AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 04 - Oderne la Renfermée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1795
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: 04 - Oderne la Renfermée   Mer 17 Sep - 19:56

Debout sur les hauteurs, un groupe d'hommes vêtus de tunique grises regardait les Collines d'Oderne avec une certaine neutralité. Leur accoutrement paraissait étrange. L'unique vêtement qui masquait leur nudité était rapiécé et décoloré par endroit. Pourtant parmi ce petit groupe de vingt personnes, leur chef était immanquable. C'était le seul à arborer une cape grise. Sur son visage aucune ride n'apparaissait. Il était jeune, tout juste dix neuf ans. Ses yeux étaient marrons virant parfois au vert. Quant à ses cheveux, ils étaient bruns, coiffé en bataille et mi-longs

Dans sa façon de bouger, il avait quelque chose de troublant. On aurait qu'il volait et que ses pieds nus ne touchaient pas le sol. Ses pas ne laissaient aucune empreinte, même sur la terre meuble que les pluies avaient inondés par endroits. Il serra une amulette de pierre argenté dans sa main et l'embrassa. Elle avait la forme du symbole de Tulan, Dieu du Silence et de l'Ombre. Un des hommes approcha, il était plus jeune que son chef... une quinzaine d'années tout au plus mais son corps bien taillé était presque celui d'un adulte.

- Frère Avian, voici Oderne. C'est cet endroit que Kirion a désigné. Qu'allons-nous faire ? Beaucoup ignorent notre existence, nous avons toujours su préserver le Secret.

La voix d'Avian contrasta avec celle du jeune homme parce qu'elle était posée, calme, d'une tonalité légèrement grave. Il caressa le duvet qui lui servait de moustache et répondit :

- Le Secret sera toujours préservé. Mais Tulan n'a manifesté aucune hostilité envers Kirion... c'est qu'il approuve nos dires. Frères ! Ne laissons pas notre monde mourir... il est temps de sortir de l'Ombre. Les positions de Dorthal se sont éloignées. Nous devons rejoindre Oderne.

- Frère Avian, le vent ne nous a jamais menti. Dorthal s'éloigne... mais d'autres arrivent... Sentez-vous leur présence ?

- Oui... ils trainent l'odeur du sang et de la sueur sur des kilomètres... comment ne pas sentir leur approche. Mais, nous devons faire ce qui nous a été demandé... quels que soient les gens que nous rencontrerons...

Sur ces derniers mots, il sortit calmement son arc et encocha une flèche. Il pointa vers le ciel et lâcha la corde dans un léger bruissement, à peine audible. Un oiseau vint se placer sur la trajectoire du projectile et tomba en piquée sur le sol. Avian et ses hommes le récupérèrent pour le manger. Il y avait à peine de quoi nourrir un enfant lydéen mais pour le petit groupe, c'était énorme. Avian récupéra chacune des plumes et souffla dans sa main en les tendant vers le ciel. Un coup de vent les emporta en tout sens et les répandit sur toutes les steppes.

*********


Laë, Meecham, Karl et William avaient accosté non loin de la ceinture de Ténolas. Et après avoir laissé des soldats garder la jonque, il se mirent en route vers Ténolas. Après de longues heures de marches ils parvinrent enfin à la cité qui désormais abritaient les lydéens... mais beaucoup plus qu'à leur départ ! Lorsqu'ils arrivèrent, de nombreuses personnes transportaient des marchandises sur leurs dos. Elles rentraient et sortaient de l'enceinte de la cité par vingtaine à chaque fois. Dès que les soldats virent Meecham et Laë, il avancèrent vers eux, heureux et à la fois inquiets de ne pas les voir accompagnés de tous les autres. Des compagnons de route de Karl s'approchèrent pour lui donner des tapes dans le dos et demander qu'il leur conte leur aventure.

- Du calme... menez-nous à Déjanire, qu'elle fasse venir discrètement les chef des autres villages et les commandants. J'aimerais également que Carline, Jewel et Letor nous rejoignent... Kodo également. Ah... et Logan de doit rien savoir de notre retour... du moins pour l'instant.

Les guerriers opinèrent et dissimulèrent les arrivants sous des couvertures rêches.

- Vous passerez inaperçu... vous avez de la chance, les gens circulent tellement ici depuis que les autres nous ont rejoint que pratiqument personne ne vous aura remarqué... à part nous, puisque nous guettions votre arrivée. Où sont Andrew et Gürkan ?

- A Oderne... mais, je ne peux en dire davantage. Prevenez Déjanire, et arrangez-vous pour que les autres nous rejoignent discrètement.

Les guerriers opinèrent et se partagèrent les tâches. Laë s'arrange pour masquer son visage et se fondit dans la foule, les autres derrière elle. Le professeur jetait des coups d'oeil à tout bout de champ, si bien qu'il se heurta à un colosse de muscles, dont l'épée faisait presque sa taille. Sans aucun doute des barbares indépendants, logés près d'Hanka. L'homme l'empoigna avec fermeté :

- S'pèce de larve ! Regarde où tu vas !

- Pardonnez-moi... je...

- Tu mériterais qu'on te coupe les orteils pour apprendre à marcher droit !

- Ne vous en faites pas, il sera chatié !

Un guerrier lydéen le prit par le col et l'éloigna du colosse en marmonnant :

- Crétin... fais attention où tu vas ! On a déjà assez de problèmes avec les lutteurs, pas besoin d'ameuter les barbares !

Il lâcha William et continua sa ronde. Laë s'approcha et murmura :

- Rien de cassé ?

- Euh non... mais... juste une question... personne ici n'aura de téléphone ?

- Plait-il ? Je crains que non... personne ici n'a de cette chose...

Après une moue, William entreprit de regarder devant lui. Tous les quatres se dirigèrent vers le palais, désormais vide puisque les ruines de Ténolas avaient été soigneusement reconstruites pour abriter la population. S'il y avait eu Koah il aurait sans doute roulé des yeux tous les deux mètres en voyant combien sa mère avait régenté et organisé toute la cité... Mais malheureusement... le jeune Lang était encore sur le bateau au fond d'une cale... en compagnie d'Andrew qui n'avait pas dit un seul mot de tout le voyage et avait été la cible de bien des humliations de la part des soldats.

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1931
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 04 - Oderne la Renfermée   Lun 22 Sep - 18:28

Les harmoniques du son des carillons se réverbérèrent dans la grande salle du palais, décorée des bannières de toutes les communautés réunies à Ténolas. Depuis le départ des lydéens vers Hanka, trois autres villages étaient venus se réfugier dans la cité ancestrale, poussé soit par des prophéties ou des présages à fuir vers un lieu qu’ils estimaient sûr. Des centaines d’âmes occupaient maintenant la ville. Elle grouillait de vie du matin jusqu’au soir. Chaque chef de communauté avait prêté serment sur la mémoire de Cheera d’aider à garantir la prospérité et l’harmonie de la cité. Ils avaient prêté par l’intermédiaire de Déjanire, allégeance à Andrew et à sa quête.

Durant l’absence des lydéens, Déjanire avait rétablit un système de guilde et d’intendant afin de se partager les nombreuses responsabilité. Razel de Sidimote et ses agriculteurs s’occupaient de rendre fertiles les plaines autour de la cité, alors que Togor du village de Sulsh veillait à l’approvisionnement en poissons et en viandes de la cité. Grands chasseurs et pisteurs, les Sulshs furent les premiers à parvenir à Ténolas, puis ce fut au tour du village de Maharka, et enfin de Nakor.

L’atmosphère de la grande salle était alourdie par les effluves de vieux bois ciré et les lueurs du crépuscule. Laë, Meecham, le professeur, Karl et Kodo étaient assis autour d’une longue table au centre de l’immense aile centrale recouverte d’un tapis bleu. On leur avait servit des galettes aux miels avec du riz et des morceaux de vélociraptors que Karl dévorait comme s’il n’avait plus mangé depuis des lunes. A côté d’eux, Razelle ne cessait de remplir de vin à l’aide d’une jarre les gobelets des voyageurs. Togor de Sulsh, Lérana de Maharka et Virgil de Nakor se tenaient debout un peu plus loin, l’air perplexe. Carline leur parlait à voix basse, expliquant qui ils étaient.

Le temps s’écoula et enfin Déjanire arriva toute vêtue d’une longue robe bleue recouverte de terre. Ses cheveux bouclés retroussés en un chignon rapide lui retombaient par mèches devant les yeux et son visage perlait la sueur. Elle avait couru des potagers jusqu’ici à l’annonce de l’arrivée secrète des lydéens. Derrière elle, Jewel franchit le pas de la porte accompagnée d’Alcin, d’Helen et de quelques soldats qui fermèrent aussitôt les cloisons afin que rien de ce qui se disent ici ne puisse s’y échapper.

Dans un élan amoureux, Jewel se précipita vers Meecham qui s’était relevé et qui avait bombé le torse. La jeune femme l’enlaça et elle l’embrassa. Tout deux restèrent unis de longues minutes à se murmurer à l’oreille mots doux et promesses sous l’œil faussement dégoûté de Kodo. Déjanire prit un siège à côté de Laë qu’elle salua avec un sourire franc, puis elle invita les chefs des communautés à prendre également place. Elle se tourna vers les lydéens et dit :

- J’ai l’honneur de vous présenter Togor de Sulsh, Lérana de Maharka et Virgil de Nakor. Leurs communautés respectives se sont jointes à nous deux semaines après votre départ.

Les trois chefs s’inclinèrent respectueusement et les lydéens firent de même. Le seigneur des Sulsh portait une immense coiffe à plusieurs degrés recouverte de plume d’un rouge flamboyant et il avait un épais bouc gris. Ces traits émaciés ne montraient pas la moindre trace d’inconfort sous le poids imposant de la coiffe. Il expliqua pour confirmer les dires de Déjanire :

- Lorsque nos pisteurs nous on rapporter la destructions de Kurikat et l’exode de Sidimote, nous avons préféré nous déporter également. Une patrouille d’envahisseurs rodait dans les parages du Sulsh. Ce n’était qu’une question de temps avant d’être écrasé à notre tour. En quelques minutes, une poignée d’hommes on détruit nos campement de chasse. Notre village n’aurait pas survécu à un assaut de leur part. C’est pourquoi nous avons décidé d’abandonner nos terres pour garantir notre survie.

- Nous trois communautés sont alliées depuis la Nuit des Temps, expliqua Lérana, la dirigeante du village de Maharka. Ensemble, nous formons l’Assemblée, et là où l’un va, les autres suivent. Si Sulsh a estimé qu’il était bon de partir, alors nous partons avec lui car nous ne formons qu’un.

De petite taille, Lérana était rousse et son visage était à moitié dissimulé sous un voile d’un bleu turquoise. On ne voyait que ses grands yeux noirs. Meecham qui s’était assit à nouveau sur son siège mais qui tenait la main de Jewel qui était elle debout à côté, demanda :

- Comment avez-vous eut l’idée de venir ici ?

- Les dieux nous y ont guidé. Prag’tar n’a jamais effacé les traces de l’exode des habitants de Sidimote. Nos pisteurs les ont remontés et nous les avons suivie. Nous savons combien les Sidimodiens sont proches des dieux. Ces derniers ne les auraient jamais abandonné. Nos légendes disent qu’un jour, il nous faudrait suivre les traces d’un peuple marchant vers la Lumière. Ce ne pouvait être qu’eux.

Togor ajouta :

- Nous savions qu’un jour, nous devrions nous éloigner des Rocailles. Nos légendes content le jour où nos communautés souffriraient du secret se cachant derrière elles.

Jewel lança un regard mauvais à Laë et elle lui lâcha d’un air hautain :

- Ils font référence à votre peuple, Majesté.

- Quoiqu’il en soit, l’Assemblée s’est jointe à nous
, dit Déjanire. Nous avons confiance en elle, et elle en nous. Il y a environ une semaine, d’autres habitants de l’île nous on rejoint. Des nomades pour la plupart, des lutteurs et des barbares errants.

Alcin se gratta le menton, l’air songeur et il échangea un regard avec Helen :

- Une force pousse les communautés à s’allier d’instinct. Elle est puissante. Le changement est là. Une vague nous traverse.

A nouveau Déjanire tapota le bois devant elle.

- Quelles sont les nouvelles ? Où sont Andrew et les autres ?

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1795
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 04 - Oderne la Renfermée   Mar 23 Sep - 15:00

Laë et les autres avaient longuement écoutés les récits de chacun. La Reine n'accorda aucun regard à la remarque de Jewel même si un petit sourire en coin montra qu'elle semblait satisfaite de son animosité. En fait elle s'amusait de voir qu'après autant d'absence, la jeune femme lui accordait toujours le même mépris. Mais, elle ne jugea utile d'intervenir que lorsque Déjanire aborda les sujets sensibles. Droite sur son siège, Laë noua ses mains sur la table et posa ses yeux bleus sur chaque protagoniste. Elle commença, le ton résolu et neutre :

- Je crains que nous n'ayons à vous apporter que des mauvaises nouvelles... quoique... en réalité, il y a un point positif : Hanka s'est ralliée à nous.

Les chefs des autres villages applaudirent de bon coeur et affichèrent un air réjoui malgré l'appréhension. De sa place Helen ne s'y trompa pas, chez la Reine, il n'y avait aucune trace de joie, elle se pencha vers Alcin et murmura :

- Logan était bien avec les autres prêtres et Poméra, lorsque nous sommes partis ?

- Oui... il apprenait à faire de bonnes offrandes aux Dieux... Pourquoi cette question ?

- Parce qu'il est indispensable qu'il n'entende pas la suite... La mauvaise nouvelle portera à coup sûr sur son père...

- Comment le savez-vous ?

- Laë... c'est la première fois que je vois de la haine dans son regard... et le secret qui entoure leur retour...

Le silence retomba et Alcin se contenta d'un regard surpris envers Helen. Laë reprit, la voix toujours aussi... neutre :

- L'armée de Dorthal est en route. Kirion nous a prévenus qu'elle marchait vers celle de Crécrops... Mais pas pour l'anéantir. Dorthal veut conclure une alliance avec les envahisseurs pour nous détruire... Nous avons appris la nouvelle il y a quelques jours, et nous estimons que cet accord devrait être conclu dans une à deux semaines, le temps que les troupes se rejoignent...

Alcin pâlit et lâcha :

- Mais si les mages d'Yrilia s'allient avec l'armée de Crécrops, tout est fichu ! Personne ne pourra tenir face à une horde de sorciers et de bêtes !

- Nous le savons... la seule façon de résister est de nous tenir prêts. Le chef d'Hanka a ordonné le rassemblement des troupes à Oderne dans les jours qui viennent. Kirion pourra probablement retarder Dorthal mais pas assez pour nous permettre de traîner...

La subtilité de la phrase n'avait pas échappé à Helen qui l'oeil pétillant l'interrompit :

- Le chef d'Hanka a ordonné... Qu'est-il arrivé à Andrew ?

La vivacité de la grande prêtresse n'étonna pas la Reine qui s'était attendu à ce qu'elle saisisse la nuances de ces propos. Un silence pesant tomba sur l'assemblée. Personne n'osa rien dire, pas même le professeur qui ne savait pas bien le but de sa présence ici. Laë coupa le silence :

- Le chef d'Hanka se prénomme Ayreb. C'est le demi-frère d'Andrew. Cependant, l'un déteste l'autre... je crains que mon histoire ne vous plonge dans la déprime... mais puisqu'il le faut...

Elle se lança alors dans un récit de plusieurs minutes, n'omettant aucun détail de leur voyage, des propos injurieux d'Ayreb à Shäleen, dont elle n'aborda pas sa ressemblance avec Koah dans un premier temps. elle décrivit la torture de Kâli avec une certaine amertume sous l'air tétanisé de certains. Elle aborda également la rencontre avec Danaé et c'est à cet instant qu'elle raconta le voyage vers la stèle d'Okan pour sauver le glaneur. Avant que quiconque puisse prendre la parole elle poursuivit, résolue à terminer son récit, abordant devant l'air effaré des lydéens la mort de Pelös... dûe à Kant. Après quelques minutes, elle acheva :

- Andrew étant redevable à Ayreb parce que ce dernier lui a sauvé la vie, il n'a pas pu agir... Il a accepté qu'Hanka récupère la moitié des terres du sud après la guerre et qu'elle laisse en paix toutes les autres communautés. En échange, Logan serait libre mais Koah et Andrew sont devenus les esclaves d'Ayreb.

- C'est une catastrophe...

Alcin semblait complètement anéanti par ce qu'il venait d'entendre. En fait tout le monde avait plus ou moins pâli sauf Helen qui ne quittait pas la Reine des yeux. Elle brisa le silence lourd de circonstance en demandant :

- Comment va Andrew ?

- Très mal... la torture de Kâli et le supplice du monde de Danaé l'ont profondément anéanti... il a accepté son sort. Pour être honnête, il se laissera probablement mourir après avoir vu Logan... une dernière fois. Je crains qu'il n'y ait plus grand chose à en tirer...

Helen se leva de son siège pensive. Puis son regard étincellant se reposa sur Laë. A la surprise générale, elle répondit :

- Vous mentez...

Impassible Laë ne la quitta pas des yeux et la laissa poursuivre :

- Vous avez tiré quelque chose de lui avant de partir... sinon, pourquoi seriez-vous revenue ? Vous n'avez pas de but à Ténolas... alors qu'en restant proche d'Ayreb vous gardiez un oeil sur lui...

- Vous êtes perpicace, plus que je ne l'aurez espéré... il se trouve que j'ai en effet une information de taille qui serait susceptible de changer la donne... Mais, pour l'heure, ce ne sont que des soupçons. Avant toute chose, il faut préparer les armées et les mettre en marche vers Oderne. Ensuite et seulement ensuite, je partagerais avec vous mon intuition...

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1931
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 04 - Oderne la Renfermée   Mar 23 Sep - 18:56

Avec insistance, Karl et Togor fixaient Déjanire en attendant sa décision. Entant que régente en l’absence d’Andrew, ils se devaient d’obéir à ses ordres. La vieille femme avait le regard dans le vague depuis quelques minutes. Elle fixait la table devant elle et caressait d’un doigt, une rainure creusée dans le bois. La nouvelle de la résurrection de son benjamin semblait l’avoir fortement ébranlée. Il fallu plusieurs appels de la part de Carline pour la sortir des méandres de son esprit. Elle dit alors en fixant tour à tour chacun des membres autour de cette table :

- Rassemblez les hommes nécessaires pour constituer l’armée et rejoignez Oderne. Messieurs, je compte sur vous pour informer les hommes de la situation. Il faut qu’ils sachent qu’ils serviront sous les ordres d’Ayreb et non sous ceux d’Andrew.

Déjanire donna ensuite d’autres ordres tous très précis à chacun des membres présents dans la salle, et ces derniers opinèrent. Une heure plus tard, la cloche du cloché du palais retentissait toujours. Ténolas était prise dans une bruyante et grouillante agitation. En ligne, des centaines d’hommes se regroupaient devant les portes de la cité, parés d’armures et de cuirasses de guerre. Sous l’organisation de Razelle et de Virgil, des chariots et quelques attelages finissaient d’êtres remplis de caisses de provisions. Afin de garder Poméra et Logan à l’écart de tout ceci, Carline avait été choisir pour s’occuper d’eux. Les deux enfants se trouvaient coincé avec l’aînée des Lang et ses fils à dénouer des filets de pêches.

Assises seule à la grande table du palais, Déjanire fixait d’un air absent la flamme d’une lampe à huile devant elle. Le jour commençait à décliner et l’obscurité s’emparait peu à peu du jour. La régente venait de terminer de pleurer. Son visage était encore marqué par la tristesse lorsque les portes s’ouvrirent. Jewel s’arrêta surprise. Elle considéra la vieille femme d’un air gêné puis doucement, elle s’approcha d’elle.

- Koah est vivant, murmura-t-elle d’un ton hésitant. Je n'arrive toujours pas à le croire. Il est vivant !

Le regard toujours douloureusement posé sur la flamme, Déjanire eut du mal à répondre.

- Mon cœur de mère préférerait qu’il soit mort à l’heure qu’il est. Savoir mon fils esclave et malheureux est pire que de le savoir mort. Les dieux sont cruels. Ils n’auraient jamais dû le ramener, et ce peu importe le pouvoir que renferme son âme.

Jewel s’approcha de la régente et elle s’agenouilla près d’elle, lui prenant les deux mains. Les deux femmes s’étaient rapprochées énormément depuis la mort du glaneur. Koah était ce qui les unissait. Elles lui portaient un amour infaillible, et elles aimaient à se souvenir de lui de temps à autre.

- Comment pouvez-vous dire pareille chose ?

- Parce que je suis sa mère. Depuis sa naissance, mon défunt époux a toujours vu en Koah un être exceptionnel. Il était persuadé qu’il était destiné à accomplir de grandes choses. Mais je ne veux pas qu’il accomplisse de grande chose. Je ne veux pas que mon fils souffre. Lorsqu’il est mort dans les catacombes, une partie de mon âme est morte avec lui, mais mon cœur était soulagé. Il était soulagé de le savoir libéré du poids d’une vie qui ne le satisfaisait pas. Tu sais tout comme moi que Koah n’était pas heureux parmi nous.

Le visage de Jewel semblait très attristé à la lueur des flammes.

- Je sais.

- Les dieux lui on rendu la vie. Ils lui on rendue une vie encore plus douloureuse. Une vie où il est amoureux d’un homme sur le point de se laisser mourir de désespoir. Une vie où il ne sera plus jamais libre. Il valait mieux pour tous le monde qu’il ne soit pas ressuscité. Jamais nous ne le reverrons s’il est l’esclave du chef d’Hanka.

Jewel se redressa rapidement, sa longue robe verte ondulant le long de ses cuisses. Elle fixait sévèrement Déjanire, puis s’écria :

- Vous avez entendu Laë ! Tout espoir n’est pas perdu. Je refuse de croire que la destinée de Koah est d’être à jamais un esclave. Ce n’était pas ce que voyait Borias, et ce n’est certainement pas ce que veulent les dieux. Koah est important, et vous le savez au fond ! Je l’ai vu pratiquer la magie. Il a un don. Il a un pouvoir en lui qui ne demande qu’à être exploité.

Déjanire s’inclina sans être offensée par le ton qu’avait employer la jeune femme pour lui parler.

- Quand tu seras mère Jewel, tu comprendras qu’en ce bas monde, rien ne compte plus que le bonheur de tes enfants. Et le bonheur de Koah n’est pas dans cette vie. Il était dans la mort, au sein de Notre Douce Cheera. Tu souhaites revoir ton ami, c’est légitime et je le voudrais également si j’en avais l’occasion, mais je suis assez vieille pour ne plus me bercer d’illusions. Mon fils est vivant et pourtant, je souffre.

Aux bords des larmes, Jewel commença une réplique acerbe mais les portes s’ouvrirent et un léger ramdam la coupa dans son élan. Elle s’essuya d’un revers de poignet les yeux et s’éloigna. Déjanire se farda d’un faux sourire de circonstance et elle se redressa dans son siège, fixant les nouveaux arrivants. Kodo clopinait de gauche à droite vêtu d’une petite cuirasse taillée sur mesure, et derrière lui, Meecham, Togor, Karl, Lérana et Alcin conversaient bruyamment sur les derniers préparatifs.

Les hommes prirent place autour de la table et Togor déposa à plat une carte de l’île. Penché dessus le chef de Sulsh traçait au charbon de bois littéraire à emprunter pour rejoindre le plus rapidement possible Oderne. Tout le monde avait remarqué le froid qu’il y avait entre Déjanire et Jewel en arrivant, mais la politesse d’usage voulait qu’on passe cela au silence. Meecham ne pu cependant s’empêcher un regard vers la jeune femme qui lui tourna délibérément le dos.

Lorsque enfin Laë et Helen se joignirent à eux, tous les regards se posèrent sur la reine. Meecham dit :

- D’ici moins d’une heure environ, nous serons prêt à partir vers Oderne.

Togor fit un léger sourire malgré sa nervosité visible.

- Nous estimons qu’il nous faudra trois jours si le temps est clément avec nous pour rejoindre les collines d’Odernia, et une demi journée pour atteindre la Fourmilière.

Meecham se gratta la barbe et le regard toujours posé sur Laë, il demanda :

- Avons-nous quelque chose d’autre à savoir avant de partir, Majesté ?

D'un élan brusque, Jewel se retourna et elle ordonna les poings serrer :

- Cessez tous vos mystères une bonne fois pour toute.

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1795
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 04 - Oderne la Renfermée   Jeu 16 Oct - 16:10

- Toujours aussi aimable Jewel. J'avoue que tu commençais à me manquer.

Laë planta sur elle ses yeux bleus et invita les autres à s'installer confortablement :

- Prenez place, mon histoire est longue... et vous serez bien mieux agréablement calé dans un siège.

- Attendez avant de commencer. Qu'allons-nous faire pour Logan ? On ne pourra pas lui cacher la vérité trop longtemps... c'est impossible.

Helen avait posé une question d'un ton assez grave ce qui ne dérangea nullement Laë, incroyablement calme. Ils avaient été peu nombreux à la voir en colère une fois... il faut dire que depuis le début, elle avait donné l'impression, parfois hautaine de tout connaître et de savoir trouver les bonnes solutions. Sans que sa condition de Reine y avait joué. Tandis que les autres s'installèrent avec plus ou moins d'entrain, elle répondit, aimable :

- N'ayez crainte. Logan ne perdra pas son père. A la fin de la guerre il le retrouvera, je lui en fais le serment. En revanche, j'insiste pour qu'il ne sache rien ! Il est important de le préserver de son impatience et de son insouciance. Et puis... son père ne veut pas qu'il apprenne la vérité, je me charge donc de respecter son souhait.

Helen s'installa à son tour et lorsque Kodo eut terminé de machouiller un morceau de pain tellement rassis que Kobol en aurait déversé ses entrailles sur la table, la Reine commença son récit et ses explications :

- En Yrilia, vous devez savoir que l'on possède des formes de magie dangereuses... tellement violentes et assassines que Kirion, notre protecteur les a soigneusement gardé secrètes. Dans le code qui régit les mages, il était inscrit que tant qu'il y aurait une Reine pour protéger le peuple, aucun sorcier ne pourrait risquer de rechercher ces enseignements maléfiques sous peine de sceller son âme dans un enfer de torture à jamais. Il faut que vous sachiez que de nombreuses personnes ont tenté de désobéir à cet ordre divin, Kirion a installé leur cadavres à un piquet, sur la place forte du Palais. Les corps vivaient encore condamné à souffrir physiquement. Les âmes étaient enfermées à l'intérieur. Il les a rendu muets pour qu'il ne disent jamais dans leur délire ce qu'ils avaient découverts. Dorthal est quelqu'un d'intelligent... de fou, certes mais il sait ce qu'il ne doit pas faire pour l'instant. Il a donc décidé de ne pas chercher l'interdit.

Jusqu'à présent, les gens autour semblaient sceptiques et la plupart ne voyait pas en quoi c'était important. Aussi après une courte pause, pour boire un peu, elle poursuivit :

- Je dois également vous expliquer en quoi cela relève d'une grande importance. Lorsqu'une âme est lacérée, il se produit quelque chose de particulier. Autour d'elle, une aura se forme, une aura négative, qui attire les forces maléfiques comme le pouvoir attire la vanité. Cette aura est un bouclier, et généralement, il y a beaucoup de choses qu'elle protège. dans le cas d'Andrew, il s'est produit quelque chose... son aura possédait une faille... une brêche par laquelle son âme saignait. Le pouvoir de Cheera... sans le savoir, Cheera est en train de sauver l'âme et l'esprit d'Andrew de la folie et du chaos. La magie de la déesse agit comme un lien, le dernier, incassable, avec notre réalité. L'âme d'Andrew n'est pas grande, il ne possède pas la plupart des résistances que les autres puisqu'il n'est pas Sula. Mais son esprit est vaillant, il se reconstruit au fur et à mesure. J'ignore ce qu'il adviendra, si ce sera en bien ou en mal mais là n'est pas l'essentiel. J'ai toujours pu entrer par cette faille. Mais sur le bateau j'ai découvert que dans son esprit il y avait Koah... pas comme vous pourriez le concevoir. En fait, il avait tellement partagé avec le glaneur dans le monde de Danaé que leurs âmes s'étaient en partie unies.

Helen eut un regard soudain pétillant. Elle n'était pas sans ignorer qu'une telle prouesse indiquait que Koah était plus qu'une Vague normale. Et la suite affirma le sous-entendu :

- Pour unir deux âmes par leur essence il faut un pouvoir qui ne souffre d'aucune limite, d'aucune règle. Une vague est incapable d'accomplir ce genre de choses, car malgré son tempérament, l'union d'esprit de cette sorte est quasi-impossible. Koah est donc une Vague élevée... capable de faire ce qu'il entend de ce monde. Dans le monde de Danaé, il a voulu obliger Andrew à l'aimer et il y aurait réussi si ce dernier n'avait pas le pouvoir de Cheera. Ce dernier à été une résistance supplémentaire. Dans leur passage par le monde de Danaé, chacun a vécu des moments particuliers... Et Andrew sans même le savoir m'en a fait découvrir un... qui en fait concerne Koah et Guerel. Le passage en force de Koah s'est violemment heurté au pouvoir qui habite Andrew. Et comme ce dernier était impuissant face à l'immensité des pouvoirs de Koah, son esprit à cédé. Il n'a pas pu suivre ce qu'il s'est passé. Guerel dans ce monde là était aussi un mage... mais qui n'avait fait que du bien. Il avait en sa possession d'un livre...

Elle sortit une amulette de sa poche et demanda à Alcin :

- Pourriez-vous vous couper et y verser un peu de sang, s'il vous plait ? Je le ferais bien moi-même mais ça cicatriserait trop vite.

L'herboriste afficha un air hésitant. Mais il s'exécuta, prenant de sa besace un petit couteau, il le passa sur son pouce fit tomber deux gouttes de sang sur l'amulette. Presqu'aussitôt le livre apparut. Laë le récupéra et le montra :

- Ce livre contient les secrets dont Kirion voulait protéger mon peuple. Il l'a confié à Gürkan qui me l'a transmis. Mais, malheureusement, je ne peux pas m'en servir, il manque des choses importants comme la signification de nombreux symboles. Le détail que j'ai trouvé dans l'esprit d'Andrew m'a interpellée. Guerel possédait ce livre dans ce monde là, mais je ne garantis pas qu'il le possède ici... en tout cas, je sais où il se cache.

Cette fois, toute l'attention était attirée par elle. D'un geste sérieux et élégant elle posa son doigt sur la carte, présente sur la table. La même carte qu'Andrew avait trouvé. Et elle annonça devant l'assemblée stupéfaite d'un telle précision :

- Riv ST 18... c'était le nom du livre tel que Koah l'a vu sur la couverture. Depuis le début, Andrew avait pointé du doigt l'endroit sur la carte d'un pouvoir qui fera trembler Crécrops. Car avec cette magie, il ne fait aucun doute que notre armée récupérera un immense avantage. Je ne fais que supposer mais il est fort probable que Guerel l'ait caché dans la ceinture de Ténolas en le pensant à l'abri de mauvaises mains... il y a de cela quelque temps, personne n'estimait nécessaire de revenir dans l'ancienne forteresse des Sulas. Cela constituait donc la cachette idéale... malheureusement, sa femme et lui sont morts. Nous ne connaîtrons jamais la vérité à ce sujet... sauf si Kirion daigne nous la livrer un jour, mais autant demander à Ayreb de faire voeu d'abstinence et d'humilité...

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1931
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 04 - Oderne la Renfermée   Ven 17 Oct - 1:09

Jewel lança un regard accusateur à Laë.

- L’ancienne forteresse des Sulas ? Vous osez insinuer que Ténolas est le berceau de notre monde ?

Alcin qui bandait la paume de sa main entaillée dans un morceau de chiffon opina vivement de la tête. Les membres du conseil se regardèrent un bref instant intrigués. L’homme dit alors d’un ton professoral :

- Selon les écrits que nous avons retrouvés dans la bibliothèque du palais, Ténolas est bien le berceau de notre civilisation sur ces terres. Tout est très nébuleux encore car une grande partie des parchemins est écrite dans un Sula trop ancien dont nous ne maîtrisons aucunement les bases. Mais les derniers ouvrages retranscrits qui doivent dater d’un millier d’année relatent bien l’arrivée des âmes exilées en ces terres comme Andrew l’a vu grâce à Cheera. Ces premières âmes se sont établies à Ténolas.

Déjanire le regarda intensément.

- Qu’est-il arrivé pour que Ténolas soit abandonnée ?

- Nous n’en savons rien. Il nous est impossible de traduire de nombreux textes. Et ce malgré toutes nos connaissances. A mon avis, avec le temps, des divergences se sont crées entre eux et ils ont dû partir et la suite, nous la connaissons. Lydée, Oderne et Hanka sont nées, ainsi que les autres villages.

Jewel secoua la tête, cherchant visiblement à comprendre toute cette histoire. Elle posa son regard sur la reine et d’un ton qu’elle oublia d’être froid, elle s’exclama :

- Je ne comprends pas une chose. Il y a deux livres alors ? Celui que vous avez dans la main et celui que Guerel possédait ? Le monde de Danaé était une illusion. Le livre que vous avez vu dans les souvenirs d’Andrew n’existe pas. Ne l’avez-vous dans votre main ? Comment peut-il être à deux endroits à la fois ?

Très calmement, Alcin lui répondit :

- Danaé à sacrifier son immortalité pour créer le monde dans lequel l’âme de Koah fut protégée de Torsha. Je ne pense pas que tu réalises ce que cela signifie. Elle a sacrifiée une infinité de puissance et de pouvoir pour que ce monde existe. Le monde de Danaé fut la réplique exacte du notre avec pour seule différence de plaire à l’âme de Koah. Ce n'était donc pas réellement une illusion, mais plus une autre réalité.

- Bien, soit ! Admettons que le livre de Guerel existe dans notre réalité. Un jour, il nous a montré un livre à la taverne à Koah et à moi, il disait qu’il l’avait reçu d’un hermite. Il contenait pas mal de chose sur les Idrazits. Vous pensez que c’est ce livre là ? Parce que si c’est celui-là, je pense qu’il à cramer avec Lydée, et surtout qu'il n'a jamais eut le temps d'aller le planquer dans la ceinture de Ténolas. Le lendemain, nous partions pour le Pic des Ténèbres.

Jewel se passa une main sur le visage, visiblement, elle était complètement perdue. Un nombre incalculable de questions et de doutes voyageait à travers son esprit.

- Il vous faut posséder le livre que vous avez vu dans l’esprit d’Andrew pour comprendre celui offert par Kirion ? Pourquoi ce salopard de dieu ne nous fait-il pas une fleure en vous aidant à traduire ce que vous ne comprenez pas là-dedans ? Je ne comprends pas l’intérêt de vous donner un livre que vous ne pouvez pas lire ! Cette manœuvre est absurde ! D’ailleurs je ne comprends rien du tout !

A côté de Jewel, Meecham laissa échapper un léger soupire. L’ensemble des personnes présentent ici semblait pensive et réfléchir intensément. Le jalanien arborait un air très concentrer. Il dit alors à la reine :

- Je dois avouer que moi non plus, je ne comprends pas très bien le sens de tout ceci. Votre magie est très différente de celle qui existe dans mon monde et ses lois me dépassent totalement. Est-il possible que vous parliez d’une relique quelconque et non d’un second livre ? Que devons nous rechercher exactement à cet endroit ?

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1795
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 04 - Oderne la Renfermée   Sam 18 Oct - 23:32

- Le livre donné par Kirion est un ouvrage fait il y a longtemps, bien longtemps avant ma naissance. Pour sceller le secret qu'il renferme, Kirion en a écrit un second, banal, avec des détails communs. Sauf que comme tout sorcier, il suffit de savoir lire entre les lignes pour découvrir le secret qu'il renferme. J'ignorais que Guerel vous l'avez montré, mais cela signifie qu'il l'avait donc eu entre ses mains. Savez-vous s'il l'a emporté avec lui ?

- Non... Guerel n'avait rien pris, il a simplement laissé son atelier en plan, pensant sans doute qu'il pourrait revenir le ranger.

Letor venait de rentrer dans la pièce, un oeil noirci après une dure bagarre avec un poissonnier de la côte. Il s'installa lourdement sur un tabouret et jeta un oeil mauvais à Kodo. Le Qwel avait en effet décidé de lui mener la vie dure et chaque jour, le boulanger voyait disparaître ses pains chauds... un nouveau Koah en perspective, ce qui ne le faisait absolument pas sourire.

- Il est évident que Guerel ignorait qu'il allait mourir... l'un de vous a-t-il vu ce livre ?

Les gens firent non de la tête mais Letor ajouta :

- Je n'ai jamais vu la babiole en question mais je sais deux choses. Guerel était quelqu'un de discret sur son passé, il avait pour habitude d'emmagasiner des choses dans son arrière boutique sous un tas de poteries. C'était un bordélique ! Ensuite, s'il avait voulu confier le livre à quelqu'un, il est possible que ce soit sa femme... et puisqu'on en parle, peu après le départ de son mari elle est parti vers Oderne, d'après ce qu'elle a dit. Je doute que ce livre ait survécu à l'incendie.

- Attendez... la femme de Guerel pourrait avoir caché ce livre ici... sur ordre de son mari... Que saviez-vous d'elle ?

- C'était une femme respectable et ordonné, c'est tout.

- Elle aimait beaucoup Guerel et c'est cette perte qui l'a peiné... et la sans doute précipitée dans les bras de Cheera. Alice avait toujours eu un amour sans faille pour lui. Elle était discrète mais sérieuse dans ce qu'elle faisait. Avec le recul, je doute que quelqu'un la connaisse sincèrement mieux que Guerel lui-même... A part peut-être Andrew... ou Logan.

En ajoutant ce prénom, Helen provoqua chez Laë un moment de trouble durant lequel elle réfléchit. Au terme de ce court instant, elle finit par répondre :

- Il est possible que ce livre soit toujours sauf. Si Alice a voulu le protéger... je sens qu'un détail nous échappe...

- En tout cas, je sais pas pour vous, mais, ces deux-là, ils y allaient souvent à Oderne ! Des rumeurs circulaient comme quoi Guerel y aurait eu un enfant... Y'en a même qui seraient prêts à parier leur vie qu'il y avait trouvé un homme... Enfin, tout ça est absurde... à mon avis, Guerel a de la famille à Oderne.

- Si c'est à Oderne qu'ils se rendaient tous les deux... Visiblement Guerel nous avait caché sa connaissance de la magie, Alice devait sans doute être au courant... ils se confiaient tout.

- Pas croyable ça ! Même mort, il fait encore parler de lui c'lui-là !

- Alice savait tout...

Les paroles d'Alcin firent tomber le silence sur l'assemblée. Les yeux surpris se posèrent sur lui et il poursuivit :

- Lorsque je l'ai soignée, elle a murmuré des paroles que j'avais prises pour démentes... sans doute à cause de sa fièvre. Mais, maintenant que j'y pense... elle a parlé du froid, d'une paroi glaciale et elle n'arrêtait pas de murmurer des mots étranges. Je me souviens qu'elle a parlé de Guerel... comme si elle était en face de lui. Elle a parlé Sula... j'en suis certain...

- Supposons qu'elle ait été au courant et qu'elle soit partie remettre le livre à sa place... peut-être qu'il y est encore. Nous devrions vérifier, au moins pour être sûrs. S'il n'y est pas, nous saurons qu'il a brûlé... Je doute que le livre de Kirion puisse nous être utile. Il n'acceptera jamais d'en dévoiler les secrets, notre Dieu a une vision de la réussite beaucoup trop large pour nous donner ce que nous voulons sur un plateau d'argent. Je propose que nous allions en aviser nous-même.

- Pfff ! A quoi bon ? Je suis certain que vous allez faire ça pour rien !

- Nous aurons au moins essayé... Il est essentiel si nous voulons aider nos mages qu'ils puissent disposer d'une magie puissante. Et sans le second livre, celui-là m'est incompréhensible ! Je serais curieuse de savoir comment il a pu tomber dans les mains de Guerel...

Helen ajouta simplement :

- Je vous accompagne.

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1931
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 04 - Oderne la Renfermée   Mar 21 Oct - 14:17

Les yeux de Jewel s’ouvrirent d’un coup. Son scepticisme était visible sur son visage renfrogné. Elle s’exclama fortement pour faire taire le brouhaha des conversations qu’il s’était élevé suite aux mots d’Helen :

- Who who who ! Du calme !

Tous lui accordèrent l’attention demandée et la jeune femme se leva l’air grave pour se donner un peu plus de contenance.

- Il est impossible qu’Alice soit venue jusqu’ici pour déposer le livre pour ensuite revenir jusqu’à Lydée et subir l’assaut des Idrazits ! Nous avons mit énormément de temps à rejoindre Ténolas. Même seule et sans blessée à transporter, Alice n’aurait jamais réussi à revenir à temps. C’est tout bonnement impossible. Je suis désolée, mais j’ai réellement beaucoup de mal à y croire.

Déjanire haussa les épaules, le dos collé au fond de son haut siège.

- Mais tu ne peux pas nier qu’il y ait sans doute un lien entre toutes ces histoires. Si Laë a vu dans l’esprit de mon fils « RIV ST 18 » alors nous allons voir ce qui se cache là-bas. C’est sans aucun doute un signe important. Ce n’est pas une coïncidence. Malgré les invraisemblances, nous sommes tous d’accord pour accorder du crédit à tout ceci.

Jewel s’entêta et elle souligna ses mots suivant en croisant les bras :

- Il n’empêche que c’est impossible. Personne ne peut faire le voyage de Lydée à Ténolas en quelques jours.

Alcin se leva à son tour et se mit à faire les cents pas un peu plus loin dans la pièce. Il semblait réfléchir intensément. Il se massa le menton, puis il dit finalement, alors que tous le regardaient l’air incrédule :

- Si on se réfère toujours aux écrits trouvés dans la bibliothèque, il existe un moyen.

Déjanire leva un sourcil intrigué.

- Expliquez-vous Alcin.

- Les shâhs.

- Les shâhs ? Qu’est-ce que c’est ?

L’herboriste rejoignit sa place, restant debout et les mains posées à plat sur la grande table. Il regarda tour à tour Déjanire, Helen, puis Jewel. Il demanda alors :

- Vous vous souvenez de l’autel découvert il y a quelques années près de la frontière de Lydée au nord ?

Elles opinèrent.

- Il en existe un peu partout à travers l’île… certains transformer en autel de culte isolé. En réalité, ce sont des portails permettant de rejoindre un point à l’autre de notre monde en une fraction de seconde. Les anciens Sula ont créés ces réseaux magiques pour rester plus facilement en contact les uns avec les autres. Au fil des époques, nous avons dû oublier l’existence de ces portails et le savoir permettant de les activés. Les derniers shâhs encore debout, nous les avons prit pour des autels païens… alors qu’il n’en est rien. Ce sont bien des portes animées de magie.

Non sans une pointe d’agacement, Jewel rétorqua :

- Et vous insinuez qu’Alice aurait prit l’un de ces portails pour rejoindre rapidement Ténolas ? Mais vous êtes complètement barjo ! Vous imaginez Alice au courant d’un secret aussi ancien, vous ? Moi pas !

- Pourtant, avec le livre de Guerel entre les mains, c’est fort possible. Sur la bute au sud de Télonas, a à peine une heure d’ici se trouve un shâh très bien conservé. Comme l’est celui au nord de Lydée. C’est d’ailleurs près de ce shâh que nous avons tenté de construire la tour de guet que Koah a détruit.

Jewel prit une profonde inspiration. Visiblement, elle faisait d’énorme effort pour se contrôler et apporter du crédit à toute cette histoire. Tout le monde connaissait son esprit étroit et réfractaire à la magie.

- Bien, admettons encore une fois qu’Alice ait découvert le secret des shâhs, vous pensez réellement qu’elle serait venue cacher le livre ici ? Pardonnez-moi, mais si Guerel désir le cacher ici et pas ailleurs, c’est qu’il y a forcément une raison. Pourquoi là ? Vous ne vous le demandez pas ? C’est peut-être un piège plus sordide que l’antre de Kor !

La régente se leva et regarda l’ensemble des individus présent autour de la table. Elle posa sa main sur l’épaule d’Helen à ses côtés, puis elle s’exclama :

- Il n’y à qu’un moyen de le savoir. Nous savons que tu t’inquiètes Jewel, mais nous n’avons pas le choix. Laë et vous Helen, prenez les hommes qu’il vous faudra et partez sur le champ. Mais par pitié, s’il s’avérait que cette expédition dans les mines de Ténolas soit trop dangereuse, rebrousser chemin. Ténolas à besoin de vous tous. Des volontaires pour suivre sa Majesté et Helen ?

Meecham se leva aussitôt, le poing sur le cœur à la Jalanienne. Kodo bondit lui aussi sur place alors que Togor s’inclina également. Jewel roula les yeux et elle échangea un regard avec Letor, tentant d’avoir son soutien.

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1795
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 04 - Oderne la Renfermée   Sam 25 Oct - 12:28

Letor croisa le regard de Jewel et grogna :

- Eh bien quoi ? J'en sais rien moi de toute cette histoire ! C'est pas moi qui prends les décisions et je m'en lave les mains. Je vais retourner à mes fourneaux en espérant que vos olibrius de gamins n'ai pas dévoré mes pains ! Sinon, croyez-moi, la prochaine fois que je fais un civet, c'est eux que je prendrais comme goûteurs ! Et je m'arrangerais pour qu'il ne puisse rien avaler sans en être écoeurés !

Il leva son poing rageur face aux chefs des autres communautés. son visage était rouge de colère lorsqu'il se leva mais il ajouta avant de quitter la pièce en marmonnant des chapelets des jurons qui aurait fait pâlir Cheera :

- Je persiste à dire que je ne sais pas ce qu'il faut faire, mais Guerel a toujours été farfelu de toute façon. Pas étonnant qu'ils s'entendent avec Kant et Koah, c'est deux la aussi, ils sont pas bien équilibrés ! Allez fricoter avec votre magie, si ça vous dit, mais faudra pas vous étonner s'il vous manque une case après. Quoique pour certains, ça changera pas grand chose...

Tandis qu'il partait les représentants des autres communautés s'offusquèrent dans des chuchotements rapides. Laë en profita pour jeter un oeil à Meecham et lancer à Laë, pleine d'ironie mais avec un grand sourire amusé :

- Bon et bien, Meecham vient alors. Je suppose que vous aussi, Jewel... si on passait rapidement sur la phase où il faut vous supplier et que vous acceptiez de suite. Nous ne perdrions pas de temps. Alcin, j'aimerais que vous restiez ici et que vous gardiez un oeil attentif sur Logan. Il ne doit pas échapper à votre bienveillance. Déjanire, j'aurais besoin que vous nous fournissiez quelques étoffes ou des fourrures. La ceinture de Ténolas n'est certainement pas un endroit chaud... je préfère prévenir que guérir.

- Kodo ne rien craindre. Lui avoir épaisse fourrure pour protéger.

Le Qwel se battit le torse, l'air fier mais la Reine ajouta avec un léger sourire amusé :

- Le froid que vous avez connu ici, et celui que nous risquons d'affronter là-haut, ne sont pas comparables. Cette cité et la vallée sont protégées des vents, pas la Ceinture de Ténolas. Je crains que malgré l'épaisseur de votre pelage, vous soyez obligé de porter un manteau...

Touché dans sa fierté, Kodo bomba le torse et adopta un air bougon. La Reine était déjà sur un autre sujet celui de la nourriture et de la durée du voyage :

- Nous devrions être revenus dans quatre jours, à mon avis. Ce n'est pas forcément loin mais il est possible de ça monte et que la route soit escarpée. Nous avancerons prudemment pour la nourriture, il faudra prendre le strict nécessaire. La Ceinture de Ténolas n'est pas réputée pour être une corne d'abondance, nous n'y trouverons à mon avis aucun fruit... ni aucun animal.

Elle avait dit le dernier mot avec un ton légèrement soulagé. Végétarienne, elle n'était pas vraiment emballée la chasse. Alcin, demanda, curieux :

- Comment vous savez tout ça ? Vous n'y êtes jamais allée...

- Non, mais, j'ai lu beaucoup de choses à ce sujet, et Kirion m'en a appris également. Bien, nous partirons dans une heure, il ne faut pas traîner !

[Du coup, mon post est petit et court... Rolling Eyes Rolling Eyes ]

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1931
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 04 - Oderne la Renfermée   Sam 25 Oct - 17:21

Le gong résonna et Dame Myriam se raidit.

Le Rowentar, la plus grande cavité de toute la Fourmilière, était remplit d’un nombre incalculable d’Oderniens. Les hommes et les femmes étaient assis sur de confortables coussins et tapis aux couleurs et aux motifs persans. Certains fumaient le narguilé alors que d’autres servaient le thé de feuilles d’Orenz en tremblant.

La consternation, le désappointement et la colère montèrent immédiatement en la nouvelle suzeraine ; puis la peur prévalut sur le reste. Dame Myriam avait été élue à l’unanimité pour trancher les décisions, et ce jusqu'à ce que les problèmes se tassent. Elle venait d’annoncer la venue prochaine des hankiens sur leurs terres. La nouvelle s’était répandue jusque dans les plus lointaines cavités de la Fourmilière. Déjà, plusieurs familles avaient pu voyager jusqu’au Rowentar dans la nuit et sceller derrière eux de nombreuses galeries. Les Oderniens s’apprêtaient à vivre des jours bien sombre. Qu’avait-ils fait aux dieux pour subir leur courroux ? D’abord ce météore qui s’était abattu sur une partie de la Fourmilière et tuer une centaine des leurs, ainsi que détruit le grenier, puis maintenant l’invasion des Hankiens. De toutes les communautés présentes sur cette parcelle de monde perdu, seul les Oderniens étaient les plus discrets et les plus respectueux des dieux. Jamais ils ne faisaient de vague et jamais on n’entendait parler d’eux. Ils ne comprenaient pas cet acharnement du destin contre leur communauté.

Prenant soin de cacher sa détresse aux autres membres de la colonie, Dame Myriam prit une profonde inspiration. Sa gorge était aussi sèche que du sable. A ses côtés, une femme pleurait dans l’étoffe bleue de son sari. La vieille suzeraine posa sa main sur son épaule, puis lui récita les paroles enseignées de Tulan :

- La peur est la petite mort, ma fille. Elle tue petit à petit.

La femme dont le visage était recouvert d’un voile transparent gémit :

- N’avons-nous pas assez souffert ? Nous avons perdu tellement.

- Le monde change, et il nous faut changer avec lui. Tu as entendu nos nouveaux amis. Il nous faut réagir et changer avec notre monde. Ou alors, s’en est fini de nous.

Un homme assis à la droite de Dame Myriam secoua la tête, l’air indigné.

- Mais ce sont des hankiens. Comment pouvons nous nous alliés à eux et leur faire confiance ? Ce serait traité avec Kobol lui-même, et nous avons tous ce qu’il en coûte.

Une autre personne termina :

- Il en coûtera notre âme, Myriam.

La suzeraine se leva et le brouhaha des conversations s’estompa aussitôt. Elle regarda l’ensemble des oderniens présent dans la grotte, puis elle se mit à parler d’une voix puissante pour sa très petite taille :

- Je sais que vous vous inquiétez, mais l’heure est venue de prendre une décision. Les hankiens sont à nos portes. Nos nouveaux amis prétendent que ce n’est pas pour une invasion, mais certains d’entre vous n’en sont pas convaincus. Tant que nous ne serons pas tous d’accord sur la direction que devra suivre notre communauté, nous leur interdirons l’accès à la cité et nous resterons caché.

Dame Myriam reprit sa place et elle accepta un godet de thé. Le murmure des conversations s’éleva à nouveau à travers le Rowentar, couvrant la douce musique que certains musiciens jouaient dans un coin sur une estrade de pierre naturelle.

**********
C’était la nuit, et dans les collines d’Odernia les nuits étaient froides et humides. Debout devant sa tente bivouac au-dessus de laquelle l’étendard d’Hanka flottait, Ayreb regardait les coteaux de la Fourmilière. Il avait du mal à distinguer les silhouettes qui se déplaçaient sur le chemin de ronde au-dessus de la palissade, mais il était certain que ce n’était qu’une ruse destinée à les faire tomber dans un piège. Comme le voulait la coutume, il fallait attendre que les Oderniens daignent se manifester, sans quoi, ils leur faudrait une semaine, si pas plus pour ne serait-ce que trouver l’entrée de la cité troglodyte… et le temps, ils n’en avaient pas. La palissade ne servait en réalité à rien, sauf peut-être à dissuader les indésirables d’approcher davantage.

Selon la rumeur, la Fourmilière s’étendait sur des centaines de kilomètres en dessous de toute la colline d’Odernia. Elle était l’une des forteresses les plus difficiles d’accès. Tulan, le dieu du Secret et du Silence en avait décidé ainsi. Son peuple vivait en quasi autarcie, ne prêtant que très peu d’attention à ce qui se passait au-delà ses cavités. Bâtie aux flancs des coteaux des collines Odernia, ce village troglodyte abritait en son sein une communauté si unie que tous ; hommes, femmes et enfants, ne faisaient qu’un. Une étonnante entende les unissais. Chacun des membres de la communauté savait de lui-même ce qu'il y avait a faire, et il le faisait de bon cœur. Le concept de propriété privée n’existait pas et le remerciement non plus. Tout, appartenait à tout le monde, il n’y avait donc aucune raison de remercier.

Cela faisait une journée et une nuit que la petite délégation avait établi le campement à un kilomètre de la palissade délimitant les frontières Oderniennes. Ayreb commençait à trouver le temps long. Pour tuer son ennui, il humiliait Andrew et se repaissait du corps de Koah. Sous l’ordre d’un général, des hommes tapaient sur des tambours alors que d’autres allumaient des feux aux flammes impressionnantes. La délégation Hankien tentait d’attirer l’attention de la Fourmilière pour qu’elle envois ses émissaires. Ce ne fut qu’au levé du jour que trois hommes enturbannés de rouges et vêtus de long sarong les invitèrent à les suivre.

Les émissaires ordonnèrent de séparer le groupe en trois et sous l’ordre d’Ayreb, les soldats se divisèrent. Le chef d’Hanka garda avec lui cinq homme, Lycos, Andrew et Koah. Ce dernier, beaucoup mieux traité que le chasseur, aidait celui qui avait été son mari et qui le restait malgré tout dans son cœur, à marcher en le soutenant. C’était difficile et pénible à la fois car les chaînes entravaient chacun des pas d’Andrew. A l’entrée de la Fourmilière, les groupes se séparèrent et chacun d’eux prirent une cavité en se minissant de torches. Durant plus de trois heures, les émissaires les firent vagabonder dans les méandres rocailleux de la colline en prenant des chemins parfois si étroit qu’Ayreb dût se décuirasser. Il ne faisait aucun doute que l’odernien qui leur servait de guide tentait de leur faire perdre tout sens de l’orientation.

A bout de souffle à force d’aider Andrew, Koah profitait de toutes les haltes pour grappiller un peu de repos. Malgré le fait qu’il était prisonnier, le jeune homme ne pouvait s’empêcher d’être émerveillé par les fresques peintes que les orderniens avaient dessinés sur certaines cloisons des catacombes. Après un long moment à descendre encore plus bas sous la surface, le guide s’arrêta et Koah ne put s’empêcher de dire à Andrew d’un ton émerveillé :

- C’est magnifique… si tu voyais ça.

Un spectacle incroyable s’offrait devant eux. Sous la colline d’Odernia se trouvait un gigantesque canyon. Les parois de celui-ci étaient tapissées d’habitations de couleur rouge et cuivre. On aurait dit une ruche. Impossible de voir le fond de la gigantesque entaille, ni même le dernier étage des maisons. Koah se pencha en avant au bord de la corniche naturelle pour tenter d’apercevoir le fond, mais il n’y arriva pas.

Un homme s’approcha sur la gauche. Koah le reconnu de par sa mémoire du monde de Danaé. Il s’agissait d’Adel, un vieil homme de petite taille, un peu gros et dégarni qui était plus d’une fois venu à Lydée vendre des épices. Il était vêtu d’une chasuble rouge et assurait sa démarche à l’aide d’un bâton méticuleusement sculpté et enduit de kétine. La main tendue sur le cœur, il salua un à un les nouveaux arrivant, puis lorsqu’il croisa le regard du Koah, il dut deviner ses pensées car il déclara :

- Il y a des habitations jusqu’au fond. Nos ancêtres aimaient vivre accrochés à la roche. Tout en bas se trouvent les mines de kétines, les plus riches de ce monde, ainsi que des geysers d’eau et une riche végétation.

A nouveau, Koah se pencha avec précaution, ainsi que Lycos. Il dit à son ami guerrier :

- Je ne pense pas avoir envie d’aller jusqu’en bas.

Adel éclata de rire. Visiblement le statut d’esclave de Koah ne le perturbait pas et il s’adressait à lui comme s’il s’agissait d’un homme libre.

- Croyez-moi, vous mourrez d’envie de descendre pour y voir toutes les beautés dont il regorge. Le canyon est un endroit sûr et merveilleux à visiter.

Apparemment, les Orderniens aimaient vivre reclus dans les profondeurs de ce monde. Il y avait foule sur les ponts jetés entre les deux parois du canyon et sur les passerelles qui couraient au-dessus du vide. Lorsqu’il vit qu’Ayreb commençait à s’impatienter, Adel opina en silence et d’un geste de la main, il invita le chef d’Hanka et ses quelques hommes à descendre par un escalier creuser à même la roche. Tandis que le petit groupe progressait, les gens se retournaient vers eux, l’air méfiant.

La tenue traditionnelle odernienne était continuée de saris colorés pour les femmes et de sarongs et autres pantalons bouffants pour les hommes. Ces derniers portaient presque tous la barbe, et ce dès l’apparition des premier poils, et ils avaient la tête enturbannées. La plupart des hommes avaient accroché à la ceintures des sabres enduit de kétine. Ayreb ne pouvait s’empêcher de les lorgner tous avec envie.

Après une dizaine de minutes de marchent, les hankiens arrivèrent enfin à un niveau qui semblait fort ancien mais qui était toujours à couper le souffle. Là, les maisons étaient situées dans des cavernes naturelles. Les façades avaient été ajoutées plus tard. Un petit groupe de personnes attendaient devant l’entrée d’une grotte. Adel s’avança vers eux et les salua comme l’exigeait la tradition, la main tendue sur le cœur. Lycos l’imita, exécutant le mouvement à la perfection.

Puis, ils pénétrèrent dans la demeure. Dans celle-ci, il faisait agréablement frais. Elle était grande et creusée à même la roche. De nombreuses vasques d’une eau claire coulaient dans des bassins et tout au long d’une longue allée, des fleurs aux arômes agréables poussaient. Des stalactites et des stalagmites, des bancs de pierre, des torches… le lieu était grandiose dans sa simplicité. Il faisait très calme ici, un calme serein. Après avoir franchit de nombreuses alcôves, ils entrèrent dans une sorte d’atrium muni d’un grand bassin. De nombreuses personnes et pas tous Odernien à en juger les tenues vestimentaire, semblaient attendre les hankiens. Ils étaient assis sur des coussins aux quatre coins de la pièce. Il était impossible de savoir qui était le chef tant tout le monde était logé à la même enseigne.

Adel dit simplement à Ayreb :

- Nous voici arrivé. Vous êtes dans le Tulamqu. C’est ici que sont débattu les affaires importantes. Débattez.

Et Adel s’éloigna pour rejoindre un coussin, laissant les hankiens à l’entrée de la cavité. La lumière de cette pièce parvenait de la surface grâce à un ingénieux système de miroir qui guidait la clarté jusque dans le grand bassin. Les autres groupes guidé par les deux autres guides arrivèrent presque au même instant, rejoignant Ayreb. Koah n’arrivait pas à en croire ses yeux. La belle-mère d’Alec était présence, au fond de la pièce et elle dévisageait Ayreb. Dame Myriam était toujours aussi petite, mince et ses cheveux noir ondiraient dans son dos jusqu'aux hanches. Elle semblait moins vieille que dans ses souvenirs. Le monde de Danaé s’était bien entièrement calqué sur celui-ci pour exister.

D’un ton solennelle et en ne daignant aucunement se relever, Dame Myriam annonça :

- Avant d’entamer toute discussion, sachez hankien que vous êtes ici à Orderne, la cité de la liberté pour vos esclaves. Vous connaissez parfaitement notre point de vue à ce sujet. Je vous prierais donc jusqu’à ce que vous quittiez nos cavités, d’enlever ces chaînes à ces esclaves. Peu importe leur crime, peu importe qui ils sont, ils sont des hommes et à Oderne, ils sont libres.

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1795
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 04 - Oderne la Renfermée   Mer 29 Oct - 15:00

Ayreb éclata de rire et lança à Myriam un regard méprisant. Il donna un grand coup de poings dans le ventre d'Andrew pour le faire s'agenouiller. Le chef, de Lydée le souffle coupé ne put faire autrement que tomber lourdement sur ses genoux, le visage marqué par endroits de bleus. Le geste d'Ayreb jeta un silence glacial sur toute l'assemblée et le chef d'Hanka laisse durer cet instant de gêne qu'il perça d'un voix ferme, déterminée :

- Je ne crois pas que vous soyez en position de marchander quant à nos coutumes, Oderne ou pas, je ferais ce qu'il me plaira dans ces lieux avec mes esclaves. Vous n'avez aucune autorité sur eux. Par conséquent, occupez-vous de vos fesses et de celles de vos enturbanés !

Choqué, les Oderniens se perdirent dans des chuchotements agités. Dame Myriam semblait impassible. Ayreb planta ses yeux bleus dans les siens et ajouta, d'un ton impérieux :

- Vos coutumes ne sont pas les notres et si vous souhaitez garder vos hommes libres de toute chaîne, je ne saurais que trop vous conseiller de jouer profil bas...

- C'est une menace ?

La voix féminine résonna avec force dans la pièce. Elle venait d'un guerrière en armure légère, de couleur rouge sombre qui s'était levé de toute sa stature. Bottes de cuir au pied, glaive d'une taille impressionnante à la ceinture et une crinière brune descendant jusqu'à ses épaules, elle incitait au respect des plus braves... mais visiblement pas des plus bêtes. Tout le monde connaissait la position d'Hanka sur les femmes et leur statut... dans leur société purement machiste, seul un homme pouvait combattre. Ayreb répondit avec un vif mépris :

- Oui.

Nouvelles vagues de murmures agités dans la salle. La voix brisée d'andrew rétablit le silence, le Lydéen en avait oublié qu'il devait se taire. Sans fixer de point précis, il dit faiblement ce qui obligea les autes à tendre l'oreille :

- Cessons ces querelles... le temps presse et il nous fait défaut...

- Je ne t'ai pas autorisé à parler !

D'un coup de pied dans la hanche, Ayreb fit taire son demi-frère ce qui attira le mécontentement de l'assemblé. Mais le chef d'Hanka n'en avait cure, il arbora son attitude arrogante et lança comme si traiter avec les Oderniens le répugnait :

- Nous allons faire simple. J'ai à ma disposition des guerriers entraînés et puissants. J'ai aussi enchaîné le chef de Lydée qui est désormais mon esclave. Les lydéens et leurs autres sous-fifres m'obéissent. Ne m'obligez pas à tuer vos enfants pour assurer mes droits. Je me moque de vos lois, je ne suis pas là pour ça. J'ai l'intention de faire rentrer Hanka dans les légendes en conduisant l'offensive contre les armées envahisseuses. Et à vous de choisir si vous préférez garder vos sujets libres ou alors sous mes chaînes. Je ne le demanderais pas deux fois alors réfléchissez bien.

Assis sur un coussin, Avian fronça les sourcils en écoutant attentivement le chef d'Hanka. Toujours uniquement vétu de sa tunique grise, il avait posé sa cape sur ses genous. Sa voix calme et grave répliqua :

- Oderne dispose aussi de ses alliés, ne l'oubliez pas. Et nous ne nous laisserons pas faire. Si vous voulez traiter avec nous, ôtez les chaînes de ses hommes. Sinon, nous n'avons plus rien à nous dire, je crois bien.

L'artère temporale d'Ayreb se mit à palpiter ce qui n'était jamais bon signe. Se faire rabattre le caquet par un petit morveux en robe n'avait pas l'air de lui convenir à lui, tout puissant chef et guerrier. Lycos approcha de son oreille :

- Nous devrions peut-être faire ce qu'ils nous demandent... vous savez comme moi que nous avons besoin d'Oderne...

Furieux, Ayreb lança des éclairs de son regard et persista :

- C'est à prendre ou à laisser. Si je pars, la prochaine rencontre que nous aurons, ce sera avec vos cadavres sur les piques de mes hommes.

- Tant pis... oublions nos chaînes... ça n'est pas si grave que nous les ayons...

Andrew avait reparlé et au moment où le pied d'Ayreb manqua heurter violemment ses côtes, une jeune femme blonde s'écria :

- Andy !

Kant n'y voyait rien mais il reconnaissait la douce voix de sa soeur à des kilomètres. Elle avait une tenue locale, ses cheveux blonds soigneusement attachés en une queue de cheval. Elle se précipita sur son frère pour l'enlacer. Andrew posa sa main sur son dos en un geste qu'il voulait réconfortant.

- Tu m'as tant manqué mais que t'est-il arrivé ?

- Je t'expliquerais plus tard... tu m'as manqué aussi.

- Dame Myriam, les Hankiens sont nombreux. Beaucoup de guerriers semblent attendre notamment sur la plage.

Colak, le fiancé de Molly était arrivé après elle. Il n'était pas odernien, sont teint était beaucoup trop pâle et il était élancé. Il ne portait pas non plus les habits locaux. Tandis qu'il jeta un regard compatissant à Andrew, Ayreb eut un sourire triomphant. Cette annonce ne ferait qu'installer un peu plus de pression.

***

- Les communautés s'unissent, Tulan, Oderne doute mais ta présence y est nécessaire.

"Je n'aime pas beaucoup me révéler et tu le sais. Je n'interviendrais pas."

- Allons, ne sois pas stupide. Nous détenons l'avenir de notre monde. Thorin l'anéantira si nous n'aidons pas à l'Union des Sulas. Sedna et Pelös l'avaient compris.

L'ombre tapie dans le noir eut un sursaut à peine visible.

"Pelös est mort... tué par celui en qui tu places beaucoup d'espoir. Kor est le plus heureux des Dieux désormais."

- Pelös devait mourir... tu sais comme moi que chaque Dieu, en se sacrifiant offrira de l'aide à ses dévots. Cheera a changé la donne en plaçant son inestimable pouvoir entre les mains d'un mortel.

"Peut-être, mais pourquoi un lydéen ? A Oderne aussi, il y a des soldats valeureux."

- Andrew n'est pas un Sula, voilà pourquoi il a été choisi, il n'est d'aucune valeur magique. Et il habite une grande force au fond de lui, tu l'as ressent toi aussi...

"Oui... A part Sedna, qui a décidé de nous aider ?"

- Prag'Tar et Crya... Danaé aussi même si elle est affaiblie.

"C'est bien maigre..."

- C'est pour ça que je suis là. Les communautés ont besoin de toi. Tu peux les aider et tu le sais... fais appel à tes Turaks.

"Jamais ! Le Secret serait anéanti..."

- Si tu ne le fais pas, c'est ton monde que tu y perdras. A Kobol ton secret ! Il est urgent que nous ayons le soutien nécessaire. L'appui des Turaks est nécessaire à la victoire !

"Je refuse."

- Je te laisses y réfléchir, Tulan. Sache juste que le combat sera rude. Ton refus n'en est pas un, tu vas simplement y méditer. Si tu étais vraiment contre, tu n'aurais pas permis à Avian de m'écouter.

Deux yeux jaune-orange apparurent dans l'obscurité du néant et Tulan ajouta avant de disparaître :

"A chacun sa méthode d'approche. Là où tu préfères faire du bruit, je me contente de prendre soin de mon invisibilité. Je ne crois pas que nous nous reverrons Kirion, mais bon courage quand même..."

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1931
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 04 - Oderne la Renfermée   Mer 29 Oct - 17:57

Accroupis près d’Andrew et de Molly, Koah profita du léger murmure qui s’élevait dans la grotte pour se saisir du bras de la jeune femme. Il plongea son regard vert dans le sien, puis très sérieusement et dans un chuchotement à peine audible, il ordonna :

- Tu n’es pas sa sœur. Tu m’entends ? Ne dis jamais que tu es sa sœur. Jamais. Pas devant Hanka.

Sereine, la Suzeraine des Oderniens jeta à peine un regard à Colak. Elle se contentait de fixer Ayreb droit dans les yeux, sans sourciller. N’étant pas un Odernien, le fiancé de Molly ne pouvait connaître l’importance qu’accordait la communauté du Silence à la liberté des individus. Hanka avait ses principes, et Oderne les siens et ce serait fait offense à Tulan lui-même que d’accepter que des hommes enchaînés traînent dans les entrailles de sa Fourmilière. D’instinct, Dame Myriam savait que sa communauté la soutiendrait. Tous étaient unis par un lien quasi mystique. De caste en caste, des ouvriers aux guerriers, ils partageaient une entente tacite qui pouvait en dérouter plus d’un.

Toujours assise, Dame Myriam laissa échappée un long soupire las en secouant la tête. Elle dit d’une voix si calme que s’en était presque surprenant vu comment Ayreb s’était adressé à elle :

- Je pense que vous ne comprenez pas barbare. Il serait bien difficile pour vous de nous quittez et de revoir un jour la lumière du soleil. Sans notre aide, les catacombes de la Fourmilière seront votre tombeau.

Koah se raidit. Dame Myriam avait raison mais ce n’était pas ce qu’il fallait dire à Ayreb pour avoir sa coopération. Il connaissait que trop bien l’orgueil du chef d’Hanka. Il se releva précipitamment en manquant de se cogner à Lycos et il laissa Andrew aux bras de Molly. D’un pas, il se rapprocha d’Ayreb. Tête basse, servile et soumis il murmura :

- Mon tout puissant maître. Elle ne sait pas ce qu’elle raconte. Elle tente tout simplement de défendre les misérables convictions oderniennes. Peut-être pourriez-vous en guise de bonne foi, accepter dans votre grande miséricorde de nous enlever ces chaînes durant notre séjour dans ce bouge ? Cela la ferait sans doute enfin taire ? Lydée et Hanka savent que nous sommes vos esclaves, que nous vous sommes soumis et que vous avez droit de vie et de mort sur nos vies. Avec ou sans chaîne, nous vous appartenons maître.


Koah avait appris à courber l’échine devant lui. C’était la seule façon de faire. Ayreb se croyait supérieur, il fallait donc le traité de la sorte et faire taire toute fierté en sa présence. Si Koah se permettait d’énoncer cette offre, c’était parce qu’il savait que désormais, il jouissait d’une petite immunité. Ayreb ne pourrait rien lui faire tant qu’il n’aurait pas mit au monde son héritier à l’âme terriblement convoitée.

Un homme dont le visage était quasiment masqué par les pans de son turban noir redressa le buste. Ses yeux étaient en amande et d’un bleu très intense. Il était assis à la droite de Myriam. Il s’agissait de Mehiro, le chef de la caste des légionaires. Il demanda d’une voix portante :

- Qui sont les sous-fifres de Lydée et qu’est-il arrivé réellement à Boric Grams ? Nous voulons entendre de la bouche des lydéens ce qu’il s’est réellement passé lors de la nuit où le feu est tombé du ciel.

Lycos s’avança et il s’inclina d’une manière très respectueuse. En tant que soldat Lydéen ayant vu de ses propres yeux l’attaque des Idrazits et ayant écouté plus d’une fois le récit des aventures d’Andrew sur les terres de Kobol, il était le mieux capable de répondre. Il se mit alors à expliquer dans les grandes lignes ce qu’il s’était passé depuis quelques mois maintenant pour les Lydéens toujours vivant. Personnes ne l’interrompis. Même le murmure de l’eau dans le grand bassin semblait s’être tût pendant son discours. Lycos se garda cependant bien de révéler certains détails qu’il jugeait ne regarder que Lydée. Il passa donc au silence le pouvoir d’Andrew, l’importance de l’âme de Koah, qui était réellement Ayreb et pourquoi Andrew avait accepté son sort d’esclave.

Mehiro hocha la tête en signe d’acceptation des fais et il échangea un regard intense avec Dame Myriam. Tous les Oderniens firent de même, comme s’ils communiquaient silencieusement entre eux. Après quelques longues secondes de silence, la Suzeraine se leva et elle fixa Ayreb. Elle attaqua :

- Qu’attendez-vous d’Oderne exactement ? Que nous vous laissons l’accès à nos réserves de kétines pour en enduire vos armes ? Que l’on vous autorises à diriger comme il vous plaira ses guerriers ? Comment pouvons nous faire confiance en un homme qui n’a pas hésité à faire du chef de Lydée un esclave ? Oderne ne sera jamais la sous-fifre d’Hanka.

Le chef de la caste des légionaires ajouta :

- Oderne se serait alliée à Lydée, mais apparemment cette dernière à capituler et s’est ralliée à Hanka et à ses convictions de barbare. Dans ces conditions, nous ne pouvons vous accompagnez face à l’envahisseur.

Dame Myriam regarda Avian et d’un air dépité, elle lui dit :

- Je suis navrée, mais nous ne perdrons pas notre âme. C’est tout ce qu’il nous reste à chérir.

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1795
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 04 - Oderne la Renfermée   Jeu 30 Oct - 13:47

- Je comprends, Dame Myriam. Et je respecte sincèrement votre position. Aussi, Ayreb, je vais vous demander de libérer Andrew, chef de Lydée et de traiter avec elle d'égal à égal.

Sur le visage d'Ayreb, on sentait déjà que le peu de patience qu'il possédait arrivé déjà à ses extrêmes limites. Le chef d'Hanka était tout sauf diplomate et son arrogance décuplé par l'affront qu'on lui faisait subir, il trancha :

- Et bien, parfait ! Puisque vous semblez disposés à vous terrer ici, restez-y. Je n'ai pas à m'abaisser à vos traditions de rongmols débiles, plus préoccupé par la "liberté" de ce bâtard que par leur propre peau. Ramenez-nous à la surface, immédiatement, les pour-parlers sont terminés !

Il lança un regard haineux à Dame Myriam et ajouta, acerbe :

- Je savais les Oderniens stupides mais pas à ce point-là. La prochaine fois que nous nous reverrons, ce sera surement pour vous voir à genou.

- Cette union est importan...

D'un puissant coup de pied, Ayreb fit taire andrew. Le chef de Lydée tomba sur le sol, sous l'impact ce qui fit furieusement réagir Molly. La soeur de Kant ne dut son salut qu'à Lycos qui lui plaqua une main sur la bouche et lui murmura de rester tranquille, de ne rien fare. Pendant ce temps, Ayreb vociféra :

- TOI LA FERME !

- Vous pouvez insulter notre communauté mais Oderne ne saurait tolérer que l'on batte un homme sous mes yeux ! Ici, il a autant le droit de parler que vous ! La prochaine fois vous n'aurez qu'à y réfléchir à deux fois avant de venir avec vos esclaves ici. Parce que sous notre autorité, ils sont libres.

- Ils ne sont pas sous votre autorité mais sous la mienne et vos hommes libres ne seront bientôt que des esclaves. Si Hanka repousse l'envahisseur, j'asservirais vos peuples et je ferais de votre affront un exemple ! Sedna me soutient... Est-ce que votre lâche Tulan en fera autant ?

Les Oderniens, blessés dans leur conviction profonde se levèrent avec colère, les invectives fusèrent mais la voix d'Avian imposa le calme :

- Il suffit ! Dame Myriam, avant de prendre congé du barbare j'aurais une requête...

- Laquelle ?

- Je souhaiterais m'entretenir en votre compagnie avec les deux hommes prisonniers.

- HORS DE QUESTION !!! Tout ce que vous avez à dire passera par moi !

Ayreb serait ses poing si fort que ses ongles pourtant courts lui rentraient dans la chair et faisait saigner ses paumes. Avian, paraissait bien frêle devant cette montagne de muscles mais il ne cilla pas davant l'air assassin de son interlocuteur :

- Vous n'êtes pas le centre de ce monde, barbare. Ces hommes sont libres ici. J'ai le droit de leur parler comme il me sied. Dame Myriam, m'accordez-vous ?

La suzeraine d'Oderne acquiesça. Tandis qu'Avian s'approchait de Koah, Ayreb sortit son glaive dans une note macabre :

- Un pas de plus, et je garderais ta tête en trophée pour la donner à bouffer au requin de Sedna !

Menacer verbalement pouvait passer à Oderne mais physiquement c'était une toute autre histoire. Ayreb suscitait de plus en plus de colère et d'hostilité parmi la communauté. Des légionnaires mirent la main à leur épée de kétine mais ils n'eurent pas à user de la force. Au milieu de la salle, Kirion venait d'apparaitre. Il approcha d'Avian et posa sa main sur son épaule :

- C'est très bien... que vous ayez écouté le vent.

Puis il approcha d'Ayreb. Ce dernier ne chercha pas à comprendre. Il enfonça son épée dans l'abdomen du Dieu. Kirion eut un regard pétillant et d'un revers il étala le chef d'Hanka au sol, le désarmant par la même occasion. Des voluptes de fumée noire apparurent autour de lui et s'approchèrent du chef d'Hanka. Commencèrent alors des cris de douleur et des gestes convulsifs pour le guerrier. Cela ne dura que quelque secondes mais Kirion termina par une phrase menaçante :

- La prochaine fois que tu tentes de m'empaller ou que tu veux conduire ce monde au chaos par ton insolence, la torture sera cent fois plus longue... et je peux te garantir que tu supplieras pour que je m'arrête. A partir de maintenant, tu ne pourras pas dire que je ne t'aurais pas averti !

Il fit volte-face davant les Oderniens intrigués. Il fouilla dans sa cape et jeta une chose au sol. La tête roula jusqu'aux pieds de Dame Myriam et il ajouta, cynique, en essuyant les mains sur sa tunique noire :

- Voilà qui résoudra notre principal problème. Dorthal n'est plus un danger immédiat. Il a appris à ses dépends qu'on ne me défie pas impunément. Les autres mages ont cependant poursuivi son erreur. Ils marchent toujours vers la Faille. Le temps presse. Dès le lever du soleil demain, vos communautés doivent se mettre en route. Chaque heure perdue est une puissance accrue pour l'armée de Crécrops. Que Tulan vous guide !

Aussi subitement qu'il était apparu, il s'évapora, laissant la tête bien réelle de Dorthal sur le sol. Andrew ne put s'empêcher d'éprouver de l'indignation contre le Dieu d'Yrilia. Il détestait ses méthodes. Les murmures reprirent dans la salle tandis qu'Ayreb se leva. Son expérience semblait l'avoir calmé... enfin, officiellement.

- Ôtez-leur les chaînes... de toute façon, si l'un d'eux s'échappe, je le traquerais... il aura alors tout intérêt à ce que je ne découvre pas sa misérable carcasse... sinon, ce qu'il a vécu jusqu'à aujourd'hui sera une rigolade par rapport à l'enfer qu'il vivra...

Avian ajouta cependant :

- Non. Il ne s'agit pas que lever votre emprise de façon temporaire mais définitive.

- Nous avons passé un accord... il sait ce qu'il se passera une fois cette accord rompu. Du temporaire, c'est tout ce que je concèderais. A Oderne, Andrew est libre et chef de Lydée, elle aussi libre. Les galeries d'Oderne franchies, il redevient mon esclave. Pareil pour Koah, même si lui aussi sait ce qu'il adviendra si jamais il fuit...

***

- Kodo se gêler ici !

Le groupe marchait depuis quatre bonnes heures. Après les petits vallons brumeux où quelques gouttes les avaient mouillés, il y avait eu une montée escarpée très délicate tant la roche semblait pointue. Laë avait aidé les autres lorsqu'il avait fallu secourir Kodo. Son pouvoir la protégeait des dégâts physiques qu'elle aurait pu se faire en aggripant les rochers. Elle avait cependant été prévoyante. Avant de quitter Lydée, elle avait demandé à Letor s'il pouvait leur prêter des gants. Meecham, Jewel, le Professeur et Kodo étaient donc protégés contre les écorchures. En effet, les gants de Letor étaient fait avec dérivé de kétine pour éloigner la chaleur. A vrai dire, un outil indispensable pour tout boulanger qui se respecte !

Après une bonne heure d'escalade périlleuse, ils étaient enfin arrivés sur un plateau désertique. Le vent y soufflait si fort qu'ils peinaient à marcher et à aller contre lui. Il était doux ce qui n'étit pas négligeable. Laë avait une drôle façon de so'rienter ce qui faisait grogner Jewel. Elle utilisait le soleil. Cette méthode était peut-être efficace mais rien ne valait la boussole du professeur. Entre les deux personnages quelque chose s'était tissé. Une certaine amitié même si Jewel le trouvait étrange. Il expliquait des choses concrètes ne parlait pas de magie donc, il avait un peu sa sympathie. Kodo en revanche éprouvait à son égard un fort mépris. Peu avant leur départ, le Qwel avait essuyé un affront. Il s'était fait traité de yéti ! On avait beau lui expliquer que c'était pas de la faute du prof, que ce dernier ne voulait pas le vexer mais il n'en démordait toujours pas !

Après le désert et une nouvelle escalade, ils arivèrent dans un endroit glacé. Le soleil ne l'éclairait jamais car c'était un passage entre deux pics escarpés. Dedans, il y avait une couche blanche assez intrigante pour les lydéens. De la neige, ils n'en avaient jamais vraiment vu ou touché. Les naufragés en parlait mais sans plus. Ils enfilèrent leur manteau de fourrure à l'exception de Laë toujours vêtue de sa robe impeccable. Le passage était extrêmement venteux et elle demanda :

- Je pense que nous devrions peut-être faire une courte pause si on trouve une cavité. Histoire de se réchauffer un peu et de manger quelque chose, non ? Je ne compte plus les grognements de l'estomac de ce cher Kodo !

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1931
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 04 - Oderne la Renfermée   Ven 31 Oct - 10:00

Afin de ménager la successibilité d’Ayreb, Koah s’inclina respectueusement alors que deux soldats lui enlevaient ses chaînes, ainsi que celles d’Andrew. Le chef d’Hanka avait raison sur un point. En dehors de la Fourmilière, ils étaient ses prisonniers et quoique puisse en penser Avian ou Dame Myriam, cela ne changerait pas tant qu’ils n’auraient pas défendu eux-mêmes leur liberté. Il dit dans l’espoir d’apaiser la rancœur d’Ayreb :

- En dehors de vos terres, nous appartenons à Ayreb, le chef incontesté d’Hanka. Non pas que cela me réjouisse d’être la putain de cet homme, mais nous avons un accord. Alors si vous voulez que mon maître respecte vos traditions et vos coutumes, respecter celles d’Hanka en dehors de votre territoire.

Myriam secoua la tête avec indignation mais elle n’ajouta pas un mot de plus. Après un regard profond échanger avec un odernien plus loin, une dizaine de légionnaires se levèrent, ainsi que quelques femmes de la caste ouvrière. Ils escortèrent Koah qui aidait Andrew à avancer à travers un dédale de cavité. Celles-ci plongeaient à travers les méandres de la Fourmilière. Les catacombes ne semblaient pas finir. Koah se demandait où il se rendait comme ça. Encore un peu, ils arriveraient sans doute au centre de la terre.

Dans la salle au bassin, les oderniens retrouvèrent un peu plus d’amabilité envers leurs visiteurs. Les esclaves étant enfin libre… du moins sur leurs terres, il n’y avait plus de raison de tenir à l’écart les émissaires. Dame Myriam les invita à rejoindre leurs appartements pour se reposer un peu avant de reprendre les négociations. Ayreb et ses hommes furent conduit dans des cavités supérieures de la fourmilière, à quelques tunnels d’une source chaude.

Aucun de ses hommes n’osaient prononcer de mot et Lycos tentait de se faire le plus discret possible. Il ne faisait aucun doute que l’affront des oderniens restait bloquer en travers de la gorge d’Ayreb et qu’il lui faudrait bien peu pour passer ses nerfs sur l’un de ses hommes.

**********
Deux longues heures s’étaient écoulées depuis que les Oderniens les avaient conduit dans cette grotte dont le confort n’avait rien à envier aux huttes lydéennes. Partout sur le sol, de nombreux tapis aux couleurs vivent et coussins mœlleux recouvraient la pierre et offraient aux yeux un mélange de coloris harmonieux et chaleureux. Au centre de la grotte se trouvait une source d’eau chaude. Celle-ci avait servit à Andrew et à Koah à faire leur toilette. N’étant plus des esclaves, les Oderniens tenaient à leur accorder tous les droits dus à leur rang, surtout à celui d’Andrew qui était pour eux, le chef de Lydée. On leur offrit vêtements, mets chauds, thé et la moindre de leur exigence était comblée à l’instant. Les oderniens avaient le sens de l’hospitalité et ils le démontraient.

Les coudes appuyés au bord d’une corniche de roche, Koah regardait le fond du canyon. Le jeune homme essayait d’y apercevoir l’une ou l’autre source chaude qui faisaient la fierté d’Orderne. Mais à cause de l’étrange végétation qu’il y poussait, il ne pouvait qu’entendre leur murmure. Le glaneur avait revêtis la tenue locale qu’on lui avait gracieusement offerte. Il portait un ensemble bleu et orange, fait d’un large pantalon paréo et d’un gilet à longue manche dont le devant était maintenu fermé par plusieurs cordelettes. La tunique était décorée par des motifs oderniens de fils noirs et blanc. Il portait aux pieds des sandales de cuir.

Intrigué, Koah se demanda, plus pour lui-même qu’à Adel qui lui tenait compagnie :

- Je pensais que les plantes avaient besoin de soleil pour s’épanouir. Comment ce canyon peut-il autant regorger de végétaux sans aucune lumière pour les aider à survivre ?

Adel regarda la canopée des arbres que Koah fixait. Ces derniers étaient hauts, denses et leurs feuillages étaient d’un pourpre soutenu. Il dit :

- Les noctalis se nourrissent de l’obscurité principalement. L’absence de lumières leur est bénéfique. Vers minuit, leurs feuilles dégagent une lueur phosphorescente fascinante à observer et un arôme très appréciable.

- C’est surprenant. Si Alcin voyait ça. (Il se tourna.) Andrew, tu…

Koah se coupa dans son élan. Son regard glissa amoureusement malgré lui sur le chef de Lydée qui était assis sur une paillasse recouverte de nombreux coussins. Andrew avait lui aussi revêtu la tunique locale et Koah ne pu s’empêcher de l’admirer avec des yeux émerveillés. A ses côtés, Molly prenait soin de lui. Malgré que le grand homme ne lui adressait plus la parole depuis des jours, Koah ne flanchait pas. Il lui faisait toujours la conversation, et il agissait avec lui avec le désir brûlant de le sortir de cet état de résignation qui le tuait à petit feu. Le mal que Koah se faisait en se frottant à son indifférence était présent, mais le glaneur ne pouvait se résoudre à laisser Andrew sombrer dans les abysses de son âme meurtrie sans réagir. C’était pourquoi il s’efforçait de prendre soin de lui, de panser ses blessures lorsque Ayreb le passait à tabac, de partager sa maigre pitance ou de tout simplement veiller sur son sommeil.

Koah s’assit au bord de la couchette et il prit entre ses mains une petite coupe en faïence remplie d’un thé chaud. Il l’approcha d’Andrew et d’une voix hésitante, il demanda :

- Tu ne bois pas ? C’est vraiment délicieux, tu sais. Tu devrais au moins y goûter.

De l’arcade naturelle, des domestiques de la caste des ouvriers entrèrent en file indienne les bras charger de plat remplit de nourritures. Aussitôt, la cavité fut imprégnée d’une agréable odeur de viande grillée. Ils déposèrent les plateaux de céramique sur une table basse entourée de coussins et en s’inclinant, ils prirent congé. Koah rejoignit la table puis il regarda un à un les plats. Il y avait beaucoup de viande dans ceux-ci, et Koah fit une légère grimace. Il n’y toucherait pas, étant végétarien de par son enseignement de disciple d’Okan. S’il voulait en manger, quelqu’un d’autre devrait s’en priver. On apporta également de la liqueur, et après un certain temps, Dame Myriam et Avian entrèrent.

Koah dit spontanément :

- Merci pour tout. C’est vraiment trop tout ça. Vous ne devriez pas vous donnez tout ce mal pour nous.

Dame Myriam pria le glaneur, ainsi que Molly et Andrew de s’asseoir et après avoir aider la lydéenne, Koah se cala sur un coussin, Avian à sa gauche. Il soutint le regard pénétrant de la Suzeraine qui ne trahissait aucun de ses sentiments. Koah la sentait tout de même assez tendue. Après un léger silence, elle s’exclama :

- Vous êtes ici des hommes libres. Si vous le désirez, Oderne veillera à votre liberté autant qu’il en sera nécessaire.

Koah secoua la tête.

- Non, nous appartenons à Ayreb et une fois qu’il quittera votre forteresse, nous le suivrons.

La Suzeraine paru vexé.

- Comment est-il possible de se satisfaire de son sort de la sorte ? N’avez-vous aucunement soif de liberté ?

- Bien sûr que nous l’avons. Mais notre liberté importe bien peu face à la liberté de tout un peuple. Sans vouloir vous offensez, il y a beaucoup de chose que vous ne comprenez pas. Andrew a offert sa liberté pour qu’Hanka daigne se joindre à Lydée dans la bataille et pour qu’après si nous ressortions victorieux de cette guerre, Ayreb se cantonne au sud de notre monde, sans chercher l’expansion.

Dame Myriam choisi avec attention un beignet de jita, une pâte fourrée de chaire de volaille.

- Et vous ? Pourquoi un tel sacrifice ?

Koah laissa traîner son regard sur Andrew quelques secondes avant de le reporter sur un plat devant lui. Il prit une profonde inspiration, ravalant ses nombreuses souffrances, celles qu’il s’efforçait d’ignorer. Il répondit simplement d’un ton détaché, presque absent :

- Je suis simplement trop faible pour défendre ma liberté face à cet homme.

La réalité était toute autre, mais même lui il ne voulait pas se l’avouer. Koah était un expert lorsqu’il s’agissait de se voiler la face et de se convaincre de quelque chose afin de ne pas souffrir plus qu’il ne le fallait. Comme pour clore le sujet, il se tourna vers Avian et demanda :

- Que souhaitez-vous nous dire ?

*********
Emmitouflée dans un long manteau de peau de bête, Jewel grelottait. De la neige commençait à tomber légèrement et avec appréhension, elle regarda si celle-ci avait un effet sur elle. Jamais elle n’en avait vu et elle en avait un peu peur. Meecham avait tenté de la rassurer car à Jalane il neigeait tous les hivers mais ce ne suffit pas. Son angoisse augmenta même d’un cran lorsque le professeur tenta de lui expliquer comment se formait la neige en altitude. Jewel prenait ce phénomène naturelle pour de la magie et comme tous le monde à Ténolas le savait maintenant, elle avait une sainte horreur de la magie.

Le brouillard glacé dans lequel ils avançaient s’appesantissait à chacun de leurs pas. Deux guerriers sulshs – Jordan et Lon, des jumeaux – furent envoyés en reconnaissance à travers le col enneigé afin de trouver une cavité dans laquelle s’abriter. Ils ne revinrent qu’une heure plus tard et la troupe les suivit. Ils contournèrent une excroissance rocheuse et se retrouvèrent devant l’entrée d’une caverne. A peine franchie, Jewel s’effondra sur un sol rocheux. Par contraste avec la froideur mordante de l’extérieur, la caverne lui sembla chaude.

Meecham et les deux guerriers sous ses ordres allumèrent un feu et un instant plus tard, l’odeur agréable d’une fricassée enivra l’air. Jewel était occupée à la préparation en compagnie du professeur, tandis que Meecham discutait technique de combat avec les jumeaux sulsh. Tout le monde profitait de la chaleur du feu et il régna une gaieté surprenante, surtout grâce à Kodo qui tentait dès que Jewel avait le dos tourner, de chaparder un bout de nourriture.

Tout en brandissant devant la truffe noire de Kodo une baguette en bois, Jewel s’écria :

- Si tu recommences l’ourson, je te promets que c’est toi la prochaine bestiole qu’on se mettra sous la dent. Tu m’as bien comprise ?

En toute réponse, le qwel mordit la spatule de bois d’un air féroce.

Un rire s’éleva dans la caverne. Après sa discussion avec les jumeaux, Meecham alla voir Laë qui scrutait les ténèbres en dehors de la grotte. Il s’appuya les bras croisés et après un instant de silence respectueux, il demanda :

- Vous pensez à Andrew ? Etait-ce une bonne idée de le laisser seul là-bas ? Vous étiez la seule à imposer à Ayreb un certain respect. J’espère que nous mettrons rapidement la main sur ce que nous recherchons. J’ai un étrange pressentiment. Ce n’est plus qu’une question de jour avant que Cécrops tente à nouveau d’ouvrir la Faille et ne fasse passer d’autres soldats. Si cela venait à arriver, il enverra sans doute un bataillon d’ensorceleurs cette fois-ci, et ils érigeront un pont si puissant entre nos deux mondes, que rien ne pourra le détruire. Ce monde disparaîtra et tout ceux qui auront une âme de Sula seront exterminés, alors que les autres seront réduits en esclavage. Nous n’avons plus beaucoup de temps. Le pouvoir que nous recherchons est-il capable de réellement changer la donne ?

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1795
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 04 - Oderne la Renfermée   Mar 25 Nov - 16:18

Andrew ne répondit pas à Koah, c'est à peine s'il tourna légèrement la tête sur côté lorsque ce dernier lui proposa à boire. Molly sembla troublée et surprise par l'attitude de son frère et malgré le fait qu'elle caressait affectueuse les cheveux de son aîné, elle écoutait avec une grande attention ce que disait le glaneur à Avian et Myriam. Elle n'arrivait pas à comprendre le geste de son frère. D'ordinaire, il était un battant, têtu, colérique... désormais lorsqu'elle le regardait elle avait l'impression de n'avoir qu'un fantôme en face d'elle. Presqu'aussitôt, une question fusa sur ses lèvres pulpeuses, au teint rosé agréable à l'oeil :

- Et Logan ?

Contrairement à son frère, elle avait toujours été sensible et ouverte dans ses sentiments. Là où Andrew refoulait ses émotions pour être "fort", elle les laissait venir. Et à cet instant, elle était inquiète pour son neveu qu'elle savait encore plus irresponsable qu'Andrew ! D'ailleurs, si on lui avait dit que ça existerait un jour, elle ne l'aurait pas cru. Quoique, le chef de lydée s'était calmé... même si à une période, il picolait, sec le bonhomme ! Ce dernier coupa court et sec aux interrogations de sa soeur en disant, le ton brut, comme la roche :

- Logan ne sait rien et il ne doit rien savoir. Pas encore et c'est un ordre !

- Hé oh, ça va, Monsieur Aimable !

Molly semblait s'être un peu vexée. C'est à cet instant que Colak, son fiancé entra. Voyant le regard grincheux de celle dont il était éperdument amoureux, il approcha, sourire aux lèvres en disant :

- Tss... Il vient à peine d'être libéré de l'autre barbare décérébré que tu le grondes déjà, Molly. Laisses-le donc se remettre, les prisonniers et esclaves mettent toujours du temps à s'adapter à la situation.

La belle blonde planta ses yeux bleus sur Colak et dit exaspérée, avant de se lever pour bouder dans son coin :

- Toi, t'es toujours à la ramasse, tu comprends jamais rien ! Pfff...

Colak resta immobile, hésitant entre le fait de s'expliquer avec sa belle ou de se faire petit... Il opta pour la seconde solution en s'asseyant non loin d'Andrew. En voyant son regard fixe, il passa à plusieurs reprises sa main, sans obtenir de réaction, se tournant vers Koah, il questionna :

- Comment c'est arrivé ? Molly m'a toujours dit que son frangin était un bon archer... J'ai du mal à croire qu'un aveugle puisse chasser le sanglier. C'est cet "Arled" qui l'a torturé ?

Andrew serra les dents avec fureur et s'apprêta à remettre le malheureux Odernien à sa place mais la voix d'Avian le coup net dans son élan parce que ce que l'individu dont il ignorait l'allure donna des explications troublantes de sa voix grave et posée :

- En réalité, Ayreb n'y est pour rien. Andrew vous êtes victime d'un sort puissant... et particulièrement étrange. Un Sula mortel ne peut vous infliger pareille blessure si puissamment sans vous suivre... Son énergie utilisée serait trop importante et le tuerait.

- Vous voulez dire... c'est un Dieu qui est responsable ?

Le silence tomba, Avian semblait réfléchir. Dame Myriam, assez impatiente invita son hôte à s'expliquer d'un signe de tête :

- Oui... un Dieu vous a rendu aveugle par son pouvoir. Et par sa puissance, il maintient son sortilège. L'aura qui émane de vous ne peut symboliser que ça... car je doute que votre ami souhaite vous faire du mal.

Il tourna son regard vers Koah et planta ses yeux sur lui. Pendant une infime seconde il sembla rêveur mais il reprit :

- Vous possédez tous les deux un pouvoir impressionnant... il vibre dans l'air. C'est en partie pour cela que je souhaite en apprendre plus et que je voulais vous voir. La magie est une chose fort utile, lorsqu'elle est maîtrisée et canalisée... tout comme les sentiments. Si je regarde le filet de rancoeur que vous laissez tous les deux sur votre sillage... il est certain que vous ne contrôlez pas vos émotions, la magie vous domine sans que vous ne sachiez la saisir.

- Avian, j'ai du mal à vous suivre, en quoi cela nous sera utile ?

- Dame Myriam, au vu de l'incroyable potentiel que renferme Koah et Andrew... ils sont un atout majeur pour la bataille qui se prépare. Je peux les aider, leur enseigner ce que je sais.

- La magie ne m'intéresse pas. Et le pouvoir que j'ai je ne l'ai pas demandé, alors de savoir le contrôler ou pas, je m'en bats sérieusement !

Devant le refus d'Andrew, Avian sembla peiné et il reporta son attention sur Koah. Des deux, il n'ignorait pas que c'était lui qui avait le plus de potentiel.

*******


Dans un nouveau filet de sang, le coup heurta le visage du malheureux soldat qu'Ayreb avait choisi pour déchaîner sa colère. Seul dans sa pièce gardée par deux autres hommes, il avait littéralement explosé le jeune hankien étalé au sol, baignant dans une flaque de sang. Le visage tuméfié, défiguré par la torture de son chef, il restait cependant soumis, n'osant pas le défier du regard. Dans un geste violent et hargneux, Ayreb s'accroupit et lui assèna un coup violent au bas de la nuque. L'homme assomé, ne bougea plus. Couvert de sang jusqu'au visage, les mains tâchées de rouge, Ayreb se releva, furieux, fracassant tout ce qui passait à sa portée. C'est alors que la porte s'ouvrit.

- DEHORS !!!! OU JE VOUS CREVE COMME DES PORCS !!!

Mais lorsqu'il se retourna, il tomba nez à nez avec la femme guerrière qui lui avait tenu tête. Cette dernière avait mis les gardes KO et regarda l'homme au sol et le sang avec un certain dégoût. Elle planta ses yeux verts dans ceux d'Ayreb, elle avait un fouet à sa ceinture de cuir.

- Qu'est-ce que tu fais là, salope ? Dégage avant que je battes à mort pour me défouler. Je n'ai pas de temps à perdre avec une putain de ton genre.

La femme eut un regard noir mais ne broncha pas. Elle répondit, autoritaire :

- Je te conseille de faire attention à la façon dont tu parles à la Reine des amazones, bite molle... J'ai vu des mâles plus fort que toi implorer ma pitié lorsque je leur tranchais les couilles pour les leur faire bouffer. Avec moi ton phallus ne te servira à rien d'autre qu'à faire le beau. Ici, c'est mon fouet qui domine !

- C'est ce qu'on va voir, sale traînée !

Ayreb dégaina son épée avec hargne, le visage déformé par sa colère croissante. La femme face à lui eut un rire sarcastique :

- Et c'est tout ? Tu comptes me faire la peau avec ton jouet pour fillette ?

Le chef d'Hanka chargea, faisait voler la lame dans les airs, la rapprochant du cou de la femme qui osait le défier. Il y eut un claquement sec, l'épée dévia de sa trajectoire et fut arrachée de la main ensanglantée qui la tenait fermement. Elle voltigea à l'autre bout de la salle. avant qu'il n'ait pu comprendre ce qu'ils se passait, deux claquement retentirent, Ayreb bascula en arrière et tomba lourdement sur le dos. Avec son fouet, l'amazone l'avait désarmé, et immobilisé puisqu'elle avait ligoté ses pieds et ses mains avec un autre fouet, qu'elle gardait à la cheville. Elle approcha du Chef d'Hanka qui se débattait et plaqua sa botte de cuir sur son entrejambe sans le ménager, le faisait se mordre la lèvre inférieure de douleur.

- Je t'avais pourtant prévenu... explique-moi comme un blaireau aussi minable que toi peut être à la tête d'Hanka ? C'est paradoxal qu'une femme arrive à te mettre KO sans entamer un combat, n'est-ce pas ?

- SALOPE !

Ayreb était amer et ne rêvait que d'une chose, tuer cette effrontée qui lui tenait tête. Sauf que l'amazone appuya encore plus sa botte sur les fameux bijoux de famille qu'il se plaisait tant à montrer. Elle ajouta, sourire au lèvres en sortant un couteau impressionnant de ladite botte en question.

- Je veux t'entendre dire que tu te soumets... sinon, il n'y aura plus de différence entre une femmelette et toi... Alors ?

- Va te faire FOUTRE ! SALOPE !

Avec une rapidité surprenante, et tout en maintenant ses maisn et ses pieds liés, elle entailla le pantalon d'Ayreb et posa la lame sur ses bourses avec instance. Elle entailla, le sang coula mais elle s'arrêta lorsque le chef d'Hanka dit faiblement, le visage assez blême :

- Je me soumets... c'est bon...

L'amazone regarda l'homme quelle avant devant elle avec un certain mépris :

- Bien, tu comprends vite mais faut t'expliquer longtemps... La prochaine fois que tu me manque de respect, je t'émascule comme une merde et je te laisse te vider de ton sang pendu par les pieds, c'est clair ?

Ayreb, lâcha, les mâchoires serrées :

- Oui...

Elle agita ses fouets et le relâcha avant de quitter la pièce, laissant le vaincu panser l'entaille, l'amertume accentuant davantage sa colère noire...

*******

Laë pensait en effet à Andrew et à Koah, qu'elle avait laissé au prises avec le tyran Ayreb. Elle écouta Meecham sans vraiment le regarder et après qu'il eut terminé, elle laissa un grand silence entre eux. Finalement, sa voix paisible de douce répondit aux attentes du Jalanien :

- J'ai également un pressentiment... Meecham. Notre quête risque d'être difficile... à mesure que nous approchons, j'ai l'impression qu'une menace grandit. Peut-être pourrions-nous faire demi-tour et laisser tomber... mais si nous avons une chose à méditer c'est de l'utilité de notre découverte. Si ce livre entre en notre possession, nous pourrions nous battre contre l'armée de Crécrops avec des pouvoirs conséquents. Sans lui, nous aurons du mal à gagner... Hanka nous a ralenti dans notre alliance avec les autres peuples, Dorthal court toujours vers la Faille pour s'allier avec l'ennemi... Nous devons trouver ce livre, je prends tous les espoirs pour des atouts.

Elle jeta un oeil à Jewel et dit, avec un certain mystère :

- Prenez garde à elle, Meecham... et faites-lui un enfant. Elle en rêve... même si elle ne le sait pas encore. Il faudra cependant lui dire que sa progéniture risque de posséder quelques pouvoirs magiques... elle est sula et vous l'êtes aussi dans un sens... Les temps à venir vont être étranges... et décisifs. Je ne peux que nous souhaiter bonne chance et bon espoir. Si nous allions manger ?

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1931
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 04 - Oderne la Renfermée   Ven 28 Nov - 10:48

Koah resta silencieux quelques secondes, les yeux posés sur Andrew. Si à une époque la magie l’avait fortement intéressé au point de vouloir fuir les siens pour suivre Kirion, aujourd’hui tout était différent. La magie de son âme avait blessé Andrew, elle avait détruit l’homme qu’il aimait. Koah n’était pas certain de pouvoir un jour assumé utiliser ses pouvoirs. Ceux-ci semblaient bien trop puissants pour être canalisés. La tâche lui paraissait impossible, voir titanesque. Même les dieux lui enviaient la puissance de son âme. Comment un simple mortel comme lui pouvait-il donc maîtriser une aussi puissante magie ? C’était impossible, et même avec de l’aide, il ne s’en sentait pas capable.

Il servit machinalement une assiette de couscous à Andrew, ainsi que quelques beignets de jita, puis il dit calmement :

- J’ai conscience que mon âme est différente de celles des autres, qu’elle est un atout pour celui ou celle qui la possède, mais soyons réaliste, le pouvoir que je renferme est bien trop puissant pour pouvoir être manipulé par un simple mortel… qui ne contrôle pas ses émotions.

Koah regarda attentivement Avian.

- A une époque, je fus attiré par la magie et par le savoir de Kirion. Aujourd’hui c’est différent. La magie a causée trop de tors autour de nous pour qu’on puisse lui faire confiance. Nous n’avons pas demandé de posséder de tels pouvoirs, nous ne devrions pas être obligé de les utilisés en combats.


Dame Myriam lui accorda un regard désolé puis d’un ton doux elle dit :

- Nous pensons à Oderne que rien n’arrive par hasard. Tout est déjà écrit dans les Cieux et joué d’avance. Il ne nous reste plus qu’à suivre les règles pour gagner. Les pouvoirs que vous possédez peuvent peser dans la balance de la survie de notre monde. Ce n’est pas une coïncidence.

Le glaneur secoua la tête, navré. Il n’était pas prêt à assumer qui il était. Avant sa mort dans les catacombes, il n’était qu’un piètre Lydéen, qu’un disciple d’Okan un peu trop maladroit, et aujourd’hui à l’heure de sa résurrection, le voilà qu’il était l’âme la plus parfaite que ce monde n’ai jamais porté. C’était trop lui demandé d’un coup. Il avait déjà bien du mal à se faire à l’idée que le monde de Danaé n’était qu’une illusion alors lui demandé d’accepté son nouveau statut sans bronché, c’était impossible pour l’instant. Il ronchonna :

- Vous ne comprenez pas l’étendue de ses pouvoirs.

- Alors expliquez le nous. Si nous devons combattre coudes serrés, alors il ne faut pas qu’il y ait de secret entre nos communautés.

Après un instant à réfléchir, Koah acquiesça. Il jeta un regard à Andrew, puis à Molly et enfin il reposa son regard sur Dame Myriam et Avian. Il n’ignorait pas que ce dernier – et cela il ne le savait comment – devait déjà savoir ce qu’il allait révéler, mais la Suzeraine elle, était toujours dans l’ignorance. Il dit alors :

- Andrew possède le pouvoir de Cheera. Au sommet du Pic des Ténèbres, notre déesse créatrice à sacrifier sa vie pour qu’il puisse anéantir Mavican qui s’était Elevé.

De surprise, la matriarche laissa tombé son beignet dans son assiette et Koah poursuivit :

- Quant à mon âme, elle est si on en croit les dieux ; parfaite. Je suis une Vague comme ils l’appellent. Cette notion me dépasse encore, mais voilà dans l’absolu ce qu’Andrew et moi nous sommes. (Il regarda Avian.) Ces pouvoirs ont détruit bien plus que vous ne l’imaginez.

**********
Meecham acquiesça mais il ne bougea pas. Son regard était posé sur Jewel dont il suivait les moindre de ses mouvements. Les sentiments qu’il éprouvait à l’égare de la lydéenne ne cessaient de grandir au fil des jours. Depuis qu’ils s’étaient unis passionnément la veille du départ vers Hanka, Meecham ne cessait de penser à elle. Il se décrocha de contre la paroi de la grotte pour aller rejoindre le feu et s’asseoir près des jumeaux Sulsh. Jewel servit une dizaine de minutes plus tard sa fricassée aux nombreux morceaux de viandes dans des petits bols en bois et tous purent enfin savourer un instant de détente et de convivialité bienvenu.

Le professeur et la jeune femme semblaient s’entendre de mieux en mieux au fil du temps passé. Jewel trouvait passionnant les histoires qu’il racontait sur son monde qu’il appelait la Terre. Même si elle n’en croyait pas un mot, elle trouvait très distrayant de l’écouter lui expliquer le fonctionnement d’un train ou même d’un avion. Malgré la bonne humeur ambiante, Meecham restait songeur, ne prêtant que peu d’attention à tout ce qu’il se racontait. Il était perdu dans ses pensées. Que voulait dire Laë en prétendant que dans un sens il était sula lui aussi ? Il ne comprenait pas l’allusion. Ce fut donc après le repas qu’il s’assit près de Laë.

- Vilain coup bas de la part de Jewel n’est-ce pas ? dit-il en indiquant le bol plein que la reine tenait entre ses mains. Etant végétarienne, elle n’avait pu se résoudre à manger cette fricassée de viandes découpées si finement qu’il était pratiquement impossible d’en séparer les légumes de la chaire animale.

Le guerrier fouilla une besace non loin de lui et il en sortit une brioche aux miels et une pomme qu’il tendit ensuite à la reine.

- Majesté, que supposiez-vous lorsque vous m’avez dit tout à l’heure que dans un sens, j’étais sula moi aussi ? C’est impossible. Si je l’étais réellement, cela ferait longtemps que mon peuple ne serait plus de ce monde. Thorin élimine les espèces possédant une âme capable de s’élever et d’atteindre une illumination.

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1795
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 04 - Oderne la Renfermée   Mer 3 Déc - 18:51

Tandis qu'Avian écoutait sans surprise les révélations de Koah, Andrew semblait mal à l'aise. Il détestait qu'on parle de son "pouvoir" qu'il considérait plus comme un boulet qu'autre chose. Et puis, il s'énerva contre la dernière personne qui avait parlé... Koah. Surprenant les autres autour de lui, son ton était cassant, ferme, plus qu'il n'aurait du l'être :

- Je n'ai pas l'intention de me servir du pouvoir de Cheera de toute façon, sauf obligation. Mais toi justement, tu as assez fait de dégâts comme ça ! Apprends donc à maîtriser ton pouvoir et éloigne le de moi à jamais !

Les propos étaient injustes... terriblement injuste puisque Kant savait pertinemment que Koah n'avait pas usé de sa magie pour l'enfermer dans le monde de Danaë. C'était la Déesse elle-même qui avait usé de ses pouvoirs. Dans un geste involontaire, il balaya l'air de la main, heurtant l'assiette que Koah lui avait servi, expédiant son contenu sur le glaneur. Il cessa de bouger, légèrement perdu, ne sachant pas vraiment ce qu'il venait de faire voltiger. Avian tendit le doigt vers l'assiette vide et se concentra un très bref instant. Tout le contenu fut replacé dans l'assiette, laissant la tunique de Koah aussi propre qu'avant.

- Vos deux pouvoirs demandent un minimum de maîtrise. Le don de Cheera, vous devez l'accepter Andrew, parce que tant que vous vous confronterez à lui, il n'aura de cesse de se manifester et de vous affaiblir. Un Mage ne doit pas douter sinon il échoue. Malgré le fait que vous ne renfermiez aucune magie, vous êtes devenu l'Elu. C'est vous que Cheera a choisi, personne d'autre. Elle a donc su choisir sagement, en trouvant au fond de vous une force dormante. Il faut que quelqu'un vous aide à mieux contrôler...

- Je vous ai déjà dit non !

Andrew fulminait et dans un geste une nouvelle fois involontaire de l'autre main, il décocha une cruche en terre cuite remplie d'eau, la propulsant sous le sol. Avian pointa à nouveau son doigt avec une vitesse fascinante et fit aterrir l'objet sur la table, juste avant que ce dernier ne se brise. Il posa ses yeux sur Koah et poursuivit :

- Quant à vous, vous êtes fait pour manier la magie. Kirion le sait. Ce n'est surement pas un hasard si vous êtes revenu de là où on ne peut partir. Votre magie irradie tout autour de vous, plus qu ce que vous ne pensez... La laisser aussi insolente, aussi sauvage ce n'est pas la bonne solution. Vous êtes quelqu'un de plus ouvert qu'Andrew, aussi, je sais que vous allez m'écouter attentivement...

- Espèce de... JE SUIS QUELQU'UN D'OUVERT !

Andrew venait de se lever en rugissant, le visage furieux. Il regardait à côté d'Avian, sans vraiment savoir avec certitude où il se trouvait. Si un combat avait du s'engager, Andrew, même aveugle aurait gagné. Face à un Avian accroupi et frêle, il était décidément un collosse... la différence entre Ayreb et Laë s'applaiquait parfaitement à aux deux. Mais le jeune homme se contenta de répondre, sans se départir de son calme :

- Inutile de crier aussi fort que votre frère, je ne suis pas sourd. Le fait est que Koah est sans aucun doute le plus calme de vous deux. Je ne vous attaquais pas personnellement.

Furibond, Andrew se détermina à s'asseoir mais il opta délibérément pour l'ignorance. En regardant Molly qui boudait toujours dans son coin et Andrew, vexé qui se taisait et faisant semblant de ne pas écouter, c'était plutôt comique. Néanmoins, un détail ne les avait pas choqué plus que de raison... ils étaient tellement dans leur "bulle" qu'ils n'avaient pas remarqué que Avian avait parlé de frère.

***********


La manoeuvre de Jewel n'étonnait plus Laë. La Reine n'avait rien eu à manger mais à la rigueur elle s'en moquait. Elle donna son assiette à Kodo qui non seulement de piquer dans celle d'un des deux jumeaux avait récupéré les restes et les avaient engloutis à vive allure. Il avait des morceaux de viande pris sur son pelage et cherchait à engloutir l'assiette d'autres retardataires.

Laë plongea ses yeux dans ceux de Meecham et eut un petit sourire. Sa question était loin d'être stupide, aussi, elle prit un instant pou réfléchir et commença :

- Et bien, Thorin comme vous l'avez remarqué, n'est pas le maître en ce monde. Et c'est ce qui l'obsède... vous l'avez dit, ce qu'il put avoir, il le détruit. Les Sulas ici sont tous susceptibles de s'élever. Jewel ne déroge pas à cette règle. Mais, certains écrit racontent qu'un malédiction aurait été placée sur certaines personnes par les Dieux, les privant de leur pouvoir d'élevation. Autrefois, Yrilia appliquait cette magie sur les clans barbares au nord. Mais nous n'étions pas de Dieux, nous ne pouvions qu'atténuer leur magie. Reste que ce savoir ancien est peut-être dans le livre que nous cherchons. Il est possible que Thorin utilise une malédiction à son tour... c'est lui-même un Sula, au départ. Je ne fais qu'une hypothèse, bien sûr, mais, je trouve curieux que votre présence soit plus "forte" ces derniers temps. Un peu comme si vous aviez une "aura", très très faible, mais... elle existe.

Elle eut un petit sourire de revanche et dit en jetant un oeil à Jewel :

- Si j'étais vous, je ne crierais pas victoire trop tôt... j'aurais ma revanche sans avoir à faire quoique ce soit... vous verrez, elle finira par ne plus supporter l'odeur de la viande, d'ici quelques temps...

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1931
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 04 - Oderne la Renfermée   Ven 5 Déc - 16:12

Les mots d’Andrew étaient semblables à des coups de poignards. Ils faisaient mal tant ils étaient injustes, mais comme à son habitude, Koah acceptait le reproche. Il se contenta d’encaisser et de laisser le chef de Lydée passer ses nerfs sur lui. Le regard fuyant, il laissait ce dernier reposer sur son plat vide devant lui. Le silence pesa de longues minutes. Minutes que Koah passa à réfléchir à tout cela. Avian avait certainement raison. Il devait apprendre à maîtriser les pouvoirs qu’il possédait, ne serait-ce pour que jamais plus ceux-ci ne soient source de souffrances et de peine.

Koah hocha la tête, signifiant ainsi son accord à accepter le dialogue. Ses yeux d’un vert pétillant plongèrent dans le regard d’Avian. Ils semblaient sondés son esprit à la recherche d’on il ne savait trop quoi.

- Un jour mon père m’a dit que c’était la magie qui nous choisissait et qu’il suffisait de l’écouter pour en apprendre les subtilités. Si la magie m’a choisie, j’imagine que je ne peux rien contre ce fait et qu’il me faut l’accepter. Alors très bien, j’accepte d’apprendre, mais avant j’aimerais savoir qui vous êtes exactement. La magie que vous utilisez, est-ce Kirion qui vous l’a enseignée ?

Si Andrew et Molly ne semblaient pas avoir fait attentions aux mots employés par Avian, Koah lui y avait prêté l’oreille et l’utilisation de « frère » n’était pas passée inaperçu. Soit Avian lisait dans les pensées et avait donc prit connaissance du lien qui unissait Andrew à Ayreb dans l’esprit de l’un d’entre eux, soit Kirion avait renseigné Avian sur bon nombre de chose. Dans un cas comme dans l’autre, Avian restait un mystère que Koah tenait à percer. Il n’était pas question de se laisser à nouveau manipuler par quelqu’un. Il avait trop perdu en croyant aux promesses de Torsha.

Koah considéra l’homme en face de lui d’un regard profond. On aurait dit qu’il l’évaluait, qu’il le jaugeait comme un potentiel ennemi. Bien qu’ayant confiance en Dame Myriam et aux Oderniens, cet étranger était bien trop entouré de mystère pour lui accorder une confiance aveugle.

- Excusez-moi de paraître si méfiant, mais les seuls mages que nous autres Lydéens avons eut le malheur de croisés ces derniers mois, n’ont jamais été très dignes de confiance. Qu’est-ce qui me garantit que vous ne cherchez pas à mettre la main sur deux grandes sources de pouvoir ?

Il faisait référence à Mavican, Jirias et même Guerel dans un sens qui leur avait caché bien des choses.

Dame Myriam lui fit non de la tête.

- Vous pouvez avoir confiance en Avian. Il vous aidera.

- Comment ? La tâche me semble si longue et ardue, et nous avons si peu de temps.

**********
Songeur quelques instants, Meecham fixait Laë en réfléchissant. Il ne savait pas trop quoi penser de tout cela. Peut-être avait-elle raison, mais il avait énormément de mal à le croire. Le culte de Thorin et ses grands prêtres mettaient un point d’honneur à affirmer qu’aucune âme Jalanienne ne pouvait s’élever. Ce serait un blasphème à l’encontre de Thorin que de croire qu’un simple humain puisse devenir dieu. C’était pourquoi il n’existait dans les légendes Jalalienne, aucune trace de moyen pour un mortel de devenir un immortel.

Après une sieste d’une petite heure, la troupe fut à nouveau prête pour le départ. Jewel et les jumeaux finissaient de s’emmitoufler dans leurs longs mentaux de fourrure. Au dehors, la neige tombait en de gros flocons cotonneux. Le crépuscule teintait le ciel gris d’une lueur charbon presque irréelle. A la lueur des flambeaux, ils marchèrent en file les uns derrières les autres. Le froid mordait les joues et les bouts des nez. Un peu en retrait, Meecham tenait la main de froide de Jewel. Il l’aidait à avancer à travers cet étrange blizzard de neige et de grêle.

Deux heures après leur départ, d’une voix portante, la jeune femme s’écria :

- C’est impossible qu’Alice soit venue jusqu’ici pour cacher ce livre ! Nous devrions rebrousser chemin !

- Nous y sommes presque, j’en suis persuadé, lui avoua Meecham comme pour l’encourager à faire un pas de plus

- Nous parlons d’Alice ! Elle n’aurait jamais affrontée une telle tempête ! Elle tenait à peine sur ses vieilles guiboles ! Voyons la réalité en face, ce livre est perdu à jamais. Il a brûlé avec Lydée.

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1795
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 04 - Oderne la Renfermée   Mer 17 Déc - 17:04

Avian laissa un instant planer le doute. Il compranait la méfiance de Koah même s'il semblait vouloir échapper à ses questions. Il lança un regard à Dame Myriam qui l'encouragea d'un signe de tête. Elle semblait comprendre qu'il hésitait. Et pour cause, ce qu'il allait dire risquait fort de déplaire... à Koah, dans un très maigre mesure... en fait, Andrew risquait surtout de s'emporter. A la façon dont il avait réagi, c'était plusque possible. Il prit la parole, le ton neutre mais les yeux éveillés comme pour appréhender l'impact que cela allait avoir :

- Vos questions sont légitimes... je vous demanderez simplement de garder le silence sur ce que je vais vous apprendre à propos de moi et de mes compagnons... Nous sommes d'anciens alliés de Dorthal...

- QUOI ?!?

Andrew avait littéralement bondi et était prêt à se jeter sur l'homme pour le tuer... à coup de poing... Restait le fait qu'il était aveugle et qu'il se jetait en avant à cet instant là, il tomberait lourdement le ventre au sol à quelques centimètres d'Avian. colak posa la main sur l'épaule d'Andrew qui d'un geste brusque du coude lui fenditla lèvre en deux et le fit tomber en arrière sur le sol. Molly hors d'elle s'approcha de son frangin et vociféra :

- Espèce de brute épaisse !

Claf ! Elle lui donna une gifle monumentale avant d'aider son compagnon, à moitié sonné à se relever. Andrew, dont la joues était marqué par la main de sa soeur bouillait de rage. Il tempêta :

- De quel droit tu te permets de me gifler ! VIENS ICI !

Avian, marmonna quelques mots et un petit nuage de fumée se posa sur la tête des deux Kant. Les deux se calmèrent presqu'immédiatement et se rassirent, silencieux. Le mage expliqua sous l'air accusateur de Koah :

- C'est sans danger, il s'agit d'un effluve du calme... Cela apaise les tensions et les nerfs lorsqu'il font perdre les moyens de raison à un être humain. Et puis, si je dois continuer, je préfère m'adresser à des personnes calmes...

Il eut un léger sourire et reprit en posa ses mains sur ses jambes :

- Mon peuple a toujours été inconnu vis à vis de vous autres. On nous surnomme en Yrilia le Peuple de l'Albatros. Dorthal nous connaît, il avait souhaité que nous restions à la frontière. Nous n'avons jamais voulu bouger de là. Jusqu'au jour où Dorthal est arrivé avec son armée. Nous leur avons offert le couvert et notre amitié, vieille de plus de cent ans et il nous as appris que La Reine Laë les avait trahis... Que Mavican avait tué des leurs et que Laë sympathisait avec ses plus fervents alliés. Nous l'avons cru... jusqu'à ce que nous apprenions l'invasion de l'autre monde... Dorthal a immédiatement émis l'hypothèse folle de s'allier avec eux contre les assassins. Nous avons refusé et il a alors ordonné la mise à mort de mon peuple. Nous ne sommes pas dupe, nous avons disparus comme le vent. Il n'a rien pu détruire de plus que deux grottes. Il est ensuite parti avec son armée... Peu de temps après, Kirion est venu nous voir.

Lorsqu'il vit Dame Myriam frissonner au nom du dieu, il s'empressa d'ajouter :

- Mon peuple ne vénère que Tulan... Kirion est simplement un des seuls à avoir veillé sur nous. Il a répondu à de nombreuses interrogations. Nous avons appris avec stupeur que Dorthal avait menti. Mavican n'a pas assassiné les Yriliens... C'est Dorthal qui l'a fait faire ! Il a été inspiré par le pouvoir que renfermait le sorcier en lui. Séduit par la magie qu'il abritait, il lui a offert discrètement des personnes à tuer à son tour... La magie noire se nourrit des âmes... à chaque nouvel esprit qui mourrait, c'était un pas de plus vers l'immortalité. J'ai fait mes recherches... dans d'anciennes écritures et j'ai découvert que la magie de Thorin utilisée par les envahisseurs pouvait rendre un être immortel. Dorthal avait foi en cela... sauf qu'il n'était pas le commanditaire... Le véritable meneur est resté dans l'ombre jusqu'à présent, avec la mort de son bras-droit, il est fort probable qu'il acquière ce pouvoir lui-même. Une fois Dieu, il détruira le monde de Cheera, notre monde à jamais. Un pouvoir tel que celui d'Andrew ne doit pas tomber entre ses mains. Notre mission est donc de vous protéger tous les deux du mieux que nous le pourrons... et comme nous ne pouvons pas assurer votre défense de façon permanente, il est temps de vous former pour que vous puissiez vous-même sauver votre vie.

*******

- Nous ne devrions plus être très loins...

A peine Laë eut-elle le temps de terminer sa phrase qu'un bruit sourd rententit. Le troupe jeta un oeil de tous les côtés. quelque chose bougeait, ça tremblait... une avalanche ? Sans comprendre ce qui arrivait, le plancher sur lequel il s marchaient s'effondra le laissant tomber dans le vide. La chute dura bien 15 mètres mais il atterrirent sur quelque chose de mou... de trop mou pour être normal. Tandis que la Reine se relevait, elle sentit quelque chose bouger. La chose en question était gigantesque. Elle devait mesurait plus que 10 mètres de haut et pourtant c'était un homme. Un géant ! Recevant de la neige sur sa longue barbe blanche, il éternua faisant trembler toutes la crevasse et recouvrant de neige le groupe atterré...

- Qui êtes-vous ?

La voix était grave et puissante... Decidément ce bonhomme ne faisait pas son âge... Laë repondit, pas très sûr d'elle :

- Nous ne vous voulons aucun mal, nous sommes à la recherche d'un endroit et nous sommes tombés dans cette crevasse sans le vouloir.

- Vous cherchez quoi ?

- Oh... euh... vous ne sauriez pas où...

- Il n'y a rien ici qui soit susceptible de vous aider sauf si vous vous intéressez à la magie... et que vous ayez l'intention délibérée et stupide de perdre la vie...

- Nous...

- Vous tombez à pic... j'ai faim !

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1931
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 04 - Oderne la Renfermée   Sam 20 Déc - 23:29

Koah secoua la tête d’un air absent. Il avait du mal à tout saisir et à rejoindre les nombreux bouts de toute cette histoire. Tout lui semblait tellement compliqué. Mavican, Dorthal, Thorin… et maintenant un allié dont il ne savait rien ? Tous ces noms et toute cette haine envers eux… c’était déroutant et Koah devait avouer qu’il était un peu perdu. Il se leva doucement et il s’éloigna afin d’encaisser la nouvelle et surtout de réfléchir. Il se massa les tempes en tentant, sous le regard compréhensif de Dame Myriam et des autres, de remettre en place toutes la chronologie des événements passés. Il dit alors d’un ton sec et tranchant qui ne cacha en aucun cas une pointe d’agacement :

- Stop. On reprend ! Voilà ce que nous, nous savons. Vous me direz, où vous vous positionnez dans tous ceci !

Il fit un geste de la main, puis il fit les cents pas dans la pièce, réfléchissant apparemment à voix haute :

- Il y a environ près de cent ans, Mavican est banni de Lydée. Fou de rage, ce dernier promet un jour de se venger des Lydéens et pour atteindre son but, il offrit à Kobol son âme en échange d’un peu d’ambroisie. Grâce à elle, il repousse la mort et garde sa jeunesse éternelle… ou plutôt sa vieillesse éternelle. Grâce à sa nouvelle longévité, il se met alors en quête de puissance. Apparemment prédestiné à manier la magie, il erre à travers notre monde et y découvre de nombreux secrets capables d’accroître sa puissance. Il devint un puissant mage, voire le plus puissant se trouvant sur nos terres. Comment a-t-il eue connaissance du monde de Jalane ? Nous ne le savons pas mais il ouvrit une brèche reliant nos deux mondes et il s’en va là-bas. Durant quelques années, il reste sur Jalane et suite à une alliance passée entre Cécrops et lui, Mavican amasse encore plus de puissance magique en ôtant la vie de milliers d’ensorceleurs. Le pacte était clair. En échange de l’Elévation de Mavican au statut de dieu, ce dernier devait aider à détruire la protection magique qui entoure le monde de Cheera. Il devait détruire nos âmes car comme nous le savons tous, il n’y a que la foi qui compte et c’est celle-ci qui est la source des plus grands pouvoirs.

Une très légère crispation des lèvres de Koah révéla une frustration qu’il n’osait pas exprimer.

- De retour parmi nous, débordant de puissance, Mavican arrive en Yrilia. Là-bas, il cause selon les dires de Laë, des millions de morts. Sans doute s’en est-il prit à ceux derrière les Rocailles car notre partie de l’île jouit d’une protection constante de Cheera ? Je n’en sais rien. Mais quoiqu’il en soit, lorsqu’il arrive sur le mont Kobol pour dérober le Cœur des Ténèbres et contrôler les Idrazits, Mavican est quasiment au sommet de son évolution.

Koah se tourna vers Avian et il revint vers la table.

- Tout ce qu’il se passe au-delà les rocailles est bien trop nébuleux ! Qu'avez vous donc à cacher ? Prétendez-vous que Dorthal avait les mêmes ambitions que Mavican ? Qu’il voulait également s’élever après lui ? Mavican allait offrir l’accès de notre monde à Thorin. Je doute sincèrement que ce dieu allait laisser Dorthal s’élever également. Je suis bien placé pour savoir que les dieux ont toujours une idée derrière la tête. Toujours. Tout comme les vôtres.


Dame Myriam fit un geste de la tête, le visage compréhensif. Elle l’invita à continuer d’un mouvement de main plein d’espoir.

- Qu’est-ce qui vous déranges réellement, Koah ?

Koah prit une profonde inspiration, son visage s’assombrissant. Un œil initié à la magie aurait pu voir à cet instant s’émaner de lui et glisser autour de son corps, comme des serpents, de brefs éclairs bleutés.

- Ce qui me dérange ? Je vais vous le dire ce qui me dérange Dame Myriam. Ce qui me dérange c’est toute cette histoire ! Dorthal est mort, sa tête offerte par Kirion sur un plateau d’argent, et pourtant (il pointa un doigt accusateur vers Avian) vous autres habitants de derrière cette putain de frontière, vous persistez à vouloir nous faire la guerre ! Vous êtes tous aussi fourbe les uns que les autres. Ce mystérieux commanditaire souhaites-t-il en toute conscience continuer l’œuvre de Mavican et offrir l’accès à notre monde à Thorin ? C’est du suicide ! Même son peuple souffrira ! Il n’y aura que lui qui sera épargné. Savent-ils ces mages stupides qu’ils marchent tous vers la mort ? Car ils mourront lorsque Thorin aura accès à ce monde.

Il serra les poings, tournant sur lui-même pour s’éloigner encore un peu plus et aller s’appuyer contre l’ouverture de la grotte, regardant les lueurs violettes du canyon.

- Ça me fait doucement rire tout ça. Nous sommes sensé être porteur de tous les espoirs de Cheera, et pourtant Andrew à été rendu aveugle par un Immortel. Cherchez l’erreur.

**********
Meecham et les jumeaux sortirent aussitôt leurs épées lorsque le géant leur confia sa faim. Kodo gesticulait dans tous les sens, sa lance brandie et il poussait des cris de guerre destinée à impressionner l’adversaire. Il prenait étrangement soin de Jewel qui avait un mal fou à se relever d’un monticule de neige. Pétrifiée, cette dernière se faisait toute petite. C’était la première fois qu’elle voyait un être aussi grand… quoiqu’il ne dépassait pas les Idrazits de taille.

- Trouves-toi un autre met à déguster l’affreux ! Nous ne nous laisserons pas mangé ! s’écria Meecham d’un air menaçant.

Prêt à en découdre, les trois guerriers et le qwel faisaient front. Leurs pieds s’enfonçaient profondément dans la neige, prenant appuie pour pouvoir riposter. Tous n’attendaient qu’un mauvais geste de la part du géant pour tenter de le mettre hors d’état de nuire.

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1795
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 04 - Oderne la Renfermée   Mer 7 Jan - 23:23

Le dit géant resta de longues minutes à regarder le petit groupe. Il ne paraissait pas vraiment amical, loin de la même puisque sa respiration rauque évoquait plus des grognements qu'autre chose. D'un geste de la main, il fit tomber une rafale de neige sur Meecham, les jumeaux et Kodo. sous le chox, ils lâchèrent leurs armes, de la neige jusqu'au bassin, à moitié sonnés. Le géant en profita pour empoigner Meecham de façon maladroite, faisant craquer ses os. Il relâcha un peu de pression et tint le guerrier en l'air, sa jambe entre deux de ses doigts. Il l'examina se débattre puis le secoua légèrement :

- Je devrais me servir de ta cervelle pour m'en faire un baume contre les gerçures, suite à l'affront que tu oses me faire ! Vous ne croyez quand même pas que vous allez me rassasier, si ? Vous n'avez que la peau sur les os, et la chair humaine est une nourriture des plus abjectes tant vous puez et elle est amère ! M'as-tu regardé, petit bipède ? Ai-je l'air de dévorer ceux qui me vénèrent ?

Il haussa les épaules et lâcha Meecham. Ce dernier se serait sans doute cassé le cou et aurait été probablement mort si la neige n'avait pas amortit la chute. Les jumeaux baissèrent les armes qu'ils avaient récupéré et prirent un air médusé. L'être toussa, provoquant un courant d'air glacial qui fit même vaciller Laë. Il agita son pied droit pour en débrasser la neige puis il ajouta, la voix caverneuse :

- Où sont mes offrandes ? Les koilups et les gurians ? Vous n'allez quand même pas me dire que vous me réveillez dans mon sommeil d'été sans accomplir les dons nécessaires à ma bienveillance ! J'ai toléré ça une fois, et encore... je me demande si j'aurais pas du punir cette femme... elle qui a semble-t-il donné mauvais exemple à votre groupe ! Si vous n'êtes pas là pour les rituels à mon honneur, pourquoi Cheera vous laisse-t-elle sciemment fouler mon sol ? Que faites-vous ici ?

Laë hésita... le Dieu qu'elle avait face à elle était impressionnant... Il dégageait une aura froide mais veloutée... un peu comme un brouillard... mais limpide... Elle expliqua malgré tout :

- Nous sommes ici à la recherche d'un livre...

- Grphmf ! Je m'en doutais... on m'avait prévenu de votre venue... de toute façon, un tel recueil d'âneries ne peut intéresser que des mortels en quête de savoir...

- Vous savez où il se trouve ?

- NON ! Et quand bien même je le saurais, ne comptez pas sur moi pour vous aider à le retrouver, si cette femme s'est évertuée à le cacher, ce n'est surement pas pour que les premiers imbéciles le trouvent !

*********

Avian resta très attentif au remarque de Koah et lorsqu'il eut terminé sur un note pessimiste, il entreprit de lui répondre :

- Mavican a toujours été quelqu'un de fourbe... et de cruel... Dorthal n'est pas un Yrilien pour rien... il est fier et arrogant. vous savez, peu de personnes peuvent se vanter de maîtriser la magie et de savoir l'utiliser sagement. Plus le pouvoir grandit plus il corrompt... il falsifie l'âme de n'importe guerrier aussi valeureux soit-il et la manipule. Il n'est nul maître dans la Nature. Chacun est l'esclave de lui-même, le véritable pouvoir est de faire abstraction de ses ambitions. Mon peuple utilise la magie de l'air, de façon très poussée... mais nous vénérons Tulan, la seule guerre que nous menons a été contre les Trayaregs lorsqu'ils ont voulu assassiner nos enfants. Yrilia est un royaume dont nous avons beaucoup tiré... c'est un peuple ouvert. Mais il ne faut pas placer trop d'espoir en eux... ils surpassent vos communautés de façon plus que grande... vous avez de la chance qu'ils soient pacifistes et qu'ils n'aient que très peu de soldats. Vous n'aurez qu'à affronter leurs mages.

Et la tâche était déjà très lourde... Dame Myriam eut un petit rictus inquiet sur son visage... En effet, mage ou soldat, la puissance d'Yrilia les dominait de toute façon... elle ne voyait pas cela comme un propos rassurant.

- Koah, vous êtes le mieux placé pour savoir qu'un être humain reste humain avant tout... et que son seul moteur c'est la recherche du bonheur... le rêve... l'ambition, si vous préférez. Ces mages ont espoir de dominer le monde, votre monde et d'asseoir leur règne... Ils ignorent qu'ils seront sacrifiés pour ce commanditaire... ou cette commanditaire, car il est également probable et l'histoire le démontrera qu'un femme soit plus maligne et intelligente qu'un homme. Il existe, sur votre territoire un secret après lequel il court... un secret qui permettrait à tout âme capable de le percer de s'élever et de préserver un monde... Si il ou elle le découvre, il pourra devenir le Dieu ou la Déesse de ses rêves. Le seul capable de tuer un Immortel, est ici... et le seul capable de lui rendre la vue, c'est vous, Koah.

Le silence tomba sur l'assemblée. Andrew resta les yeux grands ouverts et il murmura, en proie au doute et à la panique :

- Laë...

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1931
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 04 - Oderne la Renfermée   Jeu 8 Jan - 15:34

Koah n’avait pas dû tout apprécier l’allusion d’Avian sur une quelconque recherche du bonheur. Un rictus fendit son visage à cet instant. Il aurait bien bondi pour lui claquer son clapet, mais il s’abstient d’émettre la moindre objection. Koah l’écouta, le regard posé sur les lueurs du canyon en contrebas de la falaise. Lorsque Andrew ouvrit la bouche, le jeune homme tourna aussitôt la tête, son attention toujours malgré tout attirée par la voix du chef de Lydée.

- Quoi Laë ?

Koah s’approcha, remarquant l’air de panique de l’homme qui avait été son mari. Il comprit alors, faisant le rapprochement entre Laë et les mots d’Avian. Le glaneur secoua la tête, ne voulant pas y croire.

- Tu n’es pas sérieux Andrew. De ce qu’on m’en a raconté, Laë vous a toujours aidé. Du Pic des Ténèbres à maintenant. Il est inconcevable qu’elle puisse être l’instigatrice de tout ceci. Comment peut-elle agir ainsi à la barbe de Kirion ? Même s’il n’en donne pas l’air, il semble tenir à notre monde ce dieu. Il ne laisserait certainement pas Laë devenir une déesse et il ne la laisserait en aucun cas nous écraser.

Dame Myriam fronça un instant les sourcils pour assimiler les informations.

- Vous pensez réellement qu’elle puisse être au-dessus de tout soupçon ? Qu’elle est digne de confiance ?

Koah n’en savait rien en réalité. Il ne la connaissait pas assez pour savoir si elle était capable de trahison. Il haussa légèrement les épaules, un peu dépité.

- Je ne la connais pas assez pour l’affirmer.

- Alors vous ne niez pas qu’il puisse y avoir une petite chance que cette Laë vous manipules afin de mettre la main sur le secret caché de notre côté du monde ?

- Bien sûr que non, je ne le nie pas… mais ce serait…

La Suzeraine des Oderniens termina la phrase à sa place.

- Décevant ?

- J’allais dire écœurant.

- Notre monde est en guerre. Il subit de grand bouleversement. Il est compréhensible qu’une reine cherche par tous les moyens à sauver son peuple. Quitte à trahir la confiance du peuple qui a vu naître Mavican. Je ne voudrais pas être de mauvais augures, mais n'oubliez pas que Laë est une Yrilienne et surtout, qu'elle est leur reine.

Koah détourna le regard, visiblement agacé. Il s’installa à nouveau autour de la table, près d’Andrew et il demanda les yeux poser sur lui :

- Que dois-je faire pour briser le sort qui l’empêche de voir ?

**********
Craintive, Jewel s’approcha de la divinité, puis humblement elle s’agenouilla devant lui. En bonne dévote, la jeune femme croyait à la supériorité des dieux, même si certain de ceux-ci étaient humains à la base. Elle craignait la magie et croire en des forces qui la dépassaient l’aidait à surmonter les épreuves de la vie. Elle baissa la tête respectueusement, puis dit :

- Ô Grand dieu, cela va faire plusieurs mois que la Sublimissime Cheera, notre mère à tous, n’est plus. Elle a sacrifiée son existence pour sauver notre monde de Mavican. Aujourd’hui, notre monde n’est toujours pas sain et sauve. Thorin, un dieu cruel veut nous envahir et il se pourrait qu’il réussisse à nous écraser si nous n’arrivons pas à mettre la main sur ce livre. Pardonnes notre intrusion Grand dieu, mais c’est important. Nous t’implorons tous de nous dire où est caché ce livre.

Elle défit les rares bijoux qu’elle portait et sortit de son sac de la nourriture. Elle déposa le tout dans la neige, toujours la tête basse.

- Ce n’est pas grand-chose à tes yeux, Grand dieu, mais c’est tout ce que je possède.

Soutenu par les jumeaux, Meecham tentait de retrouver ses esprits. Il grogna, n’aimant pas voir la femme qu’il aimait ainsi à genoux devant cette créature. Il fronça les sourcils et serra le pommeau de son épée. Il dit, sans aucun respect, visiblement blessé dans son amour propre de jalanien :

- Eh le dieu Exilé ! Qui t’as prévenu de notre venue ?

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1795
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 04 - Oderne la Renfermée   Sam 10 Jan - 18:32

Mais plutôt que de répondre à Meecham, le Dieu donna un énorme soup dans la roche qui fit trember la terre et abattit une couche de neige supplémentaire sur les humains, il tempêta, déclanchant une série d'éclairs dans le ciel :

- THORIN !!! Ce rénégat pestilentiel, cet incommensurable abruti, à la botte de son orgueil ! Il OSE ! Il ose s'en prendre à ce monde ! Ce parfait traître, engeance de racaille pervertie par la puissance ! JE NE LE PERMETTRAIS PAS !

Un grondement sourd se fit entendre, faisant fondre la neige comme s'il s'agissait du soleil. La foudre frappa le sommet su crâne du Dieu, libérant dans une explosion une aura chaude, qui se dispersait à des kilomètres à la ronde. Laë sauva Jewel in extremis, le poussant sur le côté tandis qu'un énorme rocher faillit lui broyer le corps. Le dieu marmonna des paroles incompréhensibles dans un sula primaire et ancien et attendit de longues minutes. Aussi soudainement que la chaleur était arrivée, elle repartit direct, se transformant à nouveau en glace. Le dieu avait un air abattu sur son visage, il se laissa tomber sur le sol, brisant la glace qui recouvrait ls humains sous le choc.

- Cheera... comment cela se peut-il ? Comment a-t-elle pu ? Nous avons passé tant de temps à lutter pour la survie de ce monde !

Il empoigna Jewel d'un geste vif et la porta à son visage :

- Qui a-t-elle choisi ? Réponds !

- Andrew Kant.

Le dieu sursauta à l'entente de cette voix. Tapi dans l'ombre, Kirion semblait contempler la scène depuis un certain temps :

- Que fais-tu là ?

- Moi aussi, je suis ravi de te revoir, Musterion...

- Je ne t'ai pas invité ! DEHORS !

- Allons, allons, ce serait dommage que nous ne montrions pas notre entente à ces humains qui s'unissent comme ils le peuvent. Laë, Dorthal est mort et vos amis sont arrivés à bon port... Cependant, leurs mages sont conduits vers la Faille par quelqu'un... dont j'ignore l'identité. Mais qu'importe, vous aurez de toute façon le temps de les rejoindre avant la fin de la bataille. Musterion vous conduira lui même.

- Quoi ?

- Tu as besoin d'exercice mon gros... et puis, tu es forcément plus efficace et utile à la guerre qu'au fourneau... Sur ce je vous laisse dans votre quête... j'ai des tâches importantes à accomplir. Musterion, si tu doutes encore, Kant a tué Pelös... et il s'en prendra surement à Danaé. La donne a bel et bien changé. A toi de choisir ton camp, même si je n'ai aucun mal à deviner qui tu soutiendras. Ah... et autre chose... l'ombre guette.

Sur cette phrase, il disparut laissant le froid derrère lui. Musterion lâcha Jewel, sous la colère, mais la rattrapa avant qu'elle ne se fracasse le crâne sur la glace.

Il la posa sur le sol, lorsque Laë répéta, impassible :

- Comment saviez-vous pour nous, et où se trouve le livre ?

Musterion se leva, et marmonna un langage incompréhensible. Un sphère grise apparut entre ses deux mains et il la laissa grossir légèrement. lorsqu'elle explosa, le décor changea... tout devint noir et blanc... quelques éléments de la crevasse avait changés...

- Que fais-tu ici, femme ? Les citoyens de Pelös ont beau être bienvenus, je n'aime pas les visites surprises...

- Grand Musterion, je me pose diverses questions auxquelles toi seul connais les réponses.

- Lesquelles ? Sache que je ne m'engage pas à te donner les informations...

- Le cours du temps, n'est-il pas l'endroit le plus secret du monde ?

- Hmmm...

- Si je devais garder un secret, un immense secret... susceptible de détruire un jour mon propre monde, ne devrais-je pas en faire un vestige du temps, une vieille légende ?

- Si le secret que tu gardes mérite d'être protégé par le temps, alors oui... tu dois en faire un mythe après lequel seuls les fous courent...

La femme sorti alors un livre à la couverture noirâtre, épais comme deux grimoires de sa besace. Elle le tendit à Musterion qui sembla le reconnaître immédiatement :

- Où l'as-tu trouvé ?

- Mon mari l'avait en sa possession... avant d'entamer un voyage duquel il n'est jamais revenu, il l'a laissé ici... avec moi. Il voulait que je l'emmène à dans la Ceinture pour l'y enterrer à jamais.

- L'as-tu lu ?

- Oui... ma curiosité m'a trahie... je sais que je détiens des choses qui ne méritent pas une seule seconde d'être à la portée de mortels et que j'ai pas comprises. Mon âme est en larmes et en lambeaux car mon bien-aimé est mort... grand Musterion, par ta foudre détruis ce recueil et par ton esprit initié au secret, enterre son souvenir...

- Le pacte que tu me proposes ne sera plus négociable... en as-tu conscience ?

- La dernière volonté de mon mari était qu'il disparaisse... c'est aussi la mienne. Que cette chose n'appartient plus qu'à la légende de vos tréfonds, Grand Musterion...

- Bien...

Musterion allait claquer des doigts lorsque son interlocutrice ajouta :

- Attendez... d'autres ont connaissance de son existence... des humains mortels comme moi. Ils se lanceront probablement à la recherche de cet ouvrage et tomberont sur vous, oh gardien suprême du temps... s'il sont honnêtes et que vous sentez la même lueur qui anime mon coeur à cet instant, alors montrez leur cet acte... s'ils sont vils et cruels, tuez-les...

- Très bien, quel nom portes-tu donc, que ton courage ne tombe pas dans l'oubli ?

- Alice Tolak... mais je ne cherche pas la postérité... simplement le repos.

- Qu'il en soit ainsi... alors. Que ton âme trouve le réconfort dans son coeur ! Le temps viendra la chercher très bientôt... Adieu...


Il y eut un éclat de lumière, le livre s'embrasa et Alice disparut. Lorsque la dernière particule de l'ouvrage s'évapora dans le néant, le décor changea à nouveau et les couleurs revinrent. Musterion déclara alors :

- Voilà la réponse à vos questions...

**********

Avian resta silencieux quelques instants mais il finit par dire :

- Pour l'instant, rien... ton esprit est aussi indiscipliné que le pouvoir que tu abrites... il faut que tu apprennes à contrôler ta magie et ta fougue pour trouver le moyen de lui rendre la vue. J'ai le pressentiment que le Dieu qui a jeté ce sort cherchait à punir Andrew ou à le paralyser... pour l'empêcher d'user de son pouvoir contre les Immortels probablement. Il doit craindre pour sa vie... Quant à Laë, je ne pense pas qu'une reine d'Yrilia soit susceptible d'être une ennemie. Les Yriliens ont beaucoup de défauts, leur isolement les met trop en confiance... mais s'il y a bien un peuple profondément attaché à Kirion et à ce qu'il a fait pour eux, c'est lui. A mon avis, la Reine n'a rien à voir avec ça... mais soyons vigilants.

Pris d'une idée, il se leva soudain faisant les cents pas :

- A moins... à moins que tout cela ne fasse le jeu de ce mystérieux inconnu, homme ou femme... un peu comme les Trayaregs aiment le faire, ils sèment le trouble en poussant des alliés à la méfiance et à la paranoïa... Méfions-nous avant tout de nos ennemis. Quoiqu'il en soit, Kirion n'agit certainement pas pour votre intérêt ni pour celui de mon peuple. Il n'attache d'importance qu'à une seule chose, Yrilia... il tue pour elle, il lutte pour elle. Certes, il attache de l'importance à ce monde, mais s'il ne combat à nos côtés, ce n'est que pour sauver son peuple. C'est un peu comme nos dieux réciproques... Ils n'ont aucune véritable notion d'entente avec d'autres mais ils ont trouvé un combat commun. Une fois la guerre contre Thorin terminée, chacun retrouvera son camp... Ayreb en est la preuve.

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koah Lang
    Admin
    Vague de l'Omkara
    Amoureux d'Andrew

avatar

Masculin Nombre de messages : 1931
Âge du héros : 26 ans
Né à : Lydée
Fonction : • Ancien religieux d'Okan • Esclave d'Ayreb • Apprenti mage
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 04 - Oderne la Renfermée   Dim 11 Jan - 21:06

Le dépit et le désarroi se lurent sur le visage des lydéens. A genoux dans la neige au près d’un Meecham étourdit, Jewel avait les larmes aux yeux face à ce que le dieu géant leur avait montrer. Un long silence pesa sur la troupe. La jeune femme murmura, la voix brisée par instant :

- Je n’arrive pas à y croire. Tout est perdu. Le livre de Guerel a été détruit dans le néant et jamais nous ne pourrons utiliser son savoir contre l’armée de Cécrops et les mages d’Yrilia.

Meecham se frotta les épaules afin de dégager la neige de sa cuirasse. Il lançait des regards sombres à la divinité.

- N’y a-t-il aucun moyen de récupérer du néant ces écrits ? C’est très important pour ce monde.

Le jalanien aida Jewel à se relever, laissant cette dernière se blottir contre lui et pleurer contre son épaule. Autour de lui, les jumeaux aidaient le professeur à retrouver ses esprits. Tous étaient suspendus aux lèvres du géant.

**********
Koah secoua la tête, un rictus de dégoût sur le visage.

- Oh… je vois.

- Quoi donc ? demanda Dame Myriam.

- Yrilia est bien plus importante pour lui que nous autre les fils de Cheera. Quelle place a-t-il dans le panthéon de nos dieux pour se permettre de nous dénigrez à ce point ? Tout ceci me révulse. Il se serre de nous pour sauver les siens, quitte à nous sacrifier pour y parvenir. J’aimerais savoir une chose : pourquoi n’avons-nous jamais été mis au courant de l’existence d’Yrilia ? Vous étiez au courant de leur existence jusqu’à maintenant Dame Myriam ?

La suzeraine désapprouva ses propos d’un geste de la main.

- Notre monde regorge de secret et il faut l’accepter.

- Jusqu’à ce qu’on me ressuscite, l’entièreté de ce monde était le Royaume de Cheera. Aujourd’hui, j’apprends que derrière les Rocailles ce n’est plus la Toute Puissante Créatrice qui règne mais Kirion !

- Allons Koah, calmez-vous.

Le glaneur n’avait aucune envie de se calmer. Il trouvait tout ceci injuste et il comptait bien le faire savoir. Le monde des Exilés qu’il avait connu avant sa résurrection n’existait plus. Il avait vouée sa vie à vénérer Okan et le panthéon de Cheera. Aujourd’hui on brisait une à une ses illusions. Dans un sens, il était jaloux. Il aurait voulu que les habitants de cette partie du monde soient les seules à être dans leur bon droit d’exister.

Le regard féroce, Koah regarda Avian. Il se leva brusquement, frôlant de près Andrew. Il s’approcha du jeune homme et il s’écria :

- Vous qui êtes si malin, vous allez peut-être pouvoir me dire pourquoi alors qu’ils sont très attachés à leur dieu, les mages d’Yrilia marchent toujours vers la Faille ? Soyez certain d’une chose Avian, au jour d’aujourd’hui et en sachant cela, si il venait à Ayreb l’idée d’écraser une bonne fois pour toute Yrilia afin de s’assurer que jamais plus ces mages nous envahissent, je lui donnerais sans hésiter mon soutiens.

- C’est la colère qui parle, intervint la suzeraine.

- Pacifiste ou pas, les Yriliens se sont ligués contre nous afin de nous éliminer.

_________________

    « JE RESSENS DE VIOLENTES PULSIONSJ'AI L'IMPRESSION DE GLISSER VERS LE FONDSI J'IGNORE D'OÙ VIENT CE FLÉAUJ'ADORE L'AVOIR DANS LA PEAU »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kant
Admin - Chef de Lydée - Tueur d'Immortels
avatar

Masculin Nombre de messages : 1795
Âge du héros : 35 ans
Né à : Lydée
Fonction : Chef des Sulas
Autres :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: 04 - Oderne la Renfermée   Ven 16 Jan - 2:14

Avian ne cilla pas devant Koah, il répondit dignement, le regard ferme, planté dans les yeux du glaneur. On aurait dit qu'il le perçait à jour à mesure que son interlocuteur était en colère :

- Dorthal et l'illustre inconnu qui le manipulait dans l'ombre n'ont rien à voir avec la population d'Yrilia. Vous êtes en train de reprocher à ce peuple leur haine à votre égard dûe aux actes de Mavican sur leur peuple alors que vous-mêmes vous souhaitez par la cruauté d'âmes déchues leur propre extermination... chaque acte a ses conséquences mais chaque parole a son coût... En souhaitant la disparition d'Yrilia vous n'en ferez jamais des alliés. Vos populations se découvrent de façon violente sans y être bien préparées. Kirion et Cheera, par respect l'un de l'autre, du fait de leur relation ont toujours entretenu des liens cordiaux et amicaux. Il ont chacun préservé le royaume de l'autre en le protégeant. Ce n'est pas un hasard si aujourd'hui nous sommes sortis du sanctuaire de Tulan. Les secrets de vos mondes ont disparus. Vous n'êtes plus seuls... Il y a des terrs, des femmes et des enfants derrière la Frontière, de la vie après Yrilia... de la compassion en chaque créature sur ce monde. Vouloir la mort de toute une population, c'est vouloir la mort de son âme...

Un silence lourd tomba dans la salle, mais Avian poursuivit, coupant Dame Myriam dans sa tentative de calmer le jeu :

- Nous parlons d'union... d'unification de nos êtres. Vous n'avez pas idée de ce qu'Yrilia a subi... les habitants là-bas sont si effrayés par les horreurs de Mavican, qu'ils ont peur de vous rencontrer... ce genre d'émotions est facilement maléable pour qui sait imposer sa loi et ses dires. Le peuple d'Yrilia est manipulé par la soif de pouvoir de ses mages attisés par la noirceur de leur pouvoir. tout comme Mavican l'était également. La vie est un cycle qui se répète, qui est voué à revenir de la même manière à travers les âges. Ce que vous n'avez pas pu empêcher avec Mavican, autrefois, sauvez-le aujourd'hui en sauvant Yrilia.

Avant que Koah ne puisse dire un seul mot, la voix d'Avian raisonna à travers son esprit, sans provoquer ni douleur, ni dégâts, juste comme un souffle de vent sur son âme :

"Qu'il te soit donné un jour la force de prendre le recul nécessaire à toute situation et à tout sonflit, jeune Vague. Ton esprit perd sa défense naturelle lorsque tu laisses les émotions te submerger. Accepte mon aide, laisse-moi consolider tes barrières. Ton potentiel est énorme et ton âme a beaucoup à apprendre."

- Je crois que ça suffira pour aujourd'hui, Dame Myriam, je vais me retirer pour méditer et me reposer... les endroits fermés m'épuisent.

Sans un mot de plus il tourna le dos aux autres et rejoignit ses appartements privés. Mais tandis que Dame Myriam allait proposer un peu plus de nourriture à ses invités, une colombe apparut sur l'épaule du glaneur. L'oiseau impassible, ne semblait aucunement effrayé par Koah. Au contraire, il semblait attendre ses ordres.

***********

Musterion resta silencieux. Il savait que la décision d'alice avait été la meilleure et qu'elle protégeait les humains comme il le fallait... seulement, un problème subsistait. La donne avait changé... Cheera n'était plus, Pëlos, le Maître de ce monde non plus. S'il voulait survivre à Thorin, il était obligé de se réveler et de choisir son camp... Avec une moue dubitative, il dit :

- En réalité... il existe un moyen de récupérer ce savoir... du moins dans sa majeure partie... Mais, c'est une chose très difficile à réaliser... et qui est tout sauf agréable.

Laë qui jusqu'à présent semblait dégoutée mais résignée accorda une oreille toute attentive. Elle demanda, curieuse :

- Lequel ? Ce livre sauvera notre monde du chaos et de l'anéantissement, quelle que soit l'épreuve, nous devons le retrouver pour nous défendre un minimum d'égal à égal...

- Les humains ne pensent pas à leur existence, pourtant chacun d'entre eux laisse une empreinte palpable, difficilement oubliable dans l'essence du temps et de l'espace. Chacun de vos actes influe sur les dimensions supérieures. Alice Tolak a fait disparaître le livre à jamais, il sera impossible de le récupérer... mais vous pourrez le lire.

- Je ne comprends pas...

Et visiblement Laë ne semblait pas la seule à être à l'ouest... Musterion allait expliquer lorsque le professeur sortit de son silence, il déclara, visiblement sûr de lui :

- Mais oui !!! En tant que divinité du temps, vous pouvez nous renvoyer dans le passé pour nous rapportions le livre !!!

- NOOOOOOON !!!

Un coup de foudre violent s'abattit sur le crâne du Dieu, propulsant à terre le terrien décontenancé. Musterion gronda comme le tonnerre :

- En aucun cas, vous ne devrez toucher au passé. Ce qui est écrit est gravé dans les dimensions supérieures, vous ne pouvez pas y changer quoi que ce soit. Il est impératif que chacun de vous sache que la moindre entaille à une dimension supérieure du temps plongera ce monde dans le chaos absolu. Aucune âme ne pourra échapper à cette blessure mortelle et les fondations de ce monde s'effondreront plongeant les Sulas dans une hécatombe terrifiante. Si un seul filament, une seule herbe est arraché, vous serez tués sur le coup mais vous ne connaitrez jamais le repos. Votre mort durera éternellement, plongeant votre âme dans le supplice. Vous ne pouvez pas imaginer la dangerosité de se plonger dans les méandres du temps...

- Si on ne peut récupérer le livre, comment...

- Il faudra le mémoriser... l'apprendre... sans en écrire le contenu sinon, la dimension supérieure sera souillée.

- Comment faire pour tout apprendre ? Nous n'avons pas assez de temps...

- Dans une dimension supérieure, la seule chose qui doit vous préoccuper, c'est l'espace. Le temps et comme un univers à lui tout seul, il est immensément grand et s'étend à l'infini. Si vous vous perdez dans ses recoins obscurs, vous ne retrouverez jamais votre chemin. De plus... il y a quelque chose que vous devez savoir...

- Quoi donc ?

- La seule façon de pénétrer une dimension parralèle, c'est d'être une essence...

- Ce qui veut dire, concrètement ?

- Que nous allons devoir mourir... spirtuellement pour entrer dans cette dimension...

Laë avait achevé sa phrase le ton lourd. Mais Musterion ajouta, en guise d'explication :

- De la même façon que le temps garde votre corps comme paiement, une dimension supérieure conservera votre âme... pénétrer le temps implique que si vous revenez vivants, lorsque votre âme sera séparée de votre corps, elle viendra le draîner. Elle l'alimentera de son essence. Par conséquent, votre âme mourra et ne reviendra jamais sur ce monde, ni pour s'élever, ni pour se réincarner... La seule solution pour vous désengager de ce pacte serait de quitter ce monde par une faille interdimensionnelle et de revenir...

_________________
I wait the wave...
I have a wave inside my soul. Lots of drum in my heart. I think... it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 04 - Oderne la Renfermée   

Revenir en haut Aller en bas
 
04 - Oderne la Renfermée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Enlever l'odeur de : renfermer, moisi, humidité des mousses

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Exilés du Monde :: LES EXILES DU MONDE : L'HISTOIRE :: TOME II : L'UNION DES DERNIERS SULAS-
Sauter vers: