ce n’était pas un homme aussi vil et débauché que lui, et la seule raison qui faisait son appartenance aux Egorgeurs Sombres étaient bien le peu de talent qu’il avait. Il rebutait totalement son chef, néanmoins, ce dernier avait su lui trouver un tant soit peu d’intérêt, et il aurait été parfaitement sot de se débarrasser d’une utilité. Le seul souci de cet homme était bien son côté profondément déséquilibré. Si on lui inspirait autre chose que de la crainte, il était capable des pires atrocités. En d’autres termes, s’il n’avait pas peur pour sa vie, un peu plus de sang ou un peu moins ne lui faisait ni chaud ni froid. C’était aussi pour cette raison qu’il l’avait gardé près de lui : cet homme était capable de tuer avec une étrange efficacité compte tenu de son trop peu d’intelligence.
Alors qu’ils gagnaient la pirogue avec une rapidité désirée, Malak ne pue que laisser échapper un soupir devant le regard que son compagnon posait sur Diane. Il était partagé entre l’idée de le tuer de ses propres mains, ou de le laisser aux bons soins de cette dernière justement. Difficile de dire lequel des deux seraient le pire à envisager, quoi que dans un léger sourire amusé, l’Egorgeur pressente que le châtiment qu’il saurait infliger serait une grâce en comparaison de ce que Diane saurait lui faire. Il conserva son propre sarcasme pour lui-même et s’approcha de l’homme en question d’un pas décidé.
"Perds immédiatement ce regard, Donovan ! Lâcha-t-il entre ses dents."
L’interlocuteur de Malak revint prestement à lui, et se recourba encore une fois dans une attitude servile pathétique. Il conservait ses mains devant son visage comme si l’Egorgeur avait pu avoir l’espace d’une seconde l’idée de l’amocher plus que la nature ne lui en avait déjà fait l’affront. Parfois, il faisait même pitié à Malak, néanmoins, l’heure n’en était pas là, et il fallait voir les choses par ordre de priorité. Ce dernier posa un regard impérieux sur Donovan qui avait clairement compris son ordre de mission. Il descendit donc en contrebas de la pirogue, la tira réellement sur la terre, et s’effaça enfin pour laisser passer Malak, puis Diane. Loin de perdre le regard qu’on lui avait formellement interdit, il resta dans son attitude semi plié, tête penché vers le sol, le regard cependant tout lever pour elle. Malak ne se perdit pas dans plus de considération. Il monta à bord de la pirogue, et s’en alla s’installer en son centre. Il posa les yeux sur les vagues qui asseyaient déjà vivement le maigre îlot, et les bourrasques qui ébouriffaient avec colère la petite végétation subsistante de l’endroit. Il se retourna ensuite, fixant son regard sur Donovan, puis sur Diane :
"Il ne parle pas, reprit-il. On ne s’en porte pas plus mal."
Pour dire quoi de toute façon ? Il semblait plus déphasé que la moyenne, et Malak n’avait jamais cherché de l’intelligence à exploiter chez lui. Pas qu’il en soit dépourvu, seulement que ses troubles psychologiques majeures empêchent tout bonnement leur utilité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diane Sanchez

avatar

Féminin Nombre de messages : 415
Âge du héros : 33 ans
Né à : New-York
Fonction : Maitresse des Briseurs d'âmes/Membre du Conseil Noir

MessageSujet: Re: Loin des faiblesses, plus près des hurlements [Libre]   Mar 6 Nov - 16:41

Décidemment, cet homme la mettait en rage de par ce regard, elle hésitait à lui faire comprendre qu'on ne pouvait ainsi l'observer mais c'était inutile, ce serait perdre un navigateur de plus et en prime faire affront en touchant à l'homme d'un autre clan, pour cette notion là de respect, Diane la connaissait parfaitement, elle ne s'attaquait à un homme d'un autre clan que si elle avait un accord tacite à ce sujet avec le chef de ce dernier, ou si il y avait guerre ouverte entre les deux clans, bref, ce n'était pas du tout le cas à cet instant, alors autant se contenir un peu, pour changer, et à voir une fois sur le continent si il serait nécessaire d'agir.
De toute évidence, à l'instant, ce n'était pas le cas, une phrase de la part de Malak et voilà que cet homme devenait une chose toujours aussi répugnante mais désormais apeurée, de toute évidence, il lui faisait penser à un esclave, ils réagissaient tous de la sorte, pret à tout pour le maitre les élevant au rang d'esclave viable pour être vendu et non encore torturé. Oui c'était bien le même regard qu'elle lisait là, comme quand elle offrait à un esclave de ne plus subir son fouet mais celui plus doux d'un acheteur.

Elle s'imaginait déjà que le pauvre bougre avait perdu ce regard salace mais sous ce côté recroquevillé, elle le sentait encore sur elle, parcourir chaque partie de son corps, c'était alors un simple dégout qu'elle pouvait éprouver avant de le regarder un moment tout aussi froide qu'on le racontait habituellement, et laissant s'échapper avec dureté quelques mots.

"Tu n'écoutes donc pas ton chef? Préfères tu que je te montre comme je peux traiter les esclaves?"

De toute évidence, en vue de son regard reporté sur la mer, ce n'était pas le cas, il était assez malin pour ne pas faire d'affront supplémentaire, cela tenait presque du miracle pour une chose si laide, mais c'était certainement la crainte d'une réprimande de plus de Malak qui l'inquiétait. Qu'importe, la seule chose qui la préoccupait désormais était le combat à venir avec les flots et ce qui allait advenir d'eux une fois sur le continent, après tout, elle connaissait bien le soucis des T-Rexs et les choses de ce genre dans ce lieu hors de tout, différent de n'importe quel continent qu'elle avait put connaître. Peut-être craignait-elle simplement de se retrouver à nouveau seule face à lui pour prendre des décisions qu'elle n'était pas capable de prendre.
Un rien de manque de courage qui manqua alors de la mettre en rage avant qu'elle ne se reprenne et se dise bel et bien qu'elle était alors capable de décider des choses en ayant toutes les cartes en main.

"Tant mieux, je préfère qu'il se taise, autant ne plus perdre de temps."

Voilà qu'elle était bien installée, du moins "bien" est un mot plutôt relatif, dans la pirogue avant d'espérer rejoindre au plus vite la côté, pour se perdre vers un autre tournant n'appartenant qu'à eux.
Rien de bien encourageant quand on ne possède pas de réponses, avec un peu de chance, un évènement adviendrait et leur offrirait peut-être déjà une réponse toute faite, mais c'était trop espérer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malak Rochaël

avatar

Masculin Nombre de messages : 88
Âge du héros : 35 ans
Né à : Oui
Fonction : Chef des Egorgeurs Sombres

MessageSujet: Re: Loin des faiblesses, plus près des hurlements [Libre]   Mar 6 Nov - 17:07

Donovan n’était rien de plus que de la vermine servile, et malheureusement, il obéissait à des lois qui étaient propres à son instabilité psychologique. Il était profondément imprévisible, pervers, et un tantinet sadique. Il avait toujours vécu avec le rejet de la société l’entourant, que ce soit pour l’une ou l’autre de ses plus grandes tares, néanmoins, il avait su apporter un peu de ses talents, s’il en est, aux Egorgeurs Sombres et il avait en quelques sortes reçus un peu de la clémence de Malak, ou plutôt un asile providentiel. Ce n’était d’ailleurs pas vraiment de la charité, dans le sens où le chef des Egorgeurs ne jurait jamais que par intérêts, donc profits. Il était parfaitement inutile de voir quelque bonté que se soit, il n’en existait pas. Donovan était quasiment un esclave, car même s’il était considéré comme un homme libre devant tout le monde, les seuls qui lui inspiraient réellement la crainte le voyaient totalement assujetti à leur bon vouloir.
"Ce ne sera pas long, murmura-t-il à Diane."
Voilà qu’il s’était penché légèrement vers elle pour l’inviter au calme et à la patience. Pour le moment, ils avaient besoin de lui, car même si Malak était à l’aise sur les flots, il préférait encore s’en remettre à des personnes plus talentueuses dans ce domaine que lui. Il se prit un instant d’audace à demeurer tel quel près d’elle, laissant la douceur qui semblait émaner de son corps effleurer ses sens. Il se sentait de nouveau pris au piège de sa passion, et il se somma prestement de reprendre le sens des réalités. En un sens, Donovan lui fit d’un excellent secours.
En effet, ce dernier poussait avec brutalité la pirogue jusqu’à ce que l’eau puisse déloger l’embarcation d’elle-même. Malak s’en vit donc réveiller et recula en quelques secondes. Donovan n’eut aucun mal à monter à bord, et l’océan se contenta de faire le reste, les éloignant déjà avec rapidité de l’île de la Muerta. La traversée s’annonçait rude, et le navigateur s’affaira déjà entre déplacement et stabilité. Les vagues tentaient déjà d’happer la pirogue, venant se fracasser sur la maigre surface boisée. Malak eut un regard pour Hanka qui était bien plus éloigné que le continent, cependant, son attention fut attirée par des murmures provenant de Donovan. Certes, il ne parlait jamais, malheureusement, cela n’était relatif qu’à ses semblables, car, oui, aussi improbable que cela puisse sembler, il ne cessait jamais de prier les dieux. Pris d’impulsivité et d’un semblant d’agacement, Malak dirigea sur lui ses propos :
"Je puis te jurer que si tu ne nous mènes pas à terre prestement, tout ce que Sedna saura te destiner ne sera qu’une grâce en comparaison du châtiment que je te réserve !"
Les hommes et leurs croyances ! Malak se sentait terriblement dépité de cette servitude perpétuelle de ses compagnons. N’était-il alors que le seul à daigner défier les dieux ? Il s’agissait peut être de folie, de vanité ou de tant d’autres choses, néanmoins, Donovan prit promptement conscience des menaces qui lui étaient gentiment adressées, et ses mouvements se concentrèrent sur leur avancée, ses lèvres cessèrent de bouger. Malak secoua frénétiquement la tête de gauche à droit, alors qu’ils approchaient du bord plus rapidement qu’il ne l’aurait espéré. Portés par les flots, cela n’avait pas été bien compliqué, mais l’idée était que Donovan les conduise au banc de sable, et non aux rochers justes à côté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diane Sanchez

avatar

Féminin Nombre de messages : 415
Âge du héros : 33 ans
Né à : New-York
Fonction : Maitresse des Briseurs d'âmes/Membre du Conseil Noir

MessageSujet: Re: Loin des faiblesses, plus près des hurlements [Libre]   Mar 6 Nov - 17:26

De toute évidence, pour avoir ce genre d'homme, il devait avoir tout autant de secrets qu'elle, c'était assez rassurant, ce qui l'avait été bien plus était le murmure qu'il lui avait offert, son souffle avait été léger et elle avait eu la sensation que ce dernier caressait déjà sa peau en ne prononcant que quelques mots, c'était troublant, déconcertant, mais le ton de Diane en fut alors bien plus léger et agréable, un souffle à son tour quand elle l'observait plus proche d'elle pendant quelques secondes pour venir murmure à son tour à son oreille quelques mots, sans plus s'attarder sur ce Donovan qui ne présentait plus aucun réel intérêt mis à part celui de les mener jusqu'à la terre ferme auquel n'était pas très habitué les Hankiens.

"Je te fais confiance."


Elle aurait bien profité un peu plus de sa présence, de cette sensation qui attisait à nouveau ce feu qui ne s'était calmé qu'un minimum en présence des vagues pour naître à nouveau dans son regard enflammé, mais voilà qu'il s'était éloigné trop vite, comme tiré de cette rêverie par la brutalité de cet idiot de Donovan, oui après tout, elle se serait bien délectée encore de cette sensation, de l'impression de basculer un peu plus l'un vers l'autre à chaque mouvement de pirogue, mais non, il y avait toujours un terme à ce genre de chose, en tout cas, tout semblait stipuler qu'il ne durerait pas, que la passion n'attendait qu'une excuse pour faire à nouveau surface.

Donovan avait au moins pour lui le fait de prier les dieux, pourtant, il ne se voyait être un sujet quand pour Diane ils étaient un atout pour atteindre plus de puissance en bien peu de temps. Mais de toute évidence, la réaction de Malak était plutôt disproportionnée, autant ne rien ajouter, ne pas envenimer les choses, c'était là la passion qui parlait, c'était assez clair, et l'eau avait pour seul effet sur Diane de la calmer, de lui apporter des instants de paix, d'où l'intérêt de vivre sur l'eau, une façon de calmer les emportements par un regard posé rapidement sur l'étendue et ses vagues, sur chaque chose, chaque goutte d'eau, la houle, la marée, rien de tel pour savoir être un peu différente, un peu plus sage.

En tout cas, ce qui importait sur l'instant était surtout le fait de voir rocher et sable s'approcher, de là à savoir quel lieux allait les accueillir, elle comptait principalement sur ce Donovan et son attention portée sur l'océan et sa pirogue. Au moins, si il ratait son coup, la nage serait une bonne façon de rejoindre vite le rivage mais le retour ne serait pas très amusant, bien au contraire.
Elle venait d'étouffer un soupir avant de poser son regard d'un bleu glacé attisé de ce feu nouveau sur l'étendue d'eau, calme, fière et sans crainte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malak Rochaël

avatar

Masculin Nombre de messages : 88
Âge du héros : 35 ans
Né à : Oui
Fonction : Chef des Egorgeurs Sombres

MessageSujet: Re: Loin des faiblesses, plus près des hurlements [Libre]   Mar 6 Nov - 17:52

Lui faire confiance … Combien en avaient seulement l’audace ou l’inconscience ? On ne faisait jamais confiance à Malak, et en un sens, il le rendait fort bien. Il n’avait jamais compté sur lui-même, et quoi qu’il sache s’allier et s’accorder aux autres en apparences, il n’en était pas moins que la méfiance et la crainte était là. C’était encore une part d’inconnu qui s’ouvrait à lui. Serait-il seulement capable de faire confiance à Diane ? Cela semblait totalement improbable, inimaginable même. Diane était une femme, et comme tout autre être sur cette terre, elle avait ses faiblesses, ses failles, ses instincts, ses principes, et surtout ses traîtrises. Il était paradoxal de savoir les sentiments qu’il avait pour elle, et pourtant, il demeurait peu enclin à totalement s’accorder en sa faveur. Comme une présence semi désirée, semi rebutée.
Donovan était maintenant ardemment parti à sa tâche. Il semblait mettre tout en œuvre pour que leur progression puisse satisfaire plus rapidement son chef de clan. Il n’existait aucun meilleur moyen de le faire avancer que par la menace, et Malak le savait très bien. Cet homme était craintif, tellement apeuré par une puissance qui lui échappait et qu’il considérait presque comme quasiment divine. Bien entendu, Malak était loin d’avoir l’étoffe d’un dieu, cependant, il semblait que son courroux soit tout aussi redouté que celui d’une divinité, et là était la faille dans la foi de cet homme. Le chef des Egorgeurs n’attenterait jamais aux croyances des autres, néanmoins, il préférait jouer de cette supériorité pour faire bouger les choses. Pendant que le navigateur priait sans cesse, il se concentrait plus sur la clémence de la déesse que sur leur probable survie au milieu des flots.
Ces derniers ne s’étaient d’ailleurs pas adoucis avec le temps. Ils ne cessaient jamais d’assaillir la pirogue comme dans d’insatiable menaces. Le vent était surtout très présent, ce qui n’arrangeait en rien leurs affaires. Toutes ces circonstances méprisables étaient néanmoins légitimes en vue du fait qu’ils approchaient des terres. Les vagues se fracassaient sur les rochers, quand elles venaient à peine se briser sur le sable. Malak se voyait crisper de l’incertitude dans laquelle le plongeait la navigation de Donovan, néanmoins, il s’efforçait d’avoir confiance en ces capacités. Il aurait sans conteste aimé fermer les yeux un moment, mais il craignait trop de ne plus avoir le loisir de voir la seconde d’après. Donovan dirigeait d’une main de maître la pirogue pourtant si légère, et la fit doucement conduire à l’écart des récifs. Le sable approchait, et dans une dernière manœuvre que Malak ne compris pas vraiment, l’embarcation heurtait sèchement la terre ferme. Donovan descendit immédiatement, et tira avec force la pirogue pour la mettre hors d’atteintes des flots. Malak l’imita, bien qu’il ne fasse que s’écarter sur le côté.
Ils s'en étaient tirés, au moins pour cette fois, néanmoins, Malak jeta un regard à Donovan qui se voyait recroqueviller sur le sable, priant instament ce qu'il pensait être Sedna. Ne pouvant lui en vouloir de remercier sa foi, le chef des Egorgeurs ne fit que se détendre et tenter de croire en la stabilité de la terre qu'il foulait. Malheureusement, ce côté stable allait avec le côté hostile, et ils étaient tous bien loin d'une confort et de la sûreté de leurs foyers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diane Sanchez

avatar

Féminin Nombre de messages : 415
Âge du héros : 33 ans
Né à : New-York
Fonction : Maitresse des Briseurs d'âmes/Membre du Conseil Noir

MessageSujet: Re: Loin des faiblesses, plus près des hurlements [Libre]   Mar 6 Nov - 18:34

Après tout, autant faire juste confiance sur l'instant et laisser un instant les doutes inutiles de côté pour mieux espérer arriver sur la terre ferme et s'espérer dans un état différent , les idées bien plus claires à l'arrivée, après tout, c'était une façon comme une autre d'évoluer, d'aller vers l'avant, pour enfin poser le pied au sol.
Donovan avait en tout cas réussit ce qu'il savait donc si bien faire, ils étaient sur la terre ferme, et chaque instant avait été une petite montée d'adrénaline plus qu'apréciable, le genre de choses qui vous fait trembler parfois de plaisir, ces instants où le regard se pose en tout endroit et ne sait plus ce qu'il risque d'advenir, où le futur est simplement incertain.

C'est dans cet esprit qu'elle déposa son pied au sol pour finir sur la terre ferme pour laquelle ses années d'existences l'avait alors constituée, rien de plus appréciable que se retrouver sur cette étendue fine et de sentir l'air de la terre ferme, et puis, entendre tout ces bruits propres à la terre ferme, ceux que chaque être vivant. Une sorte de promesse vibrante s'échappant de la jungle environnante. Sans un mot, la voilà donc qui avançait vers cette dernière pour passer quelques longues feuilles et déjà disparaitre du regard de Malak.
Absorbée par la nature, voilà bien ce qui lui arrivait, elle était en pleine obsession, chaque bruit, chacun était une analyse de ce qui l'entourait, distinguer oiseaux, serpents, et autre, choses trop rares surement à l'habitude.

Voilà pourtant que chaque bruit était plus profond, et qu'elle en entendit un plus puissant encore, un pas, des pas, des pas qu'elle reconnaissait certainement trop, des craintes bien fondées, c'était bien un être d'Hanka ou un ennemi tentant de s'approcher d'Hanka.
Aucun bruit, elle prolongea le plus discrétement possible, toujours loin de Malak pour finir par attraper l'ombre se faufilant et lui mettre sa dague sous la gorge avant de rester sans voix.
Que faisait-il donc ici? Un réflexe avant qu'il ne crit, elle posa sa main sur sa bouche, vérifiant que les pas de Malak ne s'approche pas trop vite d'eux.


"Petit frère, tu es fou! Qu'est-ce que tu fais ici? Je t'ai déjà dit de ne pas quitter le bungalow! Je t'en supplie, caches-toi!"

C'était surement un espoir vaint, mais avec un peu de chance, il ne ferait pas attention aux bruits, et il ne serait pas découvert par Malak. C'était la confronter deux secrets l'un près de l'autre, le genre de choses affolantes. En tout cas, elle se redressa pour se diriger à la rencontre de ce cher pirate pour entendre son frère murmurer, larmes aux yeux un:

"Mais... Pars pas, je sais qu'ils sont là!"


Comment réagir et que faire? Un doigt sur les lèvres pour lui signifier de se taire et un sourire rassurant, avait-il compris qu'elle le protégerait? En tout cas, il s'était déjà tapit dans cette jungle dont elle sortait alors pour retourner faire face à son autre "secret".
L'air toujours aussi glaciale mais trop de regards furtifs portés vers la jungle, elle était donc seule face à lui sans parvenir à se défaire à une nouvelle multitude d'inquiétudes et de questions s'offrant à elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malak Rochaël

avatar

Masculin Nombre de messages : 88
Âge du héros : 35 ans
Né à : Oui
Fonction : Chef des Egorgeurs Sombres

MessageSujet: Re: Loin des faiblesses, plus près des hurlements [Libre]   Mar 6 Nov - 19:09

En vie, à peu secouer mais néanmoins bien vivants. Malak tâtait pendant quelques secondes chaque phalange composant ses doigts et finit par se passer la main sur le visage, dans l’espoir d’avoir les idées un peu plus claires. Il ne voyait d’ailleurs pas grand-chose autour de lui, cependant, il se satisfaisait grandement du peu de lucidité qu’il avait encore. Toute cette affaire avait creusé sa fatigue, et il se sentait happer par son sommeil. Il était parfaitement inutile de chercher à lutter trop ardemment, il n’y parviendrait sans doute pas. Il lâcha un soupir, et posa les yeux sur Diane. Elle semblait bien plus satisfaite encore que lui d’avoir rejoint la terre ferme, néanmoins, il la laissa aller à sa guise en se dirigeant vers Donovan qui venait seulement de se relever.
Secouant la tête de gauche à droite, il tenta de ne pas trop avoir pitié de cet homme. Il lui devait presque la vie, alors autant lui accorder un tant soit peu de considération sinon de respect. Il avait lui aussi l’air étrangement fatigué, mais la satisfaction et le soulagement d’avoir en quelques sortes conduit son maître avec succès pouvait se lire en parallèle. Quelque part, Malak était fier d’avoir pris une telle erreur parmi les siens, et il se promettait de le garder en vie encore un petit moment. Si à chaque fois que ce bougre faisait des écarts, il finissait par réussir avec autant de facilités une ardue mission, il garderait longtemps sa place chez les Egorgeurs Sombres, tout était bien certain de ce côté-là.
"Nous ne repartirons que quand la houle se sera calmée, lâcha-t-il simplement. En attendant, tu es libre d’aller où bon te semble. Tu ne t’égares pas, tu ne fais aucune saignée, et tu restes à disposition de notre départ, compris ?"
Encore une fois, Donovan ne répondit rien, et ne fit rien non plus. Malak savait néanmoins qu’il avait parfaitement compris sa requête. Il pouvait toujours entrevoir cette lueur de compréhension qui passait surtout par la crainte qu’il lui inspirait. Une toute autre attitude attira cependant l’attention de Malak. Il sentait Donovan en proie à de la suspicion, ce qui n’était pas rare chez cet homme. Il était presque programmé à servir, et le peu d’habilités qu’il avait acquis étaient bien fiables. Faisant encore une fois confiance à son instinct et à cet homme, il s’effaça pour le laisser passer. Qu’était-ce ? Quelle était cette chose qui avait attiré la curiosité de cet être servile et pathétique ? Malak savait parfaitement qu’il le saurait sous peu, si tant est que Donovan ne se voit pas pris de meurtre subit. Ce qui était encore moins certain.
Donovan s’esquiva donc du pouvoir de Malak pour se faufiler avec une extrême et pointilleuse discrétion dans les couverts des bois d’Okan. Il ne tarda pas à disparaître dans la noirceur de ces abysses si particulières, et le chef des Egorgeurs vit reparaître Diane quelques mètres plus loin. Il revint près d’elle, néanmoins, il la sentait sensiblement différente. Que s’était-il passé ? Les regards qu’elle portait vers les bois n’indiquaient rien de bon, et pourtant, il ne savait comprendre.
"Quoi ? Ne trouva-t-il qu’à dire."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diane Sanchez

avatar

Féminin Nombre de messages : 415
Âge du héros : 33 ans
Né à : New-York
Fonction : Maitresse des Briseurs d'âmes/Membre du Conseil Noir

MessageSujet: Re: Loin des faiblesses, plus près des hurlements [Libre]   Mar 6 Nov - 19:25

"Je... Non rien..."

Comme il était difficile de mentir lorsqu'on était aussi inquiéte que Diane à l'instant, son frère se trouvait là et elle était en face d'un homme qui ne pourrait que le terroriser.
Elle ignorait parfaitement comment réagir face à ce genre d'évenements et offrait certainement pour la première fois un visage inquiet tout en tentant de rester froide comme à son habitude. Pourtant dans ce genre de cas, c'était quasiment impossible pour elle, Irwin, c'était celui qui avait conservé le peu d'humanité qu'elle avait encore pendant des années, même ici, c'était ce secret qui avait fait d'elle ce qu'elle était, froide et distante pour le protéger en espérant qu'un jour les choses s'arrangeraient. Oui, ils devaient tous être dérangé dans la famille, mais il acceptait les défauts de sa soeur tant qu'elle était là pour lui. En fait, assujettir les hommes, c'était un peu défendre son frère contre de potentiels ennemis. C'était un peu effrayant mais c'était la relation qu'ils entretenaient. Pourtant, depuis la venue sur l'ile, ses crises étaient de plus en plus nombreuses et il s'échappait parfois seul pour finir par se retrouver ici ce soir.

Elle tentait donc de fixer au possible Malak jusqu'à voir Donovan partir en direction de la jungle et en vue de l'angle, principalement de son frère. Difficile de réagir, difficile de savoir quoi faire, et si elle ignorait comment réagir, elle en eut tôt fait de choisir quand elle entendit un cri, celui de son frère certainement apeuré par la présence de Donovan non loin, lui paranoïaque à souhait devait être dans un état plus que terrible.
Voilà que rapidement, le pas accéléré par le besoin de protéger, Diane venait de se retrouver dans la jungle et sa lame sortie, elle était déjà derrière Donovan qu'elle venait de lancer avec rage au sol avant de se mettre devant son frère apeuré.

"Je te jure que si tu l'approches, si tu le touches, je ne donne pas cher de ta peau, et surtout je te promets des douleurs que tu ne peux imaginer!"

Qu'importe ce qu'il pouvait arriver, sur le qui-vive, elle avait désormais son jeune frère contre elle, dans ses bras, caressant d'une main son visage apeuré pour le calmer, et conservant de l'autre sa lame vite remplacée par son fouet. C'était une façon de le tenir éloigné, comme une bête, comme un esclave, et une autre pour protéger un peu plus son frère. Malheureusement, il était désormais clair que la confrontation allait avoir lieu, mais Diane était tout a fait différente, la haine et la rage s'exprimaient à merveille sur son visage avant qu'une voix douce ne s'élève en embrassant le front de son frère.
Qu'importe comme elle allait être considérée, qu'importe son image, c'était protéger là ce qu'elle avait de plus précieux au monde.


"Je suis là Irwin, il ne te touchera pas, personne ne te fera de mal."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malak Rochaël

avatar

Masculin Nombre de messages : 88
Âge du héros : 35 ans
Né à : Oui
Fonction : Chef des Egorgeurs Sombres

MessageSujet: Re: Loin des faiblesses, plus près des hurlements [Libre]   Mar 6 Nov - 19:46

Non, rien ? Malak devait apparaître comme un sombre idiot pour recevoir pareille explication. Peut être l’était-il au fond, mais tout de même. Il voyait très clairement des expressions inconnues se dessiner sur le visage de Diane, des expressions qui lui étaient pourtant familières, mais que jamais il n’aurait cru pouvoir lire sur un visage tel que le sien. Il était totalement perturbé, déconcerté, et il n’avait aucune autre interrogation à lancer devant sa propre incompréhension. Elle redevenait une énigme imperturbable pour lui, et il détestait cordialement cela. Les secondes passaient au ralenti, et il aurait presque pu les entendre défiler, alors qu’il sentait Diane étrangement distante, voir complètement ailleurs. Il ne savait que penser, et il ne savait que dire.
Il voulut qu’une réponse soit, et une réponse fut. Enfin, si l’on veut. Un cri vint déchirer le silence environnant seulement rythmé par les vagues. Il scruta vivement l’orée du bois, bien que Diane le devance à une allure impressionnante. Quoi que ce soit, elle semblait l’avoir préparé, ou plutôt redouté, si bien que Malak marqua un temps d’arrêt avant de s’élancer à sa suite. Devait-il réellement y aller ? Il sentait bien qu’un nouveau mystère se profilait à l’horizon, et malheureusement, il devait bien se résoudre au fait que cette femme en était tout aussi pourvue que lui-même. Il ne chercha pas plus de réponses pour le moment, et il pénétra à son tour dans les bois d’Okan.
Il se saisit doucement de la garde de son poignard, et l’extirpa brièvement de son étui. Il fit doucement pivoter l’arme entre ses doigts, jusqu’à ce que la lame vienne se coller contre le dessous de son avant-bras. Il avançait avec bien moins de vitesse que celle qui suivait, et il s’affairait à scruter les alentours. Il n’aimait pas le silence qui était retombé sur les environs, mais malheureusement, il semblait être du goût de tous les jours. Il poursuivit sa progression, sa main se crispant toujours plus sur son poignard, comme s’il pressentait son arrivée d’une minute à l’autre à destination, et que cette dernière allait lui réserver quelques surprises.
Encore une fois, il visa juste. Il eut à peine le temps de rejoindre la scène quasi dramatique, qu’il vit Donovan venir se terrer derrière lui, complètement recroqueviller, priant on ne sait trop quel dieu, de venir à lui dans toute sa clémence. Malak s’arrêta donc dans son avancée, droit, parfaitement immobile, et surtout silencieux. Il posa son regard intense sur Diane, quoi qu’il demeura neutre. Décidemment, il en avait appris plus qu’il ne le devrait sur elle en seulement quelques heures. Et après ? Il avait bien des interrogations, à commencer par savoir qui était cet homme et quel était leur lien. De toute évidence, il s’agissait de son frère, après qui pourrait-elle être si douce sinon ? Malak crut tout du moins à cette version. Il avait toutes les peines du monde à comprendre le mal qui rongeait cet homme qu’elle s’évertuait à protéger, cependant, il préféra remettre son poignard à sa place. Il ne sut dire mot, il se contenta d’observer, restant à plusieurs bons mètres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diane Sanchez

avatar

Féminin Nombre de messages : 415
Âge du héros : 33 ans
Né à : New-York
Fonction : Maitresse des Briseurs d'âmes/Membre du Conseil Noir

MessageSujet: Re: Loin des faiblesses, plus près des hurlements [Libre]   Mar 6 Nov - 20:03

Voilà que lui aussi était là, face à la scène, ce n'était pas vraiment à son gout et d'ailleurs, en vue de ce nouvel arrivant, Irwin hurla à nouveau pour se terrer encore plus contre elle en serrant du bout des doigts son haut, lançant des regards totalement effrayés à Malak.
Pourtant, d'une caresse sur sa joue, elle parvint à le voir moins tremblant et le releva avec elle pour qu'il se montre enfin.
Il était plutôt grand, plus grand que Diane et possédait bien des traits aussi nobles que les siens, pourtant ses expressions exprimaient la terreur quand celles de Diane exprimait à nouveau une attitude tout à fait glaciale. Il s'était donc révélé, un secret de brisé, et surtout une nouvelle chose à gérer, ce n'était pas vraiment pour satisfaire Diane.
Elle soutenait un instant le regard interloqué de Malak pour ensuite se tourner vers Irwin et lui chuchoter quelques mots, difficile de les entendre mais elle semblait bien lui dire de ne pas s'éloigner d'elle.
Enfin tournée à nouveau vers les deux pirates, elle étouffa un soupir pour enfin prendre la parole et faire les présentations.


"Bon, je crois que je n'ai plus vraiment le choix, voici Irwin, mon petit frère...
Irwin, je te présente Malak Rochaël et Donovan..."


De toute évidence, Donovan n'était pas le plus apprécié par Irwin mais la scène avait un rien d'amusant, deux hommes terrés et deux géants se faisant face, l'un certainement dans l'incompréhension et l'autre troublée par le fait d'avoir déjà à présenter les choses.
Que dire de son pauvre frère qui déjà prêté l'oreille à la moindre chose en manquant d'être prit d'une peur terrible avant de se tourner vers sa soeur en lui murmurant un peu trop fort:


"Ils vont me tuer, ils veulent m'éliminer! Protèges-moi, je ne veux pas qu'ils m'approchent"

Un soupir de désapprobation avant que Diane ne se tourne excédée vers son frère pour le gifler avec force pour que celui-ci se retrouve à terre et qu'elle puisse faire éclater sa colère, puisqu'après tout, elle était en rage, et c'était peu de le dire!


"Tu as déserté le bungalow où tu dois toujours te trouver et tu te permets de les juger? Ils ne te feront rien mais je te jure que la prochaine fois où tu quitteras les lieux, toi et ta paranoïa, je vous enverrai par le fond!"


Drôle de paroles pour une soeur, mais la peur était bien sa seule façon de combattre la paranoïa aigue de son frère, en tout cas, elle était tournée à nouveau vers les deux Egorgeurs Sombres, épiant dans chaque regard de Malak ce qu'il pouvait bien alors penser d'une telle situation et si elle devait alors le considérer plus comme un danger que comme un allié et reprendre les choses en main, enfin surtout se reprendre en main et tenter d'éteindre tant bien que mal le brasier l'habitant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malak Rochaël

avatar

Masculin Nombre de messages : 88
Âge du héros : 35 ans
Né à : Oui
Fonction : Chef des Egorgeurs Sombres

MessageSujet: Re: Loin des faiblesses, plus près des hurlements [Libre]   Mar 6 Nov - 20:21

Parfaitement incompréhensible. Malak était totalement déconcerté d’avoir à faire à une telle découverte, et pourtant, celle-ci ne le rebutait pas vraiment. Il était tout simplement soufflé par les énigmes qui entouraient Diane, et sa puissance. Elle avait une allure si différente de d’habitude, si surprenante, et quelque part, il en était même satisfait. Malak apprenait consciencieusement à l’apprécier telle qu’elle était, néanmoins, il devait faire avec tout ce qu’il ignorait encore. Il demeurait toujours aussi immobile, quand il se sentait rebuté par les tremblements qu’émettait Donovan à ses pieds. Plus pathétique il fallait en mourir. Il n’avait pas vraiment de regard pour ce dernier, quand il cherchait des réponses à ses interrogations qui déferlaient en flots continus toujours plus intenses à mesure qu’ils s’insinuaient en lui.
Son frère, donc. Malak n’était pas étonné par cette révélation. Il n’existait pas tellement de ressemblance dans leur fratrie, surtout quand l’on jaugeait leurs attitudes respectives. D’un côté, l’on sentait la crainte, l’appréhension et une sorte de folie dangereuse, quand de l’autre l’on percevait une armure glaciale contenait un feu ardent, un brasier même. Malak avait surtout l’impression que Diane comblait tout ce qui faisait défaut au dénommé Irwin. C’était exactement cela, en réalité, ils étaient tout bonnement complémentaires. Certes, l’Egorgeur n’en savait pas grand-chose, ni de l’un ni de l’autre, mais il voyait clairement la force qu’elle insufflait à son frère, quand lui donnait à Diane un semblant d’Humanité. Troublant, voilà qu’elle était sons sentiment.
Il suivit la scène des yeux sans ciller, et sans trembler un seul instant. Il suivit la violence du coup qu’elle lui porta, et aurait presque pu frémir d’un tel acte, et encore plus de ses propos. Paranoïa. Tout s’expliquait, tout du moins, tout prenait la direction d’un semblant d’explications, à commencer par le pourquoi elle le cachait toujours. Les symptômes s’en voyaient ainsi légitimes, et Malak s’efforçait de comprendre. Il n’avait guère mieux à faire, et de toute façon, il n’avait ni à juger Diane, ni à juger Irwin. Il ne savait pas ce qu’était de devoir protéger quelqu’un, il l’ignorerait peut être toute sa vie.
Il soutint ensuite le regard embrasé qu’elle posait sur lui. Oui, elle le jaugeait pour savoir ce qu’il songeait de tout cela, comment il voudrait bien réagir. En son sens, d’avoir ranger son arme marquait la fin de toute hostilité. Pour ce qui était de Donovan, Malak savait pertinemment qu’il n’en avait plus pour longtemps à vivre. Si un secret était déjà de trop, deux n’étaient plus supportables. Déjà que l’Egorgeur se faisait sonder pour connaître son potentiel de silence, il était certain que l’autre pirate lui n’aurait pas assez d’intelligence ou d’honneur pour garder le silence. Toujours sous le feu du regard de Diane, qui soutenait avec suffisance, il se décida à décrocher quelques mots :
"Tu as mon silence, dit-il doucement. Crois moi ou non."
Le regard qu’il posait sur elle la défiait d’en douter, néanmoins, il lui laissait la liberté de l’incertitude, qui de toute façon, ne répondait pas de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diane Sanchez

avatar

Féminin Nombre de messages : 415
Âge du héros : 33 ans
Né à : New-York
Fonction : Maitresse des Briseurs d'âmes/Membre du Conseil Noir

MessageSujet: Re: Loin des faiblesses, plus près des hurlements [Libre]   Mar 6 Nov - 21:10

La scène avait vraiment de quoi en troubler plus d'un, mais Malak semblait bien près à ne pas la juger pour tout cela. En un soupir de soulagement et un léger sourire, son frère encore au sol suite à la baffe magistrale, il venait de retourner dans ses bras ouverts pour s'y blottir un peu avant de lancer un regard à Malak, de toute évidence, il se demandait bien qui pouvait être cet homme mais ne prononça pas un mot.
La main dans ses cheveux, elle lui souffla d'aller s'assoir non loin d'elle, ce qu'il fit immédiatement après avoir recu un autre baiser attendrit de sa soeur pour qu'elle se dirige enfin vers Malak.
A chaque pas, elle observait ce dernier puis Donovan, ce rat pour qui elle éprouvait désormais le plus grand dégout, il était bon que celui-ci puisse servir à les mener à nouveau jusqu'à Hanka, mais une fois là-bas, elle risquait fortement de l'égorger après l'avoir fait un peu souffrir, et son regard l'exprimait parfaitement, il était difficile de trouver la moindre excuse à cette chose, à moin d'être convaincue du contraire, elle avait bien cela en tête.


"J'espère avoir droit à ton silence, merci."

Après tout, elle ne pouvait que le remercier, comment pouvait-elle imaginer que ce dernier pouvait alors laisser passer une telle information et se taire? Pourtant son regard l'exprimait bien, et s'approcher de lui, c'était aussi montrer à son frère qu'il n'avait rien à craindre, ce dernier tétanisé le fixait d'ailleurs étrangement, un rien de peur dans le regard et certainement un peu de jalousie en vue de sa soeur trop proche.
Aurait-il était capable de dire quoique ce soit? Certainement pas, il était trop absorbé par toutes les émotions qu'il pouvait lire lui avec une facilité déconcertante et surtout chez sa soeur.
Il avait toujours été capable de cela: tout voir, absolument tout et bien plus pendant ses crises, c'en était troublant, surtout pour Diane qui ne pouvait jamais rien lui cacher, c'était sans doute pour cela qu'il n'en avait pas voulu à sa soeur lors de sa baffe puisqu'il avait sentit toute cette tendresse en elle.
Mais ce feu qui l'animait ne semblait guère lui plaire et il le montrait clairement à Malak.

Que pouvait-elle dire, rien, elle était juste face à lui et ne semblait que capable de fixer le moindre trait de son visage comme obnubilé par ses expression, perdant doucement le côté glacial qu'elle avait reprit quelques secondes auparavant pour ouvrir à nouveau son humanité qu'elle ne voulait plus cacher.

Cette lueur de défi dans son regard lui donnait un rien de plus, elle en brulait de passion, encore plus qu'elle ne l'avait ressentit tout à l'heure et voilà qu'absolument tout refaisait petit à petit surface, toute les émotions qu'elle avait perdue quelques secondes avant par protection venaient de réapparaitre en un instant par la proximité et elle en était à nouveau troublée, sans savoir comment réagir, sans plus fixer Donovan, ne s'attardant que sur Malak, juste sur lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malak Rochaël

avatar

Masculin Nombre de messages : 88
Âge du héros : 35 ans
Né à : Oui
Fonction : Chef des Egorgeurs Sombres

MessageSujet: Re: Loin des faiblesses, plus près des hurlements [Libre]   Mar 6 Nov - 21:27

Qu’aurait-il pu faire de plus ? Promettre à son frère un asile auprès de lui comme il l’avait auprès d’elle ? Selon Malak, Irwin n’avait pas besoin de cela, Diane se chargeait d’être la meilleure des protections à merveille. Il avait sans doute encore du mal à concevoir toute l’Humanité qui parcourait le sang de cette femme que l’on voyait d’accoutumée si froide et si détachée. Elle pouvait sembler si différente, si changeante, et sous plus d’un angle, elle était changeante, indomptable, incompréhensible même, mais il était bien prisonnier de sa fascination, et de ses sentiments naissants. Il avait toujours cette peine à comprendre ce qu’elle était, les raisons qui la poussaient à être différente d’un instant à l’autre, mais plus que toute autre chose, il cherchait à saisir la raison pour laquelle lui et personne d’autre, mis à part son frère, avait pu la percer à jour. Pourquoi lui ? Encore de nouvelles questions, toujours de nouvelles questions. Il semblait littéralement nécessiteux par cela.
A présent, Malak avait l’étrange sentiment qu’Irwin le sondait, le jaugeait. Il y reconnut d’ailleurs Diane, un trait qui leurs semblait en tout point commun. Le jeune homme avait un regard spécial, dans le sens où il intriguait l’Egorgeur plus qu’il le méprisait ou le craignait. Malak demeurait impassible, fixé sur cet homme dont l’étrangeté n’était que superficielle. Il ne savait comment le prendre, que penser, que faire, que prévoir, en un mot, Irwin était le double de sa sœur, rien de plus, rien de moins, et le chef des Egorgeurs en était bien entendu, d’autant plus perdu et interrogateur. Il ne savait que comprendre dans les yeux d’Irwin, ceci étant, il revint à Diane, qui était relativement proche voir très.
Plongeant son regard dans celui de cette femme de pouvoir, il retrouva un moment les instants qu’ils avaient passé il y a peu. La stupeur qui s’était auparavant emparée de lui laissait doucement place à plus de paix, pour mieux se laisser dévorer par la passion. Le fait était là, ils étaient revenus au point de départ, et au lieu d’avoir un problème, et un dilemme, Malak en avait maintenant deux. Prendre Diane dans ses comptes était déjà si compliqué, mais y ajouter Irwin devenait problématique. Bien sûr, le fait qu’elle ait un frère ne l’engageait, lui, en rien, néanmoins, il ne se sentait pas la force et la lâcheté de s’y dérober. Alors quoi ? S’il avait une réponse à, ne serait-ce, qu’une seule de ses questions, tout lui apparaîtrait comme bien plus simple.
"Tu as le droit à bien plus que mon silence, murmura-t-il. Quoi que cela ne vaille pas grand-chose, je garderai le silence, et s’il est en mon pouvoir, je le défendrai."
Seulement pour elle. Il s’agissait presque d’une décision, qui réglait ses problèmes. Le regard qu’elle apposait sur lui avait le don de le laisser en proie à tous les choix, et malheureusement, il ne savait pas encore s’il pourrait le regretter. Après tout, maintenant à cœur ouvert, il ne craignait plus que d’avoir oser mettre un peu de confiance en Diane. Il serait vite s’il avait eu tort, mais sa curiosité avait poussé au vice, et il prenait un risque, certainement le plus grand auquel il n’ait jamais aspiré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diane Sanchez

avatar

Féminin Nombre de messages : 415
Âge du héros : 33 ans
Né à : New-York
Fonction : Maitresse des Briseurs d'âmes/Membre du Conseil Noir

MessageSujet: Re: Loin des faiblesses, plus près des hurlements [Libre]   Mar 6 Nov - 22:09

C'était étrange de voir tout ce qui pouvait se passer dans le regard de Malak, parfaitement étrange, tout semblait se bousculer pour laisser des expressions violentes ou tendres passer dans son regard. Fallait-il donc préciser que ce genre de choses mettaient déjà Diane dans l'embarras, trop passionnée certainement mais en même temps gênée d'être ainsi devant son frère.
Que pouvait-elle donc lui dire puisqu'après tout, il était clair qu'il avait déjà tout saisit sans qu'elle dise quoique ce soit et qu'il voyait bien plus clair que n'importe qui sur ce qu'elle ne savait pourtant pas encore nommer. Oh oui, il était étonnant ce frère qui le moment venu lui soufflerait ses conseils entre une crise de paranoïa et une tendresse fraternelle.

Un coup d'oeil en arrière pour observer son frère pour enfin le voir la regarder tristement et tourner le regard. Qu'avait-il donc vu pour réagir de cette façon? Que s'était-il passé pour qu'il ai ce genre de regard qu'elle ne lui connaissait pas? Un regard interrogatif tourné vers Malak pour obtenir une réponse, en vain, après tout que pouvait-il en savoir lui qui ne connaissait pas Irwin?
En tout cas, tant que son frère se voyait avoir les yeux tournés, elle se lova rapidement contre Malak pour à son tour l'embrasser avec cette passion brulante contenue dans ses chairs avant de s'éloigner un peu plus vite, un sourire géné aux lèvres pour murmurer à son oreille:


"Vois-tu, cette fois, c'est à moi de m'excuser"

C'est après un autre regard vers son frère obnubilé par un bruissement d'ailes certainement qu'elle se tourna à nouveau vers ce cher pirate pour profiter de sa réaction dans son regard, oui, elle avait au moins ça en commun avec son frère: ils adoraient déchiffrer chaque personne à travers un regard quand le leur restait terriblement secret et que seul l'un ou l'autre pouvait véritablement déchiffrer.
Alors oui, sur l'instant elle tentait de lire ce que pouvait bien signifier le regard de Malak, ce qui pouvait le parcourir après ce baiser soudain, après s'être éloignée d'un pas sans prêter attention à la larve aux pieds de celui-ci.


"Je ne t'en demande pas tant, mais dis moi donc à quoi j'ai droit de plus?"

C'était avec un léger sourire amusé qu'elle lui avait offert ces mots, bien entendu plus que curieuse et intriguée, une façon de connaitre par ses mots qu'elle commençait à savoir souvent sincères ce qu'il pouvait bien avoir en tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malak Rochaël

avatar

Masculin Nombre de messages : 88
Âge du héros : 35 ans
Né à : Oui
Fonction : Chef des Egorgeurs Sombres

MessageSujet: Re: Loin des faiblesses, plus près des hurlements [Libre]   Mar 6 Nov - 23:12

En fin de compte, quelle était donc cette passion qui brûlait d’un feu inaltérable ses entrailles ? Qu’avait-il fait, lui, pour mériter de ressentir tels tourments par une telle satisfaction ? Quel était donc ce sentiment naissant qui le poussait à se mettre en danger pour une femme qu’il découvrait seulement ? Pourquoi tant de décisions si précipitées, qui réfutaient tout ce en quoi il croyait et ce dont il était précédemment certain ? En un mot, quel dieu avait-il offensé ? Sans doute tous. Il se voyait condamner devant l’insatiable brasier qui avait pris possession de son corps, de ses désirs pour finalement venir s’approprier son cœur. Lui qui n’avait jamais aimé un seul être sur cette terre, lui qui n’avait jamais juré que par sa seule personne. Quand on y pensait, Malak comme Diane semblaient bien différents de ce que tous croyaient. Sous un certain angle, celui-ci se plaisait à croire qu’ils étaient faits pour se trouver. Rien que cette particularité faisait un point commun irréfutable. Se croyant de nouveau en proie à l’espoir voir même au rêve, il tenta vainement de se détacher. Vainement, tout simplement parce qu’elle s’approcha de lui pour échanger un passionné et langoureux baiser.
Cet échange avait été si soudain, si pressant. Si précieux. Sentir une nouvelle fois le contact de ce corps qu’il ne cessait jamais de désirer semblait lui dévorer la chair depuis un long moment. Le temps lui semblait si court, beaucoup trop court pour contenter son propre brasier. Toujours ce feu, encore ce feu qui ne se résolvait jamais à s’arrêter. A quoi bon lutter contre quelque chose qu’il désirait finalement ? Malak savait que chaque fois qu’il réfutait ce qui le rattachait à elle, ce n’était jamais que l’apparition de ce qui avait toujours fait sa vie, soit la quête pour laquelle son père l’avait engendré. Cela signifiait-il qu’il arrivait enfin à penser selon ses désirs ? Lui qui jurait par son libre arbitre venait pourtant seulement d’en réellement franchir le seuil. Il crut en cette explication. Il esquissa un léger sourire amusé pour lui répondre :
"Je n’ai pas à excuser ce qui ne m’a pas offensé, susurra-t-il.
De toute sa mémoire de pirate, Malak n’avait jamais partagé tel moment avec une femme. Si Diane était dans l’inconnu, lui ne pouvait guère plus prétendre à la connaissance. Il se sentait libérer d’un fardeau qui n’était d’ailleurs pas le sien, mais savait qu’il en venait un autre. Etait-ce finalement ce que l’on nommait « amour » ? Qui était-il pour le savoir ? Malak avait seulement l’impression qu’elle lui était vitale, et qu’il aurait sans doute pu tuer pour revivre cet instant encore et encore, ce regard plongé dans le sien. Il ne pouvait expliquer, et il ne le voulait pas. A trop chercher des raisons à tout, il ne profitait qu’à moitié, et cette proximité lui semblait tellement éphémère, qu’il jugea ce moment propice à un peu d’évasion.
"Tu ne m’as rien demandée, répondit-il, mais … Je te sens en droit d’avoir ma confiance, mon respect, mon estime, ma protection … Je …"
Comment exprimer ce qu’il avait lui-même peine à concevoir ? Il s’efforça néanmoins de formuler le fil de ses idées dans une suite de mots cohérents et aussi clairs que possible.
"Ce que tu n’as pas encore, je te crois en droit de le demander, souffa-t-il enfin."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diane Sanchez

avatar

Féminin Nombre de messages : 415
Âge du héros : 33 ans
Né à : New-York
Fonction : Maitresse des Briseurs d'âmes/Membre du Conseil Noir

MessageSujet: Re: Loin des faiblesses, plus près des hurlements [Libre]   Mar 6 Nov - 23:33

Il y avait bien là quelque chose dans son regard, quelque chose qu'elle ignorait encore trop pour y donner mais qu'elle sentait déjà similaire à son regard, quelque chose qui se doublait presque, qu'avaient-ils donc de si différent? Après tout, les personnes de leur famille respective avaient jouer un rôle important tant pour l'un que pour l'autre, certes pas de la même façon mais ils les avaient mené là où ils en étaient aujourd'hui. C'est d'ailleurs sans plus prêter à quoique ce soit qu'elle s'approcha encore pour bien mieux sentir son corps contre le sien, c'était une sensation étrange, une chaleur humaine certes mais parcourut d'un autre chose qu'elle ne pouvait toujours pas nommer: il était cette façon de se sentir à l'aise et peut-être plus libre mais plus protégée qu'elle ne le ressentait dans les bras de son frère, il y avait là une nuance considérable. Diane pouvait bien dire que les plaisirs de la chair n'étaient pas pour elle puisque c'était là tout autre chose qui se bousculait en elle pour la bruler sans aucune douleur.

Voilà qu'il était tout aussi doué dans ses réponses qu'elle, ils n'étaient vraiment pas différent. Avait-elle répondu la même chose précédemment? En tout cas, il y avait bien de quoi en esquisser un sourire amusé pour tenter d'oublier toutes les questions sans réponses trop pressentes qui devaient parcourir les esprits de l'un et de l'autre.
Les qu'en dirait-on devaient être une des principales questions tracassant chacun, mais et alors? Quitte à être humain et moins sombre qu'on ne le pense, autant le garder pour soit et profiter des ces instants sans avoir à se soucier du reste.
C'est sur cette bonne parole qu'elle vint étouffer un soupir de contentement avant d'hésiter à rester contre lui ou à s'éloigner à nouveau, choix cornélien qu'elle fit en se reculant pour certainement mieux voir son cher regard.

Que pouvait donc prédestiner un pirate et une esclavagiste à une chose si déconcertante? A ce quelque chose qui vient réveiller des coeurs en apparence endormis ou inexistants? Rien très certainement mis à part les hasards du destin qui parfois offre une surprise étonnante mais visant surtout à modifier chaque destin.
Les jeux de guerres et d'amour, Diane ne connaissait guère que les premiers et se trouvait bien piètre combattante pour le jeu dans lequel elle se retrouvait désormais.


"Ta confiance? Je ne pensais pas qu'un pirate comme toi pouvait l'accorder…"

Elle en était bien sur étonnée mais ses dernières paroles lui offrir un peu plus de surprise encore, c'était simplement étonnant et en un silence de quelques secondes auquel ils commençaient à s'habituer puisqu'ils les multipliaient, elle prit le temps de peser ses mots puis les siens.

"Crois bien que je ne demanderai rien que je ne puisse aussi t'offrir, et je crois que beaucoup de choses te sont déjà presque acquises."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malak Rochaël

avatar

Masculin Nombre de messages : 88
Âge du héros : 35 ans
Né à : Oui
Fonction : Chef des Egorgeurs Sombres

MessageSujet: Re: Loin des faiblesses, plus près des hurlements [Libre]   Mer 7 Nov - 0:05

"Je ne pensais pas qu’un pirate tout court pouvait avoir le luxe de l’accorder, répondit-il simplement."
Accorder sa confiance à quelqu’un. Malak n’était point né pour obéir à un tel précepte. La première de ses leçons était bien de ne faire confiance qu’à soi-même, n’ayant d’ailleurs qu’à peine le droit d’avoir foi en son père. Tout le paradoxe était là. Jay avait tout appris à son fils, lui avait enseigné bien des dogmes, qui faisaient maintenant les bases, les fondations de Malak, néanmoins, son père lui avait toujours instamment répété qu’accorder sa confiance était se destiner à être trahi. Dans le monde de la piraterie, tout le monde savait qu’on pouvait être trahi d’un instant à l’autre par un homme que l’on se croyait à jamais loyal. Pour preuve, Jay Rochaël en était l’exemple parfait. Bras droit, aspirant au pouvoir, cause de la déchéance. Pour plus d’une vision, Malak s’était toujours plié à ce précepte, et ne s’était jamais laissé à la protection d’un autre que lui-même. S’il devait accorder sa confiance à Diane, il devait être capable de lui confier sa vie, et s’il y avait quelque chose dont il ne doutait pas, c’était bien qu’il en était capable. Il s’était forgé des certitudes qui étaient presque naïves, mais il avait tout simplement fait avec ce qu’il avait, soit pas grand-chose.
"N’attise pas ma curiosité sans être plus explicit, répondit-il d’un léger sourire."
Qu’avait-il acquis au juste ? Pour le moment, il n’était certain que d’une seule chose : il avait pu découvrir une partie dissimulée de la grande Diane Sanchez, et pas des moindres. De là partaient bien des pistes qui menaient tout simplement à des informations pour la comprendre et l’apprendre. L’une d’elles avait mené Malak jusqu’à son frère, Irwin, qui expliquait selon lui une bonne partie de ce qu’elle était. Pourquoi Diane apparaîtrait-elle si forte et si intouchable si ce n’était pour doubler le défaut qu’affligeait son frère ? Tout du moins, les explications allaient en ce sens pour l’Egorgeur, qui malheureusement – et bienheureusement – n’avait pas toutes les clefs en mains.
Alors qu’il gardait son regard plongé dans celui de Diane, il sentit une nouvelle fois des tremblements qui ne lui appartenaient pas. Il fronça simplement les sourcils dans un premier temps, avant de baisser les yeux vers ce qui n’était autre que Donovan. Que faisait-il au juste ? Même Malak ne saurait dire ce que cet être servile et pathétique faisait à ses pieds. Pourquoi ne pas l’avoir tué avant ? Impossible, il en avait besoin pour rentrer à Hanka en temps voulu, et puis, quelque chose le laissait pressentir que Diane ne lui en laisserait même pas le temps. Peu importait. Il s’écarta un peu plus de Diane, étant donné que ce rat brouillait quelque peu leur pseudo intimité. Il secoua tout simplement la jambe, jusqu’à ce que Donovan se redressa à moitié et croise son regard.
"Disparais, lâcha-t-il avec neutralité."
Le pitoyable pirate qu’il était s’en alla rapidement, ne se le faisant pas répéter deux fois. Il se redressa de toute sa hauteur, et se hâta dans quelques regards derrière lui de disparaître entre les arbres. Malak songea qu’il rejoindrait sans doute la pirogue, sinon qu’il prierait les dieux dans un endroit reclus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Loin des faiblesses, plus près des hurlements [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Loin des faiblesses, plus près des hurlements [Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» si près et pourtant si loin.
» Ville Libre de Mévry
» Alac, voyageur solitaire loin de son foyer...
» [Blabla] Presse Libre - Ecrivez votre commentaire!
» OU SE TROUVE LE BOUTON LIBRE CREDIT SUR JEUTEL?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Exilés du Monde :: LES EXILES DU MONDE : L'HISTOIRE :: TOME I : LA MARCHE DES IDRAZITS :: Interludes-
Sauter vers: