AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Loin des faiblesses, plus près des hurlements [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Diane Sanchez

avatar

Féminin Nombre de messages : 415
Âge du héros : 33 ans
Né à : New-York
Fonction : Maitresse des Briseurs d'âmes/Membre du Conseil Noir

MessageSujet: Re: Loin des faiblesses, plus près des hurlements [Libre]   Mer 7 Nov - 0:22

Inutile de répondre à cela, après tout, elle savait bien quel était le problème dans l'idée d'accorder sa confiance, il suffisait bien de voir comme on avait trop souvent trahit son frère qui l'accordait trop facilement pour qu'elle finisse par le cacher aux yeux de tous pour bien mieux le protéger. Lui qui aurait put s'en sortir avait replongé à cause d'idiots qui l'avaient trahis, c'était surement une autre raison pour elle de ne pas avoir donné sa confiance non plus.
Alors comment ne pas le comprendre, mais surtout comment ne pas se flatter encore du fait qu'il la lui accorde dans compromis, simplement un échange réel, c'était juste... agréable oui, c'était bien le mot, délectable, une sensation plus que douce pour elle.


"Mais je ne serai pas plus explicite, tu sauras certainement comprendre le nécessaire à ta façon."

Fort heureusement, elle n'avait pas à en rajouter, autant encore conserver cette impression de mystère qui pouvait flotter entre eux. La sensation de se connaitre sans pour autant tout savoir de l'autre, comme c'était étrange et pourtant superbement délicat et agréable, le genre de chose qu'elle n'aurait put imaginer un instant. Pendant un instant, elle lança un regard en arrière sans plus voir Irwin, l'instant d'un regard inquiet, elle l'avait remarqué partir vers l'étendue de l'océan, cette chose qui le calmait tant lui aussi, c'était agréable d'avoir un frère prêt à comprendre quand il était nécessaire de laisser sa soeur seule avec ses questions et ses réponses, il était certainement bien plus malin que cet horrible rat toujours aux pieds de Malak.
Dans un soupir de dégout, elle l'observa un instant.

De toute évidence, cette chose déguerpissait à son tour, il n'avait pas compris seul mais au moins, c'était fait, sans brutalité, elle n'était pas nécessaire, mais elle ne doutait pas qu'avec la peur qu'elle avait put lui faire, il ne toucherai pas un seul instant à son cher frère lui aussi proche de l'océan. En sommes, la situation reprenait son cours, comme une heure auparavant mais dans un cadre différent et avec une avancée bien différente également puisqu'un secret de plus avait été levé et désormais, les mots étaient plus clairs et certainement plus sincères sans être réellement tabou.


"Hé bien nous voilà seuls je crois."

Il n'y avait vraiment là qu'une constatation, sans inquiétude, sans crainte puisqu'elle savait son frère non loin et la situation reprenant un certain avantage en les laissant ainsi décider de la suite des événements. Même le vent si puissant auparavant venait de se calmer, comme pour les laisser en paix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malak Rochaël

avatar

Masculin Nombre de messages : 88
Âge du héros : 35 ans
Né à : Oui
Fonction : Chef des Egorgeurs Sombres

MessageSujet: Re: Loin des faiblesses, plus près des hurlements [Libre]   Mer 7 Nov - 0:53

Un peu de mystère planant encore et toujours. Ceci suivait l’ordre dit « normal » des choses, surtout entre eux. Malak préférait de toute façon continuer d’en ignorer sur elle, sinon, où serait l’intérêt, et où serait le plaisir ? S’il connaissait si bien Diane, il n’aurait pas besoin de ce goût du risque qui était propre aux pirates. Sa curiosité native, il avait su la pousser au vice, et voilà où il en était. Indécis, certes, mais surtout fasciné. En somme, Malak était de ces hommes qui avaient besoin d’être en situation instable, sur une pente glissante pour se sentir bien de vivre, et pouvoir encore une fois avancer. S’il ne s’aventurait pas dans des choses inconnues, il se lassait, se blasait, en un mot, il n’avait plus qu’à mourir. Le mystère était la clef de sa progression, et surtout de sa survie.
"Rien ne m’est plus nécessaire que ce que je ne sais déjà, répondit-il enfin, en tout simplicité."
S’il n’avait presque aucune certitude quant à Diane, lui s’en était bel et bien forgé, et il semblait tout simplement s’en être satisfait désormais. Rien ne lui était plus utile que ce en quoi il avait la naïveté ou la réflexion de croire, et le reste n’était plus que les multiples aléas qui côtoyaient et frôlaient sa vie, jusqu’à l’heurter ou passer définitivement son chemin. Tout compte fait, sa tendance aux risques était son seul libre arbitre et plus que de s’en contenter, il l’avait lui-même commandité. Etait-il satisfait ? Pour le moment, sur le court terme, oui, sur le long terme, rien n’était moins sûr. Où allait-il ainsi ? Peut être droit dans le mur. Le retour à Hanka serait rude, et la seule chose qu’il craignait un peu fut bien la suite des évènements une fois arrivés au fameux point de chute. Une partie de lui le sommait de voir en temps voulu, mais l’autre ne voulait jamais s’y résoudre. Cette partie-là n’était rien d’autre que son désir récurrent de devoir contrôler la situation, au moins sous certains aspects.
Enfin seuls, oui. Son sens du sarcasme aurait pu presque lâcher quelque chose de vaguement semblable à « quel sens de l’observation » néanmoins, il préféra se garder d’une audace parfaitement inconsidérée et inutile. Il n’avait plus qu’une idée en tête, savourer cet instant de tranquillité, d’intimité, comme il y a une heure maintenant, à la différence que Malak semblait moins déstabilisé qu’auparavant, tout du moins, encore une fois, il en avait l’impression. Il préférait voir les choses ainsi, car ses interrogations ne le menaient jamais à rien d’autre que de nouvelles, toujours aussi répétitives et agaçantes. Se laisser vivre, au moins un court instant, voilà tout ce qu’il se demandait enfin à lui-même.
"Tu veux que je te dise ce que cette nouvelle solitude m’inspire ? Demanda-t-il un tantinet malicieux. "
Alors qu’elle s’était encore éloignée de lui, pour une raison qui avoisinait un être profondément pathétique et toujours recroquevillé dans la prière, il vint doucement à elle, voir même lentement. Il étreignit tranquillement son corps, le maintenant contre le sien, avec une certaine passion non dissimulée. Il finit par approcher son visage du sien, ses lèvres effleurèrent celles de Diane, mais il ne fit rien de plus, comme si sa question appelait réellement une réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diane Sanchez

avatar

Féminin Nombre de messages : 415
Âge du héros : 33 ans
Né à : New-York
Fonction : Maitresse des Briseurs d'âmes/Membre du Conseil Noir

MessageSujet: Re: Loin des faiblesses, plus près des hurlements [Libre]   Mer 7 Nov - 13:55

Voilà ce qui se révélait toujours autour d'eux, un rien de féérie dans des enveloppes brutales, c'était là, à cet instant, que Diane craignait le plus sa traversée prochaine des augures et le prix qu'elle allait devoir payer. Elle qui s'était répétée que la seule raison de refuser serait son frère en avait désormais une autre qui la troublait d'autant plus. Un secret de plus, était elle donc née pour une vie de secrets? C'est bien ce que tout cela présageait, mais l'on ne peut tout cacher éternellement, son frère en était la preuve la plus flagrante. Pourtant il y avait quelque chose de plutôt excitant dans cette situation, qui lui donnait peut-être beaucoup d'intérêt, être dans le secret c'était un peu avoir une chance de conserver un quelque chose bien particulier juste pour soit, en dépit des autres.

Aucun jugement à offrir, ses yeux étaient après tout si expressif qu'elle se permit de laisser les siens l'être à leur tour derrière un océan pale se révélait donc toute chose, c'était surement terrifiant pour elle qui n'aimait pas à révéler les tréfonds de son âme, mais pour une fois, elle pouvait bien le faire. Qu'y verrait-il donc? Un feu brulant certes, celui-ci était déjà présent depuis quelques heures, mais sous les travers des doutes peut-être se posait déjà une réponse plus imposante que quoique ce soit. En tout cas, en elle, qu'importait les évènements à suivre, elle avait après tout une forte capacité d'adaptation, la preuve en était avec son frère, elle avait toujours dû le faire et s'en accommodait encore aujourd'hui, alors pourquoi ne pas le faire en prime avec un autre membre du Conseil Noir, pourquoi se le refuser? C'était très certainement sans intérêt de se priver encore de quelque chose qui la dévorait désormais.

Non, vraiment, les mots qu'elle avait prononcé étaient-ils l'expression de son inquiétude? Certainement, mais quand à quoi? Au fait de laisser son frère s'éloigner ou de se retrouver en un face à face sans plus une seule excuse pour ne pas avancer? Les deux étaient très certainement possible mais elle n'eut pas réellement le loisir d'y penser puisque rien ne lui en laisserait le temps, pas même celui de jeter un regard en arrière, juste le temps d'entendre quelques mots pour esquisser un sourire amusé. Tout devenait-il donc plus simple? Suffisait-il d'un pas en avant pour que tout s'enchaine avec une facilité déconcertante?


"Pourquoi pas, si tu es si inspiré.
" Voilà les seuls mots qu'elle se sentait capable de prononcer en le trouvant si proche d'elle.

Puisqu'elle s'était à peine éloignée qu'il était à nouveau auprès d'elle, leurs corps lovés l'un à l'autre pour ne voir que ses lèvres frôlant à peine les siennes. Si elle avait été impatiente, elle aurait certainement mené la danse, mais sur ce point, ce jeu l'amusait certainement et cette sensation d'indécision face à une approche non menée encore à bout. Il y avait de quoi frémir, pourtant, pas un frisson ne parcourut encore Diane, il était simple de retenir ce genre de choses mais pas ce feu qui s'étendait alors en un véritable incendie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malak Rochaël

avatar

Masculin Nombre de messages : 88
Âge du héros : 35 ans
Né à : Oui
Fonction : Chef des Egorgeurs Sombres

MessageSujet: Re: Loin des faiblesses, plus près des hurlements [Libre]   Mer 7 Nov - 14:15

Un élan de plus ou de moins, Malak se sentait en proie à toutes les décisions, mais aussi à tous les regrets. La seule incertitude qui lui restait et qui faisait tout son poids dans la balance était le fameux « Et après ? », qui avait toutes les raisons d’être et surtout de subsister envers et contre tout. Oui, qu’allait-il bien pouvoir advenir de tout cela, une fois la mer franchie, le pied posé que le sol d’Hanka ? C’était sans doute la seule inquiétude qu’il se voyait encore capable de nourrir. L’Egorgeur Sombre et La Briseuse d’Âmes. En un sens – et c’était celui en lequel il voulait croire – il n’existait que peu d’union qui puisse être aussi légitime. Ils avaient des points communs, et plus d’un même, sans compter qu’une telle force réunie se voyait immesurable, néanmoins, la rivalité entre Les Grands de Hanka ne devait-elle pas prospérer ? Malak savait que s’il prenait le premier chemin qu’il s’était tracé, il ne le pourrait jamais. Alors quoi ? Et après ? Encore cette question. Défier Diane après tout cela lui semblait impossible, et surtout impensable.
Pris dans son intense réflexion d’apparence si complexe, il avait bien du mal à se concentrer sur Diane, et pourtant, elle était tout près de lui, son corps étreignant le sien entre passion et simple tendresse. Si proche, et pourtant, il la sentait si loin. Les choses ne se voulaient jamais simples, c’était bien connu, et la vie qui semblait auparavant à Malak une facilité et un chemin tout tracé devenait vaguement une énigme irrésolue et surtout irrésoluble. Il avait beau cherché des réponses, il ne semblait capable que de s’offrir de nouvelles questions. Il pouvait tout aussi bien les démontrer à Diane, mais il doutait fortement qu’elle puisse entrevoir avec plus de facilité que lui son propre jugement, d’autant qu’elle devait certainement être plonger dans le même bain, chaque goutte n’étant qu’une incertitude, une question ou un regret précoce de plus.
Avec des efforts récurrents, Malak se redirigea de lui-même sur l’intérêt de l’instant présent. Il conservait un sourire fièrement mais légèrement accroché au bout des lèvres. Sentir cette chaleur pénétrer son corps n’avait rien de plus satisfaisant à ses yeux, et le simple fait de croiser ce regard si particulier qu’il n’avait appris de Diane qu’il y a peu, le laissait en proie et vulnérable à toutes les faiblesses quelles qu’elles soient. Ses lèvres étaient proches des siennes, mais il laissa un instant de silence et d’attente perdurer entre eux. Ce qui n’était au début qu’un simple jeu, s’il en est, devint surtout une méfiance de la part du pirate. Un frisson parcourut rapidement sa nuque, et il détourna les yeux de Diane, s’écartant légèrement du même coup, avant de revenir à elle, l’air totalement neutre.
"Est-ce que tu entends ? Demanda-t-il dans un souffle."
Sa question était un euphémisme, étant donné qu’il n’existait rien d’autre à part le silence. Là où il avait entendu auparavant les bruissements des feuilles, quelques piaillements d’oiseaux ou d’autres rongeurs, il ne percevait plus un son. Cette soudaine disparition avait attiré son attention comme nulle autre, et maintenant il prêtait tout simplement l’oreille. Encore une fois, et après ? Il n’en était pas certain, cependant, cela ne l’empêchait pas d’être aux aguets. Ils n’étaient qu’à moins d’une demi lieue de l’orée des bois d’Okan, néanmoins, la menace semblait présente dans plus d’un recoin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diane Sanchez

avatar

Féminin Nombre de messages : 415
Âge du héros : 33 ans
Né à : New-York
Fonction : Maitresse des Briseurs d'âmes/Membre du Conseil Noir

MessageSujet: Re: Loin des faiblesses, plus près des hurlements [Libre]   Mer 7 Nov - 16:00

Comme il avait raison, elle qui s'était trop concentrée sur ce qui pouvait les entourer n'avait pas prêté attention à ce qui l'entourait alors, et il était assez simple de noter qu'il n'y avait aucun bruit, pas un seul, trop de calme, beaucoup trop. A l'affut, elle venait alors d'entendre au loin des pas lourds et des branches se briser, il était donc bien clair que ce qui se présentait à eux n'était autre qu'un des "rois" de la cruauté dans ce coin, le souffle retenu, l'attention portée sur chaque chose, elle tourna le regard autour d'eux pour trouver le lieu préférable pour combattre ce qui de toute évidence arrivait droit sur eux.

"Je pense que nous avons affaire à une sale bestiole, vu le pas, on risque d'avoir affaire à elle dans quelques minutes...Superbe, c'est notre jour de chance..."

Rien de bon en sommes, elle en oublia alors instantanément les questions qu'elle avait put avoir en tête pour se faire silencieuse et se diriger vers un arbre pour s'y retrouver bien vite perchée. C'était bien la seule solution pour observer ce qui pouvait advenir aux alentours et la voir arriver, et puis c'était une façon comme une autre de l'attaquer si nécessaire en lui crevant les yeux tout en se situant sur le dos. A deux, elle ne donnait pas vraiment cher de leur peau, mais c'était certainement faisable, pourtant sans arme de jet, la proximité risquait fortement de les mener à mal et de leur offrir de biens belles blessures.
Ce n'était décidemment pas leur jour, au mieux, en vue du fait qu'il fasse nuit, il suffisait de rester discret et de trouver un lieu où se mettre à l'abris. Elle n'avait rien d'une lâche bien sur mais il fallait penser au fait que son frère soit présent.
Elle avait aperçu les branches brisées non loin de là, elles étaient après tout qu'à un bon kilomètre d'eux, mais pour elle le chemin serait certainement fait en peu de temps.

Descendant bien vite de l'arbre pour frôler le bras de Malak en se dirigeant vers la mer, elle venait de lui murmurer quelques mots à l'oreille tout en observant non loin de là son frère près de l'eau, si il entendait l'arrivée de cette horrible bestiole, elle n'ignorait pas le fait qu'il risque de crier, de hurler jusqu'à l'attirer ici.


"Nous ferions mieux de trouver un abris, nous n'avons absolument rien pour battre cette bestiole maintenant, à la lueur du jour peut-être, et en étant 2, mais nous avons des personnes à protéger si nous espérons rentrer.
Je n'aime pas cette idée de fuir, mais je doute que nous ayons le choix tant qu'ils ne seront pas abrités. A moins que tu ne préfères pas continuer notre précédente discution?"


Ce qu'elle pouvait détester prononcer ce genre de mots, dans son murmure, on entendait sans peine le fait qu'elle désapprouve ce qu'elle avait eu à dire et pourtant, elle se dirigeait vers l'océan pour poser une main sur les lèvres d'Irwin afin de le faire taire. C'était préférable, ce danger là au moins été écarté, et puis une bête de ce genre ne venait pas vers l'océan, elle allait surement les contourner, alors autant ne pas l'attirer par simple gout du combat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malak Rochaël

avatar

Masculin Nombre de messages : 88
Âge du héros : 35 ans
Né à : Oui
Fonction : Chef des Egorgeurs Sombres

MessageSujet: Re: Loin des faiblesses, plus près des hurlements [Libre]   Mer 7 Nov - 16:28

"Et quelle chance, lâcha-t-il presque blasé."
C’était exactement pour cela qu’il détestait cordialement mettre les pieds sur le continent en lui-même. Moins il le voyait mieux il se portait, c’était bien vrai. Malak avait perdu pas mal d’hommes dans un tel combat, et ils avaient beau en avoir tué deux ou trois par le passé, le chef des Egorgeurs avait toujours limité les confrontations, surtout que la plupart de ses hommes étaient des marins avant d’être guerriers, et qu’il lui fallait une bonne raison pour les mettre en danger. Combattre un tel monstre ne lui apparaissait que rarement être une bonne raison, d’autant qu’il fallait être un nombre qualifié et important pour avoir l’ombre d’une chance de survie. L’opium était encore la seule raison qu’il n’ait jamais trouvé valable, et pourtant, il n’était pas lâche, il était seulement lucide, et bienheureusement, elle l’était elle aussi.
Il prêta un regard à Diane qui s’éloignait à peine pour se hisser en haut d’un arbre. Lui n’avait donc plus qu’à prêter l’oreille et les yeux, malheureusement, il n’y voyait pas grand-chose, et son panorama s’arrêtait à une bonne dizaine de mètres, et encore, les fourrés obstruant une bonne partie de la vue d’ensemble. Il n’avait pas tiré ses armes, d’autant qu’un poignard et deux couteaux seraient bien mince pour avoir l’ombre d’une chance, néanmoins, ses doigts effleuraient de multiples fois la garde du poignard qui se trouvait à sa ceinture. Il osait à peine respirer, plissant les yeux pour essayer de mieux distinguer, mais en vain. Il n’était guère d’humeur à mener un combat, et encore moins à deux. Si Diane était vaniteuse, il l’était sans doute tout autant sinon plus, cependant, la vanité ne se nommait pas non plus inconscience.
Etrangement, et non sans une certaine satisfaction, il avait eu la gratitude de se remarquer qu’il ne craignait pas. Pour lui-même, c’était tout à fait normal, mais l’idée qu’il puisse appréhender pour Diane avait effleuré son esprit. Et pourtant, en aucun cas il ne doutait. La confiance qu’il avait su lui accorder n’avait pas été que de simples mots, il le pensait et le ressentait réellement tel quel. Assez perturbant, mais il ne voulait pas y penser. Il avait mieux à faire, et les mots qu’elle lui jeta au passage le laissèrent bien entendu approbateur. Il n’y avait pas beaucoup d’alternatives, et déjà qu’il ne se risquait pas à battre une telle créature lorsqu’il était adjoint de vingt de ses hommes, ce n’était sans doute pas à deux qu’il allait approuver pareille idée. Elle repartit vers l’océan, et lui, il demeura ainsi pendant quelques secondes encore. Il ne savait pas ce qui le retenait, mais il eut enfin un sursaut et il tourna les talons. Il s’élança sans perdre plus de temps, relâchant la pression psychologique qu’il émettait à se saisir de son arme.
Gagnant la plage, tout du moins ce qui y ressemblait, il eut le grand déplaisir de ne pas voir Donovan. Où ce rat s’était-il donc encore caché ? Lâche. Il avait sans doute lui-même perçu cette menace, car nul autre n’était plus craintif que cet homme, et il avait cette sorte de don qui faisait de lui un radar aux hostilités. Il n’y avait d’ailleurs rien de mieux pour connaître les ennemis qui en valaient la peine ; ceux que Donovan craignait étaient une véritable menace. Il eut ensuite un regard pour Diane qui se trouvait déjà au chevet d’Irwin. En réalité, c’était plus la réaction de cet homme que Malak craignait, néanmoins, il perçut quelques bruits d’effritements. Relevant les yeux vers les rochers à une centaine de mètres un peu plus loin il pue apercevoir le fameux Donovan qui dégageait quelques cailloux. Que fabriquait-il au juste ? Malak eut tout simplement confiance en l’instinct de survie de cet être pitoyable, et il était vrai qu’il était loin d’être sot de penser que les blocs composant le récif avaient bien été creusés par l’océan. Il pue ensuite constater les signes flagrants de la part du pathétique pirate, qui le sommait ainsi d’accourir. Il s’approcha à peine de Diane, pour ne pas paniquer plus que cela son frère.
"Allons à l’abri des rochers. Même si ce monstre ne vient pas jusqu’à la plage, nous serons au moins en sûreté."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diane Sanchez

avatar

Féminin Nombre de messages : 415
Âge du héros : 33 ans
Né à : New-York
Fonction : Maitresse des Briseurs d'âmes/Membre du Conseil Noir

MessageSujet: Re: Loin des faiblesses, plus près des hurlements [Libre]   Sam 10 Nov - 20:40

"Nous avons toujours de la chance... Mais je crois que ce genre de vie trépidante me semble plus prenante." souffla-t-elle à son tour pour la fin de cette phrase.

En fait oui, elle pouvait bien se le dire, depuis qu'ils s'étaient trouvés l'un avec l'autre, plusieurs malheurs leur tombaient dessus. Rien ne les laissait en paix mais absolument tout lui semblait excitant, oui, une nouvelle excitation qui se précipitait en elle pour lui donner envie de rester dans cette optique et d'apprécier chaque instant pour mieux éviter d'oublier.
Et si ils se retrouvaient attaqués? Confrontés à Hanka? Peu importe, c'était tout bonnement excitant et intriguant. Une sorte de gout du danger, c'était bien ce qui manquait terriblement à Diane depuis quelques temps. En fait, il était un peu son souffle de vie à l'instant, et que la nature elle même les déteste, peu importe, elle se sentait toute puissante tout en étant terriblement sécurisée par sa présence. Rien d'une faible et pourtant elle se retrouvait alors à fuir, heureusement il y avait parfois des circonstances atténuantes comme la survie des proches, et puis le besoin de savoir ce qui risquait de se dérouler par la suite pour eux.

Non décidemment, il ne risquait pas de jouer au surpuissant pour l'impressionner et elle en était soulagée, elle en esquissa même un sourire tout en se retrouvant près d'Irwin, la main sur ses lèvres tout en observant son regard inquiet. Bien sur il ne pouvait comprendre et était prit d'une peur incontrôlée mais elle lui sussura quelques mots à l'oreille pour le calmer et lui dire qu'elle règlerait le problème, qu'il fallait juste la suivre et ne rien dire, ne pas prononcer un mot et surtout ne pas hurler sous peine de se retrouver séparer d'elle ce que l'un et l'autre ne voulait certainement pas.
En fait, pour calmer ce regard inquiet, en le redressant doucement et en le tenant contre elle, elle avait alors le temps de lui murmurer une petite comptine qu'elle chantait tranquillement de façon presque inaudible, un souvenir d'enfance en somme pour l'un et l'autre qui avait la superbe vertu de calmer son frère.

Malak avait à son tour rejoint la plage et elle en était de plus en plus soulagée jusqu'à suivre son regard et observer encore Irwin, ne pas oublier, ne pas le laisser s'inquiéter du moindre son, en tout cas, ce dernier avait bien la sensation d'être en sécurité entouré de sa soeur et de cet homme qu'il connaissait à peine. D'ailleurs, elle sentait bien sous ses mains les muscles si crispaient de son frère se détendre peu à peu pour enfin prouver qu'il n'était plus dans l'état de forte paranoïa qu'il subissait dans ces moments là.
Pourtant, pas simple prévention, elle ne lui lacha pas un instant le bras ni de couvrir ses lèvres pour rejoindre Malak et elle n'avait pas tord, le premier hurlement venu des bois venait de mettre son pauvre frère en émoi, il en manqua même de chuter, elle s'empressa donc de le relever avant d'observer la larve de Donovan en train de creuser, au moins il pouvait servir à quelque chose, cette bête immonde qui lui laisser une impression de dégout sur le bout de la langue.

Un regard vers Malak, elle venait alors de le suivre vers les rochers, une façon de se sécuriser la bas certainement, toujours pourtant fort proche de ses armes. Elle adorait cette impression de se retrouver avec un autre titan qui pour autant ne jugeait aucun de ses actes, en fait, à y penser, elle venait dans cette sensation d'adrénaline intense de trouver un semblant de réponse à ses questions. Un sourire au coin des lèvres, en avancant, un peu plus en avant que Malak, préférant mener bien vite son frère à l'abri, elle tourna un regard vers lui terriblement expressif avant de lui lancer quelques mots, assez légers pour ne pas attirer l'attention de ce monstre inconnu, mais surtout assez forts pour qu'ils viennent s'imprégner tout doucement de lui.


"Je crois que si ta compagnie m'oblige à apprendre à être comédienne en public, ou à combattre divers évènements, je ne m'en passerai pas, bien au contraire."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malak Rochaël

avatar

Masculin Nombre de messages : 88
Âge du héros : 35 ans
Né à : Oui
Fonction : Chef des Egorgeurs Sombres

MessageSujet: Re: Loin des faiblesses, plus près des hurlements [Libre]   Lun 28 Jan - 23:08

    Supportant de moins en moins bien l’idée de cette menace perpétuellement hostile, Malak avait déjà commencé à prendre l’habitude de jeter quelques regards à la jungle abondante encore si près de lui. Ressentir le danger n’avait jamais été un problème en soi, mais malgré la confiance qu’il concédait à Diane, une menace quelconque avait plus grande signification désormais.

    La bonne idée aurait été de s’en débarrasser, ce qui n’aurait pas été un luxe, mais si cela avait été si évident, il s’en serait défait avec plaisir depuis bien longtemps. Etait-ce signe qu’il était en mesure de ressentir autre chose que de la fierté, de la vanité et du sadisme ? Il en avait toujours été capable, mais ce n’était pas non plus maintenant qu’il allait devenir sentimental. Si Diane avait changé bien des choses chez lui en seulement quelques heures, il restait et resterait Malak Rochaël.

    Il apprécia d’une façon très étrange les paroles qu’elle lui concéda, comme s’il n’attendait plus que d’entendre cela. Il s’arrêta d’ailleurs dans son initiative à rejoindre l’abri, comme s’il avait été plus ou moins surpris. C’était certes le cas, mais un maigre sourire mi amusé mi satisfait vint de poser sur ses lèvres. Il resta un moment figé, peut être un peu stupidement d’ailleurs. Décidément, il était peut être grand temps de reprendre le pas sur tout ce qui changeait de ses habitudes. En tous les cas, il secoua vaguement la tête sans se défaire de son sourire, et marcha sur les talons de Diane. Il ne savait pas encore exactement où tout cela pourrait déboucher mais l’importance de l’instant n’était ni l’avenir ni le passé, mais seulement le présent. Et son présent, c’était elle.

    Lorsqu’ils furent tous au couvert de ses récifs, Malak jeta un regard inquiet à la mer. Il n’aimait pas spécialement la mer agitée, car s’il ne croyait pas spécialement à la toute puissance des dieux de l’île, il savait également ce qu’était la météorologie, et une tempête pouvait perdurer. Marin de toujours, pirate de tout temps, Malak préférait prévoir ce genre de temps, mais il était difficile de dire quelle serait sa clémence. Il se retourna vers Diane et son frère, Irwin, visiblement toujours autant perturbé. Il ne savait que ressentir à l’égard de cet homme, ou plutôt à ce qu’il semblait en rester. Il ne pourrait le juger mais il ne pouvait bien penser ce qu’il voulait de ce que ses yeux lui montraient.

    - J’ignore combien de temps tout cela va durer. En attendant, il va falloir faire avec la précarité de cet endroit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diane Sanchez

avatar

Féminin Nombre de messages : 415
Âge du héros : 33 ans
Né à : New-York
Fonction : Maitresse des Briseurs d'âmes/Membre du Conseil Noir

MessageSujet: Re: Loin des faiblesses, plus près des hurlements [Libre]   Lun 28 Jan - 23:24

Et voilà que Diane était dans cette horrible grotte, pour le coup, elle observait elle aussi les horizons et ce ciel ne la satisfesait pas le moins du monde. En avancant, trop préoccupée par son frère et le fait que ce dernier soit à l'abris, elle avait eu le malheur de s'écorcher la jambe. Ce n'était pas grand chose mais l'égratignure était assez longue pour que la chair laisse une certaine quantité de sang se déverser et inonder doucement, à l'instar du fleuve le plus impur, ses pieds tout aussi écorchés.
Qu'elle était sotte quand elle se préoccupé trop de lui, sa nemesis avait encore fait son effet et une fois dans la grotte, elle déchira une partie de sa tenue pour éponger le sang et tenter de l'arrêter. Il n'y avait bien entendu là aucune coquetterie mais elle craignait bien que l'odeur du sang n'attire la bête jusqu'ici.

Bien qu'ils soient à l'abris, elle n'était pas sure que celle-ci ne puisse pas faufiler sa gueule ou encore ses pattes, qu'est ce qui lui permettait encore de penser qu'elle pouvait sécuriser son frère? Si il y avait eu un stupide feu, de quoi chauffer sa lame, elle aurait vite fait disparaitre cette odeur de sang, mais non, forcément, elle n'avait pas eu l'idée grandiose d'avoir le nécessaire. Une fois le sang calmé, elle prit soin de nettoyer du bout de sa langue le sang encore présent sur ses mains, une forme de sadisme certainement, mais avant tout une forme de protection: non il était hors de question que ce genre de détail stupide vienne à les découvrir, mais pour le tissu couvert de sang? Pour le reste? Quelle idiote... C'était certainement vain, mais elle couvrit le tissu par de l'eau trouvée dans cette crypte, comme pour nettoyer ce tissu, et si elle permettait de cacher un peu cette odeur? Si seulement, Irwin ne risquerait plus rien.

Le regard poser sur Malak, elle esquissa un léger sourire amusé d'observer cette once de satisfaction sur son visage, n'était-ce pas typiquement masculin? Elle le savait bien, et pourtant, elle n'en ressentait aucune colère, certainement plus une lueur de défi et de jeu pour cet iceberg vivant qu'elle représentait aux yeux de tous. Quoiqu'il arrive à Hanka, le présent était clair: il y avait là danger et il insinuait une sorte d'excitation incontrolée dans les veines de Diane, peut-être décuplée par le gout du risque que lui inculquait Malak. Pourtant, son frère avait le plaisir de la calmer en quelques secondes. Après avoir entendu les mots u pirate, ce dernier avait secoué l'épaule de sa soeur, presque inquiet jusqu'à ce qu'elle se tourne vers lui pour finir étonnée et en un sens ravie.

-En tout cas, nous aurons des vivres, Irwin, si seulement tu étais aussi doué à l'art de la guerre qu'à la cueillette...


Elle lui offrit encore un sourire attendrit, un truc de grande soeur parait-il avant d'embrasser sa joue et de le serrer un peu contre elle, d'un coup, elle n'avait plus d'angoisse, plus aucune idée stupide d'aller tuer cette sale bestiole. Si elle venait jusqu'ici, elle la tuerait, Diane avait put récupérer une confiance en elle remarquable juste par fierté familiale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Loin des faiblesses, plus près des hurlements [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Loin des faiblesses, plus près des hurlements [Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» si près et pourtant si loin.
» Ville Libre de Mévry
» Alac, voyageur solitaire loin de son foyer...
» [Blabla] Presse Libre - Ecrivez votre commentaire!
» OU SE TROUVE LE BOUTON LIBRE CREDIT SUR JEUTEL?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Exilés du Monde :: LES EXILES DU MONDE : L'HISTOIRE :: TOME I : LA MARCHE DES IDRAZITS :: Interludes-
Sauter vers: