AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 03 - Pour une trace de Kant.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1917
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: 03 - Pour une trace de Kant.   Mer 7 Nov - 2:24

Aube, 8e journée...
(suite de : Pour la Gloire des Grams)

Le soleil venait à peine de se lever, chassant les derniers nuages pluvieux qui avaient déversés leurs eaux impétueuses toute une partie de la nuit. Koah Lang marchait sous une cape-capuchon bleue depuis trois heures maintenant sur la route boueuse qui longeait la rivière. Le jeune homme avait dans l’idée de la remonter vers le cloître d’Okan qui se trouvait à quatre heures de marche de Lydée, afin de déposer une offrande au dieu et de lui demander de lui apporter son aide dans ses recherches d’Andrew Kant.

Quitté Lydée fut étrangement assez simple contrairement à ce qu’il aurait pu croire. Seul quelques Qwels tentèrent de le dissuadé de s’éloigner dans la pénombre de la nuit noire. Peut-être les gardes auraient-ils fait de même, mais le glaneur avait bien prit soin de les éviter de son mieux en bondissant de liane en liane jusqu’à la terre ferme. Une fois dans la jungle, sous le capuchon de sa cape et une lanterne à la main dont le halo éclairait l’écorces recouvertes de mousses des hauts arbres, le jeune homme s’était dirigé vers le nord sans un bruit, à pas feutré.

Rapidement, Koah s’était rendu compte qu’il avait été peut-être un peu trop optimiste. Retrouver Kant était sans aucun doute une tâche bien plus ardue qu’il ne l'avait pensé lorsqu’il fut convaincu d'y arriver plus tôt à la taverne. Celle-ci lui paru d’autant plus impossible a réaliser rapidement qu’il ne savait pas par où commencer ses recherches. Pisté quelqu’un ne faisait pas partie de ses capacités, et il ne savait pratiquement, voir pas du tout, où Kant avait ses endroits de chasse favoris. Il avait bien pensé retourner à Lydée quérir quelques informations auprès de Guerel, mais l’idée de passer pour un incapable l’en dissuada.

Ce ne fut qu’après une heure et demie de recherche à travers la jungle à tourner presque en rond, que Koah pensa au cloître d’Okan. Là-bas, on connaissait assez bien les chasseurs, et les prêtres pourraient sans doute lui indiquer où le Maître Intendant préférait traquer son gibier. Oh oui, Koah savait qu’il allait se faire sermonner par les prêtres pour avoir quitter Lydée, mais il n’en avait que faire. Un jeûne de plus ou de moins… et après tout, la vie de Kant était peut-être en jeu.

Ce fut donc pourquoi, il avait quitté la jungle profonde pour rejoindre le chemin bourbeux en direction du cloître. Par deux fois sur la route, il croisa cette nuit des marchands venu de Powana qui voyageaient à bord de leurs charrettes tirées par des bœufs malodorants. Le jeune homme leur demanda s’ils n’avaient pas croisé Andrew qu’il décrivit avec beaucoup de détails et d’éloges, mais les marchands Powaniens, fatigués et visiblement excédés d’être déranger pour si peu, s’étaient éloignés sans véritable coopération.

Vers les premières lueurs de l’aube, Koah croisa la route d’un tigre d’un roux flamboyant, annonçant qu’il n’était plus très loin du cloître d’Okan. La région de l’abbaye était réputée pour être le sanctuaire des tigres roux de l’île. Ceux-ci étaient le symbole du dieu, les protecteurs du cloître, et les ultimes chasseurs de la jungle. Ils étaient vénérés par les prêtres. Ces créatures n’attaquaient que rarement l’homme dans cette partie de la jungle, car la légende racontait qu’ils comprenaient les hommes et qu’ils avaient fait vœux de protéger tous ceux qui portaient Okan dans leurs cœurs. Cependant, les tigres blancs des bois d’Okan au sud de l'île, eux, sauvages, ne ronchonnaient pas à manger de l’homme. Ils agressaient tous ceux passant un peu trop près de la Stèle ; l’autel sacré où Okan aimait se prélasser, et conte-t-on, déguster de l’ambroisie.

Emmitouflé dans sa cape, Koah chercha à l'aveuglette dans sa besace une mandarine qu’il éplucha. Puis, sous le regard d’un autre tigre qui le fixait indifféremment appuyé contre la souche d’un arbre effondré, il mâchouilla un morceau juteux. Le jeune glaneur n’était plus très loin du cloître, à peine à une heure de marche environ, et cette pensée lui embauma l'esprit. Il lui tardait de pouvoir faire une offrande à son dieu, de déguster une soupe chaude et surtout, de pouvoir quémander quelques informations sur Kant et une possible destination à suivre pour pouvoir espérer trouver sa trace.

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »


Dernière édition par le Dim 3 Fév - 17:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1787
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 03 - Pour une trace de Kant.   Mer 7 Nov - 23:02

S’il n’avait pas eu pour but principal ses idées de vengeance, Logan aurait abandonné sa quête depuis un bon moment. Il avait été très difficile pour lui de s’éclipser… Les Qwels n’étaient vraiment pas fait pour ‘l’arranger. Leur odorat développé leur indiquait la présence d’un humain, d’un gosse non loin et certains d’entre eux, dans l’espoir de protéger un Lydéen étaient allé dans la direction du fils Kant. Ce dernier jura et pesta dans sa tête. Pis, il n’eut guère d’autre solution que de tirer des pierres sur les gardes naturels du village. Dans l’obscurité, il n’avait pas la possibilité de distinguer où il visait mais le petit cri de guerre qu’il entendit après un impact le décida à courir de toutes ses jambes… Par chance, il constata une lueur lointaine, dans la forêt. Cela devait être Koah… le glaneur avait du lui aussi être retardé par ces fervents défenseurs. Les Qwels abandonnèrent la poursuite, il faisait nuit et ils avaient un poste de défense à occuper. De toute façon Logan était déjà loin. Il ralentit pour reprendre son souffle.

Le fils de Déjanire creusait l’écart ! Normal, il avait de plus grandes jambes ! Et alors qu’il reprenait son chemin, il se rendit compte qu’il était sale ! La pluie, la boue venaient de lui ruiner son heure passée dans le bain, la veille… Il jura sur la tête de Cheera et regarda alentour de ses yeux humains… Il était absolument incapable de distinguer quoi que ce soit dans l’obscurité hormis derrière lui les lampes faibles perchées dans les arbres. La petite lumière avait disparue, il ne parvenait plus à la voir. Il se mit alors à courir vers l’endroit où il lui semblait l’avoir aperçue pour la dernière fois. Mais très vite… il regretta de ne pas avoir été aussi malin que le glaneur… tandis que l’un se contentait de la chaleur d’une cape sur ses épaules, l’autre, moins sage grelottait de froid avec son pagne mouillé… « C’est malin… », pensa-t-il avec amertume. Il ne savait guère ou Koah se dirigeait et totalement inconscient de danger, il ne savait pas que son entreprise était aussi dangereuse que de marcher sur des œufs de T-Rex en dansant la java… devant les yeux attentifs de la mère bien entendu…

Il tenta d’accélérer car il n’arrivait plus à voir grand-chose… Son pied heurta quelque chose de dur, sans doute un rocher… Une douleur irradia son orteil mais il n’eut guère el temps de s’en soucier car il tomba à plat ventre sur le sol boueux… C’est à peine s’il eut el temps de mettre ses mains devant lui. Il s’assit se massant les endroits de l’impact, non sans retenir des larmes… Voilà ce qui arrive aux garçons qui veulent faire les malins et qui en plus profèrent des jurons sur la tête de la Mère de l'île ! Non mais ! Ce n’était que le revers de la médaille ! Mais allez expliquer ça à un gosse qui a perdu sa mère, qui recherche son père, qui a fugué pour échapper à un folle furieuse, qui a été trahi par un type qu’il croyait son ami, qui a froid, qui est crade et qui en plus, pour couronner le tout, n’avait aucune idée de l’endroit où il devait se rendre ! Il était perdu. Il regarda de tout côté, visiblement résigné à errer pour l’éternité… lorsqu’il baissa les yeux sur le sol. Il vit une flaque avec son reflet dedans. Rageur, il tapa du pied dedans ce qui l’éclaboussa, le rendant encore plus furieux ! Mais cela lui permit de noter un détail… Avec la pluie, la terre était humide et elle gardait comme gravées les empreintes dont la sienne… Il n’avait pas pris de lanterne lui mais avec le temps ses yeux s’étaient adaptés à cette obscurité que seule une apparition infime de la Lune d’entre les nuages pouvait percer.

Il profita d’une courte apparition de cet astre de la nuit qui avait rougi d’une bien curieuse façon huit jours auparavant… Logan en gardait d’ailleurs un souvenir affreux, plein de peur et de méfiance… Par chance, elle était bien blanche ce soir… presque pleine. S’il s’était avéré le contraire, il n’aurait plus bougé, paralysé de crainte… Il repéra une trace de pas parmi d'autres, fraîches, et décida de partir dans la direction où elles semblaient se diriger. Il marcha, de longues heures, ses yeux rougis par la fatigue et ses muscles souffrants de l’effort. Il claquait des dents… Dès qu’il voyait le ciel s’éclaircir un peu il cherchait une empreinte pour la suivre, comme un jeu de piste en fait.

Au matin, il avançait toujours à la suite du glaneur. Vers le Sud. Il ne connaissait pas cet endroit, rarement il était allé aussi loin, tout seul. Les arbres se ressemblaient, la seule chose qui le guidait était les marques faites par Koah sur la terre boueuse. Bientôt, il aperçut une forme peu distincte se mouvoir, quelque part entre les arbres, alors il se rapprocha. Il lui fallut bien un quart d’heure pour être à une distance louable et il vit les tigres roux. A l’école, on lui avait dit qu’ils n’attaquaient que les infidèles. Logan vénérait autant Okan que son père, enfin à son échelle… Il avança donc, sans crainte. Il sortit sa fronde et visa, en accélérant le pas… Dans quoi pouvait-il bien tirer ??? Les pieds… non avec cette cape, il ne sentirait rien… les fesses ? Pareil, ce morceau de tissu amortirait le choc… Pourquoi pas la nuque ? Après tout, il n’avait qu’un capuchon pour se protéger… Il tendit l’élastique y posa une pierre et tira. Il était à dix mètres de lui. La pierre le toucha sur le sommet du crâne, plutôt faiblement, en fait, il aurait pu la prendre pour un fruit qui tombait des arbres. Voyant que Koah n’avait pas réagi comme il l’entendait, il sentit une colère sombre monter en lui. Il se mit à courir aussi vite qu’il pouvait, tellement que le glaneur n’eut pas le temps de se tourner. Il fut percuté dans els jambes par le fil Kant et étalé par terre avec étonnement. Mais Logan était déjà sur lui, lui assénant de coups sur ses abdos… ce qui bien entendu tenait plus pour lui de chatouilles qu’autre chose…

- Sale traître ! Tu m’as vendu à Déjanire ! Prends ça !

Et il continua de donner des assauts de ses mains… Pourtant, la carrure de Koah faisait que les coups portés, où Logan y mettait un maximum de force ne lui faisaient pas mal en fait… Normal, le gamin avait juste huit ans ! Ceci dit, comme les garçons de son âge il était plutôt teigneux et seule la rage l’empêchait de frapper plus bas dans un endroit plus sensible…

- Tu es comme Ylang ! Tous les mêmes, avec vos beaux discours par devant et puis dès qu’on a les dos tourné, vous nous balancez… Et dire que je pensais que tu allais être mon ami et que tu m’aiderais à retrouver mon père…

Il donna une petite tape et se dégagea pour se relever. Il pleurait… pas de colère, juste qu’il était trop content de revoir Koah… En effet, il se jura de plus jamais partir de nuit dans la forêt… pas avant d’avoir l’âge du glaneur, qu’il ne détestait pas tant que ça... au final Et il y avait aussi, la fatigue qui le faisait légèrement lâcher ses nerfs… Il était comme ces gosses qui après avoir laissé libre cours à leur caractère de chien se sentait déboussolé. Pour autant, il n’aide pas Koah à se relever… La chute avait du être plus douloureuse que la centaine de coups que lui avait donné le fils de son Maître Intendant, disparu depuis maintenant trois jours…

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1917
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 03 - Pour une trace de Kant.   Jeu 8 Nov - 2:42

Koah, pantelant resta immobile un instant après que Logan eût enfin arrêté de le rouer de coups de ses petits poings inoffensifs. Prit au dépourvu et terriblement ahuri par la subit apparition de l’enfant Kant, le glaneur n’avait pas sût vraiment réagir plutôt à cette attaque fulgurante. Sur le coup, le morceau de mandarine qu’il était entrain de mâcher à l’instant où il avait heurté la glaise du chemin boueux, lui passa tellement douloureusement de travers que Koah frôla l’étouffement de justesse.

« Eh eh ! Argh… argh… Mais ! Hougr… Log… har-an ! Calmes-toi ! » Avait-il tenté de s’écrier sans succès avant de pouvoir libérer sa gorge et d’inhaler une bouffée d’oxygène salvatrice.

Les yeux luisants de larmes causées par la douleur puissante mais passagère, Koah se redressa sur les coudes, ceux-ci s’enfonçant à quelques centimètres dans la terre humides du chemin. Contrarié, le souffle toujours court, le glaneur se remit debout lentement, puis il racla la boue répandue sur le flan de sa cuisse droite.

« Qu’est-ce que tu racontes ? » Dit-il d’une voix sèche qu’il s’efforçait pourtant à grande peine de paraître dépourvue de toute colère… sans succès. « Je ne t’ai pas vendu ! Et je ne suis pas Ylang. Si je t’ai laissé chez ma mère, c’était justement pour éviter de te retrouver ici dans cette jungle dangereuse. Je me suis dit que tu n'oserais pas t'enfuir sous le nez de ma mère. Apparemment, tu ne l’a pas prit comme une marque d'affection. Comme j’aurais dû m’en douter, tu n’en a fait qu’à ta tête. »

Devant les pleures de Logan, la rancœur passagère du fils Lang s’envola. Koah s’approcha de lui et fléchit les genoux pour être à sa hauteur. Il comprenait bien le sentiment d’injustice que Logan pouvait ressentir. Et il pouvait également comprendre qu’il se sente trahit, abandonné ou même impuissant. Mais il devait comprendre qu’il devait laisser faire les grands. La jungle était dangereuse, et quitter le village seul était une pure folie.

Avec une attention quasi paternelle, Koah examina Logan, et d’un pan de sa cape, il lui essuya le visage. « Ça va au fait ? Tu n’as rien ? Tu n’es pas blessé ? Dans quel état tu t’es mis ma parole. Qu’est-ce que je vais faire de toi ? »

Le jeune enfant était visiblement exténué par une nuit à le suivre. Qu’allait-il faire de lui ? Koah se voyait mal lui imposer le chemin de retour vers Lydée dans un état pareil. C’était exclu pour l’instant. Le mieux était qu’ils continuent tous deux jusqu’au cloître où là-bas, Logan pourrait se reposer un moment avant d’être raccompagné par l’un des prêtres. Cette solution lui semblait la plus acceptable.

Le tigre roux bailla toujours affalé contre la souche d’arbre. Il semblait indifférent à ce qu’il se passait sur le chemin. Koah dénoua sa cape et la fit passer par-dessus les épaules de Logan qu’il frictionna vigoureusement histoire de lui rendre un peu de ses couleurs. « Ecoutes, bonhomme. J’ai dis que j’allais retrouver ton père, et je tiendrais ma promesse quoique tu puisses en penser. Même si je dois pour cela me rendre jusqu’à Hanka. Tu es tout autant conscient que moi que ton père n’approuverait pas de te savoir ici, et qu’il sera très contrarié d'apprendre que tu as osé quitter Lydée seul sans lui en pleine nuit, non ? Alors même en sachant cela, tu tiens toujours à faire ta mauvaise tête ? »

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1787
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 03 - Pour une trace de Kant.   Jeu 8 Nov - 20:47

- Oui !

Il donna un coup sur les bras de Koah et détourna le regard, boudeur. Ses larmes s’étaient arrêtées mais il avait mal partout. Et puis, il savait que Koah avait entièrement raison… Son père n’approuverait pas qu’il soit venu, en s’incrustant de la sorte. Et puis, le glaneur ne semblait pas tellement fatigué… lui. Alors que le fils d’Andrew souffrait de cette nuit horrible. Il avait beau se dire qu’il pourrait aider, aucune envie n’était plus grande que celle de rejoindre son lit. Mais, un détail lui fit tenir bon, les prêtres ! Il pouvait être utile au final ! Mais avant, il comptait bien mettre les choses au clair !

- De toute façon, toi non plus tu n’es pas censé être sorti du village ! Tu es puni, c'est Guerel qui l'a dit ! Et puis, c’est mon père ! En plus, ta mère est un tyran ! J’aurais vécu l’enfer si j’étais resté… surtout après que j’ai…

Il se tut soudain, comprenant qu’il allait gaffer… Il était peut-être trop tôt pour parler à Koah de l’alcool qu’il avait versé sur son lit dans son accès de rage. Il préféra passer ça sous silence et regarda les tigres roux avant de continuer :

- Je veux venir avec toi… Si je rentre sans mon père, Guerel va me tuer… Et ta mère aussi… Je préfère largement être avec toi ou mon père qu’avec elle… Et puis je sais tirer… avec mon lance-pierres...

Il essayait de trouver les arguments adéquats, ce qui était loin d’être simple car comparé à un adulte, il ne faisait tout simplement pas le poids. Un des tigres se leva et s’enfouit dans la forêt. Il le regarda partir, emmitouflé dans la cape… Il se sentait mieux. Il avait moins froid et la présence d’un adulte chassait ses craintes. Un craquement de bois se fit entendre vers le côté, et une ombre se dessina. En fait, il s’agissait d’un homme, entouré de la tête aux pieds d’une cape noire, il tenait dans sa main un bâton, du même genre que ceux de Koah. Son visage était entièrement masqué par un foulard. Seuls ses yeux regardait attentivement les deux Lydéens, peut-être trop fixement… car aucun tomber de paupière ne venait masquer les iris blanchâtres… Il était aveugle, pourtant rien dans sa démarche n’était fait d’imprécision, il se déplaçait comme s’il voyait clairement, sans même se servir de son bâton. Il s’avança vers eux. Logan s’était mis un peu en retrait, par précaution. Une voix d’outre tombe leur parvint aux oreilles, faible, comme épuisée par le temps :

- Qui que vous soyez… Ne vous rendez pas à Hanka… pour tout l’or que pourrait vous donner Kor, n’y mettez jamais un pied avec cet enfant… n’en mettez jamais un vous-même… Croyez-en la parole d’un homme averti… votre vie serez d’autant plus en danger qu’elle ne l’est maintenant… Ils approchent de vous… Ils seront bientôt là… J’ignore qui les commande mais j’ai senti une puissance bien sombre s’abattre sur les tigres… les arbres eux-mêmes dont en crainte de quelque chose… Il est temps pour vous de quitter cet endroit… Ils vont marcher sur vous… vous capturer et vous faire subir le même sort qu’à cet homme… ce pauvre fou…

Il était tout prêt maintenant et un des tigres grogna. L’homme eut un sourire narquois et s’exclama, comme certain de ne jamais rien avoir à craindre :

- Oh toi, suppôt d’Okan, tes dents ne me font ni chaud ni froid… Je préfèrerais mille fois mourir entre tes griffes qu’entre celles de ces barbares ! Et toi qui es-tu ? Tu ne sembles ni sage ni prêtre… Il y a dans ta voix comme une volonté toute autre… N’as-tu donc pas de responsabilité pour avoir embarqué cet enfant ? S’ils te prenaient avec lui, penses-tu un seul instant qu’ils le laisseraient vivre ? Crétin !

Contre toute attente, le vieil homme donna un grand coup de son bout de bois sur le pied de Koah. Cette fois ce n’était pas la force d’un gosse de huit ans. Mais, il n’avait cherché qu’à faire mal, sans plus. Il resta les yeux immobiles, fixés sur Koah… Il ne donnait pas l’impression d’être aveugle… au contraire, il semblait percer à travers les gens, comme s’il voyait bien plus que leur corps… Logan eut un frisson dans le dos et se cacha un peu plus derrière le glaneur… qui lui devait avoir bien mal aux orteils…

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1917
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 03 - Pour une trace de Kant.   Jeu 8 Nov - 23:28

Sous la douleur qui traversa son pied, Koah Lang grimaça et retient un juron. Vieil aveugle sénile ou pas, s’il recommençait, il n’allait pas se priver de le lui confisquer son bâton. D’un pas, le glaneur recula, heurtant doucement de son dos, Logan qui semblait se coller à lui. Le silence ce fit, seulement brisé par la respiration du tigre plus loin qui regardait de ses grands yeux persans la scène.

Il n’était pas dans les habitudes de Koah de se méfier des voyageurs, même si ceux-ci pouvaient paraitre bien étranges aux premiers abords. Et pourtant, curieusement, et bien que Koah était conscient que c’était déraisonnable, le Lydéen éprouvait une certaine méfiance vis-à-vis du vieillard. C’était sans douce son discours apocalyptique qui le faisait réagir de la sorte. Qui était ces barbares qui avaient enlevé un homme selon lui ? Etait-ce Andrew ? Parlait-il des Idrazits en disant qu’ils approchaient ? Etait-il de Kabeth lui aussi ? Si oui, pourquoi parlait-il d’Hanka qui était à l’extrême sud de l’île ? Les gardiens de Kobol viendraient du nord, non ?

Koah refusait de s’alarmer tant qu’il n’en saurait pas plus. Dans sa tête, un nombre incalculable de questions voyageaient, et il était fort difficile pour lui d’y mettre de l’ordre. Tout ce dont le Lydéen était persuadé, c’était que ce voyageur ne parlait pas de Kant. Son Maître Intendant ne devait que rarement, voir jamais, s’aventurer vers Hanka, comme tous Lydéen qui se respecte. Qu’aurait-il d’ailleurs été faire là-bas de toute façon ?

« Je m’appelle Koah, et bien que cela ne te regarde pas vieillard, je me rendais avec mon garçon au cloître d'Okan. » Dit-il d’un ton neutre alors que son regard glissait sur le vieil homme pour le regarder plus en détail. Il était de bien mauvais augures, vraiment peu gai et une odeur qu’il trouvait désagréable s’échappait des fibres de sa cape noire et venait mordre ses narines. « Quels barbares ? De qui parles-tu ? Quel homme à été enlevé ? » Il secoua la tête. « Je ne comprends pas de quoi tu parles vieillard. Qui sont ces barbares ? Viens-tu de Kabeth ? Tu as vu les Idrazits ? »

Le jeune Lang glissa un regard derrière lui pour s’assurer que Logan allait bien, et ce fut pour lui le cas. Il respirait et tenait sur ses deux jambes. Koah lui accorda un sourire rassurant avant de reporter son attention vers le vagabond aveugle devant lui, attendant plus d’explications de cet oiseau de mauvais augures.

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1787
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 03 - Pour une trace de Kant.   Ven 9 Nov - 11:39

- Le cloître… Kabeth ? Idrazits ?

Il resta un instant silencieux, comme s’il venait d’apprendre quelque chose. Visiblement, il ne semblait pas au courant de la marche des géants de Kobol vers Lydée. Il commença alors à se murmurer des paroles incompréhensibles… un mélange de latin et d’hébreu… A nouveau, il voulut donner un coup de bâton sur le pied de Koah. Mais il fur stoppé par le glaneur dans son action, qui méfiant avait regardé chaque mouvement de ce type étrange. D’un geste énergique, il lui prit le bâton des mains et le tint à bonne distance de l’aveugle. Ce dernier parut outré d’un tel blasphème et dit :

- Cesse donc de dire des sottises, veux-tu ? Les Idrazits ne peuvent en aucun cas quitter le Mont Kobol… Tu crois peut-être que parce que je suis aveugle et âgé, tu peux me tromper, n’est-ce pas ? Je ne viens pas de Kabeth et je me moque royalement de ton cloître… A vrai dire, tous ces tigres pourraient me dévorer vivant que cela me serait bien égal ! Les géants ne sont en route vers nulle part, quel est le triple sot qui a bien pu te faire entrer ça dans la tête, encore un prêtre d’Okan ? A force de respirer les volutes de leurs offrandes, ils commencent donc à avoir des hallucinations !

On sentait de l’exaspération dans sa voix. Logan qui avait écouté jeta un coup d’œil rapide pour voir le vieil homme. Mais il se ravisa aussitôt lorsque les yeux blancs se fixèrent soudainement sur lui. Le fils Kant aurait juré qu’il y voyait clairement, pourtant il était bel et bien atteint de cécité.

- Et tu dis que ce gosse est le tien ? Menteur ! Vous n’avez aucune ressemblance l’un, l’autre, en réalité… J’ai entendu ce garçon mentionner son père… Tu es loin d’être aussi sage et aussi futé que les gens que j’ai déjà croisés ! Je parle des Profanateurs… ceux qui pillent les autels… ils ont l’aval de Kobol pour semer le chaos… tout ce que le Dieu leur demande, c’est de sacrifier un homme sur l’autel qu’ils pillent. Il y a deux jours, ils marchaient vers le cloître… Je les ai vus… enfin perçus mais j’ai aussi entendu la voix d’un homme qui défendait Okan comme son propre frère. J’ignore s’il se déplaçait seul mais après quelques échanges de coups… ce fut le silence total. Je suppose qu’ils ont fait comme avec les autres, ils l’ont emmené dans leur camp, au Sud d’ici, tout près de la rivière dans le bois de ton Dieu. Ce sont des fous furieux, ils pillent, tuent tous ceux qui se trouvent sur leur chemin… S’ils vous capturent à votre tour, ils vous sacrifieront sur la stèle d’Okan ! Fuyez, pauvres fous !

L’homme récupéra son bâton en un seul mouvement et il lança un dernier regard à Koah avant de se tourner pour disparaitre. Les tigres grognèrent, certains se levèrent comme pour l’attaquer mais personne ne le fit, comme s’ils avaient peur de s’en prendre à un infirme. La silhouette disparut si rapidement qu’elle leur parut n’avoir jamais existé. Décontenancé, Logan sortit de derrière Koah et dit, craintif :

-Comment il a fait ? Pour voir que je le regardais ? Et comment ça se fait qu’il ait pu approcher ces profanateurs sans se faire attraper, lui ? Il fait froid dans le dos… Tu crois que papa s’est fait prendre par ces gens ? Si on allait au Temple… ce n’est pas rassurant par ici…

Ils lançaient des coups d’œil furtifs là où l’homme avait disparu. Il ne voulait pas une seule seconde rester ici. Pourvu que Koah soit d’accord avec lui et qu’ils déguerpissent…

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1917
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 03 - Pour une trace de Kant.   Ven 9 Nov - 14:30

Médusé, Koah Lang mit un instant avant de retrouver ses esprits après le départ subit du vieillard. Des Profanateurs par ici ? Cette idée lui glaçait le sang et redressait les poils de son épiderme plus que le comportement quelque peu troublant de l’aveugle. Chaque bruit de la jungle lui faisait désormais regarder avec attention dans la direction dont il provenait. Koah s’attendait presque à voir surgir à tout instant une tête cachée sous un masque de demi-crâne édenté.

« Je ne sais pas comment il fait, bonhomme. » Murmura-t-il d’une voix qu’il s’efforçait de paraitre rassurante. « Mais je suis certain que ce vieux fou ne parlait pas de ton père. N’est-il pas un chasseur chevronné ? Crois-tu qu’il se serait laissé facilement capturé par quelques stupides et maudits Profanateurs ? Moi je ne crois pas. Ton père pourrait prendre la place de Dolgan s’il le voulait. D’ailleurs, Gurkan m’a parfois vanté ses mérites de combattant qu’il lui enviait presque. »

Bien sûr, Koah n’était pas totalement convaincu lui-même de ce qu’il disait, mais il était préférable de bercer Logan d’illusions pour l’instant, tant qu’il n’en saurait pas plus. Les Profanateurs, ces fanatiques de Kobol n’étaient pas connu pour être de tendres guerriers compatissants hélas, et plusieurs fois, ils avaient réussit à mener la vie dur à des guerriers Lydéens. L’idée que Kant puisse être entre ses mains à cet instant, lui était pénible.

Que faire ? Koah resta là un moment à considérer successivement les deux bouts du chemin. Soit, il se rendait au cloître afin de s’assurer que tout le monde allait bien, soit, il retournait le plus vite possible à Lydée apporter la nouvelle que des Profanateurs pillaient les autels de la région, et que ceux-ci détenaient sans doute un Lydéen. Même s’il devait porter un Logan fatigué sur ses épaules sur le chemin du retour, Koah le ferait. Ses yeux marron-vert regardèrent deux tigres roux - qui s’étaient rapprocher du bord du chemin - avec l’espoir sans doute absurde que ceux-ci lui indique la bonne voie à suivre. Le jeune homme aurait donné n’importe quoi pour avoir Gurkan à ses côtés. Lui au moins, aurait tout de suite prit la bonne décision.

Soudain, il trancha une décision. Koah devait savoir s’il manquait quelqu’un au cloître. C’était plus fort que lui. Son père… est-ce que son père allait bien ? Et ses amis ? Le glaneur rafla rapidement Logan du sol pour le porter dans ses bras, et d’un pas rapide s’éloigner vers le cloître. L’envie de s’assurer que les siens allaient tous bien, que son père et les autres prêtres répondaient tous à l’appel fut plus grande que celle d’aller avertir Lydée d’un danger potentiel, qui – il en était quasi certain – n’aurait pas été prit en compte par le Conseil de Lydée.

A grand bruit, Koah marchait d’un pas très rapide, faisant de grand pas sur le chemin détrempé. Plus d’une fois, il manqua de déraper dans la glaise, mais il réussit toujours à se maintenir debout avec Logan. Une terrible sensation déraisonnable s’était emparée de son être. Il répugnait de croiser depuis toujours la route des Profanateurs. Il en avait toujours eut peur lorsqu’il était enfant, et aujourd’hui encore, il éprouvait une terrible aversion pour eux. Koah ne pouvait comprendre qu’on puisse se complaire à dépouiller les dieux de leurs biens et de les insulter ouvertement. Pour le glaneur, c’étaient des gens maudits, des pestiférés qu’il ne fallait pas croisés, touchés et à qui on ne devait jamais adresser la parole, ni le moindre regard.

A ce rythme là, le cloître n’était plus très loin, à peine à une vingtaine de minutes, si pas moins. Les tigres roux le regardèrent effaré par son passage mais ils ne firent rien. Enfin, Koah aperçu la fumée blanchâtre du cloître s’élever au loin, en contrebas de la longue pente boueuse, caché par d’épais arbres. Le sommet d’un pavillon de pierre au toit incurvé se dégageait de la cime des végétaux, et déjà, le cœur de Koah ne fit qu’un bond dans sa poitrine. Il allait enfin retrouver son cloître, son chez lui, là où il avait été élevé, là où il avait passé la plus grande partie de sa vie. « Nous y sommes presque. » Dit-il à Logan le souffle court. « Désolé de te porter comme un enfant, mais comprend que plus vite on sera en sécurité au cloître, et mieux cela vaudra. »

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1787
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 03 - Pour une trace de Kant.   Dim 11 Nov - 1:21

Logan ne voyait de toute façon aucun inconvénient à ce que Koah le porte, bien au contraire, cela lui permettait de se reposer. Il n’était pas tranquille non plus, sone estomac se nouait dès qu’il entendait un bruit… Il aurait bien aimé croire le glaneur mais pourtant il ne pouvait s’empêcher de trouver la présence de cet aveugle comme étrange… Le fils de Déjanire avait parlé des signes d’Okan, le seul à vrai dire qui puisse les orienter sur la trace d’Andrew. Mais bon, la fierté aidant il était d’accord avec son porteur, son père ne serait jamais assez faible pour tomber sous les assauts de profanateurs ! Impossible… Quoique… il avait des doutes, une impression de louper quelque chose… Il se laissa donc emporter par Koah et sans vraiment protester. La seule possibilité qu’il voyait pour ne pas paraître ingrat c’était tout simplement de demander au jeune Lang de la reposer à terre, histoire de le défaire d’un poids qui normalement aurait du dormir dans son lit.

- Merci… mais, tu vas t’épuiser, je peux marcher ou courir aussi vite que toi, s’il le faut. Je bats toujours Ylang à la course ! Il est peut-être plus fort que moi mais il est aussi plus bête et moins adroit. Moi je dis que cet homme fait peur… trop pour qu’on le suive… en plus, comment il peut savoir tout ça et être toujours en vie, il avait l’air d’un type à qui personne ne vient jamais chercher d’embrouilles… un peu le genre Letor… mais en plus moche…

Il sauta des bras de Koah et ils continuèrent à marcher jusqu’au cloître. Logan suivait bien le rythme et il avait bien entendu la motivation nécessaire pour ne pas rechigner ou marmonner. En fait, il était plutôt satisfait. Parcourir la jungle n’avait pas été de tout repos, durant toute la nuit mais maintenant, il avait en prime Koah ! Le glaneur pourrait le protéger, il pouvait discuter avec lui… Mais le glaneur voyait-il els choses ainsi ? Il venait d’hériter du fils de son Maître Intendant, un moulin à question et un sang chaud ! Impossible de méprendre sur ses liens de parenté. Mais Logan avait soudain une crainte et il stoppa net. Il regarda Koah, du haut de son petit mètre dix et lui demanda, avec un air méfiant :

- Dis… j’espère que tu ne vas pas me laisser en compagnie des prêtres… je ne veux pas rester avec eux… Ton père va demander à ce que l’on me ramène chez moi… et Déjanire ne va pas me louper… alors que si on revient avec mon père, elle n’osera pas trop me toucher… s’il te plait ! Je refuse de continuer si tu ne me promets pas de te garder avec toi… Je veux t’aider… et puis, ton père ne risque pas d’être en colère que tu n’aies pas respecté ta punition ? Je sais que le mien n’aime pas quand je ne l’écoute pas…

Il avait peut-être touché un point sensible. En tout cas, il était déterminé à rester avec le glaneur, qu’il aimait bien plutôt qu’avec des prêtres… Et il surenchérit :

- En plus, si le vieillard a dit vrai, il est probable que les prêtres se fassent agresser par ces profanateurs… et ils pourraient très bien me capturer… au pire les capturer eux et me laisser seul à la merci des animaux sauvages… ce serait plus sécurisant que je reste avec toi non ? Et si papa est tombé dans une grotte et qu’il y a eu un éboulis, je pourrais bien être le seul à me faufiler pour le sauver…

Il y avait une chose de certaine, c’est qu’il ne serait jamais à court d’arguments et vu le nombre de mots qu’il arrivait à dire, il ne lâcherait pas l’affaire facilement, loin de là. Il était à cinq minutes à peine du cloître et Logan espérait que Koah dirait oui et qu’il allait le prendre avec lui. De toute façon, il pourrait toujours s’échapper… et il aurait alors une bonne raison de se venger de cette double trahison ! Foi de Kant ! Soudain une voix de femme les fit sursauter.

- Quoi que vous fassiez tous les deux... vous ètes dans le pétrin... Koah, je doute que ton père soit aussi indulgent qu'avec Logan... quoiqu'il en soit, il est un proverbe unique que Cheera a mis en place dès la création de notre communauté... Chacun paie ses erreurs, un jour ou l'autre...

Il s'agissait d'Helen, une des prêtresse du cloître d'Okan, à vrai dire la seule femme... Elle était calme, maternelle mais dans son ton, on y lisait une pointe d'amusement... mitigé... Elle était sérieuse et semblait en pleine forme. Elle regarda les deux hommes avec une pointe d'ironie et dit à Koah :

- Je ne crois pas que te rendre dans le lieu de travail de ton père va arranger ton cas, je pense que tu devrais plutôt me dire ce que tu fabriques ici avec le fils d'Andrew... et ce qu'il se passe avec son père... Logan, tu parles si fort que même ce sourd de Théodore pourrait t'entendre !

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1917
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 03 - Pour une trace de Kant.   Lun 12 Nov - 13:05

Koah Lang dû hélas à contra cœur admettre que Logan était loin d’être à court d’arguments. Il était évident que quoiqu’il puisse entreprendre pour le laisser dernière lui, le fils Kant était bel et bien décidé à le suivre, et peu importe les conséquences. Mais même s’il pouvait lui être d’une grande aide, c’était bien trop dangereux de l’emmener. Avait-on idée d’embarquer un enfant pour crapahuter avec lui dans la jungle ? Surtout avec ces profanateurs qui sillonnaient la région.

Non, Logan pouvait insister tant qu’il voulait, d’une façon ou d’une autre, il ne viendrait pas. S’il lui arrivait malheur, Andrew ne s’en remettrait pas. Il avait déjà perdu sa femme, alors perdre son fils l’achèverait certainement… et de plus, Koah n’avait nullement l’envie d’être responsable du futur accident qui se profilait à l’horizon.

« Helen ! » S’étonna-t-il d’une voix puissante alors que la femme s’approchait d’eux. Koah n’aurait jamais crû être aussi heureux de la voir débarquer. Si Logan n’aimait pas sa mère Déjanire, il n’en devait pas être autant pour Helen. Koah le laisserait à cette femme… même s’il doit l’enchaîner à elle.

« Je… je… je suis désolé d’être ici malgré votre mise à l’écart. Mais je n’avais pas trop le choix. Andrew Kant a disparu depuis plusieurs jours. Personnes ne sait où il se trouve. Nous commençons sérieusement à nous inquiétez là-bas. Surtout que Boric ne semble pas vouloir envoyer quelqu’un à son secourt. Et notre inquiétude grandit d’autant plus qu’il paraitrait que les Idrazits marchent vers Lydée, et qu’il y a - semble-t-il - des profanateurs dans la région. »

Le jeune Lydéen avait dit cela d’un souffle, sur un ton quelque peu dramatique, et soudain, il redevenu calme, limite respectueux. Koah baissa la tête en signe de dévouement et de respect envers cette femme qui lui était supérieur dans la hiérarchie du cloître. Oui, Koah savait qu'il n'avait pas à être là, mais il devait l'être, il le savait, il le sentait au fond de lui-même. Peu importe les conséquences, il accepterait sans broncher les punitions des prêtres qui tomberaient cinglantes. « Ecoutez Helen, je suis venu au cloître conscient que j’enfreignais les règles. Mais j’ai besoin de faire une offrande à Okan pour lui demander son aide, et j’ai également besoin de savoir si vous autres les Prêtres, n’avez pas une idée de l’endroit où Andrew pourrait avoir décidé de chasser ces derniers jours ? Je sais, j’aurais très bien pu retourner à Lydée quérir ces informations, mais le cloître n’était pas loin. »

Rapidement, Koah prit la main de Logan et le fit s’avancer vers elle. « Au fait, Helen ? » Il maintenu fermement le poignet du fils Kant, conscient qu’il pourrait très mal prendre ce qu’il allait dire, et surtout, qu’il pourrait s’échapper. « Ne pourriez-vous pas vous occupez de Logan ? Il ma suivit alors que je l’avais laissé aux bons soins de ma mère. Il n’est pas question qu’il me suive à travers la jungle. Quoiqu’il puisse en dire ou en penser, et peu importe les futurs foudres qu’il voudrait abattre sur moi personnellement, la jungle est bien trop dangereux pour lui. C’est un garçon bien trop précieux pour Lydée, et pour son père pour qu’il ne court des risques insensés. »

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1787
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 03 - Pour une trace de Kant.   Lun 12 Nov - 16:01

Helen le regarda d’un œil ferme, sévère presque celui de sa mère et ajouta :

- Tu as donc jugé bon de te dévouer toi-même… surement dans le but de te faire bien voir de ton Maître-Intendant… Malheureusement, je n’ai pas vu Andrew Kant ici depuis plus d’une semaine et je n’ai aucune idée de l’endroit où il peut chasser en ce moment... C’est un bon chasseur qui néglige parfois un peu trop les prières qu’il faut adresser au Dieu Okan. De plus, si tant est que tu veuilles réellement connaître ce qu’il est advenu de lui, je te déconseille vivement de te rendre au cloître… ou, si tu y pénètres, de te faire repérer… Les hauts prêtres sont déjà furieux contre toi et ils n’hésiteront pas à proposer des mesures très strictes à ton père. Je te conseille donc deux solutions… ou de rentrer comme un voleur, ou alors d’envoyer quelqu’un.

Elle marqua une pause en posant ses yeux sur Logan qui n’avait pas bougé. En fait il réfléchissait au choix qu’il devait faire, rester avec cette femme qui lui semblait douce et gentille ou s’enfuir. Helen regarda à nouveau le glaneur et visiblement semblait plutôt inquiète tout à coup. Elle articula :

- Ainsi les signes étaient donc vrais… Les signes du Dieu se font de plus en plus sombres… Hier soir, lors de nos offrandes, nous avons pu distinguer des évènements fort étranges… Comme si Okan nous prévenait de le protéger lui et ceux qu’il aime… Si tu dis que les Idrazits sont en route vers Lydée, alors, tout ceci aurait un lien. Quant aux profanateurs, je n’en ai guère entendu parler, cela fait des décennies qu’ils ne sont pas venus ici… Et la dernière fois qu’ils l’ont fait, les tigres roux les ont dévorés un par un. Si j’en crois ce qu’ont dit nos éclaireurs, Okan a été si furieux de ce manque de respect, qu’il les a rendus aveugles. Depuis, ils errent un peu partout sur l’île en semant la discorde... Ils attaquent peu les voyageurs, donc Andrew n’aura certainement pas disparu à cause d’eux.

C’est à ce moment précis que les dents de Logan se plantèrent dans la chair plutôt tendre de Koah. Le garçon y mit toute la force de sa mâchoire ce qui ouvrit quatre plaies plutôt douloureuses. Du sang s’en échappa et surpris à la fois par ce geste et la douleur, le glaneur lâcha la main du fils Kant qui détala vers les buissons. Mais il tomba rapidement sur le sol, sous le poids d’un tigre roux. Helen resta de marbre et attendit que l’animal traîne l’enfant jusqu’à elle. Elle n’avait pas peur qu’il le dévore et affichait même un sourire plutôt amusé. Lorsque Logan fut tout proche, le tigre le lâcha et repartit vers la forêt en ronronnant. Le jeune garçon était bien trop choqué par ce qu’il venait de vivre… il avait cru un instant qu’il allait se faire dévorer. Helen le regarda de ses yeux verts perçants et lui dit :

- Un instant, j’ai pensé que tu voulais t’enfuir Kant… pour aller où dis-moi ? Tu comptais peut-être te rendre tout seul dans la forêt pour libérer ton père ou le retrouver ? Et bien entendu… tu pensais que nous allions rester là à te laisser faire. Regarde ce gros félin là-bas… c’est une partie de l’esprit d’Okan, ton Dieu… et il refuse que tu quittes le cloître pour mettre ta vie en danger. Pour cela laisse plutôt faire l’expert en matière qu’est notre petit Koah ! Tu peux être sur qu’il te le ramènera… mais à la rigueur, je préfèrerais que tu t’en tiennes à ne plus le mordre… il a besoin de ses deux mains. C’est étrange Koah mais j’ai l’impression d’avoir déjà vu ce genre de réaction quelques part, chez quelqu’un que tu connais très bien…

Elle montra alors une fine cicatrice sur son bras au glaneur qui devait probablement se remémorer la façon indigne dont il la lui avait faite ! Logan ne put supporter cet échec en la regardant de face et il commença alors à bouder. Il n’allait pas s’excuser ! Koah l’avait trahi encore une fois et en plus il avait le soutien d’Helen… quelle injustice ! Il en aurait presque pleuré s’il n’y avait pas eu ce tigre et son assaut qu’il n’avait vraiment pas vu venir. Il marmonna quelque chose d’incompréhensible et laissa Helen reprendre sur un ton serein :

- Okan protège ses chasseurs, surtout quand ils sont plutôt beaux blonds. Mais, pour une raison que j’ignore, je ne peux m’empêcher d’y réfléchir aussi. Ce n’est pas dans ses habitudes de partir pour une longue chasse sans passer par le cloître… j’espère qu’il ne lui est rien arrivé de grave. Tu vas peut-être trouver ça étrange de ma part mais je vais t’éviter les ennuis et faire les offrandes à ta place. Ainsi personne n’aura eu vent que tu as quitté Lydée. Et puis, il est des moments où il faut savoir oublier… Je te laisse avec Logan, inutile de le tenir… je doute qu’il réitère son initiative.

Il n’y avait rien de menaçant, c’était juste un constat. Elle adressa un clin d’œil au glaneur et partit vers le Cloître. Logan n’ouvrit pas la bouche, il était doublement déçu. Et l’idée même d’être seul avec celui qu’il avait mordu d’une façon indigne d’un lydéen lui tournait le ventre. Le tigre quant à lui, s’était couché paisiblement, non loin, à l’abri d’un arbre. Le ciel était dégagé et le soleil commençait à faire ressentir une chaleur naissante, plutôt douce et agréable.

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1917
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 03 - Pour une trace de Kant.   Lun 12 Nov - 19:04

Il y avait des phrases qui blessaient plus que d'autre, et Helen lui en avait servie une sur un plateau d'argent. Le regard vide, Koah se laissa tomber en arrière sur une souche d’arbre, les coudes appuyés sur ses genoux, la tête baissée et les doigts malaxant sa chaire mordue pour faire partir la douleur.

Tout semblait être devenu une évidence. La conviction profonde qu’il l’animait jusqu’à maintenant et qui lui certifiait qu’il pourrait retrouver Andrew Kant s’était envolée, laissant place à un flot d’incertitude derrière elle. La douleur de la morsure de Logan lui paraissait bien lointaine et futile… comme l’était sa propre vie. Helen avait touché un point sensible en disant qu’il ne faisait cela pour se faire bien voir de son Maître Intendant.

En quelque sorte, c’était vrai, et cela n’avait aucun sens. Koah ne s’était pas lancé à la recherche de Kant par pure altruisme, non, mais par simple égoïsme. Son désir de prouver qu’il n’était pas ce que les Lydéens pensaient de lui l’avait aveuglé jusqu’à maintenant. Et le résultat était à la hauteur des médisances des Lydéens. A cause de lui, Logan s’était aventuré seul dans la jungle et courait encore maintenant un risque insensé. Il était temps que tout cela cesse.

Mais pour qui se prenait-il ? Pourquoi lui, simple glaneur et piètre religieux serait capable de retrouver Kant dans l’immensité de la jungle ? Là où les plus expérimentés des fervents serviteurs d’Okan n’y arriveraient pas en une seule journée ? Koah n’était pas sa place sur ce chemin, et il le savait. Il avait prit la route pour de mauvaises raisons. Juste pour prouver qu’il était différent. C’était à mourir de rire.

Aussi fort qu’il avait sentit le besoin de s’élancer à la recherche d’Andrew, Koah ressentit le besoin de fuir, de se terrer là où plus personne ne viendrait le déranger, se moquer de lui ou tout simplement, communiquer avec l’être idiot et déraisonnable qu’il était. Au moins, il était soulagé de ne pas savoir Andrew entre les griffes des profanateurs. Piêtre consolation, mais consolation quand même. On s'accrochait à ce qu'on pouvait dans ces cas là. Et Koah était prêt à s'agripper à la moindre parselle de réconfort. Le vieux fou aveugle avait dû leur raconter l'histoire de l'homme enlevé pour les amener près d’Hanka où ils se seraient sans doute faits kidnappés par des marchands d’esclaves errants. Et dire qu'il avait hésité à suivre cette voie indiquée... quel con !

Silencieux depuis plusieurs longues minutes, Koah laissa finalement glisser son regard vers Logan. Il se sentait honteux de lui avoir laisser croire qu’il pourrait retrouver son père. Ce n’était pas des choses qu’il pouvait se permettre. C’était plutôt ce que pouvait promettre Gurkan. Comme le guerrier lui manquait aujourd’hui. Koah se demandait ce qu’il pouvait être entrain de faire. Si Boric l’avait envoyé en reconnaissance vers Kabeth. S’il s’inquiétait de sa disparition ? A l’heure actuelle, quelques Lydéens devaient déjà être au courant qu’ils avaient Logan et lui disparu. Raison de plus pour ne pas traîner par ici Koah ! Bon sang, plus les minutes passent, et plus tu t'enfonce dans ta bêtise.

Soudain, Koah bondit et s’approcha de l’enfant qui boudait en silence dans son coin. D’une voix résigné, le glaneur lui dit en lui tendant une main :

« Nous n’avons rien à faire ici, Logan. Nous retournons de ce pas à Lydée. Je demanderais à Gurkan de retrouver ton père. Gurkan, c’est quelqu’un de bien, sûr qui on peut compter. Et si cela ne suffit pas à retrouver ton père, je convaincrais Dolgan. Il m’écoutera et Boric l'écoutera lui aussi. » Il le regarda sincèrement désolé. « Je n’aurais jamais dû te laisser croire que j’y arriverais seul, bonhomme. Je n’ai pas l’étoffe des héros. Je ne suis pas ton père, Gurkan ou Lokan. Mais malgré toute mon incompétence, je suis certain d’une chose : ton père va bien. »

Résigné, Koah se détourna de l’enfant et s’éloigna sur le chemin détrempé, conscient qu’il faisait là l’une des rares choses raisonnables de toute sa vie. Le choix, Logan ne l'avait visiblement pas encore une fois. Le chant des oiseaux s'élevait gracieusement et joyeusement dans les airs, tranchant en contraste avec l'amertume des deux Lydéens.

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1787
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 03 - Pour une trace de Kant.   Mar 13 Nov - 12:37

- Pourquoi tu abandonnes ? C’est parce que je t’ai mordu ? Je l’ai fait exprès mais pas parce que je voulais que tu arrêtes… Je ne voulais pas te faire mal à l’âme, tu sais… Gurkan se moque de mon père, il est plus occupé par les directives de Boric… tu es le seul qui ait voulu le retrouver, même si Guerel a été obligé de rester, je suis sûr qu’il aurait aimé partir avec toi. Je ne t’ai pas écouté, c’est vrai, j’ai été méchant mais, je ne voulais pas te faire du mal… Je voulais juste t’accompagner même si je sais que tu aurais dit non tout le temps… Comme tous les adultes…

Il ne savait pas trop pourquoi le glaneur changeait précipitamment d’avis. Il se sentait coupable… peut-être que le fait qu’il l’ait mordu y avait été pour quelque chose… A vrai dire il n’en savait rien et ne voulait pas suivre Koah. Il resta là, sur le chemin, à le regarder de dos. Mais, le tigre roux, lui, avait déjà bougé et s’était assis au milieu du chemin, ses yeux d’or fixés sur les deux personnages. Il était bien décidé à ne pas les laisser passer… il émit un grognement sourd et coucha un peu les oreilles. Logan dit alors d’une voix résignée :

- Si nous rentrons à Lydée, j’aimerais bien que tu ne prennes pas cela pour toi… Je dirais que je m’étais enfui à la recherche de mon père et que tu as voulu me ramener au village. Mais je t’ai mené la vie dure… je te dois bien ça, pour avoir essayé… Avant de partir, j’aimerais savoir… tu sais… pour mon père… Je vais attendre le retour d’Helen… s’il va bien, je serais fixé par les signes qu’Okan lui aura donnés. Si je ne peux pas aller avec quelqu’un pour le retrouver, je préfère au moins savoir comment il va.

Et il resta planté, là, à attendre le retour d’Helen. En fait, il ne laissait pas tellement le choix à Koah. Il souhaitait savoir, tout simplement. Et puis de toute façon, le tigre roux montrait les dents dès que le glaneur s’approchait trop, ce qui le forçait à reculer un peu. Logan aurait eu la sensation désagréable d’être pris au piège, s’il n’y avait pas eu ce regard désolé dans l’animal. Après ce qu’il venait de vivre, il n’aurait de toute façon pas pu défier l’esprit d’Okan. Si Koah voulait piquer un sprint à travers la forêt, ce gros félins à ses trousses, tant mieux pour lui… le fils Kant avait assez donné. L’attente dura plus de trente minutes et le jeune garçon allait se résigner à partir lorsqu’il vit Helen s’approcher. Elle ne souriait pas et se contenta de dire, d’un ton qui trahissait son inquiétude :

- Je vous que vous ne vous êtes pas entretués… C’est bien, vous semblez faire des progrès en maturité. Koah… je crains que vos craintes ne soient fondées… Les signes d’Okan sont plutôt de mauvais présage. Cependant je n’ai rien pu apprendre de la position où il se situait, j’ai juste pu déchiffrer qu’il était en mauvaise santé… et qu’il ne pouvait rejoindre Lydée. Il est donc immobile soit à cause de ses blessures, soit à cause de ceux qui les ont déclenchées. Okan dit aussi qu’il s’éteint… il faut le retrouver au plus vite… et pour cela, vous aurez besoin de suivre un autre signe… oui Koah… Logan doit venir avec toi… il te sera très utile et Okan le protège. Cela me parait tout aussi fou mais il le faut, je n’ai pas pu saisir encore pourquoi le Dieu tient tant à ce que tu ne te sépares pas de lui.

Logan en sauta littéralement de joie et il ne put s’empêcher d’arborer un sourire satisfait. Il était obligé par Okan à suivre le glaneur ! Il se dit qu’il fallait peut-être surenchérir, ce qu’il fit, non sans un pointe de fierté :

- Il ne faut pas s’opposer aux Dieux ! Si Okan dit que je serais utile, alors il a raison ! Je DOIS venir !

Helen leva les yeux au ciel, inquiète. Pour l’instant, rien n’était décidé, Koah pouvait aller à l’encontre du Dieu Okan, soit en laissant Logan au cloître, soit en rentrant à Lydée. Mais la prêtresse lui avait également comprendre, qu’il était le seul à pouvoir intervenir rapidement. Il fallait qu’il agisse, lui, car lorsque els autres le feraient, il serait trop tard. Le tout était de savoir où chercher. Logan se posait la question, et il jeta un œil alentour. C’est à ce moment que le tigre se déplaça, tranquillement vers la forêt, vers l’arbre sous lequel il s’était placé, direction plein nord. Logan dit alors, surexcité :

- C’est le tigre ! Le signe ! Il faut le suivre.

La femme regarda un instant l’animal et posa ses yeux sur Koah. Elle s’approcha de lui et tandis que le fils du Maître Intendant paraissait tout content de voir sa découverte, elle lui murmura à l’oreille.

- Je crains que tu ne doives le garder avec toi… mais vous avez la protection d’Okan, enfin il l’a… Fais attention à toi. J’espère que vous le retrouverez… avant qu’il ne soit trop tard. Les signes sont clairs, s’il n’a pas été découvert avant la tombée de la nuit, Logan sera orphelin… J’aimerais beaucoup venir avec vous mais ma place est ici. Ne vous égarez pas en route… Je suis certaine que tu y arriveras, il le faut… sinon Lydée tombera. Les Idrazits sont bien en marche vers nous. J’ai demandé à Okan qu’il me livre ce qu’il viendrait à se passer si Andrew mourrait… La réponse a été claire : le cloître sera détruit et un déferlante de chaos s’abattra sur nous… puis ce sera au tour de Lydée. Et enfin du Temple… La nuit de la Lune Rouge n’est rien comparée à ce qui se trame. Koah, tu as mon soutien, retrouve Kant. Je tairais notre rencontre, si tu y parviens, tu auras sauvé plus de vies que n’importe quel Qwels averti.

- On y va ? Il a presque disparu !

Logan s’approcha un peu plus pour mieux distinguer le tigre. Helen demanda alors à Koah :

- Les signes disent qu’il aura son utilité en temps voulu… mais néanmoins, tu as toujours le choix de le laisser ici. C’est comme tu voudras, mais fais le bon choix pas pour toi, pour Lydée.

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1917
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 03 - Pour une trace de Kant.   Mar 13 Nov - 19:25

Koah Lang ne put s’empêcher d’insulter quelques longues minutes le tigre roux lui barrant la route. Il le somma de le laisser passer, mais le félin ne bougea pas d’un poil, se contentant de le menacer de ses crocs lorsqu’il s’approchait un peu trop près. Résigné, Koah se laissa tomber en arrière sur une grosse pierre, le visage renfrogné. Durant la demi-heure qui suivit, le jeune homme ignora superbement Logan, se contentant en boudant de lancer des petits cailloux dans une flaque d’eau en essayant de les faire ricocher.

Lorsqu’Helen réapparu, il se releva d’un bond et l’écouta attentivement, la mine sinistrement posée sur elle. La nouvelle lui tomba sur le coin de la gueule comme une bombe. Koah Lang n’en revenait pas. Non seulement, il devait se coltiner Logan, mais en plus celui-ci avait la protection d’Okan. Un lourd poids lui tomba sur l’estomac et une sensation indescriptible l’envahit, faisant rougir le haut de ses oreilles.

Le jeune homme aurait bien voulu hurler son mécontentement, mais il ne le fit pas, trop estomaquer pour réagir. Aucun mot ne semblait vouloir sortir de ses lèvres. C’était dégoutant ! Odieusement dégoutant ! Sans un mot pour Helen qu’il salua distraitement d’un signe de tête dédaigneux, il s’éloigna les yeux posés meurtrier sur l’enfant qu’il suivit à travers la jungle. « … mais vous avez la protection d’Okan, enfin il l’a… enfin il l’a… enfin il l’a… enfin il l’a… enfin il l’a… » Inlassablement, une voix dans sa tête tournait en boucle cette phrase qui soulignait l’incroyable indifférence d’Okan pour sa petite personne.

Silencieux dans sa marche, Koah Lang comprit alors que le poids qui pesait sur son estomac était le fardeau de la jalousie qu’il éprouvait. C’était une amertume tenace. Pourquoi lui, dévoué à Okan depuis sa naissance, il n’avait pas droit à la protection de son dieu ? Ne l’avait-il pas mérité ? Etait-il trop prétentieux ou orgueilleux de penser que s’il y avait bien quelqu’un digne de recevoir la bénédiction d’Okan, c’était lui, et non le fils Kant ? Bon sang ! C’était lui le fils du Grand Prêtre à qui on avait volé dès sa naissance son existence, non ? Etait-ce trop demander qu’Okan, le Grand Okan, Maître de la Nature sauvage et des Animaux, daigne un tantinet baisser les yeux sur lui ? Qu’il lui accorde un minimum d’attention ? Un iota d’estime ?

Koah avait conscience que l’histoire qu’il avait raconté à Logan du petit cerf de bois perdu dans la grande vallée et retrouvé le lendemain, tendait plus de la chance que du miracle divin. Okan ne l’avait jamais vraiment aidé. Mais le jeune homme préférait se bercer d’illusions. Il préférait croire qu’Okan l’aimait. Qu’Okan le chérissait, et qu’il attendait simplement le bon moment pour lui apparaître ou lui venir en aide. C’était beaucoup plus facile de croire cela que de réaliser tristement qu’il avait sacrifiée vingt-six années de sa vie à un Être Divin pour qui, il ne comptait pas ou pire, n’existait pas.

Pourtant, malgré ces douloureuses constatations, son éducation prit le dessus, enfouissant à grands coups de déraison ces amers ressentiments. Il n’avait pas le choix apparemment. Andrew Kant avait besoin de son aide. Sa vie était en jeu, et le Destin de Lydée étroitement lié à elle. Koah ne se sentait pas capable maintenant qu’il savait de quoi il en retournait, de le laisser à son triste sort. Bien, si Okan avait choisi Logan comme « élu », s’il devait sauver Andrew pour épargner Lydée, il l’accompagnerait. Mais Ô Grand jamais plus, le jeune Lydéen ne se tournerait vers la divinité qu’il avait priée depuis le début de sa vie. Ce coup qu’il ressentit comme un abandon renforçait le puissant sentiment d’envie d’évasion du jeune homme.

Loin ! Loin il partirait, il en était plus qu’intimement persuadé. Dès la fin, dès qu’il en aurait l’occasion, une fois qu’il aurait retrouvé Kant et que Lydée serait sauvé, Koah s’en irait, reniant son village, Okan et vingt-six années de vie à subir ce qu’il n’avait jamais désiré.

Sa conscience ne faisait ressortir que toutes des pensées qu’il avait mainte fois eut par le passé. Etait-ce la faim qui le faisait agir ainsi ? Peut-être qu'elle emplifiait un peu le phénomène, mais à cet instant précis, ses pensées avaient l’amer goût de la trahison. Torsha s’était insinuée en lui, se lovant dans son cœur et obscurcissant sa raison. C’était une trahison qu’il ressentait et qui obsédait son cœur. Inlassablement, une petite voix dans sa tête lui murmurait qu’il n’était rien, qu’il n’avait jamais été quelqu’un qu’on aimait à Lydée, et qu’il devait se rendre à l’évidence qu’il était seul, abandonné par tous, même par Okan.

On lui avait imposé vingt-six années d’asservissement à ce dieu qui n’en avait royalement rien à faire de lui. Aveuglé par la rancune que Torsha faisait glisser dans ses veines, Koah lutait pour ne pas hurler sa rage, pour ne pas blasphémer à outrance. Koah était certes en colère, mais pas au moins de suivre une voie digne des Hankiens, ou des profanateurs. Et puis, vint l'instant de culpabilité, l'instant où il se dégoutait lui-même. Il était incroyablement égoïste. Alors que Kant et que Lydée étaient tout deux en danger, il ne pensait qu'à lui, qu'à son petit égo blessé, qu'à son humiliation ! Quel enfoiré !

Sans un mot, le Lydéen marchait derrière Logan, s’efforçant de paraitre naturel. Ses yeux étaient plantés sur le tigre. Il refusait de regarder Logan. Il refusait d’admettre qu’il était plus précieux aux yeux d’Okan qu’il ne l’était lui-même aux yeux du dieu qu’il aimait. Décidé à se terrer dans son mutisme, le glaneur ne répondait que par des « hm, hm » ou des hochements de tête, et ce, peu importe ce que pouvait dire l’élu d’Okan, et le temps écoulé.

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1787
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 03 - Pour une trace de Kant.   Mer 14 Nov - 12:35

Pendant qu’il marchait, Logan ne faisait pas trop attention au comportement de Koah. Il était clair, qu’il lui en voulait pour la morsure… en enfant crédule, il ne voyait pas la jalousie que le glaneur ressentait pour lui. Pourtant, il n’avait rien d’un élu, il n’était pas très courageux, il avait besoin du fils de Déjanire pour survivre… et en plus, il avait peur de ce qu’il allait découvrir. Le tigre marchait paisiblement devant eux. Le fils Kant parla alors avec une voix timide :

- T’es fâché ?

En toute réponse, il eut un hochement de tête, un non. Pas très intéressant comme réponse… surtout qu’il aurait bien aimé pouvoir discuter avec lui. De toute sa petite vie, il n’avait pour l’instant jamais pu partir à l’aventure et il se sentait fier d’avoir le glaneur à ses côtés. Leur marche vers le nord continua, pendant une bonne demi-heure, puis, le tigre dévia vers l’est, s’enfonçant un peu plus dans la jungle lydéenne. Mais alors qu’il marchait plutôt content, Logan trébucha lourdement sur une racine. Il tomba à plat ventre sur le sol, avant même d’avoir compris ce qu’il se passait. Lorsqu’il se releva, il s’aperçut qu’il saignait du genou. Il avait honte de s’être étalé comme ça devant Koah et il lui dit alors :

- Si on restait au même niveau, pour marcher ?

Et il se mit juste à côté. Il ne savait quoi dire sur l’attitude du glaneur. Il sentait bien la froideur de son regard… comme si soudain il le détestait. Il était crédule… il pensait toujours que c’était à cause de sa morsure. Il examina la main du glaneur, elle avait cessé de saigner et on pouvait voir les marques de ses dents. Il savait que ce qu’il avait fait était très mal mais lorsqu’il voulut parler, il vit que Koah l’ignorait superbement bien… Il avait un goût amer dans la bouche, qui lui rappelait sa culpabilité… Il cessa donc de regarder cette attitude indifférente que lui affichait le glaneur et alors qu’il se demanda ce qu’il pouvait bien avoir fait de si mal pour mériter une telle chose, le tigre roux bifurqua soudain sur la gauche, en courant. Le glaneur ne l’avait pas quitté des yeux et il accélérait déjà à sa suite. Seulement… il ne vit pas la même chose que Logan. Le garçon eut la sagesse de tourner la tête vers la gauche et ce qu’il vit le glaça sur place.

Un homme avait un fusil braqué sur Koah. Il ne semblait même pas se soucier du fils Kant. Un hurlement humain retentit de là où avait plongé le tigre ainsi qu’un coup de feu. L’homme à gauche tira. Logan, voyant que Koah allait être abattu de la sorte se rua sur lui. Il lui sauta dans le dos juste à temps, la balle se heurta dans un tronc d’arbre. Mais le glaneur se tourna alors, et Logan voulut le pousser. Un autre coup de feu, cette fois la balle lui effleura l’épaule, ne faisant qu’une légère plaie superficielle. Déséquilibré tous les deux, ils tombèrent lourdement sur le sol. Logan vit alors le tigre roux sortir des buissons, la gueule tâchée de sang et foncer droit sur le tireur. Il ne put dire ce que cela lui fit lorsqu’il fut dévoré vivant par l’esprit d’Okan. Il n’avait pas non plus compris que sa seule utilité dans cette aventure avait été de tourner la tête vers la gauche. Logan s’assit à côté de Koah qui était étalé par terre. Il ne put rien dire d’autre qu’un « ça va ? ».

Le tigre revint vers eux et il lécha la plaie de Koah. Celle-ci se résorba sous les yeux ébahis du jeune garçon. Il s’assit ensuite près d’eux, attendant surement qu’ils soient prêts à partir et à se remettre en route. Logan lança un œil à l’endroit ou s’était tenu se marchand d’esclave, qui gisait maintenant dans son sang, les entrailles à l’air. Il tremblait… peut-être avait-il cru que ce serait facile… qu’il aurait tout le temps pour trouver son père, que ce dernier s’amuserait juste à chasser le sanglier… mais non, d’abord les paroles d’Helen et puis maintenant ses hommes armés… Il avait peur… surtout qu’ils avaient failli avoir Koah. A l’idée même que le glaneur ait pu mourir pour le laisser seul ici, il en oublia les paroles rassurantes de la prêtresse et donc la protection d’Okan. Qu’aurait-il fait sans lui ? Il se serait perdu car il ne savait pas du tout où il était… ou alors il se serait fait capturer. Inconsciemment, il cala sa tête sur le côté de Koah. Et là où l’un était envahi par les noires pensée de Torsha, l’autre était en proie à la crainte. Il voulait que tout ça s’arrête, et qu’ils rentrent tous les trois… lui, le glaneur et son père. Des larmes coulaient sur ses joues et il dit :

- Je veux rentrer… c’est dur… et si papa était mort ? Je ne pourrais pas…

Mais comment Koah allait-il prendre le fait que Logan lui ait sauvé la vie alors qu’il en était jaloux ? Comme s’il lisait dans l’esprit du glaneur, le tigre roux darda ses yeux dorés dans ceux du fils Lang. Il était calme, serein et pourtant, dans son attitude il y avait un aspect étrange… Il fit un geste en biais avec sa patte et dessina sur le sol une flèche. Et puis, il posa la tête sur ses genoux, toujours en le regardant intensément. Ses paupières semblaient se faire lourdes. Trois clignements… puis deux… un seul… le dernier. Le tigre ferma les yeux, lâcha un dernier souffle… il était mort. Il avait lors de son premier assaut reçu une balle dans le bas ventre, là où sa fourrure cachait son saignement. Tout se fit dans un tel silence que Logan pensa juste qu’il dormait.

« Il t’appartient de les protéger, Koah ». La voix ne résonna que dans l’esprit du glaneur. Elle était douce, mélodieuse. Et la phrase avait tant de sens ! Logan n’entendit rien du tout mais il sentit que Koah frissonnait. Pour la première fois de sa vie, et peut-être la dernière, Okan, en personne lui avait parlé… Il était impossible de s’y tromper. Mais peut-être que le Dieu ne voulait simplement pas parler des Kant… il y avait dans la sagesse de ses paroles, une invitation à l’avenir. Le jeune Lang saurait-il la saisir ? Mais déjà Logan lui demanda :

- Où est passé le tigre ?

En effet ce dernier avait disparu. Le sang qu’il avait fait couler sur le sol aussi… Dans un sens c’était tant mieux, car le fils d’Andrew n’aurait pu supporter une telle chose. Savoir que cet animal était mort pour eux l’aurait anéanti… à Koah de trouver une réponse… à Okan de se retirer, après leur avoir montré la voie…

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1917
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 03 - Pour une trace de Kant.   Mer 14 Nov - 21:22

Dans sa vie, Koah Lang avait déjà été pourchassé par un ours, quelques vélociraptors, deux tyrannosaures, un bœuf, une colonie de tigres blancs et il avait même été piqué par une tarentule géante à poils dorés qui lui avait paralysé les membres inférieurs toute une année durant. Malgré ce qu’on pourrait penser, aucune de ces créatures ne lui avaient inspiré vraiment de la crainte sur l’instant. De toute la Création de Cheera, seul l’homme lui faisait peur. Seul l’homme et sa cruauté tenace réveillait en lui une terrible terreur lorsqu’il en était la proie.

Cette terreur faisait toujours battre son cœur sauvagement dans sa poitrine. Même si les deux esclavagistes n’étaient plus que de la future viandes fraiches pour les charognards de la jungle depuis plus de cinq minutes, Koah avait toujours beaucoup de mal à se dire que tout allait bien et que tout était fini. Le souffle court, il essayait tant bien que mal de remettre ses idées en place. Logan l’avait sauvé d’un tir de fusil, mais le deuxième qui lui avait éraflé l’épaule et qui lui avait arraché un cri de douleur sur l’instant était toujours bien ancré à son esprit. Bien trop surprit pour réagir comme il l’aurait fallu, le Lydéen avait eut de la chance, beaucoup de chance et il le savait.

Sans chercher à se contrôler, le jeune glaneur prit dans ses bras l’enfant en pleure à ses côtés, le serrait contre lui avec une grande volonté d’apaiser son chagrin. Loin était sa jalousie à son égare. Aussi vite que ses obscures pensées étaient apparurent, celles-ci disparurent, lavée par l’angoisse de l’instant présent. Koah avait eut si peur d’avoir perdu Logan qu’il en avait oublié son amertume. Oh, elle était certainement toujours enfuie en lui, quelques part terrée et n’attendait que le bon moment pour ressurgir, mais l’heure n’était plus aux idées noires. Il ne restait plus qu’ici que l’envie profonde de le consoler. Ce n’était pas sa faute si Okan l’avait béni. Si Okan lui accordait toute sa protection. C’était la volonté impénétrable d’un Dieu. Comment pouvait-il raisonnablement lui en vouloir d’avantage ?

Lorsque le tigre revenu, qu’il lui soigna la plaie d’un coup de langue rugueuse, et qu’il le regarda profondément, Koah ressentit une vague de chaleur intense faire frissonner son corps tout entier. C’était chaud. C’était bon. Il sentait le souffle rassurant d’une personne qu’il ne pouvait que pressentir par-dessus son épaule. Sa foi s’embrassa, attisée par la passion sincère que dégageait le regard brillant du tigre. Comment avait-il pu mettre en doute les paroles d’Okan ? Comment avait-il pensé que le dieu qu’il vénérait depuis sa naissance était indifférent à son égare. Soudain, le poids d’une évidence pesa sur la conscience de Koah… mais il était loin à cet instant précis de pouvoir la comprendre parfaitement.

Les yeux posés sur l’endroit où venait de disparaître l’esprit d’Okan, Koah compris. Maintenant, tout était clair. Selon sa propre vision des choses et son ressentit de l’instant, Koah était persuadé qu’il était l’instrument d’Okan. Il était celui par qui la protection des Kant était sensé être garantie. Okan avait confiance en lui. Il lui avait confié une mission. Il n’appartenait plus qu’à lui de les protéger. Non, il ne chercha pas plus loin le sens de cette phrase entendue dans son esprit. Il ne pensa qu’au père et qu’au fils. Il n’eut aucune pensée pour Lydée ou toutes autres personnes à part les Kant.

Les bras toujours enroulé autour de Logan, Koah le libéra finalement de son étreinte, et en lui renouant plus sûrement la cape autour de ses épaules, il lui dit d’une voix amicale et convaincue :

« Tout va bien, bonhomme. Nous allons retrouver ton père. Il faudra juste faire très attention. Je doute qu’ils n’étaient que deux esclavagistes à roder dans le coin. Les coups de feu ont certainement dû avertir les autres. Il vaudrait mieux ne pas trainer par ici. »

D’un bond, Koah se redressa et dégaina des attaches de cuirs de son dos, ses deux bâtons de défenses avec lesquels il fendit l’air dans un bruit sifflant. S'il n'était pas un valeureux combattant avec ceux-ci, Koah était redoutable pour se défendre avec. « S’ils s’avèrent qu’ils sont trop nombreux, et qu’ils nous tombent dessus. Court, bonhomme… aussi vite que tu le peux… même si je suis capturer. Trouve-toi une souche d’arbre ou un tronc creux et cache-toi-y en priant Cheera qu’ils ne te trouvent pas avant la tombée de la nuit. Une fois la nuit tombée, tu chercheras la rivière, et tu la remonteras jusqu’au cloître… compris ? »

Le Lydéen se pencha sérieusement vers lui, son visage face au sien. D’un pouce, il lui essuya ses dernières larmes. Tout autour, la jungle était calme, bien trop calme pour que ce soit naturel. Aucun oiseaux ne chantaient. Si on tendait l'oreille, on pouvait entendre le murmure d'une cascade non loin qui s'écrasait contre quelques rochers en contre-bas d'un versant d'une petite falaise certainement. « Jures-moi que tu n’essayeras pas de jouer les héros si la situation est désespérée. S’ils sont trop nombreux, tu te tailles, bonhomme ! »

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1787
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 03 - Pour une trace de Kant.   Jeu 15 Nov - 11:04

C’était de vieilles habitudes divines… donner une phrase dont le sens était multiple à un humain qui n’en prenait que le plus explicite. Okan n’aurait pas pu de toute façon lui expliquer plus en détail. D’une part, il ne le pouvait pas, la règle était stricte mais elle régissait tous les Dieux : il lui était impossible d’avantager un humain plus qu’un autre sans contrepartie… Ainsi, il avait pu parler à Koah d’infimes secondes. D’autre part, le Dieu ne le voulait pas. Tout avait été dit, il appréciait les hommes à leur courage et leur juste valeur. Au glaneur de ne pas le décevoir, d’accomplir la tâche qu’il venait de lui confier. Après la disparition du tigre, tout semblait si silencieux, seuls les pleurs de Logan brisaient le silence. Il écouta Koah parler longuement. Le savoir si prêt l’apaisait. Mais ce furent ses mots qui stoppèrent net ses larmes. Un petit regard terrifié scruta les environs. S’il y avait d’autres personnes… le tigre était parti et Koah n’avait pas d’arme à feu, le combat serait donc inégal. Mais, il décela dans les propos du glaneur plus de chaleur qu’au cours de leur marche. Il n’eut guère le temps de se demander pourquoi un tel revirement.

- Je te le jure… Mais j’espère ne pas avoir à partir en te laissant seul… J’ai une idée…

Il désigna l’arbre.

- Si nous montons dans les branches, nous pourrons voir où ils se trouvent… et cela nous éviterait de les rencontrer.

L’idée était bonne, tout deux se hissèrent sur les branches, à environ six mètres du sol et plongèrent leurs yeux à travers les feuillages. Mais un craquement manqua faire tomber Logan. Juste en dessous d’eux, un marchand d’esclave rodait, fusil à la main, arpentant les buissons. Fort heureusement, il était une chose que les hommes ne faisait pratiquement jamais, c’était regarder en hauteur. Il cracha et continua en direction du cadavre qui avait manqué tuer Koah. Il n’allait pas tarder à le découvrir. Logan resta immobile… au moindre bruit il leur faudrait avoir beaucoup de chance pour éviter les tirs… Un cri de chouette retentit alors, quoi de plus normal dans une forêt… mais… en plein jour ? Le fils Kant se demanda qu’est-ce qui pouvait bien réveiller une chouette en plein soleil de midi quand il se rendit compte qu’il venait d’être trompé… C’était les marchands qui communiquaient ainsi. Deux d’entre eux arrivèrent au pied de l’arbre et questionnèrent à voix basse.

« C’est le Lydéen ? »

« Non… les deux cadavres portent les traces de dents et de griffes… et ils sont trop éloignés pour que ce soit un simplement fauve… Méfiez-vous, ce sont surement des vélociraptors. »

« Il faut trouver le Lydéen et se tirer d’ici… Tant pis pour les morts, on les laisse au soin de Kor… Et je n’ai guère plus de munitions… Plus tôt nous aurons trouvé ce fils de Torsha, plus vite nous serons à Hanka. »

« Les autres n’ont toujours rien… de toute façon, vu son état, il doit être étalé quelque part… »

« Au lieu de bavasser comme des Qwels, bougez-vous le derrière et trouvez où ! »

« Oui, chef… »

Les deux hommes revinrent sur leur pas. L’autre qui semblait être le chef les laissa filer et regarda autour de lui, il se sentait observé. Il marcha en direction de l’arbre, et vit alors la marque faite par la balle. Il s’approcha du tronc pour le toucher, la sentir. Jusque là ils avaient eu chaud… mais il risquait à tout moment de se faire remarquer… Il allait lever la tête lorsque Logan tira avec son lance pierre dans les buissons. Aussitôt l’homme sursauta et pointa son fusil dans la direction du bruit. Le jeune garçon le laissa s’éloigner, pour retrouver ses hommes et se tourna vers Koah en chuchotant :

- Papa est vivant… c’est lui le lydéen… mais il a l’air d’être dans un sale état… comment faire pour le trouver si eux ne savent pas où il est ?

Mais un bruit presque trop furtif le coupa net dans la liste d’interrogation qu’il allait construire. Au pied de l’arbre, il vit défiler une silhouette noire… avec des yeux jaunes… En fait elle n’était pas seule… Une dizaine d’autres la suivait. C’était de gros chiens sauvages noirs qui progressaient vers les marchands avec lenteur et méthode. L’un d’entre eux renifla le tronc d’arbre, leva la tête et aperçut les deux lydéens. Il allait grogner lorsqu’il comprit de d’autres proies se trouvaient toutes proches. Il passa donc sa route. Il s’écoula un long moment entre le temps où ils encerclèrent les Hankiens et les premiers cris de surprise.

« Ce sont des loups ! Tuez-les ! »

Logan manqua tomber dans le vide en entendant les coups de fusil et les couinements des animaux. Même s’il n’éprouvait aucune sympathie pour eux, Logan ne put s’empêcher de ressentir de la souffrance. Cinq minutes plus tard, la forêt retrouva son calme. Il entendit le chef dire :

« Il n’y en a plus… Maintenant, trouvez moi ce satané lydéen et vite ! Nous n’avons plus de munitions… »

- Ils les ont tous abattus ? Pourquoi tant de haine ?

Il avait l’art de poser un genre de questions stupides mais aussi auxquelles on ne pourrait jamais répondre. Logan n’entendait plus rien pourtant, il savait que Koah allait agir. Le glaneur profiterait de l’inutilité de leurs armes à feu pour les mettre hors course. Le chef était déterminé… il n’abandonnerait pas ses recherches avant d’avoir trouvé l’homme qu’il traquait depuis deux jours ! Il pourrait le vendre à un excellent prix !

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1917
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 03 - Pour une trace de Kant.   Jeu 15 Nov - 15:12

Apparemment, Andrew Kant était dans le coin. Koah Lang avala, contenant son excitation. Malgré les trois esclavagistes qui rôdaient en bas des arbres, il était très heureux d’apprendre que son Maître Intendant donnait du fil à retordre à ces misérables chiens. Les yeux rivés sur le chef des esclavagistes, Koah réfléchit à la situation. Il était seul contre trois. Ce n’était pas gagné d’avance. Peut-être arriverait-il a mettre KO un à un ces hommes ? Après, il n’avait pas le choix, s’il voulait retrouver vivant Andrew avant eux, il fallait s’en débarrasser.

Koah resta silencieux un moment, réfléchissant. Puis, il regarda Logan. « Tu te souviens de ce que je t’ai dis ? » Murmura-t-il à l’enfant qui hocha la tête. « Ne joue pas aux héros. »

Il lui caressa le haut du crâne, puis d’un bond silencieux, Koah sauta de l’arbre. Lorsqu’il toucha le sol derrière le chef des esclavagistes, pas un bruit ne le trahit. Furtif, le Lydéen marchait derrière l’homme à l’imposante musculature qui avait sortit une épée dentelée de son fourreau. Le pommeau de celle-ci brillait du même éclat doré qu’avaient les armes oderniennes. Nulle ne doute qu’elle était faite de kétine.

Alors qu’il avait la possibilité de porter le premier coup à l’homme d’un arni bien placé, Koah ne put se résoudre à le frapper. Il n’avait jamais sût porter le premier coup. S’il avait apprit l’art du bâton, c’était exclusivement pour se défendre, et non pour attaquer quelqu’un par surprise. Cette hésitation permis à l’esclavagiste de pressentir le danger dans son dos, et d’un violent mouvement des épaules, il se retourna, abatant le pommeau de son arme en pleine face de Koah qui chancela un instant.

Le violent coup qu’il reçu au visage lui rouvrit la plaie à la lèvre que Letor lui avait infligé quelques jours plus tôt au grenier. Le sang coulait sur son menton, tachetant de quelques gouttelettes écarlate son torse glabre. L’épée de l’esclavagiste frôla aussitôt sa peau, lui écorchant le haut de l’épaule. La douleur le réveilla instantanément, et Koah para les nombreux coups de ses deux bâtons qui glissaient efficacement dans l’air. Puis, il s’accroupit et le frappa à la poitrine, avant de le bloquer au niveau du poignet cette fois-ci. L’homme massif jura et avec rage, il le poussa en arrière d’un coup de botte. Koah roula sur le sol boueux. Lorsque son assaillant abaissa son épée comme le couperet d’une guillotine, il cru que tout était fini, mais par miracle, la lame s’enfonça contre le tronc de l’arbre derrière Koah, restant bloquée profondément dans le bois. Le jeune Lydéen sourit et profita de cette chance qui lui fut offerte pour le repousser d’un coup de pied. L’esclavagiste fut déséquilibré et Koah en profita pour le frapper au menton à l’aide d’un de ses bâtons, puis à l’arrière de la nuque lorsqu’il se courba en deux de douleur. L’homme tomba à nouveau et cette fois, il ne se releva pas.

Le bruit de pas et les cris de deux hommes se rapprochèrent. Koah s’immobilisa, essayant le plus vite possible de reprendre son souffle. De chaque côté, les deux esclavagistes avaient surgit de derrière les arbres, certainement attiré par le bruit de la lutte qui s’était déroulée ici. Sabres et couteaux de combats en mains, ils ricanèrent. Inquiet, le Lydéen se mit en position de défense, près à éviter et à parer le moindre coup. Le plus petit des deux bandits s’élança vers lui en poussant un cri démentiel, le sabre levé haut au-dessus de sa tête. Dans un mouvement rapide, Koah l’évita sans une once de difficulté. L’homme renchérît de nombreux coups que Koah réussit à dévier en frappant le bras et les flancs de l’homme de ses arnis. Voyant que son compagnon n’y arriverait pas seul, le dernier esclavagiste se lança également dans la bataille.

C’était devenu ardu. Plus d’une fois, Koah se fit presque toucher, toujours par le même homme ; celui aux couteaux de combats qui avait une rapidité dans le mouvement qui le dépassait presque. L’une des lames se planta dans sa hanche, lui arrachant un cri de rage qui décupla un instant ses forces. De ses arnis, Koah frappa si violement le petit gros au sabre à sa portée qu’il lui cassa le nez et lui fracassa la nuque sans une once de compassion. Le gros esclavagiste tomba inerte sur le sol, immobile.

Le dernier homme restant regarda stupéfait son compagnon, puis, il regarda bouche bée Koah avant de s’élancer vers lui fou de rage. Les couteaux bien en mains, il trancha l’air, submergeant par le nombre rapides de ses mouvements ceux de Koah. Etonnamment, seul face à lui, Koah arrivait assez bien – malgré sa blessure à la hanche et l’éraflure à l’épaule – à parer ses attaques, mais il lui était impossible de tenter quoique ce soi sans se mettre en danger. En luttant bec et ongles, Koah tentait de ne pas céder sous la ruée des coups. L’homme le forçait à reculer de plus en plus à travers la jungle.

Dos à la cascade qui plongeait en contrebas sur des rochers, Koah sentait que l’homme avait derrière la tête l’envie de le forcer à tomber dans le vide. Oh, le vide ne lui faisait pas peur, c’était plus toute cette eau qui s’écoulait sans relâche qui commençait sérieusement à le terrifier. Koah avait une peur bleue de l’eau et il n’y avait rien de plus terrifiant pour lui que de s’approcher de son pire cauchemar.

Son adversaire bava et Koah vit dans ses yeux la démence. Elle était palpable, puissante. Cet homme pouvait tenir des jours entiers, il en était certain. Le sang s’écoulant de la hanche de Koah glissait sur le daim de son pagne et inondait sa cuisse. Koah se sentait à mesure que les minutes s’écoulaient, faiblir de plus en plus. Son talon heurta la souche d’une branche et elle le déstabilisé. L’homme profita de cette faiblesse pour le pousser d’un coup de pied bien placé en arrière. Koah percuta le sol plusieurs fois avant tomber dans le vide. De justesse, il réussi à se rattacher aux grosses lianes descendant le long de la paroi à pic de la cascade. Au dessous de lui, plus de vingt mètres de vide et des gros rochers le menaçaient d’une mort douloureuse. Ici et là dans la roche se trouvaient des corniches et des renfoncements formant de sorte de grotte, mais il était impossible pour lui de les atteindre.

La brume de l’eau froide de la cascade glissait sur sa peau désagréablement. On aurait dit qu’elle rappelait à Koah sa présence, qu’elle lui disait qu'au-dessous, glissant entre les rochers, se trouvait un petit bras de rivière qui n’attendait qu’à le noyer s’il survivait à cette chute. L’esclavagiste poussa un ricanement puissant en se penchant vers Koah qui lui, essayait de trouver un appui stable pour ses pieds. Le glaneur sentait sa fin toute proche. Il n’y avait rien a faire, aucune prise dans la roche, rien. Le grand homme au-dessus de lui coupait les grosses lianes les unes après les autres en essayant de le faire chuter. En plus, ça semblait l’amuser… il ne resta bientôt plus que la liane sur laquelle le Lydéen était surpendu...

« Dommage, tu nous aurais rapporté pas mal au marché aux esclaves. Mignon comme tu es, une belle putain servile tu serais devenu pour les Puissants. »

« Même pas en rêve ! Fils de Torsha ! »

La dernière liane fut tranchée sec et Koah chuta...

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1787
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 03 - Pour une trace de Kant.   Ven 16 Nov - 0:39

Un instant, Koah descendit dans le vide inexorablement. Mais, alors qu’il tombait, un bras puissant lui attrapa la main. C’était le genre de coup à déclencher des arrêts cardiaques. Le glaneur aurait pu en mourir de terreur si le visage d’Andrew Kant n’était pas apparu. Il semblait sortir de nulle part, d’un renfoncement rocheux. Mais sur son visage d’habitude si calme et si fort, on pouvait y voir des gouttes de sueurs et un teint plutôt pâle. Il avait le regard terne. De son bras gauche, il aida le jeune homme à attraper le bord et à se hisser. Lorsque ce fut fait, il se recula alors, contre la paroi et fit une grimace de douleur. Et n’importe qui aurait souffert dans son état. Sa main gauche avait fait des traces de sang sur le bras de Koah, elle avait servi à couvrir la plaie… ou plutôt les plaies… Le flanc droit du chasseur était troué en deux endroits : à la cuisse, ce qui semblait minime mais aussi dans l’abdomen. Le sang s’écoulait, inexorablement et vu la flaque qu’il y avait à côté de lui, cela ne cessait pas. Les deux balles n’avait touché aucune artère mais elle empêchait à la peau de se refermer et aux petits vaisseaux de se reformer pour éviter l’hémorragie. Il peinait à respirer mais il semblait content de voir Koah. Il murmura :

- J’ai prié Okan… pour qu’il m’aide… toute la nuit… et tu es là… Ils sont trois… armés de fusils… et sans liane nous ne pourrons pas remonter…

Mais à cet instant, un cri retentit en haut de la falaise. C’était l’homme contre lequel Koah s’était battu. Alors qu’Andy portait un œil vers le haut, l’esclavagiste passa sous leurs yeux, descendant les yeux effrayés vers sa mort certaine. Le bruit de l’eau couvrit celui de ses os qui se brisèrent. Pour en revenir à ce qu’il s’était produit, Logan avait pris la résolution d’écouter Koah. Il sauta de l’arbre et regarda le combat à l’abri d’un buisson. Son héros se battait si bien qu’il en restait admiratif. Les deux premiers esclavagistes furent mis KO et malgré ses blessures, il affrontait le dernier. Pourtant, quelque chose n’allait pas, il sentait les mouvements plus lents, moins énergiques et il le voyait se rapprocher du bord. Il sentait son estomac se nouer… « Vas-y… vas-y… Mets-le hors d’état de nuire…». Et alors qu’il se disait ça, Koah tomba. Son petit cœur s’emballa, il voulait crier mais impossible ! Tout était en train de s’effondrer… le glaneur son seul protecteur venait de tomber sous les assauts de ce fils de chien !

Il était médusé… tout était fini… sauf qu’il vit l’esclavagiste couper des lianes… Il l’entendit parler mais ne fit guère attention à ce qu’il disait. Koah se tenait à la seule liane qui tenait bon mais l’homme la coupa… Logan le vit se relever les yeux scrutant la chute du lydéen. Et puis, il fut soudain étonné et se pencha. Le garçon ne se posa aucune question, il marcha furtivement jusqu’à lui et lorsqu’il fut suffisamment près, il le poussa. Mais sa force était minime comparé à celle du Hankien qui bascula vers lavant mais se rattrapa au bord de la paroi. Il allait remonter et le mettre en pièce juste après… alors que l’homme revenait peu à peu vers la terre ferme, Logan ramassa une grosse pierre : « Tu l’as tué… pourquoi… ». Et dans un sanglot déchirant il lui jeta la pierre dans la figure de toutes ses forces. Le choc fit lâcher prise au guerrier qui tomba. Logan tomba assis près du bord et son souffle revient en même temps que les larmes. Il hurla un « Nooooon » qui transperça la jungle.

- Tu es venu avec des guerriers… c’est une bonne initiative…

Andrew entendit ce cri déchirant et son regard changea. Il était empreint de terreur pas par le bruit mais la voix… C’était celle de son fils… Il balbutia :

- Lo… Logan… est i… ici ?

Et sans prévenir sa main gauche attrapa la gorge de Koah qui fut propulsé dans le vide et rattrapé aussi par la poigne qui se refermait sur son cou pour l’étrangler.

- Tu as amené mon fils… avec toi… il aurait pu mourir… espèce de… de…

Le regard d’Andrew était dur et ses doigts bloquaient la respiration du glaneur. Ce dernier ne dut sa vie sauve qu’à la douleur qui transperça le côté droit du chasseur. Ce dernier le lâcha et porta la main à sa plaie dans le ventre en grimaçant.

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1917
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 03 - Pour une trace de Kant.   Ven 16 Nov - 2:48

Lorsqu’il tomba dans le vide, Koah eut la sensation désagréable d’avoir rater sa vie. Il n’avait rien accomplit de formidable, rien fait qui puisse rendre fier les siens, et à peine pensé à fonder une famille. Ses pensées, aussi courte furent-elles sur l’instant, lui étaient des plus désagréables. Elles étaient si tristes. Sa mère, son père, ses frères, ses sœurs, Gurkan, Jewel. Tous lui passèrent à travers l’esprit, et même Logan. Il était désolé d’avoir échoué, désolé de le laisser seul dans la jungle. S’il n’avait pas sût qu’il allait mourir quelques secondes plus tard, Koah en aurait certainement bien pleuré.

Mais, alors qu’il s’attendait à se briser contre les rochers, telle une noix de coco tombé d’un palmier, son cœur s’arrêta soudainement. Une main puissante se saisit de son poignet et arrêta son inexorable chute, déjouant ainsi les plans funeste du Destin. Quel ne fut pas sa surprise lorsqu’il se fit hisser par Andrew Kant à l’intérieur d’une cavité naturelle creusée dans la roche. Prudemment, il le colla contre la paroi humide de la caverne contre laquelle il reprit un instant son souffle.

Quelle joie infinie de le savoir en vie ! Même s’il n’était pas visiblement en très bon état, il était vivant, et il l’avait retrouvé. Koah remercia Okan plusieurs fois mentalement. « Que les Dieux soit loués ! Vous êtes en vie, Maître Intendant. » Dit-il alors que derrière lui l’esclavagiste aux couteaux tombait à pic pour aller s’écraser sur les rochers en bas de la cascade.

Précautionneusement, le jeune Lydéen se pencha vers le cadavre à une dizaine de mètres plus bas. Son sang inondait les rochers et ses bras étaient disloqués comme une marionnette sans ficelle à côté de ses deux bâtons de combat qu’il avait lâchés en tombant. Là-haut, il entendit Logan pleurer et avant qu’il n’ait eu le temps de le rassurer, Andrew Kant le saisit à la gorge, les talons et les épaules dans le vide.

La glotte semi broyée par la poigne cruelle de son Maître Intendant, Koah poussa un cri étouffé, les mains agrippées autour du poignet de l’homme qui malgré ses multiples blessures, était toujours aussi puissant. Par tous les Dieux ! Il allait le tuer ! Il allait le lâcher ! Sa rage était palpable, elle glissait à travers le jeune Lydéen sournoisement. Koah sentit sa peur augmenter crescendo à mesure que le regard dur de l’homme s’enfonçait en lui. Son cœur battait si sauvagement dans sa poitrine qu’il cru qu’il allait s’arrêter net.

Heureusement, sous la douleur de ses plaies, Kant le libéra de son emprise. Choqué, emporté et terriblement rancunier, le glaneur dû luter pour ne pas frapper Andrew. Il se contenta de reculer d’un pas, a raz de la pierre et de son bord. Dans son dos, il pouvait sentir les fines gouttelettes d’eau apporter par le vent de la cascade.

Le regard posé odieusement méprisant sur l’homme, Koah se refusait de lui trouver la moindre excuse à son acte. Même si Andrew était connu pour avoir un tempérament de feu, même si cet acte ne devait pas vraiment le choquer car il avait déjà vu Letor se faire houspiller par lui quelques jours plus tôt, Koah ne pouvait pardonner ce geste. Il allait le tuer ! Il l’aurait tué ! Il en était persuadé !

La voix sèche, tranchante et accusatrice de Koah résonna dans la grotte :

« JE N’AI PAS AMENE TON FILS ! Il s’est invité tout seul et ce, malgré tout mes efforts pour l’enfermer dans un lieu sûr. » Koah pointa un doigt menaçant vers lui. « Ne me touche plus jamais comme ça ou je te promets que tu te démerderas pour sortir d’ici tout seul ! »

En haut, les pleurs de Logan voyageaient toujours dans l’air et leur parvinrent étouffés par les roulis de la cascade. Le jeune Lydéen se détourna d’Andrew et se pencha en avant pour regarder en l’air la petite tête du garçon. « Logan ! Eh LOGAN ! Je vais bien bonhomme. Je suis avec ton père, il est ici, avec moi. Ecoutes bonhomme, essaie de nous trouver une liane, une grosse ! La plus grosse que tu verras et fixe la aussi solidement que possible. Penses que tu saucissonne Ylang si ça peut t’aider à bien la fixer, d’accord ? »

Il regarda ensuite les plaies d’Andrew qui lui perçaient le ventre et la cuisse. Bon, ici, il ne pourrait rien. Il valait mieux regagner le sommet de la falaise où il pourrait sans doute soigner un peu mieux Andrew au feu et aux plantes médicinales… en espérant que cela suffise à l’amener en vie jusqu’au cloître.

« Ça à l’air sérieux. » Dit-il d’un ton neutre, dépourvu de sympathie. « Que s'est-il passer ? »

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1787
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 03 - Pour une trace de Kant.   Sam 17 Nov - 20:06

Pour Logan qui pleurait amèrement la perte du glaneur, la surprise fut telle qu’en voulant se pencher pour apercevoir Koah, il manqua tomber en avant. Il se leva, son visage était rayonnant. Il sauta partout en poussant des cris de joie et se souvint alors de la tâche qu’il devait accomplir. Trouver une grosse liane… Il se mit donc en quête de la quérir dans la forêt en prenant soin de ramasser le couteau du marchand, qu’il avait fait tomber… Peut-être que sur les cadavres des marchands, il trouverait quelque chose… Quoiqu’il en soit il en avait pour une bonne demi-heure à chercher et pendant ce temps là, il ne pouvait pas se douter comme son père agonisait. Ce dernier d’ailleurs n’en attendait pas moins de Koah qu’il ne lui soit pas sympathique. Il remercia cependant Pelös de lui avoir infligé ses douleurs… sinon il aurait pu commettre l’irréparable. C’est vrai que ce n’était pas très réfléchi se saisir la seule personne capable de vous sauver et de manquer la lâcher dans le vide. S’il n’y avait pas eu ses plaies, il l’aurait fait… et il l’aurait regretté tout le reste de sa vie. Il connaissait bien Logan pour savoir qu’il était capable de s’incruster. Son caractère de chien lui disait qu’il était trop fier pour s’abaisser à des excuses. Mais, il ne savait pas s’il s’en sortirait vivant de toute façon… alors autant dire ce qu’il avait sur le cœur avant qu’il n’en ait plus les moyens.

- Un instant… j’ai pensé que tu l’avais pris avec toi… c’est une idée stupide je sais… Tu as surement tout fait pour qu’il reste à Lydée… je le connais… il aura fait les quatre cents coups pour te suivre… il n’a pas idée du danger… j’espère qu’il n’est pas blessé… et qu’il ne se fera pas attraper par les deux autres.

Chaque phrase lui coutait. Il était tiraillé par une douleur violente à chaque fois qu’il voulait s’exprimer. Mais au lieu de se taire, il grimaçait, simplement, il avait tant de choses à dire que seule la mort pourrait le faire devenir silencieux. Il plaça sa main gauche sur la plaie même si ça ne servait plus à grand-chose.

- Je suppose… que je te dois des excuses… pour mon acte… alors les voilà… Comme quoi même les Maîtres Intendants ne sont pas tous sages… J’ai quelque chose à te demander… Si Cheera me rappelle à elle, promets-moi de veiller sur Logan… de le ramener à Lydée… et ce malgré mon geste stupide…

Rien n’aurait été plus important à ses yeux que tous deux rentrent sains et saufs. Il aurait parfaitement compris que la mort l’emporte après ce qu’il avait failli faire. Quelle belle sortie de scène il aurait offert. Il aurait du sang sur les doigts… celui d’un lydéen, sans arme, innocent en plus. Koah lui en voudrait surement à vie… et c’était compréhensible… du moins, s’il survivait. Car après avoir remonté la falaise, il lui fallait marcher… jusqu’à Lydée. Peu lui importait maintenant de savoir s’il giflerait Logan pour sa conduite irresponsable. Il vivait les choses à l’instant présent et était bien incapable de dire si oui ou non il allait survivre. Il accepterait le sort que les Dieux lui fixeraient. Pour tenter d’oublier ses blessures, il décida de questionner un peu Koah :

- Comment se fait-il que tu sois là ? La jungle est immense, il y a des milliers… de zones où tu aurais pu me… chercher. Seul Okan est capable de le savoir… Et puis, pourquoi es-tu ici ? J’avais abandonné tout espoir de voir… des guerriers de Lydée. Comment as-tu su que quelque chose n’allait pas ?

Tant de questions qu’il voulait poser. Il se doutait parfaitement que Boric, le chef du village n’aurait envoyé personne avant trois ou quatre jours. Kant aurait donc du mourir. Il était entièrement reconnaissant à Koah d’être venu bien sûr qui que ce soit qui l’ait envoyé. Il lui adressa un regard de gratitude, même si la lueur de ses yeux était à demie éteinte.

- Merci… d’être venu… je me doute que tu n’es pas là par hasard… ou alors tu es très chanceux.

Mais alors qu’il disait ses mots, un morceau de liane tomba un peu sur le côté. Logan avait réussi à en trouver une. Elle faisait office de grosse corde, il l’avait dénichée près du ravin en fait. Son expédition dans la forêt avait fait chou blanc et alors qu’il regagnait l’endroit où son père discutait avec le glaneur, il était résigné à admettre l’absence de liane… Mais en longeant le ravin il avait alors remarqué une grosse liane qui descendait vers le bas, le long de la falaise. Il la coupa avec le couteau et la fit remonter. Elle était longue ce qui le rendait joyeux. Il laissa le couteau sur le sol et courut vers l’endroit où il supposait retrouver Koah. Ses pieds se prirent dans la liane et il s’affala sur le sol à deux reprises. Il s’était égaré mais il s’y retrouva vite. Il attacha la liane à l’arbre le plus proche, fit des doubles nœuds, vérifia le tout et rajouta encore un nœud coulant par-dessus. La première chose qu’on lui avait apprise à l’école, c’était à nouer des cordes. Un savoir élémentaire mais compliqué. Fort heureusement, il avait toujours eu les félicitations de son enseignante… Il jeta ensuite le reste de la liane et demanda :

- Elle est assez grosse ? Tu l’as à ta portée ?

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1917
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 03 - Pour une trace de Kant.   Sam 17 Nov - 22:37

Koah Lang scrutait d’un air peu enjoué le visage pâle d’Andrew sous les lumières scintillantes des éclats du soleil qui se reflétaient contre les parois humide de la grotte. Conscient que ce n’était sans doute pas franchement le bon moment de s’énerver sur Kant et d’exposer clairement sa rancœur face à ce geste qu’il ne voulait pas pardonner, le jeune Lydéen ravala ses horribles ressentiments à son égare.

En silence, Koah écouta son Maître Intendant tenter de parler et de s’excuser maladroitement. Mais la mauvaise humeur qui animait le glaneur, forçait le jeune homme à se farder d’un air d’indifférence froid et de s’enterrer dans un mutisme tranchant. Quoiqu’Andrew puisse dire, il se heurterait à un mur de déraison. Silencieusement, le Lydéen observait le sommet de la falaise à l’affut de Logan. Il espérait qu’il avait mit KO suffisamment fort les deux esclavagistes restant dans la jungle pour que l’enfant ne risque rien.

« … Si Cheera me rappelle à elle, promets-moi de veiller sur Logan… de le ramener à Lydée… et ce malgré mon geste stupide… »

« Est-ce vraiment le bon moment de parler de cela ? » Dit Koah en jetant à Kant un regard par-dessus son épaule. « La personne qui veillera le mieux sur Logan ici, c’est vous. Cheera ne vous rappellera pas à elle ce soir, ni demain, ni même avant que Logan ne vous présente votre troisième petit-fils. »

Ensuite, les questions d’Andrew déferlèrent rapidement. Il était normal – pensa Koah – qu’il se pose tant de questions sur sa présence ici. C’est alors qu’il entreprit de lui raconter succinctement ce qu’il faisait là. Koah commença à parler, lentement au début, de la soirée à la taverne en l’honneur de Lokan Grams, de la manière troublante dont Guerel avait souligné la disparition depuis deux jours du Maître Intendant, de l’arriver fracassante de l’étranger Kabethien qui avait annoncé la marche des Idrazits, de la façon dont il avait essayé de laisser Logan aux soins de Déjanire et enfin, de sa rencontre avec Helen sur le chemin du cloître.

La respiration haletante, Koah fini sur ses mots, la main pressant la plaie peu profonde et modérément douloureuse de sa hanche, d’où s’écoulait plus lentement du sang : « Les Idrazits marchent vers Lydée au moment même où je vous parle, Maître Intendant, et il n’y a que vous qui puissiez porter nos inquiétudes à Guerel et à moi jusqu’au Conseil de Lydée. »

Après un temps de silence qu’il passa à regarder encore une fois d’un œil compatissant les blessures profondes d’Andrew, Koah rajouta : « Une fois là-haut, il faudra cautériser vos plaies. Sans ça, je doute fort que vous puissiez arriver vivant jusqu’au cloître d’Okan. »

Tout à coup, il fut interrompu par l’apparition derrière lui à quelques dizaines de centimètres de l’entrée de la cavité, d’une grosse liane noire. Celle-ci se balançait de gauche à droite faiblement. Koah l’attrapa et sourit d’un air satisfait et rassuré lorsqu’il entendit la voix de Logan là-haut. Rapidement, il tira dessus afin de jauger sa solidité. Apparemment, elle tenait le coup. Il s’approcha du bord et fit un signe à Logan. « Prodigieux bonhomme ! Elle est parfaite ! Bravo ! » Un nouveau signe de main. « Essaie d'allumer un feu en attendant bonhomme… on arrive tout de suite ! »

Le jeune Lydéen se tourna vers Andrew et dit : « Vous vous sentez capable de grimper tout seul ? Je pourrais peut-être vous porter. Mes blessures sont superficielles. Ou alors, on tente de vous hisser comme on charge les grues à poulies du grenier ? C’est comme mon Maître Intendant le décidera. »

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1787
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 03 - Pour une trace de Kant.   Dim 18 Nov - 23:33

- Je crois qu’il faudra en effet cautériser la plaie… de toute façon, je me doute bien que ça risque d’être inutile…

Il parlait d’un ton déterminé malgré le pessimisme naissant dans sa voix. Finalement, il opta pour une attitude neutre. S’il s’en sortait vivant tant mieux, sinon, tant pis. Il ne serait pas le premier à rejoindre la Mère, ni le dernier. Il voulait poser d’autres questions mais il préféra alors se taire, histoire d’économiser des forces. Il se leva tant bien que mal et regarda la liane. Il allait monter le premier, si elle venait à casser et qu’il tombe dans le vide, il était blessé et sa perte ne serait que futile. Alors que si Koah tombait, il serait incapable de raccompagner Logan. Il prit la corde improvisée et dit au glaneur :

- Je vais monter par mes moyens… ça risque d’être long et fastidieux mais… tu as déjà fait beaucoup... nous nous retrouverons en haut…

Il s’y accrocha alors. Au début tout semblait aller parfaitement bien. Mais à peine tira-t-il sur son bras qu’une douleur fulgurante lui transperça le ventre. Il grimaça et ferma les yeux. Il souffla un petit moment et tira une nouvelle fois. A nouveau, il sentait comme une lance en fer rouge se planter dans la plaie. Ses muscles criaient devant cet effort soudain. Ils menaçaient à chaque seconde de lâcher prise. Il se demanda si finalement, il ne serait pas plus agréable de se laisser tomber… même s’il avait lui aussi peur de l’eau, il s’écraserait sur les rochers avant d’avoir pu sentir la surface de la rivière l’érafler. Il ouvrit les yeux, et les porta vers le haut. Logan le regardait avec tant de joie qu’il aurait pu sauter avec lui, s’il le fallait. Il lui criait quelque chose, mais il n’arrivait pas à l’entendre. L’œil hagard il regarda vers le bas. Koah était aux aguets comme s’il craignait qu’il lâche prise. Mais Kant avait retrouvé sa volonté. Il n’allait pas faillir devant son fils, il ne pouvait pas lui infliger ça. Laureen ne l’aurait pas souhaité… Ce fut ainsi qu’il parvint à remonter, avec une lenteur extrême, certes mais lorsqu’il fut en haut, son fils et sans doute le glaneur furent soulagés. Il s’allongea sur le sol. Logan avait un regard très inquiet et il bougeait les lèvres. Mais pourquoi ? Que disait-il ?

Il sentait son sang qui avait coulé le long de ses jambes. Son cœur battait et résonnait à ses oreilles mais pire que tout, la douleur au ventre ne se calmait pas. Logan s’agitait, il amena des branches commença à les frotter mais il s’énervait… Le feu ne prenait pas : à cause de la pluie, le bois était humide. Il avait une larme sur sa joue. Andrew leva la main pour l’effacer mais, elle retomba mollement sur le sol. Tout devint noir et il s’évanouit. Logan s’affola. Koah émergeait déjà de la falaise lorsqu’il s’approcha, totalement tétanisé de frayeur. Il ne laissa guère le temps au glaneur de souffler. Il sanglotait déjà :

- Il… il… est m… mort ! Il ne… bou… bouge plus…Le feu ne… ne prend pas… Je n’y arri… arrive pas… il ne peut… pas mourir…

Mais une toux lui indiqua qu’il avait peut-être laissé parler trop vite ses émotions. Son père toussait et il cracha de sang. Malgré ça, il sauta vers lui et l’enlaça.

- Papa… Ne meurs pas toi aussi… Koah va nous ramener à Lydée… tu pourras être soigné…

- Mm…

C’est tout ce qui sortit de sa bouche. Il ne voyait que deux ombres. L’une était à côté de lui petite, elle lui parlait avec une voix enfantine. Il savait que c’était Logan tout comme il savait que la forme debout qui se tenait près deux était Koah. Mais, il était incapable de bouger quoi que ce soit. Son ouïe fonctionnait, mais ses yeux peinaient à ne pas garder leurs pupilles dilatées. Logan s’écarta de lui et avec détermination, il entreprit d’allumer un feu… en vain. A bout de nerfs, il pleura et lâcha avec hargne :

- Je n’y arrive pas !!! Saleté ! Pourquoi ?!? Maudit soit ce bois débile !!! Cette espèce… de… de…

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1917
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 03 - Pour une trace de Kant.   Lun 19 Nov - 1:15

Dans le ciel sans nuage, le soleil annonçait déjà son déclin en projetant ses rayons cuivrés sur le petit campement couvert et sommaire que Koah Lang avait dressé avec l’aide de Logan sous un arbre courbé. Après l’évanouissement d’Andrew, le glaneur avait aidé le jeune enfant à allumer un feu en s’aidant de la matière à feu qu’il récupéra au fond de sa besace. Rapidement, après quelques instructions précises, Logan lui avait ramené de la jungle de l’écorce sèche d’arbre en creux qui avait suffit à garantir un feu raisonnable en attendant que les bois alentour sèche et soit utilisable pour raviver les flammes.

Allongé depuis plusieurs heures sur des couvertures sèches dérobées sur les cadavres des esclavagistes dans la jungle, Andrew semblait reprendre peu à peu des couleurs. Koah avait profité de son évanouissement pour déloger les balles enfuie dans sa chaire, cautériser les plaies à l’aide d’une lame chauffée à blanc, puis, il avait badigeonné les blessures d’un cataplasme fait avec quelques plantes médicinales. Logan s’était d’ailleurs montré très adroit pour dénicher quelques feuilles de sumac kori inaccessible pour lui, car logées entre deux morceaux de roche bien trop étroite.

Koah s’était occupé de ses maux une fois que tout était fini et qu’il ne lui restait plus qu’à attendre le réveil d’Andrew. Sa hanche et son épaule étaient bandées, et il sentait toujours malgré les deux heures écoulées, les cataplasmes lui piqueter la chaire. Silencieux, Koah observait le visage d’Andrew. Qu’allait-il faire ? Que devait-il faire ? Il n’avait pas envie de mal faire les choses cette fois-ci et d’attirer encore une fois les foudres d’Andrew.

Le jeune Lydéen avait dans l’idée d’attendre que son Maître Intendant retrouve conscience, avant de partir à toute jambe vers le cloître afin de demander de l’aide. Logan n’aurait cas resté à veiller sur son père. Il ne devrait pas être bien long à revenir avec des secours, et puis, Logan avait tout ce dont il avait besoin ici pour passer la nuit. Le glaneur lui avait ramené quelques fruits, remplit des gourdes d’eau, déniché dans le fond des sacs des esclavagistes une bouteille de rhum au cas où la seule solution à la douleur d’Andrew se trouverait dans l’alcool. Le jeune Lydéen avait même trouvé des biscuits secs et des dés, histoire que Logan oublie son angoisse et ses doutes.

Alors que les dés Lydéen roulaient entre la paume de sa main, Koah regarda calmement Andrew pendant un moment encore, puis, après avoir jeter les dès devant Logan, Koah s’agenouilla à côtés du père de ce dernier. Précautionneusement, il souleva le bandage à la cuisse de l’homme et examina la plaie. Sous l’acte, Koah vit qu’Andrew tressaillit faiblement, et il laissa échapper un sourire. « Une chose est sûre, c’est qu’il respire. » Dit-il d’une voix rassurante pour Logan. « Tu as été très courageux aujourd’hui, bonhomme. » Un sourire alors qu'il reprenait les dés et qu'il les lançait. « Ton père est fier de toi, j’en suis persuadé. Lorsqu’il sera réveillé, je fonce au cloître cherché de l’aide. Je compte sur toi pour veiller sur lui. Ça ne devrait pas être très long avant que je revienne avec du secours. Tu penses pouvoir rester seul ici à t'occuper de ton papa ? »

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1787
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 03 - Pour une trace de Kant.   Lun 19 Nov - 18:02

A mesure que le temps passait, Logan avait bien vu que le glaneur était plus calme que lui. Plus mûr aussi. Il réussit à allumer le feu avec patience et lorsqu’il retira les deux balles, le jeune garçon détourna les yeux. La vue du sang l’écœurait un peu en temps normal mais le fait de savoir qu’il appartenait à son père, il avait du mal à le supporter. Il avait peur de la perdre mais il fit tout son possible pour l’aider, du mieux qu’il le pouvait. La petite partie dés qu’ils firent ensuite l’aida à se calmer. Il perdait, mais ce n’était pas l’important. Ce qui lui semblait vraiment admirable, c’était la détermination de Koah. Il tenait parole, il sauvait son père. Rien que ça lui valut un regard plein d’admiration et e reconnaissance. Veiller sur son père ? Oui, il s’y attacherait avec beaucoup de zèle. Mais malgré les propos rassurants du glaneur, Logan dit avec une voix attentive :

- Je crois surtout que c’est de toi qu’il sera fier. Tu lui as sauvé la vie… enfin même si rien n’est joué… Mais s’il survit ce sera grâce à toi. Je peux veiller sur lui, comme tu l’as fait pour moi. J’espère que je ne t’ai pas attiré d’ennuis… avec les prêtres ou mon père…

- Ce ne sera pas nécessaire…

Une voix cassée mais reposée venait de briser faiblement le silence et Logan sursauta de surprise. Andrew avait ouvert les yeux et il avait articulé ces mots. Il continua alors, en passant sa main sur son front :

- Koah… nous partirons ensemble… je me sens capable de marcher. Et puis, nous devons rentrer le plus tôt possible… si ce que tu m’as dit est vrai. Les Idrazits… ils ne quitteraient pas le Mont Kobol… jamais… Mavican les tient en laisse, c’est sûr… Il faut prévenir Boric et le Conseil. Le leur dire… et ensuite, il faudra découvrir qu’est-ce qu’il peut bien avoir pour les faire marcher vers nous…

Il se redressa. La douleur au ventre se fit un peu plus vive mais avec le bandage, il allait mieux. Sans compter que la balle avait été extraite. Logan l’enlaça alors de façon plutôt fougueuse. Assis au sol, il rendit l’étreinte à son fils. Il avait bien failli le laisser seul ici… orphelin. Il ne doutait pas que Koah l’ai ramené à Lydée et que Guerel l’ait adopté par la suite. Il se sentait bien et ce malgré les douleurs ensommeillées qui se manifestaient de temps à autre. Il embrassa Logan sur la joue en le serrant du mieux qu’il put sans trop souffrir. Il leva les yeux vers le glaneur. Il lui était redevable car sans lui, jamais il n’aurait pu survivre à ça. C’était une chance qu’il ait fait plus ample connaissance avec lui quelques jours plus tôt. S’il avait su par le passé que le jeune homme lui viendrait en aide de la sorte, il aurait surement agi autrement. Il avait mis en danger la vie du jeune homme et indirectement celle de son fils. Malgré le fait qu’il soit encore un peu dans les vapes, il dit d’une voix empreinte de morale :

- Vous auriez pu périr tous les deux avec ces Hankiens… tout ça pour me retrouver…

Il savait bien que cela risquait de les exaspérer tous les deux mais il esquissa un léger sourire. Il savait bien que de toute façon, rien de ce qu’il pourrait dire ne serait vraiment pris au sérieux surtout qu’il ne le pensait pas vraiment. Il resta un moment assis après que Logan l’eut lâché. Puis il se demanda si Koah lui avait pardonné son geste. Après tout c’était une agression caractérisée, plutôt grave même… Il comprenait parfaitement la rancœur que le glaneur pouvait exprimer à son encontre. C’est comme si vous sauvez la vie de quelqu’un et que ce dernier vous agresse violemment. Il avait honte de lui et il se jura intérieurement de demander pardon directement aux Dieux. Déjà, il voulait revenir sur ce qu’il avait entendu alors qu’il reprenait conscience :

- Et… je suis fier autant de l’un que de l’autre. Koah parce que malgré ce j’ai fait, tu m’as sauvé… je ne le méritais pas… Et puis, tu as agi avec ton cœur et non avec ta tête. Au lieu d’écouter les mêmes choses que Boric, tu as préféré user de ton instinct. Je t’en serais éternellement reconnaissant. Quant à toi Logan… bien que tu mérites une punition exemplaire pour avoir suivi Koah dans son aventure périlleuse, je dois t’avouer que j’ai été ébloui de la façon dont tu as précipité ce fils de Torsha dans le vide. Et aussi pour la liane que tu nous as apportée. Et si nous…

Il tenta alors de se lever et y parvint mais à coup d’un gros effort. Une fois debout, sa tête tourna un peu et il dut attende quelques minutes pour que cela passe. Il fit alors un pas. Sa cuisse lui faisait un peu ma mais moins que sa blessure au ventre. Il boitait, mais se sentait capable de marcher.

- Je pense que ça pourra aller… Logan, il me faudrait un grand bâton pour m’appuyer dessus. Koah est épuisé, je ne veux pas le fatiguer davantage.

Logan, content de voir son père debout se hâta de cherche l’objet demandé. Pendant ce temps, Andrew tendit sa main vers le glaneur et lui dit :

- Merci… je me sens sale de mon geste… et j’aimerais juste te dire que je te suis redevable… surement jusqu’à la fin de mes jours. Quoi que tu aies besoin, n’hésite pas à me le demander. Ce sera avec plaisir.

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1917
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 03 - Pour une trace de Kant.   Lun 19 Nov - 20:14

C’était donc cela ? Cette sensation que l’on ressentait lorsque quelqu’un était fier de soi et que l’on recevait de sincères félicitations ? C’était étrange, presque agréable. Koah n’avait pas souvenir d’avoir reçu pareil éloge de toute sa vie, et cela le fit rougir. Cette sensation qui s’emparait de lui annihilait tout sentiment de pure rancœur à l’égare d’Andrew. Le jeune Lydéen observait son Maître Intendant en silence, troublé par tout ceci. L’homme blond en face de lui redevenait désirable, presque humain à ses yeux, et il lui fallu un grand effort de raison pour ne pas se perdre dans des fabulations grotesques réveillés simplement par le physique un peu trop avantageux d’Andrew.

Cependant, cet élan presque affectueux que ressentait Koah l’incitait à être plus enclin à lui trouver des excuses désormais. La fatigue, la douleur, l’angoisse… cet instant de démence appartenait maintenant au passer. Il ne devait plus être évoqué, au risque de raviver la petite flamme de colère emprunt de tristesse et d’amertume qui sommeillait en lui. C’était assez étonnant la façon dont Koah pardonnait mais n’oubliait pas.

Après un instant d’hésitation, Koah se redressa et lui serra la main afin de lui démontrer que la page était tourner, et qu’a cet instant, il ne lui en voulait plus vraiment. Rapidement gêner par ce contact, le glaneur se détourna d’Andrew et fit mine de trouver le ciel des plus intéressant alors qu’il n’en était rien. « Je ne chercherais même pas à essayer de vous convaincre de rester allonger. Je suis persuadé que je perdrais mon temps. »

De toutes les choses profondes qu’il aurait pu dire à Andrew à cet instant où les barrières entre son Maître Intendant et lui, son subalterne, semblaient être tombées, c’était tout ce que les lèvres de Koah avaient pu formuler. Une banalité quelconque. Sa raison voulait passer du coq à l’âne, passer au silence tout ceci car s’aventurer sur ce chemin lui semblait bien trop glissant.

Conscient qu’il ne servait à rien de discuter et que quoiqu’il puisse dire, Andrew ne resterait pas sagement ici à attendre un secours quelconque, Koah se résigna à ranger le campement en attendant que Logan trouve à son père un morceau de bois. Le retour au cloitre prendrait quelques petites heures, ils y seraient certainement après le coucher du soleil. Rapidement, le jeune homme rangea les couvertures, les outres remplies d’eaux et tout ce qu’il avait sortit des sacs dépouillés aux cadavres des esclavagistes.

« Comment ce fait-il que vous vous soyez trouver sur la route de ces esclavagistes ? Si près de Lydée, c’est assez étonnant. Je pensais qu'ils respectaient notre territoire et qu'ils n'y chassaient pas... » Demanda-t-il d'un ton étonné en secouant une grosse couverture poussiéreuse au-dessus de la falaise. « Vous étiez partit chasser de l’autre côté de la rivière de Lydée ? » Les yeux de Koah glissèrent sur ses bâtons flottant près du cadavre au milieu des rochers en bas de la chute, et il eut un pincement au cœur. C’était un cadeau de son père, ses premières armes qui l’avaient sauvé plus d’une fois la vie d’une mort douloureuse. Mentalement, il leur dit adieu, prenant leur perte comme une volonté divine qui le dépassait.

Une fois revenu vers les sacs, Koah y rangea la dernière couverture et passa par-dessus son épaule les lanières de cuir, près à s’en aller à tout moment. Plus vite ils partiraient, et plus vite ils arriveraient au cloître qui était bien plus proche que l’était Lydée à l’heure actuelle.

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 03 - Pour une trace de Kant.   

Revenir en haut Aller en bas
 
03 - Pour une trace de Kant.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Je laisse ma trace...
» VRTool pour virtual regatta
» Vos astuces et produits miracles pour enlever LE FEUTRE.
» Abonnement Xbox Live : 13 mois pour 30 €
» Quelle PSP choisir... pour Monster Hunter bien sûr!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Exilés du Monde :: LES EXILES DU MONDE : L'HISTOIRE :: TOME I : LA MARCHE DES IDRAZITS-
Sauter vers: