AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 07 - La Marche des Idrazits - 2e partie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1931
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: 07 - La Marche des Idrazits - 2e partie.   Mer 5 Mar - 0:33



La lande était calme et il avait cessé de pleuvoir dès l’apparition des premières lueurs de l’aube. Cela faisait quelques heures maintenant que le groupe avait quitté le Pic des Ténèbres, le laissant loin derrière lui. La traverser de la lande désertique se fit en silence et presque à la file indienne car Jewel avait refusée de laisser les autres marcher à ses côtés. Gurkan s’avançait un peu en retrait, à côté de Fazina et de Poméra qui discutaient à mi-voix de leur sort de Jalaniennes bloquées ici. L’esclave Capricanne était arrivée à consoler sa jeune maîtresse qui avait du mal à accepter l’idée de rester sur le monde des Exilés. Mais après tout, ici ou ailleurs, cela n’avait aucune importance, elles n’étaient attendues nulle part.

Au fil des heures, alors que le groupe cheminait à travers la végétation de plus en plus dense et florissante de la lande, l’indifférence des Lydéens envers Laë ne cessa de grandir. La reine les suivait mais personne ne lui prêtait une réelle attention. Seul Meecham qui marchait à ses côtés comme un garde du corps près à la défendre, lui témoignait de la sympathie.

Un peu après l’heure de midi, le groupe croisa enfin la route de quelques oasis de verdure qui semblaient annoncer le retour de la végétation et la fin de la lande des Terres fumantes des Rocheuses de Kobol. Ici, poussaient des hauts arbres dont les feuilles étaient soufflées par un vent très léger. Lorsque les Lydéens s’arrêtèrent près d’une petite source pour se désaltérer, remplir les gourdes et faire un semblant de toilette, Jewel n’accorda pas la moindre attention à qui que ce soit. Même Meecham qui se hasarda à lui demander si tout allait bien, ne reçu qu’un regard méprisant pour seule réponse.

Assise sur un tronc d’arbre courbé, Poméra se massait les pieds alors que Fazina finissait de la coiffer. Plus loin, Gurkan, Andrew et Kodo consultaient la carte de Borias à la recherche du chemin le plus directe pour Lydée. Gurkan dit alors en indiquant un point précis du doigt sur la carte : « Par ici, nous traversons cette forêt, nous passons la rivière et nous rejoignons la Route de Lydée. Après, nous n’aurons plus qu’à la suivre jusqu’au village… » Il regarda le ciel à travers les branches des arbres qui entouraient la source. « Je penses qu’on peut rejoindre la route de Lydée avant la tombée de la nuit. »

Poméra fit la moue. Elle se tourna vers les hommes et dit d’un ton capricieux : « Nous ne partons quand même pas déjà, si ? J’ai mal aux pieds et je meurs de faim ! A cause de Kirion, nous n’avons pas pu nous reposer. S’il vous plait, j’ai pas envie de continuer à marcher aujourd'hui ! Non… »

« Un peu de courage jeune maîtresse… Nous nous reposerons bientôt. »

« Tu n’as pas fatiguée, toi ? Moi si ! »

« Si mais nous devons être forte. »

« Il faut s’éloigner le plus possible du Pic des Ténèbres, Poméra. » Gurkan jeta un coup d’œil en arrière. « Le monstre est certainement à la recherche de Kant. Et puis, une fois sur la route, avec un peu de chance, nous croiserons le chemin de marchands qui te feront une petite place dans leur charrette où tu pourra dormir. »

Les yeux de Poméra brillèrent d’espoir. « Oh oui ! Si ça pouvait être vrai ! »

Meecham fouilla dans son sac et en sortit un morceau de tissu pourpre dans lequel se trouvaient quelques baies. Il s’approcha de sa protégée et il les lui tendit. La jeune fille les engloutit aussitôt, affamée. « Ce n’est pas grand-chose, mais si ça peut apaiser ta faim. »

Appuyé contre le tronc d’un arbre les bras croisés, Gurkan regarda un instant Laë qui était assise un peu plus loin, puis, après s’être assuré que Jewel fut hors de porté de voix (la Lydéenne se trouvant seule sur une pierre à une centaine de mètre à fixer l’horizon), il regarda Andrew et demanda à voix basse : « Afin d’éviter d’énerver d’avantage Jewel, je n’ai rien dis, Kant, mais qu’est-ce qu’elle fait là celle-là ? Elle ne devrait pas retourner chez elle arrêter ses sujets et reprendre le pouvoir dans son pays ? Tu la ramènes avec toi à Lydée ? Tu vas en faire ta reine ? Je ne pense pas que se trimballer la chérie de Kirion soit une très bonne idée. S’il lui arrive quoique ce soit, nous allons le sentir passer. »

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1795
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 07 - La Marche des Idrazits - 2e partie.   Jeu 6 Mar - 12:38

Andrew regarda Gurkan de ses yeux bleus où se mêlaient maintenant fatigue et air lointain. Lui qui s'était toujours montré terre à terre il n'arrivait pas croire qu'en lui, un pouvoir surhumain résidait. Ce n'était pas une partie de plaisir quand il y réfléchissait. Et après tout ce voyage, ils n'avaient pas pu sauver Lydée, la chose qui leur était le plus cher. Le moral n'était pas au plus haut et le chasseur s'expliqua, l'air ailleurs :

- Au point où nous en sommes... De toute façon, je ne l'ai pas invité, c'est Kirion qui nous l'a imposée pour le simple plaisir de nous rappeler son existence...

Non loin, Logan et Kodo regardait Poméra dévorer les baies. Ils en auraient bien volontiers voulu une part et si le Qwel préféra soupirer légèrement, Logan en revanche, était bien connu pour ne pas avoir sa langue dans sa poche, il dit d'un ton que la faim rendait cassant :

- Sale égoïste ! Tu pourrais partager ! Il n'y a pas que toi qui a faim... tu n'es vrai... Aïe !

Kodo venait de lui écraser le pied pour qu'il se taise et se pencha à son oreille pour dire :

- Laë sentir bon... comme si elle avoir la chair tendre...

- Je m'en fous !

Logan écarta le Qwel et s'approcha de Poméra :

- Tu ne penses qu'à toi, c'est tout ! Ce n'est pas juste ! Nous on t'a bien aidée quand tu étais tout seule et tu t'empiffres sous notre nez sans rien nous proposer !

- Logan, calme-toi. Si en chemin nous trouvons des fruits comestibles, nous irons les cueillir et tu pourras en manger. En plus, je te rappelle que tu n'aimes pas les baies...

Il y eut un instant de flottement où Logan resta planté devant Poméra le bouche ouverte mais le souffle coupé. Son visage s'empourpra, en fait il bouillait de rage de se faire rabattre le caquet une fois de plus. Il lâcha, venimeux :

- J'en aurais mangé quand même parce que j'ai faim aussi ! J'espère qu'elle va s'empoisonner avec, cette fille de Torsha !

C'est le moment que choisit Laë pour intervenir. Elle avança vers les deux enfants leur montra le morceau de viande presque cuit que Kirion lui avait apporté. Elle dit alors :

- Je crois qu'il est assez gros pour tout le monde. Si vous le voulez, je vous le donne avec...

- Non non non non et non ! Qu'est-ce qu'il y a dedans, du poison ? Et Kirion nous a dit de ne pas y toucher, alors ne comptez pas sur nous pour faire apparaître votre petit copain. Garde-le pour vous, festoyez si vous voulez mais nous n'en toucherons pas un morceau !

- Mais...

- Non ! Celui qui touche à ce morceau de viande, je le... (Il resta hésitant car il ne sut quoi ajouter) donne aux Rongmols !

Logan et Kodo pouffèrent de rire. Andrew faisait tout sauf crédible. Sentant que la situation risquait de ne pas tourner à son avantage, il s'en sortit avec une belle pirouette :

- Vous gardez ce truc pour vous, nous n'en voulons pas. Sinon on vous attache à un arbre et on vous y laisse ! Après tout, vous n'êtes pas bienvenue ici.

- J'ai cru le comprendre, mais que vais-je faire de ce morceau de viande ?

- Bah, mangez-le !

- Impossible... je suis végétarienne !

Grand silence qui laissa Andrew sur le cul, enfin façon de parler. Il avait du mal à saisir une chose et il posa la question :

- Pourquoi Kirion vous l'a-t-il apporté alors ? Si vous n'aimez pas ça ?

- Simplement pour le plaisir de me voir dégoûtée face à cette chose. Et sans doute pour vous faire saliver inutilement. Ecoutez, je n'ai pas la prétention de tout connaître de lui mais ce genre de chose fait partie des actes qu'il nous a habitués à voir. Pour moi, cela n'est guère étonnant mais je peux comprendre que vous soyez surpris. Je n'ai pas utilité de cette viande, et si c'est moi qui vous la donne, je ne pense pas qu'il soit contre. Je ne peux rien vous imposer, sachez simplement que j'avais pensé que vous le voudriez. Libre à vous de le laisser aux charognards.

Kodo s'était approché et sentait le parfum de cette viande qui tombait à point nommé. Il dit comme pour convaincre les autres :

- Jeter viande être un gachis considérable... Kodo avoir faim lui aussi et ne pas sentir poison.

Andrew resta songeur un instant. Il était partagé... D'un côté, il y avait Kirion et sa Laë et de l'autre les enfants affamés. Il jeta un oeil à Gurkan comme pour avoir son avis.

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1931
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 07 - La Marche des Idrazits - 2e partie.   Jeu 6 Mar - 21:17

Gurkan haussa ses larges épaules, puis d’un mouvement rapide, il s’avança vers Laë et lui arracha des mains le morceau de viande. Il le sentit, puis après s’être assurer qu’il n’avait pas une odeur suspecte, il dit : « Il a l’air bon ! En tout cas, tout comme Kodo, moi, j’ai la dale. Si son Altesse Royale, Reine du pays des zarbs souhaite s’en débarrasser, autant le faire disparaître dans nos estomacs. »

Fazina récupéra le morceau de viande à deux mains, le soupesant et le jaugeant du regard. « Je suppose que prendre un peu le temps de se reposer ne nous fera pas de mal. Le temps d’un repas et d’une sieste pour les enfants. » Un air hautain. « De plus, nous devrions profiter de l’absence de sa cruelle divinité qui nous à chassé comme des malpropres de notre grotte. »

Meecham opina, puis, entendu, tous s’attelèrent à dresser un petit campement. Une dizaine de minutes plus tard, Gurkan et les autres se tenaient autour du feu de camp et dévoraient avec appétit la viande que Fazina avait aromatisée de quelques épices tirées de son sac. Poméra et Logan, assit l’un à côté de l’autre sur une couverture, avaient tellement faim qu’ils en oublièrent les bonnes manières. Tout le contour de leurs bouches, jusqu’aux coins des joues étaient couverts de gras de viande, alors qu’ils mangeaient avec bruit comme des animaux. L’image qu’ils donnaient d’eux déclencha une vague de bonne humeur sur le campement qui effaça un instant les troubles de ces derniers jours.

Fazina riait aux éclats en écoutant Meecham raconter une blague qui ne fut pas du tout drôle pour les Lydéens, mais qui les fit tout de même rire par son flop cuisant. Il régnait autour du feu une atmosphère légère, voir bon enfant. Malgré cette bonne humeur apparente, seule Jewel qui persistait à rester terrée dans son mutisme et Laë qu’ils prenaient soin d’ignorer, ternissaient le tableau.

« Par les pyramides de Cheeranda ! » Fit Meecham en se tapotant le bide, affalé nonchalamment en arrière sur les coudes. « Eh bien, je ne sais pas ce que c’était comme animal que nous mangeons là, mais mes aïeux, il gave ! »

« Pour gaver de la sorte, ça doit être un membre de la famille de Kirion ! » Rit Fazina de bon cœur alors que Poméra s’acharnait d’avantage sur un os.

Comme les autres, Gurkan aurait juré qu’il n’avait jamais mangé de viande aussi savoureuse et substantielle. Sans savoir pourquoi, le guerrier trouva la remarque de Fazina terriblement drôle et il ne put s’empêcher, malgré tous ses efforts, d’éclater de rire. Il essaya en vain de contenir cette hilarité, au point pratiquement de s’étrangler.

Vers la fin du repas, Meecham questionna les Lydéens sur Hanka et Oderne, ne comprenant pas les divisions qui opposaient ces trois communautés. Malgré toute la rancune que Gurkan éprouvait envers Hanka, il essaya de répondre le plus objectivement possible, mais en bon Lydéen imbu de sa supériorité, il ne put contenir très longtemps les éloges envers Lydée. Meecham devait faire le trip dans ce que racontaient les trois Lydéens et Kodo, et écarter leurs propos chauvins.

« Sans vouloir être désobligeant envers les vôtres mes amis, il est évident que vous seriez bien plus puissant unis que désunis. » Se hasarda à dire le guerrier Jalanien. « L’histoire dans notre monde le prouve. Si Caprica fut si terriblement pénible à envahir, ce ne fut simplement grâce qu’à l’unité qui soudait les différentes tribus qui la peuplaient. »

« Nous ne sommes pas sur Caprica, Meecham. » Rétorqua sèchement Gurkan. « Bien trop de choses et d’événements nous opposes. Se serait comme nous demander à Kant et à moi de nous apprécier ! »

« Mais un terrible événement à venir vous unis, ne le voyez vous pas ? Vous êtes tous dans la même galère, que vous vous appréciez ou pas. »

« Pour ne parlez que de Cécrops, il ne fera aucune distinction entre vous autres Lydéens et les autres primitifs qui peuplent la partie de ce monde. »

« Qu’est-ce que vous allez faire ? »

Allongé sur un flanc, Gurkan fixait Jewel. La jeune femme avait refusée de les rejoindre malgré leur insistance. Elle préférait restée debout à contempler l’horizon, appuyée sur le bâton de Guerel à une centaine de mètre d’eux. Elle semblait attendre le départ. Après un instant de silence, il dit : « Je ne sais pas ce que Kant compte faire avec les dirigeants pour régler cette histoire, mais moi je compte déjà voir de mes propres yeux ce qu’il est advenu des nôtres et de mon village ! » Il planta son regard sur Andrew et ajouta d’un ton un peu narquois : « Te rends-tu compte Kant que tu es sans doute le chef des derniers Lydéens ? Si Boric et Lokan ont péris dans la bataille et si les autres Maîtres Intendants ne s’en sont pas sortit, tu prends le pouvoir sur la communauté… du moins ce qu’il en reste. »

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1795
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 07 - La Marche des Idrazits - 2e partie.   Jeu 6 Mar - 23:54

Oui... Andrew le savait ça... et très honnêtement, ça lui faisait plus peur qu'autre chose... Être Maître Intendant avait ses avantages... il décidait mais n'engageait pas la vie des villageois. Il se voyait mal à la place du chef... parce que tout simplement, il ne s'estimait pas assez sage ni légitime pour prendre les rênes. Mais, il en eut un peu assez de l'attitude de Gurkan envers lui et il lui répondt, d'un ton plutôt sec :

- Oui... ce qui sous-entend que tu me devras le respect dû à un chef. Et l'obéissance aussi.

Il marqua une courte pause et ajouta d'une voix plus amicale :

- Honnêtement, vous me voyez chef de Lydée ? Maître Intendant me convenait suffisament. Et Meecham a raison, Gurkan. Tu as oublié que par le passé, nous nous sommes appréciés. J'ai vu l'arrivée des Sulas, ils étaient unis au départ... Cheera les a tous considérés pareil. Je suis sceptique, mais il y a peut-être un espoir d'entente... minime...

- Vous n'aurez guère le choix, Andrew.

Laë qui s'était assise à l'écart des autres et qui regardait Jewel avec mélancolie venait de parler et de faire tomber sur le camp une petite vague de froideur. Elle poursuivit en plantant son regard bleu dans celui du chasseur :

- Vous détournez le sujet parce que cela vous terrifie... Et pourtant, si vous êtes amené à diriger votre peuple, il sera nécessaire d'affronter votre crainte. S'il ne reste aucun chef, vous devrez guider les vôtres et ne pas les abandonner.

- Je n'ai jamais dit que j'abandonnerais Lydée. Mais je susi sûr que vous vous faîtes des histoires pour rien, Boric est si lâche qu'il a du se cacher quelque part... ou Lokan, peu importe... Et puis il y a Dolgan... et d'autres... pourquoi serait-ce à moi de devenir le chef de Lydée ?

- Parce que vous avez hérité d'un pouvoir important en vous... c'est par lui que vous parviendrez à ralier les autres à votre cause. Après ce que votre village a vécu... les gens auront besoin d'être en sécurité... Certains auront beau être vieux, ils n'auront pas le charisme ni la force pour unir votre peuple. C'est votre destin, un point c'est tout.

Andrew ne put s'empêcher de penser que ce pouvoir risquait plus d'effrayer les autres que de l'aider à les regrouper... Sa peur de la magie perturbait son raisonnement. Il se sentait très mal à l'aise mais répondit, déterminé :

- Cheera ne m'a pas choisi pour diriger Lydée. Et je ne crois pas qu'il soit nécessaire de mentionner le pouvoir qu'elle m'a légué...

- Voiler un de vos atouts ? Voilà une décision bien étrange... enfin, vous ferez comme il vous plaira. Niez l'évidence, même si je doute que vous y échappiez.

Et un autre silence tomba sur le camp. Elle regarda à nouveau Jewel et ajouta, la mine un peu dégoûtée :

- Et cette viande semble être un morceau de dragon de terre... en tout cas, elle en avait l'odeur...

Logan palit. Il fut si surpris que le morceau de viande qu'il était en train d'avaler se bloqua au fond sa gorge et s'engagea dans le mauvais tuyau. Il s'étouffa et recracha la viande qu'il avait maché avec une grimace comme s'il allait vomir. Kodo se contenta de rire et continua de manger. Le fils Kant avait pris pour décision de mettre un maximum de distance entre lui et cette chose. Il se leva et avança vers Jewel, en s'essuya la langue avec sa main pour en enlever le goût. Laë le suivit des yeux avec un air amusé et jeta un coup d'oeil au Qwel qui poursuivait son festin. Jamais il n'aurait cru qu'un monstre à l'odeur si pestilentielle puisse avoir si bon goût... Comme quoi, tout était possible.

Logan s'approcha de la lydéenne et s'assit à côté d'elle. La présence féminine presque maternelle lui manquait beaucoup. Et même s'il ne disait rien pour l'instant, il était bien content d'avoir Jewel si près de lui.

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1931
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 07 - La Marche des Idrazits - 2e partie.   Ven 7 Mar - 6:22

Poméra et Fazina éclatèrent elles aussi de rire devant le dégoût de Logan. La viande était délicieuse, alors à quoi bon se priver de la dévorer même en sachant qu’elle appartenant à un dragon de terre putride et nauséabonde ? En tout cas, l’information ne perturba pas du tout Poméra qui continuait d’engloutir morceaux après morceaux la chaire tendre et rosée.

« D'abord il n'aime pas les baies et ensuite maintenant, il crache sur le reste de sa viande parce que c'est du dragon de terre ? Il est débile le nabot, ou quoi ? C’est délicieux ! » Lança Poméra en récupérant les morceaux laissés par Logan. « Faudra en chasser d’autres, car j’adore ! On dirait du Chajokak roux. »

« Savoure les derniers morceaux que tu as Poméra, car je crois que tu n’en mangera plus jamais de ta vie du dragon de terre. »

Gurkan se redressa la mine grave posée sur Andrew. Il n’arrivait pas à crois qu’il puisse refuser à ce point l’évidence. D’un ton catégorique, il dit : « Après ce qu’il s’est passé, comment peux-tu encore accorder un semblant de crédit à Boric ? Kant, écoutes-moi bien parce que je ne le dirais pas deux fois. Je préfère savoir un type dans ton genre à la tête de Lydée, qu’un Grams. Ont-ils bougé le petit doigt pour sauver Lydée malgré les avertissements du Kabéthien ? Non. Pour moi, il est clair que Boric, même s’il est toujours en vie, ne mérite plus le statut de chef. En tant que Maître Intendant, tu peux le revendiquer, et j’espère que tu le feras s’il est encore en vie. Ce n’est pas par sympathie que je te dis ça, mais parce que c’est juste et tu le sais. Les Grams ont aidés à détruire Lydée en agissant comme des abrutis. Que tu le veuilles ou non, c’est à toi que revient le devoir de remettre de l’ordre dans notre village. »

Gurkan fronça les sourcils, puis il continua de parler : « Bien sûr, tu te fritteras sans doute aux partisans des Grams, mais je peux t’assurer que beaucoup d’autres familles te suivront si elles ont survécues. Les Zacharias et les Ramirez attendent depuis des générations la chute des Grams, et tu le sais. Ils te soutiendront. Comme les Lang. Contrairement à Koah qui ne jouissait pas d’une grande réputation au sein du village, et surtout face à vous les Maîtres Intendants, les autres Lang ont une grande influence, surtout Borias, Déjanire et Carline. Si tu réclame le pouvoir, les Lang te seront forcément fidèle, tout comme la femme de Guerel, le Cloître d’Okan, les Sœurs de Cheera, la guilde dont tu as la charge… »

Gurkan hésita une brève seconde, puis il rajouta le visage impassible et terriblement sérieux : « … et ma patrouille de guerriers… Ils n’apprécient pas tous Lokan. Certain ne l’estime même pas à sa place dans la milice. »

Meecham dit alors : « Eh bien, cela semble faire quand même un peu de monde, Andrew. Vous n’avez pas trop à vous inquiétez. Croyez-moi, le rôle de chef s’apprend et vu comme vous tenez tête à Kirion, je suis persuadé que vous pourrez venir à bout de mortel qui sont quand même bien moins agressifs que lui. »

De son côté, Jewel fixait toujours l’horizon d’un regard perdu. Elle avait sentit la présence de Logan, mais elle ne ressentait pas le besoin, ni l’envie de lui adresser la parole ou même un regard. La jeune femme restait simplement là, immobile comme une statue appuyée sur son bâton. Car si elle rejoignait les autres, elle sentait qu’elle allait craquer au point de devenir violente, ce qu’elle se refusait à être. Elle en voulait à tout le monde, mais terriblement plus à Andrew. Elle estimait qu’il les avait trahi en ne tuant pas Kirion. Andrew n’était même pas capable d’agir en homme. Il n’était même pas capable d’imposer à ce dieu cruel un semblant de respect envers eux. Kirion les traitaient pire que des moins que rien et la seule personne pouvant lui rabattre son caquet se contentait de vaines menaces.

Après un instant à regarder les nuages dans un ciel merveilleusement bleu, la jeune femme dit alors d’un ton très calme : « Tu sais à quoi je pense ? Que je n’ai même plus de robes. J’avais une robe… une bleue… Koah l’adorait. Avant de mourir, dans son délire, il m’a vue dedans. Je viens de réaliser que c’était la dernière fois que je l’ai mise en quelque sorte. » Un long silence. « Il ne t’en veux pas… pour ses parchemins. »

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1795
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 07 - La Marche des Idrazits - 2e partie.   Lun 10 Mar - 12:12

Se voir énumérer ainsi les gens susceptibles de le soutenir n'enlevait rien au mal être d'Andrew. Gurkan avait beau lui dire ça pour le rendre à l'évidence, au fond c'était inutile parce qu'il savait qu'il n'y échapperait pas... Il se voyait mal à la place de chef de Lydée, tant d'autres le méritaient plus que lui... comme Dolgan par exemple. A supposer qu'il soit toujours en vie, bien sûr. Et puis, il y avait d'autres gens, plus anciens, plus sages.

- De toute façon, s'il y a eu des survivants, ce que j'espère plus que tout, ils auront choisi certainement quelqu'un à leur tête... et vous vous emballez. Koah aurait pris du temps pour réfléchir et choisir le plus susceptible d'être chef...

- A la différence près que Koah est mort, désormais. Ce n'est pas en faisant parler et penser les morts que vous avancerez. Dorthal ou Crécrops ne demanderont pas ce que leurs mères pourraient penser avant de vous envahir pour vous exterminer. Andrew, vous êtes comme Jewel... vous gardez un pied dans le passé et ce n'est pas une solution. Il vous faut avancer et non pas rester dans cette position.

- Jewel a de bonnes raisons de regretter le passé, nous en avons tous.

- Certes, mais sont-elles importantes au point de vous empêcher d'être lucide ? Qui a pris la décision d'aller chasser Mavican ?

- Koah et Guerel... et... moi...

- Si tous les trois étiez d'accord, alors vos amis n'auraient vu aucun inconvénient à ce que vous dirigiez Lydée. Si tel doit être votre avenir, pourquoi le nier ? Leur estime envers vous a-t-elle un jour diminué ? Vous ont-ils ôté leur confiance ?

- Non...

- Alors, les choses sont claires. Vos amis ont des arguments solides. Ils vous font confiance.

Andrew se contenta de baisser les yeux et de se réduire au silence. Il aurait bien volontiers crié à Laë de la fermer et de les laisser tranquilles avec tous ses raisonnements tambours mais, il devait avouer qu'elle avait raison. Il se rattachait à ce qu'il y avait de plus vétuste au final. L'ére des Grams était terminée... Il lâcha simplement pour clore temporairement le sujet :

- Nous verrons en temps voulu... Mais ce sera aux survivants de choisir, je ne me proposerais pas.

- Toi devoir manger, sinon, nouveau chef de Lydée devenir Gurkan... et lui ne pas avoir barbe très belle... ni l'odeur raffinée...

Kodo donna une tape amicale sur l'épaule de Gurkan. En réalité, ils étaient tous... négligés... surtout les hommes. Andrew avait une barbe blonde foncée d'une certaine taille qui lui donnait l'air d'un mendiant. Et Gurkan avait l'air lui aussi sérieusement affecté par le temps écoulé... Quant à Jewel, elle n'avait plus les cheveux aussi brillants, ils étaient rêches et emmêlés. Logan par contre ne souffrait d'aucune gêne. Trop jeune pour avoir une autre pillosité que celle du cuir chevelu il était tranquille. Contrairement à Kodo qui au départ n'était pas reluisant et dont l'état actuel faisait presque peur. Seule Laë paraissait méticuleusement propre... et c'était à se demander comment, étant donné qu'elle avait parcouru une distance considérable avant d'arriver...

Pendant que la discussion s'animait du côté d'Andrew, Logan écouta Jewel parler au sujet de sa robe. En y réfléchissant, il avait du mal à ne pas regretter lui aussi sa chambre. Mais lorsque la jeune femme lui confia ces derniers mots... il sentit un léger poids s'envoler. Non pas que les parchemins le fassent énormément culpabiliser mais Koah n'avait pas apprécié leur sort. Il répondit, songeur :

- Quand j'y pense, il voulait me laisser à Lydée... tout seul... pour ma sécurité qu'il disait. J'ai bien fait de le suivre. Boric s'en serait pas mal moqué si j'avais brûlé... tu crois qu'ils sont tous morts ? Il doit bien y avoir des survivants... hein ?

Voilà le plus gros fardeau du fils Kant... il savait que Jirias l'avait manipulé. A cause de lui, ceux qui étaient partis vers les Champs étaient sans doute morts... Il craignait de rentrer pour ne voir aucun être vivant...

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1931
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 07 - La Marche des Idrazits - 2e partie.   Lun 10 Mar - 19:07

Jewel secoua la tête, les yeux plantés sur l’horizon, puis d’un ton amer, elle dit : « Non, Logan. Je n’y compterais pas trop si j’étais toi. A part ceux qui ont eu la chance de s’échapper, je pense qu’il n’y a plus grand monde qui a survécu. Tu l’as entendu, ce Jirias de malheur ? Il les a envoyé dans les champs de Lydée. Il nous a menti. Il nous à piéger. Qui aurait pu remettre en doute sa parole ? Borias, Helen et Alcin le pensaient certainement sincères. Ils n’avaient pas de raison de se méfier. Le cloître s’est rendu dans les champs, et Jirias a envoyé là-bas les Idrazits. »

Elle tourna la tête dans sa direction, puis après un silence elle reprit : « Si je retourne à Lydée, ce n’est pas dans l’espoir de retrouver des survivants, mais dans l’espoir de donner une sépulture descente à mes parents et à mes amis. C’est tout ce que je pourrais faire pour eux, désormais. Et je pourrais les laisser partir. »

Jewel s’éloigna, laissant Logan seul. Elle venait de couper court à la conversation. Elle n’avait pas envie de parler à qui que ce soit car personne ici ne la comprenait.

Près du feu, Gurkan se mit à rire en bousculant Kodo qui tomba à la renverse ridiculement. « Tu n’as pas vu à quoi tu ressembles, le Qwel ! Et tu chlingues sévère mon pote ! »

Durant plusieurs heures, les hommes discutèrent entre eux hors de portée de voix tout en se lavant à l’eau de source. Le guerrier Lydéen avait à peine prit le temps de se décrasser un peu, ne touchant pas à sa barbe hirsute contrairement à Meecham qui prit soin de la tailler avec l’aide de Fazina. Il avait été convenu de laisser tout le monde se reposer jusqu’à l’aube demain matin. Après tout ce qu’ils avaient vécu et la longue route qu’ils avaient encore à parcourir pour rejoindre Lydée, ce n’était pas du luxe.

Une fois sa toilette faite et après une brève partie de dés, Poméra s’était profondément endormie la tête appuyée contre la cuisse de Fazina qui repiquait un pan de la robe de sa jeune maîtresse à la lueur du feu de camp. Il régnait sur le campement une atmosphère très feutrée. Chacun vaquait à des occupassions discrètement jusqu’à ce que tout le monde sombre dans le sommeil, sommeil gardé à tour de rôle par Gurkan, Andrew puis Meecham et enfin Kodo.

Deux jours plus tard, Andrew et ses compagnons marchaient d'un bon pas sur le Grand Chemin en direction du village de Lydée. Durant leur voyage, ils avaient traversés des régions ravagées par le « feu tombé du ciel » comme l’avait appelé Kodo. Les cratères et la cendre stigmatisaient par endroit la végétation. Parfois, ils croisèrent la route de cadavres de marchands qui pourrissaient et qui attiraient les Vélociraptors et autres charognards. Les hommes durent par deux fois affronter deux Vélociraptors affamés mais surtout complètement déboussolés.

Malgré la proximité avec les autres, Jewel était toujours peu coopérative. Elle renvoyait systématiquement à leur place toute personne s’approchant d’elle et voulant lui adresser la parole. Elle était d’ailleurs si froide et sec que personne n’osait plus l’interpeller à part Gurkan qui réussi plusieurs fois à la faire manger quelques rares fruits glaner ici et là à travers le voyage. La jeune femme prenait soin d’éviter d’adresser la parole à qui que se soit, et ont pouvait presque se demander si elle avait conscience de la présence de Laë tant son indifférence à son égard était grand.

« Je me demande quand nous allons croiser la route des Idrazits… » Dit Gurkan. « S’ils retournent bien vers le Mont Kobol, ils ne doivent pas être fort loin. »

« Sommes-nous encore loin de votre village ? »

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1795
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 07 - La Marche des Idrazits - 2e partie.   Mar 11 Mar - 17:54

- Non... enfin nous avons du parcourir presque la moitié du chemin. Même un peu plus. Quant aux Idraztis, il faut à tout prix les recroiser... si nous ne les voyons pas, ça voudrait dire qu'ils n'obéissent plus à Kobol... D'ailleurs... maintenant que j'y pense, Mavican tenait le coeur avant de mourir. S'il était tombé dans la lave... qu'est-ce qui empêcherait les géants de semer le chaos sur l'Île ?

- N'ayez crainte, les Idrazits marchent vers nous.

Andrew jeta un oeil interrogateur à Laë. Depuis quelques minutes, elle semblait plus concentrée. Cela faisait deux jours qu'elle les accompagnait et elle semblait toujours aussi propre, rayonnante. Parfois, ils avaient du franchir des flaques de boue dues aux violents orages en s'en mettant jusqu'au bas du genou. Laë les avaient suivis et sa robe semblait impeccable.

- Qu'est-ce qui vous fait dire ça ? Ils ne marchent pas le jour.

- Sauf si on les y oblige... Vous devriez peut-être faire une courte halte à l'écart, durant au moins un instant. Vu le vacarme qu'ils font et les traces qu'ils laissent derrière eux, il vous écraserait avant même de vous avoir vus...

Kant tendit l'oreille. Il n'y avait aucun bruit... pas même un tremblement. Andrew la regarda et répondit ironique :

- C'est le silence complet. Vous rêvez !

- Non, je vous assure... il y a des choses qui ne trompent pas. Et les araignées sur le sol s'écartent... comme il n'y aucun prédateur à proximité, j'en conclu que d'ici très peu de temps vos géants de feu devraient nous faire l'honneur de se présenter à nous...

- Vous parliez d'un vacarme...

- Oui, à Yrilia le silence est la pire des musiques... elle est annonciatrice de mort.

Andrew resta planté là, interloqué. Il avait du mal à croire en la véracité des propos de la reine mais savait qu'il serait plus prudent de s'écarter de la route et de mettre à la bruit. Sa réflexion fut stoppé par un évènement étrange. Un vélociraptor sortit des buissons et passa comme une flèche entre les membres du groupe sans en blesser un seul. Il avait l'air affolé et Andrew dit alors :

- Eloignons-nous, le temps qu'ils passent alors... Evitons les buissons, s'ils brûlent, nous suivrons rapidement...

Et ils s'éloignèrent dans la forêt avant de trouver un endroit assez dégagé, où ils seraient en sécurité. Deux lapins eurent le malheur de passer à côté d'eux et Andrew par un habile tour de flèche parvint à les abattre pour en faire un futur dîner. Logan semblait maussade. Plus il avançait, plus il avait peur de ce qu'il allait découvrir... il avait un noeud à la gorge qui l'empêchait de manger et l'handicapait pour boire. De son côté, Kodo était content d'avoir pu trouver un bâton pour s'aider à marche et avec la lame de son épée, il avait entreprit de le tailler.

Au bout de cinq minutes à peine, un grondement se fit entendre de plus en plus fort. Laë se crispa légèrement. Là où ils avaient marché, les arbres commençait à émettre une fumée noire. et bientôt, deux grandes flammes apparurent au loin. A chacun de leur pas on aurait dit qu'un volcan explosait. Les arbres brûlaient à une vitesse folle, comme s'ils étaient frappés par la foudre. Ils étaient suffisament loin pour ne pas craindre un retour de flammes. Lorsqu'ils furent passés, le silence reprit peu à peu ses droits. Sauf qu'en plus, une odeur âcre de brulé leur irritait les narines.

- Voilà, au moins, nous pouvons continuer à marcher sans crainte jusqu'à Lydée. A part les bêtes sauvages on en devrait pas avoir de problèmes sur notre route...

- Si...

Logan toussota pour s'éclaircir la voix. Il regarda son père et ajouta :

- Avant de partir du cloître, j'avais entendu Boric parler à Lokan... il lui avait demandé de nous attendre entre Lydée et Kabeth... Lokan était chargé de tuer les survivants pour permettre à sa famille de rester maître de Lydée.

Andrew fronça les soucrils. Voilà qui ajoutait un sérieux ennui au groupe... car si le guerrier était aussi malin que belliqueux, alors il avait du se planquer quelque part, pour les guetter... à supposer qu'il soit vivant... bien entendu.

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1931
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 07 - La Marche des Idrazits - 2e partie.   Mar 11 Mar - 20:22

« T’en à encore beaucoup de ce genre de cachotteries dans ton sac, gamin ? Le médaillon de Jirias et maintenant ça !… » Cracha Gurkan avec colère. « Tu es dans quel camp bon sang ? » Il lança un regard noir à Andrew, mais il préféra se détourner en n’ajoutant pas ce qui lui brûlait les lèvres.

Malgré la probable menace que pouvait représenter Lokan, le groupe continua son chemin. Les hommes étaient sur leur garde, ils étaient à l’affût du moindre bruit suspect. Gurkan fut envoyé en éclaireur devant la troupe. Guerrier tout comme Lokan, il connaissait les techniques de camouflage de la milice de Lydée, donc il était sans doute le seul capable de le repérer s’il était dans le coin.

Le lendemain, à mesure qu’Andrew et ses compagnons se rapprochaient de leur destination, le ciel ne cessa plus de s’assombrir. L’air était de plus en plus acre, remplit de cendre. Lorsqu’ils arrivèrent au plus haut point du Grand Chemin qui formait une bute, ils virent enfin Lydée en contrebas et ils s’aperçurent que leurs craintes les plus terribles étaient fondées. Le village s’était transformé en un paysage de désolation. La majeure partie de la forêt avait laissée la place à une lande de poussières noire qui s’étendait à des kilomètres à la ronde. En haut des rares arbres encore intacte, des chaumières encore fumantes et ponctuées d’incendies semblaient avoir été abandonnées par les villageois. Seuls quelques rares bâtiments que l’on apercevait plus loin à l’ouest paraissaient intacts, comme une partie du Temple de Pëlos et de la taverne.

« Ils ont détruit tout le village. » Chuchota Gurkan la voix rauque à cause de la fumée qui piquait les yeux et brûlait les poumons.

Jewel, en état de choc, oublia ses compagnons et se mit à courir vers le village. Les autres s’élancèrent à leur tour, mais pas aussi vite. La boue du chemin était carbonisée et aucune végétation ne semblait avoir été épargnée. Gurkan secoua la tête et marmonna dans sa barbe quelque menace envers Mavican, puis il scruta le paysage à la recherche du moindre signe de vie. La route passa entre ce qui était autrefois les modestes habitations des Qwels. La puanteur qui se dégageait du bois noirci par l’incendie était presque insupportable. Les yeux larmoyants, les Lydéens se hâtèrent en direction de la place aux nacelles. Des corps noircis et taillés en pièces jonchaient le sol. Qwels et Lydéens confondus, ils avaient tous succombés.

Parfois, avec fracas le reste d’une passerelle s’écroulait des derniers arbres encore intacts. Arrivés sur la place aux nacelles, les Lydéens s’arrêtèrent car plus d’une centaine de cadavres jonchaient le sol de la seule grande place se trouvant au pied du village. Jewel prit un moment pour regarder la scène, puis elle se mit à vomir. Gurkan avala sa salive afin d’empêcher son estomac de se rebeller. Crispée au bras de Fazina, Poméra semblait sur le point de s’évanouir. Meecham tendit la main et aida sa jeune protégée à garder l’équilibre en la prenant fermement par le bras.

« C’est barbare… cruel… Mavican et Jirias... des tueurs sans coeurs. » Se lamenta Jewel en marchant entre les dépouilles. « Mariane, Charles… monsieur et madame Ozel… ce sont nos amis… et ils sont tous mort… »

Une odeur douceâtre et écœurante assaillit les narines des Lydéens qui comprirent brusquement qu’il s’agissait de l’odeur de la chair brûlée. A chaque nouveaux pas qu’ils faisaient, ils durent se rendre compte que tout était dévasté. Que restait-il désormais de Lydée qui abritait plus de deux milles âmes ? Un champ de mort s’étendait devant eux.

« Gardez confiance, il y a peut-être des survivants. » Murmura Fazina d’une voix qui trahissait son incertitude.

« Non ! Ils sont tous mort ! » Cria la jeune Lydéenne. « Même en direction des champs, c’est la destruction ! Lydée n’existe plus ! MAVICAN A DETRUIT LYDEE ! »

Gurkan regarda Jewel. Le visage de la jeune femme était recouvert de la suie qui voyageait dans l’air. Elle pleurait abondamment et ses larmes formaient des ruisseaux blancs sur ses joues. Il se sentait impuissant, tellement impuissant qu’il ne savait quoi dire, ni même quoi faire. Il se laissa tombé sur un genou, le poing serrer.

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1795
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 07 - La Marche des Idrazits - 2e partie.   Mer 12 Mar - 17:40

Andrew essuya les larmes qui roulaient sur ses joues. On aurait dit qu'on lui avait arraché le cœur à mains nues. La vision de Lydée dans cet état lui était insoutenable. Le village dans lequel il était né, celui où il avait grandi et travaillé... vécu chaque jour... Il se souvenait de ces matins où il respirait l'odeur fraîche des arbres. C'était hier et aujourd'hui, il avait devant lui le résultat de leur quête. Ils avaient échoués mais jusqu'à présent, tous avaient gardé espoir... Les cadavres ne pouvaient se compter qu'à leur odeur et il lutta pour ne pas vomir à son tour. Logan en revanche ne put s'en empêcher. Il n'arrivait pas non plus à y croire. Laë dit alors, rompant le silence de mort :

- Il faut placer une bougie ou une torche...

- Pour quoi faire ?

- Eh bien pour guider leurs âmes à la Passeuse. C'est elle qui les accueille... mais elle ne peut pas constamment être là. Les bougies guident leurs âmes vers elle.

Andrew ne répondit rien et s'éloigna des autres. Il voulait être seul, de toute façon tout le monde le voulait. Il jeta un œil à Kodo qui marchait l'air complètement perdu parmi les cadavres de Qwels. C'était la première fois qu'il voyait le guerrier aussi triste. Gurkan et Jewel étaient tout autant désemparés. Le Maître Intendant le savait, il n'aurait plus qu'à partir vers Oderne pour s'y réfugier. Ils avaient tout perdu. Tandis qu'il regardait le visage parfois calciné des habitants, il aperçut en contrebas un corps bouger faiblement. Son cœur s'accéléra et il descendit. Arrivé près de l'homme gisant à terre il mit un moment avant de le reconnaître. C'était Lokan... dans un sale état à en croire ses tremblements. Kant sentit les larmes lui venir aux yeux, il oublia un instant ce qu'avait dit son fils et posa sa main sur le bras du guerrier.

- Lokan ! Que t'est-il arrivé ?

- Mais... rien...

Avant de comprendre, il reçut un coup de poing violent dans la mâchoire qui l'étala au sol, hagard. Lokan se leva avec une vivacité surprenante et plongea sur lui, son épée sortie.

- Le voyage s'est bien passé ? J'espère que tu vas trouver de bonnes raisons de pleurer...

Il donna un grand coup de pommeau sur le visage d'Andrew qui se mit à saigner abondamment.

- Pourquoi...

- Si vous aviez réussi, mon père serait toujours en vie. C'est de votre faute s'il est mort, je vais vous le faire payer... à tous... l'un après l'autre... De toute façon, mon père voulait que je vous tue... tu ne lui étais pas très fidèle... tu es un ennemi potentiel à notre famille.

Andrew tenta de se dégager et ne réussit qu'à faire lâcher son arme à Lokan. Ce dernier, plaqua ses mains contre sa gorge et entreprit de serrer au maximum. Il donna un coup violent du genou dans son ventre, ce qui étouffa à moitié le chasseur.

- Tu pensais prendre ma place, hein ? Mon père et moi, morts... ce serait ton bâtard qui aurait accéder au contrôle de Lydée...

Il ricana et ajouta, l'air mauvais tandis que l'air manquait au chasseur et que son esprit s'embrumait :

- Je serais le chef de Lydée ! Même s'il n'en reste aucun survivant ! Jamais je ne céderai la place à un sale...

Tandis qu'Andrew sombrait dans l'obscurité, il y eut un bruit métallique plutôt fort. Tout s'était troublé et il ne vit qu'une ombre. Lokan s'effondra par terre, relâchant son étranglement, dans une plainte douloureuse. Un autre bruit sourd, comme du fer que l'on bat et il cessa de bouger, assommé. Pour Kant, l'arrivée soudaine d'air le sauva in extremis. Mais il avait mal... ça le brulait intensément, la fumée n'arrangeait rien. Il haleta bruyamment pendant plusieurs minutes avant de retrouver une vue à peu près normale. Il tourna la tête vers l'ombre et manqua s'étouffer de surprise :

- Letor ?

- Lui-même ! Tu ne croyais quand même pas que j'allais me laisser brûler non ? Je n'ai jamais carbonisé mes pains, ce n'est pas aujourd'hui que je vais laisser une bande de géants me cramer le cul !

Andrew se massa le cou et saisit la main du boulanger qui l'aida à se relever. Il avait une mine de déterré. Mais physiquement parlant, aucune blessure très grave.

- Comment as-tu fait ?

- Du calme... où sont les autres, ne me dis pas qu'ils sont morts ?

- Non... ils sont là-haut, ils... qu'est-ce qu'il lui a pris ?

Il désigna Lokan d'un mouvement de tête et Letor soupira avant d'ajouter :

- Je crois que ta tronche ne lui revient pas... Il a aussi essayé de tuer les autres... mais il a réussi à s'enfuir avant que je le réduise en bouillie. Maintenant que j'en avais l'occasion, je ne m’en suis pas privé ! Cette espèce de salopard !

Il abattit la pelle qu'il tenait entre les mains sur la tête de Lokan qui eut un sursaut. Mais Andrew avait un visage déconfit et il murmura :

- Les autres ? Il y a des survivants ?

- Oui... mais nous ne sommes pas nombreux... et bâtard nous cherche... je t'expliquerais plus tard... Allons rejoindre les autres.

- D'accord...

Alors qu'il se retournait, Letor posa une min ferme sur son épaule l'obligeant à écouter. Il prit la parole d'un ton bourru, celui qu'il utilisait lorsqu'il avait une mauvaise nouvelle :

- Hum... je dois te dire quelque chose... d'après ce que j'ai compris, après votre départ... il aurait fui... et nous l'avons cherché, nous n'avons pas retrouvé le corps... il n'aurait pas pu survivre loin d'ici... il ne connaissait pas la forêt, je suis désolé, Kant.

- Mais de qui parles-tu ?

Letor resta stoïque et dit cassant :

- De ton fils, pauvre cruche ! Qui serait assez barje pour quitter le cloître sans permission ? Enfin, je suis profondément...

Andrew éclata de rire. C'était à la fois comique et nerveux. Letor le dévisagea et allait répondre un truc pas du tout aimable lorsque Kant le prit de court :

- Logan n'est pas mort... il est avec nous...

Le boulanger serra les dents et cracha au sol. Il se mit en route vers les autres. Sur le chemin qui les séparait du corps inconscient de Lokan, il dit, la voix sèche :

- Je te jure que si tu continues de te foutre de ma tronche, je te fais rentrer cette pelle par le nez, Kant...

Andrew se força donc à ne plus rire ce qui était difficile. Il savait que Letor était capable de mettre en pratique ses menaces. Il retourna vers les autres et dit, sans avoir un sourire sur le visage :

- Il reste des survivants !

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.


Dernière édition par Andrew Kant le Ven 14 Mar - 18:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1931
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 07 - La Marche des Idrazits - 2e partie.   Mer 12 Mar - 21:18

Lorsqu’Andrew les rejoignit avec Letor, Jewel ne put réprimer l'espoir déraisonnable de voir apparaitre également ses parents. Heureuse de simplement retrouver l’un des siens, la jeune femme ne put s’empêcher de s’élancer vers Letor et de le serrer dans ses bras comme pour s’assurer qu’il était bien réel. Contrairement à Koah et à Gurkan, Jewel s’était toujours très bien entendue avec Letor, et elle le trouvait même plutôt gentil. Les parents de la jeune femme comptaient parmi les amis proches du boulanger.

« Que Cheera soit louée ! Vous êtes en vie Letor ! » Elle s’accrocha à son large cou. « Où sont les autres ? Où sont mes parents ? »

Fazina essuya le nez ensanglanté d’Andrew à l’aide d’un morceau de chiffon qu’elle sortit d’entre ses seins. « Que vous est-il arrivé, Andrew ? »

Le bruit d’une charrette tirée par un bœuf se fit entendre sur le chemin. A sa tête marchait une femme blonde accompagnée de cinq autres Lydéens que Gurkan reconnu faire partie de la Guilde des Bâtisseurs. La femme était plutôt petite et vêtue d’une robe bleue déchirée par endroit. En les voyant, elle s’empressa de les rejoindre. C’était Carline Lang-Daniels, la sœur aînée de Koah. La quarantaine d’années entamée depuis un bail, elle était toujours malgré son âge très belle et bien conservée. Même couverte de crasse et blessée à l’épaule et aux genoux, elle dégageait cet air angélique qui lui valait la sympathie de tout Lydée.

« Loués soit les dieux, vous êtes en vie ! » S’écria-t-elle. « Maître Intendant Kant ! Nous nous faisions un soucis monstre pour vous ! »

« Carline ? Que faites-vous ici ? » S’étonna Jewel en montrant la charrette.

Derrière la femme blonde, les Lydéens ramassaient respectueusement les corps des leurs et les entassaient un à un dans la charrette. Ils étaient tous silencieux et ils regardaient à peine les dépouilles de ceux qu’ils transportaient. D’une triste voix, Carline répondit :

« Depuis que les incendies ont cessés il y a deux jours, nous récupérons les morts pour les mettre ensemble dans une fosse près de la rivière. C’est le plus important pour nous… ils attirent les charognards. Il faut qu’ils reposent en paix. Nous ne pouvons pas les laisser pourrir ici sans une sépulture respectable. Alcin et les deux derniers prêtres de Pëlos s’occupent des funérailles. » Elle enlaça un à un les Lydéens, puis elle ajouta : « Je suis heureuse que vous soyez en vie ! Gurkan, Jala et ton père vont bien. »

Lorsque le tour de Jewel fut venu d’être enlacée, Carline la garda un long moment contre son cœur, puis, avec une caresse dans les cheveux de la jeune lydéenne, elle dit d’un ton attristé : « Jewel, je suis désolée mais… nous avons mit en terre hier tes parents. »

« Ils ont refusé de quitter Lydée malgré le danger. » Intervenu un homme qui hissait un cadavre dans la charrette. « Tu les connais… de vraies têtes de mules. »

« Ils sont mort où ils souhaitaient mourir, Lorenzo. C’est une mort honorable. » Claqua Carline.

Le choc de cette nouvelle fut moins pénible qu'elle ne l'aurait penser. Jewel savait que ses parents ne quitteraient Lydée pour rien au monde. Elle avait en quelque sorte depuis longtemps abandonné l'idée de les revoir vivant, même si l'arrivée de Letor avait ravivé un instant cet espoir absurde. La jeune femme se resta silencieuse, se contentant d'un léger signe de tête.

L’homme aux origines hispanique préféra ne rien ajouter et il se remit au travail. Carline se tourna sur elle même et fit un tour d’horizon, cherchant visiblement quelqu’un en passant les visages en revue. Gurkan déglutit et Jewel pâli plus qu’elle ne l’était déjà sous la suie. Ils savaient tout deux qui elle cherchait. Comment lui dire que son frère était mort ? Et comment lui expliquer les circonstances ? Ce n’était pas le moment, ni même l’endroit de parler de cela.

Rapidement, avant qu’elle n’ait pu ouvrir la bouche, Meecham demanda : « Où sont les autres survivants ? »

Carline s'adressa à Andrew, plantant sur lui ses beaux yeux verts : « Et où sont Koah et Guerel, Maître Intendant Kant ? »

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1795
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 07 - La Marche des Idrazits - 2e partie.   Ven 14 Mar - 18:04

Le silence s'installa. Andrew regarda Carline dans les yeux. Comment lui annoncer la mort de son frère ? Il le fallait pourtant... il ne pourrait pas cacher éternellement la vérité.

- Je... je suis désolé... Koah n'a pas résisté aux blessures qu'il a subies... Nous avons été attaqués par des Furies... et il a reçu un mauvais coup...

Inutile de préciser le reste, l'heure n'était pas aux aveux clairs et précis mais aux retrouvailles. Letor lâcha un "Et merde !" qui surprit Andrew. Le boulanger sembla afficher un air attristé, l'espace de quelques secondes. Laë en profita pour regarder Carline avec un air apaisant et compréhensible, comme pour lui signifier qu’elle la soutenait dans sa peine.

- Et Guerel ?

- Il... il est mort, lui aussi... en nous sauvant la vie...

- Sales chiens ! Ce fils de pute de Jirias !

- Jirias ? Comment le savez-vous ?

- Oui... je dois vous dire qu'à votre départ, il avait conseillé Helen et Alcin... en fait ce n'était qu'un traître... il nous a trahis, tous... c'est lui qui a voulu nous faire tuer en nous envoyant dans les Champs... Lorsque vous êtes partis, il a conseillé aux autres prêtres de quitter le Cloître pour sauver les innocents, ceux que Boric n'arriverait pas à garder à Lydée pour les faire mourir. Helen a fait réunir tout le monde et nous a expliqué de quoi il en retournait. Boric était fou de rage, il a décidé que ceux qui partiraient seraient considérés comme des traîtres et qu'ils étaient définitivement bannis du village. Malgré tout, nous avons été nombreux à suivre Helen, Alcin et les autres prêtres... Mais, nous ne sommes pas allés dans les Champs...

Logan eut un cri de joie qu'il réprima trop tard et rougit. Dans de telles circonstances sa réaction était un peu déplacée. Letor fronça ses sourcils broussailleux et poursuivit :

- Helen n'était pas dupe... elle avait des doutes sur les conseils de Jirias et comme elle est maligne, elle nous a amené vers la côte... Heureusement car les Idrazits ont foncé vers les champs, Jirias était avec eux... Nous y avons fait un camp pour nous reposer... et depuis, nous enterrons les cadavres... Et puis, il y a Lokan...

- Lokan ???

- Oui, il m'a attaqué... il a tenté de m'étrangler et je me suis fait avoir comme un gosse... il s'est fait passer pour agonisant. Si Letor n'avait pas été là, vous auriez été obligé de me charger sur cette charrette...

- Oh, je n’ai pas fait grand-chose… il nous traque car il dit que nous avons abandonné son père… il veut s’imposer comme notre chef mais je crois que la lignée des Grams n’est plus apte à gouverner ce qu’il reste de Lydée.

Andrew sentait que le sujet de la succession risquait d’être abordé et il demanda, afin de détourner l’attention :

- Combien êtes-vous ?

- Une petite centaine à peine… mais certains sont dans un état critique… La femme de Guerel est de plus en plus mal. Et nous ne savons pas d’où ça vient. Le fait est qu’elle se meurt un peu plus chaque jour qui passe… Quant à Helen, son état est stationnaire.

- Que lui est-il arrivé ?

- Elle a pris un mauvais coup en tentant de mettre Lokan en déroute. Ce petit fumier la prend pour une adversaire. Elle a saigné mais Alcin a pu la soigner plutôt bien. Seulement dans des conditions aussi précaires nous ne pouvons guère avoir un état d’hygiène et de santé correct. Les moustiques nous dévoreraient, les taons sont attirés par les cadavres et pondent dans les réserves de nourriture. Et puis, il y a Roy qui s’en donne à cœur joie depuis qu’il voit les animaux s’enfuir an laissant sur son passage des excréments à l’odeur à peine soutenable… Les rats viennent dévorer mes pains et si ça ne tenait qu’à moi je les écraserais avec mon rouleau !

- Pour les rongeurs, vous devriez placer autour de vos réserves de l’eau avec des baies sucrées. Rajoutez à ça de l’arsenic et votre problème sera réglé en quelques jours. Avec un peu de chance, ça vous éliminera les insectes…

Letor sembla soudain remarquer la présence Laë et fronça les sourcils une nouvelle fois. De son ton bourru et franchement pas aimable il questionna rudement :

- C’est qui celle-là ?

Andrew inspira pour lui répondre mais la jeune femme lui coupa la chique :

- Je suis Laë, Reine d’Yrilia, enchantée de vous rencontrer. Je suis ici en paix.

- Reine de quoi ?

- Yrilia… mais, nous vous expliquerons plus tard… Il faut que nous voyions Helen. Notre histoire est longue et je crois que nous devrions en parler une fois que tout le monde sera là… Carline… qu’est-il arrivé à ta mère, Dolgan… et les autres maître-intendants ?

Andrew avala difficilement sa salive. Il craignait la réponse et espérait qu’au moins un d’entre eux ait survécu…

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1931
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 07 - La Marche des Idrazits - 2e partie.   Sam 15 Mar - 3:16

Depuis l’annonce de la mort de son frère, Carline était restée silencieuse. Elle n’avait pas pleurée car elle était aussi fière que Déjanire, mais il était évident que la nouvelle la faisait tout de même souffrir. D’une voix triste et peu assurée, elle dit :

« Je suis dans le regret de vous annoncez que Dolgan est mort à la tête de l’armée défendant Lydée. Ils ont presque réussi à mettre en déroute un Idrazit, mais les autres leurs sont tombés dessus par derrière. Ils sont tous mort… tous les guerriers en charge de la protection de Lydée. Il ne reste plus que quelques soldats éparpillés et extrêmement démoralisés maintenant. » Elle lança un regard à Gurkan. « Je crois que tu es désormais le plus gradé dans l’armée, Gurkan. Pour ce qui est de ma mère, elle est toujours en vie. Elle régente le campement sur la côte et veille en même temps sur Kowen et Sheena… ils sont tombés d’une passerelle en feu. Mais ils devraient s’en sortirent. Nous sommes robustes nous les Lang. »

Jewel prit la main de Carline et la serra. Les Lang étaient sa seconde famille et savoir qu’ils étaient tous sain et sauf lui était agréable. « Je suis soulagée. »

« Merci Jewel. » La femme blonde s’approcha d’Andrew. « Cara Benson est au campement mais elle est en assez mauvais état. Elle a reçue un retour de flammes qui lui à brûler toute une partie du flan droit du corps. La douleur la fait délirée. Ce sont les Qwels qui lui on sauvés la vie. Tu es certainement le dernier Maître Intendant à avoir la tête sur les épaules Andrew, car nous n’avons pas retrouvé les deux autres. »

Après avoir demandé aux autres Lydéens de continuer sans elle, ils prirent la route vers la côte. Ils mirent une petite heure avant de rejoindre le camp de pêcheur installé en bord du détroit. Le campement était établi à mi-chemin entre la plage et la jungle, dans le petit campement des pêcheurs Lydéens. Quelques tentes avaient été plantées sommairement entre les six cabanons de pêches et de celles-ci s’échappaient parfois des cris de douleurs. Une grotte qui s’ouvrait sur la plage servait d’entrepôt pour tout ce que les Lydéens avaient réussi à sauver des flammes. Par moment, des hommes déchargeaient des caisses d’une vieille charrette tandis que quelques femmes vidaient des poissons. Les survivants capables de se mouvoir et qui n’étaient pas assigné à une tâche essayaient de réconforter les blessés comme ils pouvaient en leur apportant soin et un peu d’eau. Andrew et les autres marchèrent au milieu des tentes et virent Alcin M’Lila et Joan. Ils étaient agenouillés au-dessus d’une personne étendue sur une civière de fortune.

Jewel s’empressa de les rejoindre et s’aperçut qu’il s’agissait de Martin, un homme qu’elle connaissait à peine. Sa chemise était maculée de sang séché et il lui manquait une oreille. Le visage de l’homme était livide et baigné de sueur, à cause de sa blessure et de la douleur occasionnée. La jeune femme compris qu’il allait mourir car l’énorme tâche de cramoisie au centre de la chemise et ses jambes apparemment privées de vie, indiquaient qu’il avait reçu une blessure mortel à l’estomac qu’Alcin avait du mal à soigner.

Lentement, les habitants qui avaient survécu avaient surmonté le choc et ils s’étaient rassemblés pour commencer ensemble cette tâche déchirante qui consistait à continuer à vivre. Annoncer vaguement la mort de Koah aux Lang réuni sous une tente fut une épreuve assez difficile, mais Déjanire ne pleura pas contrairement au reste de la famille. A part Koah, les Lang et les petits-enfants Lang étaient en vie. Déjanire resta égale à elle-même, droite et fière. Mais même si elle n’avait pas oscillée d’un cil sur l’instant, tout le monde pu remarquer l’extinction d’une lueur dans son regard. Ses yeux étaient devenus ternes et terriblement éplorés. Elle ne dit plus un mot durant le reste de la journée, ni Gurkan.

D’autres personnes moururent cette journée-ci et leurs corps furent amenés jusqu’au bûcher qu’Alcin et les autres prêtres demandèrent qu’on érige, car creuser des fosses assez grande pour contenir les corps des Lydéens demandaient beaucoup trop d’énergie aux survivants. Meecham, Gurkan et Andrew se joignirent à Letor et aux frères de Koah, ainsi qu’aux fossoyeurs jusqu’à la tombée de la nuit pour amasser les morts.

Le soir venu, beaucoup de monde voulait entendre les explications d’Andrew et des autres. Il avait été convenu d’attendre qu’Helen se réveille afin qu’elle puisse elle aussi prendre part à la discussion. Les Grands prêtres de Pëlos et la plupart des Sœurs de Cherra ayant péris, il ne restait plus qu’elle pour représenter l’autorité des dieux. Car tous savait que Borias s’en était également allé avec Okan lui-même.

Un peu près tout ceux qui étaient en état de marcher et de parler se trouvaient maintenant autour du feu de camp à manger un ragoût de poissons et de riz. Les petits-enfants Lang jouaient dans un coin entre eux avec d’autres gosses même s’ils n’en avaient pas forcément envie, tandis que d’autres lydéens finissaient de déposer autour des réserves de nourriture, quelques pièges empoisonnés à rongeurs comme l’avait conseillée Laé un peu plutôt à Letor.

Déjanire apparue en boitant, le bras gauche dans une attelle en écharpe. Elle s’installa sur un rondin de bois près de Carline et annonça aux autres d’une voix forte pour être entendue de tous : « Helen est réveillée. Alcin voit si elle est en état de nous rejoindre. Aussi non, vous devrez vous déplacez pour lui parler. » Elle se tourna vers Korelus son fils aîné : un grand homme robuste aux cheveux blond et vers son autre fils, Pérus qui était un poil plus petit. « Allez voir si vous ne pouvez pas les aider les garçons. »

Les deux Lang hochèrent d’un même élan la tête et ils s’éloignèrent jusqu’à la tente d’Helen d’un bon pas. Jewel qui revenait d’avoir enfin prit le temps à une vraie et longue toilette s’écroula à côté d’Andrew qui mangeait en compagnie de Logan. Gurkan, Fazina et Poméra discutaient entre eux, tandis que Meecham tenait compagnie à Laé. Jewel avait prit son temps pour se laver, plus que n’importe qui car elle pensait ne jamais pouvoir se débarrasser de l’odeur de fumée et de mort qui empestait ses cheveux. Jewel secoua la tête lorsqu’on vint lui offrir un bol de ragoût. Elle n’avait pas faim.

« Tu devrais éviter de trop en manger. » Murmura Jewel entre deux bouchées de Gurkan car elle n’adressait toujours pas la parole à Andrew depuis le départ du Pic des Ténèbres. « J’ai vu Drucila tourner autour du ragoût pour aider sa mère tout à l’heure… et nous savons tous ce qui arrive chaque fois qu’elle touche à un plat ; Lydée se vide du postérieur. » Jewel roula les yeux. « Comme quoi, cette pimbêche ne nous fait pas que chier par sa présence. »

Gurkan sourit à moitié. « Vous l’avez toujours beaucoup aidé à faire chier Lydée avec Koah en empoisonnant ses petits plats. »

« Non, tu crois ? » Répondit-elle d’un ton quasi vindicatif.

Un long soupir s’extirpa du fond de la gorge de Jewel. Elle attendait comme les autres, la venue d’Helen. Malgré toute la peine qu’elle éprouvait, elle était tout de même heureuse d’être au milieu de tous ces gens, même s’il y avait Drucila, une jeune femme de son âge avec qui elle ne s’était jamais entendue. Tous formaient les derniers Lydéens encore en vie.

« Nous avons vécu tellement de chose, traverser l’Enfer, que je ne sais même pas par quoi commencer. Qu’est-ce qui est important à dire, et qu’est-ce qui ne l’est pas ? » Elle regarda le feu, le regard dans le vague. « Je ne me sens pas capable de leur dire qu’il existe un monde au-delà les Rocailles et que cette salope est la reine des sorciers qui veulent notre peau... et surtout, je ne me sens pas capable de dire que nos prétendus dieux sont en réalités des imposteurs. »

« Peut-être, mais ils méritent de le savoir. » Dit Fazina. « Tout comme ils méritent de savoir que vous n’êtes pas seul. Qu’il existe Jalane et qu’une grande partie de ces habitants ne désirent qu’une chose ; vous asservir. Votre monde est entrain de changer et vous devrez vous y faire au risque de disparaitre avec lui. Après ce qu'il s'est passé, un nouvel ordre va s'imposer à l'ancien. »

« De toute façon, ils faut que nous parlions de notre futur commun à tous. Il nous reste à peine quinze guerriers sans compter Meecham et moi-même. Si Hanka apprend que Lydée est tombée, nous risquons de voir se pointé des marchands d'esclaves pour récupérer les derniers survivants. Nous devons nous organiser… »

« Et surtout rester unis. »

« Autour d’Andrew. » Ajouta Poméra. « Il est votre chef maintenant, non ? »

Jewel ne pu réprimer un sursaut d’épaules et un sourire moqueur. « Quel chef… c’est sûr, nous irons loin avec lui. » Bredouilla-t-elle amèrement.

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1795
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 07 - La Marche des Idrazits - 2e partie.   Lun 17 Mar - 2:37

En parlant d'Andrew, justement, ce dernier était stressé. Il n'aimait pas dut out la perspective de se retrouver chef de Lydée comme ça, en un tour de main... Certes, il avait encore la tête sur les épaules mais il se sentait très mal à l'aise. Le plus gros souci était sans doute de voir Dejanire triste... il en avait mal au coeur, d'autant plus qu'il avait juré de protéger Koah au péril de sa vie et qu'il avait lamentablement échoué. Laë avait raison, il allait droit vers son destin et ne pouvait guère manoeuvrer. Logan qui mangeait comme un goinfre le regarda un instant et demanda, à voix basse :

- Pourquoi tu ne manges pas ?

- Je n'ai pas très faim...

- Mouais... ça c'est des mensonges, comme quand tu me disais que tu allais aider maman à la cuisine... il fallait que je sorte jouer pour ne pas que le sanglier brûle... mais en fait c'était pour autre chose...

Les joues d'Andrew virèrent à l'écarlate... Evidemment son fils avait touché dans le mille... s'ils l'envoyaient jouer à autre chose loin d'eux, ce n'était pas par hasard mais bel et bien parce que leurs activités consistaient à profiter de leur statut d'adultes... consentants.

- Pas du tout... tu te fais des idées...

- C'est ça... et depuis quand tu fais griller la viande sans ton pagne ?

- Chut !!! Tais-toi...

Kant regarda autour de lui. Il avait toujours été pudique mais Logan lui s'en foutait pas mal et il continua :

- D'accord mais si tu ne manges pas c'est parce que tu t'inquiètes. Tu as peur qu'ils te désignent comme chef... mais moi je dis que tu as tort. Tu seras très bien à la tête de Lydée ! C'est normal tu es mon père donc forcément tu seras parfait.

Loin de le réconforter, ses propos avaient au moins le mérite d'être francs. Et Andrew aurait bien voulu tempérer le zèle de son garçon mais à cet instant, Alcin arriva accompagné de Korelus et Pelus qui soutenait chacun de leur côté Helen. Le Maître Intendant fut comme frappé par la foudre. La prêtresse avait au moins perdu dix kilos et sur son visage, il y avait une certaine pâleur. Alcin prépara un espace près du feu pour qu'elle puisse s'y installer, ce qu'elle fit avec une certaine fatigue.

Elle regarda tour à tour les frères Lang et les remercia d'un signe de tête. son regard balaya la salle et se posa tour à tour sur Gurkan, Jewel et Laë. Puis elle s'attarda avec une certaine curiosité sur Meecham, Fazina et Poméra et enfin croisa le regard de Logan avec un léger sourire. Ce dernier se gratta le derrière de la tête et continua de manger, visiblement géné. Enfin, elle posa ses yeux calmes sur Andrew et commença à parler :

- Je suis heureuse de vous voir en vie... même si je regrette profondément que Koah et Guerel n'aient pu revenir... mais je vois que vous avez amené avec vous des inconnus... soyez les bienvenus parmi nous. Lydée vous accueille avec toute la chaleur dont elle dispose encore.

Elle eut un sourire radieux qui fasait presque oublié son état de santé fragile puis elle reprit :

- Racontez-nous vos péripéties... Héros de Lydée.

Un silence s'installa et voyant qu'aucun ne prenait la parole, ce fut Andrew qui raconta l'histoire périlleuse, qu'ils avaient vécu... De leur départ de Lydée à leur arrivée au Pic des Ténébres, en passant par Roy, la mort de Podo, les Rongmols... la griffe et le pouvoir étrange qu'elle avait eu sur lui, les Idrazits, leur arrivée à Kabeth, la cérémonie de sacrifices qu'avait préparé ces habitants puis le passage vers le Pic. Il décrivit leur dur combat contre Jirias et la véritable nature de Guerel, son courage, sa force dans le dernier instant qui anima sa vie.

Sa femme était présente, allongée et pâle comme jamais mais contrairement à ce qu'il avait pu penser, son visage exprima un profond soulagement. Et puis, bien sûr, il raconta les Furies et le pouvoir bien étrange qu'elles avaient eu sur eux. Et là, il s'arrêta... Il avait été franc jusqu'à présent et avait dit tout ce qui lui était venu à l'esprit. Même sur ce que lui avait fait Koah. En revanche, il était incapable de dire que Gurkan avait tué ce dernier. En fait, il n'en eut pas besoin, Helen regarda le guerrier avec compassion et termina la phrase qu'Andrew avait laissé en suspens :

- Les Furies sont des créatures profondément mauvaises... elles usent des faiblesses de chacun, des émotions les plus timides pour les mettre au grand jour et les faire se déchaîner. Il n'y a aucun coupable à la mort de Koah à part ces créatures. Et je défends à chacun d'entre vous de penser le contraire. Comme pour la griffe d'Andrew, vous n'étiez pas les maîtres de vous-même. Ceux qui se vantent de résister à l'assaut de ces Furies ne sont tout simplement pas humains. Andrew, continue, s'il te plaît...

Le Maître Intendant s'exécuta et poursuivit le récit de leur histoire. Il raconta leur arrivé au sommet grâce à l'aide de Meecham, Poméra, Fazina, Mora et Kirion. C'est à ce moment qu'il expliqua leur provenance et à peine eut-il fini de dire "un autre monde", les voix s'élevèrent en signe de contestation et d'incrédulité. Certains lancèrent même des insultes pour se dédommager d'un tel blasphème. Malgré toute sa fébrilité, le ton d'Helen couvrit les voix et elle demanda un retour au calme avant d'inviter Kant à poursuivre. De plus en plus mal à l'aise, ce dernier continua encore. Il raconta leur rencontre avec Mavican, le dur combat mené et ils arrivèrent enfin au sujet qui broyait son estomac depuis un bon bout de temps...

- J'ai eu une vision de Cheera... elle m'a montré d'où nous venions et pourquoi elle nous avait sauvés. Elle m'a ensuite confié quelquechose que je n'arrive pas bien à comprendre... un pouvoir qui permet de tuer les immortels... elle me l'a donné avant de mourir...

Cette fois, on aurait dit une foule en colère. La plupart des gens regardaient Andrew comme s'il était un Hankien et certains tentèrent même de lui sauter à la gorge. Des "Impossible, Cheera ne peut pas mourir", "Sale fils de Kor ! Blasphémateurs !" ou encore "Menteur ! Suppôt de Torsha" fusèrent en tout sens. Logan, ne se gêna pas pour insulter ceux qui osaient traiter son père de tous les noms. Dans tout ce brouhaha, la voix d'Helen perça à nouveau :

- Restez calme s'il vous plait... Andrew ne ment pas... les signes le montrent, Cheera est partie.

Un silence de mort envahit le camp des survivants et Andrew en profita pour ocntinuer son récit. Il raconta comment il avait tué Mavican avec une flèche, ce qui fit ricaner certains et enchaîna avec la rencontre de Laë, adoratrice de Kirion et Reine d'une contrée située après la Frontière, nommée Yrilia. Cette fois, insultes et moqueries s'élevèrent et déjà qu'Andrew ne se sentait plus très bien depuis un bon moment, c'était le comble. Logan mordait déjà le bras d'un lydéen qui riait aux éclats lorsqu'un voix, beaucoup plus énergique se fit entendre. Laë s'était avancée vers Helen et lui dit en s'inclinant :

- Je suis ici sans arrière pensée de violence ou de guerre et pour en apprendre davantage sur vous. Acceptez donc, mes respects sincères que je tiendrais avec honneur.

Helen la regarda et inclina légèrement la tête :

- Soyez la bienvenue parmi nous, Altesse...

- Non, je vous en prie, nommez-moi Laë. Je ne commande rien ici, aussi, je me considère comme votre égale.

- Très bien, Laë.

- Vous ne croyez quand même pas ces sornettes !!! Ils sont tous un peu choqués par ce qu'ils ont vu et inventent, forcément !

- Evidemment ! Cheera ne peut pas mourir c'est une Déesse !

- Il a raison !!! Blasphémateur ! Il ose remettre en doute nos croyances, ce n'est pas digne d'un maître intendant et nous ne pouvons pas renier la puissance des Dieux !

Et le brouhaha reprit avec discussions des partisans et des non-partisans de ce récit. Logan était l'un des plus féroces à défendre son père. Il griffait, mordait, frappait de toutes ses forces les gens les plus proches qui osaient rire et se moquer. Le camp devenait un véritable capharnaüm mas cette fois, Helen resta silencieuse. Elle le savait, pour convaincre l'assemblée, les arguments devraient être donnés par les autres personnes qui avaient fait le voyage. Andrew était au plus mal et il aurait tout donné même son pagne pour un peu de silence et de recul. Un peu plus loin, Letor écrasa son poing sur la joue d'un braillard qui depuis un petit moment lui beuglait dans le tympan... L'ambiance était tout sauf celle de retrouvailles.

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1931
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 07 - La Marche des Idrazits - 2e partie.   Lun 17 Mar - 19:23

Les Lydéens étaient déchirés en deux camps. D’un côté, il y avait ceux qui portaient crédits aux paroles d’Andrew et qui le soutenaient, et de l’autre se tenaient ceux qui trouvaient diffamatoire ces mots et qui le faisaient savoir à grands cris et en geste brutaux. La situation dégénérait à mesure que les secondes s’écoulaient. Des hommes se battaient, tandis que des femmes se crêpaient le chignon en injures et en rancœurs déplacées. Quelques-uns s’en prirent même à Poméra et Meecham du s’interposer de toute sa carrure pour les dissuader de continuer dans ce sens.

D’un bond, Gurkan se leva pour séparer deux hommes qui étaient entrain de s’étrangler, puis d’une voix puissante pour attirer l’attention de tous et réinstaurer un semblant de calme, il dit : « Ce que Kant vous à raconté est la vérité ! J’étais là et j’ai tout vu ! Mavican était devenu un dieu et c’est bien la flèche d’Andrew qui la tuer. Une flèche en plein cœur ! »

« La parole d’un meurtrier ne vaut rien ! » S’écria-t-on dans la foule.

La voix du père de Gurkan, un imposant bâtisseur, résonna à travers la foule. « Je t’interdis de traiter mon fils de meurtrier ! »

« C’est ce qu’il est pourtant, Garrett ! »

« Il a tué Koah ! »

« ASSASSIN ! »

« Enfoiré ! » Bondit Jala, la sœur de Gurkan.

Un nouveau brouhaha s’en suivit et de nouvelles échauffourées se propagèrent dans la foule. Les insultes volèrent de partout, ainsi que le ragoût de poisson qui éclaboussa Fazina. Gurkan ne put contrôler sa rage et frappa le sale type qui l’avait traité d’assassin, le mettant à terre en lui cassant le nez.

Un cri sec et implacable trancha l’air. Déjanire s’était levée, une main appuyée sur l’épaule de Carline pour se maintenir debout. D’une voix sec et tranchante elle ordonna plusieurs fois le silence et le calme, et une fois que les Lydéens furent un peu plus raisonnable, elle dit d’un air revêche : « La seule personne qui a le droit de blâmer Gurkan pour la mort de Koah et qui n’en fera rien c’est moi, sa mère. Les vingt-deux heures de travail pour le mettre au monde me donne ce privilège ! Pour Lydée, pour la Lydée qui a toujours trouvé que mon fils ne rentrait pas dans les canons de la bonne conduite, je ne demanderai pas à ce que Gurkan soit banni ou même juger pour son crime. Nous avons perdu trop de Lydéens, trop d’amis, trop de fils et de filles, trop de petits-enfants pour nous permettre de perdre quelqu’un d’aussi brave que lui ! »

Une petite femme à la chevelure entièrement grise s’adressa à Déjanire sur un ton amicale : « Déjanire, mon amie, tu ne peux pas croire sincèrement ce qu’ils racontent ! Pas toi, pas la femme d’un Grand-prêtre ! Ils blasphèment tous ! Tu as la tête sur les épaules, dis leurs qu’ils fabulent ! Dis leurs que Kant n’est qu’un menteur ! »

« Je crois en la parole d’Andrew. C’est la vérité, Alcmène. Les dieux s’en vont un à un. Mon mari est partit avec Okan. Cessons de nous croire à l’abris, de nous croire plus malin que quiconque sur cette l’île. De nous croire privilégier. Notre vanité et notre prétention nous a fait courir à notre perte. Une remise en question s’impose. Nous n’avons pas sût voir les signes. Arrêtons de nous regarder le nombril et tournons nous vers l’extérieur. Nous sommes trop longtemps resté sur nos acquis. Nous pensions que rien, jamais ne pourrait nous arriver, et pourtant, Lydée a été détruite en un jour. »

« Ce que tu nous demande là Déjanire est impossible. Nous ne pouvons pas renier nos croyances ! » Se lamenta la vieille dame. « Nous nous connaissons depuis toujours Déjanire. Et depuis toujours nous vénérons ensemble la Divine Cheera. Tous nos enfants ont été bénis sous son culte. Certain se sont marié sous son regard… et nos âmes s’en vont vers elle une fois notre corps mort. Si Cheera n’est plus… où s’en sont allées les âmes de nos défunts ? » Elle se mit à pleurer. « Où est partit l’âme de mon mari ? De mes enfants ? De mes petits-enfants ? De ton fils ? »

Alcin se leva à son tour. Il avait le teint pâle et son cardigan était en bien mauvais état. « Je doute sincèrement que Cheera nous ai abandonnée à notre triste sort. Si elle a sacrifiée sa vie pour faire d’Andrew l’unique détenteur de son plus puissant pouvoir, c’est qu’il y a une raison à cela. C’est que la situation l’exigeait et qu’elle a confiance en lui. Il faut que nous acceptions que les dieux qui veillent sur nous savent mieux que quiconque ce dont nous avons besoins, même si nous ne les comprenons pas. »

Une légère vague d’indignation s’éleva à nouveau, mais avant qu’elle ne s’amplifie, Carline prit la parole et dit : « Je n’ai jamais été une grande adoratrice des dieux comme vous le savez tous, et je pense l’être beaucoup moins à l’avenir, mais mon père disait toujours ; "peu importe tes croyances, il n’y a que la force de ta foi qui compte". Alors que Cheera soit morte ou que le Panthéon des dieux s’écroulent, votre foi n’a pas à vaciller. Vous pouvez croire en elle, croire en l’image et aux symboles qu’elles laissent en vous. Vous pouvez toujours l’aimer. Peu importe où elle se trouve désormais, rien ne vous interdis de l’honorer. »

« Peut être Carline… » Reprit un autre homme d’une trentaine d’années. « Mais c’est absurde ! L’idée d’autres mondes. Mais vous débloquez ! Nous exilés ? Mais pourquoi ? »

Déjanire prit une profonde inspiration, puis elle dit à nouveau d’un ton cette fois-ci moins acariâtre : « Il est temps d’arrêter d’ignorer l’existence d’autres mondes. Les Naufragés en sont la preuve vivante ! Et maintenant ces étrangers également ! Nous ne sommes pas seul. Nous ne le sommes plus, il faudra faire avec. C’est désormais une évidence, notre monde à changer et si nous ne voulons pas disparaître avec lui, nous devons nous unir, et surtout, accepté de porter du crédit à ces voyageurs qu’ils viennent de l’autre côté de la Frontière ou d’un autre monde. »

Brisant le silence, Jewel qui était restée assise sur son rondin de bois, laissa échapper un petit ricanement sonore. Déjanire se tourna la mine féroce et ajouta : « Qu’est-ce que tu trouves si drôle, Jewel ? »

La jeune femme se leva à son tour, puis d’un regard noir elle fixa Laë. « Accorder du crédit à ces voyageurs ? Vous plaisantez j’espère ? Les habitants de Jalane, je pouvais l’admettre, mais, elle, cette sorcière ! Cette pétasse ! Non ! Sa présence nous cause du tors. » Une salve d’acclamation se répandit dans la foule. « En désertant son poste cette salope adoratrice d’un dieu cruel et mauvais, à laisser la place à des mages qui réclament vengeance pour ce que Mavican leur à fait subir ! Il n’y a pas de crédit à accorder à cette curieuse qui nous prend pour sujet d’étude ! Elle n’a pas sa place parmi nous ! Si nous sommes la proie des habitants d’Yrilia c’est de sa faute ! Nous osons cracher sur les Kabethiens qui vénèrent Kobol, mais je peux vous assurer que par-delà les Rocailles, ils vénèrent un dieu bien plus cruel et malsain ! Son dieu nous méprise ! »

Gurkan intervenu : « Il nous a aider à tuer Mavican. »

Les yeux rouges de larmes de colère, elle hurla : « Peut-être ! Mais il a blessé mon âme ! Il méprise ce que je chéri le plus ! Ce qu’il reste de mes parents ! Il nous méprise tous ! » Elle se tourna vers Helen. « Faites lui autant de courbettes que vous voulez, mais je ne vous suivrais pas dans cette voie. Je ne respecterais pas une femme qui ne respecte pas mon âme ! Cette femme est la putain de Kirion point ! » Un lourd regard électrique vers Andrew. « Et bientôt ce sera celle de Kant ! »

Un épais silence s’abattit sur le campement. Jewel avait jeté un froid. Meecham s’avança près du feu, et d’une voix puissante pour être entendu de tous, il dit en s’inclinant un peu : « Je me nomme Meecham Haru et je parle ce soir au nom des nobles Zambou dont Poméra Zambou en est l’unique héritière. Cette famille a toujours lutée pour la liberté des peuples, que ce soit sur Caprica d’où provient Fazina ou dans le désert de Kësh. Elle s’étend de Za’ha’dum aux provinces libres. Comme vous la expliquer Andrew, Mavican tentait d’ouvrir un passage de votre monde au mien afin que Cécrops puisse vous envahir au nom du Tout Puissant Thorin. Bientôt, votre heure sera venue de luter pour votre survie. Je peux comprendre votre peur. Je peux comprendre vos craintes de l’avenir. Mais vous devez vous rendre compte qu'il est primordiale de luter. Vous devez ouvrir les yeux et aller de l’avant. Ce n’est pas en vous déchirant, ou en refusant la vérité que vous arriverez à tenir tête aux maux qui vont s’abattre un jour où l’autre sur vos terres et les vôtres. Vous êtes prit entre deux feux. Les mages d’Yrilia d’un côté, et l’invasion prochaine de Cécrops de l'autre. »

« Et que devons-nous faire alors ? Nous sommes si peu ! Il ne nous reste que seize guerriers ! »

« Il faut nous cachez ! Hanka pourrait débarquer et faire de nous leurs esclaves. »


« Nous devons rejoindre Thunket, ma fille y vit. »

« Non ! Reconstruire Lydée ! »

Le brouhaha s’éleva à nouveau. Tout le monde parlait en même temps. C’était un désordre sans nom. Déjanire cria plusieurs fois, mais personne ne fit silence. Jewel se disputait avec Gurkan, tandis que Fazina sermonnait une Lydéenne un peu trop moqueuse à son goût. Carline siffla et le silence revenu petit à petit. Elle dit alors :

« Je pense que le plus important est quand même de trouver un endroit où vivrent. Nous ne pouvons pas rester indéfiniment dans le campement des pêcheurs. »


« Trouvons-nous déjà un nouveau chef, et après nous parlerons de ce qu’il convient le mieux de faire. »

« Andrew ! » S’écria Poméra d’un élan affectueux. « Andrew sera votre chef ! »

Une nouvelle salve de protestations s’éleva que Déjanire rompit en s’écriant : « Selon nos lois, il est en droit de reprendre la tête de la communauté ! En acceptant le poste de Laureen, tu devais savoir Andrew que c'était une possibilité, certe infime, mais une possibilité quand même. »

« Nos lois se sont envolée en fumée avec Lydée. » Railla un homme.

Tous les regards étaient désormais tournés vers Andrew, sauf celui de Jewel qui semblait mettre un point d’honneur à le mépriser par sa soi-disant indifférence.

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1795
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 07 - La Marche des Idrazits - 2e partie.   Mar 18 Mar - 3:54

Si se faire traiter de menteur était quelque chose de blessant, entendre Jewel décrire Laë comme sa putain l'était encore plus. Abattu par ce qu'il se passait et la façon dont tout le monde se déchirait, Andrew éloigna Logan de la foule et le tint près de lui, malgré les mouvements brusque de son fils pour tenter de sauter avec hargne sur les lydéens qui osaient mettre en doute sa parole. Il resta silencieux jusqu'à ce que le sujet qu'il redoutait arrive... Il dit alors, pour répondre, à l'homme qui avait raillé Déjanire d'une voix ferme :

- Les lois de Lydée n'ont pas brûlé en même temps qu'elle tant qu'il y aura quelqu'un pour les faire respecter. Vous sous-entendiez tout à l'heure de juger Gurkan pour un geste qu'il n'a pas commis de lui-même au nom de ses lois justement ! En ce qui me concerne, je n'ai aucune envie d'être le chef d'une bande de railleurs et de personnes qui me détestent... aussi soudain que ce soit.

Il lança à Jewel un regard dur, plein d'amertume, ce qu'elle avait dit, lui avait fait bien plus mal qu'autre chose. Il n'avait pas vraiment vu venir le coup. Mais il poursuivit, toujours aussi ferme :

- Je n'ignore pas cependant ceux qui me croient sur parole, sans avoir vraiment de preuves et ceux qui me soutiennent face aux imbéciles. Je ne prendrais pas la décision, moi-même. Déjanire, s'il faut trouver un chef que les gens se mettent d'accord pour le désigner. Si c'est moi je m'y conformerais. Je n'avancerais pas en ayant quelques soutiens et une armée de contestataires. Désignez, la personne qui vous plaira... pour moi, la séance est terminée car elle tourne au pugilat et ce n'est pas digne de Lydée.

Laë choisit cet instant pour intervenir et dit d'une voix claire :

- L'union fera votre force. Mais Kirion n'est pas votre ennemi, sinon, il n'aurait pas aidé à vaincre Mavican. Je n'ai nullement l'intention d'oublier mon histoire et celle de mon pays pour être en conformité avec l'esprit étroit de certains. Je ne suis pas hostile mais Dorthal l'est... Il vous attaquera et vous devrez faire front. Mais si vous ne souhaitez pas que je reste, alors je m'en irais. Sinon, sachez que je peux vous aider et que je ferais de mon mieux.

Pendant qu'elle parlait, Andrew s'était éclipsé à l'écart de la foule. Et dans son regard, notamment celui adressé à Jewel, il indiquait clairement qu'il ne voulait pas qu'on le suive. Qu'il quitte ainsi la réunion de fortune stoppa net les bavardages incessants et les querelles. Les autres semblaient déboussolés et Helen fit signe aux fils Lang de l'aider à se relever, ce qu’ils firent rapidement.

- Depuis quand avez-vous besoin de voir Cheera pour savoir qu'elle existe ? Votre foi se trouve dans vos cœurs, et c'est ça le plus important. J'ai foi en Cheera et je sais qu'elle aura trouvé le moyen de guider les âmes après sa disparition. J'ai eu foi en Okan et j'ai préféré suivre les tigres lorsqu'ils ont dévié sur la côte. Doit-on avoir sous les yeux les dieux pour croire en eux ? Nombreux d'entre vous ont l'air de le penser et c'est une bien mauvaise habitude qu'ils ont prise. Nous sommes devenus arrogants et vantards, exigeants... Pelös s'est détourné de nous parce que nous n'apprécions plus ce qu'il avait mis à notre disposition. Ce qui autrefois faisait notre gloire et que pas une mauvaise utilisation a provoqué notre déchéance. La foi ne peut être matérielle, sinon, elle devient de la vanité. Il fait prendre une décision, désormais. Réfléchissez tous à la façon dont vous avez pu vous en tirer... Boric vous avait promis la paix, matérielle, la gloire... moi, je vous ai simplement demandé de me suivre vers un lieu inconnu pour sauver votre vie... n'est-ce pas là, la preuve que vous recherchez ? Logan, j'aimerais que tu viennes m'aider.

Le fils Kant obéit, farouche et servi d'appui à la prêtresse. Tandis que des discussions reprenaient, Helen et lui rejoignirent Andrew. Une fois arrivée, elle congédia aimablement Logan et attendit qu'il soit loin pour demander au maître intendant :

- Tu dois lui pardonner... elle est en colère...

- En quoi cela te regarde-t-il ?

Un froid s'imposa alors. Helen eut une moue compréhensive et poursuivit :

- Personne n'a cru un mot de ce qu'elle a dit. Je suis sûre qu'elle ne le pense pas.

- Je m'en fiche pas mal de ce qu'elle pense ou pas... elle a osé dire...

- Un mensonge grossier, je sais. Elle est désappointée, sa réaction est logique.

- Logique ? Ah je vois... dans ce cas-là tu n'as qu'à aller la consoler au lieu de me casser les pieds !

- D'accord... mais je suis là, ne l'oublie pas.

Elle s'éloigna en titubant légèrement et Logan l'aida à revenir près des autres. Andrew resta seul un petit moment et se leva pour s'éloigner des cris et des propos animés. Il se sentait terriblement seul... et pour la première fois, il sut ce que ressentait Koah d'être rejeté par tout le monde. Gurkan lui en voulait pour quelque chose qui n'était même pas de sa faute, Jewel pour une raison qui lui était dérisoire, Laureen était morte comme le glaneur et Guerel aussi. Il ne lui restait que Logan et qu'est-ce qu'un gamin pouvait bien faire ? Dépité, il s'adossa contre un arbre les yeux dans le vide...

Et c'est sans doute ce qui sauva la vie des survivants. En effet perdu dans ses pensées, il remarqua une forme énorme, bouger derrière les arbres... Roy ! Le souffle coupé, il regarda le t-Rex tendre l'oreille vers le camp et avancer furtivement. C'était un miracle qu'il n'ait pas vu Kant mais cela n'allait pas durer. Poussé par l'adrénaline et la panique, il se mit à détaler à toute vitesse à travers les arbres vers le camp. Roy tourna la tête d'un mouvement vif vers lui et poussa un hurlement sonore avant de partir à sa suite.

- TOUT LE MONDE SE PLANQUE !!! VITE ! ROY EST LA !!!

Le souffle court il déboula vers les autres qui commencèrent à peine à réagir. Tout le monde se dispersa alors en tout sens et Roy apparut alors dans toute sa laideur. Il grogna et attrapa deux personnes au vol. Mais à la troisième, il poussa un cri de plainte suraigu. Dans son œil droit la flèche d'Andrew venait de se planter en faisant gicler du sang aux alentours. Dévoilant ainsi sa position, Roy fonça doit sur lui mais une flèche se planta dans son naseau dilaté, ce qui l'obligea à se détourner un court instant, juste assez pour que Kant se mette à couvert. Les retardataires prenaient la fuite et Kodo qui avait pris son temps pour manger avait oublié son épée. Andrew la saisit et tira une autre flèche sur Roy, il fallait que les blessés aient le temps de s'en aller, alors il l'occupait. Sauf que le monstre commença à s'énerver et entreprit de 'en faire sa proie du jour.

De toutes ses forces, il se mit à courir de là où il venait pour l'éloigner du camp. Il avait beau slalomer entre les arbres, le reptile s'approchait de plus en plus et l'issue serait fatale. Il grimpa rapidement sur un arbre et lorsque Roy ouvrit la gueule pour l'attraper, Andrew tendit l'épée de Kodo avant. Il sentit le sang chaud du monstre couler sur son bras mais une douleur très vive lui transperça l'avant-bras. La lame s'était plantée dans le palais du T-Rex, mettant ainsi fin à une longue vie de chasse ouverte. Mais en contrepartie le monstre avait planté une de ses grosses canines dans la chair de Kant. Ce dernier se recula brutalement et se dégagea. Son bras saignait abondamment et on voyait l'os apparaitre. Il sauta à terre, légèrement sonné par la douleur. Tout près, il entendit alors la voix de Lokan dire :

- Du grand art... Kant fait son numéro ! Dis à ton père que ce n'est qu'un sale fumier...

Andrew regarda dans la direction de la voix et vit que le guerrier tenait Logan avec un couteau de cuisine sous la gorge.

- Je t'avais prévenu... je vais tuer ton bâtard et une fois que j'en aurais fini... je vais t'éventrer...

Par instinct, Kant sortit son arc mais sa blessure l'empêchait de le tenir. Lokan ricana :

- Tu ne prendrais pas le risque de le tuer, n'est-ce pas ?

- Lâche-le... il n'a rien fait alors, laisse-le en paix. Tue-moi si tu veux mais ne le touche pas.

- Supplie Kant !

- S'il te plait... ne lui fais pas de mal...

- Tss... Tous les mêmes, les pères... des bons à rien... le mien aussi était comme ça et j'attendais avec impatience qu'il meure pour lui succéder. Dommage, toi tu n'auras pas de successeur !

La lame pénétra dans le flanc gauche de Logan qui étouffa un cri de douleur en revanche, Andrew poussa un cri bien audible. Tandis que son fils s'allongeait par terre en se tenant sa blessure, Lokan avança vers Kant avec un sourire mauvais :

- Vous allez crever tous les deux dans la fange, sales fils de chienne !

Il s'arrêta soudain, horrifié. Andrew regarda autour de lui sans trop comprendre mais en moins de temps qu'il en fallait pour parler, Lokan s'effondra à terre, du sang coulant du coin de ses yeux. Dans sa chute le couteau se planta dans sa chair... mais quelle importance il était mort avant d'avoir pu toucher le sol sans qu'Andrew ne comprenne pourquoi. Sans plus attendre il se rua sur Logan qui perdait son sang au fur et à mesure et le serra contre lui. Il lui était inutile de crier... la plainte de désespoir et de douleur de tout à l'heure aurait suffit à réveiller Roy... à chaque goutte de sang qui s'échappait, c'était une chance supplémentaire de perdre son fils. De son seul bras valide, il mit Logan sur son épaule et se dirigea vers le camp en appelant Alcin de toutes ses forces...

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1931
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 07 - La Marche des Idrazits - 2e partie.   Mar 18 Mar - 15:34

Gurkan accouru l’épée à la main et quelques soldats derrière lui vers Andrew. Lorsqu’il vit le sang couler du corps de Logan, il poussa un juron sonore avant d’écarter d’un bras ferme ses hommes pour laisser à Andrew le libre passage. Attiré par ses hurlements déchirant, Alcin arriva en courant et en redressant ses manches. Aussitôt, il fit entrer Andrew sous la tente la plus proche. On déposa Logan sur une couverture posée au sol et on lui enleva le pagne. Le prêtre ordonna qu’on lui apporte de l’eau chaude, des compresses et qu’on lui éclaire mieux la plaie de l’enfant.

« Par tous les dieux ! Logan ! LOGAN ! » S’était écriée Déjanire qui sous le coup de l’inquiétude s’était élancée aider Alcin sans boiter. La femme était penchée sur le visage de l’enfant, tentant d’attirer son attention. « Regardes-moi mon poussin ! Reste éveillez… regardes-moi. »

L’agitation était grande sous la tente. Alcin tentait de maîtriser l’hémorragie mais sans le matériel qu’il pouvait avoir au cloître ou à l’hospice, c’était assez difficile. Il devait utiliser les moyens du bord qui était certes archaïques et douloureux, mais malgré tout, plutôt efficace. Une femme et un homme tentait d’écarter Andrew du corps de son enfant, afin de le soigner, mais le Maître Intendant n’en fit qu’à sa tête, hurlant qu’il voulait rester au près de lui. Il fallu l’intervention de Fazina et de Poméra pour le persuader qu’il ne pouvait rien faire pour lui et que le mieux qu’il restait à faire à l’heure actuelle, était de se soigner à son tour.

Le sang de Logan ruisselait tout autour de l’enfant au point de créer un petit ruisseau qui se répandait toujours plus conséquent à mesure que les minutes s’éternisaient. Alcin travaillait la chaire de Logan du mieux qu’il le pouvait, pendant que Fazina tentait avec l’aide de deux autres personnes de soigner la plaie d’Andrew. Ce ne fut qu’une demi heure plus tard, qu’Alcin réussi à maîtriser l’hémorragie de l’enfant.

D’une voix tremblante, il dit après avoir recousu sommairement la plaie de Logan : « Je n’ai plus de sumac Kori… nous avons utiliser le dernier ce matin pour soigner Helen… »

Jewel qui se trouvait à l’entrée de la tente à regardée anxieuse ce qu’il se passait, sursauta et aussitôt elle s’éclipsa aussi vite qu’elle le pouvait. On ne la revu que quelques minutes plus tard, le souffle court et le sac de Koah entre les mains. Rapidement, elle en sortit le petit coffret de bois dans lequel son ami rangeait ses herbes et elle le tendit ouvert à Alcin. « Il en reste un peu de notre périple. »

Dehors, le camp était abasourdit par ce qu’il venait de se passer. Les Lydéens étaient sortit de leur cachette et s’étaient rassembler petit à petit autour du feu de camp. Une heure s’était écoulée, une heure de long silence où personne ne parla, a part une petite foule à l’extrémité du camp. La plupart des Lydéens pleuraient simplement leurs trois morts et leurs inquiétudes au sujet de Logan. Lorsque Déjanire sortit de la tente accompagnée de Poméra, de Fazina et de Jewel, la robe tachetée de sang, elle dit: « Alcin ne peut se prononcer sur l’état de Logan pour l’instant. Nous serons fixé dans les heures à venir. »

Plus loin, Gurkan était en grande conversation avec l’ensemble des guerriers, ainsi qu’avec les fils Lang, Carline, les Miras, Meecham, Joan – un petit et grassouillet prêtre d’Okan à l’épaisse crinière rousse – et avec quelques autres Lydéens partisans d’Andrew. Ils étaient tous assit autour d’un nouveau feu de camp. Certains fumaient du tabac lydéen, tandis que d’autres étaient penchés sur une carte de l’île. Les femmes les rejoignirent et elles s’installèrent près de la fille aînée des Lang. Korelus prit la parole :

« Nous ne pouvons pas restez indéfiniment dans la nature. Il nous faut un campement sécurisé. Sans cela, nous risquons à tout instant nos vies. Nous sommes trop vulnérable, ici… »

« Nous pourrions vivre du côté de Lydée qui n’a pas brûlée. »

Garrett intervenu : « Les derniers vestiges de Lydée encore debout ne tiendront pas la prochaine tempête. Les fondations sont totalement ébranlées. La taverne et le grand pavillon ne tiennent debout que par miracle. »

« Qu’est-ce que tu proposes ? Tu n’es plus que le seul bâtisseur d’expérience avec Korelus. »

« Ténolas, mère. »

« Les ruines de Ténolas ? »

« Nous savons pour la plupart que les ruines ne Ténolas ne sont ruines que par le nom. La cité de Ténolas est toujours intacte. Bien sur, il y a quelque aménagement à faire, mais rien de bien titanesque que nous ne pouvons entreprendre tous ensemble. »

Fazina se gratta l’arrière du crâne et d’une voix un peu intimidée, elle demanda : « Qu’est-ce que Ténolas ? »

« Une petite cité place forte nichée sur une petite colline dans le nord-ouest de l’île. Elle a abritée la toute première communauté de l’île. Les Lydéens de pures souches, comme les Hankiens ou même les Oderniens proviennent dit-on de Ténolas. Aujourd’hui, la cité est abandonnée et beaucoup la pense en ruine car n’osant pas s’aventurer jusqu’à elle. »

« Que s’est-il passé ? »

« Une guerre de cent ans contre les Trayaregs. »

Déjanire fronça les sourcils, l’air perplexe. « Je doute que ce soit une bonne idée. La légende… »

« Quelle légende ? » Railla sur un ton absurde Garrett. « J’ai souvent dormis au pied de la palissade de Ténolas lorsque j’étais enfant avec mes frères, et jamais un seul Trayareg n’a pointé le bout de son nez. D’ailleurs, depuis des centaines d’années, aucun Trayareg n’a été vu de notre côté de l’île. Ils se cantonnent à rester près des Rocailles. »

« Vous ne pensez pas sérieusement aller vivre dans cette cité maudite ? C'est de la folie ! Nous pourrions courir un grand danger ! »

« Et pourquoi pas ? Elle nous apporterait sécurité, un toit pour dormir et au nord se trouve des prairies fertiles. Je ne comprend pas pourquoi personne n’y habite. »

« Peut-être parce que les Trayaregs ont menacés d’exterminé quiconque y vivant. »

« Ce n’est qu’une légende, Jewel. Une légende destinée a dissuadé quiconque de s’emparer de cette place forte. De plus, elle remonte à tellement longtemps. »

Carline se leva et rejoignit le père de Gurkan. « Je suis de l’avis de Garrett. Ce serait ridicule de ne pas prendre possession de cette ville sous prétexte qu’une légende qui date d’avant la prise du pouvoir des Grams nous l’interdit. Ténolas ne serre plus à personne. Elle pourrait nous appartenir et devenir notre nouveau chez-nous. Nous avons besoin de nous poser quelque par où nous serons en sécurité. Allez à Hanka tous ensemble est exclu, ils feraient de nous leurs esclaves, et Oderne risque d’être réticente à nous accueillir tous en son sein. Ténolas me semble être un bon compromis. Qu’en dis-tu mère ? »

Déjanire semblait être partagée. Elle mit un long moment avant de répondre : « Je ne suis pas votre chef. Je ne peux pas prendre la décision pour l’ensemble de la communauté. »

« Alors, prend une décision pour nous… ceux qui acceptons de te suivre, Déjanire. »

« Andrew est notre chef. Pas moi ! » Dit-elle pour se décharger de toute responsabilité.

Carline fit la moue. « Avec ce qu’il s’est passé avec Logan, je doute qu’il accepte de l’être. Je doute même qu’il reste parmi nous bien longtemps si Logan venait à mourir. »

« Alors, priez tous pour qu’il ne meure pas. Car si vous voulez mon avis, nous avons besoin de lui. Extrêmement besoin de lui. Je ne sais pas si vous vous rendez tous bien compte, mais il possède le pouvoir de tuer les Immortels, et si je ne me trompe pas, Thorin le dieu souverain qui règne sur le monde d’où proviennent ces étrangers, est un Immortel. »

« Déjanire, soit certaine que beaucoup accepteront de te suivre. » Assura Gurkan.

Près de lui, les seize guerriers se tapèrent la poitrine au niveau du cœur pour assurer les propos que Gurkan tenait. Toujours très fiers et respectueux de la hiérarchie, les guerriers avaient fait de Gurkan leur chef, et ce, sans l’avis de quiconque. La passassions de pouvoir au sein de leur guilde ne regardait selon eux, qu’eux.

Tremblotante, la vieille femme se leva : « Alors, que tous ceux qui acceptent de me suivre, acceptent de suivre Andrew. Les autres ! Ceux qui n’ont dans le cœur que peur et rancœur, qu’ils se sentent libre de faire ce qu’ils leur plaisent, Lydée n’a pas besoin d’eux. Elle ne les retiendra pas. »

« Ici ou à Ténolas, il faudra bien que nous nous posions quelque part pour continuer à vivre. »

Une nouvelle heure s’écoula où le groupe parla des modalités pour se rendre à Ténolas. De plus en plus de monde se joignait à eux. Plus ils en parlaient, et plus l’idée leur semblait à portée de main. C’était peut-être fou et stupide, mais ils estimaient qu’ils devaient aller tous de l’avant, qu’il était tant de se reconstruire. Même si Andrew ne les suivait pas dans leur voyage ou tout simplement, s’il n’était pas d’accord d’être leur chef, tant pis. Lydée disparaîtrait et chacun serait désormais libre d’aller où bon lui semble.

Pour plus des cent Lydéens que la visite de Roy avait perturbé, ils étaient clair désormais que se retrouver seul dans ce monde n’était pas la chose la plus rassurante et raisonnable à faire. Bien sûr, il y avait toujours des contestataires, mais Déjanire mit un point d’honneur à les inviter soit à les suivre, soit à continuer leur route de leur côté. Aux aurores, quelques familles s’en allèrent. La scission et le différent étaient trop grand pour qu’ils continuent à marcher côte à côte. Mais la plupart étaient resté, non pas parce qu’ils portaient Andrew dans leur cœur et qu’ils lui faisaient une entière confiance, mais parce que leur place n’était pas ailleurs. Ils formaient un groupe et s’en remettrait à l’avis général, tant qu’ils pouvaient tous donner le leur.

Doucement, Jewel pénétra sous la tente et s’approcha d’Andrew qui était au chevet de son fils toujours endormis. Son bras était bandé et sa mine était horriblement affreuse. Alcin somnolait dans un coin de la tente, alors que près de lui ses deux assistants veillaient sur d’autres malades. Jewel prit place à côté d’Andrew, puis elle resta silencieuse un moment.

D’une voix hésitante et dans un chuchotement, elle demanda : « Comment va Logan ? » Un long silence. « Ils comptent partir se réfugier à Ténolas. Et je pense que ce n’est pas une mauvaise idée. » Un nouveau silence. « Tu es leur chef, tu sais… je penses qu’ils sont désormais tous d’accord. Même ceux qui ne l’étaient pas tout à l’heure. Ils n’attendent que ton avis sur la question... il y aura un vote dans la journée. » Elle leva des yeux rouges de peine vers Andrew. « Je suis désolée. »

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1795
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 07 - La Marche des Idrazits - 2e partie.   Mer 19 Mar - 0:47

Loin de toutes les questions qui occupaient les autres, Andrew veillait sur son fils. Sa plaie était douloureuse mais il s'en moquait, ce n'était rien comparé à ce qu'il ressentait. Lorsque Jewel lui parla, il n'avait pas oublié les propos qu'elle avait dit sur lui et Laë. Et à sa question, il ne répondt pas. Cependant la suite fut malgré tout intéressante. Ainsi ils voulaient se rendre à Ténolas... soit, cette idée n'était pas si bête... Quant au fait qu'il soit leur chef, c'était bien le cadet de ses soucis. Son visage avait perdu presque toutes ses couleurs, il était à genou, accablé, vidé. Il se tourna vers elle, les yeux emplis de larmes et dit, dans un murmure inquiétant :

- D'abord Laureen... et maintenant...

Il étouffa un sanglot et une larme roula sur sa joue :

- C'était moi qu'il aurait du blesser... pas lui... il n'avait rien fait... Tous ceux que j'aime... ou que j'apprécie... ils meurent... Laureen, Koah, Guerel... et maintenant Logan... pourquoi ? J'ai pu supporter la mort des autres mais la sienne...

Il prit un air horrifié à l'idée même que cela n'arrive. C'était la dernière chose qu'il lui restait et pourtant, Logan ne reprenait pas conscience. Etait-il en train de s'éteindre ? Si tel était le cas, alors Déjanire ne s'était pas trompée... il emportait son père avec lui dans l'obscurité. A Kobol, Lydée, il pouvait bien la prendre ! Pour Kant, tout semblait si dérisoire... Il essuya les larmes qui avaient fusées malgré tout et resta à regarder Logan. Mais après l'annéantissement, la colère fit son apparition... brutale, animale... profonde. Elle avait surgie de nulle part et Kant serra les poings. Il lâcha sur un ton sans appel :

- Cette ordure... ce fils de Torsha... je ne peux pas le lui faire payer de son vivant... Alors il le paiera de sa mort... Que le vote ait lieu et qu'ils désignent qui ils voudront, si c'est moi, alors je m'y résoudrais... Mais...

Il attrapa le bras de Jewel et la regarda droit dans les yeux. Il ne lui faisait pas mal mais son regard réflétait une haine puissante, un désespoir immense et il poursuivit :

- J'interdis à quiconque de procéder aux rites funéraires de ce salaud... je veux que ce fumier erre à jamais sans trouver le chemin vers la paix... qu'il paye de son âme son acte...

Il la lâcha, reposant ses yeux sur son fils. Un détail n'avait pas été éclairé... la mort de Lokan était très mystérieuse mais pour Andrew, elle était un véritable fléau... il aurait voulu le tuer de ses propres mains, rien que pour assouvir son désir soudain de vengeance. Peu à peu il se calma et retomba dans cet état profond où seul l'état de son fils lui importait.

- Tout ça, c'est de ma faute... j'aurais du tuer Lokan tout à l'heure... quand j'en avais l'occasion... mais tuer quelqu'un n'est pas si facile... J'ai hésité pour Mavican... même si je l'ai fait. Mais pour Kirion... et Lokan, je n'ai pas eu le courage de le faire... c'est de ma faute... entièrement ma faute... Si je renonce à guider les autres alors nous aurons fait tout ça pour rien... juste pour voir Lydée se diviser et disparaître... Ce n'est pas ce que je veux.

Il se leva, son bras irradiait de douleur mais il arrivait encore à en faire abstraction. Son visage était plus proche du déterré que celui de son enfant. Logan avait les yeux fermés, la respiration lente mais il senblait paisible. Kant sortit de la tente. Il savait ce qu'il avait à faire... et ce n'était pas à Jewel de l'annoncer. Le jeune femme avait été là pour lui donner le courage de se relever. Lorsqu'il sortit, le silence se fit immédiat. Ceux qui avaient choisi de rester attendait désormais que la maître intendant parle. Kodo, assis sur un rocher et la mine inquiète nettoyait son épée du sang de Roy. Il était allé la récupérer entre temps. La voix brisée d'Andrew s'éleva alors faiblement et beaucoup durent tendre l'oreille :

- Partir vers Ténolas est une bonne idée... je l'approuve car nous y serons en sécurité. Si nous devons nous y rendre, il faut que quelqu'un prenne les commandes. Choisissez selon votre convenance... j'accepterais le choix final quel qu'il soit.

Laë lui lança un bref regard et se contenta d'approuver d'un signe de tête ce qu'i venait de dire. Kodo quant à lui répondit :

- Andrew être celui qui doit diriger Lydée.

Mais Kant le coupa net et il n'y avait aucune pitié dans sa voix :

- Je n'ai pas terminé... Je peux jurer sur ma vie que celui qui permettra à Lokan de reposer en paix le regrettera amèrement... J'en fais le serment devant Pëlos !

Le silence tomba à nouveau. Rien que dans le regard, toute personne savait qu'il s'en tiendrait à cette promesse. Et aussi dure la décision pouvait-elle paraître, c'était avant tout celle d'un père... dont la vie de sa progéniture menaçait de s'éteindre à tout instant. Laë jeta un regard à Meecham et lui murmura à l'oreille :

- Pourrais-je vous parler, en tête à tête, je dois vous dire quelque chose...

Elle l'avait abordé discrètement pour éviter que les autres entendent et n'aient des soupçons... Sa situation était déjà bien difficile. De toute façon, les autres allaient maintenant décider qui deviendrait le successeur des Grams. Helen s'était approchée d'Andrew, en s'aidant d'un jeune lydéen et éleva la voix :

- Que ceux qui veulent voir Andrew comme chef de Lydée se mettent à droite... les autres à gauche, ils n'auront qu'à dire qui ils estiment digne de prendre la tête de Lydée.

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1931
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 07 - La Marche des Idrazits - 2e partie.   Mer 19 Mar - 2:53

Tout aussi discrètement que Laë l’avait abordé, Meecham se leva et s’éloigna avec elle, disparaissant à une dizaine de mètres dans la jungle autour des baraquements. Ils marchèrent quelques instant, à la lueur de l’aurore qui éclairait la végétation et la rivière de Lydée qui se jetait dans le détroit. Le guerrier Jalanien était perplexe, il se demandait ce qui valait autant de cachotterie.

Meecham s’arrêta sur la berge de galet, puis il regarda un instant le beau visage de Laë. Le guerrier était un plus propre qu’à l’ordinaire. Fazina avait nettoyée son armure, et ses cheveux, ainsi que sa barbe avaient été lavés plus minutieusement. Meecham se tenait droit devant la reine, une main sur le pommeau de son épée accrochée à la ceinture. D’une voix maîtrisée et toujours aussi respectueuse, il demanda : « Sale affaire ce qui est arrivé au petit Logan. Mais c'est un petit garçon robuste qui à de la ressource. J'ai confiance, il s'en sortira. Qui a-t-il votre Altesse ? Quelque chose vous tracasse ? »

***********
Une nouvelle agitation s’empara du campement. Elle n’était pas due à l’annonce d’Helen, mais plutôt due aux propos qu’avait tenu Andrew. Les Lydéens étaient partagés. D’un côté, il était contraire à leur tradition de laisser une âme ainsi errée dans les limbes à jamais, mais de l’autre, Andrew méritait de jouir totalement de sa vengeance. Sans se poser de question, Gurkan et les seize guerriers se placèrent sur la droite, accompagné de Garrett, de Jala, de Joan et de Kodo. Bien vite, ils furent rejoins par Déjanire et les Lang, et une fois que la vieille femme ait rejoint Andrew et Helen, d’autre Lydéens se décidèrent enfin à se placer sur la droite.

Dans un petit brouhaha sonore de quelques minutes, une grande partie de la foule s’était déplacée du côté des partisans d’Andrew. Il ne restait que quelques incorrigibles grincheux qui traînaient des pieds afin de souligner clairement que même s’ils acceptaient de se ranger du côté de la majorité, ils gardaient tout de même leur libre arbitre, et que celui-ci justement leur disait de se méfier de Kant.

A côté du Maître Intendant, Jewel n’était pas contente. Elle fixait Andrew d’un regard sinistre. C’était la première fois que Jewel avait peur de lui. Il avait toujours été quelqu’un de gentil, de trop gentil au goût. Mais là, l’homme bon et généreux semblait avoir laisser la place à un homme avide de vengeance. Elle ne le reconnaissait pas. Il était si froid et catégorique que ça lui flanquait la trouille. La haine qu’il dégageait en parlant de Lokan était dérangeante.

Jewel regarda le chasseur, se posant des questions qui se virent sur son visage. Elle dit alors d’un ton incrédule : « Andrew ! Andrew ! Tu n’es pas sérieux ? Tu ne peux pas laisser son âme errée sans but dans les limbes. Aussi grande que soi ta haine envers lui, c’est un coup à entacher ton âme. Tu vas à l’encontre de Lois Divines de Cheera. Même les pires meurtriers ont droit à passer dans l’au-delà afin de se réincarner. Logan n’est pas mort Andrew. » Elle fouilla sa robe et en sortit un jeton qu’elle mit dans la main du grand homme. « Donnes-lui ce jeton pour payer son passage et oublies-le. » Elle planta ses yeux profondément dans les siens. « Tu serais prêt à passer le reste de ta vie avec ça sur la conscience ? »

Déjanire déposa sa main sur l’épaule d’Andrew pour signifier qu’elle lui apportait son soutien. « Ecoutes, Jewel. Tu ne peux pas comprendre. Tu n’as pas d’enfants. Nous ne pouvons pas aller contre sa décision. Ce n’est peut-être pas juste, ni même charitable, mais nous comprenons son choix. C’est le sien, et nous le respectons. »

Alcin qui était à l’entrée de la tente et qui semblait encore un peu somnolant intervenu : « Andrew assumera seul ses actes. »

Déjanire hocha la tête, puis elle s’adressa à Andrew. « Aussi pénible que cela peut-être pour certain, nous te garantissons que nous ne ferons rien pour Lokan. Son âme errera comme tu le souhaite à travers les limbes. »

Carline dit : « Jewel, nous attendons ton vote. »

La jeune femme resta silencieuse un instant, puis, elle haussa les épaules. « Je vote Andrew bien sûr. » Et elle s’en alla, ne voulant plus prendre part à cela. L’idée d’être complice d’un acte comme celui-ci la répugnait. Elle disparu dans un cabanon sur la plage.

« Aujourd’hui, qu’il soit dit et écrit qu’Andrew Kant, fils de Walter Kant et de Lucie Veil succède désormais à Boric Grams à la tête de Lydée. Il lui appartient dorénavant de trancher toutes les décisions et de nous guider à travers les années. »

Il y eut des applaudissement parcouru de quelques houra de la part des plus fervents défenseurs du chef de Lydée. Poméra qui était sur le côté avec Fazina sautait de joie, faisant des signes à Andrew. Les guerriers se tapèrent la poitrine en signe de respect comme le voulait la tradition, et ils hurlèrent le cri de guerre Lydéen.

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1795
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 07 - La Marche des Idrazits - 2e partie.   Mer 19 Mar - 15:15

- Soit, alors... Merci à ceux qui m'ont apporté leur soutien, j'espère juste que les autres apprendront à me faire confiance. Nous allons établir notre nouveau campement à Ténolas et y rebâtir Lydée. Mais nous aurons besoin de temps pour ça... Gurkan, avec la moitié de tes hommes tu accompageras Korelus et Garrett pour constater les réparations qui seront nécessaires et reconnaître les lieux. Voire même nettoyer la zone. Lorsque vous l'aurez sécurisée, alors nous quitterons cet endroit. Il faut trouver un endroit sec et à l'abri pour y déposer la nourriture et une pièce au départ pour héberger tout le monde. Il doit y avoir un ancien temple là-bas, il pourrait servir d'abri à tout le monde en attendant de réparer quelques anciennes habitations. Déjanire, Alcin et Helen, vous vous chargerez des blessés... Les autres, ceux qui sont volontaires, vous brûlerez les cadavres... Si vous le pouvez, essayez de récupérer le maximum d'objets utiles, des plantes médicinales, s'il en reste, des armes... tout ce qui vous paraîtra utile.

- Andrew, nous ne pourrons pas évacuer les blessés avant au moins une semaine. Certains ne supporteraient pas le voyage...

- Gurkan et ses hommes auront eu le temps d'avoir fait leur reconnaissance. Et dès leur retour, nous commencerons à migrer vers le Nord. Nous ne savons pas ce qui nous attend là-bas et vu le peu de survivants que nous sommes, j'estime qu'il vaut mieux jouer la prudence. Si nous sommes attaqués, la majorité d'entre vous ne pourra pas résister longtemps. Quant à Hanka, le temps qu'ils viennent... nous serons déjà à Ténolas. Gurkan, faites bien attention sur la route... Lorsque vous aurez terminé, envoie simplement deux ou trois gurriers pour nous l'annoncer. Nous vous rejoindrons très vite.

- J'ai besoin de bras solides pour m'aider à porter certains blessés dans la tente... et de personnes disposées pour m'accompagner chercher du sumac Kori.

- Si nous voulons nous en sortir tous, vivants, il faut rester soudés et solidaires.

Et pendant que les décisions se prenait, Laë, en arrière avec Meecham semblait bien mystérieuse. Elle plongea son regard bleu dans celui du Jalanien et dit d'une voix basse mais douce :

- Vous êtes l'un des seuls à me faire confiance... enfin en tout cas à ne pas me manifester d'hostilité. J'en suis vraiment touchée même si je comprends très bien la réaction que peuvent avoir les autres... je ne sais pas comment vous le dire... une légende de mon peuple raconte que vous êtes capable de voir certaines choses cachées aux yeux des mortels... les esprits, en quelque sorte... Je vais être sincère avec vous, nous aussi, nous le pouvons mais uniquement lorsque les âmes quittent notre monde... nous pouvons leur parler... une dernière fois et leur demander une dernière volonté. Avez-vous vu, cette présence ? Juste à l'instant où Andrew a crié... l'ombre noire qui est partie vers l'endroit où il se trouvait... avez-vous pu la voir ?

Autour d'eux, les autres commençaient à aider ceux qu'ils pouvaient. Andrew s'était éclipsé. Mais il n'était pas retourné auprés de Logan, il avait pénétré dans la cabane de fortune où se trouvait Jewel. Il s'assit à côté d'elle, le visage dur :

- Lokan est une pourriture... je donnerais tout pour que son âme ne soit pas recueillie auprès de la présence de Cheera... Logan était sans arme... et ce fumier l'a planté... comme ça...

Il fit une pause. Il semblait réfléchir intensément. Lorsqu'il reprit la parole, ce fut d'une voix tremblante :

- Je vais retourner près de lui... Tu as pu pardonner à Gurkan parce que ce qu'il a fait n'était pas volontaire... moi, je ne peux pas pardonner un acte fait de sang-froid... Je comprends mieux pourquoi Koah tenait beaucoup à toi... tu sais remettre les gens sur le droit chemin. Donne lui le jeton mais nous laisserons son cadavre dans la nature. Les Grams étaient corrompus... je n'ai pas envie de devenir pareil. Que son âme parte et se réincarne... j'ai fois en la justice et il paiera ses actes...

Il se leva. Cette décision lui avait coûté énormément mais il n'avait pas l'intention de suivre la voix du précédent chef de Lydée. Il avait fait la requête à Jewel car accomplir lui même cet acte lui était impossible. Il retourna près de son fils, toujours dans un état incertain. La crainte de diriger était désormais bien futile face à celle de voir son fils mourir. Il n'y eut pas de fête pour célébrer cette décision et les gens ne firent rien pour y remédier. Tout le monde le savait, Logan livrait la bataille pour la survie de son père. Et s'il la perdait...

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1931
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 07 - La Marche des Idrazits - 2e partie.   Mer 19 Mar - 19:29

Meecham secoua la tête. Il essayait de comprendre de quoi voulait parler la reine. Bien qu’il était le précepteur de Poméra et que dans son monde, la magie était quelque chose d’étendu, il n’avait jamais été initié à elle. Il ne reconnaissait pas ses subtilités, ni ses variations.

D’une voix désolé, il répondit : « Non hélas, Votre Altesse. Je n’ai remarqué aucune présence particulière. Je ressens bien la haine que dégage Andrew pour ce Lokan… elle est palpable et personne ici ne pourrait l’ignorer… elle saute aux yeux, mais de là à se manifester par la présence d’un esprit noir… » Il s’inclina un peu. « Votre Altesse, je ne nie pas que dans mon peuple, certaines personnes soient dotées d’incroyables capacités et d’une vision étendue sur le monde et ses secrets. Mais mon esprit n’est pas réceptif à ce genre de vision. L’art de la magie et de l’occultisme était prodigué à Poméra par sa mère. »

Meecham se gratta la barbe. « Qu’est-ce qui vous dérange ? Quel est le fond de vos pensées ? Devons-nous nous inquiétez ? Cet esprit noir est-il présage de mauvais augures ? »

***************
Aussitôt les ordres d’Andrew donner à l’ensemble de la population, les Lydéens se mirent en activité. Tous avaient conscience qu’il fallait laisser à Andrew du temps pour se faire à son nouveau rôle, et ce fut pourquoi Déjanire prit les choses en main pour l’intendance du campement. Elle envoya une partie du groupe – les plus épuisés par cette nuit blanche – se reposer, tandis que les autres partirent une demi-heure plus tard en direction des cendres de Lydée avec les deux charrettes. Dans cette quarantaines de personne, il avait été convenu qu’une grande partie devait aider à ramasser les dépouilles alors que l’autre, plus petite, était chargée de récupérer tout ce qui pourrait servir à Lydée.

Les six guerriers de Gurkan finissaient de fermer leur paquetage sous les recommandations de Déjanire et d’Helen. Les hommes qu’il avait choisis n’étaient pas très vieux et expérimentés mais ils avaient pour eux la vaillance et la jeunesse. Le temps ferait le reste. Gurkan avait confiance en eux, et eux en lui. Korelus enlaça sa mère, ainsi que son épouse, puis ses trois enfants avant de partir et de suivre le groupe qui s’enfonçait déjà à travers la végétation de l’île.

« Prions pour qu’il n’y ai pas de mauvaise surprise à Ténolas. » Dit Déjanire dans un soupir.

De leur côté, Fazina et Poméra étaient du voyage d’Alcin pour chercher du sumac Kori. La jeune Jalanienne avait insistée pour aider les Lydéens, car rester au campement lui était trop difficile, surtout depuis l’accident de Logan, et depuis qu’Andrew était triste et distant. Malgré sa fatigue, Alcin était toujours aussi bavard. Il prenait plaisir à parler des plantes que la troupe croisait, s’extasiant sur leurs couleurs et leur aspect reposant. Il ne cessait de s’adresser à Poméra comme il s’adresserait à une élève.

Agenouillée près du corps de Lokan, Jewel quant à elle était silencieuse. Elle priait. Elle avait abandonnée le groupe de femme chargée de rassembler les vivres pour aller offrir à l’âme de Lokan son dernier voyage. Le geste qu’Andrew avait eut fut très important pour elle. Même si elle n’approuvait pas le fait de laisser la dépouille du guerrier pourrir ici, elle était contente que son ami ait retrouvé la raison. Qu’il est cédé – certes à contrecœur – pour elle et ses convictions. Doucement, elle mit le jeton dans la main du guerrier, et elle lui ferma ses paupières ensanglantées.

Lorsqu’elle eut fini de prier, Jewel s’en alla, marchant lentement vers les cendres de Lydée. Elle rejoignit les autres à la recherche de denrées encore exploitables. Malgré la puanteur insoutenable, les Lydéens cherchèrent minutieusement tout ce qui pouvait encore servir. Cinq hommes d’une grande agilité montèrent aux passerelles encore intacte mais terriblement chancelante. Ils rejoignirent le grand pavillon, la taverne et les dernières habitations encore debout. Les hommes récupérèrent tous le contenu à porté de main. A l’aide de larges paniers encordés, ils descendirent sur la terre ferme tous les objets encore intacts. Des tonneaux d’alcool d’Alsin aux pains biscuits secs, rien n’était oublié. Ils dépouillaient Lydée de ses derniers vestiges.

Dans les gravas, Jewel retrouva le cerf en bois de Koah. Il était un peu brûlé sur le côté gauche, et il avait perdu un bois, mais il semblait toujours en bon état. Lorsqu’elle tira sur la queue de l’animal, sa bouche s’ouvrit et un son rauque en sortit. Aussitôt, Jewel se mit à pleurer quelques larmes, non de peine, mais d’une joie emprunte de nostalgie. Elle pleura le restant de la journée en choyant comme la plus précieuse des reliques ce jouet qu’elle savait beaucoup compter pour son meilleur ami.

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1795
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 07 - La Marche des Idrazits - 2e partie.   Ven 21 Mar - 14:53

Laë soupira. Elle semblait inquiète mais répondit :

- Je l'ignore... Mais cette chose était bien réelle... et elle ne provenait pas de Kirion. A Yrilia, nous avons beaucoup de mages qui usent de ce pouvoir mais ils ne s'en servent pas pour tuer... tout le monde sait que... Je ne sais pas d'où il vient mais sa présence n'a rien de rassurant... convoquer une âme de l'au-delà pour faire mourir quelqu'un relève de la folie pure et simple. Je me demande si le pouvoir d'Andrew n'y serait pour quelque chose... Il faut une peur et une détermination fortes pour invoquer un esprit. Ils n'ont pas de mages avec eux... il est donc fort possible que ce soit lui qui l'ait fait sans le savoir par le don de Cheera. Si tel est le cas, alors, oui... c'est une mauvaise chose...

Elle semblait soudain légèrement effrayée. Elle regarda les autres s'activer autour d'eux et expliqua :

- Il y a toujours une contre-partie à l'usage de la magie... ceux qui prétendent le contraire sont fous. Si l'esprit a répondu à l'appel d'Andrew et a tué Lokan... alors il reviendra pour être payé d'une nouvelle âme... Généralement, la personne qui l'a appelé... mais, dans notre cas... Un esprit n'est pas mauvais, en soi. Il en existe des gentils qui obéissent aux ordres qu'on leur donne. En échange, ils limitent leurs dégats. Si celui de tout à l'heure est bon, alors il prendra la vie d'un mourant, dans le groupe. Mais s'il est profondément mauvais... c'est Logan qu'il viendra tuer... C'est le point faible d'Andrew et il sait que si son fils meurt, le reste aura des répercussions dans le monde qui nous abrite.

Elle haussa les épaules et conclua :

- De toute façon, le mal est fait... je souhaite juste qu'il n'y ait pas de retombées importantes de cet acte... et je ne suis pas sûre que ce soit Andrew même si ça me parait fort probable... Nous ne pouvons rien y faire même si l'esprit revient... il faut prier pour ça n'arrive pas. Venez, allons aider à déplacer les blessés dans un endroit plus calme...

Elle marcha vers les blessés et aida du mieux qu'elle le put à les faire entrer dedans. Meecham aida aussi. Chaque personne du camp était attentive et avait entrepris sa tâche avec rigueur et dévouemeent, même si certains n'étaient pas tout à fait d'accord avec l'idée de partir à Ténolas. A la grande surprise de tout le monde, Létor cassa le nez d'un autre adulte parce que ce dernier balançait des insultes dans le dos d'Andrew. C'était rare de voir le boulanger défendre le maître intendant... Entre eux, c'était pourtant un courant d'air glacé qui filait. Comme quoi les choses pouvaient bien changer...

Avec son seul bras valide, Kodo ne pouvait pas faire de choses très physiques, il se contenta simplement de ramasser quelques objets du village Qwel dont il ne restait aucun survivant. Il le savait, ces amis s'étaient tous battus pour protéger Lydée, sa famille était morte au combat et même si désormais, il se sentait bien seul, il affichait une immense fierté à l'idée qu'ils se soient battus corps et âme. Il récupéra quelques armes, puis des petites quantités de nouritture, que le feu et les rats avaient épargnées. Le silence était de mise sur le champ de ruines de Lydée... La grande cité de Pelös avait cessé de rayonner et le sol fumait encore légèrement du supllice qu'elle avait subi. A la nuit tombée, Andrew se rendit sur les lieux, une dernière fois.

Voilà ce que les Grams avaient fait... si seulement Boric les avait écouté... tant de vies auraient pu être épargnées... L'avenir semblait si incertain... Logan était toujours dans le même état entre la vie et la mort, la menace de Dorthal pesait aussi. Lui et les mages d'Yrilia représentait une menace gigantesque... Ni à Hanka ni à Oderne il n'y avait de mage suffisamment puissant pour résister à une armée de vengeurs. Et puis derrière, il y avait Thorin... sans doute la personne la plus dangereuse que le monde des Exilés puisse connaître. Il était important de reconstruire pour réagir même si le travail s'avérait titanesque... Rallier Hanka et Oderne relèverait d'un travail long et fastidieux... surtout que Lydée n'avait jamais été très coopérative, elle était trop occupée à jouer de son prestige et de sa grandeur. Il faudrait rectifier le tir.

Dans la zone calme de son village natal détruit, Kant y passa quelques heures, en début de nuit puis, il retourna vers le camp. C'est alors qu'il sentit comme un courant d'air, il aurait juré que quelqu'un l'avait touché. Il regarda autour de lui, il n'y avait rien... et pourtant... si Laë avait été là, elle aurait pu distinguer une ombre sombre, aux contours incertains... la seule chose de nette, c'était ses yeux... d'un rouge flamboyant. Dans le silence de la nuit, l'ombre suivit Andrew, attentive à ses moindres gestes, observatrice... Et puis, elle s'approcha. Le ciel s'obscurcit, plongeant le camp dans le noir presque total et la pluie commença à tomber. Andrew se hâta de rentrer, l'ombre mystérieuse était juste derrière lui...

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1931
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 07 - La Marche des Idrazits - 2e partie.   Sam 22 Mar - 8:11

Suspendu à travers les flots abyssaux, le corps nu de Koah Lang flottait bercé par un léger courant d’un froid glacé. De son corps, aucuns signes de vie n’étaient perceptibles. Le jeune homme était profondément inconscient. Il ne possédait au poignet que le bracelet de Jewel. Plus bas dans les profondeurs de l’océan, une créature gigantesque avait son unique œil vitreux fixer sur lui. De celle-ci s’étendaient plusieurs longs et épais tentacules qui maintenaient Koah en place dans le courant.

D’autres tentacules plus petits et plus fins d’un rouge intense avaient pénétrés le corps du jeune homme par la bouche, le nombril et par l’antre de ses fesses. Les tentacules étaient animés et bougeaient de temps en temps, comme si ils s’affairaient à l’intérieur du corps de Koah. Autour du glaneur, de petits poissons phosphorescents nageaient et allaient nettoyer à tour de rôle les peaux mortes de la plaie presque guérie qui se trouvait dans son dos.

Soudain, rompant la quiétude des profondeurs, dans une nuée de bulles, Sedna la déesse de l’Océan se métamorphosa assise à l’indienne sur le haut du crâne de sa créature. Elle dit d’une voix désolée : « Kobol est prêt à toutes les bassesses pour posséder cette âme, ma chérie. Jusqu’à changer sa condition d’être humain et à te sacrifier pour y parvenir. Je n’ai pas eut le choix ma délicate chérie, il ordonne ici, et nous obéissons. »

La créature ne lui répondit que d’un battement de paupière compréhensif. Une lueur électrique embrassa la chaire caoutchouteuse du monstre et dans un éclat bleuté, une décharge électrique alla choquer le corps de Koah. Une fois, deux fois, trois fois… A mesure que les ondes percutaient le jeune homme, la créature mourait sous le regard attristé de Sedna. « Pardonnes-moi ma chérie… pardonnes à ta faible déesse de te sacrifier… »

Aimante, la déesse s’allongea sur le haut de la créature et la caressa alors qu’inlassablement, le monstre abyssale continuait d’électriser Koah jusqu’à ce que tout à coup, elle ferme son œil et que Koah ouvre les yeux…

FIN DU TOME I

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 07 - La Marche des Idrazits - 2e partie.   

Revenir en haut Aller en bas
 
07 - La Marche des Idrazits - 2e partie.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Zombicide
» Une partie de cyvasse
» [HotS] Comprendre comment marche l'XP
» simple bilan partie a 1000 points contre un nain
» scenario et déroulement des partie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Exilés du Monde :: LES EXILES DU MONDE : L'HISTOIRE :: TOME I : LA MARCHE DES IDRAZITS-
Sauter vers: