AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 03 - Salvation.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1795
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 03 - Salvation.   Sam 5 Juil - 0:18

- Parce que tu crois que je ne souffre pas moi aussi ??? Je n'avais rien demandé ! J'ai été ajouté à ce monde sans que quiconque ne m'explique les conditions... Ne parle pas de Laureen comme ça ! Tu ne sais rien d'elle, tu n'as rien à lui reprocher ! Elle valait plus que les personnes que j'ai rencontré. Je l'aime et elle n'a pas disparu. Elle m'attend, je le sais au plus profond de mon âme. Cette vie n'est pas la mienne mais celle que Koah aurait voulu que j'ai ! Je la refuse catégoriquement ! J'avais un femme, j'ai un fils... c'est eux ma famille, la seule ! Je ne me laisserais pas manipuler encore une fois par la magie... encore moins celle que l'on veut m'imposer...

Andrew avait une drôle d'expression sur le visage. Comme si soudain, le monde dans lequel il se trouvait relâchait son emprise sur lui... Il était pâle et l'éclat de ses yeux se fit moins brillant, un peu plus terne. En réalité, deux choses luttait en lui... la compassion pour Koah et la haine pour ce qu'on avait essayé de lui faire... A cet instant, cette colère se déchaînait contre la Gardienne, responsable directe de ses doutes. Le pouvoir de Cheera ne pouvait pas contenir à lui seul l'impulsion qui montait... Kant perdit peu à peu le contrôle de lui-même. Les mots fusèrent, en même temps qu'une volée de souvenirs qui fauchèrent Koah et Guerel telles des lames tranchanes, blessant leurs âmes et leurs propres souvenirs.

- Je te déteste, toi et tes remarques ! Je vous déteste tous ! Même toi Koah ! Vous voulez me faire vivre quelque chose dont je ne veux pas ! Vous m'imposez ma vie ! Je n'en veux pas ! Que Koah garde tout son attirail de conneries et tous ses voeux, je m'en balance ! Je veux retrouver mon monde... je veux retrouver Logan, mon vrai fils ! S'il faut vous tuer pour le faire je le ferais ! Vous et votre magie... je vous anéantirais !!! sortez de mon esprit, tirez-vous, tous autant que vous êtes ! Renvoyez-moi dans mon monde et vivez vos jours heureux avec vos fantômes !

Andrew n'avait aucun moyen de lutter contre ces envahisseurs... mais sa colère lui permettait de détruire le monde avec une brutalité presqu'animal. Des milliers de souvenirs revinrent... des nuits torrides passées avec Laureen, la naissance de Logan, la façon dont son coeur battait quand il était amoureux d'elle en secret... et puis sa mort aussi. Il y avait celle de Guerel, celle de Koah... les blessures de Logan suite à l'attaque mesquine de Lokan ! tout défilait à une vitesse folle, heurtant la réalité de ce monde comme un poignard dans de la chair humaine. Le piliers commençaient peu à peu à s'éroder. Devant un tel assaut, Guerel ne put s'empêcher de tomber sur le sol, se tordant de douleur.

- Il faut partir... mais... je ne peux pas lire... Koah... nous devons...

Andrew avait reprit la parole, usant de mots violents au possible à l'encontre de Danaé et de sa Gardienne mais aussi envers Koah :

- Tous des menteurs... des hypocrites ! Ta putain de Déesse se cache derrière une pseudo compassion ! Elle savait que j'allais souffrir en venant ici ! Elle ne m'a même pas prévenu... Et toi tu viens, tu te présentes en me poussant à culpabiliser pour lui ??? Pour LUI ? Ce n'est qu'un de ses stupides rêves qui tourne au cauchemar ! S'il souffre, c'est qu'il l'a cherché ! Il a passé un pacte avec Torsha pour vivre un leurre ! Une chose totalement éphémère ! C'est lui qui est responsable de tout ce que je viens de vivre ! J'aurais mille fois préféré les requins à cette expérience ! Ce n'était pas moi... mentalement mais physiquement si ! Je l'ai trompée !!! Je vous hais ! Disparaissez à jamais de ma vie !

La multitude de souvenirs brisait peu à peu l'univers tout autour. C'était violent et très brutal. Andrew parlait sous la colère comme métamorphosé en un être cruel... ce qu'il s'était pourtant juré de ne jamais être ! Toute la bonne volonté qu'il avait voulu mettre dans cette rupture avec le rêve de Koah avait pris le large. Il ne cherchait désormais qu'à détruire tout ce qui le faisait souffrir... Tout ce qui avait attenté à l'intégrité de son âme ! Il le faisait sans se soucier des conséquences et sans véritable regret...

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1931
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 03 - Salvation.   Sam 5 Juil - 9:50

Les mots étaient cinglants, tranchants et meurtriers. Plus douloureux que la plus affûtées des lames, ils arrachaient, perçaient et découpaient morceaux par morceaux le cœur et l’âme de Koah. La peine ressentie par le jeune homme était titanesque. Elle était quasi insoutenable. Elle lui coupait le souffle et faisait monter aux yeux les larmes. Koah ne savait pas quoi faire, ni quoi dire. Il était crucifié sur place, harcelé par d’innombrables souvenirs d’une agressivité incroyable. Il assistait à la destruction de ce monde sans pouvoir agir ou même réagir. Il était impuissant. Tout n’était que douleur et peine.

Les souvenirs tournaient autour d’eux avec violence, s’imposant à cette réalité et la détruisant au passage. Koah assistait de ses propres yeux à une autre vie, à d’autres existences qu’on lui avait dissimulées. Ces images étaient remplies de sens. Elles faisaient atrocement mal. Un souvenir tourna autour de lui avec brutalité et il vit Andrew et Laureen, enlacer l’un à l’autre après une folle nuit d’amour. Une autre vision percuta Koah à l'épaule, le forçant à courber l’échine sous la douleur. Il entendit Andrew et Laureen jouir, puis dessuite après, il vit Logan et son père entrain de jouer aux dés sur une place du village de Lydée, et encore une fois, Laureen les rejoignit.

Encore et toujours, inlassablement, les mots acerbes d’Andrew tournèrent dans l’esprit tourmenté de Koah. Le chaos régnait. Guerel disparaissait petit à petit, écrasé sous le poids implacable de la réalité. La Gardienne lutait contre le pouvoir qui tentait de la faire disparaître, mais c’était peine perdue. Son être se fissurait et de ces brèches jaillissait des éclats de lumière aveuglants. Elle explosa et avec elle, elle emporta la vie d'une partie de ses créations.

Koah était accablé de toutes part par la magie destructrice d’Andrew. Le jeune homme fut à nouveau fauché de plein fouet par un souvenir qui lui coupa le souffle, puis un autre le cogna dans le ventre. Chacune des visions soulignaient à chaque fois la parfaite union et le parfait amour qui unissait Andrew à Laureen. Le jeune homme tomba genoux à terre, la tête basse. Une plainte de tristesse s’extirpa du fond de sa gorge et les larmes se mirent à couler le long de ses joues. Il supplia d’une voix très faible :

« Stop… arrêtes Andrew ! Je t’en supplie… arrêtes. J'ai mal. »

Il releva douloureusement les yeux vers le chef de Lydée qui était debout en face de lui, le visage dur. Une nouvelle fois, un souvenir le frappa dans le dos, puis un autre et encore un autre. Sa peau s'embrassait alors que son âme se fissurait d'avantage. Tout devait être détruit. Tout devait être puni et châtier. Le pouvoir destructeur de Cheera se déchaînait sur tout ce qu’il pouvait meurtrir. Il n'avait aucune limite et ne s'arrêterait que lorsqu'Andrew aurait été exaucé. Le monde et ses habitants étaient happés dans le néant, disparaissant sans laissé de trace. Les visions du bonheur d’Andrew et de Laureen s’enchaînèrent, déchirant ce qu’il restait de l’âme de Koah. S’en était trop. Koah poussa un cri de douleur, une plainte à glacer le sang.

Le son se propagea comme un écho à travers le chaos, balayant les derniers vestiges de ce monde. Une fraction de seconde, Koah souhaita qu’Andrew disparaisse, qu’il quitte ce monde à jamais et qu’il emporte avec lui ses maudits souvenirs. Aussitôt, le Néant réagit et il se fit, ne laissant plus que Koah recroquevillé en position foetale sur le sol, au milieu d’un simple halo d’une lumière blanche provenant de nulle part. Andrew avait été éjecté et sa conscience avait retrouvé son corps dans la réalité qui lui appartenait.

Le calme était de retour. Le jeune homme ne sût exactement combien de temps il pleura replié sur lui-même, ni même combien de jours. Une main lui toucha après une éternité l’épaule. C’était celle d’Andrew, de son Andrew, ou du moins il pensait qu’il lui appartenait toujours. Andrew dit d’une voix très tendre :

« Il est temps de partir. »

Koah poussa une plainte de tristesse et il dit : « Non. »

« Si Koah. Relèves-toi. »

Le jeune homme leva la tête et il croisa le regard bleu de son mari. Andrew était vêtu de son pagne traditionnel lydéen. Il était la réplique exacte de l’homme qu’il avait croisé le jour où il avait volé le pain aux noix sucrées de Letor. Il s'en souvenait. Koah se souvenait de son autre vie, celle avant sa mort. Sa mémoire était de retour, rangée à côté de ces souvenirs de cette maudite vie rêvée. Dans une pulsion incontrôlable, Koah lui enlaça le cou et Andrew en profita pour le forcer à se relever. Koah avait du mal à tenir debout sur ses deux jambes. Elles étaient flageolantes, tout comme le reste de son corps qui était parcouru de hoquets de souffrance.

De peine, Koah murmura : « Je veux rester avec toi. »

« Ce rêve est terminé. »

« Là-bas, tu ne m’aime pas. Tu l'aime elle et en plus tu me haïs. Je ne peux concevoir ne plus t’aimer, Andrew. Ne me force pas à partir. »

« Il le faut pourtant. Je n’existe pas. Je ne suis fais que de chimères. Tu dois retourner d’où tu viens. »

A nouveau, Koah pleura. Il regarda autour de lui, reniflant avec peine. Tout n’était que Néant. Il dit avec tristesse et amertume : « Il y a quelque chose dans tout ceci qui me semble tellement injuste. Comment vais-je faire sans toi ? Comment vais-je survivre ? »

« En étant toi-même. Tu ne peux vivre dans ce rêve éternellement. Il est temps d’arrêter de rêver ta vie mais de la vivre. Tu es sauvé alors part. »

« Si je dois m’en aller, peux-tu me prendre une dernière fois dans tes bras ? »

Andrew s’exécuta et avec une infini tendresse, il enlaça Koah pour la dernière fois de son existence. Il lui embrassa la nuque et le jeune homme enroula ses bras autour de son cou. Il ne put se résoudre à le lâcher. Ça lui était impossible. Une fois qu’il aurait brisé son éteindre, Koah aurait tout perdu. Sa vie. Ses rêves. Ses espoirs. Tout s’était envolé en fumée. On venait de lui arracher le cœur et d’éventrer son âme. Koah se sentait vide. Il souffrait comme jamais il n’avait souffert.

Le plus douloureux dans l’histoire n’était pas de quitter ce monde qui était idyllique, ni de perdre les siens, mais plutôt de rejoindre un monde où il serait seul. De rejoindre un monde où il savait qu’Andrew ne l’aimerait jamais. Un monde où l’homme qu’il pensait être de sa vie et être son âme sœur, aimait profondément et d’une manière indéfectible une autre âme que la sienne. Pour cette âme et son histoire vécue à ses côtés, Andrew venait de tout détruire. Ce n’était pas pour le sauver lui, ni même pour le ramener, mais pour la garder elle, sa Laureen.

Voilà ce qui était atrocement douloureux pour Koah. C’était la solitude qui l’attendait. C’était le froid que laisserait l’amertume de ne pas être aimé. Koah savait que plus jamais il n’y aurait dans les yeux d’Andrew de l’amour pour lui. Il savait que plus jamais il n’irait dans ses bras. Plus jamais il passerait la nuit ensemble. Plus jamais il rirait aux éclat en sa présence ou même qu’il respirait son odeur… qu’il toucherait sa peau, ou encore ses lèvres. C’était la fin. La vie allait perdre tout son sens. De plus, Andrew le haïssait. Dans son regard il n'y aurait que du mépris et de la haine.

Koah demanda dans un infime murmure : « Tu m’as aimé ? »

« Plus que ma vie. »

Un long moment, Koah resta sans bouger, simplement enlacé à son rêve. Et puis, il se résigna. Il tira un trait sur cet amour impossible et sur ce beau rêve détruit. Il ne verrait pas le mariage d’Alec, ni même grandir Mätt, et il n'embrasserait jamais plus Elona. Tout s’était disloqué, détruit. Koah respira une dernière fois l’odeur d’Andrew et soudain tout s’arrêta avec douceur.

Lorsque le glaneur ouvrit les yeux, il se trouvait allongé sur la Stèle d’Okan, son propre sang coulant le long de son torse. Il inhala de l’air, puis il cligna plusieurs fois calmement des yeux. Autour de lui, un combat faisait rage. Les rongmols avaient rejoint les hommes et ils attaquaient férocement. Très calmement, Koah tourna la tête, regardant autour. Il était toujours allongé. Il n’avait pas la force, ni même l’envie de bouger. Les lydéens combattaient avec vaillances aux côtés des hankiens qui décapitaient avec habileté les têtes des fils de Torsha.

Les yeux vert du jeune homme se posèrent sur Ayreb et au fond de lui s’opposèrent deux sentiments. De la haine, mais étrangement également une puissante affection. Le chef d’Hanka croisa son regard et il s’arrêta dans son mouvement. Ce fut une erreur car un rongmol en profita pour lever son cimeterre pour le pourfendre. Koah s’écria sous une étonnante pulsion :

« Ronstaran taren ! »

C’était la langue des rongmols. L’entièreté des créatures s’immobilisa et elle s’inclina devant l’avatar de Torsha, abandonnant le combat. Les guerriers lydéens furent abasourdit par ce qu’il se passait, et rapidement, ils s’écartèrent. Koah était appuyé sur un coude, la main tendue vers le rongmol qui avait faillit pourfendre Ayreb. Il ne comprenait pas trop ce qu’il se passait car il était toujours très déboussolé et il n'avait pas encore remit ses idées en place, mais ce qu’il comprenait, et surtout ressentait, c’était l’affection que les rongmols lui portaient.

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1795
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 03 - Salvation.   Mer 9 Juil - 1:13

Une expression de surprise passa sur le visage d'Ayreb. Il n'avait pas rêvé, Shäleen avait ordonné aux Rongmols de cesser le combat et ils s'étaient exécutés. Ne sachant que dire, il se contenta de reprendre sa position de combat. Les rongmols ne cillèrent pas un seul instant. Le chef d'Hanka ne voyait en ça qu'une chose... Shäleen avait trahi Hanka et avait déchaîné les Rongmols contre eux... Un expression terrible de colère passa dans ses yeux. Il ordonna en s'élançant vers Koah :

- Traître !!! C'était toi !!! MEURS ESPECE DE SALE ORDURE ! TUEZ-LE !!!

Avant que quiconque ait pu réagir, les hommes d'Ayreb s'avancèrent mais alors qu'ils approchaient, il y eut deux sifflements et deux chocs légers. Les deux hommes s'écroulèrent à terre, une flèche plantée en plein milieu du front. Ayreb regarda la source de cette attaque... Près de l'autel, Andrew se tenait debout, arc bandé, visant impitoyablement son demi-frère. Les guerriers lydéens furent frappés par l'absence de cette lueur qui abritait son regard... cette petite flamme qui le rendait colérique mais aimable malgré tout... Une idée leur traversa l'esprit à tous, en même temps. Devant ce regard froid et dénué de sentiment, ce geste précis qu'il ne lui connaissait pas, Andrew avait quelque chose de fortement changé en lui. Ayreb eut un frisson dans le dos. La flèche partit toute seule et vint se loger dans son épaule gauche. A quelques centimètres, Andrew aurait touché le coeur.

Devant l'impact et le choc de ce tir, Ayreb tomba en arrière en s'écrasant sur le sol, laissant tomber son épée. Il porta une main à sa blessure. La pointe avait traversé sa cuirasse et était entré d'environ cinq centimètres à l'intérieur. Pas une goutte de sang ne coulait mais il savait que ce n'était pas bon pour lui... il saignait intérieurement. Andrew encocha une autre flèche et visa à nouveau, le regard assassin. Il avait tant de haine en lui... tant d'envie d'en découdre avec celui qui avait ordonné à ce qu'on viole son esprit... Ce même homme qui l'avait torturé... son bourreau... Il tendit la corde de son arc devant les lydéens paralysés de stupeur. Koah semblait trop abasourdi pour réagir également.

- Ne tire pas... il n'est pas ton ennemi, tu le sais... il est manipulé...

Sans s'en rendre compte, il était maintenant entouré de néant. Un homme se tenait face à lui, il était vétu de blanc et rayonnait par sa beauté. Une barbe vieillissait légèrement son visage. Pëlos... Andrew le reconnut du premier regard et presqu'aussitôt, il pointa son arme vers le Dieu, le regard froid.

- Je ne suis pas ton ennemi non plus... je veux t'empêcher de commettre un meurtre... une erreur...

- C'est que les autres aussi ont dit... il ne veulent que mon bien mais depuis que les Dieux veillent sur moi... ma vie est un enfer... je ne suis pas votre pantin ! Où que vous passiez, je trinquerais toujours à votre place ! J'en ai assez. Tout ça a assez duré... je vais vous abattre... vous ne nuirez plus à personnes... tous... et cette putain de Danaé la première !

- Tu te trompes... je ne te veux aucun mal... et Danaé non plus... nous sommes là pour t'aider... Cheera l'a souhaité ainsi... nous sommes tes alliés, tout comme Ayreb. Il ne mérite pas la mort... c'est le seul susceptible de réunir Hanka... le seul guerrier capable de commander autant d'hommes et de les mener à la victoire durant un bataille... Tu es victime de la discrode que Torsha voulait t'infliger... Ton esprit est blessé, meurtri et ton âme erre dans les lambeaux de son refuge. Epargne-le... Andrew...

- Jamais... je ne me laisserais pas manipuler ! C'est lui ou moi... et ce sera lui...

- C'est ton frère... serais-tu capable de le tuer ? Pourrais-tu l'abattre alors qu'il est à terre et désarmé ? Andrew... tu sais qu'il est important pour vous tous d'être unis... Ne joue pas le jeu de Torsha... sinon, elle aura gagné.

- Je m'en moque... de vos guerres ! De tout ! Je veux retrouver Logan, et me tirer d'ici... Loin de toute votre hypocrisie et la leur ! Je vous déteste tous, je veux qu'on me foute la paix... Et ceux qui ne comprennent pas, je les tuerais de mes mains !

- Je ne peux agir à ta place... et je ne peux malheureusement pas te promettre qu'il n'y aura plus de souffrance.

- Partez !!!

- Comme tu voudras... n'oublie jamais que dans le besoin, tu auras toujours ta raison pour te guider... adieu Andrew... je te souhaite de réussir dans ta quête.

Pëlos disparut en même temps que revint le décor. Le temps reprit son cours normal et Andrew banda un peu plus son arc. Sa détermination faisait peur à voir... Il lâcha la corde et la flèche fendit l'air dans un sifflement redoutable. Une forme blanche apparut alors et s'interposa. La flèche se planta en plein dans son coeur, laissant les yeux de Pëlos légèrement attristés. L'éclat se ternit très vite. Le Dieu eut juste le temps d'utiliser ces dernières forces pour transmettre à Ayreb, un peu de sa sagesse et la vérité concernant sa manipulation par Torsha. Puis il disparut, laissant tomber au sol la flèche tachée de sang. Le ciel se couvrit et les arbres se flétrirent légèrement. Andrew venait de tuer Pelös. C'est perpective même lui donna la nausée. Il était un assassin rien de plus... Son arc lui échappa des mains, et un profonde vague de culpabilité de tristesse tombe sur son visage. Il s'assit sur l'autel, superbement indifférents au regard inquiet des autres. Au loin, à l'emplacement de l'ancienne Lydée, les qwelsas encore vivants se noircirent...

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1931
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 03 - Salvation.   Mer 9 Juil - 13:49

Un froid hivernal comme les Exilés n’en avaient jamais connu s’abattit sur les bois d’Okan. Il pinçaient la peau et faisaient grelotter les membres. Quelques flocons de neiges tombaient du ciel obscurcis tandis que de la vapeur s’échappaient des narines des centauris. Koah grelottait mais il n’avait ni la force, ni l’envie de bouger de la stèle sur laquelle il était allongé. Malgré le givre qui apparaissait sur la végétation, personne ne bougeait. La mort de Pëlos, fils de Cheera, gardien de la Sagesse et donc des espoirs, et le protecteur de Lydée, attristait l’île toute entière. Elle noyait le cœur des Exilés dans un océan de désespoir.

La main sur le cœur, Koah avait du chagrin. Il était partagé entre un nombre incroyable de sentiment. Trois mémoires luttaient dans son esprit pour imposer leurs choix et leurs vérités. C’était si étrange de posséder non seulement ses propres souvenirs en tant que Koah, glaneur assassiné dans les catacombes de Kabeth, mais également ceux de Shäleen, avatar de Torsha et ceux d’une vie imaginaire, passés à aimer des fantômes. Il ne savait plus trop comment réagir. D’un côté, il voulait soutenir Andrew, il voulait l’enlacer et lui dire que tout irait bien, que ce n’était pas sa faute, mais de l’autre, un profond sentiment d’amertume et une puissante tristesse l’empêchait d’agir. D’autant plus qu’Andrew dégageait un flot de haine si puissant qu’il serait suicidaire pour quiconque de l’approcher.

Koah se détourna d’Andrew, refusant à l’avenir de poser les yeux sur lui car la réalité était trop douloureuse. Il regarda Ayreb et à nouveau, des sentiments contradictoires s’emparèrent de son esprit. Il le haïssait. Il aurait du mourir sous cette flèche. Il ne méritait que cela pour tout le mal qu’il faisait autour de lui et qu’il lui avait fait subir plus d’une fois. Cependant, aussi grande était sa haine envers le chef d’Hanka, aussi grande était également son affection. Les sentiment de Shäleen à son égare étaient puissant. Torsha aimait réellement Ayreb. Elle avait de l’affection pour lui et ne désirait qu’une chose ; sa survie.

Lentement, un rongmol se redressa, le mâle dominant de la horde. Il était grand et imposant. Ses larges cornes torsadées noires tournaient au-dessus de sa tête et redescendaient jusqu’au niveau des yeux. Ceux-ci étaient d’un ambre foncé et il avait au menton une longue barbe tressée. Il s’approcha respectueusement de Koah tout en enlevant les loques qui recouvraient le haut de son corps. Une fois à sa hauteur, il s’agenouilla à nouveau. Il murmura dans sa langue, langue que l’esprit de Koah comprenait sans une once d’effort :

« Nous sommes là pour toi Avatar. »

Koah releva des yeux rouges d’épuisement vers la créature. Ses dents claquaient l’une contre l’autre à cause du froid. Il demanda :

« Comment te nommes-tu ? »

« Wilreed, Avatar. Devons-nous continuer le combat et te libérer de ces hommes ? Devons-nous te libérer de l'assassin de Pëlos ? »

Le rongmol déposa sur les épaules de Koah les loques nauséabondes. Une partie du jeune homme craignait cette créature, mais une autre avait une affection presque indomptable pour elle. Koah était intimement persuadé que jamais celle-ci ne lui ferait du mal. Inconditionnellement, elle lui était dévouée corps et âme. Les rongmols lui portaient un amour sans faille. Un amour qui faisait chaud au cœur et qui lui faisait oublier qu’ils étaient des monstres. Entre peur et sympathie son coeur balançait.

« Non, rassemblez-vous et éloignez-vous. »

Wilreed grogna en direction de quelques rongmols et ceux-ci se mirent aussitôt à bouger lentement, armes baissées. Ils s’éloignèrent pour se rassembler à quelques centaines de mètres dans la jungle glaciale. Ils se serrèrent les uns près des autres, protégeant les blessées. Les lydéens regardèrent les créatures et Koah avec effarement. Wilreed tendit une longue griffe vers Koah qui sans réfléchir la saisi.

Lycos dont l’épaule était transpercée par une flèche Hankienne s’exclama : « Qu’est-ce que tu fais ? Koah ! »

Le jeune homme l’ignora. Il était porté par son élan de sympathie à l’égare de ces créatures. Elles dégageaient plus de chaleur et plus d’humanité qu’Andrew à ses côtés. Le mâle dominant emmena d’un pas lent Koah en direction des rongmols. Lorsqu’ils passèrent devant Ayreb, les yeux verts de Koah se plongèrent avec mélancolie dans ceux du chef d’Hanka une brève seconde. Celui-ci était toujours allongé sur le sol, en proie à une remise en question intérieure. Une fois arrivé dans les rangs, des femelles se mirent à caresser ses longs cheveux blonds de Koah avec une tendresse qu’on ne leur connaissait pas jusqu’alors.

Les minutes s’écoulaient dans un silence épais et dans un ébahissement total. Lycos n’y croyait pas ses yeux. Etait-ce la douleur provoquée par la flèche dans son épaule qui le faisait déliré ? Andrew avait tué Pëlos et perdu une part importante de sa bonté, Koah se faisait choyer par les rongmols et Ayreb semblaient amorphe à tout ce qui l’entourait. C’était le monde à l’envers. Sous l’ordre de Loeb qui était assit parterre, les soldats se regroupèrent un peu plus loin, non sans se tenir près à une attaque surprise de la part des rongmols ou même d’Ayreb. Il dit :

« Que faisons-nous ? »

Lycos fit une grimace et il murmura : « Je n’en ai aucune idée. N’avons-nous pas réussi ? Nous avons libéré Koah de Torsha. Tout devait rentrer dans l’ordre. »

« Ce n’est pourtant pas ce qu’il se passe. Andrew à tuer Pëlos ! Il a tuer Pëlos ! Je ne voulais pas croire qu'il possédait le pouvoir de tuer les dieux, mais il l'a ! Il a tuer notre dieu ! Il faut lui parler. Il faut qu’il réagisse et nous disent quoi faire. Qu'il retrouve la raison ! »

Le jeune soldat blond opina. Il prit son courage à deux mains et il s’approcha d’Andrew. Il avait le cœur qui battait fortement dans la poitrine. Andrew semblait si différent. Sacrifier Koah avait dû détruire une partie de son âme… il n’y avait pas d’autre explication possible. D’une voix timide, le soldat demanda :

« Andrew… vous… vous allez bien ? Nous avons besoin de vos ordres. Que faisons nous ? Koah est vivant.... Vous l’avez ramené. Il est avec les rongmols... Andrew, nous avons besoin de vous. »

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1795
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 03 - Salvation.   Mar 15 Juil - 1:34

Partagé entre la rancoeur la tristesse et une colère noire à en faire pâlir Kobol, Andrew lança un regard assassin à celui qui venait lui demander de l'aide. Il n'avait plus envie de la leur donner... plus envie de faire du bien autour de lui. Jusqu'à présent, tout ça ne lui avait apporté que de la déception... son âme en avait extrêmement souffert. Alors, dans un geste complètement anodin, il haussa des épaules et dit :

- Et alors ? Je l'ai ramené, oui... mais je n'ai pas tiré sur Ayreb pour le sauver à lui... juste parce que j'en avais envie depuis longtemps ! Et en quoi cela vous regarde-t-il si je vais bien ou pas ? Qui se soucie de l'état de santé du larbin des Dieux ? Surement pas, ceux qui pleurent et qui regrettent la disparition d'un manipulateur...

Froidement, il passa son arc sur son épaule et ajouta, glacial :

- Laissez l'autre avec ses saloperies de monstres, si ça le chante... ligotez Ayreb et faites-le suivre... Je déciderais de son sort lorsque je le jugerais bon. Avant, j'ai deux mots, à dire à Danaé... enfin, j'ai surtout un truc à faire avant...

Le regard profondément mystérieux, et effroyablement déterminé, Andrew passa a côté de Lycos sans échanger un autre mot. Il monta sur la selle d'un Centauris et attendit que les soldats lui obéissent. Il n'accorda pas une seule seconde d'attention à Koah, l'ignorant superbement comme si la personne qu'il avait en face de lui était un fantôme. Ayreb sembla retrouver l'usage de ses mots :

- Mais alors... j'ai été manipulé par Torsha ? Cette salope de Kâli le savait ! Pourquoi...

- Et bien, ça nous fera au moins un point en commun à part le sang qui coule dans nos veines... mais pour moi, ça n'effacera rien... ni le viol, ni ce que tu as voulu me faire... quand j'y pense c'est à cause de toi si je suis redevable à Sedna...

Son visage se durcit et il serra le poing, faisant craquer ses phalanges :

- Tu me le paieras... attachez-le solidement et allons-y.

- Et Koah ?

Belle tentative de la part d'un jeune soldat mais Andrew lui lança un regard si meurtrier qu'il trébucha en arrière et tomba sur les fesses. Sa voix fut implaquable et ferme, sans véritable pitié :

- Qu'il fasse ce qu'il voudra, je m'en moque !

Les lydéens s'éxécutèrent avec une certaine rapidité. Paradoxalement Ayreb se laissa ligoter avec des lianes, sans broncher. Lorsqu'il fut solidement handicapé de ses mains, et placé sur un Centauris, le groupe se mit en marche à la suite du chef de Lydée qui avait pris un avance afin de pleurer. La mort de Pelös avait été un coup ignoble de sa part et il aurait énormément de mal à se la pardonner. A cet instant précis, il se détestait de toute son âme, ou du moins, ce qu'il pouvait en rester... Il essuya discrètement la goutte d'eau salée qui s'écoulait sur sa joue et continua, se détachant de ses hommes. Il crut entendre à plusieurs réprises, la voix mystérieuse mais à chaque fois qu'il tendait l'oreille il n'entendait qu'un silence de mort, ponctué par de faibles murmures des soldats.

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1931
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 03 - Salvation.   Mar 15 Juil - 22:01

La flèche toujours plantée profondément dans son épaule, Lycos regardait Loeb et les autres soldats s’exécuter. Il était le seul à ne pas obéir aux ordres d’Andrew et à rester passif devant l’agitation. Il n’était pas question de laisser Koah seul et entre les griffes des rongmols, aussi doux pouvaient-ils être avec son ami. Il regarda Loeb qui montait sur son centauri et il dit :

« Je ne le laisserai pas. Allez y sans moi, je reste avec Koah. »

« Tu n’y pense pas Lycos. Les rongmols… »

« Ils ont l’air sous son contrôle ! » Le jeune soldat haussa avec dédain les épaules, réprimant une grimace due à la douleur causée par la flèche. « C’est notre chef qui n’y pense pas ! Tu as entendu Danaé. Koah sera notre plus grand allié. Nous ne sommes pas venu jusqu’ici, nous ne l’avons pas tué pour le libérer de Torsha pour l’abandonner maintenant. Partez sans moi, nous vous rejoindrons à Hanka. Et si vous n’y êtes plus ! A Ténolas. »

Loeb hésita un instant mais sous le lourd regard insistant du jeune guerrier, il se résigna et il fit tourner son centauri. « J’espère que tu sais ce que tu fais ! »

« Je l’espère aussi. »

Loeb talonna l’animal pour rattraper la troupe qui était déjà à bonne distance de la stèle d’Okan. Le calme et le froid s’appesantirent. Il n’y avait plus aucun bruit à par ceux des faibles glapissements que produisaient quelques rongmols qui grelottaient. Parfois le bâillement d’un tigre blanc affalé plus loin faisait sursauter le jeune soldat. En regardant Koah, Lycos était partagé entre la crainte et la fascination. Les rongmols semblaient si paisibles. S’en était presque anormal.

Debout près de l’ancien glaneur, Wilreed fixait d’un œil sombre Lycos. Il grommela :

« Un humain est resté Avatar. Veux-tu que je t’en débarrasse ? »

Accroupis, Koah resta longuement silencieux, recroquevillé sur lui-même et le corps parcouru de frissons causé par le givre. Il avait sommeil et il avait froid. Les loques de Wilreed ne le réchauffaient pas assez. Il voulait dormir et oublier toutes ces douleurs intérieures qui le tiraillaient de toute part. L’envie de pleurer se faisait puissante mais il n’avait pas la force de laisser couler ses larmes. Tout n’était que douleur, peine et incertitude pour lui. Il ne savait plus que penser. Quel était son but dorénavant ?

Le mâle dominant dit :

« Tu n’as qu’un ordre à me donner, et je l’élimine. »

« Pourquoi m’obéis-tu ? »

« Parce que tu es l’Avatar de notre mère. Tu es sacré à nos yeux. »

Koah baissa la tête. Il répondit avec aigreur :

« Je ne suis pas sacré. Elle est morte. Il la tuer comme il a tué Pëlos. »

Wilreed fronça ses épais sourcils l’air sombre. Il grogna :

« Tu es sa dernière incarnation… c’est tout ce qui compte pour nous. Tu es le dernier pilier de notre existence et nous te devons obéissance. »

Hésitant, Lycos fit un pas tremblant vers la troupe de rongmol. Aussitôt, les créatures se relevèrent, près au combat. Le jeune homme déglutit et il demanda dans un élan de courage :

« Koah ? C’est bien toi n’est-ce pas ? Tu te souviens de moi ? Je suis Lycos… nous sommes amis depuis l’enfance. »

Wilreed se rua vers le guerrier et il l’attrapa de sa grande main crochue à la gorge. Il le souleva du sol à quelques centimètres et il le fixa d’un air mauvais, son souffle chaud et nauséabond voyageant contre le visage du jeune homme. Lycos n’avait pas cherché à se défendre, ni même à reculer. De toute façon, dans son état il ne pouvait pas grand-chose.

Koah se releva, les loques tombant sur le sol derrière lui. Il ordonna fermement :

« Laisses-le Wilreed. C’est mon ami. Il ne me veut aucun mal. »

Le rongmol sembla hésiter quelques secondes, puis il reposa d’un seul coup Lycos qui chancela sur ses pieds et qui se mit aussitôt à se masser la gorge. Il dit :

« Merci Koah ! C’est incroyable… ils t’obéissent… pourquoi ? »

L’ancien glaneur de Lydée s’approcha lentement sous les regards des créatures.

« Parce que je suis la dernière incarnation de leur mère et qu’ils la vénéraient. A travers moi ils doivent sans doute continuer à l’idolâtrer. » Il déposa une main sur l’épaule du jeune guerrier pour examiner sa plaie. La flèche était logée profondément dans l’épaule et du sang s’écoulait dans son dos. Il ajouta :

« Il faut te soigner. »

« Il faut que tu m’accompagne et que nous rejoignons la troupe. »

« Non, tu l’as entendu… il se moque de ce que je peux bien faire. Je vais rester avec eux et nous verront plus tard. »

Lycos paru indigné.

« Quoi ? Mais c’est de la folie ! Koah, tu ne sais pas tout ce qui est en jeu. »

« Oui, je ne le sais pas et je ne suis pas certain de vouloir le savoir. »

Le regard de Koah s’assombrit et poussé par une vague de rancœur, il serra les poings et dit fermement :

« Je n’ai pas envie de savoir la raison pour laquelle il est venu me chercher dans un monde que j’aimais et où j’étais bien. Je ne veux pas savoir pourquoi il a tout détruit. Je ne veux pas savoir pourquoi il m’a arracher à ma famille, à mes enfants, à ce monde où je ne souffrais pas. Il m’abandonne encore une fois. Comme dans les catacombes. Alors non, Lycos, je ne veux pas savoir ce qui est si important pour vous que moi ! »

« Tout est si compliqué pour lui depuis la mort de Mavican. Si tu voulais bien m’écouter, je pourrais tenter de tout t’expliquer et tu pourras mieux comprendre pourquoi nous avons besoin de toi. Il a besoin de toi, peu importe ce qu’il peut dire ou faire en ce moment. Andrew est aveuglé par je ne sais quoi ! Par de la haine. Le vrai Kant n’a pas hésité une seule seconde à venir jusqu’ici pour te sauver. Car il fallait te sauver à n’importe quel prix. Tu es important pour la sauvegarde de notre monde. Ecoutes-moi… s’il te plaît. »

Résigné, Koah accepta d’entendre ce que Lycos avait à lui dire. Tout deux rejoignirent la troupe de rongmol qui sous les ordres du Koah, alluma un feu. Assit autour des flammes pour se réchauffer du froid qui ne cessait pas, le jeune glaneur entreprit de soigner Lycos tout en l’écoutant. Le guerrier Lydéen lui racontait malgré sa souffrance tout ce qu’il savait ou qu’il avait entendu dire sur ce qu’il s’était passé depuis la chute de Lydée. Durant plus de deux heures, il raconta la marche des Idrazits, la chute de Lydée, le combat contre Mavican, le don de Cheera à Andrew. Il parla de Laë et de Meecham, d’Yrilia, du monde de Jalane, de Thorin et des futures invasions, ainsi que de l’exil vers Ténolas, de l’adaptation des derniers Lydéens, de l’accident de Logan, et enfin de Danaé et de son sacrifice.

Lycos tentait de ne rien oublier afin d’être le plus complet possible. Koah eut énormément de facilité à tout assimiler et à tout comprendre d’une seule explication. C’était comme si il savait déjà, comme si dans un coin de sa mémoire fracturée se trouvaient ses informations… informations dérobées par Kali et restituée à Shäleen. Koah ne posa que quelques questions afin que le guerrier approfondisse certains points. Au bout d’un moment, il se leva et il tourna autour du feu. Les rongmols étaient rassemblé plus loin et ils somnolaient serrer les uns contre les autres.

« Ma mère est vivante ? »

« Aussi vivante que toi et moi ! Elle régente Ténolas d’une poigne de kétine durant l’absence d’Andrew. Tes frères, tes sœurs, tes neveux et tes nièces sont également en vies. Toute ta famille a survécue. Seul ton père est absent. On raconte qu’il aurait rejoint Okan. Jewel aussi est en vie. Elle a longuement pleurée ta mort, tu sais. »

Savoir sa famille en vie apaisa un peu la souffrance de Koah. Leur mort avait était une déchirure incroyable et Torsha en avait profité par le passé pour l’accabler d’avantage. S’il avait su qu’ils avaient été en vie, s’il avait su qu’il aurait pu trouver du réconfort parmi eux, il n’aurait sans doute jamais accepté de vendre son âme à l’horrible déesse… peu importe son amour pour Andrew.

Lycos le regarda marcher de gauche à droite. Il avait le bras en écharpe et sa plaie commençait à peine à ne plus trop le lancer grâce au baume que Koah lui avait appliqué. Il dit :

« Maintenant tu comprend pourquoi nous avons besoin de toi ? Ils disent tous que tu détiens un grand pouvoir, que tu es une Vague, et que tu es le soutien qu’Andrew attend. Sans toi, les mages d’Yrilia nous détruiront, et Thorin ensuite marchera sur ce monde. »

« Il est mieux pour tout le monde de lui épargner ma présence. »

« Pourquoi ? Qu’est-ce qu’il s’est passé pour qu’il change radicalement à ce point ? Je savais qu’Andrew n’était pas quelqu’un de facile à vivre et ses colères sont légendaires, mais dans le fond, nous savons tous qu’il n’est pas méchant. Qu’il est animé par la bonté et la sagesse de Cheera. Maintenant, il est froid, il est méconnaissable. Que lui arrive-t-il ? »


« Il a mal à l’âme. Venir me chercher était horrible pour lui. Il est entré dans un monde qui a ébranlé ses convictions et stigmatisé son âme. Il ne pourra jamais me pardonner. Il ne pourra jamais oublier. Alors comment veux-tu que je l’aide, s’il ne me fait plus confiance ? »


« Je ne comprends pas. Quelques soit vos différents, nous avons besoin de vous deux ! Nous avons besoin de rallier Hanka à notre cause. Plus vite nous le feront et plus vite nous pourront rentrer chez nous et nous préparer à affronter les mages d’Yrilia. Je t’en prie, reviens avec nous. Tu fais partie des Lydéens qui on voulu sauver Lydée. Sauve ce monde. »


Koah secoua la tête. Il tomba à nouveau assit près du feu et il dit la tête basse :

« Tu me donne trop d’importance. »

« Tu ne t’en donne pas assez. »

De rage, Lycos se releva sous le regard attentif de Wilreed qui le surveillait plus loin. Il s’éloigna d’un pas bruque vers son centauri et il prit les rennes. Il se tourna et ajouta avec un regard implorant :

« Il fut un temps où tu as marché aveuglement vers le Mont Kobol pour sauver les tiens. En quoi ta résurrection aurait-elle changée les choses ? Tu fais partie des nôtres et la guerre que nous menons est également la tienne. Choisi ton camp ! Je ne connais pas grand-chose au monde de la magie, et tout ce qu’il se passe depuis des mois me dépasse totalement, mais j’ai suffisamment la foi pour faire confiance en Cheera. Si elle t’a ramenée à la vie, c’est que tu es important. Au nom de notre amitié, vient avec moi. »

Ils restèrent sans bouger et sans parler de longues minutes, chacun jaugeant l’autre. Lycos monta sur le dos du centauri et il attendit une réaction de la part de Koah. Le jeune homme fixait d’un œil vide les flammes du feu de camp. Il était tiraillé par de nombreux sentiments et un flot incroyable d’incertitude. Sa tête commençait à lui faire mal. Il décida alors de tout ranger dans un coin et d’ignorer ses multiples souffrances. Finalement, après de longues minutes, il se leva. Il dit :

« Après Hanka, nous retournons à Ténolas ? »

« Oui. C’était ce qui était prévu. »

« Je veux revoir ma famille. »

« Tu l’a verra. »

Koah lança un regard par-dessus son épaule, regardant les rongmols. Il murmura :

« Qu’est-ce que je vais bien faire d’eux ? »

« Ils t’obéissent non ? Ordonnes-leur de repartir d’où ils viennent et de laisser en paix les humains. Tu pourrais le faire non ? »


L’ancien glaneur réfléchit, sondant les souvenirs de Shäleen. Une sensation désagréable s’empara de son corps. Elle était gluante et malsaine. Il se sentait sali, souillé de toute part. Bien vite, il fuit les recoins de son obscure mémoire et il déposa les yeux sur Wilreed. Il dit à l’intention de Lycos :

« Je pourrai oui. »

Wilreed s’approcha lentement, ses lourds sabots s’enfonçant dans le sol. Il intervint :

« Ne nous demande pas de partir Avatar. Nous voulons rester avec toi. Les tribus du nord se sont déplacées pour chasser Danaé, et certaines ont été anéanties par les Etrangers près du Mont Kobol. Nous n’avons nulle part où aller. Tu es notre refuge. »

Koah regarda les yeux de la créature, puis les autres plus loin. Il dit :

« Rejoignez les ruines de Lydée et attendez-moi là-bas. Si vous venez à Hanka, ils vous tueront. »

« Laisses-moi t’accompagner Avatar. Je t’en prie. Laisses-moi prendre soin de toi. »


Koah acquiesça. « Rien que toi et promets-moi que tu m’obéira quoiqu’il arrive. »

« Je ne vis que pour cela. »

Quelques minutes plus tard, sous les ordres de Wilreed, la petite horde de rongmols se mit en route vers les ruines de Lydée. Wilreed fit un signe à une femelle qui devait être son épouse et à deux jeunes enfants. Koah monta derrière Lycos sur le centauri et il enroula les bras autour de son corps afin de s’accrocher et de rester stable. Il lança un regard au mâle dominant et il demanda :

« Tu crois que tu pourra suivre ? »

« N’ai crainte Avatar, je ne me laisserai pas distancé. »

Et Lycos donna un coup de talon sur le flanc de l’animal. Celui-ci fit une légère ruade avant de se mettre à galoper rapidement à travers les arbres défraîchit. Wilreed suivait un peu plus loin les deux lydéens, mais il tenait bon. Il était vigoureux et déterminé.

******
Les centauris marchaient au pas une dizaine de mètre en retrait d’Andrew. Le silence était de mise depuis plusieurs heures. Personne n’osait parler. Entre eux, les soldats se lançaient des regards inquiets. L’attitude changeante d’Andrew n’était pas passée inaperçue et elle éveillait de nombreuses craintes. Cependant, ils respectaient les ordres de leur chef.

Une petite brume s’était élevée et moutonnaient au raz du sol. Elle semblait les suivre et avoir comme épicentre le centauri d’Andrew. Le soleil de l’avant crépuscule rougeoyait à peine à travers le ciel nuageux et terne au-dessus de leur tête. Loeb regarda le ciel et il dit d’une voix qui ne cacha pas sa fatigue :

« La nuit ne va pas tarder à tomber, chef. Devons-nous continuer ou pouvons nous commencer à chercher un endroit pour nous reposer ? »

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1795
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 03 - Salvation.   Mar 22 Juil - 0:39

- Nous nous reposerons, une fois arrivés... continuez.

Andrew ne prit même pas la peine de se tourner pour regarder ses hommes. Il était toujours en colère contre tout... et d'ailleurs il avait roulé des yeux en entendant la question de Loeb. D'une rythme d emarche soutenu, il continuait sa route, son Centauris émettant quelques râles de fatigue. Il fallaut au soldats encore une heure et demie pour que leur chef décide enfin que l'obscurité était trop grande pour progresser en toute sécurité. Kant s'arrêta et céda, la voix complètement désintéressée :

- Ce sera bon pour cette nuit... Nous repartirons dès le lever du jour.

Il revoyait les images de Pëlös et de sa flèche l'achevant... Il avait commis une grave erreur en anéantissant son allié... son père... Son coeur en avait largement assez de supporter tans de déconvenues et de pressions. Il voulait fuir le monde... s'en détacher complètement. Il avait presque failli réussir mais à cause de Sedna, il était condamné à jouer le rôle du pion encore une fois... Tandis que ses hommes s'installaient autour d'un feu, Andrew s'écarta du groupe et se dirigea vers un petit ruisseau pour s'y asseoir. A travers les nuages, il voyait la lune... La nuit était froide, silencieuse. Les yeux fixant les étoiles, il ne vit pas Loeb arriver et lorsque ce dernier parla, Andrew dégaina une flèche avec une telle rapidité qu'il se tailla le bras avec la pointe au passage.

- Qu'est-ce que tu fous ici ?

- Rien... je voulais voir comment vous vous sentiez...

Devant le regard assassin de Kant, le soldat se rétracta sur lui-même. Mais sa colère parla une fois de plus à la place de son coeur :

- Je vais très bien... comme si j'avais libéré le monde d'un poids ! Maintenant dégage... j'ai besoin d'être seul et pas d'avoir un jeune guerrier dans mes pattes !

Loeb resta stpïque un instant mais ne chercha pas à en apprendre davantage. Il hocha pensivement la tête et partit rejoindre les autres qui jetaient des coups d'oeil inquiets dans la direction d'Andrew. Fort de son caractère irritable, Kant s'éloigna un peu plus pour ne plus sentir leurs coups d'oeil incessants. Assis dos à un rocher, au bord du petit cours d'eau silencieux, il regarda son reflet au clair de lune. Qu'était-il en train de devenir ? Pourquoi ? Se voir lui était insupportable. Il ne se reconnaissait plus, il était sali, brisé... Une larme roula sur sa joue tandis qu'il fixa ses yeux sur un astre dans le ciel. Il se mit à repenser à Logan et ce souvenir l'apaisa. Si bien, qu'il s'endormit en quelques minutes...

"Il se trouvait sur une plage. Le sable était d'un blanc infini et caressait par petit grain sa peau. Il se releva de toute sa hauteur pour jauger l'endroit. Pas un seul bruit... juste quelques arbres à six mètres de lui... Il n'y avait pas de vague, juste de l'eau, si calme qu'on en entendait pas le moindre remouds... Alors qu'il tournait la tête, il vit une jeune femme nue : Laureen. Son coeur manqua se rompre. Elle s'approcha de lui et l'embrassa comme jamais elle ne l'avait fait.

- Laureen... je suis désolé... je n'ai pas voulu... je...

- Chut... tu m'as manqué... oublions ça veux-tu...

A nouveau leurs lèvres s'unirent. Sans qu'il s'en rende compte, la jeune femme s'était serrée contre lui et avait fait tomber son pagne. Nus tous les deux, leurs corps s'échaffèrent par quelque frottements et des caresses. Puis Laureen poussa Andrew dans le sable et le chevaucha. Kant se laissa faire, gémissant légèrement sous les mouvements de son épouse. Il n'aurait su dire combien de temps cela dura... mais l'instant les conduisit à l'orgasme tous deux. Tandis que Laureen exultait dans un petit cri, Andrew sentit tout son être se crisper. Il jouit quelques instants peine, et ferma les yeux. Mais lorsqu'il les rouvrit, il resta stupéfait. Koah avait pris la place de Laureen et le regardait avec un oeil mauvais.

- Tu vois bien... c'était pas si compliqué de briser ton serment...

Tétanisé devant Koah qui serrait son cou, il n'eut aucun réflexe pour bouger. Le glaneur faisait mumuse avec sa semence et il l'étala sur son corps. Andrew articula :

- Qu'as-tu fait ?

- Je t'ai sauté... ça fait du bien non...

Koah venait de laisser la place à Ayreb qui après un sourire cruel se transforma en Kâli. La prétresse planta ses ongles dans les joues d'Andrew et dit railleuse :

- Un beau spécimen... laisse moi prendre ta langue !

Puis, ce fut au tour de Torsha qui planta sa main griffue à l'endroit précis où elle avait fait la marque. avant qu'il ne puisse crier de douleur, elle lui mit son propre coeur sous le nez, sangionolent, continuant toujours de battre au rythme de sa peur. Andrew sentit l'air lui manquer. Il chercha un moyen de s'échapper en vain. Cheera lui apparut alors et lui déposa un baiser sur le front. Elle murmura à son oreille :

- Andrew... crois-en moi... je t'aiderais à la retrouver... viens avec moi...

- Non... vous ne m'emmènerez nulle part...

- Mais pourquoi ? Je suis ta mère créatrice... je saurais te protéger...

- Vous êtes morte... et Laureen aussi...

La voix changea et passa dans les notes graves celle d'un homme, malgré le fait que ce soir toujours Cheera qui parle. La déesse toisa Andrew de toute sa dureté et dit, dans un murmura :

- Aussi aveugle qu'un poisson dans un bocal ! Tu l'auras cherché, lydéen !"

La douleur fut si violente qu'elle arracha Andrew du sommeil. On aurait dit qu'on lui avait planté une fourche dans le crâne ! Ses cris troublèrent le silence de la nuit et réveillèrent hommes commes animaux. Etendu à moitié dans le ruisseau, Kant avait plaqué ses mains sur son front. Loeb et d'autres accoururent, épée à la main et tanis que certains examinèrent les alentours, les autres aidèrent le chef de Lydée à se lever. Il l'amenèrent près du feu et le dévisagèrent de plus en plus inquiets. Andrew devint aussi pâle que la mort et il lâcha dans un souffle :

- Je... je n'y vois plus... plus rien...

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1931
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 03 - Salvation.   Jeu 24 Juil - 15:53

Loeb échangea des regards inquiets avec les autres soldats. Il se saisit d’une bûche de bois enflammée dans le feu de camp et il la passa devant les yeux d’Andrew. Ceux-ci ne réagirent pas. Aucune lueur, aucun signe de vie, aucune dilatation, rien. C’était comme si son regard était mort. Le soldat demanda :

« Comment ça vous n’y voyez plus rien ? C’est impossible ! Andrew regardez la lumière… la torche, vous la voyez devant vos yeux, non ? »

A cet instant, les bruits de sabots d’un centauri leur parvenu. Les soldats se tournèrent épées tirées et ils scrutèrent l’obscurité. Le bruit se rapprochait de plus en plus et soudain, surgissant de derrière un massif d’arbres épais, Lycos et Koah arrivèrent. Les hommes poussèrent un soupir de soulagement. Loeb demanda :

« Comment nous avez-vous retrouvé ? »

« Nous avons entendu les hurlements d’Andrew. Que lui est-il arrivé ? »

Loeb répondit :

« Nous n’en savons rien. Nous l’avons trouvé en état de choc, gisant à moitié dans le ruisseau plus loin. Il semble atteint de cécité. Il hurlait, il hurlait, il hurlait à la mort comme si quelqu’un lui crevait les yeux. »

Lycos descendit rapidement du centauri, puis il aida Koah à faire de même. L’ancien glaneur n’était vêtu que d’une étoffe de tissu noire, celle avec laquelle on couvrait l’intimité des esclaves hankiennes. Ils s’approchèrent ensemble du feu, puis Lycos s’abaissa au niveau de son chef, le regardant droit dans les yeux. Il demanda :

Un soldat dit : « Il a dû ramasser un coup derrière la tête… »

Lycos s’exclama : « C’est impossible ! Personnes ne peut perdre la vue aussi soudainement. Comment vous sentez vous Andrew ? »

Loeb s’écria : « Mal forcément ! Il a perdu la vue ! »

L’irritation chez les soldats était palpable. Rien ne semblait tourner rond depuis quelques temps. Les nerfs étaient à vifs et les sensibilités à fleur de peau. Assit à l’autre bout du feu, Koah fixait les flammes. Il se refusait toujours d’adresser à Andrew une quelconque attention. C’était trop difficile, toujours trop douloureux et ce malgré tout ce que Lycos lui avait raconter sur leur traversée. Pour l’instant, une partie de Koah considérait toujours Andrew comme son époux, mais une autre partie, remplie de rage et de rancœur, le voyait comme un assassin qui n’avait que ce qu’il méritait. Faire la part des choses était difficile. Trop dans l’immédiat.

Un craquement dans les arbres mit à nouveau les soldats aux aguets. Les épées tintèrent et un centauri poussa un hennissement d’inquiétude lorsque le mâle dominant Rongmol se dégagea quelques secondes plus tard de l’obscurité pour apparaître à la lueur des flammes, Loeb s’écria en agitant son flambeau :

« Que fais cette créature avec vous ? »

Lycos annonça aussitôt en levant les bras pour empêcher que les soldats ne fondent sur le monstre :

« Il est sous le contrôle de Koah. Les rongmols vénère la dernière incarnation de leur mère. Il ne nous fera pas de mal ! Pas tant que Koah ne lui en donnera pas l'ordre. »

Soupçonneux, les soldats dévisagèrent Koah de longues secondes. Loeb serrait dans une main la torche et dans l’autre le pommeau de son épée. On aurait dis qu’il luttait pour ne pas commettre l’irréparable. Il grommela :

« Et qu’est-ce qu’il nous prouve que Koah ne nous veut pas également du mal ? »

Le visage impassible, Koah fixa Loeb et il lui répondit d’une voix cinglante qu’il ne pu modérer :

« Si vraiment je voulais du mal à quelqu’un, ce ne serait pas toi Loeb que je désirerai voir souffrir… mais eux. »

D’un mouvement dédaigneux d’une main, il indiqua Ayreb qui était entravé solidement contre un arbre et Andrew. Personne n’osa relever la remarque de Koah. Le jeune homme baissa à nouveau la tête et il regarda le feu, se réchauffant à ses flammes. Le rongmol le rejoignit sous les regards médusés des soldats. Le monstre grogna à l’intention de Koah :

« Lui être maudit Avatar. Nous devons nous éloigner de lui avant d’être touché à notre tour par sa malédiction. »

A son tour, Lycos passa sa main devant le regard d’Andrew. Il se permit même de lui soulever d’un pouce les paupières. Encore une fois, aucune réaction du regard du chef de Lydée. Il fixait le vide. Le jeune soldat se tourna vers Koah et il demanda :

« Koah… tu es le seul qui puisse l’aider un minimum. N’as-tu pas un remède, un baume ou autre chose apprit par Alcin ? »

Le jeune homme resta silencieux encore de longues secondes, puis finalement, il se leva et s’approcha d’Andrew, metant de côté son amertume au profit de l'ensemble des Lydéens. Ils avaient besoin d'Andrew, Lycos le lui avait bien fait comprendre. Difficilement, il s'accroupit à son niveau et il déposa son regard sur lui, plongeant ses yeux verts dans les yeux d’Andrew. Un soldat lui apporta aussitôt la sacoche de Tomas en espérant qu’elle lui serait utile. Koah réprima un pincement au cœur, puis il demanda :

« Qu’est-ce que t… vous ressentez, chef Kant ? Où se situe la douleur ? Que s’est-il passé près du ruisseau ? Si vous voulez qu’on vous aide… nous devons savoir. »

Plus loin, Wilreed était impassible. Il toisait chacun des humains et de temps en temps, il lançait des regards terrifiants à Andrew. Il n’y avait que lorsque ses yeux d’ambres se posait sur l’Avatar qu’il semblait presque humain.

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1795
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 03 - Salvation.   Mar 29 Juil - 0:32

Dans la précipitation et la panique des soldats, Andrew n'avait pas tellement réagi. Il se souvenait de cette douleur atroce mais maintenant que Koah le lui demandait, il était bien incapable de se souvenir de ce qu'il l'avait provoquée... Pourtant, il aurait juré s'en souvenir à jamais ! Il s'était assoupi... et la souffrance inhumaine l'avait réveillée... C'était tout. Il tourna la tête vers le jeune Lang et répondit :

- Je ne sais plus... je n'arrive plus à savoir ce qu'il s'est passé, c'est comme si j'avais oublié... mais je sais que c'était terrible... j'ai senti comme si on m'arrachait les yeux hors de mes orbites...

D'instinct, il passa le bout de ses doigts sur ses paupières pour sentir que ses globes oculaires étaient toujours présents. Légèrement rassuré, il retrouva peu à peu sa mauvaise humeur qui succéda à son incrédulité. Sa voix claqua d'un ton sec, glacial :

- Je n'ai pas besoin de toi ! Pas après ce que tu as fait ! Je préfèrerais mourir plutôt que de sentir que tu m'effleures la moindre parcelle de peau !

D'un geste du bras, il voulut pousser Koah loin de lui mais son bras tomba à côté, à au moins vingt bons centimètres. Les soldas échangèrent un regard assez surpris. Depuis leur retour, Andrew n'avait pas cessé de faire la tête à Koah pour une raison dont ils avaient énormément de mal à assimiler les causes. Il toucha du bout des doigts le sol, mettant ses mains dans l'eau.

- Je ne suis pas tombé... j'étais allongé !

- De la magie ?

Pour la première fois, Ayreb avait pris la parole depuis le départ de la stèle d'Okan. Et les lydéens se etournèrent, soudain intrigués. Le chef d'Hanka haussa ses épaules musclées faisant craquer de façon inquiétante les cordages. Il poursuivit :

- Torsha a pu maudire Andrew lorsque ce dernier l'a tuée... non ? Ou alors, Pelös l'a puni pour son acte...

- Si ça se trouve c'est passager ! Andrew y reverra bientôt...

- Il y avait du sable... une douce odeur de mer... je m'en souviens... j'avais du sable sur moi...

Kant resta un grand moment à réfléchir pour trouver des souvenirs et les exprimer mais, il ne parvenait pas à faire mieux ! Il se releva, chancela légèrement et posa sa main sur un tronc d'arbre. Le contact de l'écorce sous sa peau lui parut tout nouveau bien que particulièrement rugueux. Sa vue ne revenait toujours pas. Perturbé par cet évènements et la perte de ses souvenirs, il se mit en colère et lâcha, amer :

- Foutez le camp ! Laissez moi de l'air !

Il agita vivement sa main vers une direction et asséna sans le vouloir un coup de poing à Loeb dont la lèvre saignait désormais. D'un geste, il ramena cette arme vers lui, sans vraiment s'apaiser. Un problème se posait... Dans un cas comme celui là, Andrew ne pouvait plus diriger osn centauris. Quelqu'un allait devoir l'aider et vu comme il était énervé... mieux valait éviter de le faire passer pour un homme affaibli, bien que cet handicap soit un véritable malédiction.

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1931
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 03 - Salvation.   Mer 30 Juil - 3:39

Lorsque Andrew voulu pousser Koah, Wilreed s’était mis à grogner dangereusement comme si à tout instant, il allait se jeter sur le chasseur. Heureusement, les regards méfiants des lydéens et surtout leurs armes le dissuadèrent d’agir à sa guise. La créature resta immobile, le regard mauvais poser sur Andrew. Il fixait un à un chaque humains de ses yeux d’ambre. De tous les soldats, seul Lycos eut l’air contrarier plus qu’étonner de voir Kant agir de la sorte et repousser le glaneur. Le jeune guerrier regardait son ami d’un air désolé. Il semblait compatir.

Une nouvelle fois blessée, Koah faignit l’indifférence et il s’éloigna de quelques pas, retournant s’asseoir autour du feu. Si Andrew ne voulait pas de son aide, il n’insisterait pas. Les soldats tentèrent de retenir leur chef qui s’éloignait dans l’obscurité de la nuit en tâtonnant les arbres. Koah dit pour les arrêter :

« Laissez-le tranquille. »

Un soldat s’insurgea : « Mais… »

Le jeune lydéen leva une main pour faire taire le guerrier qui s’apprêtait à protester. « Vous voyez bien que vous n’en tirerez rien cette nuit. Nous verrons demain matin ce qu’il en est et si son état s’est amélioré. Il a besoin d’être seul afin d’accepter certaine chose. Alors laissez-le tranquille. Il doit souffler. »

« Mais il est aveugle ! Il pourrait se blesser. »

Lycos soutint Koah : « Il a raison. Foutez-lui la paix. »

Loeb serra les poings dans une attitude de révolte. « Il faut l’aider. »

« Comment ? Es-tu doté d’un savoir magique Loeb ? Vas-tu le guérir de sa cécité par un tour de passe-passe ? On ne peut rien pour lui pour l’instant. Vous n’aurez qu’à demander à votre reine de lui venir en aide quand nous l’aurons retrouvé. »

Loeb arqua un sourcil. « Notre reine ? »

Lycos acquiesça. « Laë. Koah parle de Laë. Elle seule est capable de nous dire de quoi il en retourne. Si c’est effectivement une malédiction ou de la magie, elle le saura. Mais avant, reposons-nous. Nous aviserons demain à l’aube. De plus, je doute qu’Andrew aille bien loin s’exiler dans son état. »

Marat pointa la pointe de son épée vers Wilreed. « Comment voulez vous que nous nous reposions avec cette créature dans les parages ? Plutôt nous trancher la gorge avec nos propres armes. »

La voix de Koah claqua tranchante : « Wilreed ne vous fera aucun mal. »

A son tour, Tob lui jeta un regard noir. « Parce que cette chose a un nom en plus ? »

Loeb renchérit : « Qu’est-ce qui te garanti qu’il ne nous enlèvera pas la vie pendant notre sommeil ? C’est un rongmol je te signal ! Ils ne savent rien faire d’autre que tuer ! Est-ce que revenir à la vie t’aurait rendu fou et stupide plus que tu ne l’étais déjà, Koah Lang ? »

« Non, en plus de m’accabler d’un fardeau trop lourd pour mon âme, revenir à la vie ma juste accordé le droit d’ordonner aux rongmols et de les comprendre. »

« Alors ordonnes-lui de déposer ces armes au sol et de rester à l’écart de nous. Au moindre méfait de sa part, et nous n’hésiterons pas à le tuer comme un porc qu’on égorge ! »

Avec lassitude et la mine sombre, Koah s’exécuta et Wilreed obéit non sans pousser quelques grommellements. Les soldats se mirent d’accord sur les tours de garde, puis les hommes autorisés à se reposer s’allongèrent près du feu. Koah restait assis à regarder les flammes danser dans le brasier. Il était penché en avant et enserrait ses genoux nus de ses bras. Lycos déposa sur ses épaules une vieille couverture en lin, puis il prit place à ses côtés, regardant lui aussi les flammes. Il dit :

« J’ai fais le tour des hommes et personne n’a de pagne pour te vêtir comme un lydéen libre. Je suis désolé, nous n’avons pas emporté grand-chose avec nous jusqu’à la stèle. Tu devra encore un moment te satisfaire de cette loque d’esclave. »

Koah haussa les épaules. « Ce n’est pas grave, merci. Elle me convient. »

Le silence tomba. Une épaisse torpeur s’empara du campement, plongeant les lydéens petit à petit dans le sommeil. Bien vite, le calme se fit et bientôt les premiers ronflements se firent entendre. Lycos semblait hésitant en mangeant un morceau de pomme. Il prit une profonde inspiration, puis il demanda dans un murmure :

« Que c’est-il passé entre Kant et toi pour qu’il t’en veuille à ce point ? »

La réponse de Koah fut étonnamment douce malgré l’aigreur ressentie au niveau de son estomac. « Je ne souhaite pas en parler Lycos. »

« Est-ce si horrible que cela pour qu’il change du tout au tout, sa façon d’être avec toi ? »

Koah ne décrocha pas les yeux des flammes. Il se sentait incapable de repenser au monde de Danaé. Encore embrouillé par le tumulte de ses émotions, il bredouilla : « Pour lui ça l’est. Moins il aura à subir ma présence et mieux cela vaudra pour tout le monde. »

« Tu as l’air tellement triste. »

Le jeune Lang ne répondit pas. Il resta silencieux et quelques minutes plus tard, Lycos se leva reprenant son tour de garde en compagnie de Loeb.

******
Une pluie fine et froide tombait. L’île semblait continuer de pleurer Pëlos de tout son ciel. Cette atmosphère rendait morose les soldats dont les cheveux collaient aux coins de leurs visages et de leurs nuques. Cela faisait dix minutes que les hommes avaient fini de prier pour le repos de Pëlos et que le campement était levé. Ils n’attendaient plus que l’ordre d’Andrew pour s’en aller.

Depuis l’emportement de Kant cette nuit, plus aucun soldat d’osait lui adresser la parole. Pourtant, tous savaient qu’il fallait bien régler l’épineux problème du centauri d’Andrew. Un aveugle ne pouvait pas monter cette créature, surtout au galop. Andrew devrait se faire aider. Mais aller dire cela à un chef caractériel !

Du haut de son centauri, Marat se pencha vers Loeb et Lycos qui discutaient non loin. Il dit :

« Il n’a qu’à ravaler sa fierté et monter derrière quelqu’un. Nous auront rejoins les autres dans quelques heures à peine sur la plage. »

Loeb se tourna vers Koah. Il lâcha : « Il n’aura cas monter avec lui. »

Le jeune Lang secoua la tête, ses longs cheveux blonds humides battant l’air. Il s’insurgea à voix basse en s’approchant d’eux : « Non ! Ce n’est pas concevable ! D’abord, je ne sais pas comment diriger cette créature, et ensuite, vous l’avez entendu ! Jamais plus, il ne veut que je le touche, ni que je l’effleure. Alors, jamais plus je ne l’approcherai. »

Lycos soupira, lasse. « Koah… voyons… »

« J’ai dis non ! »

Loeb se gratta le menton, analysant la situation du regard. Il dit finalement après un long silence : « Très bien. Kant montera avec Marat… Quant à Ayreb, Tob s’en chargera très bien. Koah, tu devra monter le centauri de Kant. »

Avant que Koah n’ait pu protester, Lycos intervenu : « Ne t’inquiète pas, c’est très facile de monter un centauri. Ils sont très dociles avec leur cavalier. De plus, n’est-ce pas toi qui a une époque à chevaucher un bœuf ? Ce n’est pas si différent. »

Marat leva la tête dans la direction de Kant qui était toujours à l’écart. Il demanda l’air un tantinet inquiet : « Qui se jette à l’eau pour annoncer qu’il vaudrait mieux qu’il monte derrière moi ? »

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1795
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 03 - Salvation.   Lun 25 Aoû - 20:52

Loeb regarda les autres soldats en soupirant. Il n'avait aucune envie de se faire jeter... mais, finalement il s'y résigna. Plus vite ils seraient rentrés, mieux ce serait pour tous ! Il se dirigea donc avec prudence vers l'endroit où Andrew était assis. Le Chef de Lydée avait une mine affreuse, signe qu'il n'avait pas bien dormi du tout. en rélité, il n'avait pu fermer l'oeil, espérant que ses yeux y voient à nouveau. En vain... il avait entendu du mouvement et il se doutait qu'il s'agissait des soldats. Loeb vint s'asseoir à côté de lui en silence. Au bout d'un moment il osa prendre la parole :

- Euh... ça ne va pas mieux ?

- Non.

La voix d'Andrew avait un ton affreusement préoccupant. Il y avait de la lassitude... de la nostalgie. Jusqu' présent, ce sentiment n'avait jamais été bénéfique à Kant, Loeb se souvenait parfaitement du temps où Logan était dans un coma profond... Andrew ressemblait à un mort forcé de vivre encore dans le monde des vivants... Il était pâle, ses yeux étaient cernés et il avait le moral au plus bas ce qui ressortait sur ses traits. Voyant qu'il ne continuait pas, Loeb poursuivit, la voix quelque peu hésitante :

- Nous devons y aller... les hommes sont prêts... Andrew, il faudrait peut-être songer à monter avec quelqu'un d'autre sur un Centauri... pour évi...

Il eut à peine le temps de se baisser pour éviter le coup de poing de Kant qui s'abattit dans un mélange de craquements sur le tronc du gros arbre contre lequel ils étaient appuyés. Les phalanges en sang, il se mordit la lèvre de douleur. Ce qui ne l'empêcha pas de vociférer :

- JE NE SUIS PAS INFIRME, BORDEL !!!

Et comme s'il voulait le prouver à Loeb, il se leva et avança. Il ne vit pas la racine qui sortait du sol et se prit les pieds dedans. Fort heureusement, Loeb le rattrapa au vol avant qu'il ne s'étale par terre. Andrew s'assit sur la terre dépité. Le soldat ne savait pas comment réagir alors, il s'assit à côté de lui et tenta de le calmer :

- Personne n'a dit ça. Mais, il faut se rendre à l'évidence que vous ne pourrez pas manoeuvrer votre Centauris à travers les arbres...

- Je le sais... je le sais... pourquoi est-ce que je n'y vois plus ? Pourquoi c'est encore moi qui paie le prix de tout ça ? La seule chose que je veux, c'est revoir Logan...

Il y eut un lourd silence. Loeb n'osa rien dire... même s'il y avait peu de chance que son chef puisse voir à nouveau son fils. Ceci dit, il n'eut pas à faire la remarque, Kant, malgré sa colère semblait avoir sa tête sur les épaules.

- Du moins... le toucher...

- Nous serons bientôt rentrés... nous pouvons aller à Oderne plus tard...

- Non. Les ennemis n'attendront pas. Nous avons perdu beaucoup trop de temps à Hanka... pour finalement écouter les conneries d'une pétasse... J'espère pour Danaé qu'elle aura mis les voiles... parce qu'elle va me payer tout le mal qu'elle m'a fait... et Koah aussi !

- De quoi vous parlez ?

Andrew serra les dents, le regard dans le vide, ses yeux cherchant inconsciemment un point de repère un petit signe de lumière mais non, tout restait noir.

- Retournons là où nous devons aller... avant Danaé, c'est Ayreb qui va payer...

- Andrew, votre frère n'y...

- DEMI-frère...

- Oui, il a été manipulé... Nous avons besoin de lui encore.

- Non, ça c'est moi qui le déciderait ! C'est à moi de juger s'il mérite de torturer des gens comme il le fait ! Et j'ai décidé qu'il paierait pour ses crimes... lui et Kâli... En route. Je monterais sur un Centauris mais pas avec Koah... Et le moindre salopard qui m'approche de lui... je le tue. C'est clair ?

Les yeux d'Andrew se plantèrent droit dans le regard de Loeb qui déglutit difficilement. Décidément, son chef avait beaucoup changé... où était passé le Andrew souriant, gentil, limite gauche avec ses hommes ? Cet être humain compatissant ? Avait-il disparu ? Oui car dans ce regard froid, il n'y avait aucun pitié et Loeb le savait, il n'oublierait jamais cet instant... où le doute s'installa dans son esprit. Par son geste, Kant avait montré qu'il pouvait être aussi violent aussi inhumain qu'Ayreb, l'homme qu'il maudissait tant... Il l'aida à se relever sans un mot et tous deux se dirigèrent lentement vers un Centauris. Il accepta avec réticence de bander sa main sanguinolente d'un tissu. Marat et Lycos l'aidèrent à monter après qu'il les ait repoussé une première fois sans réussir à se hisser sur le dos de la bête. Une fois en selle, il lâcha, le ton las mais sec :

- Allons-y.

Et le groupe se mit donc en route à une vitesse assez soutenue vers le lieu de rendez-vous. Kant tentait à maintes reprises de regarder le ciel pour y apercevoir la moindre petite lumière mais tout restait obscur. Et à chaque fois, son visage retrouvait un air consterné, le viellisssant de plus de dix ans. Loeb lança un air désolé à Lycos qui le voyait faire. Les autres soldats semblaient ne pas s'en rendre compte ou alors faisaient semblant...

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1931
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 03 - Salvation.   Mar 26 Aoû - 3:05

Le vent marin soufflait du large. Koah, les cheveux blonds ébouriffés par la bourrasque, observait le village d’Hanka et la mer au-delà. Des taches d’ombre et de lumière couraient sur le tapis de l’océan, suivant la course des gros nuages qui filaient haut dans le ciel. Koah contempla l’étendue de l’horizon au loin, là où le Royaume de Sedna finissait en une mer houleuse et frangée d’écume. Le vent lui portait le murmure des soldats qui s’autorisait un instant de détente autant du feu et d’un ragoût de clams.

C’était presque la tombée de la nuit et cela faisait quelques heures que la troupe chargée de sauver Koah avait rejoint le campement de la plage. Ils avaient chevauché pendant plusieurs heures entre les arbres de la jungle et leurs montures devaient prendre un peu de repos. Laë et le professeur Flennigway auscultaient depuis leur arrivé Andrew, cherchant à comprendre le pourquoi d’une telle cécité soudaine. Certains soldats disaient qu’il avait reçu un mauvais coup derrière la tête et qu’avec le temps, tout rentrerait dans l’ordre, alors que d’autre murmuraient à demi-mot que c’était sa malédiction pour avoir tuer Pëlos. Loeb et Lycos s’étaient chargé du mieux qu’ils avaient pu d’expliquer en détails ce qu’il s’était passé durant leur périple vers la stèle d’Okan. Malgré leur long discours, tous ici savaient qu’il restait des zones d’ombres qu’Andrew et Koah refusaient de dévoiler. Laë la première le savait, mais elle feignait l’ignorance.

La tête basse et les bras enroulé autour de ses genoux, Koah laissa son esprit dériver un peu, puis se força à oublier ses sombres pensées. A ses côtés, Lycos mangeait son ragoût de clams en essayant de lui tenir compagnie. Il fixait d’un regard entiché la jolie Kloé qui s’occupait à changer le bandage à la main du chef Lydéen. Il dit :

« Jamais je n’aurais imaginé qu’un jour je la reverrait. Elle est toujours aussi belle, toujours aussi parfaite… C’est comme si les dieux m’octroyaient une seconde chance et que je ne devais pas la loupée. »

Lycos se tourna vers Koah et lui demanda, incertain : « Qu’est-ce que je dois faire ? »

Le jeune Lang refusa de porter son regard vers la femme. Chaque fois qu’il la regardait s’occuper d’Andrew, la jalousie montait en lui et le prenait aux tripes. Les sentiments qu’il éprouvait étaient toujours sous le joug de ceux ressentit par le Koah vivant dans le monde de Danaé. Encore à ses yeux, Andrew était son mari, et ce malgré toute la colère et l’amertume qu’il éprouvait à son égard. Cela prendrait certainement longtemps avant que ne s’estompe ses souvenirs, les faisans passés pour un rêve.

Doucement, Koah questionna : « Qu’est-ce que tu voudrais faire ? »

« Je voudrais aller la voir… je crois… rien que lui parler un peu. »

« Alors va-y. »

« Et si elle me remballe ? »

Koah sourit. « Pourquoi voudrais-tu qu’elle le fasse ? »

« Parce qu’elle la toujours fait jusqu’à présent. »

« Les choses changent. Lydée est tombée, j’ai ressuscité, Andrew est aveugle… il n’y a pas de raison que le désordre que notre monde subit ne l’ai pas changée un peu à son tour. Ce serait injuste. Avec un peu de chance, elle a changée en bien. »

Lycos éclata de rire et de son épaule, il bouscula un peu le flanc de son ami. Ils échangèrent un regard puis Koah réfléchit un moment, les yeux posés sur Ayreb qui était toujours solidement harnaché de corde. Il fixait Hanka en silence, attendant certainement qu’on statue sur son sort. Koah demanda :

« Qu’est-ce que vous allez faire de lui ? »

Le jeune soldat haussa les épaules, les yeux également posés sur le chef des hankiens. « Aucune idée. Même s’il se rallie à notre cause je ne sais même pas moi-même ce qu’il conviendrait le mieux de faire. Nous sommes attaqués du côté des troupes de Cécrops qui sécurise la zone où se trouve la faille, et de l’autre par les mages d’Yrilia. J’ai parfois l’impression que tout ceci n’est qu’une perte de temps et que quoiqu’on tente, toute entreprise est vouée à l’échec. Quand Andrew ira mieux, il prendra sa décision. Espérons qu’il retrouve un minimum de raison. »

Un sourcil blond de Koah se leva. « Pourquoi ? Au-delà sa mauvaise humeur, Andrew à toute sa tête. »

Lycos prit un air embêté. « Je ne crois pas. Il a quand même dis à Loeb qu’il lui ferait payer le mal qu’il a fait autour de lui. Il a aussi dit qu’il comptait faire payer à Danaé et à toi, le mal que vous lui avez fait. Et jusqu’à preuve du contraire, nous n’avons jamais assisté à la moindre agression de votre part sur sa personne. »

Le soldat le regarda avec insistance. Il ajouta :

« A moins que tu ne caches quelque chose… ce que je ne doute pas une seule seconde. »

Comme à son habitude, Koah évita le sujet. Il profita d’un peu d’agitation autour du feu causer par un soldat qui venait de renverser la casserole de ragoût, pour se lever et s’éloigner. Il rejoignit une souche d’arbre à l’entrée de la jungle et alors qu’il regardait le campement, passant les hommes en revues, Laë prit place à côté de lui. Malgré les pénibles derniers jours passés, elle était resplendissante. Sa robe n’avait aucune tâche et ses cheveux semblaient coiffés avec grand soin.

Après un instant de silence, il murmura :

« Vous savez n’est-ce pas ? Vous avez vu dans son esprit ce qu’il s’est passé et ce qu’il a vécu. Ce n’était pas de ma faute. Je n’ai pas demandé à ce qu’il vienne me chercher. Et je n’ai pas demandé à être ressuscité par les dieux. »

Son regard vert se posa sur Andrew avec une certaine tristesse mêlée de colère. Il dit :

« Il est maudis. C’est un sort n’est-ce pas ? Je partage quelques souvenirs avec Torsha… quelques sensations et intuitions. C’est assez désagréable d’être déchiré entre trois consciences. Entre trois moi. Lorsque j’écoute cette partie de moi qui était Shäleen… je ne vois autour d’Andrew que de la magie. Vous pensez pouvoir lui venir en aide ? Vous êtes magicienne, non ? »

A son avis, Andrew ne retrouverait jamais la vue. Et même si une partie de lui jubilait devant son malheur, l’autre, la majorité de son être était attristée et très inquiète.

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1795
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 03 - Salvation.   Mar 26 Aoû - 12:06

Laë posa amicalement sa main sur l'épaule de Koah et fit un petit sourire compatissant. Elle avait vu des choses, oui... beaucoup de choses, parce que l'esprit d'Andrew saignait abondamment. Et c'était en partie pour ça qu'elle s'en était éloignée. Tellement de rancoeur l'habitait qu'elle en avait une migraine. Il y avait tellement de choses qui se succédaient qu'elle avait été incapable de voir la cause de sa cécité. D'un voix paisible, elle dit :

- C'est très difficle pour moi de ne pas avoir vu dans quel état est son âme... Koah, il y a une chose que vous ignorez à propos d'Andrew... les derniers jours ont été très pénibles pour lui... et ce depuis que Kâli, la sorcière d'Hanka, a pénétré son esprit pour le compte d'Ayreb. Depuis cet instant, Andrew laisse dans son sillage une souffrance silencieuse. Il tient à vous, sinon il ne serait pas venu vous chercher. Visiblement, votre libération s'est très mal déroulée... son âme est en bouillie. Ce que j'en ai ressenti c'est qu'il n'était plus que l'ombre de lui-même.

Elle fit une courte pause durant laquelle elle s'assit près de Koah. Au bout de quelques minutes, elle reprit :

- Vous n'êtes pas coupable... la seule chose que vous pouvez vous reprocher c'est d'avoir succombé aux tentations de Torsha. Il faut vous rendre à l'évidence qu'Andrew s'est retrouvé dans un lourd combat pour sa propre survie dans le monde de Danaé... Et que malheureusement, il était déjà affaibli par le "sacrilège de Kâli". S'il y a une responsable, c'est elle, pas vous ni Danaé... ni Ayreb... quoique...

Elle posa ses yeux sur le chef d'Hanka qui continuait de regarder sa ville. De profil, on aurait dit qu'il ressemblait parfois à Logan. C'était troublant. Elle reporta son attention sur Andrew qui s'énervait encore une fois. Flennigway cherchait depuis tout à l'heure la cause de sa cécité mais en vain ce qui agaçait prodigieusement Kant. Si bien qu'il beugla au bout de quelques secondes, en le poussa violemment :

- Charlatan ! Fous le camp avec ta science débile ! Fichez-moi la paix !

Le professeur resta assez, incrédule. Mais il n'insista pas. Il se mit légèrement à l'écart. Laë ne remarqua pas ce qui arriva. Et les autres non plus. Ce fut Ayreb qui alerta les lydéens en disant :

- On a comme un problème !

Et en effet il était de taille. Gigantesque ombre qui masquait le soleil, elle progressait rapidement sur eux. Et lorsqu'elle fut assez proche, Laë bondit sur ses pieds. Le monstre devait bien mesurer 10 mètres de long, des ailes déployées d'une couleur pourpre le propulsaient à une vitesse hallucinante. Quatres pattes énormes dont les extrémités se terminaient par une griffe d'un mètre de longueur étaient repliés sous son corps.

- Attention à Andrew ! Il est là pour lui !

Mais à peine eut-elle finit qu'un vacarme étourdissant retentit. Dans une volée de flammes la plupart des arbres brûlèrent. Le monstre était juste au dessus d'eux. Les soldats reculèrent avec rapidité. Le professeur s'approcha d'Ayreb avec fébrilité, sans doute espérait-il que le colosse le protège. Ce qui n'était nullement dans les intentions du chef d'Hanka. Ce dernier en revanche n'aimait pas le fait d'être entraver :

- Va chercher une lame et défais mes liens !

Voyant que Flennigway le regardait avec hésitation, il bleugla le faisant tomber en arrière sous la frayeur :

- EXECUTION !

Avec des gestes saccadés, il coupé la corde qui avait immobilisé le chef d'Hanka jusqu'à présent. Laë quant à elle se contenta de dire à Koah :

- Dorthal... c'est lui...

Le monstre de muscles était maintenant au dessus d'Andrew qui n'y voyait toujours pas. Le chef de Lydée n'avait pas bougé d'un pouce, comme s'il se moquait de perdre la vie. La bête ouvrit sa gueule mais au moment où elle s'apprêtait à mettre un terme à la vie de Kant, un énorme craquement la fit convulser. Ayreb avait planté sa lame, récuperée au sol après la panique des soldats et venait de fendre le crâne de la créature en deux. Avec une agilité déconcertante, il avait bondi sur le corps du monstre qui poussa un immense cri d'agonie. Une voix d'outre tombe vociféra :

- JE VOUS AURAIS, MAJESTE !!!

Il y eut une explosion, Ayreb fut projeté à terre au moins 15 mètres plus loin tandis qu'Andrew avait glissé sur quelque mètres le long du sol. L'ombre disparut, le monstre avec. Tout autour de la scène les lydéens semblaient stupéfaits tellement qu'ils n'avaient pas remarqué les soldats hankiens. Ces derniers avaient décidés de se lancer à la recherche de leur chef. C'était en voyant le monstre qu'ils s'étaient rendus ici. L'un d'eux empoigna le professeur et le souleva du sol. D'une voix gutturale il demanda alors que les autres pointaient leurs armes, l'air menaçant envers les lydéens :

- Maître, pourquoi l'avez-vous sauvé, ce bâtard de Cheera ?

Ayreb se redressa de tout sa puissance et jaugea ses hommes du regard, en guise de réponse, il ordonna :

- Nous avons été trahi par Kâli. J'exige sa tête ! Rattaché ou pas à sa sale carcasse de vipère ! IMMEDIATEMENT !

Un groupe d'hommes s'exécuta et partirent vers la ville. Visiblement, Andrew n'était pas seul à avoir des comptes à régler. Il ordonna aux guerriers restants :

- Baissez vos armes. Si l'un d'entre eux se montre vindicatif, vous avez autorisation de lui vider les tripes.

Kant se leva, sans vraiment savoir ce qu'il s'était produit et demanda, le dents serrées :

- Quel est le pauvre con qui l'a libéré ? Lycos ! Qu'est-ce qu'il se passe ?

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1931
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 03 - Salvation.   Mar 26 Aoû - 15:57

Avec méfiance vis-à-vis des hankiens tout autour d’eux, Lycos rejoignit Andrew et il l’aida à s’asseoir sur une natte en jonc de mer de l’autre côté du feu. Ils étaient à quelques mètres à peine de Laë et de Koah qui fixait d’un air étrange l’endroit où la créature venait de disparaître. Même dans les souvenirs de Shäleen, le jeune glaneur ne pu trouver de réponse à sa question : qu’était-ce ce monstre ?

Lycos avait l’air confus. Il dit à Andrew : « Le professeur a libéré Ayreb pour qu’il vous sauve la vie. Un monstre gigantesque, aussi grand qu’un Yakut, sans doute envoyé par Dorthal… » Il attendit confirmation d’un signe de tête de Laë pour continuer. « Il était au-dessus de vous… prêt à vous avaler de sa puissante mâchoires. Débordant de courage, c’est Ayreb qui la tuer, sans une once d’hésitation. Sans lui vous seriez mort. »

Meecham posa un genou près d’Andrew et il murmura :

« Nous sommes encerclé d'Hankien Andrew. Ils sont quarante, et tous bien armés. Si nous les affrontons, nous n’en sortirons pas vivant… même avec le pouvoir de la reine. »


Tout autour, les hankiens formaient un périmètre de sécurité. Ils encerclaient les Lydéens, les regardant avec mépris. Ayreb serpentait de toute sa prestance retrouvée entre ses hommes. Il semblait fier de son exploit et comme à son habitude, il s’en vanta auprès de ses troupes. Autour du feu, Karl le regardait avec un mépris incroyable. Plusieurs soldats lui tenaient constamment compagnie afin d’éviter qu’il ne fasse de bêtises. Irys et Kloé, quant à elles, se faisaient toutes petites, espérant sans doute se fondre à travers le sable. Quelques guerriers montaient la garde, prêts à les protéger au péril de leur vie s’il le fallait. Face à tant d’Hankiens, il était peu recommandé de parier sur une victoire cuisante des Lydéens.

Lycos regarda Laë, la main cramponnée à son épée :

« Est-ce que cela veut dire que Dorthal est ici ? Qu’il a passé les Rocailles ? La guerre commence ? »


Marat s’accroupis, les coudes déposés sur ses genoux. Il faisait dans le sable des traces avec le bout de sa lame, la mine sombre. « Si c’est le cas, nous sommes perdu. Nous ne sommes pas prêt. Comment voulez-vous que nous affrontions ce genre de créature ? Il utilise la magie… nous ne l’utilisons pas. Une épée n’a jamais fait le poids face à un sortilège. »

Il était évident que les soldats attendaient enfin un ordre concret de la part de leur chef. Gürkan n’étant plus avec eux, c’était à Andrew de les guider militairement parlant. Cependant, même si Dorthal était le problème commun à l’ensemble de l’île, le fait d’être encerclés de hankiens hargneux les inquiétait avant tout. Meecham dit :

« Voyons le bon côté des choses, Ayreb s’est rendu compte de la trahison de Käli et de Torsha… Il semble plus enclin maintenant à nous écouter. Vous devriez faire une tentative Andrew… »

Meecham imposa sa voix, coupant le chef Lydéen dans son élan.

« Même si ce n’est qu’un bâtard, qu’un traître, qu’un assassin, et tout ce que vous voulez, nous avons besoin de lui pour rallier Hanka à notre cause. Vous l’avez dis vous-même… le temps presse. Nous en avons assez perdu ici. Il est temps de s’unir et d’aller vers Oderne. »

Sous les regards étonnés, Koah traversa la plage. Le vent soufflait l’étoffe d’esclave avec laquelle il était toujours vêtu. Il s’arrêta à quelques mètres du chef d’Hanka, puis sans cillé, il demanda simplement :

« Sommes nous tes prisonniers, Ayreb ? Ou comptes-tu enfin t'allié a leur cause ? Elle t'a trahis. Elle t'a manipulé à travers moi. Elle a fait de toi son pantin, son larbin. Tout cela pour échapper aux Crépuscules des Dieux. Tout cela parce que tu es à la tête d'une armée si puissante et vaillante qu'elle pourrait repousser les envahisseurs, si tu t'alliais à Andrew. Si tu veux que ce monde survive et qu'Hanka ne soit pas engloutie sous les flots, nous avons besoin de ton armée. Nous avons besoin de toi, souverain d'Hanka. »

Un murmure de désapprobation s’éleva dans les rangs hankiens. A leurs yeux, il s'agissait de Shäleen et jusqu'à preuve du contraire, ce n'était qu'un esclave. Koah n'avait donc aucun droit de s'adresser ainsi à leur chef. Aussitôt, quelques soldats approchèrent pour le corriger comme ils auraient dû le faire à Hanka.

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1795
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 03 - Salvation.   Lun 1 Sep - 16:38

- Le premier qui le touche, j'empalle sa tête sur un pieu !

Le ton d'Ayreb se fit cassant et froid comme la glace. Les soldats se stoppèrent immédiatement dans leur geste. Certains reculèrent histoire de se faire oublier. Le chef d'Hanka regarda longuement Koah puis s'avança vers lui et posa une main puissante sur son épaule. D'un simple appui des son puissant biceps, il fit s'agenouiller le glâneur avec un air supérieur. Dès que Koah eut la tête à hauteur de son bas-ventre, il demanda :

- Qu'est-ce que tu serais prêt à donner pour que je vous épargne et que je daigne accepter cette alliance... Je n'ai rien à y gagner...

D'un mouvement de main il pressa la tête de Koah contre son entrejambe avec un petit rire amusé. Les soldats hankiens esquissèrent à leur tour un sourire vicieux. Ayreb poursuivit, impassible :

- Tu m'appartiens toujours et tu le sais... possédé ou pas, ta vie est à moi... tu es à mon entière merci... il va falloir que tu t'excuses ouvertement pour l'affront que tu viens de me faire et tu acceptes ta punition. Estimes-toi heureux que je t'accorde un brin de clémence... J'éviterais de te faire ça en public...

Il serra un peu plus fort la tête du glaneur contre son pantalon dont l'intérieur commençait légèrement à gonfler. La voix d'Andrew trancha le silence d'une façon aussi sèche que violente :

- Va te faire foutre Ayreb ! La vie de Koah ne t'appartient pas ! Shalëen était à toi mais Koah est un lydéen. Tu n'as aucun droit sur un lydéen libre !

- Mouhaha ! Qu'est-ce que t'es drôle petit bâtard... il se trouve que tout personne qui n'est pas suceptible de défendre sa liberté sur mon territoire m'appartient. En fait, vous m'appartenez tous vu que vous êtes incapables de résiter quelques minutes face à mes hommes...

- J'aurais du te tuer tout à l'heure...

Un sourire mauvais se dessina sur le visage du chef d'Hanka et après avoir poussé d'un geste de la main la tête d eKoah, il s'approcha de son demi-frère. Des soldats lydéens s'interposèrent mais Ayreb n'eut aucun mal à les écarter violemment. Il se pencha vers Andrew et lui saisit le menton avec fermeté :

- C'est justement pour ça que tu es faible... tu ne sais pas saisir les opportunités qui se présentent à toi, je savais les lydéens stupides et ridiculement mollusques mais, ils m'étonnent encore aujourd'hui. comment ont-ils fait pour choisir un chef aussi... couille molle ?

Le poing d'Andrew s'abattit sur le visage d'Ayreb avec violence, lui éclatant la lèvre. Les soldats lydéens tentèrent de s'approcher mais les hankiens plaquèrent leur armes sur eux avec autorité. Le chef d'Hanka esquiva un autre coup de poing et serra de toutes ses forces le poignet de Kant, lui arrachant un cri de douleur. En temps normal, il était bien plus fort que le chef de Lydée... mais ce dernier étant aveugle, il n'eut aucun mal à prendre le dessus. Après quelques coups portés au ventre et au visage, il étala d'un revers un Andrew déjà blessé dans sa fierté sur le sol. Haletant, Kant se contenta de placer une main au dessus de son visage et de lancer, la voix brisée :

- Je vais te tuer...

Ayreb se redressa et lui donna un coup de pied dans le ventre puis avec un sourire de conquérant, il répondit, sérieux :

- Tu n'en feras rien désormais... le code de Lydée te l'interdit... tu as une dette de vie envers moi parce que j'ai sauvé ta misérable peau de cette bestiole. Tu ne peux pas me tuer... vos stupides croyances vous l'interdisent.

Les lydéens lui lancèrent un regard assassin tandis qu'Andrew ne trouva rien à redire. Le chef d'Hanka retourna près de Koah et lui tira légèrement les cheveux pour le faire se relever. Après un court instant de réflexion, il décréta :

- La créature que vous avez vu est la preuve qu'ils nous ont dit la vérité, elle est aussi la preuve que Kâli nous as trahi. Peu importe le fumier qui aura envoyé ce monstre ici... c'est un homme mort. Personne ne violera le territoire d'Hanka impunément ! Nous avons la puissance nécessaire pour asseoir notre domination sur l'Ile ! Et pour montrer qu'Hanka la Barbare est digne de Sedna, digne de Davik ! Si notre armée combat, ce sera sous mes ordres... et j'exige de Lydée qu'elle abdique.

- Hors de question...

- Très bien... dans ce cas, tuez-les tous. Sauf la pétasse et Sha... Koah. A l'aube nous partirons sur Lydée et nous massacrerons hommes, femmes et enfants qui résisteront. Nous ne laisserons que la vie sauve à... Logan... j'en ferais un esclave asservi et s'il désobéit, mes hommes se chargeront de lui...

Avant qu'Andrew puisse réagir et parler une voix tonitruante retentit à des kilomètres à la ronde faisant trembler les arbres et s'enfuir les quelques animaux qui étaient restés face à l'assaut du monstre. Laë reconnut immédiatement la voix de Kirion et à en juger parson ton il était très en colère :

- LE TEMPS PRESSE BANDE D'ABRUTIS ! MAGNEZ-VOUS LE POPOTIN SI VOUS NE VOULEZ PAS QUE VOTRE MONDE DISPARAISSE !!! DORTHAL A ETE INFORME PAR JE NE SAIS QUEL MOYEN D'UNE INVASION DE THORIN !!! SON ORGUEIL L'A POUSSE A BIFURQUER ET A SE RENDRE AUPRES D'EUX POUR CONCLURE UNE ALLIANCE !!! LES EXILES DOIVENT ETRE UNIS AVANT TROIS JOURS POUR FAIRE FACE... SINON VOUS PERIREZ !

Un lourd silence tomba sur les groupements d'hommes et Laë le rompit en s'adressant directement à Ayreb :

- Si ce qu'il dit est vrai... nos heures sont comptés. Les mages d'Yrilia sont déjà qu'une puissance considérable, ajoutée à celle des guerriers de Thorin... c'est une catastrophe. Ayreb, le temps presse, nous avons besoin d'une union des Sulas pour faire face... Lydée et d'autres communautés se sont alliées, Hanka peut le faire à son tour...

- Hanka domine ce monde, pourquoi m'allierais-je à vous ? qu'est-ce que mon peuple y gagnera.

- La vie...

La réponse jeta à nouveau un froid et Ayreb réfléchit, il répondit cependant :

- Je veux le commandement des armées qu'elles qui soient... la directive des combats se fera sous mes ordres... chacun de mes guerriers pourra recevoir une récompense qu'il jugera digne de femmes ou d'hommes après son dur combat. Le territoire d'Hanka comprendra dès lors l'ancien site de Lydée et tout le Sud de l'Île, soit la moitié de sa superficie. Je veux aussi que Koah m'appartienne jusqu'à ce que je décide le contraire.

Andrew ouvrit la bouche pour retorquer mais son demi-frère le prit de court :

- Et enfin, je veux qu'Andrew capitule devant moi et qu'il me fasse l'unique garant de sa misérable vie. Il n'aura plus le droit de commander à Lydée ni le droit de s'y rendre... Si vous acceptez ces conditions, alors Hanka se joindra à vous et Logan aura sa liberté pour acquise... ainsi que le reste des communautés sur leur nouveau territoire.

L'ultimatum posé, Ayreb jeta un oeil cruel envers Andrew. Le chef de Lydée savait que la décision lui appartenait... et il était face à un choix qui lui déchirait le coeur. S'il acceptait, son monde serait sauvé et ses habitants aussi... du moins il le souhaitait.

- Donne-moi ta parole d'homme loyal que tu tiendras tes promesses. Jure-le sur Cheera et sur ta vie !

- Andrew ? Vous n'allez quand même pas accepter...

Loeb semblait interloqué mais Andrew n'attendait que la réponse d'Ayreb qui arriva rapidement :

- Que ma vie en soit l'objet, je jure auprès de Cheera que je respecterais l'ensemble de mes conditions. Que les dieux en soient les témoins et qu'ils écourtent ma vie si je ne respecte pas ma parole !

Sous les lourds regards des soldats hankiens et lydéens confondus, Andrew resta longuement songeur. Il détestait Ayreb... il n'avait qu'une envie, qu'il disparaisse... mais malgré sa colère son esprit lacéré de souffrance avait pris la décision de sauver les autres...

- Pourrais-je revoir Logan ?

La réponse fut sans appel et se limita à un non qui fit réagir Laë :

- Tu n'as pas le droit de lui faire ça ! C'est inhumain ce que tu lui demandes !

- La ferme, traînée... il est libre d'accepter ou pas. Dans les deux cas, je serais gagnant...

Il vrilla ses yeux bleus sur Andrew dont la réponse avait presqu'anéanti la vie sur son visage. La colère s'était complètement évaporée et jusqu'à maintenant, elle avait été son seul moteur, le seul qu'il lui restait. Il s'installa un silence pesant, où la majorité des Hankiens semblaient attendre une réponse pour célébrer leur victoire. Chez les lydéens, chaque soldat attendait avec angoisse la réponse... d'un côté comme de l'autre, il y avait de lourdes conséquences.

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1931
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 03 - Salvation.   Lun 1 Sep - 23:27

Comme la plupart des lydéens, Koah resta immobile, impuissant face à ce qu’il se passait. Le jeune homme savait qu’Ayreb avait raison. Il était le plus fort. Il avait droit de vie et de mort sur eux, et si ils voulaient survivrent, ils devaient tous se plier à sa loi. Bien qu’une partie de Koah haïssait cruellement le chef d’Hanka, une petite partie, reste de Shäleen lui trouvait encore beaucoup de charme. Le lydéen se détesta d’oser ressentir cela pour un homme aussi méprisable.

Le silence était total autour d’Andrew qui semblait au fond du gouffre. Koah déglutit, une boule douloureuse dans l’estomac. Même s’il était en colère contre lui et même s’il le détestait de lui avoir briser le cœur et entaillé ainsi son âme, Koah n’arrivait pas à se désintéresser de lui. Andrew semblait tellement anéantit que le jeune homme ne pu réprimer l’envie de lui venir en aide. Après tout, même si ça n’avait été qu’un songe, Andrew avait été l’homme de sa vie et il était difficile pour l’instant de réprimer cette attirance et de tirer tout simplement un trait sur lui.

A l’évocation de Logan, Koah serra plus fort encore les poings. Les souvenirs d’Alec, d’Elona et de Mätt étaient toujours bien présents dans sa mémoire. Il aurait aimé pouvoir faire souffrir davantage Andrew en le privant de Logan comme il l’avait privé à son tour de ses enfants, mais c’était plus fort que lui. Il valait mieux pour tous le monde de cesser cette torture et aller de l’avant.

De part les restes de la mémoire qu’il lui restait de Shäleen, Koah connaissait l’importance et la rareté de son âme. Il savait qu’il détenait en lui un pouvoir incroyable, un pouvoir étendu et que celui-ci pesait son poids dans la balance. Pour sauver ce monde et accorder une dernière grâce à Andrew, il était prêt à offrir son âme à Ayreb. Après tout, pour ce qu’elle valait à ses propre yeux.

« Non Koah. » S’exclama Lycos.

D’un pas lent et hésitant, Koah s’approcha d’Ayreb mais Lycos le retiens par le bras fermement. Aussitôt, un soldat Hankien corrigea le jeune guerrier d’un violent coup de pommeau d’épée à l’arrière de la nuque.

« Ne touche pas à cet esclave, chien de lydéen ! »

L’agitation poussée par l’indignation des lydéens se fit plus présente autour d’eux. Lycos avait un genou à terre et il se massait douloureusement l’arrière du crâne. Koah ne lui accorda aucune attention et il s’avança de nouveau vers Ayreb. Après s’être incliné en signe de soumission, il lui dit d’une voix claire et étonnamment sereine :

« Maître… s’il y a une chose en quoi nous croyons tous, Hankiens, Oderniens, Kurikanais, Lydéens et même Yriliens, c’est en l’âme. Vous aurez beau prendre la suprématie sur l’île, votre pouvoir ne sera qu’éphémère. Il ne sera que matériel, que physique et un jour il s’éteindra. Nous savons tous que seule l’âme compte réellement. Que seule celle-ci traverse les époques. Quoique vous puissiez en dire et quoique vous puissiez en penser, j’ai l’âme la plus parfaite qu’il soit. Je détiens en mon sein l’âme qu’il faut posséder pour exister, celle capable de changer l’histoire d’un monde. Celle que même Torsha a voulu s’accaparer. »

Koah toucha du bout des doigts les tekalis qui marquaient son ventre en une ligne de points noirs d’une grande douceur. Il les indiqua d’un bref regard et il lui continua :

« Par une étrange volonté des dieux que je ne m’explique pas, j’ai acquis en revenant à la vie le don d’enfanter. Si je le désir, je peux vous offrir une lignée d’âmes si pures et si puissantes à la fois qu’elle atteindra le firmament. Avec le pouvoir que détient mon âme et avec votre force et votre sang, votre descendance est assurée d’un avenir que nulle n’oserait rêver. Jamais les vôtres ne seront détrônés. Et pour l’éternité des temps, votre lignée régnera sur ce monde et ses habitants. La lignée d’Ayreb. »

Conscient de ce qu’il promettait, Koah parcouru du regard le visage du chef d’Hanka, puis il s’approcha à nouveau, les épaules descendues et la tête baissée en guise d’obéissance.

« Vous ne pouvez pas me forcer à offrir un tel présent, Maître… car moi seul décide du cycle de fécondité de mon être. »

C’était un mensonge mais il tenta le bluff.

« Mais je peux vous l’accorder en échange d’une faveur. D’une seule. Laissez Andrew revoir Logan une dernière fois. Laissez ce père indigne s’écorcher davantage le cœur et l’âme en abandonnant son fils, celui pour qui il a détruit et renier tant de chose. Laissez le lui montrer combien il n’a pas su tenir ses promesses. Combien on ne pu compter sur lui. Combien Cheera s’est trompée. Laissez le se détruire et je vous donnerais un fils. Vous n'êtes pas du style maître à ne pas vouloir rester dans l'histoire. »

Le regard vert de Koah se planta soudainement avec pénétrance dans les yeux d’Ayreb. Le jeune homme était on ne peut plus sérieux. Si c’était là le prix à payer pour qu’Andrew se relève et continue le combat que lui avait confié Cheera, alors il le paierait. Chacun avait ses sacrifices à faire. C'était tout ce que Koah avait à offrir qui ai un tant soi peu de valeur : un bout de l'Omkara pour les descendances à venir.

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1795
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 03 - Salvation.   Mar 2 Sep - 1:48

Ayreb resta longuement stoïque, plongeant ses yeux bleus froids dans ceux de Koah. Il pesait le pour et le contre. Sa première interrogation fut de se demander pourquoi un esclave lui faisait une telle proposition. Il se moquait d'avoir un enfant d'un esclave mais les paroles sur l'âme l'avaient séduit. Il jeta un oeil à Andrew dont le regard était vide. L'idée de Koah était à le fois machiavélique et intéressante. Il pourrait faire souffrir plus amplement le chef de Lydée et pulvériser aux yeux de son fils l'espoir qu'on lui portait... fort de sa cruauté, il répondit, en agrippant Koah par le coup.

- Un mâle... je veux un mâle, un successeur digne de prendre ma relève. si je le laisse voir son fils une dernière fois, tu as intérêt à me donner ce que tu me promets... sinon, je m'arrangerais pour que la seule chose que tu puisses enfanter ce soit de misérables asticots ! Je le laisserais revoir Logan... mais je déciderais du temps et il ne pourra pas le toucher ni l'embrasser, juste lui parler.

- A quoi vous jouez tous les deux ? Vous remettez la vie d'un homme dans un déluge de souffrances par vengeance ? Je n'ai jamais rien vu d'aussi pathétique se présenter sous mes yeux ! Comment peux-tu rajouter une couche à son supplice après le mal que vous vous êtes fait tous les deux, Koah ? Chacun a perdu quelque chose dans cette histoire et ça suffit !

Laë s'était approchée d'Ayreb sans craindre les menaces de soldats hankiens qui lâchèrent des insultes sur son sillage. Le chef d'Hanka la regarda se planter devant lui. Elle était furieuse et nul de pouvait en douter. Son visage avait prit un air glacial, terriblement sérieux et à cet instant précis elle ressemblait énormément à Kirion dans son attitude.

- C'est votre demi-frère... que vous le vouliez ou non. Vous êtes prêt à détruire sa vie pour le plaisir ?

- Oui. Et je le ferais, vous ne pouvez rien faire pour m'en empêcher.

- Tiens donc, ça c'est ce que vous croyez... vous me sous-estimez trop. Et ça vous coutera très cher. Que Kirion m'en sois témoin, si vous poursuivez dans cette voie, votre sang sera sur mes mains.

- Tsss... vous bluffez, comme d'habitude. Mais vous cherchez simplement à me provoquer pour que je vous attaque et vous pourrez ansi attenter à ma vie. J'ai compris votre manège. J'aurais la vie de Sha... Koah et celle de ce bâtard... la moitié de l'Ile, un successeur à l'âme pure et une armée titanesque. Quant à vous, vous serez probablement tuée par vos pseudos sujets avant même de pouvoir prononcer un mot.

Laë crispa ses mains puis son regard se durcit. L'espace d'un très court instant, un éclat rougeoyant passa dans ses iris. ayreb le it et clgna des yeux. Il avait disparu et donc il le considéra comme une hallucination, ce qui n'était pas le cas. La Reine planta un regard noir sur Koah et dit avec un ton sec et menaçant :

- Vous ne pourrez pas dire que je n'avais pas mis en garde ni que je bluffais parce que quelque chose, un éclat peut-être vous aura fait douter. Je n'aurais qu'une parole de femme, de souveraine. Ne l'oubliez jamais !

Elle fit volte-face et s'avança vers Andrew qu'elle aida à se relever. Elle l'accompagna alors vers un centauris devant les regards effarés des lydéens. Ayreb beugla :

- Où vous allez comme ça ?

- A Oderne, essayez donc de m'en empêcher !

Le visage d'Ayreb vira au rouge écrevisse et d'instinct, il serra son poing, faisant douleureusement craquer l'épaule de Koah qu'il tenait pour le garder agenouillé. Mais la voix d'Andrew brisa le silence et stupéfia tout le monde :

- Non... non... j'accepte... les conditions... d'Ayreb... et de...

Il hésita longuement avant de prononcer son prénom puis se ravisa :

- L'autre...

Laë lui demanda à voix basse :

- Vous êtes sûr de votre choix ?

- Oui... je veux que ce salaud crève de votre main...

Son regard se posa sur Ayreb et elle acquiesça, à nouveau un étrange reflet rouge passa sur ses iris. Andrew ne put le voir mais Ayreb qui observait la reine le visage crispé par la haine ne le manqua pas. Jamais il ne plierait devant une femme aussi, il ordonna :

- Parfait ! Préparez les navires nous rejoindrons Oderne par la voie des eaux ! En attendant, amenez-moi ces deux esclaves dans mon manoir. Soldats, vous êtes désormais sous mes ordres. Vous me servirez de première ligne. Je n'apprécie pas qu'on conteste mes ordres. Le petit être stupide qui osera le faire sera molesté, durant toute une journée avec la crosse d'une épée par un des soldats hankiens.

- N'oublies pas que tu as juré, Ayreb... et que tout le monde sera libre après la fin de la guerre.

Ayreb se contenta d'un léger signe de tête et ordonna à deux hommes d'emmener Koah et Andrew chez lui avant que le petit convoi ne parte il ajouta, l'air mauvais !

- Je veux qu'ils soient attachés l'un à l'autre et qu'on les enferme dans une cage si petite que leurs peaux se colleront inexorablement. Faites en sorte qu'ils n'aient pas assez d'espace pour pouvoir bouger le petit doigt... Nous partirons à l'aube.

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1931
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 03 - Salvation.   Mar 2 Sep - 8:55

Deux heures plus tard, le cor de Davik résonnait toujours dans le calme de la nuit maintenant totalement tombée. Depuis les immenses baptises construites sur les pilotis jusqu’aux tourelles de gardes séparant les différents quartiers, Hanka était animée d’une agitation toujours plus grandissante. Les hankiens se préparaient pour la guerre. Des mousses chargeaient de nombreuses cargaisons dans les calles des différents navires qui faisaient le plein d’armes et surtout d’hommes. Ayreb avait été clair dans ses instructions. Il voulait que ses hommes se préparent à la victoire et les différentes familles alliées mettaient tout en œuvre pour réaliser cet objectif.

Assit autour d’une table de réunion, le conseil de guerrière hankien s’était réuni et palabrait avec sérieux depuis plus d’une heure. Devant les six généraux qui avaient prêté allégeance au chef d’Hanka, Meecham montrait des points précis sur une immense carte, expliquant avec Loeb et Lycos tout ce dont il savait sur l’armée de Cécrops et son invasion. Les lydéens semblaient à la fois inquiet mais également très impressionné par l’organisation militaire de la cité. Hanka était peut-être barbare dans ses façons d’agir la plupart du temps, mais lorsqu’il s’agissait de faire la guerre, elle avait une discipline et une rigueur que même Lydée n’avait pas. Nul doute que tous ces hommes savaient ce qu’ils faisaient.

Tout en fixant Ayreb dans le blanc des yeux et en tâchant de ne montrer aucun signe de faiblesse malgré son passage à tabac d’il y a quelque jours, Meecham dit :

« L’armée de Cécrops et la sorcière capable d’ouvrir une nouvelle faille se trouvent là-bas, près du Mont Kobol. Ils sont environs un millier et ils possèdent des éléphants de guerre. Ils pacifient toutes cette zone afin d’établir une citadelle tout autour de la vallée et de pouvoir ouvrir une faille capable de faire passer des milliers d’hommes de Jalane à votre monde. Nous n’avons plus beaucoup de temps. »

Lycos regarda Laë assise en bout de table, en face du chef d’Hanka. Il s’exclama :

« Vous pensez que Dorthal pourrait aider à ouvrir une nouvelle brèche ? »

Un homme d’une quarantaine d’année à l’épaisse barbe poivre et sel et au pied duquel était enchaînée une esclave nue, tapa du poing sur la table pour attirer l’attention vers lui. Il demanda d’une voix sinistre et dépourvue de sympathie à l’égard des lydéens et de la reine :

« Quel est l’intérêt pour Dorthal de s’allier avec les jalaniens ? Si ce que vous prétendez est exact, les jalaniens veulent détruire tout ce qui n’est pas comme eux… et jusqu’à preuve du contraire ma jolie, ta putain de clique vivant de l’autre côté des rocailles ne répond pas à leurs critères de sélection pour la survie. Il viendra un moment où les jalaniens se retourneront contre eux. »

**********
L’odeur dans la pièce était atroce. Il y faisait chaud et très humide, et il y sentait fort le sang et le sperme. Les hankiens avaient enchaînés comme ordonner, Andrew et Koah ensemble et ils les avaient placé dans une très étroite cage en fer suspendue à un mètre au-dessus du sol à l’aide d’une chaîne. Le mouvement de balancier était lent et régulier. A leurs pieds, dans la paille gisaient des esclaves de toutes sortes, hommes et femmes, souillés et humiliés. Ils semblaient n’attendre que la mort. Quelques sanglots brisaient le calme de ce cachot.

Au bout d'une pique, à l'entrée de la pièce se trouvait la tête de Kali qu'Ayreb était venu exiber comme un trôphée, promenant que s'ils tentaient quoique ce soit pour s'échapper, les leurs lui tiendraient compagnie.

Le corps contre celui d’Andrew, Koah tentait de faire abstraction de cette peau qui lui semblait pourtant si familière. Il tentait d’oublier que c’était le souffle de son mari qui glissait dans son cou et que c’était sa sueur qu’il sentait là. A chacune de leurs respirations, leurs ventres se touchaient, se pressaient l’un contre l’autre, les tekalis de Koah caressaient les poils d'Andrew, alors que leurs cuisses s'effleuraient inévitablement. Ils étaient si à l’étroit dans cette cage qu’il était impossible pour eux de tenter de s’asseoir ou même d’éviter tout contact. Les barreaux grattaient la chaire et les obligeaient sans cesses à se reposer le moins possibles contre eux.

Depuis plus d’une heure maintenant, Koah fixait Andrew. Le chef de Lydée était impassible, droit, totalement silencieux, et il respirait très lentement comme s’il attendait simplement son sort. Son regard vitreux ne fixait rien, ni personne. Il semblait tellement vieillit, tellement à bout de tout. Koah avait un pincement au cœur. Si Ayreb les traitait de la sorte c’était pour les faire souffrir davantage, et cela marchait à la perfection.

Koah eut un sourire triste et amer. Il murmura :

« Je suis ta punition. Il n’aurait pas pu trouver mieux. Est-ce donc si dur de dire mon prénom ? De me toucher ? Ai-je donc perdu toute valeur à tes yeux ? »

Il ne reçu aucune réponse, comme si Andrew ne l’écoutait pas. Le chef Lydéen semblait être ailleurs, ou du moins il en donnait l’impression. Koah grimaça et il réprima le besoin puissant de fondre en larmes. Ses yeux se noyèrent rapidement de gouttelettes qui menacèrent de tomber à chacun de ses battements de cils. Il continua, la voix brisée par la tristesse :

« Laë se trompe. Je ne veux pas t’accabler davantage en m’alliant à Ayreb, et même si j’ai en moi une rage qui réclame vengeance pour ce que tu m’as dérobé, je ne souhaites pas ton malheur. Pour ton fils, tu as détruit ce que je pensais être ma vie, mes souvenirs, ma famille et mes enfants. Pour lui tu m’as arraché le cœur. Tu ne peux pas baisser les bras maintenant que nous sommes revenu. Ce serait tellement injuste. Tu m'aurais fait tant de mal pour rien. J’espère que revoir ton fils une dernière fois te convaincra de te battre à nouveau pour ce monde, pour le monde où il est né et auquel il appartient. Ce monde Andrew, tu as voulu le retrouver à tout prix alors bats-toi pour le préserver. Veux-tu vraiment qu'il vive dans un monde gouverner par ton frère ? Tout ce que j'ai dis, c'était uniquement pour le convaincre d'accepter de te laisser le revoir. »

Un épais silence s’abattit dans le cachot. De temps en temps, une femme gémissait dans une mare de sang. Koah détourna finalement les yeux d’Andrew et il appuya le coin de son visage contre l’un des barreaux de fer de la cage. Son poignet enchaîner à celui du chasseur restait impassiblement immobile.

« Si il y a bien un sentiment puissant qui me reste de Torsha, c’est bien celui de croire en Cheera. Même cette déesse à l’âme noire savait que Cheera détenait l'unique vérité. Si la déesse t’a choisie, c’est parce que tu es… »

Il hésita quelques secondes.

« Le seul capable de nous guider. »

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1795
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 03 - Salvation.   Sam 6 Sep - 1:33

Dans un état préoccupant, Andrew ne desserrait pas les dents. Il entendait la voix de Koah, lointaine... pourtant chacun de ses mots lui étaient comme murmurés. Il comprenait mais n'avait pas envie de parler. Pour tout dire il n'avait envie de rien. Il respirait lentement dans l'espoir que ses poumons cessent de le maintenir en vie... mais bien entendu, il ne se passait rien. Les derniers mots de Koah le firent réagir de façon violente et assez innattendue. Aveugle, il ne voyait pas la posture du glaneur et en voulant tourner la tête, il se cognèrent dans un bruit assez important qui résonna dans la pièce. Il grimaça et fut tenté de porter la main sur son crâne. Il n'en fit rien car il savait que dans le cas contraire ses doigts allaient effleurer le torse du glaneur. Sa voix se vit sèche :

- La ferme !

Puis elle se radoucit un peu et redevint presque d'outre-tombe...

- Tu es prêt à te vendre encore une fois... comme avec Torsha... pour des raisons que tu juges nécessaires ! Or, je n'ai pas demandé à revoir Logan... vous lui auriez expliqué que je n'avais pas survécu... c'est tout... et j'aurais demandé à Ayreb qu'il ne me voit plus jamais... ça aurait été moins douloureux... je ne pourrais même pas l'embrasser... lui non plus...

Une larme roula sur sa joue et il reprit, la mine sombre :

- Tu crois que je peux oublier et accepter ce que tu as fait.... mais non, j'en suis incapable. J'ai trahi mes promesses, j'ai renié mes engagements... par ta faute... et celle de Danaé. Je te déteste... pour tout ce que tu m'as fait. Je n'avais rien demandé, moi ! Alors que toi, tu as accepté de te vendre à Torsha sans vergogne... pour satisfaire un pseudo bonheur. Un bonheur que tu as perdu ! Tant pis pour toi...

Les mots étaient durs mais Andrew avait trop de rancoeur pour les garder à l'intérieur de lui. Il n'y avait cependant aucune colère dans ses gestes ou dans sa voix. Ce seul moteur de vie s'était envolé et avait laissé derrière lui une coquille vide dont l'amertume était le seul fluide vital encore en action. Un silence pesant s'installa, qu'il brisa à nouveau :

- Il y a un avantage... c'est que même si je ne peux plus viser avec mon arc, que je ne sers plus à rien, je ne le verrais pas pleurer...

**********


Laë regarda longuement Ayreb, le visage insondable. Elle avait perdu son sourire et sa bonne humeur, faits rares puisque même lors de ses disputes avec Jewel, elle avait toujours su contrôler d'une main de fer ses nerfs. Sans même accorder un regard au hankien, elle répondit :

- Si je connaissais les ambitions de Dorthal, je ne serais pas ici à organiser un assaut avec vous. Mais je suppose que je peux essayer de fonder ma théorie. Il a toujours été prêt à tout pour arriver à quelque chose. Dans son entraînement, dans ses idées, c'est quelqu'un de persistant et de perspicace aussi. La bête qu'il a envoyé est nommé chez nous un Eliminateur. Cette créature ne désire qu'une chose détruire les âmes tourmentées. Elle me visait sans doute parce que Dorthal m'a jugé trop faible pour lui résister. Il a fait erreur, comme il est en train de faire s'il croit manipuler Cécrops... Par nature, un homme est toujours changeant et peu fiable, c'est pour cela qu'Yrilia n'a généralement qu'une Reine.

Elle lança un regard froid autour d'elle puis reprit, en tapant de ses doigts fins sur la table :

- Je crains que sans Andrew pour rallier Oderne, tu ne puisses pas faire grand chose Ayreb. Les communautés ne s'allieront pas autour d'un bourreau... Tu as peut-être des fidèles serviteurs à Hanka mais en dehors tu es un barbare.

Le chef d'Hanka lui adressa un regard assassin et répondit, le voix ferme et mauvaise :

- Toi la salope, je n'ai pas demandé ton avis... tu as peut-être réussi à te faire entendre auprès de ces enfants de catin, mais ici, c'est ma table, c'est MOI qui fait la loi et qui dit qui peut parler... C'est aussi moi qui dit qui écouter. Je ferais comme je l'entendrais nécessaire. Nous encerclerons leur position par l'ouest avec les troupes d'Oderne et les vermines de Lydée... pendant ce temps, nous prendrons les points stratégiques... les flancs de montagnes et de reliefs... pour peu qu'il y ait de la rocaille, cela devrait permettre de les écraser par surprise... Les Augures s'arrangeront pour que les plaies restent ouvertes. Une fois la première ligne enfoncée, tout le monde se repliera... sauf Andrew. Nous négocierons un échange...

- Pas question !

Les lydéens désapprouvèrent de la tête mais se firent plus discrets sous les regards lourds des soldats hankiens. Ayreb reprit, en se levant faisant face à Laë de toute sa grandeur. Il y avait une telle tension entre les deux qu'on aurait pu voir jallir des éclairs de leurs yeux.

- Pendant que nous proposerons cela, les troupes s'arrangeront pour trouver un autre endroit... dans les fourrés pour attaquer à nouveau par surprise. Les archers d'Oderne et ceux de Lydée auront la tâche de tirer à l'aveugle autant de flèches qu'ils le pourront dans la masse. Ensuite... nous enverrons les bêtes...

Un silence s'installa et Loeb demanda d'un voix légèrmeent enrouée :

- Quelles bêtes ?

- Celles que nous soumettons, abruti... des raptors et des unicornes... ce sont des sangliers avec une défense préominente sur le museau... de quoi éventrer plusieurs ordures sur son chemin. Sinon, nous avons aussi de chiens-loups et quelques tigres blancs... on les garde pour des combats à mort mais ils seront plus utiles... Nous avons un avantage certain, c'est que nous sommes sur notre terrain... eux ignorent ce qu'ls vont découvrir ici.

Une lueur malveillante passa dans son regard puis il ordonna :

- Préparez vos armes et tout le nécessaire... s'il le faut utilisez les bateaux temple pour transposrter le bétail. Tout doit être prêt dans deux heures !

Il se leva et Loeb demanda :

- Vous allez où ?

Ayreb avança vers la sortie et répondit, un sourire moqueur aux lèvres :

- J'vais baiser !

Les hankiens éclatèrent de rire et la porte se referma lourdement sur des lydéens décontenancés.

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1931
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 03 - Salvation.   Sam 6 Sep - 10:05

Koah souffrait et il ne put retenir plus longtemps ses larmes. Celles-ci coulaient le long de ses joues abondamment alors que son corps était parfois secoué par un hoquet causé par le chagrin. Chaque mot d’Andrew était comme un coup de poignard en plein cœur. Le jeune homme ne pouvait se contrôler malgré tous ses efforts. Andrew lui piétinait le cœur et l’âme sans retenue. D’une voix qui ne cachait aucunement sa peine, Koah s’exclama :

_ Tu t’entends ? Es-tu conscient de tout ce que tu me dis là ? C’est injuste. Ne me blâme pas Andrew ! Ne me tiens pas pour responsable de tout ceci. Vous m’avez abandonné dans les catacombes. Gürkan m’a tué. Lydée était détruite et je pensais ma famille décimée. Il n’y avait plus rien. Plus que de la douleur. J’étais esclave à Hanka, devenu la putain des seigneurs de guerre ! Je voulais oublier ce mal qui me rongeait et qui me brisait l’âme. Ma vie n’avait plus de sens. En aucun cas je ne désirais vivre la vie que j’ai vécue avec toi dans le monde de Danaé. En aucun cas on ne m’a promis que tu serais miens et que j’allais te forcer à briser tes promesses envers elle.

Il réprima un sanglot qui fit dérailler sa voix mais il continua sur un ton toujours ampli de chagrin :

_ Danaé a voulue protéger mon âme. Mais je n’ai rien demandé moi non plus.

Le ton de Koah monta :

_ Je n’ai pas demandé à être ressuscité. Pas demandé à ce que les furies exacerbe mes sentiments pour toi. Pas demandé a ce que tu viennes me chercher dans le monde de Danaé. Pas demandé qu’on m’arrache à cette vie que j’aimais. Même si je sais que c’était une illusion, j’aimais ma vie là-bas bien plus que j’aime celle d’ici où je n’aurais de cesse de faire pénitence et où je suis à tes yeux coupables de tous les maux du monde. Tu n’as pas brisé ta promesse envers elle. Rien de tout ce que nous avons vécu n’a existé. Ces souvenirs s’effaceront avec le temps… comme un mauvais rêve. Il n’y a qu’elle. Qu’elle pour toi.

Koah pinça ses lèvres sèches, puis une plainte sonore s’échappa de sa bouche. Dénigré la vie qu’il avait en mémoire était difficile, mais il le fallait pour tenter d’apaiser la souffrance d’Andrew. Même si le chef de Lydée était cruel envers lui et même si Koah le tenait pour responsable de sa peine d’aujourd’hui, le jeune homme ne pouvait ne pas l’aimer. L’amour pour lui était le seul sentiment qui à la base était vrai. La graine avait certes germée bien trop vite, mais elle n’était pas le fruit d’une magie quelconque. C’était de l’amour comme seule Cheera pouvait en créer.

Le jeune homme renifla et détourna le regard qu’il tenait posé jusqu’alors sur le visage sans émotion chaleureuse d’Andrew. Il laissa s’écouler quelques secondes pour réfléchir, puis il demanda :

_ Tu baisses les bras, alors ? C’est fini ? Tu revois ton fils une dernière fois, tu lui dis adieu et tu acceptes ton sort ? Je vais porter le fils de ton frère, le fils d’un homme que je méprise pour rien ? J’espérais vraiment que parler à ton fils et l’entendre te redonnerait la foi en Cheera et l'envie de te battre.


Dans un élan d’affection, Koah ne réussi pas à réprimer l’envie puissante de s’emparer d’un doigt d'Andrew. Sa main glissa contre celle de l'homme qu'il concidérait malgré tout comme son époux. Entravé l'un à l'autre, il ne lui fallu pas chercher longtemps le contact de la chaire. Il supplia :

_ Pardonnes-moi Andrew. Je te demande ton pardon pour le mal que je t'ai fait.

**********
Après de longues minutes de préparatifs affairés, Lycos sortit la tête de son paquetage. Les lydéens étaient rassemblés dans le grand réfectoire sous la surveillance de quelques hankiens. Dans la demeure du chef d’Hanka, l’effervescence était à son comble. Partout les soldats vaquaient à leurs occupations. De temps en temps, un augure passait devant les portes les bras chargés de potions et autres ustensiles vaudou appartenant à Shäleen et à Kali.

Les yeux posés sur Wilreed que les hankiens avaient enchaînés au coin de la pièce pour mieux l’humilier et l’insulter, Lycos demanda :

_ Pensez-vous qu’on devrait les avertir que Koah est capable de leur ordonner ?

Meecham suivit son regard vers le rongmol. Wilreed ne devait sa survie qu’à sa docilité. Le fils de Torsha se soumettait comme une vulgaire créature, ordre de Koah. La dévotion de la bête face aux ordres du jeune glaneur était sans équivoque. Même lorsqu’on lui urina dessus, Wilreed ne broncha pas, restant simplement tête basse.

Le jalanien dit :

_ Je pense qu’il faudrait garder cela pour nous pour l’instant. Si effectivement Koah est capable de les rassembler tous sous ses ordres, alors il pourrait nous être très utiles. Ne donnons pas à Ayreb toutes les cartes.

Karl déposa un regard noir sur le rongmol et il intervint :

_ Ce sont des créatures du mal. Envoyons les au combat se faire décimer en premier. De toute façon, il faudra bien débarrasser nos contrées de ces créatures un jour ou l’autre. Servons nous en comme de la chaire à canon. Envoyons les en première ligne semer le chaos dans le rang ennemis.

Les guerriers assit à la table semblèrent réfléchir et certain opinèrent face à cette idée. Lycos échangea un regard avec Meecham qui ne paraissait pas de cet avis. Il proposa :

_ Nous pourrions en avoir besoin pour autre chose… comme aider à libérer Andrew des griffes d’Ayreb. Andrew est notre chef. Nous lui avons prêté allégeance, et il n’est pas question de laisser Ayreb l’échanger avec qui que ce soit, ou même s’en servir d’appât.

Alors qu’autour de la table les pour et les contres concernant le destin des rongmols et d’Andrew s’opposaient, Meecham reporta son attention sur Laë. La reine était assise au bout de la table. Il se leva, prit un peu d’eau et alla prendre place à côté d’elle. Il lui murmura :

_ Je me posais une question votre Altesse. Cet Eliminateur… ? Vous ne pensez pas qu’il était ici pour Andrew ? Dans le combat, c’était au-dessus de lui qu’il se trouvait. Et c’est Andrew qui est depuis son retour de la stèle d’Okan complètement anéanti. Que lui est-il arrivé ?

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1795
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 03 - Salvation.   Dim 7 Sep - 0:34

- Je ne peux pas... je ne veux pas te pardonner. Je veux que tu souffres autant que j'ai souffrir dans le monde Danaé... tu as violé mon âme... on m'a imposé une vie que je ne voulais pas ne faisant fi de ce que je pensais... de ce que j'aimais... tu ne peux pas t"imaginer le mal que tu m'as infligé... et ce serait trop facile que tu t'en tires de la sorte !

Il retira vivement sa main se cognant le coude contre un barreau en fer. Puis il poursuivit, l'air perdu au loin :

- Tu veux quoi... que je me comporte comme on m'y oblige ? Que je fasse comme si rien n'était ? Toi qui a perdu tes enfants et l'amour de... l'autre..., ne me dis pas que tu ne peux pas comprendre. Je le vois à ta façon de faire... tu as toujours tenu à garder les choses pour toi, surtout lorsqu'elles te blessent !

Sans le vouloir il avait évoqué son souvenir du monde de Danaé et le fait qu'il avait appris à connaître celui qui avait été malgré lui son époux... Il ajouta, amer :

- Tu sais très bien que je ne pourrais jamais oublier... et que toi non plus. Ce n'était pas un simple rêve... c'était réel, nos âmes l'ont vécu ! Et nous ne pourrons jamais effacer ce souvenir...

Ses yeux bleus fixèrent Koah sans vraiment le vouloir par réflexe, ils cherchaient encore sur les côtés un peu de lumière, avec un brin d'espoir mais bientôt, Kant le savait, ils cesseraient de bouger... Il y eut un court silence que la voix lasse du chef de Lydée rompit :

- Me battre ? Je suis aveugle... et même sans l'être Ayreb est plus fort que moi. Je ne peux pas gagner contre lui... Il n'acceptera jamais de me rendre ma liberté et de me laisser revoir Logan. Tu as vendu ton corps pour rien... l'enfant que tu porteras, je ne le verrais certainement pas naître... parce qu'il m'aura tué avant.

- Je ne le crois pas...

Pendant qu'Andrew parlait, Ayreb été entré dans la pièce sans faire de bruit. Il leur lança un regard amusé et de dégaîna son épée. D'un geste puissant et dans une gerbe d'étincelles il coupa le chaîne d'acier qui retenait les deux lydéens en suspension. La cage tomba lourdement sur le sol et il approcha en disant, ironique :

- J'apprécie que les vaincus se soumettent et qu'ils admettent ma supériorité. Tu n'aurais pas eu le même sang que moi, je t'aurais gratifié de ma semence mais puisque tu es un bâtard de notre père, je me contenterais de t'accorder de pouvoir parler à ton fils quelques secondes de plus. Ne me remercie pas tout de suite, tu pourras lui dire que tu es un bon à rien... et pleurnicher sur ton sort.

Il ouvrit la cage à l'aide d'une clé puis attrapa Koah sans ménagement, pour l'en sortir. Il claqua violemment la porte et verrouilla la serrure.

- Si tu me permets, je vais apprendre à ton... ami, que s'il veut satisfaire quelqu'un, il lui suffit de me servir de trou. Au fait, loin de moi l'idée de te faire de la peine, mais, je ne compte pas te libérer... tu es à moi jusqu'à la fin de tes jours, comme Koah... je veux que tu vives assez longtemps pour te faire cogner par mon héritier... je veux qu'il soit digne de son père et qu'il sache qu'il existe un Kant lamentable... peut-être même qu'il connaîtra ton bâtard...

Avec un petit sourire en coin, il donnant un violent coup de pied dans la cage ce qui eut pour effet de la renverser. Andrew se cogna la tête contre la paroi en fer tandis que le chef d'Hanka agrippa Koah par le cou pour le relever d'un geste. Il récupéra deux autres femmes sur son passage en les tenant par les cheveux puis amena tout ce petit monde dans une salle dont l'odeur rappelait étrangement celle d'une écurie tant la sueur et les pieds y avaient établi domaine. Un relent qui ne fit aucun effet sur Ayreb mais qui souleva le coeur des deux jeunes femmes. Il claqua la porte et jeta avec vigueur tout ce monde par terre. Il posa son épée sur un meuble et tout se massant l'entrejambe, il prit Koah par le visage pour le redresser et lui donna dans la main un fouet à crochets. Il ordonna :

- Déshabille-les et fouettes-les ! Si tu refuses... je m'en chargerais moi-même... je suppose que tu sais ce que ça veut dire ?

*****


Laë était resté silencieuse devant le destin d'andrew, ce qui ne lui ressemblait pas. Lorsque Meecham vint près d'elle, elle écouta attentivement sa question et répondit à voix basse :

- Il était là pour moi... Dorthal a du penser que j'avais l'âme meurtrie de me sentir poursuivie et chassée par les miens. Ce qui n'est pas faux... il aurait réussi son coup si Andrew n'avait pas été là. Ma magie ne peut rien face à un éliminateur... elle les attire, tout ce qui est magique l'attire. Du moins, tout pouvoir donné par un Dieu. Les secrets de mon peuple sont solidement gardés par Kirion mais je sais que si je peux me protéger c'est grâce à lui. Andrew détient le pouvoir de Cheera, ce qui explique que la créature ne s'en soit pas prise à Koah. Lui a la magie dans le sang... dans l'âme... bien que Torsha lui ait laissé des traces qu'il ignore. Je suppose qu'il devait l'attirer un peu également mais Andrew était l'être à l'âme la plus meurtrie à cet instant-là.

Loeb qui était assis non loin écoutait l'oreille tendue et il demanda, sur un ton de confidence :

- A quoi servent ces créatures, comment pouvez-vous les laisser exister ?

- Il en reste encore six maintenant qu'Ayreb a tué celle-ci... elles sont la main de notre Justice contre les fuyards et les meurtriers. Kirion les a invoqués pour qu'elles traquent les âmes coupables et perverties et rendent justice. Seul un mage puissant peut les contrôler... Dorthal a donc acquis plus de pouvoir que je ne l'avais imaginé... J'ignore comment...

- Que pensez-vous si nous utilisions les Rongmols pour libérer Andrew ?

- Ce serait stupide.

Cette fois tous les lydéens avaient les yeux rivés sur elle. Loeb était resté si surpris qu'il n'arrivait pas à fermer la bouche. Voyant les regards dégoutés de quelques uns, elle se justifia :

- Aussi nombreux les Rongmols puissent-ils être, jamais, ils ne pourront utiliser leur puissance pour mettre les hankiens hors d'état de nuire...Les envoyer sur Hanka en a décimé une grande partie... Vous avez vu ce que ça a donné. Ils ont été massacrés. Les hankiens sont trop forts pour eux. Et une fois que nous les aurons trahis, Ayreb aura gagné le droit de ne plus tenir sa promesse. Il asservira tout le reste de l'île et se fera un mâlin plaisir de tuer et de violer ce qu'il trouvera sur son passage... Sans compter qu'il pourra faire du mal à Logan... La seule chose qui tienne à Andrew, c'est l'assurance que ceux qu'il aime soient protégés. comme beaucoup ont pu le remarquer, sa vie lui importe bien peu...

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1931
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 03 - Salvation.   Dim 7 Sep - 11:32

Koah se raidit d’un air offusqué lorsqu’Ayreb lui mit le fouet dans la main. Oui, il savait ce que cela voulait dire. Il savait que si c’était le chef d’Hanka qui les châtiait, les jeunes femmes souffriraient le martyr. Il les battraient jusqu’à ce que mort s’en suive. Si elles étaient dans ce cachot, c’était que leur vie n’avait plus aucune valeur. Koah ne pouvait pas ne pas le faire. Au risque de s’en vouloir toute sa vie, il préférait lever lui-même le fouet que de laisser ce barbare les rosser à mort.

Après avoir échanger un regard remplit de mépris avec Ayreb, Koah s’exécuta. Il se pencha vers les deux malheureuses et avec douceur, il entreprit de les dévêtirent de leurs haillons poisseux. Les femmes ne dirent pas un mot, têtes basses et visiblement résignées à subir leur sort. Elles tremblaient malgré la chaleur oppressante de la pièce. Le jeune lydéen tenta de les rassurées d’un regard mais celles-ci ne relevèrent jamais les yeux dans sa direction. Soumis, Koah rejoignit Ayreb, puis quelques secondes il regarda le fouet, analysant à l’aide de ses doigts les crochets au bout. Ils étaient tranchants et pointu comme la lame d’une épée en kétine. Ayreb n’avait pas choisi ce fouet par hasard. Il ferait forcément souffrir les deux esclaves, plus que fouet traditionnel.

Koah prit une grande inspiration, puis le fouet claqua contre la chaire d’une malheureuse qui cria sa douleur. Le crochet laissa une marque ensanglantée sur la peau. Suivit d’une deuxième, puis d’une troisième. Koah modérait au mieux ses coups, tentant de trouver le juste milieu qui pourrait satisfaire Ayreb mais également épargner le plus de douleur aux femmes. Le dos des malheureuses était zébré de coups de part et d’autres, et le sang ruisselait tout autour d’elles. Koah continua le supplice quelques minutes, puis à un moment donné, il ne supporta plus cette vision d’honneur, ni même leurs plaintes de douleurs. Il se tourna vers Ayreb et lui jeta le fouet aux pieds. Il s’écria avec colère, oubliant de le vouvoyer :

_ Es-tu obligé d’être aussi monstrueux ? Qu’est-ce que cela t’apporte de me faire les châtier ? Tu as gagné, nous te sommes soumis. Tu es mon maître, tu es le maître de ton frère et bientôt je porterais ton fils. Tu es le vainqueur. N’en as-tu jamais assez Ayreb de tant de violence ? N’en as-tu jamais assez d’être un monstre de cruauté ?

Il lui lança un regard courroucé puis il arracha d’un mouvement d’humeur du poignet la loque qui lui servait de pagne. Il se retrouva nu devant le guerrier et il écarta les bras comme pour montrer son être. Il tentait de faire oublier les deux malheureuses dont il avait interrompu lui-même les sévices.

_ Laisses-les tranquille pour l’amour de Cheera. Contentes-toi de me baiser, qu’on en finisse et part faire la guerre. Il fut un moment où c'était du plaisir que tu voulais m'offrir, et non ça.

**********
Marat s’exclama :

_ Pourtant il faudra bien venir en aide à Andrew à un moment où à un autre. Je doute sincèrement que les Oderniens s’allies de bon cœur avec Ayreb sans lui. Il est jusqu’à preuve du contraire, le chef de Lydée et l’élu de Cheera.

_ Quel élu ! se moqua avec une pointe d’amertume un soldat de Karl. Il est aveugle et dépourvu de l’envie de vivre.

Lycos tapa du poing si fort sur la table que quelques gobelets renversèrent la bière brune hankienne qu’ils contenaient. Les lydéens fixèrent le jeune guerrier avec étonnement. C’était la première fois que celui-ci haussait le ton et paraissait réellement en colère. Lycos planta son regard dans celui de la reine et avec une pointe d’agacement, il tonna :

_ Pourquoi ? Que lui est-il arrivé bon sang ? Koah laisse entendre qu’il lui a fait subir une horrible chose impardonnable. Que s’est-il passé à la stèle d’Okan ? Qu’on vécu Andrew et Koah pour que notre chef perde jusqu’à l’envie de vivre ? On dirait que son âme est en lambeau !

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1795
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 03 - Salvation.   Jeu 11 Sep - 1:01

Ayreb eu un sourire satisfait d'un formidable coup mouvement de bras, sa main percuta le visage le visage de Koah avec violence et l'étala par terre. Le coin de ses lèvres était ensanglanté mais, le glaneur avait sans doute été plus surpris que sous le signe d'une vive douleur. Le chef d'Hanka approcha et posa son pied sur sa main gauche en insistant bien pour l'écraser :

- Ne me parle plus jamais sur ce ton... où tu le regretteras amèrement...

Il s'agenouilla, promenant sa main sur le ventre de Koah mais gardant tout son pied sur ses doigts.

- Il fut un temps où toi, tu m'obéissais... ou être honoré par ma personne ne t'apparaissait pas comme un fardeau mais comme un honneur... un temps où tu te délectais de me voir fouetter les esclaves... les temps changent...

Sa main descendit sur son pubis et s'y arrêta. Il lança un regard instant à Koah et poursuivit :

- C'est très noble... ce que tu as fait pour Andrew... tu sais pourtant comme moi qu'il ne le mérite pas... et s'il y avait une chose que ce bâtard de Kant, notre père savait faire... c'était baiser la première venue... Ma mère y compris. Sais-tu ce que ce salopard lui a fait ? Elle en est tombé amoureuse et dès les premiers jours, il l'a violée et battue... neuf mois plus tard, je suis né... dès qu'il a appris que ma mère attendait un enfant, il l'a vendue à un marchand d'esclave qui à son tour l'a battue et violée. Ce sont des secrets que j'ai toujours gardé pour moi, tout le monde l'ignore, parce que tout ce qui en ont été témoins, je les ai tués. Ma mère est morte lorsque j'avais six ans... comme une chienne, elle n'a pas même pas eu de sépulture... j'étais gosse mais ça ne m'a pas empêché d'égorger ce fils de pute.

Il plaqua ses yeux impassibles dans les siens. L'air de famille avec Andrew était plus que jamais omni-présent.

- L'amour de Cheera, dis-tu ? Mais quel amour ? Ma mère me détestait... elle n'arrêtait pas de me dire que j'étais un bâtard... que je n'aurais jamais du exister... j'ai vécu dans la haine. Et regardes où j'en suis, je peux avoir ce que je désires rien qu'en l'ordonnant... et vous deux... avec votre sentiment d'amour ? Vous subissez le même sort que ma mère... vous êtes esclaves, incapable de vous défendre et de tuer lorsqu'il le faut.

Il prit le visage de Koah entre ses mains sans serrer et ajouta, la voix froide :

- Le même sentiment d'amour que tu éprouves pour Andrew... et qui t'a poussé à te sacrifier et à m'offrir un mâle... jusqu'où ce pathétique sentiment vous poussera-t-il ? Andrew a réagi pareil que toi... pour sauver Logan, il était prêt à se sacrifier... et il l'a fait... au lieu de combattre, de se battre. Comment peux-tu aimer un type comme lui qui n'a jamais rien fait d'autre que se retrancher dans le passé ?

Il se releva et écarta enfin son pied des doigts rouge sang de Koah. il ramassa le vêtement de Koah et le lui jeta à la figure. Il ordonna :

- Remets-le. Ce soir, c'est pas toi que je baise... mais elles... toi tu vas simplement nettoyer leur sang. Savais-tu que l'esclavagiste qui possédait ma mère avait un rituel ? Avant de la violer, il la fouettait avec des tiges de torture... il disait que c'était pour les faire mouiler comme des salopes... ensuite, il enduisait ses mains du sang de ma mère et le mélangeait à son sperme pour me l'étaler sur le visage. Pour que je me souvienne que bientôt ce serait mon tour. Le plus intéressant dans l'histoire, c'est qu'il a longuement saigné avant d'expirer et même si j'étais jeune, ça m'a fait jouir intérieurement...

Il empoigna les deux jeunes femmes par les cheveux pour les relever et le agenouilla devant lui. Il sortit son sexe de son pantalon et serra leur visage dessus pour qu'elles s'en occupent. Il essuya le sang de l'une d'entre elles et l'étala su son pénis durcissant.

- Cette nuit, tu dormiras par terre, je te conseille de bien nettoyer... L'amour de Cheera n'est rien comparé au sexe de Crya... ou au courage de Davik... mais, ça, tu ne pourras jamais comprendre... Regardes bien comment elles s'y prennent... parce qu'avant de porter mon fil, tu devras me satisfaire !

*******

- C'est malheureusement le cas... L'esprit d'Andrew n'a pas toujours été simple à cerner... sauf lorsque Logan a failli mourir. Il faut que vous compreniez qu'il n'est pas l'homme que vous croyez. Il s'en veut de beaucoup de choses. Déjà, j'avais pu sentir un mal être... mais pas depuis la torture de Kâli... depuis qu'Ayreb lui a fait pénétrer l'esprit d'Andrew, il n'est plus le même... il y avait une grosse rancoeur... Mais là encore ce n'est rien à ce qu'il ressent maintenant... Lorsque vous êtes revenu, Andrew était incapable de maîtriser ses pensées... en plus du fait qu'il soit aveugle, une telle haine l'habitait qu'elle irradiait son être.

Elle marqua une longue pause avant de poursuivre :

- L'esprit de Koah était aussi souffrant mais il arrivait à en garder le contrôle. Il ne fait aucun doute que votre ami est destiné à bouleverser le monde et utiliser la magie... une grande force l'habite. Andrew ne l'a pas. Dans le monde de Danaé, la magie l'a obligé à rompre une promesse qu'il avait faite... et comme Koah était à l'origine de ce qu'il a vécu, il le tient responsable. S'ils n'ont pas voulu en dire plus je respecte leur choix. C'est tout ce que vous devez savoir.

Un nouveau silence et elle termina, sur un ton ferme :

- Lorsqu'Ayreb l'a privé de toucher Logan... alors qu'il savait qu'il était aveugle et qu'il l'a condamné à être son esclave, tout est devenu très silencieux... je n'ai plus ressenti la violence qui volait dans tous les sens. Son âme est brisée... sans doute de façon définitive. Et son esprit est vidé de toute envie... il a cessé de se battre en même temps que le verdict est tombé. Ayreb ne gardera pas longtemps Andrew comme esclave une fois qu'il aura revu son fils... dans mon royaume, il arrive très souvent qu'une personne ne vive que pour une chose et lorsque cette dernière est accomplie, elle se laisse mourir. Andrew aura réussi sa quête d'unir les Sulas, c'est le seul point positif...

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1931
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 03 - Salvation.   Jeu 11 Sep - 12:10

La flotte hankien, composée de vingt-et-une jonques et trois bateaux-temples voguait vers l’Est de l’île avec à son bord plus de six cent hommes. Le jour était définitivement bien avancé mais le ciel était toujours gris et assombrissait la mer. Les ombres s’allongeaient sous de gros nuages. Parfois, une lueur dorée perçait les cieux à l’endroit où les nuages étaient moins denses. La mer était étonnement calme. Aucun dauphin ne sautait dans le sillage des navires. Malgré le temps orageux, le vent n’était pas de la partie et à ce train là, la flotte n’arriverait pas à temps dans le golfe de Powana pour rejoindre Oderne.

Sur le pont supérieur de l’Ecorcheur des mers, les lydéens observaient les reliefs de l’île au loin. Aux côtés de la jonque noire se tenait une jonque rouge et à son bord se trouvait Meecham, Karl et quelques kurikanais. Ceux-ci avaient pour mission de se rendre à Ténolas et d’y préparer les hommes pour la guerre. Meecham avait insisté longuement pour rester avec Laë mais celle-ci réussi à le convaincre en trouvant les mots justes. Les yeux posés sur la coque du navire écarlate, Lycos murmura à l’intention des hommes à côtés de lui :

_ Si on m’avait dis qu’un jour je serais allié avec les hankiens dans une guerre contre des envahisseurs, je ne l’aurais jamais cru.

Un soldat dit :

_ Nous risquons de perdre la guerre si le vent ne se lève pas davantage. Nous aurions dû aller à pied.

_ Cela nous aurait prit bien trop de temps. La voie des mers est la seule voie rapide pour rejoindre les côtes Thüns et débarquer au plus près d’Oderne.

Le capitaine de l’Ecorcheur des mers, un grand et massif homme à l’épaisse barbe rousse interpella Ayreb d’une voix tonitruante. Celui-ci était assit avec ses généraux autour d’une petite table et regardait la carte de l’île sur laquelle se trouvaient déposés plusieurs pions représentant ses troupes.

_ Seigneur Ayreb ! Cette putain de chienne sur laquelle nous voguons n’est pas du tout coopérative. Sans le vent, nous ne pourrons être à temps dans le golfe de Powana. Les augures ne pourraient-ils pas invoquer une force quelconque pour forcer les éléments ?

L’homme regarda ses hommes sur le pont inférieur, puis il fit signe à l’un d’eau de frapper sur un épais gong qui résonna à travers tout le navire. Il gueula :

_ Aux rames bandes de merdes ! Il nous faut rattraper notre retard en attendant que notre capricieuse Sedna nous face grâce de son souffle !


L’agitation se fit grande sur le ponton. Hankiens et lydéens prirent position : trois par rames et ils ramèrent en rythme sous la cadence lente mais continue des coups de tambour. Toute la flotte s’exécuta, suivant les ordres de l’Ecorcheur des mers. Les jonques prirent de la vitesse, mais toujours moins que si le vent leur était favorable.

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1795
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 03 - Salvation.   Mer 17 Sep - 18:51

Ayreb se leva et chercha des yeux un Augure. Il en trouva un, assez jeune qui semblait quelque peu surpris de l'intérêt que lui accordait le chef d'Hanka. D'une main puissante, il le saisit par sa tunique et vociféra :

- Tu attends quoi pour prévenir les autres larves ? Sacrifiez trois ou quatre esclaves au hasard et bougez-vous le cul ! Sedna doit nous porter vers l'avant ! Vous avez intérêt à servir à quelque chose... parce sinon, je m'arrangerais pour orner chaque mur de ma chambre de votre tête ! Toi !!!

Il lâcha le jeune augure qui se dépêcha d'arriver sur le côté du bateau pour faire passer le message par magie aux autres. Ayreb avait déjà soulevé un guerrier gradé par le col et le regardait, l'air mauvais :

- Je veux que nous soyons arrivés le plus rapidement possible... Sinon, je t'empalle sur le mât pour que tu nourisses les mouettes ! Que tous les guerriers fassent ramer les esclaves et s'il n'y en a pas assez, ramez vous même ! Sur chaque navire, je ne veux voir aucun poste vide... dans le cas contraire, ce sera un cadavre qui occupera l'espace vide ! Fais bien tourner ce message !

L'homme s'exécuta sans demander son reste. Koah et Andrew avait été mis dans la cale, attachés de façon très inconfortable. Laë avait profité de la méfiance qu'elle inspirait pour venir les voir. Elle leur donna à boire et quelques fruits à manger, Ayreb ayant ordonné qu'on les affame comme des rats. Pendant que sur le pont, le soldats s'activaient, elle eut tout le temps de s'occuper du chef de Lydée. Avec le tapage il était impossible de parler pour se faire entendre. Aussi elle jugea bon de s'approcher de l'oreille de Koah et de lui murmurer :

- Je vais partir avec Meecham, à Ténolas. Il s'y rend avec Karl et William. Prenez soin de vous, Kirion ne vous le pardonnera pas si vous mourrez... et même mort, il trouvera le moyen de vous faire souffrir. Pareil pour Andrew... si Ayreb tente de vous faire du mal, rappelle-lui son serment... il est lié à une promesse et je doute qu'il prenne le risque de s'attirer les foudres des dieux juste pour se soulager. Soyez prudents...

Et sur cette note mystérieuse, elle remonta sur le pont en vitesse, la visage étrangement préoccupé. Les Hankiens semblaient tous en action, ou à fouetter les esclaves ou à les aider à ramer. Sur un des grands bateaux derrière, un autel était prêt et deux jeunes esclaves y furent sacrifiés. Laë eut une moue de dégout et s'avança vers la jonque rouge. elle était assez proche et elle fit signe à Meecham de la faire venir plus près encore. A l'aide d'un ponton de bois elle échangea de navire et s'expliqua :

- Finalement... je pense vous être utile... je viens avec vous.

Sur la jonque noire, Ayreb était en train de molester un jeune guerrier qui avait eu le malheur glisser sur le pont et de s'affaler à ses pieds. Les prêtres sacrifièrent encore trois esclaves puis versèrent le sang dans l'eau. C'était leur tribut à Sedna. La déesse se fit prier quelques durs instants où les rameurs suèrent pour faire avancer les navires. Mais au bout d'un petit moment, le vent sembla tourner, les vagues aidèrent les jonques à mieux avancer. Victorieux, Ayreb ne cacha pas sa fierté.

Sur la jonque rouge, Laë le dévisageait avec mystère. Elle semblait préoccupée de laisser Andrew et Koah seuls mais lorsque Meecham s'approcha d'elle pour lui demander ce qui n'allait pas, elle l'interrompit et déclara :

- Pour l'instant, je ne suis sûre de rien... je vais donc vous garder dans l'ignorance. Mais, il est fort possible que ce que j'ai découvert sauve Andrew et Koah... en tout cas, je l'espère.


Il n'en dit pas plus durant le reste du voyage. La jonque rouge se sépara du reste pour accoster non loin de Ténolas, tandis qu'Ayreb et sa flotte poursuivirent leur voyage vers les côtes de Powona... toujours plus près d'Oderne.

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 03 - Salvation.   

Revenir en haut Aller en bas
 
03 - Salvation.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» qui a remarqué le hellkite sur mtg salvation?
» Terminator Salvation Tournament (Fri 04/11/2011 - Liège)
» Aliens Armageddon vs. Terminator Salvation
» Terminator Salvation : The Future Begins .
» Menoths VS Skornes 750 pts

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Exilés du Monde :: LES EXILES DU MONDE : L'HISTOIRE :: TOME II : L'UNION DES DERNIERS SULAS-
Sauter vers: